France Culture, La Compagnie des Œuvres Épisode 2 : La profondeur du jeu dans l’oeuvre de Robbe-Grillet

Matthieu Garrigou-Lagrange était en compagnie de Mireille Calle-Gruber, critique littéraire et professeure émérite à l’université Sorbonne Nouvelle, pour parcourir l’œuvre de Robbe-Grillet dans l’émission La Compagnie des Œuvres sur France Culture

« Parler du contenu d’un roman comme d’une chose indépendante de sa forme, cela revient à rayer le genre entier du domaine de l’art. Car l’œuvre d’art ne contient rien […]. L’art n’est pas une enveloppe aux couleurs plus ou moins brillantes chargée d’ornementer le “message’’ de l’auteur, un papier doré autour d’un paquet de biscuits […] », affirme Robbe-Grillet dans l’essai Pour un nouveau roman, une collection d’articles de sa main parue en 1963. Et de conclure : « Ne pourrait-on avancer au contraire que le véritable écrivain n’a rien à dire ? Il a seulement une manière de dire ». 

Dans le deuxième volet de cette série consacrée à celui qu’on avait coutume de surnommer le « pape du Nouveau Roman », nous dégageons trois périodes constitutives de son œuvre, fondée dans une certaine mesure sur une critique du roman traditionnel, et nous interrogeons la nature du biographique dans la trilogie des Romanesques.

Le lecteur, ayant l’habitude des conventions, les attend. C’est pourquoi Robbe-Grillet disait qu’il fallait construire son lecteur, lui montrer quelles étaient les nouvelles règles du jeu. Cependant, quand on change la donne, il faut un temps d’adaptation. Entre la mort du roman et la mort du personnage, on a accusé les adeptes du Nouveau Roman de nombre de choses.

Mireille Calle-Gruber

Le Nouveau Roman essaie de nous faire jouir de certaines aventures, mais aussi de nous faire apprécier l’art avec lequel cela est fait. On a ainsi un plaisir double, romanesque et intellectuel.

Mireille Calle-Gruber

Quand Robbe-Grillet écrit Le miroir qui revient, il est en train de faire de l’autobiographie, mais de l’autobiographie très déconstruite, au second degré, avec cette conscience qui était celle de Sarraute, et la fit s’exclamer : « Comment, tu vas faire ton autobiographie ?

Mireille Calle-Gruber

Renaissance d’une Archive inconnue : Les assemblages sur paravents de Claude Simon exposés pour la première fois au Musée d’art moderne de Collioure

CLAUDE SIMON DE L’IMAGE À L’ÉCRITURE

12 JUIN – 19 SEPTEMBRE 2021

COMMISSARIAT :
MIREILLE CALLE-GRUBER
ROMANCIERE, CRITIQUE LITTERAIRE, UNIVERSITAIRE

Auteur austère, œuvre difficile. Les préjugés qui entourent Claude Simon ne manquent pas. Encore aujourd’hui, il reste un écrivain méconnu de la littérature française.
Originaire de Perpignan, séjournant à Collioure dans les années 30, Claude Simon obtient le prix Nobel de littérature en 1985, consécration ultime pour celui qui se rêve peintre avant de se consacrer à l’écriture. Le Nobel récompense celui « qui, dans ses romans, combine la créativité du poète et du peintre ». C’est dire l’imbrication dans son œuvre du mot et de l’image !

Lorsqu’il n’écrit pas, Claude Simon développe une œuvre plastique d’une rare densité. Entre 1955 et 1965, il réalise de grands assemblages de papiers collés où l’œil se perd.

La mémoire visuelle est plus vive que celle des idées

Claude Simon, Correspondances

L’exposition du musée de Collioure dévoile cette œuvre inédite et la replace dans le contexte plus large de l’histoire du collage. Kurt Schwitters, Robert Rauschenberg, Louise Nevelson, Yvonne Ducuing, Jacques Prévert… autant d’artistes qui firent du collage un des modes d’expression privilégiés des avant-gardes du XXème siècle.
Présentée à Collioure, lieu emblématique de son engagement artistique et politique, cette exposition dévoile un aspect méconnu de l’œuvre de Claude Simon et éclaire un pan oublié de l’histoire artistique de la petite cité.

LE PARCOURS

ACCUMULER, ASSEMBLER, COLLER

Accumuler, assembler

Qu’il photographie les graffitis du quartier Saint-Jacques de Perpignan, les bois flottés rejetés par la mer à Canet ou les pêcheurs de Collioure, ses photographies font la part belle à l’accumulation et l’assemblage tout autant qu’à la trace et au trait, prémices de l’écriture.

Assembler, coller

Claude Simon découpe des images puisées dans des revues d’art et d’actualité et les assemble par des procédés divers. Collées, punaisées, ces images forment des grandes compositions foisonnantes où le regard se perd. Son œil aiguisé et sa connaissance de la peinture nourrissent ces grands assemblages où se multiplient les références. Les images « immortelles » de Cézanne, Picasso, Manet… se mêlent à la fugacité des images d’actualité, à la banalité et au commun.

LE TRAVAIL D’ECRITURE

Claude Simon se consacre entièrement à la littérature à partir de La Route des Flandres (1960), transportant dans l’écriture ses expériences et techniques d’artiste.
Fidèle à sa formation de peintre, Simon cherche une forme qui puisse concilier la simultanéité d’une œuvre visuelle avec la linéarité de l’écriture.
Le collage pour ses paravents, le cadrage pour ses photographies, le montage sont des outils que Claude Simon utilise de manière abstraite dans son écriture.
Eminemment malléable, celle-ci est faite de mots récoltés, d’histoires amassées et de souvenirs collectionnés que l’écrivain ne cherche pas à ordonner mais dont il restitue la force foisonnante dans une œuvre dense qui nous entraîne dans le flot des images, à la recherche d’une mémoire.



Contact

CLAIRE MUCHIR
CONSERVATRIE DU PATRIMOINE
DIRECTRICE
MUSEEDECOLLIOURE[a]GMAIL.COM

NADINE SKILBECK
ACCUEIL ET SECRETARIAT
CONTACT[a]MUSEECOLLIOURE.COM

MUSÉE D’ART MODERNE DECOLLIOURE
VILLA PAMS
4 ROUTE DE PORT-VENDRES
66190 COLLIOURE
+33(04) 30 44 05 46

CONTACT[a]MUSEECOLLIOURE.COM
WWW.MUSEECOLLIOURE.COM