Pascal Quignard était l’invité d’Olivia Gesbert sur France Culture

Pascal Quignard à livre ouvert

Le 8 septembre, Pascal Quignard était l’invité d’Olivia Gesbert pour son émission La Grande Table Culture

Pascal Quignard• Crédits : MANOOCHER DEGHATI – AFP

Nous recevons Pascal Quignard à l’occasion du 11e tome de son cycle « Dernier Royaume », auquel il se consacre depuis 2002. Il y explore, dans une forme « océanique », le langage, la peinture, l’amour… « L’homme aux trois lettres » interroge la littérature à travers les rêveries de l’écrivain.

Nous le recevions déjà en 2016 à La Grande Table pour son roman Les Larmes. Pascal Quignard sort en cette rentrée littéraire L’Homme aux trois lettres, publié chez Grasset, XIe tome du cycle « Dernier Royaume ». Aujourd’hui retiré de la vie publique, l’écrivain mène une vie de solitude, de lecture, de musique et d’écriture.

C’est un bonheur accessible pour beaucoup, le fait se retirer de la meute, c’est parfois mal vu mais je crois que c’est assez sain. C’est un affolement qui dure quelques mois seulement puis c’est le bonheur. (Pascal Quignard)

Mêlant aphorismes philosophiques, envolées lyriques, anecdotes mythologiques et historiques, réflexions linguistiques et psychanalytiques, ce nouveau livre se penche sur la question suivante : « Qu’est-ce que la littérature ?« . Pascal Quignard se plait à préserver le mystère de ce mot sans origine, à l’étymologie incertaine, et qui charrie avec lui une foule de phrases, d’écrivains, d’histoires… Il nous propose son regard de lecteur et d’écrivain sur la passion de sa vie : le monde des lettres.

La littérature est cette invention très curieuse de l’écriture. Dans l’écriture, le dialogue s’éteint. C’est une expérience très spéciale, très neuve. La lecture et la littérature nécessitent une faroucherie, une mise à l’écart du monde. Cela reste une expérience d’énigme. (…) On ne sait pas d’où vient le mot littérature. J’aime infiniment qu’il y ait deux mots dont on ne connaisse pas du tout l’étymologie : éros et littérature. J’aime que les mots surgissent comme ça de la nuit comme des comètes. (Pascal Quignard)

Je ne pense pas qu’on puisse écrire sans avoir lu. Il faut avoir l’expérience de quelque chose d’extrêmement passif pour pouvoir ensuite naître et agir. Il faut avoir l’expérience bouleversé de celui qui lit, pour avoir le désir de prendre à son tour un crayon et de bâtir. (Pascal Quignard)

On y croise pêle mêle Ovide, Benvéniste, Cicéron, Térée et Philomèle, Sénèque, Mallarmé, Kafka, Freud, Nietzsche, Quintilien, Goethe, et bien d’autres encore. Le français et le latin s’y mêlent, dans une exploration des origines et de la saveur des mots. Les phrases des uns se mêlent à l’histoire des autres pour construire une pensée libre et mouvante, qui tente de saisir le mystère des lettres sans le dénaturer. Faisant le choix de l’éparpillement et de la digression comme principes poétiques permettant à cette réflexion de se déployer, Pascal Quignard nous invite dans son monde, dans sa bibliothèque, dans son atelier d’écrivain.

Dans les très beaux livres, le silence du livre est une forme d’intonation.  C’est une sorte de musique extrême. (Pascal Quignard)

A vos agendas !

A l’occasion de la donation de ses archives à la BnF paraît ce mois-ci Sur le geste de l’abandon, un livre entre images et mots où se déploie l’univers de l’écrivain, sous la direction de Mireille Calle-Gruber.

L’exposition « Pascal Quignard, fragments d’une écriture », quant à elle, se tiendra à partir du 30 septembre à la BnF.

Notons aussi le récit-récital « Boutès ou le désir de se jeter à l’eau » qui aura lieu au mois d’octobre, avec Aline Piboule au piano.

Extraits sonores :

  • Roland Barthes au micro de Jean-Marie Benoist, 21 février 1977
  • Laszlo Krasznahorkai dans l’émission « Par les temps qui courent », 10 avril 2018
  • Nathalie Sarraute dans l’émission « Le bon plaisir », 1er mai 1985

Pascal Quignard était l’invité de Manou Farine sur France Culture

Chez Pascal Quignard

Le 28 août, Pascal Quignard était l’invité de Manou Farine pour l’émission La Compagnie des Poètes sur France Culture

Rencontre avec Pascal Quignard à l’occasion d’une rentrée riche en événements pour le célèbre auteur de Tous les matins du monde…

Pascal Quignard accueille La compagnie des poètes à l’occasion d’une rentrée particulièrement riche pour l’auteur d’une des oeuvres les plus riches de la littérature française. Il sera donc question de Boutès ou le désir de se jeter à l’eau, un récit-récital conçu avec la pianiste Aline Piboule, qui articule lecture de textes et temps musicaux  (3 octobre au grand auditorium de la BNF) ; de la parution  de l’Anthologie de la poésie latine en Pléiade (en octobre), de Sur le geste de l’abandon aux éditions Hermann (le 2 septembre) et de L’Homme aux trois lettres chez Grasset ; et de l’exposition Pascal Quignard, fragments d’une écriture qui se tiendra à la Bibliothèque Nationale de France du 30 septembre au 29 novembre. 

Pascal Quignard au micro d’Augustin Trapenard sur France Inter

Le 27 août, Pascal Quignard était l’invité d’Augustin Trapenard pour son émission Boomerang

Pascal Quignard en toutes lettres

Auteur d’une œuvre considérable et protéiforme, il s’apprête à publier « L’homme aux trois lettres ». Entre digressions érudites, envolées poétiques et dépouillement, il tente de répondre à une question océanique : « Qu’est-ce que la littérature ». Pascal Quignard est l’invité d’Augustin Trapenard.

Extraits de l’émission

« Dans le visage d’un lecteur, je vois quelqu’un qui s’enferme quelque part, qui s’immobilise comme un homme ou une femme qui rêve et qui voyage. » 

« Nous sommes des voleurs : nous volons les mots que nous employons, nos langues, nos prénoms etc. Il y a une illégitimité totale en nous, puisque nous avons tout volé. Cet émiettement de l’identité crée une angoisse et, en même temps, c’est un formidable plaisir. »

« J’ai besoin des livres pour le silence qu’ils offrent, pour la solitude qu’ils apportent. Je ne pense absolument pas que le lecteur soit en voie de disparition. Ce pas d’écart que crée le livre sera toujours nécessaire. » 

« J’ai un tour d’esprit qui fait que plus l’énigme est grande, plus je suis enchanté. Je ne cherche absolument pas à trouver de solutions. » 

PARUTION | Mireille Calle-Gruber, Les comptes du temps, L’archive Claude Simon, Carnets de Tante Mie

Préface de Pascal Quignard

La conservation de ses archives, Claude Simon l’a confiée à la Bibliothèque littéraire Jacques Doucet à laquelle il a fait donation. Il écrit au recteur chancelier des Universités de Paris, le 8 mars 2004 : « Je donne au-delà de mes manuscrits proprement dits et de leurs traductions, la part littéraire de mes archives susceptible d’éclairer mon oeuvre et de la placer dans une juste perspective. »

Il fait ainsi entrer, au même titre d’« éléments
indispensables » à sa « mémoire littéraire », les documents militaires de l’armée napoléonienne et les humbles carnets de comptes de Tante Mie.

Aujourd’hui, à mon tour, ayant droit moral pour l’oeuvre, j’adresse cette archive au cours imprévisible de la vie des lectures.

Mireille Calle-Gruber


Artémise Simon
« Elle sentait comme une fleur », écrit Claude Simon de sa tante Mie.

Elle mourut à 85 ans.

Un jour Mireille Calle-Gruber me mit entre les mains ce petit carnet de moleskine granulée dont vous voyez toutes les pages, désormais, sous vos yeux.

Petit recueil si humble, qui court des années vingt aux années cinquante,
marron, un peu acajou, si peu coûteux.

Petite chose si modeste, éteinte, aride, obscure et même, pour moi, intégralement inintelligible alors que je l’entrouvrais.

Plein de millésimes, de quittances, de petites étrennes, de brouillons, de calculs, de mandats, d’additions, de chiffres.

Alors Mireille Calle-Gruber me fournit le mode d’emploi.

Elle me montra ce que c’est qu’un trésor.

Pascal Quignard



À PARAÎTRE | Sur le geste de l’abandon – Pascal Quignard

Sous la direction de Mireille Calle-Gruber


Comment décide-t-on de passer la main ?

Comment décide-t-on de se donner au don, de faire donation de ses manuscrits ?

De s’archiver ? dans les maisons d’archontes d’aujourd’hui que sont les bibliothèques, où veillent les conservateurs et où l’on administre la mémoire.

Faire donation, c’est faire testament. C’est se remettre à la
mémoire collective.

[…]

Donnant ses manuscrits, l’écrivain se laisse à jamais déborder par la lave des livres, par le feu de l’écriture et les bouillonnements qui ont fait surgir des formes inédites – iconoclastes.

Il lègue à l’a-venir le trouble puissant des origines : l’impétueux, l’intempestif, l’inclassable, la « forme errante ». Se déprenant, il émancipe son oeuvre, la rend à ses mues, à ses chemins forestiers (Holzwege) qui mènent nulle part, si ce n’est au bois dont on fait les livres. Il la désancre, la désactualise, la désassigne, la redonne
à la transtemporalité qui la constitue.

Mireille Calle-Gruber

Photographie par Eugenio Prieto Gabriel, rue Manin, 25 juin 2019. Pascal Quignard tenant le volume d’Apollonios à la page où Boutès saute soudain dans la mer. À droite, fichée dans les volumes Suétone, la plume de mue d’été de la corneille Ba Yo qui a joué, volé, marché sur toutes les scènes de France, deux ans durant, dans La Rive dans le noir.

L’image pense. Soit elle arrive en premier. Elle est dans le brouillon. Elle appartient au griffonnage qui n’est pas encore une écriture articulée, syntaxée. Elle est indissociable des premiers mots du manuscrit. Elle cherche.

Soit elle surgit à la fin, elle se surajoute alors au tapuscrit que l’imprimante renouvelle sans cesse au regard. Elle conforte. Elle s’auto-persuade. Au fil des relectures elle accapare et surcharge les marges. Elle condense, elle résume. Elle profite du blanc des fins de chapitre. Elle surplombe la dactylographie, faisant appel au thé ou à la gouache.

Ou bien elle préfigure : elle rêve. […]

Pascal Quignard

« La guillotine cachée » : Violette Leduc & la censure

Article paru en JUIN 2020 (VOLUME 21, NUMÉRO 6)
Ecrit par CORENTIN ZURLO–TRUCHE

Dirigé par Anaïs Frantz et publié dans la collection « Archives » des Presses Sorbonne Nouvelle, le dernier collectif portant sur Violette Leduc prolonge une entreprise initiée il y a quelques années par les spécialistes, visant à reconstituer une œuvre souvent malmenée par la censure de son temps. Comme en témoigne la solide introduction rédigée par Anaïs Frantz, le présent ouvrage, placé dans le sillage de travaux collectifs antérieurs1, entend faire apparaître la continuité entre les manuscrits et les textes publiés, découvrir quelques inédits et ainsi construire une image de l’auteure « toute neuve » (p. 16). « Reconstruire Violette Leduc », projet auquel étaient invités les contributeurs, suppose alors de revenir à la source des textes, de rendre visible la genèse et le geste créateur qui préexistent à la publication d’une œuvre et, autant que faire se peut, de mettre au jour un continent englouti par la censure. L’exploration des textes suit un parcours précis qui conduit le lecteur des premiers écrits de l’auteure (partie 1 : « Violette Leduc : journaliste) » à des « portraits cachés » (partie 4 : « Sur quelques feuillets retranchés »), en s’arrêtant un temps sur l’œuvre autobiographique (partie 2 : « La genèse de l’œuvre autobiographique ») et le roman Ravages (partie 3 : « Reconstruire Ravages »). L’écueil de la méthode génétique, qui consiste parfois à un simple inventaire des changements observés d’un brouillon à une version définitive d’un texte, se trouve ici déjoué par la démarche poétique qui assure à l’ouvrage une cohérence :

Reconstruire Violette Leduc, tel que le présent volume s’en donne le projet, nécessite de prendre en compte le mouvement antithétique par lequel la ruine précède l’édifice et la chute menace la reconstruction, mouvement qui donne à la poétique leducienne l’élan et la force évocatrice de la poésie mystique. (p. 15)

(P;15)

Projection et dialogue : Peter Handke, écrivain de l’épique

Découvrez « Peter Handke – In The Woods, Might Be Late » de Corinna Belz, lors d’une séance exclusive avec la réalisatrice et le metteur en scène Alain Françon, lundi 9 mars, au mk2 Quai de Loire.
Un évènement organisé à l’occasion de la création du spectacle Les Innocents, Moi et l’Inconnue au bord de la route départementale de Peter Handke dans la mise en scène d’Alain Françon à La Colline – théâtre national, Paris


lundi 9 mars à 19h30 – mk2 Quai de Loire
14 quai de Seine, Paris 19e


Vous pourrez assister à la Projection du documentaire Peter Handke – In the Woods, Might Be Late suivie d’un dialogue avec la réalisatrice Corinna Belz, le metteur en scène Alain Françon et l’écrivaine et professeure de littérature Mireille Calle-Gruber


avec Pierre-François Garel, Gilles Privat, Sophie Semin, Dominique Valadié et Laurence Côte, Daniel Dupont, Yannick Gonzalez, Sophie Lacombe, Guillaume Lévêque, Hélène N’Suka, Joseph Rolandez, Sylviane Simonet

Avec cette pièce, l’auteur Prix Nobel de littérature, Peter Handke prolonge sa réflexion sur la force du langage et le lieu comme trace du passé. En s’emparant de ce texte, Alain Françon livre une ode aux bords des routes qui peuvent se révéler comme l’ultime refuge, nécessaire à nos sociétés.

du 3 au 29 mars – Grand Théâtre • création
durée 2h20 – relâche dimanche 8 mars
places de 10 € à 30 €
de 8 € à 15 € avec la carte Colline
représentations en audiodescription dimanche 22 mars et mardi 24 mars

ΑΝΑΓΟΡΕΥΣΗ ΕΠΙΤΙΜΟΥ ΔΙΔΑΚΤΟΡΑ / REMISE DU TITRE DE DOCTEUR HONORIS CAUSA

Mireille Calle-Gruber devant les lavis de Colette Deblé à la Galerie des Editions des Femmes

Ο Τομέας Λογοτεχνίας του Τμήματος Γαλλικής Γλώσσας και Φιλολογίας του Α.Π.Θ., μετά την επιτιμοποίηση των Claude Blum, Michel Butor, Pierre Brunel, Fernando Arrabal, Julia Kristeva, αποφάσισε να απονείμει τον τίτλο του Επίτιμου Διδάκτορα στην κορυφαία ακαδημαϊκό Mireille Calle-Gruber, Ομότιμη Καθηγήτρια Λογοτεχνίας και Αισθητικής της Σορβόννης (La Sorbonne Nouvelle – Paris 3) και του Queen’s University του Καναδά, τιμώντας το σύνολο του έργου της (διδακτικό, ερευνητικό, συγγραφικό), καθώς και την πολύτιμη συμβολή της στη μελέτη και διάδοση της σύγχρονης γαλλικής και γαλλόφωνης λογοτεχνίας.
Ο έπαινος (laudatio) θα εκφωνηθεί από την Επίκουρη Καθηγήτρια του Τμήματος κ. Πολυτίμη Μακροπούλου.

Η τελετή απονομής του τίτλου θα πραγματοποιηθεί την Τετάρτη, 18 Μαρτίου 2020 στην Αίθουσα Τελετών του Παλαιού Κτηρίου της Φιλοσοφικής Σχολής, ώρα 18.30-20.00.

Θα ακολουθήσει δεξίωση στον ίδιο χώρο έως τις 21.00.

Η είσοδος είναι ελεύθερη.

Το οριστικό πρόγραμμα θα ανακοινωθεί εντός των επόμενων ημερών.

Η οργανωτική επιτροπή

  • Πολυτίμη Μακροπούλου, επίκ. καθηγήτρια
  • Χρυσή Καρατσινίδου, αναπλ. καθηγήτρια
  • Ευγενία Γραμματικοπούλου, επίκ. καθηγήτρια

À la suite de la remise du titre de Docteur honoris causa à Claude Blum, Michel Butor, Pierre Brunel, Fernando Arrabal et Julia Kristeva, la Section de Littérature du Département de Langue et de Littérature Françaises de la Faculté des Lettres de l’Université Aristote de Thessalonique a décidé de conférer le titre de Docteur honoris causa à Mme Mireille Calle-Gruber, Professeure émérite de l’Université de La Sorbonne Nouvelle-Paris 3, rendant hommage à l’ampleur et au rayonnement de son œuvre (scientifique, didactique et littéraire) ainsi que pour sa contribution précieuse à l’étude et la diffusion de la littérature française et francophone contemporaine.

La laudatio en son honneur sera prononcée par Mme Polytimi Makropoulou, Professeure Assistante, Directrice de la Section de Littérature Française de notre Département.

La cérémonie de la remise du titre aura lieu le mercredi 18 mars 2020, de 18h30 à 20h00 dans la Salle des Cérémonies du Vieux Bâtiment de la Faculté des Lettres.

Une réception aura lieu dans la même salle jusqu’à 21h00.

Entrée libre.

Le programme définitif de la cérémonie sera annoncé prochainement.

Le comité d’organisation

  • Polytimi Makropoulou, Professeure Assistante
  • Chryssi Karatsinidou, Professeure Associée
  • Eugenia Grammatikopoulou, Professeure Assistante

Penser le roman francophone contemporain

Cet ouvrage au titre ambitieux constitue moins un état des lieux qu’une interrogation sur un genre protéiforme dont l’expansion semble illimitée et qui occupe de plus en plus la scène littéraire. La première question concerne la notion de francophonie elle-même, ensemble hétérogène et extrêmement complexe. En effet, comment désigner les diverses littératures francophones sans les marginaliser ou les exclure, tout en prenant acte de leur statut singulier ? L’écrivain francophone doit composer avec la proximité d’autres langues, avec une première déterritorialisation constituée par le passage de l’oral à l’écrit et avec cette autre créée par des publics immédiats ou éloignés. Condamné à penser la langue, il doit aussi penser les formes par lesquelles le monde se donne à voir ; son œuvre, en jouant sur les codes des différents horizons culturels, devient une reconfiguration de la littérature.

Qu’apporte le roman francophone à la forme roman ? Quels en sont les modèles et de quelles manières s’y inscrit le palimpseste ? Quels types de rapports se sont créés entre ce genre d’origine européenne et les nouvelles littératures de langue française ? Quelles redéfinitions ont été proposées et comment s’y décline le contemporain ? Quel(s) savoir(s) véhicule-t-il ? Dernière question, mais non la moindre : le roman, en tant que genre, n’est-il pas par définition suspect ? Au lecteur d’en décider.

Lise Gauvin est écrivaine et professeure émérite au Département des littératures de langue française de l’Université de Montréal.

Romuald Fonkoua est professeur de littérature francophone et directeur du Centre international d’études francophones de Sorbonne Université.

Florian Alix est maître de conférences de littératures francophones à la Faculté des lettres de Sorbonne Université.


Collaboratrices et collaborateurs

Florian Alix Université Paris-Sorbonne (France)
Kodjo Attikpoé Memorial University of Newfoundland (Canada)
Jean Bessière Université Sorbonne-Nouvelle (France)
Mireille Calle-Gruber Université Sorbonne-Nouvelle (France)
Stefania Cubeddu-Proux Université Paris-Nanterre (France)
Bernadette Desorbay Humboldt-Universität zu Berlin (Allemagne)
Jean-Michel Devésa Université de Limoges (France)
Yves Romuald Dissy-Dissy Université Omar Bongo de Libreville (Gabon)
Sonia Dosoruth Université de l’Île Maurice (Île Maurice)
Romuald Fonkoua Université Paris-Sorbonne (France)
Cécilia W. Francis Université Saint-Thomas, Nouveau-Brunswick (Canada)
Céline Gahungu Université Paris-Sorbonne (France)
Xavier Garnier Université Sorbonne-Nouvelle
Lise Gauvin Université de Montréal, Québec (Canada)
Karine Gendron Université Laval, Québec (Canada)
Olga Hel-Bongo Université Laval, Québec (Canada)
Sylvie Jeanneret Université de Fribourg (Suisse)
Jeanne Jégousso Louisiana State University (États-Unis)
Valérie Magdelaine-Andrianjafitrimo Université de La Réunion (France)
Buata B. Malela Centre Universitaire de Mayotte (France) / Université Libre de
Bruxelles (Belgique)
Anthony Mangeon Université de Strasbourg (France)
Andrée Mercier Université Laval, Québec (Canada)
Solange Namessi Université de Strasbourg (France)
Christiane Ndiaye Université de Montréal, Québec (Canada)
Titaua Porcher Université de la Polynésie française (France)
Françoise Simasotchi-Bronès Université Paris 8 (France)
Przemysław Szczur Université pédagogique de Cracovie (Pologne)
Bernard Urbani Université d’Avignon (France)
Subha Xavier Emory University (États-Unis)
Judyta Zbierska-Mościcka Université de Varsovie (Pologne)
Muriel Zeender Berset Université de Fribourg (Suisse)

[A paraître] : Sur le geste de l’abandon – Pascal Quignard, Mireille Calle-Gruber

« Sur la couverture du livre que vous tenez entre vos mains, ce n’est déjà plus le geste de l’abandon d’Ariane, ce sont les immenses ailes noires d’Hypnos qui déploient un tout nouveau monde obscur où elles entraînent l’abandonnée »

Pascal Quignard, Images pour écrire

À l’occasion de la donation de ses archives à la BnF, Pascal Quignard a confié à son amie Mireille Calle-Gruber le soin de composer, d’images et de mots, les illuminations mystérieuses qui emportent son oeuvre sur le geste de l’abandon. 

Et c’est tout l’univers de l’écrivain qui nous rêve.

A paraître le 8 avril aux Editions Hermann

JULIA KRISTEVA : RÉVOLTE ET RELIANCE / HUMANITÉS, LITTÉRATURE, PSYCHANALYSE

DU MARDI 23 JUIN (19 H) AU DIMANCHE 28 JUIN (14 H) 2020
[ colloque de 5 jours ]

ATTENTION : Les inscriptions à ce colloque ne seront ouvertes qu’à partir du 15 mars prochain.
En attendant, nous vous invitons à consulter la page Inscription sur le site de Cerisy


DIRECTION :

Sarah-Anaïs CREVIER GOULET, Keren MOCK, Nicolas RABAIN, Beatriz SANTOS
Avec la participation de Julia KRISTEVA


ARGUMENT :

Cette rencontre se propose comme une traversée dans l’œuvre protéiforme de Julia Kristeva. Toujours en acte, la pensée qu’elle déploie est à l’écoute des bouleversements de l’histoire, des théories et des disciplines, tout comme des enjeux contemporains et des questions éthiques. Conçue dans les mouvements de révolte et de reliance, elle prend ancrage au cœur même de ce qui relie l’intime et le social-historique : là est la force créative d’une œuvre dont le rayonnement dépasse cultures et disciplines.

L’exigence de la vision humaniste de l’auteure oblige à suivre l’héritage des Lumières : c’est en confrontant les points de vue que, dans le vaste ensemble de leurs enchevêtrements, la complexité se dévoile. De la signifiance au récit intertextuel, de l’inscription inconsciente aux limites de la vie, de la révolte adolescente à la violence des pouvoirs de l’horreur, des portraits littéraires aux expressions esthétiques et artistiques, du besoin de croire à la pulsion de savoir, les trois volets de ce colloque (humanités, littérature, psychanalyse) permettront de considérer à sa juste mesure la singularité du parcours kristévien.

Sans pour autant prétendre à l’exhaustivité, les réflexions éclairées par le débat avec de nombreux penseurs tant français qu’étrangers permettront d’entretenir un dialogue privilégié avec celle qui se définit comme un « monstre de carrefours » et qui est assurément, non seulement une personnalité hors pair, mais aussi l’une des intellectuelles les plus importantes de notre temps.


CONFÉRENCES (suivies de débats) :

Carin FRANZÉN : L’œuvre de Julia Kristeva — un antidote au vide symbolique dans la culture contemporaine
Marian HOBSON : « Le son de cloche » : système / dissémination dans la pensée de Julia Kristeva
Alice JARDINE : At the risk of thinking
* Laurie LAUFER : Souffrir non souffrir : le soleil noir de la mélancolie
Griselda POLLOCK : Rencontre politique, éthique et esthétique entre Julia Kristeva et Marilyn Monroe


COMMUNICATIONS EN DIALOGUE :

Jean-Louis BALDACCI & Françoise COBLENCE : Reliance et sublimation dans l’esthétique et dans la clinique
Laurent DANON-BOILEAU : Exil, mélancolie, sublimation & Gilbert DIATKINE : Interprétation et traduction
Dominique DUCARD : Le milieu interne du langage & Marie-Christine LALA : Les mutations de la sémiotique entre langue, sujet et discours
* Ellen MORTENSEN : L’écriture de la chair. Julia Kristeva sur Colette et l’alphabet nouveau de sens & Cecilia SJÖHOLM : Kristeva, Arendt et la vie du sujet
Karine ROUQUET-BRUTIN : Julia Kristeva et la question du matricide de la langue natale & David UHRIG : Le « pathos » du Neutre


TABLES RONDES (suivies de débats) :

* Éthique et médecine, avec Jean-Claude AMEISENEivind ENGEBRETSEN et Charles GARDOU
Perspectives contemporaines sur la chora, avec Sarah-Anaïs CREVIER GOULETMiglena NIKOLCHINA et Audrey RICHARD-BURTEY
* Les territoires de la fiction, avec Marilia AISENSTEINPierre-Louis FORT et Keren MOCK
* Adolescence et révolte, avec Samuel DOCKBrigitte MOÏSE DURAND et Nicolas RABAIN
* Portraits littéraires, avec Éric MARTYJean-François RABAIN et Dominique RABATÉ


AUTRE SÉQUENCE :

* Entretien avec Philippe SOLLERS


CONCLUSIONS :

* Rapport d’étonnement de doctorants, animé par Nicolas AUDE
* Discussion avec Julia KRISTEVA


SOIRÉES :

* Lectures, par Charlotte CASIRAGHI, Sihem HABCHI & Teodor KOTOV
* Écrivains : témoignage et écriture, avec Michal BEN-NAFTALIPhilippe FOREST et Tiphaine SAMOYAULT
* Julia KRISTEVA : Avons-nous besoin de croire ?, entretien avec Martin LEGROS accompagné au saxophone par Raphaël IMBERT

« HORS LES MURS » — À COUTANCES :
* Stabat Mater, concert organisé par Jean-François DÉTRÉE, avec Pauline JAMBET (récitante), Françoise MASSET (voix) et Pascale ROUET (orgue)

MORPHOGENÈSE : DONNER LIEU AU PATRIMOINE ORIGINAIRE AVEC ARNO STERN ET PASCAL QUIGNARD

DU VENDREDI 10 JUILLET (19 H) AU VENDREDI 17 JUILLET (14 H) 2020
[ colloque de 7 jours ]

ATTENTION : Les inscriptions à ce colloque ne seront ouvertes qu’à partir du 15 mars prochain.
En attendant, nous vous invitons à consulter la page Inscription de Cerisy.


DIRECTION :

Mireille CALLE-GRUBER, Anaïs FRANTZ, Pascal QUIGNARD
Avec la participation d’Arno STERN


ARGUMENT :

L’originaire fait signe — il fait signe dans les découvertes scientifiques, dans l’art, dans les rêves, dans la langue littéraire, dans l’amour, dans le jeu des enfants, dans la vie sauvage. Mais comment accueillir ces signes — ces traces — dont la manifestation précède le logos (le langage de la raison) et les sciences régies par le logos ?

Ce qui se donne à penser, avec les travaux d’Arno Stern et de Pascal Quignard, ce sont autant les conditions d’expression de l' »Homo vulcanus » (Stern) dont, sans répit, Quignard guette l’éruption dans les images et les textes qu’il collecte, que celles de la réception des traces de l’ancienne « vie aquatique » (Quignard) dont l’atelier de peinture créé par Arno Stern à Paris au lendemain de la Seconde Guerre mondiale reconstitue l’état de plénitude. C’est, dans toute son amplitude, la question de la morphogenèse envisagée sous l’angle de la sémiologie (Stern) ou du rêve (Quignard).

À partir des œuvres d’Arno Stern et de Pascal Quignard, de l’exposé de leurs singularités respectives et de leur rencontre, le Centre culturel international de Cerisy se propose d’être le lieu d’une méditation transdisciplinaire, à l’intersection de la paléontologie, de l’embryologie, de la psychanalyse, des sciences du langage, de la danse, de la peinture, de la littérature, autour des conditions d’accueil et d’expression du patrimoine originaire.


COMMUNICATIONS (suivies de débats) :

* Jean-Claude AMEISEN : Morphogenèse et sculpture du vivant
* Emmanuel ANATI : La décodification de l’art préhistorique et l’origine de l’écriture
Amélie BALAZUT : Du secret des images endogènes : retour aux sources animales de l’esthétique
Joël BALAZUT : L’ordre symbolique et son envers
* Mireille CALLE-GRUBER : Le corps archaïque. Urszenen de Pascal Quignard
* Catherine DOLTO : Dans l’infime de l’intime, surgissement du Sujet dans la vie prénatale
François FARGES : Scènes de la vie fœtale
Nicole FARGES : À l’origine, la nuit fœtale
Anaïs FRANTZ : « Et ce n’est pas de l’art… »
Stefano GENETTI : Autour d’un ballet imaginaire des origines
* Eberhard GRUBER : De la morphogenèse à partir de l’informe
Geneviève HAAG : La morphogenèse au croisement du jaillissement et des rebonds de la rencontre
Dimitrios KRANIOTIS : Jerome Andrews : la danse profonde, la joie d’être en mouvement
* Marie-Christine LALA : Aux tréfonds de l’être inexprimer l’exprimable encore
* Chantal LAPEYRE : Le Mur de Planck
* Éric MARTY : Le Travesti
Marie MOREL : L’œuvre censurée de Marie Morel
Victor PITRON : Bases cognitives de la perception corporelle
* Pascal QUIGNARD : Morphée
Hugo RUDY : À la recherche de l’universalité psychique : Georges Devereux et l’approche ethnopsychiatrique
Arno STERN : Le Tracé révélateur d’une mémoire archaïque

[Archive du mois] Claude Simon au Jardin des Plantes

Ce mois-ci, nous partageons avec vous des photos, inédites, prises par Claude Simon, au Jardin des Plantes, à Paris, lieu favori de sa promenade quotidienne.
 

Statue de Henri Bernardin de Saint-Pierre (1737-1814), auteur du roman Paul et Virginie (1788)
qui est le récit d’une idylle exotique (île Maurice) entre deux adolescents. 

Claude Simon est alors en train d’écrire son roman Le Jardin des Plantes (1997)dans lequel cette statue est précisément décrite : voir pages 62 et 63 reproduites.

Le Jardin des Plantes est constitué « des fragments épars d’une vie d’homme » au long du XXème siècleet « aux quatre coins du monde ». Claude Simon opère un montage éblouissant d’audace et de poésiequi est moins une autobiographie que le « portrait d’une mémoire », ainsi qu’il aime le désigner.

Un « Jardin des Plantes » est un jardin d’acclimatation dans lequel voisinent des espèces de provenance très différentes, étrangères les-unes aux autres, et qui cependant forment un ensemble d’invention. Belle métaphore pour la façon dont Claude Simon compose ses romans.

Claude Simon, Le Jardin des Plantes, Minuit, 1997,p.62-63.