Réedition aux États-Unis de La Route des Flandres de Claude Simon : The Flanders Road

traduit du français par Richard Howard, introduction par Jerry W. Carlson
Disponible à partir du 12 juillet aux éditions New York Reviews Book

 

Autour de La route des Flandres

  • Assia Djebar lit La Route des Flandres de Claude Simon

    « Mais comment savoir ? »  par Assia DJEBAR   Replongeant récemment dans La route des Flandres, chaque « phrase-monde » de cette remémoration de la défaite de 1939 m’a redonné confiance dans la littérature, et cela, grâce à l’écriture intransigeante de Claude Simon. Vingt … Continuer la lecture


[ARCHIVES DU MOIS] Claude Simon: Cérémonie de remise du Prix Nobel et courrier de Michel Butor

CLAUDE SIMON : CEREMONIE DE REMISE DU PRIX NOBEL à STOCKHOLM,
LE 10 DÉCEMBRE 1985
   

Claude Simon dans sa loge : essayage du couturier
Stockholm, le 10 décembre 1985 – Photographie : Jack MIKRUT
Claude Simon : remise du prix Nobel de Littérature
Photographie : Jack MIKRUT

ET : COURRIER DE MICHEL BUTOR A CLAUDE SIMON

Nice, le 18 mars 1986
Le courrier de Michel Butor se présente toujours sous forme de cartes découpées, assemblées et collées avec des scotch de couleur. Le destinataire doit déplier, soulever, retourner pour cueillir les écrits disséminée sur les différentes surfaces et observer  les images porteuses d’informations.

Volet gauche haut :

M. Butor 
aux Antipodes
Chemin de Terra Amata
23 Bd Carnot
06300 Nice
Tél. 93897118
J’y suis jusqu’au 14 avril puis recommence
mes navettes pour Genève

VOLET DROIT HAUT :     

la famille évoluant,
la fatigue grandissant,
nous nous installerons
de façon plus fixe dans
la région genevoise,
Marie-Jo et moi, à
partir d’octobre et
jusqu’à ma retraite
en 1991.

Volet gauche BAS :

M. Butor
34 rue du Nant
1207 Genève
Suisse   
Tél: 861627

VOLET DROIT BAS :     

 L’an prochain
ce sera sans doute
une autre adresse.
Je vois s’amonceler
sur mon horizon
des nuages de déména-
gements en chaîne.

Cher Claude Simon,
Merci pour votre Discours de Stockholm. J’ai été moi-même fort déçu par le peu d’écho qu’a reçu votre distinction dans la presse, les media, l’université, auprès du gouvernement même de notre pays. C’est pourquoi je suis fort heureux de l’initiative de Lucien Dällenbach, et je l’aiderai, dans la mesure de mes moyens, à faire du colloque de novembre une célébration mémorable(1). Pour introduire, même brièvement, ma voix dans ce concert, il me serait utile d’avoir Les Géorgiques et La Chevelure de Bérénice. Pourriez-vous me les faire envoyer ce printemps à Genève ? Merci d’avance. 

A bientôt donc. Amitiés. Votre
Michel Butor

(1) Le colloque Claude Simon a eu lieu à l’Université de Genève les 14 et 15 Novembre 1986. Seules quatre interventions ont été publiées, Sur Claude Simon, Minuit, 1987
(interventions de Jean Starobinski, Georges Raillard, Lucien Dällenbach, Roger Dragonetti).

Retour sur la cérémonie de remise du titre de Docteur Honoris Causa à Mireille Calle-Gruber par l’Université Aristote de Thessalonique

Mercredi 11 mai 2022,
Le Recteur de l’Université Aristote de Thessalonique, Professeur M. Nikolaos Papaïoannou
et la Présidente du Département de Langue et de Littérature Françaises, Professeure Mme Maria Litsardaki ont eu l’honneur de remettre le titre de Docteur Honoris Causa à la Professeure Émérite de Littérature Française et d’Esthétique de l’Université de la Sorbonne Nouvelle-Paris 3

Cérémonie de remise du titre de Docteur Honoris Causa à Mireille Calle-Gruber


Ce mercredi 11 mai à 17h30 (heure française), la cérémonie sera diffusée en direct, pour y assister, il vous suffit de suivre le lien suivant : https://www.frl.auth.gr/index.php/el/


Le Recteur de l’Université Aristote de Thessalonique,
Professeur M. Nikolaos Papaïoannou
et la Présidente du Département de Langue et de Littérature Françaises,
Professeure Mme Maria Litsardaki

ont l’honneur de vous inviter
à la cérémonie de la remise du titre de Docteur Honoris Causa
à la Professeure Émérite de Littérature Française et d’Esthétique
de l’Université de la Sorbonne Nouvelle-Paris 3

Mme Mireille Calle-Gruber

qui aura lieu le mercredi, 11 mai 2022, à 18h30 (17h30 heure française),
dans la Salle des Cérémonies du Vieux Bâtiment de La Faculté des Lettres.
L’éloge de la personnalité honorée sera prononcé par la Professeure Assistante du Département de Langue et de Littérature Françaises Mme Polytimi Makropoulou

Après la remise du titre,
la personnalité honorée prononcera un discours intitulé :
Célébrer le don

Le Recteur
Professeur M. Nikolaos Papaïoannou

La Présidente Professeur
Professeure Mme Maria Litsardaki


Mireille Calle-Gruber est Professeure Émérite de Littérature Française et d’Esthétique de l’Université Queen’s University du Canada et de l’Université de La Sorbonne Nouvelle – Paris 3. Son oeuvre témoigne de la profonde réflexion critique qu’offre l’étude de la littérature dans son rapport avec la langue, la philosophie, les arts et plus précisément avec les divers mouvements du 20ième siècle et, par prédilection, le Nouveau Roman et l’oeuvre de Michel Butor dont elle a dirigé l’édition des Œuvres complètes. Mireille Calle-Gruber a déployé sa remarquable activité d’écriture et de recherche, en se penchant sur l’oeuvre de grands auteurs comme, entre autres, le nobéliste Claude Simon, Assia Djebar, Pascal Quignard, Jacques Derrida, Peter Handke, Marguerite Duras, Hélène Cixous, Nelly Kaplan, Claude Ollier. Elle est l’auteure d’un grand nombre d’ouvrages et d’articles dans des revues scientifiques et des volumes collectifs, dont elle a souvent dirigé l’édition. Il s’agit d’une personnalité polyvalente dont l’oeuvre scientifique, littéraire et académique est caractérisée d’une ampleur et d’un rayonnement international.


Ce mercredi 11 mai à 17h30 (heure française), la cérémonie sera diffusée en direct, pour y assister, il vous suffit de suivre le lien suivant : https://www.frl.auth.gr/index.php/el/


Claude Simon peintre, ou les épiphanies de « Raison émue »

Marion Coste, « Claude Simon peintre, ou les épiphanies de « Raison émue » », Acta fabula, vol. 23, n° 3, Notes de lecture, Mars 2022

Claude Simon : être peintre est une véritable découverte. Il dévoile, jusqu’ici inconnue, la pratique de peintre et de plasticien de Claude Simon, qu’il exerça pleinement de 1932 à 1960, date de la parution de La Route des Flandres qui fit connaître l’écrivain. Mireille Calle‑Gruber avance l’hypothèse que dans cette expérience de la peinture se fait l’apprentissage de l’écriture telle que Claude Simon la mettra en œuvre dans la suite de sa vie. La chercheuse souligne les fulgurances mais aussi les difficultés de cette vie de peintre, relatant l’insatisfaction qu’elle procure souvent à Claude Simon : l’inaboutissement, la frustration parfois ressentie par Claude Simon peintre, sont pensés comme un chemin vers l’écriture, ce que M. Calle‑Gruber résume par « Écrire comme il n’a pas peint. » (p. 27). […]


  • [Parution] Claude Simon : être peintre

    Mireille Calle-Gruber présente le second volet de la biographie de Claude Simon alors que l’écrivain était peintre (1932-1960). Le volume présente près de 300 reproductions couleurs. Claude Simon, avant de devenir l’un des plus grands écrivains du XXe siècle, Prix Nobel

    Lire la suite


La Charité romaine et ses incarnations queer: politiques et érotiques de l’allaitement (volume collectif)

À paraître dans la Revue IL (Interférences littéraires/ Literaire Interferenties. Multilingual e-Journal of Literary Studies) 

Auteures

Maribel Peñalver Vicea, Sarah-Anaïs Crevier Goulet et Mireille Calle-Gruber (éds.)

Il se mit à genoux devant elle ; et elle se pencha vers lui, portant vers sa bouche, dans un geste de nourrice, le bout foncé de son sein. Dans le mouvement qu’elle fit en le prenant de ses deux mains pour le tendre vers cet homme, une goutte de lait apparut au sommet. Il la but vivement, saisissant comme un fruit cette lourde mamelle entre ses lèvres. Et il se mit à téter d’une façon goulue et régulière.

Il avait passé ses deux bras autour de la taille de la femme, qu’il serrait pour l’approcher de lui; et il buvait à lentes gorgées avec un mouvement de cou, pareil à celui des enfants.

Guy de Maupassant, Idylle (1884)

Présentation

De façon étonnante, le thème iconographique de la Charité romaine, très prisé à la Renaissance et pendant la période baroque, n’a reçu que peu d’attention de la part de la critique universitaire. Si l’on dénombre plus de trois cent représentations artistiques du couple Pero et Cimon actuellement exposées dans les musées et différentes collections européens (sous des formes diverses : peintures à l’huile, dessins, médaillon, enluminures, sculptures de marbre, fresques, vaisselle décorative, etc.), parmi lesquelles les œuvres de Rubens, du Caravage, et de Bartolomeo Manfredi sont les plus connues, les études portant sur ce motif issu de la Rome antique sont peu nombreuses. 

Ce volume collectif accueillera des travaux interdisciplinaires touchant de près ou de loin à l’imaginaire de la Charité romaine et à ses détournements queer, sans restriction de période historique. Il s’agira de réfléchir à l’allaitement en dehors des schémas normatifs et de l’envisager comme l’expression d’un désir queer. Les études pourront proposer des analyses de diverses représentations de la Charité romaine dans les arts visuels, la littérature, le cinéma et les arts de la scène, ou encore proposer une réflexion plus théorique s’inscrivant dans les domaines des études de genre, la philosophie, l’histoire, mais aussi la psychanalyse, l’anthropologie, la sociologie, la linguistique, la médecine, la sémiotique et le discours social (la presse, la publicité).

Cahiers Butor n° 2

Michel Butor et les peintres

Mireille Calle-Gruber, Patrick Suter

La ligne tourne tourne
on dirait un avion
Alors dans ces lassos
couleurs viennent se prendre

Avec ce poème intitulé Au piège du trait , adressé au plasticien Thierry Lambert, Michel Butor évoque en quelques mots la richesse de son travail avec les peintres  : jeu défi audace, ivresse du risque et du hasard, révélation.

À la suite du premier Cahier qui s’attachait aux divers Compagnonnages avec des partenaires artistes, ce nouveau numéro explore la collaboration avec les peintres dont les œuvres sont la source majeure où l’écriture se régénère. L’écrivain y trouve un lexique, une syntaxe, une grammaire, bref une langue neuve par laquelle il affirme sa pratique du collage textuel et la plasticité de la page.

Michel Butor et les peintres délivrent le livre des contraintes éditoriales commerciales  : ils créent des livres d’artistes façonnés par la main, au gré des matières, des formes, des couleurs, des calligraphies et des typographies.

Le Cahier Butor 2 donne à voir de fabuleux livres-objets, il apprécie leurs enseignements à lire autrement, expose la capacité de transmission qu’ont ces voyages sur le papier, dans le passé et à l’à-venir.

Michel Butor et les peintres introduit les lecteurs au secret de ce qui trame les Œuvres complètes de Michel Butor  : l’énergie des alliages et des alliances porteuse des plus étranges émerveillements.


Auteurs

Mireille Calle-Gruber (Directeur d’ouvrage)
Mireille Calle-Gruber, écrivain, professeur à La Sorbonne Nouvelle en littérature et esthétique, a publié notamment les Œuvres complètes de Michel Butor (La Différence, 2006-2010), et aux éditions Hermann Le Chevalier morose, récit-scénario  co-écrit avec Michel Butor (2017), Sur le geste de l’abandon, avec Pascal Quignard (2020) et un essai biographique Claude Simon, être peintre (2021).

Patrick Suter (Directeur d’ouvrage)
Patrick Suter est professeur de littérature française à l’Université de Berne et écrivain. Ses publications portent sur la poésie, les rapports entre littérature et presse, les avant-gardes, l’interculturalité et la poétique des frontières, et c’est à partir de ces perspectives qu’il a abordé l’œuvre de Butor dans diverses publications. Avec Pierre-Marie Héron, il a codirigé Michel Butor et la radio (Komodo 21, n°15, 2021). Dans ce Cahier Butor 2, il a en particulier coordonné le dossier « Lire les livres d’artistes».


Michel Butor : Pour Claude Simon 

Pour Claude Simon est un curieux livret-collage entièrement bricolé par Michel Butor, envoyé en novembre 1967 « avec toutes mes félicitations », saluant ainsi le lauréat du Prix Médicis pour son roman Histoire (Minuit, 1967). C’est une pièce de circonstance, unique. J’ai pu constater, cependant, que Michel Butor envoyait régulièrement à Claude Simon ses livres publiés chez Gallimard, et qu’il prenait soin de donner à chacun un signe distinctif : fil de laine bleue dans la page trouée, papier chiffonné, coup de crayon couleur. (Mireille Calle-Gruber)


Michel Butor, Julius Baltazar : complicités
Entretien de Mireille Calle-Gruber avec Julius Baltazar1

Julius Baltazar en entretien avec Mireille Calle-Gruber lors de la journée d’étude « Hugo/Butor : complices », organisée par le CRP19 et THALIM sous la responsabilité de Mirelle Calle-Gruber et Henri Scepi, 28 novembre 2019, Salle Bourjac, en Sorbonne.

Mireille Calle-Gruber — Des trésors nous arrivent chaque fois qu’un artiste franchit le seuil de l’Université et vient y parler de son travail et de ses œuvres. De telles rencontres sont une chance : d’étonnements, d’émerveillements, d’expérimentations. Grâce à toi, Julius, nous sommes ici réunis avec tes proches : Jean-Loup Philippe, François Xavier, Luis Mizon, Bernard Alligand. Tu as une œuvre de peintre immense, et tout aussi considérable est le nombre des ouvrages en collaboration, c’est-à-dire des livres d’artistes réalisés avec des écrivains. Parmi ceux-ci, Michel Butor a une place prépondérante et votre amitié est ancienne.

J’aimerais que nous commencions par parler de vos affinités, de vos complicités peut-on dire, grâce auxquelles il y a des textes poétiques fort ludiques : une « Baltazarade », par exemple, en forme de charade, signée par l’écrivain et « baltazaradiée » par l’artiste ; un Prospectus pour l’eau Baltazar reconnu(e) d’utilité publique, avec« aquabaltazarelle » ainsi qu’un livre-dépliant pour lequel Michel Butor a écrit un poème, 21 façons de se représenter Julius Baltazar /21 ways to see Julius Baltazar. Ce texte égrène 21 attributs faisant ainsi le portrait en 21 facettes de ton art. Butor, en somme, renouvelant le geste de Salvador Dali qui te donna pour nom d’artiste un nom de Roi Mage, te « baptise » 21 fois : tu es tour à tour un jardinier, un cuisinier, un navigateur, un astronaute, un spéléologue, un météorologue « qui dispose des ouragans et des cyclones sur fond d’océan », un archéologue, un vulcanologue, un bûcheron, un lapidaire, pour n’en citer qu’une partie, et aussi un tisserand qui travaillerait « le lin, la laine, les fibres qui montent et descendent ». Ce sont autant de métiers qui désignent la diversité de ta facture : peinture, lavis, encre, aquarelle, pointe sèche. C’est aussi son propre portrait que fait ainsi Butor qui partage avec toi des explorations sans borne où les formes se démultiplient.

Comment s’est faite ta rencontre avec Michel Butor ? Comment es-tu allé vers lui ?

Julius Baltazar — Cela remonte à très loin. J’avais parlé à Jacques Matarasso de mon envie de faire un livre avec ce Michel Butor décrit comme un auteur doué d’une curiosité bienveillante, et comme lui avait sa maison à Nice, j’avais vu dans sa librairie et celle de Nicaise plusieurs ouvrages réalisés avec des peintre tels qu’Alechinsky, Bernard Dufour, Peverelli, Bryen. Je me suis procuré sans difficulté son numéro de téléphone et n’ai pas tardé à l’appeler. Et lui, aussitôt : Venez ! À l’époque Zoé et moi devions prendre le bateau pour la Corse, nous nous sommes arrêtés un jour ou deux, et tout de suite nous avons été accueillis dans la famille Butor ; il y avait de grandes tablées et à la fin des repas Michel tenait à essuyer la vaisselle. Mes enfants, tout jeunes, l’appelaient oncle Michel, ne s’ennuyaient jamais avec lui et même ne quittaient pas la table avant le dessert !

Quand j’ai connu Michel, il y avait à Nice : Gilli, André Villers, Paul Jenkins, Arman, César, tous liés aux Matarasso. Puis à mon tour je lui ai fait connaître mes amis : Jean Cortot, Bertrand Dorny, Axel Cassel… Ont suivi les arrivées de nouvelles complicités dans la constellation, Butor était en attente de découvertes […]


Michel, Julius Baltazar, Hugologie, lavis encre de Chine et acrylique, 2015

Détails

Paru le 15/03/2022
ISBN : 9791037016638
Collection : Hors collection
Thématique : Langues et littératures
Dimensions : 21 x 26 cm
Pages : 250
Prix : 27,00 €

[ARCHIVE DU MOIS] Claude Simon et Michel Deguy

en hommage à Michel Deguy décédé le 16 février 2022

Munich, 30 mai 1989
© Photographie : Isolde Ohlbaum

Claude Simon a remis le manuscrit de L’acacia à Jérôme Lindon et signé le contrat le 24 avril. Il quitte Paris pour une série de conférences, d’abord à Londres où il intervient à King’s College le 25 mai, puis à Alpbach (Autriche) le 28, et à Munich le 29 mai où il retrouve Michel Deguy  et où sa conférence se tient à l’Académie des Beaux Arts, sous la présidence de Horst Bienek, avec la participation de Gerda Zeltner, romaniste et critique littéraire. C’est au lendemain de cette rencontre qu’Isolde Ohlbaum réalise une série de photographies de Claude Simon ainsi que de Michel Deguy et de Horst Bienek. De retour à Paris, Claude Simon consacre le mois de juin à la correction des épreuves de son roman ; le 17 juillet il reçoit le premier exemplaire de L’acacia.

Michel Deguy : lire la phrase-serpent de Claude Simon   

De nombreuses rencontres ont eu lieu entre Claude Simon et Michel Deguy au cours des années 1960 à 1990, aux éditions de Minuit siège également de la revue Critique, mais aussi en privé.  Et bien que Deguy, poète et poéticien, se soit très tôt séparé du roman et de l’écriture romanesque, il n’a cessé de “lire” l’auteur de La Route des Flandres et du Palace “dans une lecture séduite, absorbée, dévorante, fascinée par les déroulements de la phrase-serpent, elle-même “charmée” par la flûte du narrateur   –   lecture enroulée, “roulée” sur l’air de la phrase inachevable”. Tels sont les mots de Michel Deguy lors du colloque Claude Simon. Les Vies de l’Archive, organisé en Sorbonne et à l’Ecole Normale Supérieure Ulm, en juin 2013, pour le Centenaire de la naissance du Prix Nobel de Littérature, colloque au cours duquel Michel Deguy soulignait la nécessité de ne rien clôturer, de réouvrir l’événement de lecture, renouvelant son accord avec l’écrivain sur la métaphore mais réinstruisant “la querelle des jugements derniers” qui opposa Kenzaburo Oé et Claude Simon, en 1995, sur les essais nucléaires français à Mururoa. (Claude Simon. Les Vies de l’Archive, sous la direction de Mireille Calle-Gruber, Melina Balcazar-Moreno, Sarah-Anaïs Crevier Goulet, Anaïs Frantz, Editions Universitaires de Dijon EUD, 2014).   Michel Deguy renouait ainsi, en 2013, au titre de “Claude Simon et l’image”, les fils du dialogue qu’il avait engagé un demi-siècle plus tôt, en 1962, avec sa lecture du Palace, “Claude Simon et la représentation” publiée dans la revue Critique. Claude Simon fit grand cas de ce texte qu’il citait souvent au cours de ses conférences. En voici un extrait, exemplaire de la méthode poiétique de Michel Deguy que porte la générosité d’une voix ample, sous le charme du phrasé et le sachant.   Aujourd’hui que Michel Deguy n’est plus, c’est l’héritage de cette double vertu de justesse et de fougue, de froide lucidité et de lyrique brûlante, qu’il nous laisse. Qu’il nous faut nous apprendre à apprendre.

“Le point de vue d’où le romancier prête sa voix à l’étudiant, ne cesse d’être indiqué dans les membres de phrases qui commencent par comme si ou comme. La situation de l’homme-spectateur qui parle ici dans le roman comme celui qui se souvient, est celle de l’assis au cinéma ; position de la fixité dans la vitesse. La voici indiquée : « (… ) le crissement des roues maintenant très fort, à peu près, semblait-il, dans l’effroyable silence comme un roulement de tonnerre ( … ) » (p. 116). Ou ici « ( … ) les deux files de palmiers et de lampadaires alternés se ruant en s’écartant de chaque côté de la voiture puis (l’étudiant se retournant, regardant par la vitre arrière) s’enfuyant, verticaux, figés et vertigineux, rapetissant à toute vitesse ( … etc.) » (p. 80). Le point de l’observation est, d’une certaine manière, fixe, ou plutôt sur l’axe de la maturation insensible de ma propre mort ; fixe comme le siège du spectateur de film, ou comme la place du voyageur dans un rapide, qui ne cesse de vieillir lentement. D’une part, l’axe interne, « vertical », si on veut, de la futurition de sa mort ; et d’autre part l’axe horizontal qui le perce comme une flèche, axe de référence du mouvement accéléré autour. La posture principale de la voyance est donc elle-même figurée par la situation de l’amateur de film ou du passager de train ; les choses se ruent en fuyant, dans la seule alternative de leur frôlement inoffensif quoique terrifiant ou du choc mortel ; ou bien il ne se passe rien dans le vacarme accéléré ou bien il se passe l’explosion de ma mort. Le spectateur est ce mort en sursis emporté dans la folle voiture (cf. p. 80-81 sq.). Le monde laisse transparaître son essence dans l’expérience de la course en voiture ou en train ; il est comme on le découvre dans la vitesse.”

(Critique, n°187, décembre 1962)

Éditions de L’Herne – Cahier Pascal Quignard

Dirigé par Mireille Calle-Gruber.

L’œuvre de Pascal Quignard est multiple par la diversité des domaines artistiques dans lesquels il excelle ; musique, dessin, cinéma, littérature… Le Cahier de L’Herne se propose d’explorer ces différentes facettes en retraçant l’itinéraire artistique de Pascal Quignard ; son parcours de musicien et ses nombreuses créations originales, ses collaborations avec compositeurs, scénaristes, musiciens et metteurs en scène dans le cadre de performances artistiques, son œuvre littéraire tout à fait inclassable, qui oscille entre roman, essais philosophique, autobiographie, écrits historiques, poésie… Nous dévoilons par ailleurs dans ce volume, le manuscrit inédit du Petit Cupidon, plusieurs textes inédits et de nombreux dessins en couleur de Pascal Quignard.


Extraits

Chez Pascal Quignard à Paris

Jubilé Pascal Quignard à tokyo et nagasaki – au Japon
Mai 2018

Mireille Calle-Gruber, Les comptes du temps. L’archive Claude Simon. Carnets de Tante Mie

Article de Stefano Genetti sur Les Comptes du temps et sur Pascal Quignard Sur le geste de l’abandon, dans Studi francesi n°194 (LXV-II) 2021


Sorella del padre di Claude Simon, ucciso in guerra nel 1914, Artémise diventa una madre sostitutiva per il nipote, che perde la sua nel 1925. Rifugiatasi a Perpignan nel giugno del Quaranta, Tante Mie muore il 25 maggio 1955 all’età di ottantacinque anni. Tra le pagine di diario dello scrittore (25-31 maggio 1955) e gli altri documenti riprodotti in calce al presente volume, in una lettera del 1960, l’autore di L’herbe (1958) si confida: «j’ai voulu écrire un livre sur cette vie admirable faite toute entière d’amour, de générosité et d’abnégation. Sa mort a été pour moi un coup très dur…. Après d’autres» (p. 300). Al romanzo si affianca la pièce teatrale La séparation, allestita nel Sessantatré ma edita, a cura della stessa Mireille Calle-Gruber, solo nel 2019. Se in appendice figura anche la fotografia di gruppo in giardino risalente alla fine dell’Ottocento, intessuta nel testo di L’herbe e riprodotta sulla copertina dell’edizione tascabile, a essere qui pubblicati sono i policromi quaderni contabili di Artémise Simon, «le fac-similé de ces dépôts qui à défaut de faire une histoire font une vie» (p. 13), scrive M. Calle-Gruber, sottolineando come alla redazione di L’herbe risalga l’adozione del sistema di colori associati a personaggi e motivi ricorrenti su cui Claude Simon basa un metodo compositivo svincolato da principi logici e cronologici.


PARUTION | Mireille Calle-Gruber, Les comptes du temps, L’archive Claude Simon, Carnets de Tante Mie

[ARCHIVE DU MOIS] Mireille Calle-Gruber : « La visite virtuelle de la maison de Claude Simon est une invitation à la lecture »

 Claude Simon dans la salle de séjour à Salses, vers 1973.

Entretien avec Mireille Calle-Gruber par Johan Faerber le

Partir à la découverte de l’œuvre magistrale de Claude Simon en explorant sa mythique maison de Salses-le Château où il écrivit la plupart de ses romans si déterminants pour notre contemporain, c’est ce que propose de faire, en un clic depuis votre fauteuil, la remarquable visite virtuelle proposée par la Région Occitanie. Initiée et conçue par Mireille Calle-Gruber, une des plus grandes simoniennes, cette visite vous plongera, guide à l’appui, dans les lieux d’écriture quotidiens de l’auteur de La Route des Flandres et de L’Acacia. Diacritik ne pouvait manquer de saluer cette formidable visite en interrogeant Mireille Calle-Gruber à l’occasion d’un grand entretien.

Reconnue comme l’une des plus grandes spécialistes de Claude Simon et présidente de l’Association « Archive. Claude Simon et ses contemporains » (ARCS), vous êtes à l’initiative de la visite virtuelle de la Maison de Claude Simon située à Salses-le-Château (66). Comment est née l’idée si neuve et si riche de montrer la maison de Claude Simon via Internet ? Comment avez-vous convaincu les autorités et la Région d’Occitanie de la nécessité de rendre la maison de Claude Simon accessible virtuellement ? Comment a-t-elle rendue techniquement possible ?

La Maison de Claude Simon est un lieu extraordinaire en ce qu’il est à la fois un bâtiment historique de pur style XVIIe catalan, un bien patrimonial qui appartient à la famille de Claude Simon depuis 1753, et la résidence où le Prix Nobel de Littérature a écrit la plupart de ses romans. Dès lors, il n’était pas trop difficile de séduire les acteurs culturels que j’ai invités à venir visiter cette demeure : toutes et tous sont tombés sous le charme. Mais bien sûr, de là à passer à l’action, il fallait un pas décisif.

[Archive du mois] Visite virtuelle de la Maison de Claude Simon

Production : La Région Occitanie et L’Inventaire
Réalisation : ArtCode 360°

L’entrée de la Maison de Claude Simon
Le séjour de la Maison de Claude Simon
Bureau d'été de la Maison de Claude Simon
Bureau d’été de la Maison de Claude Simon
La chambre et le bureau d’Hiver de la Maison de Claude Simon

Contenus

Christelle Parvillé, chargée de médiation, Service Innovation, Transmission et Appui aux territoires – Direction de la Culture et du Patrimoine, Région Occitanie/ Pyrénées – Méditerranée

Roland Chabbert, conservateur, Service de la Connaissance et de l’Inventaire des Patrimoines – Direction de la Culture et du Patrimoine, Région Occitanie/ Pyrénées – Méditerranée

Estelle Blanquier, étudiante, Master 1 d’histoire de l’art, Université Lumière Lyon 2

Catherine Guilhou, chargée de conception numérique, Service Innovation, Transmission et Appui aux territoires – Direction de la Culture et du Patrimoine, Région Occitanie/ Pyrénées – Méditerranée

Enregistrements sonores : Florian Parvillé

Mireille Calle-Gruber, Professeur des Universités, Ayant-droit moral pour l’oeuvre de Claude Simon

[Parution] Claude Simon : être peintre

Mireille Calle-Gruber présente le second volet de la biographie de Claude Simon alors que l’écrivain était peintre (1932-1960). Le volume présente près de 300 reproductions couleurs.

Claude Simon, avant de devenir l’un des plus grands écrivains du XXe siècle, Prix Nobel de littérature, a été peintre-plasticien avec ferveur pendant plus de vingt-cinq ans, de 1932 à 1960, date de parution de La route des Flandres.

Peintures, dessins, photographie,  assemblages, collages, tapisserie même, la production fut abondante, accompagnée de notes et carnets : l’ouvrage réunit ici pour la première fois une riche iconographie qui donne à voir des oeuvres dont on ignorait jusqu’à l’existence.
Faire oeuvre pour Claude Simon, c’est inventer des formes capables de conjuguer raison et émotion.

Cheminant avec le peintre durant les difficiles époques de sa jeunesse, on voit se profiler dans le geste artistique les grands romans à venir.
Claude Simon n’a  jamais oublié qu’il venait de ces années-là : il écrit comme il aurait voulu  peindre.

Claude Simon : être peintre est le second volet de la biographie de Claude Simon, Une vie à écrire (Seuil, 2011).

Claude Simon autoportrait huile sur toile vers 1936 – Collection particulière DR
Femme au fauteuil de rotin – sans date – Collection particulière DR
Renée à Nauplie (Grèce), photographie Claude Simon, juillet 1937 – Collection particulière DR
Yvonne Ducuing au chevalet – Photo de Claude Simon – Collection particulière DR
Salses 23 Juillet 1988 – Encre et plume – Collection particulière DR

Mireille Calle-Gruber

Mireille Calle-Gruber, écrivain, professeur à la Sorbonne Nouvelle – Paris 3 en littérature et esthétique, a publié les Œuvres complètes de Michel Butor (La Différence, 2006-2010) et plusieurs ouvrages dont récemment Le Chevalier morose avec Michel Butor (Hermann, 2017) et le premier numéro des Cahiers Butor (Hermann, 2019).