50 ans des Editions des Femmes et Femmage à Antoinette Fouque

Samedi 9 mars 2024 13h30 à 22h
Campus des Cordeliers 15, rue de l’École-de-Médecine 75006 Paris
 
Nous sommes heureuses de vous inviter à fêter avec nous le cinquantenaire des éditions et de la librairie des femmes et à rendre femmage à Antoinette Fouque, à l’occasion des 10 ans de sa disparition.

Au programme

13H30 : ACCUEIL DU PUBLIC DANS LE CLOÎTRE DES CORDELIERS
Exposition sur 50 ans d’engagements pour les femmes et de créations

AMPHITHÉÂTRE FARABEUF (rez-de-chaussée) : 14h-19h15

14h : OUVERTURE

14h30–15h45 : table ronde  « S’ENGAGER »

15h45–16h : lectures de textes par des comédien·ne·s de La Bibliothèque des voix et diffusion de messages

16h00–17h15 : table ronde « CRÉER » 

17h15–17h45 : Lectures de textes par des comédien·ne·s de La Bibliothèque des voix et d’autrices ; messages vidéo  

17h45–19h : table ronde « PENSER »

19h–19h15 : Lectures de textes par des comédien·ne·s de La Bibliothèque des voix et messages vidéo 


SALLE MARIE CURIE (rez-de-chaussée) : tout l’après-midi
Projection de films et de vidéo d’archives en continu


19h15–20h30 : PAUSE VITAMINÉE


RÉFECTOIRE DES CORDELIERS : 20h30–22h30
SOIRÉE DE GALA pleine de surprises…


La maison d’édition des femmes est née du MLF que j’ai toujours envisagé comme un mouvement de civilisation, social et culturel, politique et symbolique. Je voulais tracer des voies positives, donner lieu au non lieu, à l’éveil, à la naissance, au développement de la culture des femmes. Il nous a fallu ouvrir des territoires de paroles et de pensée, où mener l’investigation et la création. A.F., 2004

Table “Créer” avec Catherine Lopes-Curval,  Julia Pietri, Agnès Rosentiehl, Mireille Calle-Gruber, Colette Deblé, Béatrice Didier, Jocelyne Sauvard, Danielle Michel-Chich, Elvire Duvelle-Charles, Sarah Constantin. Texte de Chantal Chawaf.  Message vidéo de Conceiçao Evarjsto.
Mireille CALLE-GRUBER, invitée à la Table “CREER”, présentait  Le Dictionnaire universel des Créatrices : Quarante siècles de création  des femmes  à travers le monde dans tous les domaines.

Claude Simon et Gastone Novelli à la Galerie Wagner, le 29 février 2024

à l’invitation de Florence Wagner, directrice de la Galerie qui expose quatre dessins de Novelli, et de Philippe Fauvernier, directeur des éditions HD.

Mireille Calle-Gruber : Présentation des destins croisés de Claude Simon et Gastone Novelli et du Dialogue entre peinture et littérature dans Réinventer les alphabets, éditions HD, 2024.

Marie Vialle : Lecture-Performance du Jardin des Plantes de Claude Simon, Minuit, 1997. Où le prix Nobel de littérature fait le récit biographique de Gastone Novelli ainsi que le portrait du peintre et de ses oeuvres.

En présence de Ivan Novelli, Fondateur-Président de Archivio Gastone Novelli, Rome ; de Marie-Christine Lemardeley, Adjointe à la Maire de Paris ; d’Edith Heurgon, directrice du Centre Culturel de Cerisy ; d’Armand Hatchuel, Professeur émérite à l’Ecole des Mines et Vice- Président de l’Association des Amis Pontigny-Cerisy.

Réinventer les alphabets : Rencontre avec Mireille Calle-Gruber

Les Editions HD ont le plaisir de vous convier à une rencontre amicale à l’occasion de la parution du livre « Réinventer les alphabets Claude Simon – Gastone Novelli », composé par Mireille Calle-Gruber.

Jeudi 29 février 2024, de 18h à 21h à la Galerie Wagner (Paris 6)

Mireille Calle-Gruber vous accueillera avec Ivan Novelli, fils de l’artiste, fondateur-président de Archivio Gastone Novelli, Rome. La comédienne Marie Vialle lira quelques pages du Jardin des Plantes de Claude Simon consacrées à Novelli

Coordonnées de la Galerie

19 rue des Grands Augustins
75006 – Paris

Métro Odéon – ligne 4 et 10
Saint Michel – RER B et RER C 
Saint Michel – Bus 38 
Odéon – Bus 27, 47, 58, 70, 87

Réinventer les Alphabets
Claude Simon / Gastone Novelli
Auteur : Mireille Calle-Gruber
Format : 18 cm
130 pages
Editions HD
20€

[ARCHIVES] Claude Simon et Gastone Novelli

Claude Simon rencontre Gastone Novelli, figure de l’avant-garde italienne, à Paris en 1961, lors d’une exposition du peintre à la galerie Le Fleuve. La complicité entre eux est immédiate, l’amitié durable. Claude Simon retrouve dans les toiles de Novelli sa propre conception : « Le langage n’est que fulguration, brève étincelle, bribes captées », c’est ce qui fait la vie, instable, surprenante, de la littérature. Il écrit « Novelli ou le problème du langage » pour le catalogue d’une exposition à New York.

Trente ans plus tard, Claude Simon donne au Jardin des Plantes la liberté et les audaces de Novelli, multipliant les montages de textes qui révèlent un langage intime : « l’alphabet des choses aimées ».

Claude Simon à Salses, 1970. Photo : Claude Nourric.
Claude Simon, Le Jardin des Plantes, Paris, Minuit, 1997, p. 23-24-25.
Gastone Novelli peignant dans son atelier à Rome en 1964, Archivio Gastone Novelli, Roma.
Gastone Novelli, 2°Libro dei colori, 1968. Crayon, pastel et aquarelle sur papier, 21x27cm. Coll.part., Photo coutesy Archivio Gastone Novelli, Roma.
Gastone Novelli, AAAAAAAAAAAAA, 1968. Crayon et encre de Chine sur papier, 15,2×26,7cm. Coll. part. Photo courtesy Archivio Gastone Novelli, Roma.
Claude Simon, Le Jardin des Plantes, p. 245.

[PARUTION] Réinventer les alphabets, Claude Simon et Gastone Novelli

Œuvres présentées par Mireille Calle-Gruber
À paraître aux Éditions HDiffusion en décembre 2023

Couverture de Réinventer les alphabets, Claude Simon et Gastone Novelli

Claude Simon rencontre Gastone Novelli, figure de l’avant-garde italienne, à Paris en 1961, lors d’une exposition du peintre à la galerie Le Fleuve. La complicité entre eux est immédiate, l’amitié durable. Claude Simon retrouve dans les toiles de Novelli sa propre conception : « Le langage n’est que fulguration, brève étincelle, bribes captées », c’est ce qui fait la vie, instable, surprenante, de la littérature. Il écrit « Novelli ou le problème du langage » pour le catalogue d’une exposition à New York.

Trente ans plus tard, Claude Simon donne au Jardin des Plantes la liberté et les audaces de Novelli, multipliant les montages de textes qui révèlent un langage intime : « l’alphabet des choses aimées ».

Retours sur le vernisssage de l’exposition Claude Simon sur la route des Flandres, peintre et écrivain à La Piscine à Roubaix

Vernissage de l’exposition, discours de Bruno Gaudichon, conservateur du Musée de La Piscine de Roubaix, Le 13 octobre 2023. © Gérard Roubichou
© Les Amis du Musée La Piscine de Roubaix
DR
© Alain Leprince
© Alain Leprince
© Alain Leprince
© Alain Leprince

Retours sur l’exposition Claude Simon sur la route des Flandres, peintre et écrivain à la Villa Marguerite Yourcenar à Saint-Jans-Cappel

Vernissage de l’exposition le 8 octobre 2023 à la Villa Marguerite Yourcenar

Ivan Novelli, Mireille Calle-Gruber et Marianne Petit à la Villa Marguerite Yourcenar lors de l’exposition “Sur la route des Flandres, Claude Simon peintre et écrivain” – © Dominique Falandry
© Cédric Arnould
© Cédric Arnould
© Cédric Arnould

Claude Simon sur la route des Flandres : peintre et écrivain

Article publié le 15 novembre 2023 par Frédérique Vanandrewelt sur Culturius Magazine

Quand Marianne Petit, directrice de la Villa Yourcenar du Mont Noir visite l’exposition Claude Simon au Musée d’Art Moderne de Collioure en cette fin d’été 2021, elle imagine aussitôt célébrer le grand écrivain dans sa maison. Mais la villa est petite et l’idée de fragmenter l’exposition en la répartissant dans plusieurs lieux devient vite une évidence.

Exposition du 7 octobre 2023 au 7 janvier 2024, Musée de La Piscine, Roubaix.

Ce sera donc La Villa pour la création littéraire de Claude Simon et son rapport à l’histoire, La Piscine de Roubaix pour un impressionnant panorama des œuvres plastiques de l’artiste et le Château Coquelle à Dunkerque pour admirer le grand paravent à quatre feuilles. Elle entre en contact avec Mireille Calle-Gruber, professeur d’université, auteure et ayant droit testamentaire de Claude Simon qui lui procure toute la matière nécessaire pour cette exposition tricéphale dont nous allons découvrir ensemble le premier volet.


En savoir plus sur l’exposition

Mireille Calle-Gruber : « Claude Simon n’a cessé de tirer ses leçons d’écriture de sa pratique de plasticien »

Article publié le 14 novembre 2023 sur Diacritik par Johan Faerber 

Claude Simon (1913-2005) Autoportrait (détail), vers 1936. Huile sur bois, 33x24cm. Collection particulière

Depuis le 7 octobre et jusqu’au 7 janvier 2024, dans la Région des Hauts-de-France, se tient l’une des plus riches et des plus stimulantes expositions jamais conçues sur Claude Simon. Conçu par Mireille Calle-Gruber qui en assure le commissariat scientifique, ce Claude Simon « sur la route de Flandres, peintre et écrivain » ne se présente pas seulement comme une mais trois expositions : un triptyque en forme de parcours dans les aspects majeurs mais souvent méconnus du prix Nobel de littérature. Grand entretien  avec la conceptrice, Mireille Calle-Gruber, .

À la Piscine de Roubaix, magistrale présentation des œuvres picturales de Simon ; à la Villa Marguerite Yourcenar, plongée dans l’Histoire pour Claude Simon ; et enfin au Château Coquelle un magistral paravent que les lecteurs de Simon ont toujours voulu voir. Trois expositions en une, troix lieux, trois déambulations pour un événement culturel majeur.

Expositions “Sur la route des Flandres” de Claude Simon à La Piscine, Villa Yourcenar et le Château Coquelle

Claude Simon (1913 – 2005)

Prix Nobel de Littérature 1985, Claude Simon est l’un des plus grands écrivains du xxe siècle. On ignore cependant qu’il fut d’abord peintre, travaillant tout ensemble dessin, peinture, photographie, papiers découpés, collages, alors qu’il commence à écrire des romans. 

La Route des Flandres, roman publié en 1960 est son premier chef d’oeuvre : ce récit du désastre vécu en mai 1940 – rare survivant de son escadron, il est prisonnier en Allemagne –, présente une composition de la matière verbale par tableaux détachés et réglages harmoniques inspirée des arts de l’image. 

Claude Simon écrivain demeure peintre dans l’âme, il revendique sa façon sensorielle et expérimentale d’approcher toute chose. 

Pour la première fois, cette création polytechnicienne s’expose dans trois espaces complémentaires. La Piscine à Roubaix, La Villa Yourcenar à Saint Jans-Cappel, Le Château Coquelle à Dunkerque invitent à un trajet en Flandre pour découvrir l’OEuvre totale de Claude Simon. De nouvelles clefs de lecture. 

Détails des événements

Claude Simon, Portrait d’Yvonne au fond gris vert, huile sur toile, 1947.

Du 7 octobre 2023 au 7 janvier 2024
La Piscine de Roubaix

Ouverture : le 7 octobre

Vernissage : 13 octobre 2023, à partir de 18 h 

Lecture : 14 octobre 2023, à partir de 16 h par le comédien Jacques Bonnaffé de la nouvelle de Claude Simon Le Cheval (1958), éditions du Chemin de fer, 2015. 

Conférence : 21 novembre 2023 à 14h 

Université La Sorbonne Nouvelle, Paris, « Claude Simon sur la route des Flandres », Présentation par Mireille Calle-Gruber, Pauline Dubouclez, Paul Leroux, Marianne Petit, dans la série des conférences « université des cultures ». 


Prisonnier au stalag, Mühlberg/Elbe, mai 1940.

Du 8 octobre au 17 décembre 2023 
La Villa Marguerite Yourcenar

Rencontre : 6 octobre 2023 
Librairie Michèle Ignazi, 15-17 rue de Jouy, Paris 4e Rencontre « Claude Simon et Gastone Novelli » avec Ivan Novelli et Mireille Calle-Gruber, et les éditeurs de Trente-trois morceaux, Vincent Weber et Paul Ruellan. 

Vernissage : Le 8 octobre 2023
Conférence de Mireille Calle-Gruber : « La Route des Flandres : de la biographie à la fiction », à 16 h 30
Lecture par Jacques Bonnaffé de la nouvelle Le Cheval, éditions du Chemin de fer, 2015 


Papiers découpés sur paravent, 1958-1962, Claude Simon

du 6 octobre au 16 décembre 2023 
Le château Coquelle

Vernissage : le 8 octobre 2023

Lecture : 18 novembre 2023, à 16 h au LAAC, Lieu d’Art et d’Action Contemporaine
Lecture par Jacques Bonnaffé de la nouvelle Le Cheval, éditions du Chemin de fer, 2015. 

Dans le cadre de « Récits sans frontières », Festival intercommunal des arts du récit, au Lieu d’Art et d’Action Contemporaine (LAAC) 

Gayatri Chakravorty Spivak, Politics of Reading and Writing/Vers de nouveaux imaginaires critiques, Mireille Calle-Gruber, Sarah-Anaïs Crevier Goulet

Ouvrage publié aux Éditions Hermann

Comment être à la fois celle qui est professeure, directrice de recherche à l’université Columbia de New York et celle qui enseigne dans les écoles rurales en Inde, écoles qu’elle a fondées pour les enfants déshérités  ?

Gayatri Chakravorty Spivak ne prétend pas se mettre «  à la place  »  ; depuis sa place, avec du recul tout en restant dans une «  walking distance  », une distance humaine, franchissable, avec sa différence, ses expériences propres, elle se joint.

Elle donne cours à la controverse des langues, fait entendre les «  subalternes  », se réclame des axiomes de Derrida  : l’accueil inconditionnel, une «  politique de l’amitié  ». Elle n’a pas peur du foisonnement, de la mobilité, de la caducité, pas peur du décentrement. Elle prône la dé-hiérarchisation politique, linguistique, culturelle, refuse l’emprise du modèle capitalistique occidental.

Nous sommes au fondement même des questionnements qui taraudent le monde aujourd’hui. Avec Gayatri Chakravorty Spivak se dessine la capacité de penser et d’acter, hors des catégories de l’humanisme traditionnel, une nouvelle sécularisation du politique.


Spivak, la controverse des langues

“Comment être à la fois celle qui est professeure, directrice de recherche à l’université Columbia de New York et celle qui enseigne dans les écoles rurales en Inde, écoles qu’elle a fondées pour les enfants déshérités ?

Lire l’éditorial de Marc Escola sur Fabula


Paru le 27/09/2023
ISBN : 9791037031945
Collection : Hors collection
Thématique : Langues et littératures
Dimensions : 15.2 x 22.9 cm
Pages : 294
Prix : 28,00 €

À paraître : Réédition augmentée de l’ouvrage “Marguerite Duras la noblesse de la banalité” par Mireille Calle-Gruber

À paraître en novembre 2023 aux Éditions de l’incidence

« Banale. Elle a cette noblesse de la banalité. Elle est invisible ». Ainsi est la dame du camion : personne, c’est-à-dire « tout le monde ».

« Elle » a du charisme : pleure sur le prolétariat ; meurt à Hiroshima ; est dans l’empathie avec « Abraham », l’enfant non-juif au nom juif de multitude ; elle bannit les langues de bois, demande ses mots à une grammaire inouïe.

Comment donner corps à ce que l’on n’entend ni ne voit plus à force de le voir et l’entendre tous les jours ? Com­ment donner présence à … rien, qui n’est pas rien mais dont on ne sait pas re-marquer l’état d’exception ?

L’œuvre de Marguerite Duras est habitée d’une igno­rance généreuse. Par quoi tout être – il faudrait ajouter toute chose – est ignorant de l’amour qu’il peut inspirer.

La noblesse de la banalité est plus qu’une esthétique.
C’est un regard qui ne conquiert pas. Qui se laisse dessaisir de son saisissement.
Il faut beaucoup s’aimer et beaucoup s’oublier.

Traduction japonaise de la Biographie de Claude Simon

Mireille Calle-Gruber, Claude Simon, une vie à écrire, Paris, Seuil, 2011
par Mirei SEKI et Akiko UEDA
Tokyo, éditions rose-des-vents Suiseisha, juin 2023

Post-scriptum des traductrices japonaises Mirei SEKI et Akiko UEDA

Comme plus d’une douzaine d’ouvrages de Claude Simon sont déjà traduits, les lecteurs
japonais ont l’habitude de son style très imagé, extrêmement vif et ferme en de longues
phrases. Or, si l’œuvre est connue, on ignore à peu près tout de l’écrivain, si ce n’est qu’il
fut lauréat du prix Nobel en 1985, et qu’il fut confronté à Kenzaburo Ôe dans Le Monde.
Afin de mieux comprendre l’ensemble de son œuvre, Mireille Calle-Gruber a retracé la vie
de l’écrivain. Basée sur une analyse approfondie de nombreux documents d’archive et sur
le recueil des témoignages de ceux qui l’ont connu, cette biographie permet de mieux
appréhender les enjeux de l’œuvre littéraire de Claude Simon. Son univers nous apparaît
comme un microcosme de l’époque. On y retrouve le cubisme, le surréalisme,
l’existentialisme et le Nouveau Roman.

Comme la traduction a pris une décennie de travail, la version japonaise comporte des
informations supplémentaires que l’auteure a découvertes après la publication du texte
original. La traduction a été entièrement révisée par les deux traductrices. Mirei Seki a
principalement travaillé sur les chapitres I à XI tandis que Akiko Ueda s’est concentrée sur
les chapitres XII à XVI.

Mireille Calle-Gruber est professeure émérite à l’université Sorbonne Nouvelle, membre
de la Société Royale du Canada et écrivaine. Il y a vingt ans, elle fut aussi la directrice de
thèse des deux traductrices qui, aujourd’hui encore, continuent de profiter de ses conseils
avisés. Grâce à elle, les traductrices ont obtenu l’autorisation de réutiliser pour leur
traduction la photo de couverture du livre original. Elles lui en sont infiniment
reconnaissantes et tiennent également à remercier l’ARCS : Association « Archive. Claude
Simon et ses contemporains », qui soutient la publication de leur traduction.