PARUTION | Mireille Calle-Gruber, Les comptes du temps, L’archive Claude Simon, Carnets de Tante Mie

Préface de Pascal Quignard

La conservation de ses archives, Claude Simon l’a confiée à la Bibliothèque littéraire Jacques Doucet à laquelle il a fait donation. Il écrit au recteur chancelier des Universités de Paris, le 8 mars 2004 : « Je donne au-delà de mes manuscrits proprement dits et de leurs traductions, la part littéraire de mes archives susceptible d’éclairer mon oeuvre et de la placer dans une juste perspective. »

Il fait ainsi entrer, au même titre d’« éléments
indispensables » à sa « mémoire littéraire », les documents militaires de l’armée napoléonienne et les humbles carnets de comptes de Tante Mie.

Aujourd’hui, à mon tour, ayant droit moral pour l’oeuvre, j’adresse cette archive au cours imprévisible de la vie des lectures.

Mireille Calle-Gruber


Artémise Simon
« Elle sentait comme une fleur », écrit Claude Simon de sa tante Mie.

Elle mourut à 85 ans.

Un jour Mireille Calle-Gruber me mit entre les mains ce petit carnet de moleskine granulée dont vous voyez toutes les pages, désormais, sous vos yeux.

Petit recueil si humble, qui court des années vingt aux années cinquante,
marron, un peu acajou, si peu coûteux.

Petite chose si modeste, éteinte, aride, obscure et même, pour moi, intégralement inintelligible alors que je l’entrouvrais.

Plein de millésimes, de quittances, de petites étrennes, de brouillons, de calculs, de mandats, d’additions, de chiffres.

Alors Mireille Calle-Gruber me fournit le mode d’emploi.

Elle me montra ce que c’est qu’un trésor.

Pascal Quignard



À PARAÎTRE | Sur le geste de l’abandon – Pascal Quignard

Sous la direction de Mireille Calle-Gruber


Comment décide-t-on de passer la main ?

Comment décide-t-on de se donner au don, de faire donation de ses manuscrits ?

De s’archiver ? dans les maisons d’archontes d’aujourd’hui que sont les bibliothèques, où veillent les conservateurs et où l’on administre la mémoire.

Faire donation, c’est faire testament. C’est se remettre à la
mémoire collective.

[…]

Donnant ses manuscrits, l’écrivain se laisse à jamais déborder par la lave des livres, par le feu de l’écriture et les bouillonnements qui ont fait surgir des formes inédites – iconoclastes.

Il lègue à l’a-venir le trouble puissant des origines : l’impétueux, l’intempestif, l’inclassable, la « forme errante ». Se déprenant, il émancipe son oeuvre, la rend à ses mues, à ses chemins forestiers (Holzwege) qui mènent nulle part, si ce n’est au bois dont on fait les livres. Il la désancre, la désactualise, la désassigne, la redonne
à la transtemporalité qui la constitue.

Mireille Calle-Gruber

Photographie par Eugenio Prieto Gabriel, rue Manin, 25 juin 2019. Pascal Quignard tenant le volume d’Apollonios à la page où Boutès saute soudain dans la mer. À droite, fichée dans les volumes Suétone, la plume de mue d’été de la corneille Ba Yo qui a joué, volé, marché sur toutes les scènes de France, deux ans durant, dans La Rive dans le noir.

L’image pense. Soit elle arrive en premier. Elle est dans le brouillon. Elle appartient au griffonnage qui n’est pas encore une écriture articulée, syntaxée. Elle est indissociable des premiers mots du manuscrit. Elle cherche.

Soit elle surgit à la fin, elle se surajoute alors au tapuscrit que l’imprimante renouvelle sans cesse au regard. Elle conforte. Elle s’auto-persuade. Au fil des relectures elle accapare et surcharge les marges. Elle condense, elle résume. Elle profite du blanc des fins de chapitre. Elle surplombe la dactylographie, faisant appel au thé ou à la gouache.

Ou bien elle préfigure : elle rêve. […]

Pascal Quignard

« La guillotine cachée » : Violette Leduc & la censure

Article paru en JUIN 2020 (VOLUME 21, NUMÉRO 6)
Ecrit par CORENTIN ZURLO–TRUCHE

Dirigé par Anaïs Frantz et publié dans la collection « Archives » des Presses Sorbonne Nouvelle, le dernier collectif portant sur Violette Leduc prolonge une entreprise initiée il y a quelques années par les spécialistes, visant à reconstituer une œuvre souvent malmenée par la censure de son temps. Comme en témoigne la solide introduction rédigée par Anaïs Frantz, le présent ouvrage, placé dans le sillage de travaux collectifs antérieurs1, entend faire apparaître la continuité entre les manuscrits et les textes publiés, découvrir quelques inédits et ainsi construire une image de l’auteure « toute neuve » (p. 16). « Reconstruire Violette Leduc », projet auquel étaient invités les contributeurs, suppose alors de revenir à la source des textes, de rendre visible la genèse et le geste créateur qui préexistent à la publication d’une œuvre et, autant que faire se peut, de mettre au jour un continent englouti par la censure. L’exploration des textes suit un parcours précis qui conduit le lecteur des premiers écrits de l’auteure (partie 1 : « Violette Leduc : journaliste) » à des « portraits cachés » (partie 4 : « Sur quelques feuillets retranchés »), en s’arrêtant un temps sur l’œuvre autobiographique (partie 2 : « La genèse de l’œuvre autobiographique ») et le roman Ravages (partie 3 : « Reconstruire Ravages »). L’écueil de la méthode génétique, qui consiste parfois à un simple inventaire des changements observés d’un brouillon à une version définitive d’un texte, se trouve ici déjoué par la démarche poétique qui assure à l’ouvrage une cohérence :

Reconstruire Violette Leduc, tel que le présent volume s’en donne le projet, nécessite de prendre en compte le mouvement antithétique par lequel la ruine précède l’édifice et la chute menace la reconstruction, mouvement qui donne à la poétique leducienne l’élan et la force évocatrice de la poésie mystique. (p. 15)

(P;15)