“C’est tout un travail des matériaux qui féconde l’imaginaire de Michel Butor”

Michel Butor (utbm_fr, CC BY-ND 2.0)

Entretien avec Mireille Calle-Gruber par Antoine Oury

Le 18 septembre dernier, les éditions Hermann ont fait paraitre le premier numéro des Cahiers Butor, une vaste entreprise, en 7 numéros, qui cherche à « compléter » les œuvres complètes de Michel Butor en rendant les images qu’il leur manque. Partenaires artistes, influences visuelles, livres d’artistes, autant de dimensions de l’immense travail de cet auteur qu’il est désormais possible d’explorer. Entretien avec Mireille Calle-Gruber, auteure, professeur à La Sorbonne Nouvelle, directrice des Œuvres Complètes de Michel Butor aux éditions de La Différence et codirectrice des Cahiers Butor aux côtés d’Adèle Godefroy et Jean-Paul Morin.

Mireille Calle-Gruber : « Butor, c’est une intelligence à l’œuvre qui bâtit des ponts et des échangeurs d’autoroutes »

Entretien avec Mireille Calle-Gruber par Johan Faerber pour Diacritik

En 2016 nous quittait Michel Butor, l’une des figures littéraires parmi les plus inventives et remarquables du 20e siècle. C’est à la redécouverte et au prolongement de cette œuvre à la fois plastique et prolixe que nous convient les très beaux Cahiers Butor dont la première livraison, sous la houlette de Mireille Calle-Gruber notamment, vient de paraître chez Hermann. Placé sous le signe artisan des « compagnonnages », ce premier numéro revient avec une rare richesse et une superbe mise en page sur la relation multiple que Butor a tout au long de sa vie et de son écriture entretenu avec les artiste. Autant de raisons d’interroger Mireille Calle-Gruber sur ce prolongement des Œuvres complètes de Butor dont elle avait été la maîtresse d’œuvre.

Peter Handke: “Escribir es algo entre lo sagrado y lo criminal”

Peter Handke, Premio Nobel de Literatura 2019. (Alain Jocard | AFP)

Con autorización de la autora y de las Presses de la Sorbonne Nouvelle, publicamos esta entrevista inédita en español en la cual el Nobel revela los misterios de su obra.

Poeta, narrador, ensayista, dramaturgo, guionista de cine, Peter Handke (1943) encarna al escritor para el cual no existe más compromiso que el del lenguaje. Su obra es, en muchos sentidos, una exposición de ambientes naturales y estados del alma.

—Quisiera comenzar esta entrevista recordando la violenta injusticia que se le hizo a su obra, cuando en 2006 se retiró de la Comédie française su obra Viaje al país sonoro o el arte de la pregunta (Das Spiel vom Fragen). Desde entonces, sus piezas teatrales no han vuelto a ser puestas en escena en Francia.

¿Por qué se desprogramó el espectáculo? No fue a causa de la obra en sí, como lo sabe. Fue debido a mi presencia —me atrevo a pronunciar aquí su nombre— en el entierro de Slobodan Milosevic. Pero habría que aclarar antes que no se debió tanto a que haya estado presente ahí, sino a causa de un minúsculo artículo, lleno de mentiras difamatorias, en el Nouvel Observateur. Creo que Francia me sigue debiendo una disculpa: por ese artículo, y no por la desprogramación de mi obra. Por la difamación del poeta y dramaturgo que soy. Perdóneme que lo diga así.

[Archive du mois] Les enfances de Claude Simon

Claude SImon est né le 10 octobre 1913 à Tananarive, à l’occasion de cette date anniversaire, nous vous présentons quelques images inédites de son enfance.

Claude Simon entre ses parents, Tananarive, 14 février 1914
©  Archives Claude Simon, autorisation : Mireille Calle-Gruber

Razaph, la nourrice malgache, avec Claude Simon, Tananarive, 1914
Dans Claude Simon, une vie à écrire – Mireille Calle-Gruber, Seuil 2011
©  Archives Claude Simon, autorisation : Mireille Calle-Gruber

Tananrive, indigènes à la pompe
©  Archives Claude Simon, autorisation : Mireille Calle-Gruber
Carte postale envoyée par Razaph, la nourrice de Claude Simon, à son retour à Tananarive (datée du 17 octobre 1916)
©  Archives Claude Simon, autorisation : Mireille Calle-Gruber

Désormais veuve, Suzanne Simon emmène son fils en voyage pour son instruction. A la Rochelle où ils vont visiter la Tour des Quatre-Sergents, Claude tombe d’un mâchicoulis mal protégé et fait une chute de 20 mètres. Il est hospitalisé plusieurs jours.

Cette carte fut envoyée le 9 août 1921 par Suzanne aux tantes paternelles de Claude à Arbois.

La Rochelle, Tour des Quatre- Sergents, annotée : « meurtrière par où est tombé Claude »
©  Archives Claude Simon, autorisation : Mireille Calle-Gruber

Transcription :
La Rochelle 9 août 1921

Chères Mesdemoiselles,
L’état de notre petit blessé est toujours satisfaisant.
C’est inespéré lorsqu’on songe à ce qui aurait pu être. Je vous envoie la tour d’où il est tombé. Cela vous donnera une idée de sa chute et de l’issue qu’elle aurait dû logiquement avoir ! Tout le monde s’étonne que notre chéri soit sauvé. Quelles heures cruelles et comme le présent paraît beau !

Bien affectueusement à vous
Siuzanne Simon

Cahiers Butor n°1 : Compagnonnages de Michel Butor

Vient de paraître aux Editions Hermann le premier « Cahiers Butor » avec la particiation de nombreux artistes sous la direction de Mireille Calle-Gruber, Jean-Paul Morin et Adèle Godefroy.

Ce premier cahier fait partie d’une série de 7 numéros qui paraîtront annuellement.
Ils sont un complément indispensable aux œuvres complètes parues aux Editions de la Différence sous la direction de Mireille Calle-Gruber 2006-2010 

Ne me laissez pas seul avec mes paroles

J’ai le plus grand besoin de vos images

Permettez-moi de voir en votre compagnie

Telle est la prière en forme de ballade que Michel Butor adresse à ses amis artistes et qu’il intitule Requête aux peintres sculpteurs et Cie. Ce poème dit pleinement la relation que l’écrivain a entretenue, depuis 1962 jusqu’à sa mort en août 2016, avec un monde de créativité où la rencontre des techniques et des imaginaires façonne entre les arts et la littérature des croisées inédites.

Les Œuvres complètes de Michel Butor, publiées en 12 volumes à La Différence, réunissent tous ses écrits, lesquels sont recomposés en volumes, sans les images, les formes et les couleurs qui les ont suscités, et qui constituaient d’abord des livres d’artistes et des œuvres en collaboration, en très peu d’exemplaires. Les Cahiers Butor donnent la chance de connaître cette création première et d’en restituer le jaillissement qui est dialogue et des imaginaires et des mots. Ils offrent le complément indispensable aux Œuvres complètes, lesquelles demeurent incomplètes sans la présence épiphanique des compagnons de route.

Compagnonnages, le premier numéro des Cahiers, désigne le cheminement de Butor et de ses partenaires artistes qui, liés par l’amitié, l’expérimentation et l’apprentissage mutuel, tels les Compagnons artisans, découvrent ensemble les secrets du métier.


Les auteurs

Mireille Calle-Gruber (Directeur de publication)

Mireille Calle-Gruber, écrivain, professeur à la Sorbonne Nouvelle – Paris 3 en littérature et esthétique, a publié les Œuvres complètes de Michel Butor (La Différence, 2006-2010) et plusieurs ouvrages dont récemment avec Michel Butor Le Chevalier morose (Hermann, 2017).

Adèle Godefroy (Directeur de publication)

Adèle Godefroy est photographe et doctorante à la Sorbonne Nouvelle – Paris 3 où elle prépare une thèse sur Michel Butor, photographe, écrivain et enseignant.

Jean-Paul Morin (Directeur de publication)

Jean-Paul Morin, enseignant, est le fondateur de la Poéthèque de Villefontaine qui réunit des revues de poésie historique et contemporaine.

PRÉSENTATION du PARCOURS GENRES, FÉMINITÉS ET MASCULINITÉS DANS LE MONDE

Le parcours transversal « Genres, féminités et masculinités » dispensé à l’Inalco sur 4 semestres un enseignement thématique sur la construction, la normalisation et la transmission des féminités et masculinités dans le monde.

Il se propose de donner à réfléchir au principe de « valence différentielle des sexes » (F. Héritier-Augé), défini comme une hiérarchisation entre genres et qui se fait aux dépens des femmes dans toutes les civilisations du monde, afin de mieux le déconstruire. L’extrême diversité du féminin et du masculin, la construction des genres, ainsi que la limite de la binarité du genre seront étudiées dans des domaines aussi variés que l’éducation, la reproduction, la religion, la langue et la sexualité, allant jusqu’aux récentes revendications LGBT-queer. Les moyens d’expression ou de revendication tels que la littérature, le cinéma et les mouvements civils feront l’objet d’une analyse particulière qui puise directement dans les sociétés étudiées (Bulgarie, Chine, France, Inde, Indonésie, Japon, monde africain, monde arabe, monde juif, Russie, Sibérie, Tibet, Vietnam).

Aucun prérequis de langue n’est exigé.


L’INALCO
65 rue des Grands Moulins
75214 Paris Cedex 13
+33 (0)1 81 70 10 14
http://www.inalco.fr/

Regards paranoïaques La photographie fait des histoires par Martine Ravache

Aux Editions du Canoë

À travers 7 histoires racontées avec une verve d’enquête policière où sont impliqués des photographes célèbres ou qui vont le devenir (Julia Margaret Cameron – grand-tante de Virginia Woolf – Cartier-Bresson, Doisneau, Gisèle Freund, Markus Hansen, Lartigue, Laurence Sudre), Martine Ravache s’attache à mettre en évidence le fait que tout regard est subjectif, qu’il est une construction de l’esprit et que dans le partage collectif de cette expérience individuelle il y a un espace où s’introduisent « la paranoïa », le délire, l’histoire fabulée, falsifiée, accréditée. Personne ne voit la même chose. Voyons-nous vraiment ce que nous croyons voir ?
Comment le collectif (le regard partagé) inscrit la vision qui fera autorité et s’imposera comme celle de la vérité.

C’est aussi comme l’écrit Mireille Calle-Gruber dans sa préface, l’histoire des origines de la pratique photographique qui se confond avec une généalogie de femme, pratique initiée en 1863 par Mrs Cameron, l’aïeule de toutes les photographes remarquables des années 20-30, comme le dit Gisèle Freund.