[Archive du mois] – Lettre de Roland Barthes à Claude Simon

En sortant du théâtre

Après la représentation de La Séparation en mars 1963 au Théâtre de Lutèce, unique pièce de théâtre écrite par Claude Simon et mise en scène par Nicole Kessel, Roland Barthes exprime à l’auteur son admiration et son “émotion extrême”.

© Archives Claude Simon
© Archives Claude Simon
Affiche - La Séparation
Affiche de La Séparation mise en scène par Nicole Kessel au Théâtre de Lutèce en mars 1963

Francophonie Vivante – Archives : le futur du passé

Mireille Calle-Gruber a été invité par la Revue Francophonie Vivante (Revue semestrielle de l’Association Charles Plisnier asbl à intervenir dans le premier numéro de 2019 intitulé : Archives : le futur du passé.

Dans son article intitulé : Dans l’arche de l’écriture. Le futur de l’œuvre, elle présente l’état des manuscrits et archives de Claude Simon donnés à la Bibliothèque Littéraire Jacques Doucet, leur traitement numérique et le travail d’édition numérique qu’elle conduit en collaboration avec Florence Clavaud (Conservateur en Chef aux Archives Nationales et Directrice de Recherche à l’Ecole des Chartes) dans l’équipe “Poétique de l’Archive Claude Simon” (POLAR) composée de :
Hélène Campaignolle-Catel (CNRS), Mélina Balcazar (Chercheur associée Thalim), Benoît Legouy (Ingénieur de Recherche CNRS), Marie Ferré (Ingénieur de Recherche au CNRS – Maquettiste, Graphiste), Alexandre Guilbaud (Professeur à l’Université Pierre et Marie Curie, Directeur de Recherche à l’Institut de Mathématiques de Jussieu), Vincent Barrellon (Ingénieur Chercheur à l’INSA de Lyon)

Dans l’arche de l’écriture. Le futur de l’œuvre

Les Folles Littéraires, des Folies Lucides – Les états borderline du genre et ses créations

En mai 2019, sont parus aux Editions Nota Bene à Montréal, les actes du Colloque Les Folles Littéraires. Un colloque organisé en collaboration avec les Universités d’Alicante (Espagne), de Montréal et de La Sorbonne Nouvelle (Paris). Il s’était tenu en Sorbonne les 8 et 9 Novembre 2016, sous la direction de : Mireille Calle-Gruber, Sarah-Anaïs Crevier Goulet, Maribel Peñalver Vicea, Andrea Oberhuber

« Devenir folle en pleine raison » : c’est ainsi que Marguerite Duras désigne la puissance sauvage du féminin à l’œuvre  –  lucidité borderline, poétique et politique. 

Les « fous littéraires » sont célébrés ; les « folles littéraires » ont mauvaise réputation : partant de ce constat, les études rassemblées dans ce livre s’attachent à suivre dans les créations du siècle dernier et dans celles de nos contemporaines, l’audacieuse explosion de la langue et des genres, le paradoxe de la perte qui rédime. 

À traverser ainsi les éclats d’œuvres des folles littéraires, on respire mieux, on se sent vivantes, jouissantes et souffrantes. En ces temps de conformismes mortifères et de correction politique, il fait bon lire, écrire, penser en folles. Salutaire folie ! 

Avec des textes de Alexandra Arvisais, Éléonore Berger, Mireille Brioude, Mireille Calle-Gruber, Sarah-Anaïs Crevier Goulet, Doris G. Eibl, Anaïs Frantz, Olivier Henry, Pascale Joubi, Stéphane Martelly, Nathanaël, Andrea Oberhuber, Maribel Peñalver Vicea, Isabelle Perreault, Elsa Polverel et Alexie Tcheuyap.

Le Salon des Livres de Caen – Époque

Rencontre autour du livre : Peter Handke : Analyse du temps (à Cerisy)

Salon des livres de Caen – Rencontre autour du livre : Peter Handke : Analyse du temps (à Cerisy)

Le Salon des Livres de Caen – Époque, avait cette année retenu une table ronde consacrée à une publication du Centre Culturel International de Cerisy, les actes du colloque “Peter Handke : analyse du temps“, paru sous la direction de Mireille Calle-Gruber, Ingrid Holtey et Patricia Oster-Stierle, aux Presses Sorbonne Nouvelle (PSN), en octobre 2018.

Répondant à l’invitation, Mireille Calle-Gruber, Olivier Henry assistant à l’édition scientifique et Sophie-Semin Handke, comédienne de théâtre et actrice de cinéma, ont présenté l’ouvrage, dimanche matin 19 mai, à un public très réceptif, réuni dans la Salle des Mariages de l’Hôtel de Ville à L’Abbaye-aux-Hommes. Le livre restitue les grands moments de la semaine de rencontres consacrée à l’œuvre du plus grand écrivain contemporain de langue allemande, et en sa présence qui fut généreuse. La présentation de Caen s’est ouverte sur la très belle profession de foi en la littérature que Peter Handke a écrite à 25 ans et à laquelle il est toujours resté fidèle :

“Parce que j’ai réalisé que j’ai pu moi-même changer grâce à la littérature,
que c’est seulement la littérature qui m’a permis de vivre avec une plus grande conscience,
je suis convaincu aussi de pouvoir changer d’autres gens grâce à ma littérature.”

J’habite une tour d’ivoire, 1967.
Mireille Calle-Gruber et Olivier Henry ont souligné la chance de pouvoir accueillir, dans une somptueuse édition entièrement quadrichrome, les manuscrits, les carnets, les dessins, croquis, photographies d’installations que Peter Handke a généreusement donné à voir dans ce volume de la collection “Archives” – ce qui fait mieux comprendre la genèse et la poétique de l’œuvre.

Ils ont décliné les temporalités auxquelles les écrits de Peter Handke donnent formes et puissance de méditation, qu’il s’agisse des métamorphoses des êtres et des choses, de la beauté du monde dans ses devenirs et ses recommencements, de l’empreinte des émotions et des expériences, du cheminement de l’écriture, du travail dans les langues et la complexité de leurs traductions.

Des lectures de l’œuvre par Sophie Semin-Handke ont rythmé cette rencontre, faisant entendre avec sensibilité la voix singulière de l’écrivain, la rendant extrêmement prégnante dans sa recherche de beauté et de justesse d’écriture.
C’est ainsi que le public a pu apprécier Essai sur le fou de champignons (Gallimard, 2017) en traduction française, ainsi qu’un texte poétique écrit directement en français par Peter Handke, Pourquoi la cuisine ? (Gallimard, 2001) :

“Pendant que nous agonisions
pendant que nous mourrions de froid
pendant que nous écoutions la déclaration de guerre,
le levain se levait,
le coing s’obscurcissait en bouillant et devenait mangeable, même délicieux,
l’épi de maïs trempait dans l’eau salée,
le gâteau séchait,
les figues séchaient,
les abricots séchaient,
les feuilles tombaient,
la neige tombait,
le four chauffait
la cuisine se chauffait… le levain se levait”.

Pourquoi la cuisine ? (Gallimard, 2001)

Lilian Birnbaum Jérôme Panconi

Mireille CALLE-GRUBER, Vice-présidente de l’AAPC

Le Fil rouge – dialogue avec Gilbert Lascault

Le Fil rouge, dialogue entre Anaïs Frantz et Gilbert Lascault, publié aux éditions Regard Marie Morel, 2019.

Rencontre-signature organisée à la librairie des femmes, Paris, en mai 2019 en présence des deux auteurs.


Le Fil rouge, dialogue entre Anaïs Frantz et Gilbert Lascault, éditions Regard Marie Morel, 2019. Présenté par la librairie des femmes, mai 2019.