[L’Archive du mois] : Le printemps des poètes 2015 – Michel Butor et Mireille Calle-Gruber à la Maison de Balzac

Dans le cadre du 17ème Printemps des Poètes, certains musées de la Ville de Paris ont proposé des activités gratuites telles que des rencontres, lectures et ateliers.

La maison de Balzac a invité l’écrivain et poète Michel Butor à parler de Christian Dotremont le dimanche 15 mars 2015 à 16h, dans le cadre de l’exposition « L’écriture dessinée, Rodin, Duchamp, Dotremont chez Balzac » du 13 mars au 14 juin 2015. Michel Butor s’intéresse très tôt à la démarche de l’inventeur des logogrammes, il y voit « un texte de survie ». Une véritable amitié littéraire née entre eux dont témoigne leur extraordinaire correspondance entre 1966 et 1979. C’est ce lien que Michel Butor expliqua avec la complicité de Mireille Calle-Gruber, éditrice de l’oeuvre complète de Michel Butor.

[Source : http://www.parismusees.paris.fr/fr/les-musees-de-la-ville-de-paris-participent-au-printemps-des-poetes]

Europe en mouvement (Cerisy à Berlin, Berlin à Cerisy) – À la croisée des cultures

Présentation par Mireille CALLE-GRUBER (vice-présidente de l’AAPC)

Sous l’enseigne commune d’une « Europe en mouvement », tous les éléments recueillis au cours de nos rencontres font l’objet de deux publications distinctes. Dans ce premier volume, le choix de la pluralité n’est pas question de quantité mais affaire de méthode. Il s’agit de ne plus accepter de considérer, séparément, d’un côté, une épistémologie des sciences et, de l’autre, une épistémologie des sciences humaines, ce qui conduit toujours à minorer les secondes, en particulier à négliger les domaines de la littérature, de la philosophie et des arts, empêchant par suite que tous les intellectuels interviennent avec plus de puissance dans les débats. Car, on ne le sait que trop, ce déficit de la dimension humaine grève la construction de l’Europe et constitue aujourd’hui un de ses échecs majeurs. En revanche, la configuration raisonnée des savoirs donne des forces pour mener de front, et dans l’interaction, le nécessaire travail des langues, des productions écrites et artistiques, la prise de conscience des défis scientifiques et sociétaux, la réflexion critique et éthique, la construction de la pensée en action.

Le mot de passe du premier volume, c’est « les passages » — au pluriel. Et cette composition non-linéaire, non-chronologique, qui permet de procéder par reprises et biais, mais aussi par entretiens et témoignages, reflète le parti-pris de nos travaux: plutôt que la prétention de tout embrasser, dessiner des croisées révélatrices de points névralgiques qui seront à creuser; plutôt que recourir aux universaux, traiter de situations et de faits concrets; et plutôt que suivre un langage normé (normalisé) qui déréalise le quotidien en le recouvrant de stéréotypes, aller à l’écoute des mots des langues, du jeu de leur interprétation fluctuante. On l’aura compris: il y a, dans ces rencontres franco-allemandes pour une « Europe en mouvement », une part d’expérimentation qui laisse advenir l’inattendu, le non-programmé, l’événement d’une ouverture dans le cours de la mise en commun du travail. En somme, la pratique vient confronter les théories lesquelles permettent de penser la pratique: tel est le mouvement d’un vivre-penser avec ensemble l’Europe à venir: avec-ensemble (et non pas « ensemble »), formulation de Paul Desjardins, c’est-à-dire dans le variable et incessant ajustement des différences inaliénables.

Les mots d’ordre d’un manifeste pour refonder le mouvement européen pourraient se formuler ainsi:

  • Apprendre par nos différences: c’est ce que le mot « cultures », au pluriel, devra signifier. Il faudra remythologiser les mémoires de chaque pays européen afin de réamorcer les grands récits des défis nouveaux à affronter de concert.
  • Faire de nos fractures un devenir-territoire européen. Où philosophie, droit et politique ont à travailler ensemble dans l’espace différentiel et transnational que doit être l’Europe. Ainsi que dans son différentiel avec les états non-européens.
  • Penser l’Europe-à-venir loin des modèles de domination, avec à l’horizon l’évolution des technologies, la déconstruction des esthétiques, les modalités d’habitation, l’organisation du travail, les réajustements économiques, l’entreprise « à mission ».
  • Favoriser et intensifier la traduction des œuvres et les éditions bilingues, mais sans oublier que l’autre est intraduisible; et que c’est la chance de la littérature, du poème en particulier, de faire entendre ses silences.
  • Refonder l’Université pour qu’elle devienne « l’Université sans condition » que Jacques Derrida a préfigurée: le lieu d’une « liberté inconditionnelle de questionnement et de proposition ». Les programmes de recherche européens montrent aujourd’hui la voie.
  • Considérer la dimension planétaire des rapports humains, ce qui les inscrit et oblige de les évaluer dans l’ampleur d’une réflexion écologique et énergétique.
  • Porter toute l’attention à la défense des droits des femmes, ainsi qu’aux inscriptions du féminin et du masculin, aux questions concernant les sexualités, le genre, mais aussi les corps augmentés, et les choix éthiques et politiques qui en découlent.

Ce travail devrait conduire l’Europe-à-venir à reconsidérer les catégories de l’humanisme traditionnel, et la porter vers de nouvelles formes de sécularisation du politique et de la pensée.

Quatrième de couverture :
Une Europe en mouvement? Serait-ce celle qui s’efforce de partager les différences et puise dans la dimension non identitaire des cultures une dynamique apte à affronter les défis de la mondialisation? Cette Europe de la culture fut le projet de Pontigny (décade 1925, « Nous autres Européens »). Avec « Cerisy à Berlin, Berlin à Cerisy » (2015), l’objectif est de redonner de la vigueur aux échanges intellectuels pour penser l’Europe à venir.

Ce premier volume offre une méthode et des lignes de force. La méthode? L’analyse différentielle critique des situations concrètes jointe, afin d’imaginer des futurs souhaitables, au croisement prospectif des savoirs et des pratiques artistiques. Des lignes de force? Construire un territoire européen pour une mobilité solidaire; refonder la recherche et l’Université comme espaces de questionnement; promouvoir la force de l’écriture et intensifier la traduction des œuvres; engager une réflexion écologique et éthique pour saisir la dimension planétaire des rapports à la nature et au vivant; stimuler un développement qui relie les cultures de « Résistance, Régulation et Utopie » (J.-B. de Foucauld).

Une Europe en mouvement? Oui, pour habiter avec plus de justesse, de justice et de générosité le monde qui vient.


Europe en mouvement – 1
À la croisée des cultures
Direction: Wolfgang Asholt, Mireille Calle-Gruber, Edith Heurgon, Patricia Oster-Stierle
Éditeur: Hermann Éditeur — Février 2018
Collection: Colloque de Cerisy
ISBN: 978-2-7056-9566-8