Claude Simon, Le cheval, postface par Mireille Calle-Gruber

Couverture dessinée par Pauline Nunez

Couverture dessinée par Pauline Nunez

Claude Simon écrivant Le Tricheur - 1938. ©

Claude Simon écrivant Le Tricheur – 1938. ©

– Qu’est-ce que tu préférerais, dit-il : mourir de faim ou mourir de cafard ?
– Mourir d’amour, dis-je.
– Déjà vu mourir quelqu’un comme ça ?
– Non, dis-je. Si, dans les livres : Tristan.
– Ce n’est pas d’amour qu’il est mort, c’est de ne pas pouvoir le faire. Et puis ne me parle pas de ce sale cochon de Nazi.
– Il y en a qui en meurent, dis-je.
– Du Nazisme ?
– Du Nazisme bien sûr, dis-je. Mais je parlais de l’amour.
– Ah ! dit-il. Qui ça ?
– Les vérolés.
– Tu en es sûr ? dit-il. Tu en as vu ?
– Non, dis-je. Mais je l’ai lu.
– De combien de choses es-tu sûr que tu n’aies pas lues ?
– D’être vivant.

Publié dans Les lettres nouvelles, en février et mars 1958, et jamais réédité depuis, Le cheval est le premier jalon de l’histoire du cavalier-brigadier rescapé des Flandres durant la débâcle de quarante que Claude Simon n’a eu de cesse ensuite de recomposer, à commencer par La route des Flandres, qui paraît deux ans plus tard.
II serait pourtant bien réducteur de considérer Le cheval comme un simple brouillon du roman à venir. Ce “pur cristal taillé, facetté avec art”, comme l’écrit Mireille Calle-Gruber dans sa postface, est un récit singulier et autonome, qui éclaire magistralement l’œuvre de Claude Simon, couronnée en 1985 par le prix Nobel de littérature.

“Le tissage des thèmes est resserré sur une péripétie fictionnelle de 48 heures – durée tragique pendant laquelle il ne se passe rien. Rien et tout. Rien : l’arrivée d’un régiment en cantonnement dans un village du nord de la France près du front ; la misère des paysans ; l’apparition d’un personnage féminin et l’écho d’un vaudeville campagnard avec adultère, cocufiage, inceste et vendetta ; la mort d’un cheval, veillé et enterré ; le départ du régiment. Tout : la mort alentour du paysage et des personnages à vau l’eau ; l’agonie humaine du cheval et du camarade juif ; la tragédie “atridesque” des déchirements de famille, de classe, de race ; la prise de conscience cynique des frustrations d’une jeunesse sacrifiée, n’ayant plus foi ni idéal, son massacre annoncé dans une guerre absurde, invisible, désespérée. Déréliction et apocalypse.”

Mireille Calle-Gruber

Affiche Le Cheval par Claude Simon – 2ème tirage – Janvier 2016



Manuscrits
Photographies

Article paru dans Libération
Article paru dans la revue Diacritik
Article paru dans En attendant Nadeau
Article paru dans L’Obs
Article paru dans La semaine du Roussillon
France Culture – Le temps des libraires
Acheter le livre

Jacques Derrida, Hans-Georg Gadamer, Philippe Lacoue-Labarthe – La Conférence de Heidelberg (1988), Heidegger Portée philosophique et politique de sa pensée, présentés par Mireille Calle-Gruber

la conférence de heidelberg (1988)Les 5 et 6 février 1988 se tint à l’université de Heidelberg la conférence sur le thème « Heidegger : portée philosophique et politique de sa pensée » que nous publions ici pour la première fois. Elle eut lieu dans l’amphithéâtre même où Heidegger prononça en 1933 son discours sur « L’Université dans le nouveau Reich », faisant ainsi écho à son célèbre. Discours du rectorat, qui témoigne de sa compromission intellectuelle et politique dans le régime nationalsocialiste, auquel, six ans après la parution de Sein und Zeit, il apportait un soutien inattendu sinon incompréhensible. Compromission d’autant plus lourde de conséquences que jamais il ne s’en expliqua sérieusement ni ne la regretta.

Les interventions, improvisées en français, de trois des meilleurs exégètes de Heidegger (Jacques Derrida, Hans-Georg Gadamer et Philippe Lacoue-Labarthe) réunirent un large public et connurent alors un retentissement d’autant plus grand que venait de paraître la traduction française du livre de Victor Farias, Heidegger et le nazisme. La transcription de ces interventions et des échanges qui les suivirent documente utilement l’histoire mouvementée et toujours polémique de l’interprétation de cette oeuvre, parmi les plus considérables de la philosophie du xxe siècle.

« Je soutiens que, dans un champ de problèmes aussi graves, tout geste qui procède par amalgame, totalisation précipitée, court-circuit d’argumentation, simplification d’énoncés, etc., est un geste politiquement très grave et qui rappelle, selon des formules de dénégation qui mériteraient le détour de l’analyse, cela même contre quoi nous sommes censés oeuvrer. » (J. Derrida)

« Celui qui croit qu’il n’est plus nécessaire aujourd’hui de s’occuper de Martin Heidegger n’a point mesuré combien il nous sera toujours difficile de débattre avec lui et de ne pas tomber dans le ridicule en prenant à son égard des airs de supériorité. » (H.-G. Gadamer)

« Je sais que cela peut sonner aux oreilles comme un pur paradoxe, mais, quant à moi du moins, c’est la lecture de Heidegger qui, je crois, à condition de la mener d’une certaine manière évidemment, peut donner accès à une certaine réalité du nazisme. Accès que l’accusation politique et morale univoque […] masquait jusqu’alors. » (Ph. Lacoue-Labarthe)

Photos de l’évènement à l’université de Heidelberg (1988)

Mireille Calle-Gruber, Claude Simon. L’inlassable réancrage du vécu

Claude Simon - L'inlassable réancrage du vécu

Qu’est-ce qu’un roman ? Qu’est-ce qu’écrire ? Dans l’entretien passionnant que Mireille Calle-Gruber fait avec Claude Simon en 1992-1993, la question que se pose tout écrivain reste sans réponse précise car, bien entendu, c’est l’œuvre, la réponse. « Qu’est-ce qu’écrire pour moi ?, demande Claude Simon. Je pourrais vous répondre : avant tout, satisfaire l’envie d’écrire. Ou mieux, satisfaire le besoin que tout homme a d’un “faire” (et si, pourquoi, parmi tous les “faire”, l’écriture, je dirai, comme Beckett : “Bon qu’à ça !”…). Mais aussi, comme vous le dites très bien, “le réancrage inlassable du vécu”. Toutefois, je ne dirais pas la “création”. Ce dernier mot postule en effet : ex nihilo. Or, non seulement nous sommes les héritiers de tous les écrivains qui nous ont précédés, mais encore tout écrivain, loin de partir ex nihilo, use de ce “matériau” (mais peut-on ici employer ce mot ?) qu’est la langue, cette langue qui, comme on l’a très justement dit, “parle déjà avant nous”. »

La suite des chats et des ânes

« Régulièrement, Pascal Quignard me fait l’amitié de répondre à l’invitation de venir travailler avec les étudiants de Doctorat et Master ». La Leçon que Pascal Quignard prononça en Sorbonne, le 15 janvier 2013, portait sur Les Solidarités mystérieuses, dernier roman en date que les éditions Gallimard avaient publié en octobre 2011.

L’extrême beauté des pages qu’on va lire relève de ce geste impossible qu’est la Leçon dans son désir de clarification. Geste prenant conscience que l’on ne peut faire la lumière sur les puissances obscures de l’écriture sans faire lever des ombres à nouveau et les contre-jours de l’écrivain affronté à ses propres mystères. Ce sont quinze versions dont la suite organise un dispositif fugué : I. Leçon donnée le 15 janvier 2013 à la Sorbonne sur la rédaction et la réception du roman Les Solidarités mystérieuses, II. Vies des Lumière, III. Chutes des Solidarités mystérieuses, IV. De cato, V.  Sur la réticence, VI. Poème sur les chats, VII. Les ânes, VIII. Les Mémoires d’un âne, IX. Anne, X. Ailleurs, XI. De luce, XII. L’animal athée, XIII. Le silence des Kalapuya, XIV. Shillourokamba, XV. Les chats harets.

Avant-propos de l’ouvrage

Table des matières

Photos de la rencontre au Comptoir des Presses

Affiche de la rencontre au Comptoir des Presses

Pascal Quignard ou la littérature démembrée par les muses

Rencontre est le mot juste pour les compagnonnages graves et beaux qui se dessinent entre littérature, arts et critique universitaire. C’est ce que ce livre explore : l’énigmatique contrée des entames et des nouages de l’être que l’on n’approche que par la pesée des matières des langues des corps.
Conviés autour de Pascal Quignard et son oeuvre, peintres, graphistes, musiciens, compositeurs, danseurs, metteurs en scène font ici généreusement montre de leur faculté d’accueil et de la réciproque relance qui nourrit la création. Dans l’attente de l’inattendu. Valerio Adami, Michaël Levinas, Marie Morel, Valère Novarina, Jordi Savall, Pierre Skira, Alain Veinstein dialoguent avec Pascal Quignard et avec les travaux des universitaires. Ensemble, ils donnent à voir, entendre, penser des formes en devenir – à la trame politique autant que poétique.

Cahier iconographique (32 pages) et DVD-Supplément.

Introduction de l’ouvrage

Table des matières de l’ouvrage

 

Assia Djebar, littérature et transmission

Assia Djebar, écrivain algérienne de langue française, membre de l’Académie française, porte-voix d’une mémoire culturelle fabulée de mères en filles, se désigne elle-même comme « diseuse », « scripteuse », « passeuse ».

La tradition littéraire est le corps vivant de cette promesse de transmission que les violences de l’histoire d’Algérie rendent urgente et où se disent ensemble la césure des guerres coloniales, l’exil linguistique, la dépouille autobiographique ; mais aussi le partage, la sororité et le douloureux héritage de la déshérence des femmes en Islam.

Dans le présent ouvrage, des universitaires et des écrivains explorent, en sa compagnie, l’ouvre d’Assia Djebar.

On y trouvera aussi de nombreux inédits dont l’intégrale du Discours d’entrée à l’Académie Française.

Liminaire de l’ouvrage

Table des matières

Les triptyques de Claude Simon ou L’art du montage

Les Tryptiques de Claude Simon présentent une marqueterie de documents pour la plupart inédits : scenarii, découpage technique, correspondance, textes, manuscrits, plans de montage, entretiens, critique littéraire, films, photographies.

S’ouvrent ainsi, entre littérature, cinéma et peinture, de nouveaux sentiers de lecture par où aborder la création polytechnique et la singulière puissance de l’œuvre de Claude Simon.

DVD
Triptyque avec Claude Simon
(film de Georg Bense, Peter Brugger et Claude Simon)

Apostrophes – Claude Simon et Pierre Boulez (présenté par Bernard Pivot)

Extrait de l’introduction

Table des matières

Michel Butor : Déménagements de la littérature

Michel Butor n’a cessé d’écrire sur tous les tons, de hanter l’entre-genres et l’entre-temps : il pratique le roman comme recherche, la langue comme alchimie, la critique d’art comme dialogue, l’essai comme opéra, le livre comme la composition scénique des corps et des voix. Michel Butor exige de la littérature qu’elle « déménage », et ses lecteurs avec elle, vers d’autres formes et d’autres registres que ceux qui lui sont conventionnellement assignés. Il aspire ainsi à déconstruire les assurances du savoir.
Ses rencontres avec des écrivains (Jean Starobinski, Michel Deguy…) et des universitaires, des peintres, des musiciens, des cinéastes et des critiques d’art nous invitent à explorer, au fil de cet ouvrage et du DVD-Rom « Territoires de Michel Butor » qui l’accompagne, l’espace ouvrier et symphonique de l’œuvre-devenir.

Dossiers publiés dans Sens Public

Ce dossier est le deuxième volet de la réflexion entamée dans le dossier « Recherches en Études Féminines et de Genres » publié à Sens Public en octobre 2008. Son titre, « Spectres et rejetons des Études Féminines et de Genres », interroge ce qui serait une transmission universitaire, philosophique et littéraire au féminin, c’est-à-dire à contre-courant de la logique phallogocentrique de la tradition, inscrivant la réflexion dans la lignée d’Hélène Cixous, Monique Wittig, Sarah Kofman, Mireille Calle-Gruber, Judith Butler, Catherine Malabou, etc.

Sommaire

Présentation et Sommaire
Anaïs Frantz

Liminaire. Il faut que ça cloche ou Comment ne pas nommer
Mireille Calle-Gruber

La pudeur et « la question de la femme », Nietzsche dans le texte
Anaïs Frantz

De la retraite au ravissement : elles à la question, elle pour question
Souad Kherbi

Sur le bout de la langue qui fourche : l’ironie « féminine » et l’art du conflit
dans « Schiave » de Clelia Pellicano

Daniela Carpisassi

Que faire de la mère ? Du sarcasme à la valorisation
Élodie Vignon

« Le prolongement d’un symptôme » : Emma Santos au mot à mot
Elsa Polverel

« L’œuvre inouïe » et le « corps merveilleux » : nouveau corps, nouvel amour, nouvelle langue chez Rimbaud
Sarah Jagodzinski

Thérèse et Isabelle de Violette Leduc et le sujet décentré de Wittig
Alison Péron

Métamorphoses du corps féminin dans la littérature marocaine et japonaise
Mokhtar Belarbi

 

© Colette Deblé, François Boucher, Jeune fille allongée

La Profession de foi d’un Centre de Recherches en Études Féminines et de Genres répond à la nécessité de suspendre, le temps d’un rêve d’utopie, l’enseignement généreux et dynamique que Mireille Calle-Gruber met à la disposition des étudiants-chercheurs de la Sorbonne Nouvelle, afin d’en saisir les enjeux et d’en cerner la spécificité. La « profession de foi » est à entendre à tous les sens de l’expression : au sens actif de la locution, il s’agit de faire (poiein) « profession » (confession) de la foi d’une doctorante en l’urgence de préserver un espace-temps à l’écriture et à la recherche en littérature dans une société qui vise à toujours gagner plus (de temps, d’argent) ; au sens littérale du syntagme, il s’agit de témoigner d’une « profession » différente mais vitale à la sauvegarde de l’« humain ». Où la « foi » tient lieu de richesse et l’hospitalité de loi.

Sommaire

Profession de foi d’un Centre de Recherches en Études Féminines et de Genres
Anaïs Frantz

Un genre érotique ?
Abdereman Said Mohamed

Sang : le texte et ses règles
Melina Balcázar Moreno

Du « genre » nu comme un ver et des genres en littérature
Anaïs Frantz

Métamorphoses des genres
Sirkka Remes

Les débordements du genre, l’autoportrait en vert, envers et contre tout…
Un autoportrait en vert de Marie Ndiaye
Elsa Polverel

La scène lieu ultime des dépassements en tous genres ?
L’exemple de Valère Novarina
Audrey Szebesta

… pour qu’il arrive des genres de tous bords
Mireille Calle-Gruber

 

C’est dans le cadre d’un séminaire en Sorbonne intitulé « Hospitalité de la littérature, Passage des arts » que les textes de ce dossier ont été présentés. Quatre lectures, chacune singulière, d’un même livre Tombeau d’Akhnaton, roman de Mireille Calle-Gruber publié à La Différence en 2006.

Sommaire
Présentation du dossier
Mireille Calle-Gruber

Tombeau d’Akhnaton : une pudeur impressionnante
Anaïs Frantz

Un temps pour la mort. Lecture du Tombeau d’Akhnaton
Arafat Sadallah

A l’ombre de quel Tombeau écrire ?
Sofiane Laghouati

Quand l’œil n’aura pas vu : Tombeau d’Akhnaton
Joana Masó

Fictions des genres

En tant que catégorie d’analyse, outil qui aide à penser, le genre s’intéresse à la littérature car, à travers ses intrigues et personnages, elle présente un miroir des sociétés passées et contemporaines, reflétant la condition féminine, les rapports hommes/femmes, ou encore les représentations de la sexualité, qui ont cours dans un espace-temps donné. En revanche, la dimension performative de la production littéraire est souvent négligée. La littérature est pourtant le lieu par excellence où, en amont des normes qui assignent les identités et séparent les genres, troubler les représentations, transformer le langage et façonner l’inconnu. Où découvrir et inventer d’autres configurations, d’autres logiques, d’autres genres. Ce sont ces fictions des genres que l’ouvrage entreprend d’explorer – de rêver – à partir de lectures d’auteurs œuvrant en marge des genres (littéraires et sexuels) institués : Claude Cahun, Violette Leduc, Monique Wittig, Emma Santos, Marguerite Duras, Jacques Derrida, Philippe Lacoue-Labarthe… C’est l’occasion d’affirmer la performativité poétique du travail des genres en littérature.

Anaïs Frantz, Sarah-Anaïs Crevier Goulet, Mireille Calle-Gruber

Mise en page 1

Table des matières de l’ouvrage