Réedition aux États-Unis de La Route des Flandres de Claude Simon : The Flanders Road

traduit du français par Richard Howard, introduction par Jerry W. Carlson
Disponible à partir du 12 juillet aux éditions New York Reviews Book

 

Autour de La route des Flandres

  • Assia Djebar lit La Route des Flandres de Claude Simon

    « Mais comment savoir ? »  par Assia DJEBAR   Replongeant récemment dans La route des Flandres, chaque « phrase-monde » de cette remémoration de la défaite de 1939 m’a redonné confiance dans la littérature, et cela, grâce à l’écriture intransigeante de Claude Simon. Vingt … Continuer la lecture


Éditions de L’Herne – Cahier Pascal Quignard

Dirigé par Mireille Calle-Gruber.

L’œuvre de Pascal Quignard est multiple par la diversité des domaines artistiques dans lesquels il excelle ; musique, dessin, cinéma, littérature… Le Cahier de L’Herne se propose d’explorer ces différentes facettes en retraçant l’itinéraire artistique de Pascal Quignard ; son parcours de musicien et ses nombreuses créations originales, ses collaborations avec compositeurs, scénaristes, musiciens et metteurs en scène dans le cadre de performances artistiques, son œuvre littéraire tout à fait inclassable, qui oscille entre roman, essais philosophique, autobiographie, écrits historiques, poésie… Nous dévoilons par ailleurs dans ce volume, le manuscrit inédit du Petit Cupidon, plusieurs textes inédits et de nombreux dessins en couleur de Pascal Quignard.


Extraits

Chez Pascal Quignard à Paris

Jubilé Pascal Quignard à tokyo et nagasaki – au Japon
Mai 2018

Mireille Calle-Gruber, Les comptes du temps. L’archive Claude Simon. Carnets de Tante Mie

Article de Stefano Genetti sur Les Comptes du temps et sur Pascal Quignard Sur le geste de l’abandon, dans Studi francesi n°194 (LXV-II) 2021


Sorella del padre di Claude Simon, ucciso in guerra nel 1914, Artémise diventa una madre sostitutiva per il nipote, che perde la sua nel 1925. Rifugiatasi a Perpignan nel giugno del Quaranta, Tante Mie muore il 25 maggio 1955 all’età di ottantacinque anni. Tra le pagine di diario dello scrittore (25-31 maggio 1955) e gli altri documenti riprodotti in calce al presente volume, in una lettera del 1960, l’autore di L’herbe (1958) si confida: «j’ai voulu écrire un livre sur cette vie admirable faite toute entière d’amour, de générosité et d’abnégation. Sa mort a été pour moi un coup très dur…. Après d’autres» (p. 300). Al romanzo si affianca la pièce teatrale La séparation, allestita nel Sessantatré ma edita, a cura della stessa Mireille Calle-Gruber, solo nel 2019. Se in appendice figura anche la fotografia di gruppo in giardino risalente alla fine dell’Ottocento, intessuta nel testo di L’herbe e riprodotta sulla copertina dell’edizione tascabile, a essere qui pubblicati sono i policromi quaderni contabili di Artémise Simon, «le fac-similé de ces dépôts qui à défaut de faire une histoire font une vie» (p. 13), scrive M. Calle-Gruber, sottolineando come alla redazione di L’herbe risalga l’adozione del sistema di colori associati a personaggi e motivi ricorrenti su cui Claude Simon basa un metodo compositivo svincolato da principi logici e cronologici.


PARUTION | Mireille Calle-Gruber, Les comptes du temps, L’archive Claude Simon, Carnets de Tante Mie

[Parution] Claude Simon : être peintre

Mireille Calle-Gruber présente le second volet de la biographie de Claude Simon alors que l’écrivain était peintre (1932-1960). Le volume présente près de 300 reproductions couleurs.

Claude Simon, avant de devenir l’un des plus grands écrivains du XXe siècle, Prix Nobel de littérature, a été peintre-plasticien avec ferveur pendant plus de vingt-cinq ans, de 1932 à 1960, date de parution de La route des Flandres.

Peintures, dessins, photographie,  assemblages, collages, tapisserie même, la production fut abondante, accompagnée de notes et carnets : l’ouvrage réunit ici pour la première fois une riche iconographie qui donne à voir des oeuvres dont on ignorait jusqu’à l’existence.
Faire oeuvre pour Claude Simon, c’est inventer des formes capables de conjuguer raison et émotion.

Cheminant avec le peintre durant les difficiles époques de sa jeunesse, on voit se profiler dans le geste artistique les grands romans à venir.
Claude Simon n’a  jamais oublié qu’il venait de ces années-là : il écrit comme il aurait voulu  peindre.

Claude Simon : être peintre est le second volet de la biographie de Claude Simon, Une vie à écrire (Seuil, 2011).

Claude Simon autoportrait huile sur toile vers 1936 – Collection particulière DR
Femme au fauteuil de rotin – sans date – Collection particulière DR
Renée à Nauplie (Grèce), photographie Claude Simon, juillet 1937 – Collection particulière DR
Yvonne Ducuing au chevalet – Photo de Claude Simon – Collection particulière DR
Salses 23 Juillet 1988 – Encre et plume – Collection particulière DR

Mireille Calle-Gruber

Mireille Calle-Gruber, écrivain, professeur à la Sorbonne Nouvelle – Paris 3 en littérature et esthétique, a publié les Œuvres complètes de Michel Butor (La Différence, 2006-2010) et plusieurs ouvrages dont récemment Le Chevalier morose avec Michel Butor (Hermann, 2017) et le premier numéro des Cahiers Butor (Hermann, 2019).

Constellation de fin d’été (2) : Jérôme Prieur, Louis-René des Forêts, Mireille Calle Gruber / Claude Simon

Parus le 10 septembre 2021 dans Diacritik. Par Christian Rosset Chr

Tous droits réservés – Christian Rosset

Par un étonnant hasard, un second livre consacré aux dessins et peintures d’un écrivain paraît au même moment chez Hermann : Claude Simon : être peintre de Mireille Calle-Gruber, biographe, exégète et ayant-droit moral pour l’œuvre de Claude Simon. Et déjà une différence éclatante entre les deux démarches : si l’œuvre plastique de des Forêts, comme je viens de le souligner, n’offre que peu d’ouvertures vers la recherche picturale, se concentrant sur la pratique quasi-artisanale du dessin, celle de Simon est tendue en permanence par le désir d’“être peintre”. Il suffit de parcourir rapidement ce livre richement doté, côté image, pour s’en convaincre, même si l’œil sera peut-être en premier lieu attiré par ce qui échappe à la peinture : de beaux dessins à l’encre sur papier ; et surtout les photographies que nous connaissions déjà pour certaines d’entre elles, publiées à l’initiative de Denis Roche chez Maeght en 1992.

En savoir plus sur Claude Simon : être peintre

Publication en novembre du manuscrit inachevé d’Assia Djebar

IL PARAÎTRA AUX ÉDITIONS MÉDIA-PLUS

Article paru le 03 Octobre sur Liberté par Yasmine Azzouz

Pour marquer la reprise de leurs activités et le 30e anniversaire de leur création, les éditions Média-Plus publieront en novembre prochain le manuscrit inachevé de la romancière et académicienne Assia Djebar intitulé “Les larmes d’Augustin”. Le texte comportant 75 feuillets tapuscrits est “signé de quelques biffures et présenté tel quel”. Les universitaires Mireille Calle-Gruber et Anaïs Frantz, qui l’ont initialement publié aux Presses Sorbonne Nouvelle, ont fait savoir qu’il constituait avec “L’amour, la fantasia”, “Ombre sultane” et “Vaste est la prison” son “Quatuor algérien”.

Les éditions Médias-Plus publieront au mois de novembre prochain le manuscrit inachevé de la romancière et académicienne Assia Djebar, a annoncé l’éditeur Saïd Yassine Hannachi. Paru initialement aux Presses Sorbonne Nouvelle, sous la direction des universitaires Mireille Calle-Gruber et Anaïs Frantz avec la contribution d’Hervé Sanson en mars 2021, le texte de l’académicienne, qui devait s’intituler Les larmes d’Augustin, “apporte un éclairage tout à fait nouveau sur l’écriture d’Assia Djebar, écrivain majeur de la littérature francophone, élue à l’Académie française en 2005”. Il aurait constitué le “Quatuor algérien” avec les trois romans précédemment publiés et “qu’elle préparait à la suite de L’amour, la fantasia (1985), Ombre sultane (1987) et Vaste est la prison (1995)”, a fait savoir l’universitaire et critique littéraire Mireille Calle-Gruber, spécialiste de l’œuvre djebarienne et amie de la défunte romancière. 


Assia Djebar

Retrouvez tous les articles sur Assia Djebar

Claude Simon, l’écrivain artiste

PAR JEAN-CHRISTOPHE CASTELAIN · LE JOURNAL DES ARTS le 13 septembre 2021

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°572 du 3 septembre 2021, avec le titre suivant : Claude Simon, l’écrivain artiste

Les photographies et surtout les assemblages du prix Nobel de littérature participent de la même démarche que ses travaux d’écrivain.

Collioure. Le charmant petit Musée d’art moderne de Collioure poursuit son exploration des artistes régionaux avec l’écrivain Claude Simon (1913-2005). L’inattendu prix Nobel de littérature (1985) a en effet plus que des attaches avec le Roussillon. Dans les années 1930, il réside en alternance entre Paris et Collioure et, après la guerre, il séjourne régulièrement dans son mas viticole de Salses – qui lui procure une certaine aisance financière.

Avant d’être écrivain, Claude Simon voulait être artiste, il a brièvement étudié aux Beaux-Arts et dans l’atelier d’André Lhote. On ne voit cependant aucun de ses tableaux dans l’exposition – ils auraient été détruits à sa demande –, tout au plus a-t-on un aperçu de ses talents de dessinateur avec deux dessins très postérieurs, le représentant à sa table de travail. De sa période de jeunesse, les commissaires, Claire Muchir, directrice des lieux, et Mireille Calle-Gruber, biographe de l’artiste, présentent deux photographies de 1938.


Claude Simon, de l’image à l’écriture

L’œuvre picturale et photographique méconnue de l’écrivain Claude Simon se dévoile à Collioure

Publié Mis à jour Odile Morain sur France Info

Exposition Claude-SIMON au musée d’art moderne de Collioure (Pyrénées-Orientales). Assemblage de papiers découpés et collés sur paravent vers 1956-58 (Richard Meier)

“L’écrivain, c’est celui qui travaille son langage […] le sujet d’un roman, c’est l’écriture”.  C’est ainsi que Claude Simon (1913-2005) exposait avec beaucoup de rigueur sa conception du métier d’écrivain. Prix Nobel de littérature en 1985, le Catalan originaire de Perpignan fut d’abord peintre et photographe avant d’être écrivain. Cet été, le musée d’art moderne de Collioure dans les Pyrénées-Orientales met en lumière ses œuvres, elles n’avaient jamais été exposées. 

Collages et assemblages : Prévert, Rauschenberg, Matisse ou Picasso 

Lorsqu’il n’écrit pas, Claude Simon développe une œuvre plastique d’une rare densité. Entre 1955 et 1965, il réalise de grands assemblages de papiers collés où l’oeil se perd. L’exposition du musée de Collioure dévoile cette oeuvre inédite et la replace dans le contexte plus large de l’histoire du collage. Kurt Schwitters, Robert Rauschenberg, Louise Nevelson, Yvonne Ducuing, Jacques Prévert… autant d’artistes du XXe siècle pour qui le collage fut l’un des modes d’expression privilégiés.

Claude Simon, de l’image à l’écriture

Dans l’ombre des pères

paru sur En attendant Nadeau par Tristan Leperlier le 9 juin 2021

Excitation de l’inédit, du posthume attendu. Depuis le décès d’Assia Djebar, en 2015, un écho persistant de son œuvre était sur les lèvres de ses lecteurs. Les larmes d’Augustin, tel était le titre du dernier volet de son « Quatuor algérien » qu’elle préparait à la suite de L’amour, la fantasia (1985), Ombre sultane (1987), et Vaste est la prison (1995). Ce texte paraît en tapuscrit de 75 feuillets, signé de quelques biffures et présenté tel quel.

Commencé dès cette époque, et tandis que d’autres voient le jour, ce roman accompagne Assia Djebar sans qu’elle parvienne à y mettre un point final. L’« ouvrage s’inachève : durant vingt ans ». C’est ce qu’écrit Mireille Calle-Gruber en introduction de ce volume qu’elle dirige avec Anaïs Frantz. Un livre hybride, dès la page de garde : « Assia Djebar », pourtant écrit en grands caractères, n’est pas le nom de l’autrice mais la première partie du titre, la majeure partie de l’ouvrage étant consacrée, non au roman proprement dit, mais à des études et à des documents d’archives qui l’entourent.

Collioure : l’œuvre méconnue de Claude Simon

Paru le 5 juin 2021 sur la Semaine du Roussillon par Sebastià Vilanou i Poncet 

Jean-Pierre Gillery, adjoint au maire de Collioure, et Mireille Calle-Gruber, la commissaire de l’exposition, devant des images découpées sur un paravent de Claude Simon © S.V.

Du 5 juin au 19 septembre 2021, le musée d’art moderne de Collioure propose l’exposition « Claude Simon, assemblages, de l’art à l’écriture ». 

Auteur austère, œuvre difficile. Les préjugés qui entourent Claude Simon ne manquent pas. Encore aujourd’hui, il reste un écrivain méconnu de la littérature française. Présentée à Collioure, lieu emblématique de son engagement artistique et politique, cette exposition dévoile un aspect méconnu de l’œuvre de Claude Simon et éclaire un pan oublié de l’histoire artistique de la petite cité. Originaire de Perpignan, séjournant à Collioure dans les années 30, Claude Simon obtient le prix Nobel de littérature en 1985, consécration ultime pour celui qui se rêve peintre avant de se consacrer à l’écriture. Le Nobel récompense celui « qui, dans ses romans, combine la créativité du poète et du peintre ». C’est dire l’imbrication dans son œuvre du mot et de l’image !

Commissariat : Mireille Calle-Gruber, romancière, critique littéraire et universitairebou

Claude Simon, de l’image à l’écriture

Retour sur : [Carte blanche] Poezibao invite Mireille Calle-Gruber par Florence Trocmé sur Le Flotoir

Terrasse de Meudon avec les Besnou – ©florence trocmé  2021

Handke, Mireille Calle-Gruber
Mireille Calle-Gruber m’a envoyé un très bel article, un petit essai plutôt autour de La Voleuse de fruits de Peter Handke qui parait tout juste et que je viens de demander à Gallimard. Elle use d’une méthode critique très particulière, qu’elle appelle la critique épique. Elle commence par se promener longuement dans le texte, en prenant en quelque sorte des instantanés mais en laissant jouer aussi tous les échos que sa connaissance de l’œuvre et plus généralement de la littérature lui permet d’entendre. Ne dit-elle pas que « pour lire, il faut se rendre au texte : à la textualité, la textilité, le tissage, la tessiture. Entrer dans le texte, épouser ses rythmes et ses risques de fluctuations – ce qu’aucun système de pensée ne saurait saisir sans les annihiler. » car « la critique n’est pas seule, elle n’a pas la maîtrise du tout-sachant ni le monopole du point de vue (theoria). Elle est invitée à désarmer, à poser la boîte à outils, à se laisser aller à la lecture en tous sens. A s’en remettre au voyage des signes. » S’en remettre au voyage des signes en une démarche « ludique ; empirique et figurée ; érudite et affective. »

Assia Djebar – Le manuscrit inachevé

sous la directions de Mireille Calle-Gruber et Anaïs Frantz

Photo : Irmeli Jung / Graphisme : Marine Palmesani

Ce livre apporte un éclairage tout à fait nouveau sur l’écriture d’Assia Djebar, écrivain majeur de la littérature francophone, élue à l’Académie française en 2005, en publiant un texte inédit, manuscrit inachevé qui devait s’intituler « Les Larmes d’Augustin » et constituer un « Quatuor algérien » avec les trois romans précédemment publiés : L’Amour, la fantasia, Ombre sultane, Vaste est la prison. 

Extrait du tapuscrit qui aurait s’intituler “Les larmes d’Augustin”

Au centre du volume : le tapuscrit des trois premiers chapitres du roman, qui ne s’appellera jamais Les Larmes d’Augustin. Et un mystère : celui de l’inachèvement de ce texte, écrit et projeté pendant vingt ans, dont il semble que l’architecture soit demeurée indécise. Publier un tel document, c’est instituer le manuscrit en archive, c’est-à-dire en assurer la transmission et l’héritage, en le donnant aux lectures à venir. Faire lire un manuscrit inachevé, c’est aussi s’obliger à en respecter l’inachèvement, c’est-à-dire l’accompagner d’une réflexion critique méthodologique. Par quoi il devient objet de recherche.

Assia Djebar, 1957. Elle prend ce pseudonyme pour la publication de son premier roman La Soif. DR

Depuis sa rencontre avec Assia Djebar, en 1987, Mireille Calle-Gruber a accompagné l’oeuvre de l’écrivain par la publication d’études (Assia Djebar ou la résistance de l’écriture, 2001 ; Assia Djebar, ministère des Affaires Étrangères, 2006) et de colloques (dont le colloque de la Maison des écrivains à Paris, en collaboration avec l’Académie royale de Belgique, 2005, et le colloque de Cerisy, publié aux PSN, en 2010) mais aussi d’inédits d’Assia Djebar et d’entretiens avec elle. Elle a prononcé la Laudatio d’Assia Djebar lors de la remise du doctorat honoris causa de l’université d’Osnabrück à l’écrivain. Assia Djebar projetait de tourner un film sur le roman de Mireille Calle-Gruber : Tombeau d’Akhnaton.

Anaïs Frantz enseigne la littérature et les études de genre à Paris. Chercheure associée de l’ITEM/CNRS où elle travaille sur les manuscrits de Violette Leduc, elle a également publié plusieurs ouvrages avec Mireille Calle-Gruber dont Politique et poétique du genre dans les migrations. Femmes entre les deux rives de la Méditerranée (Presses de Tanger, 2011).

Ouvrage papier – 978-2-37906-060-1 – 238 pages – 29,90 €
Edition par Presses Sorbonne Nouvelle

[Carte blanche] Poezibao invite Mireille Calle-Gruber

(Carte blanche) à Mireille Calle-Gruber, manifeste pour une nouvelle critique, lecture de La Voleuse de fruits ou Aller simple à l’intérieur du pays de Peter Handke

De gauche à droite : Pierre Deshusses, Peter Hendke et Mireille Calle-Gruber lors du colloque de Cerisy “Peter Hendke. Analyse du temps” – Août 2017

Poezibao publie aujourd’hui un véritable essai de Mireille Calle-Gruber, lisant La Voleuse de fruits ou Aller simple à l’intérieur du pays, de Peter Handke. Elle propose là une très forte démonstration de son approche critique en ce que l’on peut considérer comme un manifeste pour une nouvelle critique. Mireille Calle-Gruber la nomme critique épique.

« pour lire, il faut se rendre au texte : à la textualité, la textilité, le tissage, la tessiture. Entrer dans le texte, épouser ses rythmes et ses risques de fluctuations – ce qu’aucun système de pensée ne saurait saisir sans les annihiler.

C’est dire que la critique n’est pas seule, qu’elle n’a pas la maîtrise du tout-sachant ni le monopole du point de vue (theoria). Elle est invitée à désarmer, à poser la boîte à outils, à se laisser aller à la lecture en tous sens. A s’en remettre au voyage des signes.

Ainsi, la critique avance dans les pas épiques du récit, intègre sa marche. Elle marche avec : “Mais avec qui ? Avec quoi ? Avec ! J’étais libre, j’étais dans mon droit.” (p. 45) Bref, c’est une critique épique qu’appelle La Voleuse de fruits. Qu’est-ce à dire ? » 

ou encore

« La critique épique est une jeune voleuse de fruits. Elle guette l’apparition des formes. Elle se tient à la naissance des formes, et à la re-naissance des langues, lesquelles croissent par leurs différences dans le récit de Handke – alphabet cyrillique et alphabet latin, marche inverse de la scription arabe, signes diacritiques de la transcription du grec, survenue de l’étranger espagnol, slovène, français, russe…
La critique épique n’exerce aucun pouvoir. Elle est un potentiel, un ensemble de facultés qu’elle apprend à déployer par le texte (grâce à lui).

Elle respecte les indécidables de l’œuvre, ses zones d’ombre, ses nébuleuses. “l faut quand même un espace nébuleux, aussi, dans l’analyse, une espèce d’imprécision qui fait partie d’une bonne critique”, dit Peter Handke.

Elle apprend à bifurquer, elle rallie, elle relie, elle témoigne de la vie métaphorique et inépuisable de l’œuvre. Elle apprend à écrire c’est-à-dire à peser ses mots et à transmettre. Car seule une écriture (critique) peut répondre de l’écriture (littéraire). »