Votre Faust – La création en partage

Étude par Marion Coste de la mise en scène d’Aliénor Dauchez de Votre Faust d’Henri Pousseur et Michel Butor

Résumé

Votre Faust est une « fantaisie variable genre opéra ». Cette dénomination, choisie par ses deux auteurs, Michel Butor et Henri Pousseur, témoigne de sa singularité. Lors de chaque représentation, le public est invité à modifier l’intrigue et la musique en votant et en criant. La collaboration étroite entre Michel Butor et Henri Pousseur, leur vision commune de l’œuvre ouverte et engagée font de Votre Faust une pièce tant attrayante que déstabilisante.

Marion Coste a été dramaturge pour la mise en scène française d’Aliénor Dauchez. Elle a fait le choix d’expliquer cette œuvre complexe de l’intérieur, à partir des difficultés, des surprises et des joies rencontrées par les comédiens et les musiciens, sans pour autant renoncer à une approche technique du texte et de la partition.

La première partie du livre permet d’explorer cette pièce, d’en fouiller l’immense intertexte littéraire et musical, et d’appréhender le fonctionnement participatif de l’écriture. L’accent est mis sur l’expérience sociale que constitue Votre Faust, sur scène et dans la salle. La seconde partie contient l’intégralité des entretiens réalisés avec une partie des musiciens, des comédiens, des techniciens et du public.


Marion Coste

Marion Coste est agrégée de lettres modernes et docteure en langue et littérature française. Elle a consacré sa thèse, éditée aux presses de la Sorbonne-Nouvelle, à l’influence de la musique sur l’œuvre de Michel Butor. Ses travaux de recherche portent sur les rapports entre littérature et musique au xxe siècle. Elle a été dramaturge pour la mise en scène de Votre Faust par Aliénor Dauchez.


Lire aussi :

L’introduction de Marion Coste
La préface de Jean-Yves Bosseur
La postface de Laurence Le Diagon-Jacquin
Le sommaire

Voir aussi :

Les photos de la représentation au Nouveau Théâtre de Montreuil en novembre 2016

[Archives du mois] Jahrbuch der deutschen Schiller-Gesellschaft – Band LXII 2018

Donation des archives de Peter Brugger : Claude Simon im deustschen Literaturarchiv (Claude Simon aux Archives Littéraires d’Allemagne) auprès des Archives Nationales Allemandes de Marbach

Entretien télévisé de Peter Brugger et Claude Simon à Salses (Pyrénées Orientales) du 1er au 5 septembre 1974 et tournage aux Planches près Arbois du court-métrage L’impasse (Die Sackgasse) conçu par Claude Simon à partir de son roman Triptyque.

Le tournage s’est effectué en 2 étapes :
– Du 20 au 24 mai 1975 aux Planches
– Du 2 au 6 juin 1975 dans les studios du Saarländischer Rundfunk à Saarbrücken

La totalité des entretiens est publiée pour la première fois en allemand traduit par Gerda Scheffel dans Jahrbuch der deutschen Schiller-Gesellschaft – Band LXII 2018 aux éditions De Gruyter

Articles de Ulrich Raulff, Mireille Calle-Gruber, Peter Brugger
Entretien Peter Brugger et Claude Simon

Voir des extraits de l’ouvrage
Se procurer l’ouvrage

Voir aussi :

Les Triptyques de Claude Simon ou l’art du montage
paru aux Presses Sorbonne Nouvelle en 2009

Peter Brugger et Claude Simon – Novembre 1974 – Paris – Photo : Georg Bense
Gerda Scheffel et Claude Simon dans les studios du Saarländischer Rundfunk à Saarbrücken – juin 1975 Photo : Georg Bense

Claude Simon – La Séparation

Inédit : La seule pièce de théâtre écrite par Claude Simon vient de paraître aux Éditions du Chemin de Fer
Postface de Mireille Calle-Gruber : Du train où vont les choses

La Séparation - Claude Simon
Couverture de La Séparation, pièce inédite écrite par Claude Simon

La séparation est la seule pièce de théâtre écrite par Claude Simon, dont le texte est resté inédit jusqu’alors. Jouée à Paris, au Théâtre de Lutèce en 1963, en pleine querelle du nouveau roman, elle déclencha polémique et malentendu. Là où l’on attendait un avant-gardisme démonstratif, Claude Simon se référait à la tragédie grecque et livrait, sur les motifs de son roman L’herbe, paru en 1958, une œuvre profondément originale et inattendue. Il se saisit de l’irrémédiable présent du théâtre, et sans fin les protagonistes de La Séparation peuvent se donner la réplique, se dupliquer, se doubler, recommencer à ne pas se séparer.
Le texte de la pièce est accompagné d’un cahier iconographique de 16 pages, et d’une postface de Mireille Calle-Gruber, et d’annexes (interview de Claude Simon pour Le Monde, notes inédites de Claude Simon sur le théâtre et sur la mort de sa tante Mie).


La séparation est une œuvre à la beauté crépusculaire, qui conjugue l’effroi fasciné par la chair vouée à charogne et une lucidité de Jugement Dernier. Mais sans recours à Dieu.
La puissance, morbide et vitale, qui habite le texte au dessin sobre est d’autant plus impressionnante qu’elle est feutrée. Tout y est cris et chuchotements, dans un huis clos familial proche d’un Bergman ou d’un Tchekhov.”

Mireille Calle-Gruber



La séparation, bien plus que la mince cloison entre le cabinet de toilette de Louise et celui de sa belle-mère, Sabine, bien plus que le départ imminent de la jeune femme qui songe à quitter son mari, Georges, bien plus même que la mort de la vieille tante de Georges qui agonise dans la pièce voisine, ne serait-ce pas cette fragile enveloppe, à l’intérieur des êtres qui persiste à isoler, de ce qu’ils disent et font, ce qu’ils sont : l’écran qui les empêche, à la limite, de “s’entendre” eux-mêmes ?
Pourtant, les mensonges que Louise et Georges, et la mère et le père de Georges, prodiguent aux autres ou à soi sous les dehors d’une famille bourgeoise respectable et unie sont, à leur insu, de terribles témoins. Tout se passe sous les mots qu’on prononce, comme le tracé d’un ruisseau souterrain est révélé dans les champs par une herbe plus verte. La seule eau qui coule claire, le seul être qui soit ici vrai, on ne l’entend ni le voit et il est en train de mourir. Mais les autres, depuis quand ont-ils cessé de vivre ?”

Claude simon
La Séparation - Claude Simon

17 euros TTC 
Parution : 29 janvier 2019
ISBN : 978-2-490356-04-1
160 pages
Ouvrage publié avec le soutien du Conseil régional de Bourgogne Franche-Comté
et de l’association « Archive. Claude Simon et ses contemporains »

Pascal Quignard ou Les leçons de ténèbres de la littérature – Mireille Calle-Gruber

« La grande pureté et la transparence de l’air, qui sont une des causes de l’intensité de la couleur bleue du ciel, produisent vers le haut du mont Blanc un singulier phénomène : c’est que l’on peut y voir les étoiles en plein jour; mais pour cela il faut être entièrement à l’ombre et voir même, au-dessus de sa tête, une épaisseur d’ombre considérable. L’endroit convenable pour faire cette observation le matin était la montée qui conduit à l’épaule du mont Blanc » (Horace-Bénédict de Saussure).

Qu’est-ce qui, pour chaque œuvre littéraire, fait épaule à l’obscurité considérable qui sera porteuse d’éblouissants étoilements ? D’émotions sans pareil ?

Pour Pascal Quignard, écrivain nyctalope qui cherche les secrets du passage au noir, la littérature est cette technique ténébreuse qui fait venir le rêve et éclaire le monde de la beauté de ses images à contre-jour à contre-nuit.

Ce livre, qui est une écriture adressée à une écriture, s’efforce de faire et de transmettre l’expérience intime du texte. De se faire l’écho de ce lieu où accueillir les traits de ce qui cherche obscurément à donner naissance aux mystères des origines et des fins. À cela qui appelle. Qui, décidément, s’appelle : littérature.


Format : 15 x 24 cm
Nombre de pages : 208
Prix : 20 €
Date de parution : 2018
ISBN : 9782718609775


Note de lecture parue dans la revue Diacritik

La Mémoire et l’Expression

La Mémoire et l’Expression, dialogue avec Arno Stern, précédé par une introduction théorique d’Anaïs Frantz, livre publié aux éditions Regard – Marie Morel dans la collection “Dialogue” en 2018. L’ouvrage compte 180 pages plus un cahier iconographique en couleur.

La Mémoire et l’Expression, dialogue avec Arno Stern


Sommaire :

I. Anaïs Frantz : LA MEMOIRE ET L’EXPRESSION

  1. Ouverture
  2. Une découverte empirique
  3. Peindre “après Auschwitz”
  4. La Sémiologie de l’Expression et le structuralisme
  5. Heureux comme un enfant qui peint

II. Anaïs Frantz et Arno Stern : DIALOGUE

  1. La découverte d’une trace sans précédent
  2. La Trace et la Mémoire organique
  3. Les expérimentations
  4. L’Ecole de Praticiens d’Education Créatrice
  5. L’Institut de Recherche en Sémiologie de l’Expression
  6. La Trace en regard de l’art et de l’écriture
  7. Les interprétations erronées de “l’art enfantin”
  8. L’archi-sémiologie de l’Expression
  9. Pour une écologie de l’Expression

Bibliographie

Arno Stern et Anaïs Frantz au Closlieu, Paris

Pour commander le livre : envoyer un chèque (ordre : Regard) de 15 euros + 5 euros de frais de port à :

Editions Regard – Marie Morel, 2, place de l’église, 01260-Le Petit-Abergement FRANCE (en précisant le titre du livre commandé).

Contact : anais.frantz chez sfr.fr

Voir le site d’Arno Stern

Arno Stern par lui-même

Voir le site de Marie Morel

Écritures migrantes du genre (II). Langues, arts, inter-sectionnalités génériques

par Mireille CALLE-GRUBER & Sarah-Anaïs CREVIER GOULET

Couverture du volume II – Ecritures migrantes du genre

« Sentir la vie là où elle est et là où elle n’est pas. Pas encore » (Maria Zambrano). C’est cette perspective généreusement ouverte sur l’inscription de l’Etre comme expériment que mettent en lumière les écritures migrantes du genre, analysant certains procès, parfois douloureux, d’altérité en contextes multiculturels.

Cinéma, photographie, gravure, installation, performance, mise en scène théâtrale sont ici les pratiques génériques explorées dans leur interaction avec les textes littéraires.

Arts et lettres, lieux par excellence de « l’altérité du genre », dotent chacun chacune d’un regard migrant. Et singulièrement politique.

Avec les contributions de : Mireille CALLE-GRUBER, Sarah-Anaïs CREVIER GOULET, Laurent CAMERINI, Pascale SARDIN, Josette FÉRAL, Patrick FARGES, Safaa FATHY, Maribel PEÑALVER VICEA, Sofiane lAGHOUATI, Myriam Watthee-DELMOTTE, Seza YILANCIOGLU, Nedim GÜRSEL, Kaoutar HARCHI, Hervé SANSON, Anaïs FRANTZ, Christine LORRE-JOHNSTON

> Télécharger la table des matères (.pdf)
> Acheter le livre
> Retrouver le premier volume
Croiser les théories et les formes littéraires en contextes comparés.

Claude Simon, Le cheval, postface par Mireille Calle-Gruber

Couverture dessinée par Pauline Nunez

Couverture dessinée par Pauline Nunez

Claude Simon écrivant Le Tricheur - 1938. ©

Claude Simon écrivant Le Tricheur – 1938. ©

– Qu’est-ce que tu préférerais, dit-il : mourir de faim ou mourir de cafard ?
– Mourir d’amour, dis-je.
– Déjà vu mourir quelqu’un comme ça ?
– Non, dis-je. Si, dans les livres : Tristan.
– Ce n’est pas d’amour qu’il est mort, c’est de ne pas pouvoir le faire. Et puis ne me parle pas de ce sale cochon de Nazi.
– Il y en a qui en meurent, dis-je.
– Du Nazisme ?
– Du Nazisme bien sûr, dis-je. Mais je parlais de l’amour.
– Ah ! dit-il. Qui ça ?
– Les vérolés.
– Tu en es sûr ? dit-il. Tu en as vu ?
– Non, dis-je. Mais je l’ai lu.
– De combien de choses es-tu sûr que tu n’aies pas lues ?
– D’être vivant.

Publié dans Les lettres nouvelles, en février et mars 1958, et jamais réédité depuis, Le cheval est le premier jalon de l’histoire du cavalier-brigadier rescapé des Flandres durant la débâcle de quarante que Claude Simon n’a eu de cesse ensuite de recomposer, à commencer par La route des Flandres, qui paraît deux ans plus tard.
II serait pourtant bien réducteur de considérer Le cheval comme un simple brouillon du roman à venir. Ce “pur cristal taillé, facetté avec art”, comme l’écrit Mireille Calle-Gruber dans sa postface, est un récit singulier et autonome, qui éclaire magistralement l’œuvre de Claude Simon, couronnée en 1985 par le prix Nobel de littérature.

“Le tissage des thèmes est resserré sur une péripétie fictionnelle de 48 heures – durée tragique pendant laquelle il ne se passe rien. Rien et tout. Rien : l’arrivée d’un régiment en cantonnement dans un village du nord de la France près du front ; la misère des paysans ; l’apparition d’un personnage féminin et l’écho d’un vaudeville campagnard avec adultère, cocufiage, inceste et vendetta ; la mort d’un cheval, veillé et enterré ; le départ du régiment. Tout : la mort alentour du paysage et des personnages à vau l’eau ; l’agonie humaine du cheval et du camarade juif ; la tragédie “atridesque” des déchirements de famille, de classe, de race ; la prise de conscience cynique des frustrations d’une jeunesse sacrifiée, n’ayant plus foi ni idéal, son massacre annoncé dans une guerre absurde, invisible, désespérée. Déréliction et apocalypse.”

Mireille Calle-Gruber

Affiche Le Cheval par Claude Simon – 2ème tirage – Janvier 2016



Manuscrits
Photographies

Article paru dans Libération
Article paru dans la revue Diacritik
Article paru dans En attendant Nadeau
Article paru dans L’Obs
Article paru dans La semaine du Roussillon
France Culture – Le temps des libraires
Acheter le livre

Accueillir l’autre : l’hospitalité charnelle

Aux Editions des femmes – Antoinette Fouque

« Je dis depuis longtemps que la gestation est le paradigme de l’éthique parce qu’elle est accueil, dans le corps d’une femme, d’un corps étranger. C’est l’hospitalité charnelle. C’est dire oui à l’autre qui vient. » A.F.

Les femmes ne seraient-elles pas toutes des exilées dans un monde où elles représentent la figure de l’Autre, rejetée, exclue, rendue invisible ? Et pourtant cette Autre est celle du premier accueil, de « l’hospitalité charnelle », selon un concept d’Antoinette Fouque. Ce livre est le fruit d’une table-ronde organisée par les éditions des femmes lors de l’édition 2016 des Rendez-vous de l’Histoire de Blois qui ont eu pour thème, « Partir ».

Avec Taslima Nasreen, écrivaine ; Élise Boghossian, présidente d’Elisecare ; Inna Schevchenko,présidente du mouvement international Femen ; François Guery, philosophe ; Mireille Calle-Gruber, universitaire, écrivaine ; Collectif Psychanalyse et politique.
Et des textes d’Antoinette Fouque sur L’hospitalité charnelle.

Mars 2017 – 102 p. – 12 € – EAN 9782721006707

> Voir l’annonce du 19è Rendez-vous de l’Histoire de Blois – Octobre 2016

Das Pferd – Claude Simon

Le Cheval de Claude Simon traduction allemande aux éditions Barenberg

Claude Simon
Das Pferd
Mit einem Nachwort von Mireille Calle-Gruber
Aus dem Französischen von Eva Moldenhauer
80 Seiten · Halbleinen · fadengeheftet · 164 × 228 mm
Frühjahr 2017
ISBN 978-3-946334-17-0
EUR 22,00

Claude Simon
geboren 1913 in Tananarive, Madagaskar, erhielt 1985 den Nobelpreis für Literatur. Er starb 2005 in Paris. mehr

REZENSIONEN:

“Ein Grund zum Feiern für die eingeschworene Gemeinde der Simon-Leser – aber nicht nur für sie.”
ULRICH RAULFF, FRANKFURTER ALLGEMEINE ZEITUNG

“Meisterhaft.”
MDR KULTUR

> L’édition française du livre

Écritures Migrantes du Genre

Croiser les théories et les formes littéraires en contextes comparés.
Sous la direction de Mireille Calle-Gruber, Sarah-Anaïs Crevier Goulet et Christine Lorre-Johnston


Il s’agit ici, en une quinzaine d’essais et l’examen de plusieurs voix féminines et plusieurs littératures, de considérer à nouveaux frais l’inscription du genre – le genre genré, sexuel, masculin/féminin, les entames infinies des différences sexuelles et textuelles – en ce qu’il y va de l’être lettré du vivant et de ses récits aléatoires, lesquels avancent sur les brisées des genres littéraires. Ou, pour le dire autrement : il s’agit, en rapprochant d’une part le concept de « genre », appellation administrative officielle désormais, et d’autre part le phénomène des « écritures migrantes », celles-ci désignant, depuis les années 1980 au Québec, une littérature des bifurs et des troubles de l’introuvable identité, de déconstruire le mot monolithe « genre », par croisées comparatives.

Les formes d’hybridité étudiées se déploient selon quatre étapes analytiques, scandées par les interventions d’écrivains : Nathanaël (Exulant ou la pluie), Ying Chen (Le plus grand obstacle), Régine Robin (Toutes mes vies) ainsi que les témoignages de Nouryé-Neyr el-Nissa (Notre évasion du harem) et de Yolande Cohen (Retours sur un départ, de Meknès à Montréal). Les analyses considèrent la puissance de subversion des études de genre et leurs enjeux méthodologiques (Partie I : Comment penser-pratiquer une décolonisation de la pensée du genre), les perspectives ouvertes par l’écriture de fiction et les processus de déconstruction poétiquepolitique des appartenances (Partie II : Désappartenir, dénaître ou les langues du dépanneur), la poétique de la désinstallation (Partie III : Exulance, survivance, migrance), et finalement s’attachent aux configurations de l’extrême et des « co-vivances » (Partie IV : Dans l’intervalle, quelles co-vivances ?).

Acheter le livre
Écritures Migrantes du Genre – Table des matières

Lire Violette Leduc aujourd’hui

254 pages / 15 x 21 cm / 2017 / 22 € – ISBN-13 : 978-2-7297-0920-4 – à paraître le 01/06/17

Source : http://presses.univ-lyon2.fr/

Dirigé par :
Mireille Brioude
Anaïs Frantz

Alison Péron

La publication de La Bâtarde en 1964, avec une préface de Simone de Beauvoir, a paradoxalement permis à Violette Leduc de conquérir une légitimité littéraire. Elle apparaît alors comme l’une des voix les plus audacieuses dans la production littéraire des femmes et comme l’une des plus subversives dans les représentations du masculin et du féminin.

Cinquante ans plus tard, le présent ouvrage propose un nouveau portrait de Violette Leduc : à partir de l’étude de ses manuscrits et de sa correspondance, il analyse à la fois ses choix esthétiques singuliers et les multiples résonances de son œuvre dans la littérature, les arts plastiques, le cinéma et le théâtre d’aujourd’hui.

Le livre comprend également un cahier iconographique et deux textes inédits, « Chanson du pénis » et « Fantasme des cinq cents verges », dans lesquels l’auteure s’empare de l’érotisme avec humour, liberté et vigueur.

Mireille Brioude est professeure agrégée de lettres modernes et titulaire d’un doctorat consacré à Violette Leduc. Elle travaille sur la création littéraire et cinématographique des femmes.

Anaïs Frantz enseigne dans les universités américaines de Paris et à l’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3. Elle a publié Le Complexe d’Ève : la pudeur et la littérature. Lectures de Violette Leduc et Marguerite Duras (Honoré Champion, 2013).

Alison Péron est professeure de lettres. Elle consacre ses recherches aux questions de sexe, de genre et de sexualité, notamment à travers l’oeuvre de Violette Leduc.
Collection
Des deux sexes et autres

Dictionnaire sauvage Pascal Quignard

Dictionnaire sauvage - Pascal QuignardLe Dictionnaire sauvage Pascal Quignard, ponctué d’affiches ou encore de dessins que l’écrivain effectue cependant qu’il écrit un livre et qui constituent une véritable archive de l’écriture, est l’œuvre d’un collectif de chercheurs et d’universitaires du monde entier. Près de trois cents entrées, répertoriées par ordre alphabétique et complétées d’une bibliographie exhaustive, offrent des clés de lecture et ouvrent de multiples parcours croisant divers domaines (lettres et arts, sciences, philosophie, langues et cultures antiques et contemporaines, anthropologie) qui sont autant de lieux, pour Pascal Quignard, d’une recherche insatiable de l’âme.

Pascal Quignard participe lui-même à cette élaboration sous la forme d’un dialogue avec Mireille Calle-Gruber. Dès l’A, il explicite son rapport au savoir, à la bibliothèque qu’emblématise l’exercice du dictionnaire ; le qualificatif de « sauvage » préservant quant à lui la part indomptable de la connaissance et en particulier de la cosmogonie de son œuvre.

Ce Dictionnaire, guide à plusieurs voix, dessine une cartographie de l’œuvre. Volume de ressources et de références incontournable, il est le meilleur garant d’une approche capable de faire prendre toute la mesure de l’interrogation originaire qui se joue au secret de l’écriture de Pascal Quignard.

Format 152 x 229 mm, 776 pages
34 illustrations dont 14 en couleurs
Parution : 14 Décembre 2016
ISBN : 9782705692964

38,00 €

Commander le livre
Lire le texte de présentation de l’ouvrage
Lire l’article paru dans La Vie le 11 Mai 2017
Écouter Pascal Quignard sur rfi (Vous m’en direz des nouvelles)
Lire les bonnes feuilles de la Revue Diacritik