Claude Simon, Le cheval, postface par Mireille Calle-Gruber

Couverture dessinée par Pauline Nunez

Couverture dessinée par Pauline Nunez

Claude Simon écrivant Le Tricheur - 1938. ©

Claude Simon écrivant Le Tricheur – 1938. ©

– Qu’est-ce que tu préférerais, dit-il : mourir de faim ou mourir de cafard ?
– Mourir d’amour, dis-je.
– Déjà vu mourir quelqu’un comme ça ?
– Non, dis-je. Si, dans les livres : Tristan.
– Ce n’est pas d’amour qu’il est mort, c’est de ne pas pouvoir le faire. Et puis ne me parle pas de ce sale cochon de Nazi.
– Il y en a qui en meurent, dis-je.
– Du Nazisme ?
– Du Nazisme bien sûr, dis-je. Mais je parlais de l’amour.
– Ah ! dit-il. Qui ça ?
– Les vérolés.
– Tu en es sûr ? dit-il. Tu en as vu ?
– Non, dis-je. Mais je l’ai lu.
– De combien de choses es-tu sûr que tu n’aies pas lues ?
– D’être vivant.

Publié dans Les lettres nouvelles, en février et mars 1958, et jamais réédité depuis, Le cheval est le premier jalon de l’histoire du cavalier-brigadier rescapé des Flandres durant la débâcle de quarante que Claude Simon n’a eu de cesse ensuite de recomposer, à commencer par La route des Flandres, qui paraît deux ans plus tard.
II serait pourtant bien réducteur de considérer Le cheval comme un simple brouillon du roman à venir. Ce “pur cristal taillé, facetté avec art”, comme l’écrit Mireille Calle-Gruber dans sa postface, est un récit singulier et autonome, qui éclaire magistralement l’œuvre de Claude Simon, couronnée en 1985 par le prix Nobel de littérature.

“Le tissage des thèmes est resserré sur une péripétie fictionnelle de 48 heures – durée tragique pendant laquelle il ne se passe rien. Rien et tout. Rien : l’arrivée d’un régiment en cantonnement dans un village du nord de la France près du front ; la misère des paysans ; l’apparition d’un personnage féminin et l’écho d’un vaudeville campagnard avec adultère, cocufiage, inceste et vendetta ; la mort d’un cheval, veillé et enterré ; le départ du régiment. Tout : la mort alentour du paysage et des personnages à vau l’eau ; l’agonie humaine du cheval et du camarade juif ; la tragédie “atridesque” des déchirements de famille, de classe, de race ; la prise de conscience cynique des frustrations d’une jeunesse sacrifiée, n’ayant plus foi ni idéal, son massacre annoncé dans une guerre absurde, invisible, désespérée. Déréliction et apocalypse.”

Mireille Calle-Gruber

Affiche Le Cheval par Claude Simon – 2ème tirage – Janvier 2016



Manuscrits
Photographies

Article paru dans Libération
Article paru dans la revue Diacritik
Article paru dans En attendant Nadeau
Article paru dans L’Obs
Article paru dans La semaine du Roussillon
France Culture – Le temps des libraires
Acheter le livre

Accueillir l’autre : l’hospitalité charnelle

Aux Editions des femmes – Antoinette Fouque

« Je dis depuis longtemps que la gestation est le paradigme de l’éthique parce qu’elle est accueil, dans le corps d’une femme, d’un corps étranger. C’est l’hospitalité charnelle. C’est dire oui à l’autre qui vient. » A.F.

Les femmes ne seraient-elles pas toutes des exilées dans un monde où elles représentent la figure de l’Autre, rejetée, exclue, rendue invisible ? Et pourtant cette Autre est celle du premier accueil, de « l’hospitalité charnelle », selon un concept d’Antoinette Fouque. Ce livre est le fruit d’une table-ronde organisée par les éditions des femmes lors de l’édition 2016 des Rendez-vous de l’Histoire de Blois qui ont eu pour thème, « Partir ».

Avec Taslima Nasreen, écrivaine ; Élise Boghossian, présidente d’Elisecare ; Inna Schevchenko,présidente du mouvement international Femen ; François Guery, philosophe ; Mireille Calle-Gruber, universitaire, écrivaine ; Collectif Psychanalyse et politique.
Et des textes d’Antoinette Fouque sur L’hospitalité charnelle.

Mars 2017 – 102 p. – 12 € – EAN 9782721006707

> Voir l’annonce du 19è Rendez-vous de l’Histoire de Blois – Octobre 2016

Das Pferd – Claude Simon

Le Cheval de Claude Simon traduction allemande aux éditions Barenberg

Claude Simon
Das Pferd
Mit einem Nachwort von Mireille Calle-Gruber
Aus dem Französischen von Eva Moldenhauer
80 Seiten · Halbleinen · fadengeheftet · 164 × 228 mm
Frühjahr 2017
ISBN 978-3-946334-17-0
EUR 22,00

Claude Simon
geboren 1913 in Tananarive, Madagaskar, erhielt 1985 den Nobelpreis für Literatur. Er starb 2005 in Paris. mehr

REZENSIONEN:

« Ein Grund zum Feiern für die eingeschworene Gemeinde der Simon-Leser – aber nicht nur für sie. »
ULRICH RAULFF, FRANKFURTER ALLGEMEINE ZEITUNG

« Meisterhaft. »
MDR KULTUR

> L’édition française du livre

Écritures Migrantes du Genre

Croiser les théories et les formes littéraires en contextes comparés.
Sous la direction de Mireille Calle-Gruber, Sarah-Anaïs Crevier Goulet et Christine Lorre-Johnston


Il s’agit ici, en une quinzaine d’essais et l’examen de plusieurs voix féminines et plusieurs littératures, de considérer à nouveaux frais l’inscription du genre – le genre genré, sexuel, masculin/féminin, les entames infinies des différences sexuelles et textuelles – en ce qu’il y va de l’être lettré du vivant et de ses récits aléatoires, lesquels avancent sur les brisées des genres littéraires. Ou, pour le dire autrement : il s’agit, en rapprochant d’une part le concept de « genre », appellation administrative officielle désormais, et d’autre part le phénomène des « écritures migrantes », celles-ci désignant, depuis les années 1980 au Québec, une littérature des bifurs et des troubles de l’introuvable identité, de déconstruire le mot monolithe « genre », par croisées comparatives.

Les formes d’hybridité étudiées se déploient selon quatre étapes analytiques, scandées par les interventions d’écrivains : Nathanaël (Exulant ou la pluie), Ying Chen (Le plus grand obstacle), Régine Robin (Toutes mes vies) ainsi que les témoignages de Nouryé-Neyr el-Nissa (Notre évasion du harem) et de Yolande Cohen (Retours sur un départ, de Meknès à Montréal). Les analyses considèrent la puissance de subversion des études de genre et leurs enjeux méthodologiques (Partie I : Comment penser-pratiquer une décolonisation de la pensée du genre), les perspectives ouvertes par l’écriture de fiction et les processus de déconstruction poétiquepolitique des appartenances (Partie II : Désappartenir, dénaître ou les langues du dépanneur), la poétique de la désinstallation (Partie III : Exulance, survivance, migrance), et finalement s’attachent aux configurations de l’extrême et des « co-vivances » (Partie IV : Dans l’intervalle, quelles co-vivances ?).

Acheter le livre
Écritures Migrantes du Genre – Table des matières

Lire Violette Leduc aujourd’hui

254 pages / 15 x 21 cm / 2017 / 22 € – ISBN-13 : 978-2-7297-0920-4 – à paraître le 01/06/17

Source : http://presses.univ-lyon2.fr/

Dirigé par :
Mireille Brioude
Anaïs Frantz

Alison Péron

La publication de La Bâtarde en 1964, avec une préface de Simone de Beauvoir, a paradoxalement permis à Violette Leduc de conquérir une légitimité littéraire. Elle apparaît alors comme l’une des voix les plus audacieuses dans la production littéraire des femmes et comme l’une des plus subversives dans les représentations du masculin et du féminin.

Cinquante ans plus tard, le présent ouvrage propose un nouveau portrait de Violette Leduc : à partir de l’étude de ses manuscrits et de sa correspondance, il analyse à la fois ses choix esthétiques singuliers et les multiples résonances de son œuvre dans la littérature, les arts plastiques, le cinéma et le théâtre d’aujourd’hui.

Le livre comprend également un cahier iconographique et deux textes inédits, « Chanson du pénis » et « Fantasme des cinq cents verges », dans lesquels l’auteure s’empare de l’érotisme avec humour, liberté et vigueur.

Mireille Brioude est professeure agrégée de lettres modernes et titulaire d’un doctorat consacré à Violette Leduc. Elle travaille sur la création littéraire et cinématographique des femmes.

Anaïs Frantz enseigne dans les universités américaines de Paris et à l’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3. Elle a publié Le Complexe d’Ève : la pudeur et la littérature. Lectures de Violette Leduc et Marguerite Duras (Honoré Champion, 2013).

Alison Péron est professeure de lettres. Elle consacre ses recherches aux questions de sexe, de genre et de sexualité, notamment à travers l’oeuvre de Violette Leduc.
Collection
Des deux sexes et autres

Dictionnaire sauvage Pascal Quignard

Dictionnaire sauvage - Pascal QuignardLe Dictionnaire sauvage Pascal Quignard, ponctué d’affiches ou encore de dessins que l’écrivain effectue cependant qu’il écrit un livre et qui constituent une véritable archive de l’écriture, est l’œuvre d’un collectif de chercheurs et d’universitaires du monde entier. Près de trois cents entrées, répertoriées par ordre alphabétique et complétées d’une bibliographie exhaustive, offrent des clés de lecture et ouvrent de multiples parcours croisant divers domaines (lettres et arts, sciences, philosophie, langues et cultures antiques et contemporaines, anthropologie) qui sont autant de lieux, pour Pascal Quignard, d’une recherche insatiable de l’âme.

Pascal Quignard participe lui-même à cette élaboration sous la forme d’un dialogue avec Mireille Calle-Gruber. Dès l’A, il explicite son rapport au savoir, à la bibliothèque qu’emblématise l’exercice du dictionnaire ; le qualificatif de « sauvage » préservant quant à lui la part indomptable de la connaissance et en particulier de la cosmogonie de son œuvre.

Ce Dictionnaire, guide à plusieurs voix, dessine une cartographie de l’œuvre. Volume de ressources et de références incontournable, il est le meilleur garant d’une approche capable de faire prendre toute la mesure de l’interrogation originaire qui se joue au secret de l’écriture de Pascal Quignard.

Format 152 x 229 mm, 776 pages
34 illustrations dont 14 en couleurs
Parution : 14 Décembre 2016
ISBN : 9782705692964

38,00 €

Commander le livre
Lire le texte de présentation de l’ouvrage
Lire l’article paru dans La Vie le 11 Mai 2017
Écouter Pascal Quignard sur rfi (Vous m’en direz des nouvelles)
Lire les bonnes feuilles de la Revue Diacritik

Actes du Colloque du Centenaire Claude Simon à Arbois, Juras – Présences de Claude Simon

Auteurs : Mireille Calle-Gruber, Agnes COUSIN DE RAVEL et François MIGEOT

Présence de Claude Simon - CouvertureLes Planches, Arbois, le Jura, ce n’est pas seulement le berceau de la famille paternelle de Claude Simon, prix Nobel de littérature en 1985. C’est aussi une histoire d’amour inconditionnel pour des êtres et des paysages dont l’œuvre de l’écrivain s’est continuellement nourrie. Amour tragique, non moins, d’être traversé par l’Histoire, celle de deux guerres mondiales.
Pour la première fois, lectures, analyses, témoignages, documents d’archives viennent éclairer cette part de l’œuvre – son « nord » en quelque sorte, qui contraste avec le Roussillon de la famille maternelle, son « sud ».
Présences de Claude Simon, donne à entendre les voix et à voir les visages qui hantent des livres aux affects puissants, toujours revenants. Passionnément.

Faire-part de Mariage de Louis Simon et Suzanne Denamiel

Faire-part de Mariage de Louis Simon et Suzanne Denamiel

Carte d'identité de Marie-Louise Simon - Tante de Claude Simon

Carte d’identité de Marie-Louise Simon – Tante de Claude Simon

Carte d'identité d'Artémise Simon, dite "Tante Mie" - Tante de Claude Simon

Carte d’identité d’Artémise Simon, dite « Tante Mie » – Tante de Claude Simon

Extrait du Cahier Iconographique


Essais , 216 pages, 20 euros.
Sorti le 02/11/2016.
ISBN : 978-2-37531-008-3.

Commander le livre

Heidegger, Philosophy, and Politics The Heidelberg Conference

Jacques Derrida, Hans-Georg Gadamer, and Philippe Lacoue-Labarthe, Edited by Mireille Calle-Gruber, Translated by Jeff Fort, Foreword by Jean-Luc Nancy

heidegger-philosophy-and-politicsIn February 1988, philosophers Jacques Derrida, Hans-Georg Gadamer, and Philippe Lacoue-Labarthe came together in Heidelberg before a large audience to discuss the philosophical and political implications of Martin Heidegger’s thought. This event took place in the very amphitheater in which, more than fifty years earlier, Heidegger, as rector of the University of Freiburg and a member of the Nazi Party, had given a speech entitled “The University in the New Reich.” Heidegger’s involvement in Nazism has always been, and will remain, an indelible scandal, but what is its real relation to his work and thought? And what are the responsibilities of those who read this work, who analyze and elaborate this thought? Conversely, what is at stake in the wholesale dismissal of this important but compromised twentieth-century philosopher?

In 1988, in the wake of the recent publication of Victor Farias’s Heidegger and Nazism, and of the heated debates that ensued, these questions had become more pressing than ever. The reflections presented by three of the most prominent of Heidegger’s readers, improvised in French and transcribed here, were an attempt to approach these questions before a broad public, but with a depth of knowledge and a complex sense of the questions at issue that have been often lacking in the press. Ranging over two days and including exchanges with one another and with the audience, the discussions pursued by these major thinkers remain highly relevant today, especially following the publication of Heidegger’s already notorious “Black Notebooks,” which have added another chapter to the ongoing debates over this contested figure. The present volume recalls a highly charged moment in this history, while also drawing the debate toward its most essential questions.

ISBN: 9780823273676
Paperback
Fordham University Press
5 1/2 x 8 1/2
116 Pages
1 Black and White Illustration
September 2016
Price: $23.95

Commander le livre

Entre foi, lois et droits – L’expérience de l’excision en textes et en contextes – Chantal Zabus Traduit de l’anglais par Sarah-Anaïs Crevier Goulet

Chantal Zabus
Traduit de l’anglais par Sarah-Anaïs Crevier Goulet
Logiques sociales
ANTHROPOLOGIE, ETHNOLOGIE, CIVILISATION SOCIOLOGIE AFRIQUE NOIRE MAGHREB, MOYEN ORIENT

ISBN : 978-2-343-08018-5 • février 2016 •

ISBN : 978-2-343-08018-5 • février 2016 •

Traduit de l’américain, Entre foi, lois et droits aborde les altérations génitales que sont l’excision et l’infibulation dans des récits écrits à la première personne par des femmes africaines en anglais, en français et en arabe. Ce livre fait l’anthropologie littéraire des MGF (ou mutilations génitales féminines) et montre de manière chronologique – des années 1960 à nos jours – comment ces femmes sont parvenues à se libérer du carcan inextricable de la culture, de la religion et du patriarcat. Par voie détournée, l’étude aborde aussi les avatars du clitoris depuis le xvie siècle, les marquages corporels, le monde de la haute-couture et les opérations pratiquées dans l’Occident contemporain à l’ère de la chirurgie plastique. Par cette mise en relation entre des textes de femmes et les contextes
qui les ont produits, le corps féminin apparaît comme un enjeu de contestation entre différentes factions (constituées souvent d’hommes), mais également comme l’espace limite entre sujet désincarné et agent, entre consentement et protestation, entre coutumes et droits humains – entre foi, lois et droits.

D’après Chantal Zabus, Between Rites and Rights: Excision in African Women’s Experiential Texts and Human Contexts
(Stanford: Stanford University Press, 2007), 354 p

Formée en Belgique, au Canada (MA) et aux États-Unis (PhD), Chantal Zabus est depuis l’an 2000 professeur de littératures postcoloniales comparées et d’études de genre à l’université Paris-13 Sorbonne-Paris-Cité. Elle est également membre senior de l’Institut universitaire de France (IUF).

Sarah-Anaïs Crevier Goulet est post-doctorante au Centre de recherches sur l’imaginaire à l’université catholique de Louvain-la-Neuve (Belgique), et chargée de cours à la Sorbonne Nouvelle-Paris 3. Sa thèse a été publiée en 2015 chez Honoré Champion sous le titre Entre le texte et le corps : deuil et différence sexuelle chez Hélène Cixous.

Collection « Logiques Sociales »
dirigée par Bruno Péquignot
458 pages
Prix éditeur : 37,05 €

Commander le livre
Commander la version numérique (Pdf texte)
Voir la 4ème de couverture

Mireille Calle-Gruber – L’amour du monde à l’abri du monde dans la littérature – Mélanges – Mélina Balcazar, Sarah-Anaïs Crevier Goulet, Anaïs Frantz, Élodie Vignon

mireille-calle-gruber-lamour-du-monde-a-labri-du-monde-dans-la-litterature

340 pages, format 150 x 230 mm 25 illustrations en N&B – 1 illustration en couleur Parution : 22 Octobre 2015
Papier ISBN 9782705691394 24,00 €

Présentation

L’œuvre critique et théorique de Mireille Calle-Gruber se signale par l’ampleur des territoires qu’elle découvre et commente : la littérature française du XXe siècle, les littératures francophones, les études de genre, la philosophie, l’esthétique et le rapport aux autres arts (peinture, photographie, musique). À l’occasion de son accession à la qualité de professeur émérite, celles et ceux qui lui doivent tant pour avoir appris d’elle et travaillé avec elle suivant une vision ouverte des études littéraires, ont souhaité lui livrer un témoignage d’amitié et de reconnaissance en l’honneur de son travail et du modèle académique qu’elle inspire.

Le volume rassemble des contributions analysant les perspectives théoriques ouvertes par Mireille Calle-Gruber sur des auteurs comme Claude Simon, Philippe Lacoue-Labarthe ou Assia Djebar, des articles examinant les œuvres de fiction de Mireille Calle-Gruber, des textes inédits d’auteurs tels que Michel Butor ou Pascal Quignard ainsi que des témoignages d’anciens étudiants. L’ouvrage rend ainsi compte de l’important rayonnement du travail scientifique et littéraire de Mireille Calle-Gruber.

Auteurs

Sous la direction de Melina Balcázar Moreno, Sarah-Anaïs Crevier Goulet, Anaïs Frantz et Élodie Vignon

Melina Balcázar Moreno, Sarah-Anaïs Crevier Goulet, Anaïs Frantz et Élodie Vignon ont chacune obtenu un doctorat de littérature de l’université de la Sorbonne Nouvelle – Paris 3 sous la direction de Mireille Calle-Gruber. Elles sont spécialisées en littérature contemporaine et en études féminines.

Commander le livre

Présentation du livre par Anaïs Frantz Soirée du 24 octobre 2015

Critique parue dans nonfiction.fr

Imaginaires de guerre. Claude Simon et Pascal Quignard : Du vécu à l’écriture, Agnès Cousin de Ravel

Carnets : revue électronique d’études françaises
Article paru dans Carnets : revue électronique d’études françaises (IIe série, nº 5, 2015 volume intégral)

Simon/Quignard : deux temps vécus de la guerre (l’un, la mort de son père sur le champ de bataille en 1914 et pour lui, la guerre au front en 39-40 ; l’autre, les ruines de la guerre à sa fenêtre et les souvenirs de famille) impliquent deux imaginaires de la guerre très différents. Pourtant tous deux, en en démontant les ressorts, en proposent une analyse proche : la guerre dans sa cruauté loin de toute héroïsation est la marque de l’humain. Ses images, dans leur puissance de destruction, sont l’un des ressorts de leur pratique, très différente cependant dans l’écriture de la fragmentation. Leur imaginaire de la guerre suggère le pouvoir de la littérature.

Lire l’article intégral (.pdf)
Lire la revue

Le dictionnaire universel des créatrices, édition numérique

capture d'écran - desfemmes.fr

capture d’écran – desfemmes.fr

Sous la direction de
Béatrice Didier, Antoinette Fouque, Mireille Calle-Gruber

 Nouveau : eBook dans une version mise à jour et augmentée

dictionnaire-creatrices-couvertureQuarante siècles de création des femmes à travers le monde
dans tous les domaines de l’histoire humaine,
des arts, de la culture, de la science.

Le Dictionnaire universel des femmes créatrices est né de la volonté de mettre en lumière la création des femmes à travers le monde et l’histoire, de rendre visible leur apport à la civilisation. Pensé comme une contribution inédite au patrimoine culturel mondial, il a été rendu possible par plus de quatre décennies d’engagements et de travaux en France et dans tous les pays, qui ont permis de renouer avec une généalogie jusque-là privée de mémoire. Il entend recenser les créatrices connues ou encore méconnues qui, individuellement ou ensemble, ont marqué leur temps et ouvert des voies nouvelles dans un des champs de l’activité humaine. Son chantier d’étude couvre tous les continents, toutes les époques, tout le répertoire traditionnel des disciplines (artistiques, littéraires, philosophiques aussi bien que scientifiques) et il s’étend des sportives aux femmes politiques, en passant par les interprètes, les conteuses, les artisanes, fussent-elles anonymes. Créatrice, toute femme qui fait œuvre.

« Une œuvre qui fera date (…). L’UNESCO est fière de soutenir cet ouvrage et les valeurs qu’il porte. »
Irina Bokova, directrice générale de l’UNESCO, préface

dictionnaire-creatrice-frise

Extraits de l’édition numérique

La Presse en parle

« À l’occasion des 40 ans de leur création, les éditions des femmes- Antoinette Fouque proposent un recensement universel inédit des femmes qui ont fait le monde. » Livres Hebdo 
« Un ouvrage, publié en novembre 2013, vient à point nommé rendre justice aux femmes et à leur rôle minoré dans l’histoire : le Dictionnaire universel des créatrices. » Libération
« 5 000 pages pour apprendre ce que l’Humanité doit aux femmes. » Femme actuelle
« Une contribution exceptionnelle au patrimoine culturel mondial. » artéMédia
« Un ouvrage qui devrait faire référence non seulement en France, mais aussi dans le monde. »Challenges
« Un grand œuvre qui fera date. » Le Point
« Une tâche herculéenne. » L’Express
« La première vraie encyclopédie des femmes. » Elle
« Enfin, l’ouvrage de référence qui manquait à toutes les bibliothèques. » Causette

Revue de presse
Parution en version numérique
Présentation (.pdf)
Extrait de 40 pages (.pdf)
Acheter le livre
Acheter l’ebook