Tombeau d’Akhnaton – Roman de Mireille Calle-Gruber

Tombeau d’Akhnaton est paru en 2006 et est réédité par HDiffusion

Tombeau d’Akhnaton entrelace en douze scansions, telles les douze portes de la nuit dans le Livre des Morts de l’ancienne Egypte, un récit doublement archéologique : celui d’Akhnaton avec son épouse Nefertiti, le Pharaon hérétique et visionnaire, architecte de la Cité Solaire; et celui d’une généalogie de femmes de la vie ordinaire, en France, dans les événements du XXème siècle. Le roman construit un tombeau au Pharaon sans tombeau et aux mères-aïeules oubliées dans les albums de famille.     

En préface : la lettre d’Assia Djebar qui projetait de tourner un film avec Tombeau d’Akhnaton. Et l’introduction de Mireille Calle-Gruber dédiée aux figures que réunit la même générosité : Akhnaton, Nefertiti, Maria et Aurélie, Shadi, Assia – une surabondance dans le cœur.

Outre la Biographie de Claude Simon, Une vie à écrire (Seuil, 2011) et des livres d’artiste réalisés avec Colette Deblé, Roger Cosme Estève , Georges Ayats, Mireille Calle-Gruber a publié des romans, Arabesque (Actes Sud, 1985), La Division de l’intérieur (L’Hexagone,1996), Midis. Scènes aux bords de l’oubli (Trois, 2000), Tombeau d’Akhnaton (La Différence, 2006), Consolation (La Différence, 2010), et un récit-scénario co-écrit avec Michel Butor, Le Chevalier morose (Hermann, 2017).

  Tête d’Akhnaton, calcaire, Ägyptisches Museum Berlin, Fouilles de Tell el Amarna par Ludwig Borchardt.  
         “Merveille. Wunder. C’est le mot qui vient à Rilke lorsqu’il découvre, lors d’un voyage à Berlin le 28 juillet 1913, ce visage sculpté du Pharaon Akhenaton. Il consacre à ce portrait un très beau poème, le décrivant tel un paysage…..” la suite à lire dans l’Introduction de Mireille Calle-Gruber.

Francophonie Vivante – Archives : le futur du passé

Mireille Calle-Gruber a été invité par la Revue Francophonie Vivante (Revue semestrielle de l’Association Charles Plisnier asbl à intervenir dans le premier numéro de 2019 intitulé : Archives : le futur du passé.

Dans son article intitulé : Dans l’arche de l’écriture. Le futur de l’œuvre, elle présente l’état des manuscrits et archives de Claude Simon donnés à la Bibliothèque Littéraire Jacques Doucet, leur traitement numérique et le travail d’édition numérique qu’elle conduit en collaboration avec Florence Clavaud (Conservateur en Chef aux Archives Nationales et Directrice de Recherche à l’Ecole des Chartes) dans l’équipe “Poétique de l’Archive Claude Simon” (POLAR) composée de :
Hélène Campaignolle-Catel (CNRS), Mélina Balcazar (Chercheur associée Thalim), Benoît Legouy (Ingénieur de Recherche CNRS), Marie Ferré (Ingénieur de Recherche au CNRS – Maquettiste, Graphiste), Alexandre Guilbaud (Professeur à l’Université Pierre et Marie Curie, Directeur de Recherche à l’Institut de Mathématiques de Jussieu), Vincent Barrellon (Ingénieur Chercheur à l’INSA de Lyon)

Dans l’arche de l’écriture. Le futur de l’œuvre

Les Folles Littéraires, des Folies Lucides – Les états borderline du genre et ses créations

En mai 2019, sont parus aux Editions Nota Bene à Montréal, les actes du Colloque Les Folles Littéraires. Un colloque organisé en collaboration avec les Universités d’Alicante (Espagne), de Montréal et de La Sorbonne Nouvelle (Paris). Il s’était tenu en Sorbonne les 8 et 9 Novembre 2016, sous la direction de : Mireille Calle-Gruber, Sarah-Anaïs Crevier Goulet, Maribel Peñalver Vicea, Andrea Oberhuber

« Devenir folle en pleine raison » : c’est ainsi que Marguerite Duras désigne la puissance sauvage du féminin à l’œuvre  –  lucidité borderline, poétique et politique. 

Les « fous littéraires » sont célébrés ; les « folles littéraires » ont mauvaise réputation : partant de ce constat, les études rassemblées dans ce livre s’attachent à suivre dans les créations du siècle dernier et dans celles de nos contemporaines, l’audacieuse explosion de la langue et des genres, le paradoxe de la perte qui rédime. 

À traverser ainsi les éclats d’œuvres des folles littéraires, on respire mieux, on se sent vivantes, jouissantes et souffrantes. En ces temps de conformismes mortifères et de correction politique, il fait bon lire, écrire, penser en folles. Salutaire folie ! 

Avec des textes de Alexandra Arvisais, Éléonore Berger, Mireille Brioude, Mireille Calle-Gruber, Sarah-Anaïs Crevier Goulet, Doris G. Eibl, Anaïs Frantz, Olivier Henry, Pascale Joubi, Stéphane Martelly, Nathanaël, Andrea Oberhuber, Maribel Peñalver Vicea, Isabelle Perreault, Elsa Polverel et Alexie Tcheuyap.

Le Salon des Livres de Caen – Époque

Rencontre autour du livre : Peter Handke : Analyse du temps (à Cerisy)

Salon des livres de Caen – Rencontre autour du livre : Peter Handke : Analyse du temps (à Cerisy)

Le Salon des Livres de Caen – Époque, avait cette année retenu une table ronde consacrée à une publication du Centre Culturel International de Cerisy, les actes du colloque “Peter Handke : analyse du temps“, paru sous la direction de Mireille Calle-Gruber, Ingrid Holtey et Patricia Oster-Stierle, aux Presses Sorbonne Nouvelle (PSN), en octobre 2018.

Répondant à l’invitation, Mireille Calle-Gruber, Olivier Henry assistant à l’édition scientifique et Sophie-Semin Handke, comédienne de théâtre et actrice de cinéma, ont présenté l’ouvrage, dimanche matin 19 mai, à un public très réceptif, réuni dans la Salle des Mariages de l’Hôtel de Ville à L’Abbaye-aux-Hommes. Le livre restitue les grands moments de la semaine de rencontres consacrée à l’œuvre du plus grand écrivain contemporain de langue allemande, et en sa présence qui fut généreuse. La présentation de Caen s’est ouverte sur la très belle profession de foi en la littérature que Peter Handke a écrite à 25 ans et à laquelle il est toujours resté fidèle :

“Parce que j’ai réalisé que j’ai pu moi-même changer grâce à la littérature,
que c’est seulement la littérature qui m’a permis de vivre avec une plus grande conscience,
je suis convaincu aussi de pouvoir changer d’autres gens grâce à ma littérature.”

J’habite une tour d’ivoire, 1967.
Mireille Calle-Gruber et Olivier Henry ont souligné la chance de pouvoir accueillir, dans une somptueuse édition entièrement quadrichrome, les manuscrits, les carnets, les dessins, croquis, photographies d’installations que Peter Handke a généreusement donné à voir dans ce volume de la collection “Archives” – ce qui fait mieux comprendre la genèse et la poétique de l’œuvre.

Ils ont décliné les temporalités auxquelles les écrits de Peter Handke donnent formes et puissance de méditation, qu’il s’agisse des métamorphoses des êtres et des choses, de la beauté du monde dans ses devenirs et ses recommencements, de l’empreinte des émotions et des expériences, du cheminement de l’écriture, du travail dans les langues et la complexité de leurs traductions.

Des lectures de l’œuvre par Sophie Semin-Handke ont rythmé cette rencontre, faisant entendre avec sensibilité la voix singulière de l’écrivain, la rendant extrêmement prégnante dans sa recherche de beauté et de justesse d’écriture.
C’est ainsi que le public a pu apprécier Essai sur le fou de champignons (Gallimard, 2017) en traduction française, ainsi qu’un texte poétique écrit directement en français par Peter Handke, Pourquoi la cuisine ? (Gallimard, 2001) :

“Pendant que nous agonisions
pendant que nous mourrions de froid
pendant que nous écoutions la déclaration de guerre,
le levain se levait,
le coing s’obscurcissait en bouillant et devenait mangeable, même délicieux,
l’épi de maïs trempait dans l’eau salée,
le gâteau séchait,
les figues séchaient,
les abricots séchaient,
les feuilles tombaient,
la neige tombait,
le four chauffait
la cuisine se chauffait… le levain se levait”.

Pourquoi la cuisine ? (Gallimard, 2001)

Lilian Birnbaum Jérôme Panconi

Mireille CALLE-GRUBER, Vice-présidente de l’AAPC

Le Fil rouge – dialogue avec Gilbert Lascault

Le Fil rouge, dialogue entre Anaïs Frantz et Gilbert Lascault, publié aux éditions Regard Marie Morel, 2019.

Rencontre-signature organisée à la librairie des femmes, Paris, en mai 2019 en présence des deux auteurs.


Le Fil rouge, dialogue entre Anaïs Frantz et Gilbert Lascault, éditions Regard Marie Morel, 2019. Présenté par la librairie des femmes, mai 2019.

 

Votre Faust – La création en partage

Étude par Marion Coste de la mise en scène d’Aliénor Dauchez de Votre Faust d’Henri Pousseur et Michel Butor

Résumé

Votre Faust est une « fantaisie variable genre opéra ». Cette dénomination, choisie par ses deux auteurs, Michel Butor et Henri Pousseur, témoigne de sa singularité. Lors de chaque représentation, le public est invité à modifier l’intrigue et la musique en votant et en criant. La collaboration étroite entre Michel Butor et Henri Pousseur, leur vision commune de l’œuvre ouverte et engagée font de Votre Faust une pièce tant attrayante que déstabilisante.

Marion Coste a été dramaturge pour la mise en scène française d’Aliénor Dauchez. Elle a fait le choix d’expliquer cette œuvre complexe de l’intérieur, à partir des difficultés, des surprises et des joies rencontrées par les comédiens et les musiciens, sans pour autant renoncer à une approche technique du texte et de la partition.

La première partie du livre permet d’explorer cette pièce, d’en fouiller l’immense intertexte littéraire et musical, et d’appréhender le fonctionnement participatif de l’écriture. L’accent est mis sur l’expérience sociale que constitue Votre Faust, sur scène et dans la salle. La seconde partie contient l’intégralité des entretiens réalisés avec une partie des musiciens, des comédiens, des techniciens et du public.


Marion Coste

Marion Coste est agrégée de lettres modernes et docteure en langue et littérature française. Elle a consacré sa thèse, éditée aux presses de la Sorbonne-Nouvelle, à l’influence de la musique sur l’œuvre de Michel Butor. Ses travaux de recherche portent sur les rapports entre littérature et musique au xxe siècle. Elle a été dramaturge pour la mise en scène de Votre Faust par Aliénor Dauchez.


Lire aussi :

L’introduction de Marion Coste
La préface de Jean-Yves Bosseur
La postface de Laurence Le Diagon-Jacquin
Le sommaire

Voir aussi :

Les photos de la représentation au Nouveau Théâtre de Montreuil en novembre 2016

[Archives du mois] Jahrbuch der deutschen Schiller-Gesellschaft – Band LXII 2018

Donation des archives de Peter Brugger : Claude Simon im deustschen Literaturarchiv (Claude Simon aux Archives Littéraires d’Allemagne) auprès des Archives Nationales Allemandes de Marbach

Entretien télévisé de Peter Brugger et Claude Simon à Salses (Pyrénées Orientales) du 1er au 5 septembre 1974 et tournage aux Planches près Arbois du court-métrage L’impasse (Die Sackgasse) conçu par Claude Simon à partir de son roman Triptyque.

Le tournage s’est effectué en 2 étapes :
– Du 20 au 24 mai 1975 aux Planches
– Du 2 au 6 juin 1975 dans les studios du Saarländischer Rundfunk à Saarbrücken

La totalité des entretiens est publiée pour la première fois en allemand traduit par Gerda Scheffel dans Jahrbuch der deutschen Schiller-Gesellschaft – Band LXII 2018 aux éditions De Gruyter

Articles de Ulrich Raulff, Mireille Calle-Gruber, Peter Brugger
Entretien Peter Brugger et Claude Simon

Voir des extraits de l’ouvrage
Se procurer l’ouvrage

Voir aussi :

Les Triptyques de Claude Simon ou l’art du montage
paru aux Presses Sorbonne Nouvelle en 2009

Peter Brugger et Claude Simon – Novembre 1974 – Paris – Photo : Georg Bense
Gerda Scheffel et Claude Simon dans les studios du Saarländischer Rundfunk à Saarbrücken – juin 1975 Photo : Georg Bense

[Revue de presse] Théâtre : Dites donc, vous êtes plutôt séparation ou collection ?

Publié le 12 mars 2019 par Jean-Pierre Thibaudat

Croquis de Claude Simon pour “La Séparation” © Claude Simon, gouache sur papier journal. SMN Ms 25 (1) 78/83, Bibliothèque Littéraire Jacques Doucet.

On publie pour la première fois la seule pièce de Claude Simon, « La Séparation ». On met, une nouvelle fois, en scène « La Collection » de Harold Pinter. Deux pièces des années soixante. Simon a obtenu le prix Nobel de littérature en 1985 ; vingt ans plus tard, ce sera au tour de Pinter, l’année même de la disparition de Claude Simon. L’actualité les rapproche.

Le libraire de ma rue venait de m’envoyer un mail : « votre livre est arrivé ». Cela tombait à pic. C’était un jour gris, la personne que je devais retrouver venait de m’annoncer qu’elle avait raté son train (mentait-elle ?), qu’elle prendrait le suivant mais qu’on n’aurait pas le temps de se voir, elle me rappellerait. Les livres ont toujours été des consolations.

Lire la suite

La Séparation - Claude Simon


17 euros TTC 
Parution : 29 janvier 2019
ISBN : 978-2-490356-04-1
160 pages
Ouvrage publié avec le soutien du Conseil régional de Bourgogne Franche-Comté
et de l’association « Archive. Claude Simon et ses contemporains »

[Revue de presse] Pourvu qu’entre en scène Claude Simon

Paru le 25/02/2019 dans l’Humanité : La chronique théâtre de Jean-Pierre Léonardini

On doit à Mireille Calle-Gruber une biographie magistrale de Claude Simon (Une vie à écrire, le Seuil, 2011). Ayant droit de l’œuvre de l’écrivain – prix Nobel de littérature en 1985 –, elle publie la Séparation, l’unique pièce de théâtre qu’il a écrite, dûment complétée, sous le titre « Du train où vont les choses », d’une postface dans laquelle sont explorés, de manière exhaustive, les tenants et aboutissants d’une partition scénique qui fut représentée en 1953 à Paris, au Théâtre de Lutèce (1). Ce huis clos à la campagne, alors relativement mal accueilli, au cours duquel se déchirent deux couples, l’un d’âge mûr, l’autre plus jeune, tandis qu’agonise à côté une vieille femme, relève d’entrée de jeu du domaine des scènes de la vie conjugale. D’où, sans doute, les réticences initiales. On ne vit là qu’une resucée du drame bourgeois, d’autant plus décevante qu’on attendait autre chose de la part d’un adepte supposé du « nouveau roman », concept fourre-tout. À la lecture de la pièce, éclairée par l’érudition partageuse de Mireille Calle-Gruber, il apparaît que l’écriture profuse de Claude Simon, tramée des réminiscences autobiographiques d’un auteur à la pensée stoïcienne sans merci, violemment athée, attentif à la peinture noire de la mort dans ses attendus les plus concrets, relève purement et simplement du tragique au plus haut prix.

À partir de là, on saisit pleinement la validité magnifiquement désespérée de la Séparation, chambre d’échos de la visée proprement spirituelle de celui qui, du Palace à la Route des Flandres, entre autres chefs-d’œuvre puissamment usinés, n’a cessé de scruter sans peur les fins dernières du métier de vivre jusqu’à l’ultime pourriture du cadavre. C’est flagrant dans des dialogues coupants où chacun, imperméable à la pluie verbale de l’autre, n’écoute que lui-même, aux confins parfois de l’hallucination. Et passent là-dedans des images inoubliables, déjà aperçues dans des fictions nourries de la vie dure de Claude Simon, tôt orphelin, marqué par la guerre, prisonnier évadé, authentique homme de l’être qui ne fut jamais un littérateur. Il est bel et bon qu’on reparle à bon escient de Claude Simon (il n’aimait pas son prénom) et que paraisse aujourd’hui cette pièce. Grâce en soit rendue à Mireille Calle-Gruber. On souhaite ardemment qu’un metteur en scène à la hauteur s’empare de cette âpre réflexion en actes, littéralement sans merci, qui tranche encore, avec superbe, sur le tout-venant dramaturgique avec une insolente liberté de vision plastique.
Les fins dernières du métier de vivre jusqu’à l’ultime pourriture du cadavre.

La Séparation - Claude Simon


17 euros TTC 
Parution : 29 janvier 2019
ISBN : 978-2-490356-04-1
160 pages
Ouvrage publié avec le soutien du Conseil régional de Bourgogne Franche-Comté
et de l’association « Archive. Claude Simon et ses contemporains »

[Revue de presse] “La Séparation”, l’unique pièce de Claude Simon, sort enfin de l’oubli

L’humeur de Jérôme Garcin parue le 21/02/2019 dans L’Obs

Mal aimée et mal comprise, la pièce écrite en 1963 par le prix Nobel de littérature, est rééditée. A redécouvrir absolument.

Claude Simon, prix Nobel de littérature en 1985. (OZKOK/SIPA)

Une maison bourgeoise, à la campagne, assaillie par des effluves de mort. Dehors, cinq hectares de poires pourrissent par terre. A l’intérieur et à l’étage, une vieille tante à la tête de Ramsès II agonise dans une chambre où ne pénètre qu’une garde-malade, vieille et bossue. En dessous, deux couples, chacun dans un cabinet de toilette, attendent sa mort, convoitent ses bijoux et ses livres de comptes.

D’un côté, Georges, 30 ans, universitaire raté reconverti bon gré mal gré dans l’agriculture, et sa femme, Louise, 25 ans, qui prépare sa valise pour rejoindre son amant à Pau. De l’autre, les parents de Georges: Pierre, 72 ans, lassé de tout, et Sabine, 57 ans, «pie jacassante» qui noie sa jalousie rétrospective dans l’alcool

Un chœur de rancœur, avec la mort au-dessus de la tête. Une danse macabre, rythmée par des haines recuites, des ambitions déçues, de répugnants mensonges, mais aussi les souvenirs de la défaite française de 1940, de ses dragons tués comme des lapins, de ses chevaux éventrés par les chars allemands et de son sinistre exode. Une tragédie grecque, dans le sud-ouest mauriacien de la France. Un monde crépusculaire, mais porté de bout en bout par une langue puissante, oppressante, ensorcelante.

Huis clos putride

« La Séparation » (Les Editions du Chemin de fer, 17 euros) est la seule pièce jamais écrite par Claude Simon, que, trois ans plus tôt, «la Route des Flandres» avait rendu célèbre. Jérôme Lindon, qui la jugeait trop éloignée de la doxa du Nouveau Roman, refusa de la publier chez Minuit. Elle ne figure même pas dans les deux volumes, en Pléiade, du prix Nobel de littérature.

Montée, en mars 1963, par Nicole Kessel au Théâtre de Lutèce, avec, en tête d’affiche, Alice Cocéa, qui faisait alors les beaux soirs du vaudeville, «la Séparation» fut mal-aimée et mal comprise. Il est vrai que tout le monde n’avait pas lu «l’Herbe», roman dont elle était une variation dramatique. Plus d’un demi-siècle plus tard, un excellent éditeur de la Nièvre sort de l’oubli, sur un beau papier bleu ciel, cette pièce unique d’un de nos écrivains majeurs.

On ne la découvre pas seulement avec un mélange de plaisir (quel texte!) et d’effroi (quel huis clos putride!). On aimerait aussi la voir à nouveau sur une scène de théâtre, où les quatre morts-vivants de cette ronde infernale, réglée par une cantate de Bach et le passage d’un train, seraient joués par des acteurs bergmaniens. Cela nous changerait des comédies sans style et sans ambition que l’époque nous inflige.

La Séparation - Claude Simon


17 euros TTC 
Parution : 29 janvier 2019
ISBN : 978-2-490356-04-1
160 pages
Ouvrage publié avec le soutien du Conseil régional de Bourgogne Franche-Comté
et de l’association « Archive. Claude Simon et ses contemporains »

Claude Simon – La Séparation

Inédit : La seule pièce de théâtre écrite par Claude Simon vient de paraître aux Éditions du Chemin de Fer
Postface de Mireille Calle-Gruber : Du train où vont les choses

La Séparation - Claude Simon
Couverture de La Séparation, pièce inédite écrite par Claude Simon

La séparation est la seule pièce de théâtre écrite par Claude Simon, dont le texte est resté inédit jusqu’alors. Jouée à Paris, au Théâtre de Lutèce en 1963, en pleine querelle du nouveau roman, elle déclencha polémique et malentendu. Là où l’on attendait un avant-gardisme démonstratif, Claude Simon se référait à la tragédie grecque et livrait, sur les motifs de son roman L’herbe, paru en 1958, une œuvre profondément originale et inattendue. Il se saisit de l’irrémédiable présent du théâtre, et sans fin les protagonistes de La Séparation peuvent se donner la réplique, se dupliquer, se doubler, recommencer à ne pas se séparer.
Le texte de la pièce est accompagné d’un cahier iconographique de 16 pages, et d’une postface de Mireille Calle-Gruber, et d’annexes (interview de Claude Simon pour Le Monde, notes inédites de Claude Simon sur le théâtre et sur la mort de sa tante Mie).


La séparation est une œuvre à la beauté crépusculaire, qui conjugue l’effroi fasciné par la chair vouée à charogne et une lucidité de Jugement Dernier. Mais sans recours à Dieu.
La puissance, morbide et vitale, qui habite le texte au dessin sobre est d’autant plus impressionnante qu’elle est feutrée. Tout y est cris et chuchotements, dans un huis clos familial proche d’un Bergman ou d’un Tchekhov.”

Mireille Calle-Gruber



La séparation, bien plus que la mince cloison entre le cabinet de toilette de Louise et celui de sa belle-mère, Sabine, bien plus que le départ imminent de la jeune femme qui songe à quitter son mari, Georges, bien plus même que la mort de la vieille tante de Georges qui agonise dans la pièce voisine, ne serait-ce pas cette fragile enveloppe, à l’intérieur des êtres qui persiste à isoler, de ce qu’ils disent et font, ce qu’ils sont : l’écran qui les empêche, à la limite, de “s’entendre” eux-mêmes ?
Pourtant, les mensonges que Louise et Georges, et la mère et le père de Georges, prodiguent aux autres ou à soi sous les dehors d’une famille bourgeoise respectable et unie sont, à leur insu, de terribles témoins. Tout se passe sous les mots qu’on prononce, comme le tracé d’un ruisseau souterrain est révélé dans les champs par une herbe plus verte. La seule eau qui coule claire, le seul être qui soit ici vrai, on ne l’entend ni le voit et il est en train de mourir. Mais les autres, depuis quand ont-ils cessé de vivre ?”

Claude simon
La Séparation - Claude Simon

17 euros TTC 
Parution : 29 janvier 2019
ISBN : 978-2-490356-04-1
160 pages
Ouvrage publié avec le soutien du Conseil régional de Bourgogne Franche-Comté
et de l’association « Archive. Claude Simon et ses contemporains »

Pascal Quignard ou Les leçons de ténèbres de la littérature – Mireille Calle-Gruber

« La grande pureté et la transparence de l’air, qui sont une des causes de l’intensité de la couleur bleue du ciel, produisent vers le haut du mont Blanc un singulier phénomène : c’est que l’on peut y voir les étoiles en plein jour; mais pour cela il faut être entièrement à l’ombre et voir même, au-dessus de sa tête, une épaisseur d’ombre considérable. L’endroit convenable pour faire cette observation le matin était la montée qui conduit à l’épaule du mont Blanc » (Horace-Bénédict de Saussure).

Qu’est-ce qui, pour chaque œuvre littéraire, fait épaule à l’obscurité considérable qui sera porteuse d’éblouissants étoilements ? D’émotions sans pareil ?

Pour Pascal Quignard, écrivain nyctalope qui cherche les secrets du passage au noir, la littérature est cette technique ténébreuse qui fait venir le rêve et éclaire le monde de la beauté de ses images à contre-jour à contre-nuit.

Ce livre, qui est une écriture adressée à une écriture, s’efforce de faire et de transmettre l’expérience intime du texte. De se faire l’écho de ce lieu où accueillir les traits de ce qui cherche obscurément à donner naissance aux mystères des origines et des fins. À cela qui appelle. Qui, décidément, s’appelle : littérature.


Format : 15 x 24 cm
Nombre de pages : 208
Prix : 20 €
Date de parution : 2018
ISBN : 9782718609775


Note de lecture parue dans la revue Diacritik

La Mémoire et l’Expression

La Mémoire et l’Expression, dialogue avec Arno Stern, précédé par une introduction théorique d’Anaïs Frantz, livre publié aux éditions Regard – Marie Morel dans la collection “Dialogue” en 2018. L’ouvrage compte 180 pages plus un cahier iconographique en couleur.

La Mémoire et l’Expression, dialogue avec Arno Stern


Sommaire :

I. Anaïs Frantz : LA MEMOIRE ET L’EXPRESSION

  1. Ouverture
  2. Une découverte empirique
  3. Peindre “après Auschwitz”
  4. La Sémiologie de l’Expression et le structuralisme
  5. Heureux comme un enfant qui peint

II. Anaïs Frantz et Arno Stern : DIALOGUE

  1. La découverte d’une trace sans précédent
  2. La Trace et la Mémoire organique
  3. Les expérimentations
  4. L’Ecole de Praticiens d’Education Créatrice
  5. L’Institut de Recherche en Sémiologie de l’Expression
  6. La Trace en regard de l’art et de l’écriture
  7. Les interprétations erronées de “l’art enfantin”
  8. L’archi-sémiologie de l’Expression
  9. Pour une écologie de l’Expression

Bibliographie

Arno Stern et Anaïs Frantz au Closlieu, Paris

Pour commander le livre : envoyer un chèque (ordre : Regard) de 15 euros + 5 euros de frais de port à :

Editions Regard – Marie Morel, 2, place de l’église, 01260-Le Petit-Abergement FRANCE (en précisant le titre du livre commandé).

Contact : anais.frantz chez sfr.fr

Voir le site d’Arno Stern

Arno Stern par lui-même

Voir le site de Marie Morel

Lecture musicale d’Anaïs Frantz et Ulysse de Spot à la librairie Berkeley Books of Paris en présence de l’éditrice et peintre Marie Morel, mai 2019

le Chevalier Morose – Michel Butor et Mireille Calle-Gruber

140 x 210 mm, 158 pages
12 illustrations
Parution : 8 Novembre 2017

Il pleut sur Venise. Sandra aperçoit Giacomo qui traverse le Campo de Santa Maria Formosa. Il ne l’a pas vue. Elle le suit à son insu. La silhouette du jeune homme a des similitudes avec les jeunes chorèges de Carpaccio. La nuit descend sur une ville féérique. Jeux d’ombres, demi-teintes, mystère des lieux et des personnes. Tout devient personnage.

Récit-scénario, Le Chevalier morose fait appel aux puissances du cinéma qui est l’art de faire venir les fantômes. Fantômes d’une époque où la Cité la plus orientale d’Occident rêve l’harmonie impossible et se leurre de Beauté.

> Commander le livre

Michel Butor – Au temps du noir et blanc

Avec l’autorisation des Editions Delpire

Introduction de Mireille Calle-Gruber.

 « C’est en 1951, au retour de mon premier séjour en Egypte, premier long séjour à l’étranger, que j’ai commencé à prendre des photographies. J’avais été émerveillé par la lumière, les paysages, les monuments, les gens… »

Michel Butor, auteur d’une œuvre littéraire considérable, a eu, de 1950 à 1960, une intense activité de photographe, demeurée  inconnue car non publiée pour la plupart. Ce livre, c’est donc le livre qui manquait, celui de ses images qui, au temps du noir et blanc, tamisent la matière et la lumière.

Prises en France, Italie, Grèce, Turquie, Espagne et aux États-Unis, ces photographies s’attardent aussi bien aux monuments qu’aux détails de l’existence ordinaire, fixent l’éphémère, font le portrait des passages,  déposent le temps au secret des lieux. Ces espaces de poésie où il invente les images comme il manie les mots, Butor les appelle « Génie du lieu ».

Introduit par un texte de Mireille Calle-Gruber – écrivain, Professeur à la Sorbonne-Nouvelle et amie de Michel Butor, dont elle a édité les Œuvres Complètes –, Au Temps du noir et blanc met en regard photographies et écrits. L’ouvrage invite ainsi à retraverser l’œuvre protéiforme par l’œil-Butor, puis, à la fin, par les réflexions et notes sur la photographie de celui qui, sa vie durant, n’aura cessé d’écrire avec  un « viseur dans la tête ».

Source : http://www.delpire-editeur.fr/

Collection : Des images et des mots
date de parution : 07/09/2017
16,5 x 20 cm, Broché avec rabats, 312 pages