PARUTION | Mireille Calle-Gruber, Les comptes du temps, L’archive Claude Simon, Carnets de Tante Mie

Préface de Pascal Quignard

La conservation de ses archives, Claude Simon l’a confiée à la Bibliothèque littéraire Jacques Doucet à laquelle il a fait donation. Il écrit au recteur chancelier des Universités de Paris, le 8 mars 2004 : « Je donne au-delà de mes manuscrits proprement dits et de leurs traductions, la part littéraire de mes archives susceptible d’éclairer mon oeuvre et de la placer dans une juste perspective. »

Il fait ainsi entrer, au même titre d’« éléments
indispensables » à sa « mémoire littéraire », les documents militaires de l’armée napoléonienne et les humbles carnets de comptes de Tante Mie.

Aujourd’hui, à mon tour, ayant droit moral pour l’oeuvre, j’adresse cette archive au cours imprévisible de la vie des lectures.

Mireille Calle-Gruber


Artémise Simon
« Elle sentait comme une fleur », écrit Claude Simon de sa tante Mie.

Elle mourut à 85 ans.

Un jour Mireille Calle-Gruber me mit entre les mains ce petit carnet de moleskine granulée dont vous voyez toutes les pages, désormais, sous vos yeux.

Petit recueil si humble, qui court des années vingt aux années cinquante,
marron, un peu acajou, si peu coûteux.

Petite chose si modeste, éteinte, aride, obscure et même, pour moi, intégralement inintelligible alors que je l’entrouvrais.

Plein de millésimes, de quittances, de petites étrennes, de brouillons, de calculs, de mandats, d’additions, de chiffres.

Alors Mireille Calle-Gruber me fournit le mode d’emploi.

Elle me montra ce que c’est qu’un trésor.

Pascal Quignard



À PARAÎTRE | Sur le geste de l’abandon – Pascal Quignard

Sous la direction de Mireille Calle-Gruber


Comment décide-t-on de passer la main ?

Comment décide-t-on de se donner au don, de faire donation de ses manuscrits ?

De s’archiver ? dans les maisons d’archontes d’aujourd’hui que sont les bibliothèques, où veillent les conservateurs et où l’on administre la mémoire.

Faire donation, c’est faire testament. C’est se remettre à la
mémoire collective.

[…]

Donnant ses manuscrits, l’écrivain se laisse à jamais déborder par la lave des livres, par le feu de l’écriture et les bouillonnements qui ont fait surgir des formes inédites – iconoclastes.

Il lègue à l’a-venir le trouble puissant des origines : l’impétueux, l’intempestif, l’inclassable, la « forme errante ». Se déprenant, il émancipe son oeuvre, la rend à ses mues, à ses chemins forestiers (Holzwege) qui mènent nulle part, si ce n’est au bois dont on fait les livres. Il la désancre, la désactualise, la désassigne, la redonne
à la transtemporalité qui la constitue.

Mireille Calle-Gruber

Photographie par Eugenio Prieto Gabriel, rue Manin, 25 juin 2019. Pascal Quignard tenant le volume d’Apollonios à la page où Boutès saute soudain dans la mer. À droite, fichée dans les volumes Suétone, la plume de mue d’été de la corneille Ba Yo qui a joué, volé, marché sur toutes les scènes de France, deux ans durant, dans La Rive dans le noir.

L’image pense. Soit elle arrive en premier. Elle est dans le brouillon. Elle appartient au griffonnage qui n’est pas encore une écriture articulée, syntaxée. Elle est indissociable des premiers mots du manuscrit. Elle cherche.

Soit elle surgit à la fin, elle se surajoute alors au tapuscrit que l’imprimante renouvelle sans cesse au regard. Elle conforte. Elle s’auto-persuade. Au fil des relectures elle accapare et surcharge les marges. Elle condense, elle résume. Elle profite du blanc des fins de chapitre. Elle surplombe la dactylographie, faisant appel au thé ou à la gouache.

Ou bien elle préfigure : elle rêve. […]

Pascal Quignard

« La guillotine cachée » : Violette Leduc & la censure

Article paru en JUIN 2020 (VOLUME 21, NUMÉRO 6)
Ecrit par CORENTIN ZURLO–TRUCHE

Dirigé par Anaïs Frantz et publié dans la collection « Archives » des Presses Sorbonne Nouvelle, le dernier collectif portant sur Violette Leduc prolonge une entreprise initiée il y a quelques années par les spécialistes, visant à reconstituer une œuvre souvent malmenée par la censure de son temps. Comme en témoigne la solide introduction rédigée par Anaïs Frantz, le présent ouvrage, placé dans le sillage de travaux collectifs antérieurs1, entend faire apparaître la continuité entre les manuscrits et les textes publiés, découvrir quelques inédits et ainsi construire une image de l’auteure « toute neuve » (p. 16). « Reconstruire Violette Leduc », projet auquel étaient invités les contributeurs, suppose alors de revenir à la source des textes, de rendre visible la genèse et le geste créateur qui préexistent à la publication d’une œuvre et, autant que faire se peut, de mettre au jour un continent englouti par la censure. L’exploration des textes suit un parcours précis qui conduit le lecteur des premiers écrits de l’auteure (partie 1 : « Violette Leduc : journaliste) » à des « portraits cachés » (partie 4 : « Sur quelques feuillets retranchés »), en s’arrêtant un temps sur l’œuvre autobiographique (partie 2 : « La genèse de l’œuvre autobiographique ») et le roman Ravages (partie 3 : « Reconstruire Ravages »). L’écueil de la méthode génétique, qui consiste parfois à un simple inventaire des changements observés d’un brouillon à une version définitive d’un texte, se trouve ici déjoué par la démarche poétique qui assure à l’ouvrage une cohérence :

Reconstruire Violette Leduc, tel que le présent volume s’en donne le projet, nécessite de prendre en compte le mouvement antithétique par lequel la ruine précède l’édifice et la chute menace la reconstruction, mouvement qui donne à la poétique leducienne l’élan et la force évocatrice de la poésie mystique. (p. 15)

(P;15)

Penser le roman francophone contemporain

Cet ouvrage au titre ambitieux constitue moins un état des lieux qu’une interrogation sur un genre protéiforme dont l’expansion semble illimitée et qui occupe de plus en plus la scène littéraire. La première question concerne la notion de francophonie elle-même, ensemble hétérogène et extrêmement complexe. En effet, comment désigner les diverses littératures francophones sans les marginaliser ou les exclure, tout en prenant acte de leur statut singulier ? L’écrivain francophone doit composer avec la proximité d’autres langues, avec une première déterritorialisation constituée par le passage de l’oral à l’écrit et avec cette autre créée par des publics immédiats ou éloignés. Condamné à penser la langue, il doit aussi penser les formes par lesquelles le monde se donne à voir ; son œuvre, en jouant sur les codes des différents horizons culturels, devient une reconfiguration de la littérature.

Qu’apporte le roman francophone à la forme roman ? Quels en sont les modèles et de quelles manières s’y inscrit le palimpseste ? Quels types de rapports se sont créés entre ce genre d’origine européenne et les nouvelles littératures de langue française ? Quelles redéfinitions ont été proposées et comment s’y décline le contemporain ? Quel(s) savoir(s) véhicule-t-il ? Dernière question, mais non la moindre : le roman, en tant que genre, n’est-il pas par définition suspect ? Au lecteur d’en décider.

Lise Gauvin est écrivaine et professeure émérite au Département des littératures de langue française de l’Université de Montréal.

Romuald Fonkoua est professeur de littérature francophone et directeur du Centre international d’études francophones de Sorbonne Université.

Florian Alix est maître de conférences de littératures francophones à la Faculté des lettres de Sorbonne Université.


Collaboratrices et collaborateurs

Florian Alix Université Paris-Sorbonne (France)
Kodjo Attikpoé Memorial University of Newfoundland (Canada)
Jean Bessière Université Sorbonne-Nouvelle (France)
Mireille Calle-Gruber Université Sorbonne-Nouvelle (France)
Stefania Cubeddu-Proux Université Paris-Nanterre (France)
Bernadette Desorbay Humboldt-Universität zu Berlin (Allemagne)
Jean-Michel Devésa Université de Limoges (France)
Yves Romuald Dissy-Dissy Université Omar Bongo de Libreville (Gabon)
Sonia Dosoruth Université de l’Île Maurice (Île Maurice)
Romuald Fonkoua Université Paris-Sorbonne (France)
Cécilia W. Francis Université Saint-Thomas, Nouveau-Brunswick (Canada)
Céline Gahungu Université Paris-Sorbonne (France)
Xavier Garnier Université Sorbonne-Nouvelle
Lise Gauvin Université de Montréal, Québec (Canada)
Karine Gendron Université Laval, Québec (Canada)
Olga Hel-Bongo Université Laval, Québec (Canada)
Sylvie Jeanneret Université de Fribourg (Suisse)
Jeanne Jégousso Louisiana State University (États-Unis)
Valérie Magdelaine-Andrianjafitrimo Université de La Réunion (France)
Buata B. Malela Centre Universitaire de Mayotte (France) / Université Libre de
Bruxelles (Belgique)
Anthony Mangeon Université de Strasbourg (France)
Andrée Mercier Université Laval, Québec (Canada)
Solange Namessi Université de Strasbourg (France)
Christiane Ndiaye Université de Montréal, Québec (Canada)
Titaua Porcher Université de la Polynésie française (France)
Françoise Simasotchi-Bronès Université Paris 8 (France)
Przemysław Szczur Université pédagogique de Cracovie (Pologne)
Bernard Urbani Université d’Avignon (France)
Subha Xavier Emory University (États-Unis)
Judyta Zbierska-Mościcka Université de Varsovie (Pologne)
Muriel Zeender Berset Université de Fribourg (Suisse)

[A paraître] : Sur le geste de l’abandon – Pascal Quignard, Mireille Calle-Gruber

« Sur la couverture du livre que vous tenez entre vos mains, ce n’est déjà plus le geste de l’abandon d’Ariane, ce sont les immenses ailes noires d’Hypnos qui déploient un tout nouveau monde obscur où elles entraînent l’abandonnée »

Pascal Quignard, Images pour écrire

À l’occasion de la donation de ses archives à la BnF, Pascal Quignard a confié à son amie Mireille Calle-Gruber le soin de composer, d’images et de mots, les illuminations mystérieuses qui emportent son oeuvre sur le geste de l’abandon. 

Et c’est tout l’univers de l’écrivain qui nous rêve.

A paraître le 8 avril aux Editions Hermann

Pourquoi lire Thérèse et Isabelle aujourd’hui ?

Parce que la question ne devrait pas se poser. — Se demanderait-on pourquoi lire Madame Bovary ? Or Emma et Thérèse se ressemblent. Toutes deux jeunes filles de province, cloîtrées dans un destin qui les ennuie, elles cherchent une échappatoire dans la lecture et dans l’amour. Leur destin se rappelle cependant bientôt à elles par le truchement de la censure qui sanctionne leur aspiration à la sensualité. Elles en sortent toutes deux amputées. Même si pas tout à fait de la même façon. Flaubert est conscient en écrivant son roman que celui-ci va choquer. Il est préparé au procès qui l’attend. L’Histoire littéraire garde de celui-ci le tableau d’un combat héroïque entre l’artiste armé de son seul style et la morale bourgeoise collet monté. En revanche, le refus de Gallimard de publier la première partie de Ravages (1955) tombe sur Violette Leduc tel le couperet d’une guillotine. Vingt ans après l’écrivaine parle encore d’ “assassinat”[1]. Sa protectrice et guide Simone de Beauvoir s’était elle-même rangée du côté des censeurs : “Elle décrit par le menu comment une fille en dépucelle une autre, et ce qu’elle fait avec ses doigts, et ce qui en découle dans le sexe de l’autre, un tas de tripatouillages atroces qu’ensemble elles inventent avec du sang, de l’urine et ainsi de suite”, avait-elle écrit à Nelson Algren[2]. Tandis que le réalisme de Flaubert suscite l’admiration, la crudité de Leduc provoque le dégoût. Flaubert et son œuvre sortent grandis du procès de Madame Bovary ; Violette Leduc mutilée de la censure de Ravages. Après le succès de La bâtarde (1964) où l’épisode coupé a été partiellement repris, Thérèse et Isabelle (1966) paraît enfin sous la forme d’un livre à part. Pour l’écrivaine, il s’agira toujours d’un roman mort-né. “Pauvre poisson”, écrit-elle dans La chasse à l’amour (1973)[3].

Anaïs Frantz
La Sorbonne Nouvelle-Paris 3

Il se pourrait bien que Peter Handke ait raison

Publié le 11 décembre 2019 à 20h,
Texte de Christer Karphammar, Premier Juge International des Nations Unies pour les Crimes de Guerre dans les Balkans
traduit de l’anglais par Mireille Calle-Gruber.
En ma qualité de premier Juge international des Nations Unies ayant servi dans les Balkans, notamment en Bosnie Herzégovine, Croatie, Kosovo et Serbie dans les années 1996-2010, je souhaite contribuer par mon expérience au débat concernant Handke et son Prix Nobel.
La guerre en ex-Yougoslavie s’est faite par nettoyage ethnique. Les Bosniaques ont nettoyé « leur » territoire des Croates et des Serbes avec l’aide des Moudjahidine et des combattants d’Al-Qaïda venus de pays étrangers, qui sont intervenus volontairement et efficacement. Les Croates ont nettoyé « leur » territoire des Bosniaques et des Serbes, avec le puissant soutien des Etats-Unis, en particulier lors de la cruelle guerre éclair « Operation Storm ». Les Serbes n’ont pas été mieux. Ils ont nettoyé sans merci « leur » territoire des Croates et des Bosniaques.
Il y a eu de nombreux massacres.
La guerre a officiellement pris fin après les accords de Dayton en 1995 et a coûté environ 110.000 vies humaines. Le nettoyage ethnique a continué bien après la paix et, par suite, le nettoyage ethnique est devenu aussi une caractéristique du conflit au Kosovo. Aujourd’hui, le massacre par les Serbes des Bosniaques de Srebrenica est le plus connu. Et les Serbes ainsi que le Président serbe Slobodan Milosevic, bien que ce dernier ait voulu à l’évidence prévenir plutôt qu’encourager ce massacre, ont été, du fait de la propagande occidentale, rendus responsables des atrocités perpétrées dans la guerre des Balkans. Comment les choses en sont-elles arrivées là?
Mes propres observations, qui sont relatées dans mon livre Judge in Lawless Countries (« Etre Juge dans des pays sans loi »), donnent en partie une réponse.
Le 11 septembre 2001, j’inspectai une fosse commune dans le sud-ouest de la Serbie. L’officier médecin-chef de la médecine légale, le Général Zoran Stankovic, me reçut, me raconta et me décrivit ce qui se passait. On avait trouvé 26 corps entiers, 20 moitiés de corps avec des morceaux supplémentaires. La tombe contenait aussi la carcasse d’un camion frigorifique dans lequel on supposait que les corps et les restes avaient été transportés. Les vêtements et d’autres signes indiquaient que les victimes étaient des Albanais du Kosovo, de Kosovska Mitrovica . C’était un travail de professionnel. Dans mon rapport, je notai aussi qu’il était remarquable que les Serbes aient indiqué avoir exhumé des victimes d’une autre ethnie, ce qui montrait à l’évidence les horreurs qu’eux-mêmes avaient perpétrées. Rien de semblable n’était encore arrivé en Bosnie ni en Croatie ni au Kosovo. Je dis à Zoran Stankovic que je saluais leur professionnalisme et leur objectivité.
Stankovic répondit que le Tribunal de La Haye (le Tribunal Pénal International pour l’ex-Yougoslavie TPIY) procédait dans ses investigations avec un double critère, selon qui était la victime et qui l’assassin. Lui-même avait fourni au procureur en chef, Carla del Ponte, la preuve que les Bosniaques avaient cloué des Serbes sur les murs d’une clinique de chirurgie plastique de Sarajevo, et qu’ils avaient prélevé sur eux des organes alors qu’ils étaient vivants. Il avait donné à Carla del Ponte plusieurs autres exemples semblables où les Serbes étaient les victimes. Elle n’avait engagé aucune action pour recueillir des témoignages ou établir une preuve tangible.
Quelques années plus tard, je rencontrai Carla del Ponte lors des fouilles d’une fosse commune en Serbie, juste au nord de Belgrade. Les victimes étaient des Albanais du Kosovo exécutés par des Serbes. Pendant une pause dans la présentation des médecins légistes, nous parlâmes d’abord de façon générale de la procédure des fouilles. Puis je mentionnai Stankovic et ses théories. Elle refusa d’en parler. Toutefois, deux de ses collaborateurs reprirent le fil de la conversation, disant que le TPIY recevait de fortes pressions, surtout de la part des Etats-Unis, lesquels voulaient que le TPIY donne la priorité aux investigations concernant les crimes commis par les Serbes. Que, après tout, les Etats-Unis avaient aidé les opposants à la Serbie à remporter la victoire dans ces guerres, et qu’ils pourraient donc être considérés comme co-responsables des crimes commis par les opposants à la Serbie. Qu’il était évident qu’ils ne voulaient pas que cela se sache. Davantage : que c’était les Etats-Unis et les pays occidentaux qui finançaient et recrutaient les membres du TPIY. Qu’il était évident que cet organisme était régi en matière politique par les Etats-Unis et leurs alliés. Que je devrais savoir que les Etats-Unis et les pays Occidentaux ne commettent pas de crimes de guerre, ni au Vietnam, ni en Yougoslavie, ni nulle part ailleurs!
Autre événement début 2001. Le Kosovo était sous protectorat des Nations Unies et une force de commandement de l’OTAN de plus de 45000 soldats était responsable de la sécurité dans cette zone. Et pourtant, le nettoyage par la guérilla Kosovar des Serbes du Kosovo continua avec force. Des bus transportant 250 Serbes étaient escortés par sept véhicules blindés, suédois pour la plupart. Le convoi se dirigeait depuis la ville serbe de Nis vers les enclaves serbes du Kosovo. Les Serbes allaient rendre visite à la famille et aux amis à l’occasion de la Fête des Morts que célèbre l’Eglise Orthodoxe Serbe. A quelques kilomètres à l’intérieur du territoire du Kosovo, l’un des bus fut soufflé par une bombe en route, il s’agissait de cent kilos de TNT placés dans un manchon sous la chaussée. Onze Serbes, dont quatre femmes et un enfant de deux ans, furent tués sur le champ. Quarante furent blessés, la plupart très sérieusement. Quatre hommes, des Albanais Kosovar liés à la guérilla kosovar, furent arrêtés après une brève investigation de la police civile internationale, et placés en détention dans la prison des Nations Unies de Pristina. Je reçus l’ordre spécial de régler la question de leur détention auprès de la Cour Suprême du Kosovo. Le Président de la Cour Suprême, Rexhep Haxhimusa, essaya de me convaincre de l’innocence des suspects. Mais, bien sûr, ils devaient rester en prison. La preuve était suffisamment solide pour justifier cette décision. En outre, d’autres preuves résultant de l’investigation de l’OTAN  devaient venir s’ajouter au cas. D’autres informations intéressantes et surprenantes apparurent grâce à l’investigation de la police. Par exemple, il apparaissait que l’un des suspects, Florim Ejupi, âgé de 23 ans, était entraîné par la CIA américaine au maniement des explosifs, entre autres choses, et qu’il était rémunéré par la CIA.
Un peu plus d’un mois après, j’appris que les prisonniers avaient été, de façon inexplicable, extraits de la prison par les Américains et placés dans leur Camp de Bondsteel. Ejupi s’en était évadé. Je suis convaincu que les Américains l’avaient relâché. Il aurait été trop gênant pour la CIA et les Américains de laisser qu’Ejupi soit entendu par la police et par le tribunal. La dernière chose que j’ai sue concernant Ejupi est qu’en 2012 il vivait dans la région de Poduje, au Kosovo, en excellente santé, et qu’il était considéré comme un héros par son entourage.
Mon livre Judge in Lawless Countries contient beaucoup plus d’exemples de nettoyage ethnique. Que les mères et les veuves des victimes de Srebrenica soient aujourd’hui en colère contre Handke et son Prix Nobel est parfaitement compréhensible. Que le nombre des victimes soit de 8.000 ou de 4.000, il n’en reste pas moins que ce fut un massacre.  Seulement, c’est une honte que l’on utilise le mouvement des Mères de Srebrenica pour en faire un instrument politique qui force l’adhésion.
Par ailleurs, le fait que de nombreux intellectuels et acteurs culturels en Suède enragent sans réserve ne s’explique que par leur manque de réflexion. Ils ont été incapables de discerner que la propagande occidentale avait réussi à cibler les Serbes et à dissimuler les abominations des puissances victorieuses. Et il ne semble pas davantage qu’ils aient eu la moindre idée de la stratégie du système judiciaire spécial  –  le Tribunal pour la guerre en ex-Yougoslavie –  lequel était chargé de déclarer le coupable. Pour autant, je ne prétends pas, disant cela, que ceux qui furent effectivement convaincus de culpabilité étaient innocents!
Etant donné mon expérience, j’ose dire que les témoignages et les prises de position de Handke ne sont pas, dans ce contexte, totalement erronés. A l’avenir, il se pourrait même que l’on s’aperçoive qu’il a eu raison sous bien des aspects.



PARUTION | Violette Leduc : Genèse d’une œuvre censurée

sous la direction de Anaïs Frantz

L’œuvre de Violette Leduc (1907-1972) a paru amputée. À la censure éditoriale qui affecta le roman Ravages (1955) s’ajoutèrent l’autocensure qui s’ensuivit ainsi que les interventions de Simone de Beauvoir dans le projet et l’édition de la trilogie autobiographique : La Bâtarde (1964), La Folie en tête (1970), La Chasse à l’amour (1973). L’étude des manuscrits de Violette Leduc éclaire la genèse de cette œuvre expurgée, des premiers écrits à l’édition posthume du dernier livre. Composé de documents d’archive, de reproductions de manuscrits et de textes inédits accompagnés d’analyses génétiques et littéraires produites par des spécialistes, ce volume entreprend de « reconstruire Violette Leduc » en proposant de la vie et de l’œuvre de l’écrivaine maudite une approche renouvelée.*

“C’est tout un travail des matériaux qui féconde l’imaginaire de Michel Butor”

Michel Butor (utbm_fr, CC BY-ND 2.0)

Entretien avec Mireille Calle-Gruber par Antoine Oury

Le 18 septembre dernier, les éditions Hermann ont fait paraitre le premier numéro des Cahiers Butor, une vaste entreprise, en 7 numéros, qui cherche à « compléter » les œuvres complètes de Michel Butor en rendant les images qu’il leur manque. Partenaires artistes, influences visuelles, livres d’artistes, autant de dimensions de l’immense travail de cet auteur qu’il est désormais possible d’explorer. Entretien avec Mireille Calle-Gruber, auteure, professeur à La Sorbonne Nouvelle, directrice des Œuvres Complètes de Michel Butor aux éditions de La Différence et codirectrice des Cahiers Butor aux côtés d’Adèle Godefroy et Jean-Paul Morin.

Mireille Calle-Gruber : « Butor, c’est une intelligence à l’œuvre qui bâtit des ponts et des échangeurs d’autoroutes »

Entretien avec Mireille Calle-Gruber par Johan Faerber pour Diacritik

En 2016 nous quittait Michel Butor, l’une des figures littéraires parmi les plus inventives et remarquables du 20e siècle. C’est à la redécouverte et au prolongement de cette œuvre à la fois plastique et prolixe que nous convient les très beaux Cahiers Butor dont la première livraison, sous la houlette de Mireille Calle-Gruber notamment, vient de paraître chez Hermann. Placé sous le signe artisan des « compagnonnages », ce premier numéro revient avec une rare richesse et une superbe mise en page sur la relation multiple que Butor a tout au long de sa vie et de son écriture entretenu avec les artiste. Autant de raisons d’interroger Mireille Calle-Gruber sur ce prolongement des Œuvres complètes de Butor dont elle avait été la maîtresse d’œuvre.

Peter Handke: “Escribir es algo entre lo sagrado y lo criminal”

Peter Handke, Premio Nobel de Literatura 2019. (Alain Jocard | AFP)

Con autorización de la autora y de las Presses de la Sorbonne Nouvelle, publicamos esta entrevista inédita en español en la cual el Nobel revela los misterios de su obra.

Poeta, narrador, ensayista, dramaturgo, guionista de cine, Peter Handke (1943) encarna al escritor para el cual no existe más compromiso que el del lenguaje. Su obra es, en muchos sentidos, una exposición de ambientes naturales y estados del alma.

—Quisiera comenzar esta entrevista recordando la violenta injusticia que se le hizo a su obra, cuando en 2006 se retiró de la Comédie française su obra Viaje al país sonoro o el arte de la pregunta (Das Spiel vom Fragen). Desde entonces, sus piezas teatrales no han vuelto a ser puestas en escena en Francia.

¿Por qué se desprogramó el espectáculo? No fue a causa de la obra en sí, como lo sabe. Fue debido a mi presencia —me atrevo a pronunciar aquí su nombre— en el entierro de Slobodan Milosevic. Pero habría que aclarar antes que no se debió tanto a que haya estado presente ahí, sino a causa de un minúsculo artículo, lleno de mentiras difamatorias, en el Nouvel Observateur. Creo que Francia me sigue debiendo una disculpa: por ese artículo, y no por la desprogramación de mi obra. Por la difamación del poeta y dramaturgo que soy. Perdóneme que lo diga así.

Cahiers Butor n°1 : Compagnonnages de Michel Butor

Vient de paraître aux Editions Hermann le premier « Cahiers Butor » avec la particiation de nombreux artistes sous la direction de Mireille Calle-Gruber, Jean-Paul Morin et Adèle Godefroy.

Ce premier cahier fait partie d’une série de 7 numéros qui paraîtront annuellement.
Ils sont un complément indispensable aux œuvres complètes parues aux Editions de la Différence sous la direction de Mireille Calle-Gruber 2006-2010 

Ne me laissez pas seul avec mes paroles

J’ai le plus grand besoin de vos images

Permettez-moi de voir en votre compagnie

Telle est la prière en forme de ballade que Michel Butor adresse à ses amis artistes et qu’il intitule Requête aux peintres sculpteurs et Cie. Ce poème dit pleinement la relation que l’écrivain a entretenue, depuis 1962 jusqu’à sa mort en août 2016, avec un monde de créativité où la rencontre des techniques et des imaginaires façonne entre les arts et la littérature des croisées inédites.

Les Œuvres complètes de Michel Butor, publiées en 12 volumes à La Différence, réunissent tous ses écrits, lesquels sont recomposés en volumes, sans les images, les formes et les couleurs qui les ont suscités, et qui constituaient d’abord des livres d’artistes et des œuvres en collaboration, en très peu d’exemplaires. Les Cahiers Butor donnent la chance de connaître cette création première et d’en restituer le jaillissement qui est dialogue et des imaginaires et des mots. Ils offrent le complément indispensable aux Œuvres complètes, lesquelles demeurent incomplètes sans la présence épiphanique des compagnons de route.

Compagnonnages, le premier numéro des Cahiers, désigne le cheminement de Butor et de ses partenaires artistes qui, liés par l’amitié, l’expérimentation et l’apprentissage mutuel, tels les Compagnons artisans, découvrent ensemble les secrets du métier.


Les auteurs

Mireille Calle-Gruber (Directeur de publication)

Mireille Calle-Gruber, écrivain, professeur à la Sorbonne Nouvelle – Paris 3 en littérature et esthétique, a publié les Œuvres complètes de Michel Butor (La Différence, 2006-2010) et plusieurs ouvrages dont récemment avec Michel Butor Le Chevalier morose (Hermann, 2017).

Adèle Godefroy (Directeur de publication)

Adèle Godefroy est photographe et doctorante à la Sorbonne Nouvelle – Paris 3 où elle prépare une thèse sur Michel Butor, photographe, écrivain et enseignant.

Jean-Paul Morin (Directeur de publication)

Jean-Paul Morin, enseignant, est le fondateur de la Poéthèque de Villefontaine qui réunit des revues de poésie historique et contemporaine.

Tombeau d’Akhnaton – Roman de Mireille Calle-Gruber

Tombeau d’Akhnaton est paru en 2006 et est réédité par HDiffusion

Tombeau d’Akhnaton entrelace en douze scansions, telles les douze portes de la nuit dans le Livre des Morts de l’ancienne Egypte, un récit doublement archéologique : celui d’Akhnaton avec son épouse Nefertiti, le Pharaon hérétique et visionnaire, architecte de la Cité Solaire; et celui d’une généalogie de femmes de la vie ordinaire, en France, dans les événements du XXème siècle. Le roman construit un tombeau au Pharaon sans tombeau et aux mères-aïeules oubliées dans les albums de famille.     

En préface : la lettre d’Assia Djebar qui projetait de tourner un film avec Tombeau d’Akhnaton. Et l’introduction de Mireille Calle-Gruber dédiée aux figures que réunit la même générosité : Akhnaton, Nefertiti, Maria et Aurélie, Shadi, Assia – une surabondance dans le cœur.

Outre la Biographie de Claude Simon, Une vie à écrire (Seuil, 2011) et des livres d’artiste réalisés avec Colette Deblé, Roger Cosme Estève , Georges Ayats, Mireille Calle-Gruber a publié des romans, Arabesque (Actes Sud, 1985), La Division de l’intérieur (L’Hexagone,1996), Midis. Scènes aux bords de l’oubli (Trois, 2000), Tombeau d’Akhnaton (La Différence, 2006), Consolation (La Différence, 2010), et un récit-scénario co-écrit avec Michel Butor, Le Chevalier morose (Hermann, 2017).

  Tête d’Akhnaton, calcaire, Ägyptisches Museum Berlin, Fouilles de Tell el Amarna par Ludwig Borchardt.  
         « Merveille. Wunder. C’est le mot qui vient à Rilke lorsqu’il découvre, lors d’un voyage à Berlin le 28 juillet 1913, ce visage sculpté du Pharaon Akhenaton. Il consacre à ce portrait un très beau poème, le décrivant tel un paysage….. » la suite à lire dans l’Introduction de Mireille Calle-Gruber.

Francophonie Vivante – Archives : le futur du passé

Mireille Calle-Gruber a été invité par la Revue Francophonie Vivante (Revue semestrielle de l’Association Charles Plisnier asbl à intervenir dans le premier numéro de 2019 intitulé : Archives : le futur du passé.

Dans son article intitulé : Dans l’arche de l’écriture. Le futur de l’œuvre, elle présente l’état des manuscrits et archives de Claude Simon donnés à la Bibliothèque Littéraire Jacques Doucet, leur traitement numérique et le travail d’édition numérique qu’elle conduit en collaboration avec Florence Clavaud (Conservateur en Chef aux Archives Nationales et Directrice de Recherche à l’Ecole des Chartes) dans l’équipe « Poétique de l’Archive Claude Simon » (POLAR) composée de :
Hélène Campaignolle-Catel (CNRS), Mélina Balcazar (Chercheur associée Thalim), Benoît Legouy (Ingénieur de Recherche CNRS), Marie Ferré (Ingénieur de Recherche au CNRS – Maquettiste, Graphiste), Alexandre Guilbaud (Professeur à l’Université Pierre et Marie Curie, Directeur de Recherche à l’Institut de Mathématiques de Jussieu), Vincent Barrellon (Ingénieur Chercheur à l’INSA de Lyon)

Dans l’arche de l’écriture. Le futur de l’œuvre

Les Folles Littéraires, des Folies Lucides – Les états borderline du genre et ses créations

En mai 2019, sont parus aux Editions Nota Bene à Montréal, les actes du Colloque Les Folles Littéraires. Un colloque organisé en collaboration avec les Universités d’Alicante (Espagne), de Montréal et de La Sorbonne Nouvelle (Paris). Il s’était tenu en Sorbonne les 8 et 9 Novembre 2016, sous la direction de : Mireille Calle-Gruber, Sarah-Anaïs Crevier Goulet, Maribel Peñalver Vicea, Andrea Oberhuber

« Devenir folle en pleine raison » : c’est ainsi que Marguerite Duras désigne la puissance sauvage du féminin à l’œuvre  –  lucidité borderline, poétique et politique. 

Les « fous littéraires » sont célébrés ; les « folles littéraires » ont mauvaise réputation : partant de ce constat, les études rassemblées dans ce livre s’attachent à suivre dans les créations du siècle dernier et dans celles de nos contemporaines, l’audacieuse explosion de la langue et des genres, le paradoxe de la perte qui rédime. 

À traverser ainsi les éclats d’œuvres des folles littéraires, on respire mieux, on se sent vivantes, jouissantes et souffrantes. En ces temps de conformismes mortifères et de correction politique, il fait bon lire, écrire, penser en folles. Salutaire folie ! 

Avec des textes de Alexandra Arvisais, Éléonore Berger, Mireille Brioude, Mireille Calle-Gruber, Sarah-Anaïs Crevier Goulet, Doris G. Eibl, Anaïs Frantz, Olivier Henry, Pascale Joubi, Stéphane Martelly, Nathanaël, Andrea Oberhuber, Maribel Peñalver Vicea, Isabelle Perreault, Elsa Polverel et Alexie Tcheuyap.