[PARUTION] Réinventer les alphabets, Claude Simon et Gastone Novelli

Œuvres présentées par Mireille Calle-Gruber
À paraître aux Éditions HDiffusion en décembre 2023

Couverture de Réinventer les alphabets, Claude Simon et Gastone Novelli

Claude Simon rencontre Gastone Novelli, figure de l’avant-garde italienne, à Paris en 1961, lors d’une exposition du peintre à la galerie Le Fleuve. La complicité entre eux est immédiate, l’amitié durable. Claude Simon retrouve dans les toiles de Novelli sa propre conception : « Le langage n’est que fulguration, brève étincelle, bribes captées », c’est ce qui fait la vie, instable, surprenante, de la littérature. Il écrit « Novelli ou le problème du langage » pour le catalogue d’une exposition à New York.

Trente ans plus tard, Claude Simon donne au Jardin des Plantes la liberté et les audaces de Novelli, multipliant les montages de textes qui révèlent un langage intime : « l’alphabet des choses aimées ».

Claude Simon sur la route des Flandres : peintre et écrivain

Article publié le 15 novembre 2023 par Frédérique Vanandrewelt sur Culturius Magazine

Quand Marianne Petit, directrice de la Villa Yourcenar du Mont Noir visite l’exposition Claude Simon au Musée d’Art Moderne de Collioure en cette fin d’été 2021, elle imagine aussitôt célébrer le grand écrivain dans sa maison. Mais la villa est petite et l’idée de fragmenter l’exposition en la répartissant dans plusieurs lieux devient vite une évidence.

Exposition du 7 octobre 2023 au 7 janvier 2024, Musée de La Piscine, Roubaix.

Ce sera donc La Villa pour la création littéraire de Claude Simon et son rapport à l’histoire, La Piscine de Roubaix pour un impressionnant panorama des œuvres plastiques de l’artiste et le Château Coquelle à Dunkerque pour admirer le grand paravent à quatre feuilles. Elle entre en contact avec Mireille Calle-Gruber, professeur d’université, auteure et ayant droit testamentaire de Claude Simon qui lui procure toute la matière nécessaire pour cette exposition tricéphale dont nous allons découvrir ensemble le premier volet.


En savoir plus sur l’exposition

Mireille Calle-Gruber : « Claude Simon n’a cessé de tirer ses leçons d’écriture de sa pratique de plasticien »

Article publié le 14 novembre 2023 sur Diacritik par Johan Faerber 

Claude Simon (1913-2005) Autoportrait (détail), vers 1936. Huile sur bois, 33x24cm. Collection particulière

Depuis le 7 octobre et jusqu’au 7 janvier 2024, dans la Région des Hauts-de-France, se tient l’une des plus riches et des plus stimulantes expositions jamais conçues sur Claude Simon. Conçu par Mireille Calle-Gruber qui en assure le commissariat scientifique, ce Claude Simon « sur la route de Flandres, peintre et écrivain » ne se présente pas seulement comme une mais trois expositions : un triptyque en forme de parcours dans les aspects majeurs mais souvent méconnus du prix Nobel de littérature. Grand entretien  avec la conceptrice, Mireille Calle-Gruber, .

À la Piscine de Roubaix, magistrale présentation des œuvres picturales de Simon ; à la Villa Marguerite Yourcenar, plongée dans l’Histoire pour Claude Simon ; et enfin au Château Coquelle un magistral paravent que les lecteurs de Simon ont toujours voulu voir. Trois expositions en une, troix lieux, trois déambulations pour un événement culturel majeur.

Gayatri Chakravorty Spivak, Politics of Reading and Writing/Vers de nouveaux imaginaires critiques, Mireille Calle-Gruber, Sarah-Anaïs Crevier Goulet

Ouvrage publié aux Éditions Hermann

Comment être à la fois celle qui est professeure, directrice de recherche à l’université Columbia de New York et celle qui enseigne dans les écoles rurales en Inde, écoles qu’elle a fondées pour les enfants déshérités  ?

Gayatri Chakravorty Spivak ne prétend pas se mettre «  à la place  »  ; depuis sa place, avec du recul tout en restant dans une «  walking distance  », une distance humaine, franchissable, avec sa différence, ses expériences propres, elle se joint.

Elle donne cours à la controverse des langues, fait entendre les «  subalternes  », se réclame des axiomes de Derrida  : l’accueil inconditionnel, une «  politique de l’amitié  ». Elle n’a pas peur du foisonnement, de la mobilité, de la caducité, pas peur du décentrement. Elle prône la dé-hiérarchisation politique, linguistique, culturelle, refuse l’emprise du modèle capitalistique occidental.

Nous sommes au fondement même des questionnements qui taraudent le monde aujourd’hui. Avec Gayatri Chakravorty Spivak se dessine la capacité de penser et d’acter, hors des catégories de l’humanisme traditionnel, une nouvelle sécularisation du politique.


Spivak, la controverse des langues

“Comment être à la fois celle qui est professeure, directrice de recherche à l’université Columbia de New York et celle qui enseigne dans les écoles rurales en Inde, écoles qu’elle a fondées pour les enfants déshérités ?

Lire l’éditorial de Marc Escola sur Fabula


Paru le 27/09/2023
ISBN : 9791037031945
Collection : Hors collection
Thématique : Langues et littératures
Dimensions : 15.2 x 22.9 cm
Pages : 294
Prix : 28,00 €

À paraître : Réédition augmentée de l’ouvrage “Marguerite Duras la noblesse de la banalité” par Mireille Calle-Gruber

À paraître en novembre 2023 aux Éditions de l’incidence

« Banale. Elle a cette noblesse de la banalité. Elle est invisible ». Ainsi est la dame du camion : personne, c’est-à-dire « tout le monde ».

« Elle » a du charisme : pleure sur le prolétariat ; meurt à Hiroshima ; est dans l’empathie avec « Abraham », l’enfant non-juif au nom juif de multitude ; elle bannit les langues de bois, demande ses mots à une grammaire inouïe.

Comment donner corps à ce que l’on n’entend ni ne voit plus à force de le voir et l’entendre tous les jours ? Com­ment donner présence à … rien, qui n’est pas rien mais dont on ne sait pas re-marquer l’état d’exception ?

L’œuvre de Marguerite Duras est habitée d’une igno­rance généreuse. Par quoi tout être – il faudrait ajouter toute chose – est ignorant de l’amour qu’il peut inspirer.

La noblesse de la banalité est plus qu’une esthétique.
C’est un regard qui ne conquiert pas. Qui se laisse dessaisir de son saisissement.
Il faut beaucoup s’aimer et beaucoup s’oublier.

Traduction japonaise de la Biographie de Claude Simon

Mireille Calle-Gruber, Claude Simon, une vie à écrire, Paris, Seuil, 2011
par Mirei SEKI et Akiko UEDA
Tokyo, éditions rose-des-vents Suiseisha, juin 2023

Post-scriptum des traductrices japonaises Mirei SEKI et Akiko UEDA

Comme plus d’une douzaine d’ouvrages de Claude Simon sont déjà traduits, les lecteurs
japonais ont l’habitude de son style très imagé, extrêmement vif et ferme en de longues
phrases. Or, si l’œuvre est connue, on ignore à peu près tout de l’écrivain, si ce n’est qu’il
fut lauréat du prix Nobel en 1985, et qu’il fut confronté à Kenzaburo Ôe dans Le Monde.
Afin de mieux comprendre l’ensemble de son œuvre, Mireille Calle-Gruber a retracé la vie
de l’écrivain. Basée sur une analyse approfondie de nombreux documents d’archive et sur
le recueil des témoignages de ceux qui l’ont connu, cette biographie permet de mieux
appréhender les enjeux de l’œuvre littéraire de Claude Simon. Son univers nous apparaît
comme un microcosme de l’époque. On y retrouve le cubisme, le surréalisme,
l’existentialisme et le Nouveau Roman.

Comme la traduction a pris une décennie de travail, la version japonaise comporte des
informations supplémentaires que l’auteure a découvertes après la publication du texte
original. La traduction a été entièrement révisée par les deux traductrices. Mirei Seki a
principalement travaillé sur les chapitres I à XI tandis que Akiko Ueda s’est concentrée sur
les chapitres XII à XVI.

Mireille Calle-Gruber est professeure émérite à l’université Sorbonne Nouvelle, membre
de la Société Royale du Canada et écrivaine. Il y a vingt ans, elle fut aussi la directrice de
thèse des deux traductrices qui, aujourd’hui encore, continuent de profiter de ses conseils
avisés. Grâce à elle, les traductrices ont obtenu l’autorisation de réutiliser pour leur
traduction la photo de couverture du livre original. Elles lui en sont infiniment
reconnaissantes et tiennent également à remercier l’ARCS : Association « Archive. Claude
Simon et ses contemporains », qui soutient la publication de leur traduction.

Publication du Scénario de La Route des Flandres – Claude Simon aux Éditions du Chemin de Fer

Édition établie par Mireille Calle-Gruber
Avec un cahier iconographique de 16 pages,
une postface de Mireille Calle-Gruber,
suivie des lettres inédites de Claude Simon à Michelle Porte.

Publier aujourd’hui le scénario de La Route des Flandres, c’est prendre acte de l’absence irrémédiable du film. Film que l’écrivain n’a jamais pu tourner.

Ce “Scénario/Découpage”, écrit très tôt, dès 1961, dans la foulée du roman, Claude Simon aura passé sa vie à tenter de le porter lui-même à l’écran.

Publier aujourd’hui l’intégralité1 du scénario de La Route des Flandres, c’est le sanctuariser: c’est le rendre à la littérature et au silence qui entoure toute lecture; c’est transmettre le désir de voir qui hante les formes littéraires de l’invisible; c’est écarter l’imposture de pseudo-découpages parus çà et là après la mort de lécrivain, et donner au texte de Claude Simon l’asile inviolable de son existence à la lettre.

Mireille Calle-Gruber

1. Seule autorisation donnée par Claude Simon, les pages du générique et des sept premiers plans suivants du scénario furent publiées par la revue Caméra/ stylo, n° 4, septembre 1983, p. 83-86, numéro intitulé “Scénario. L’anticipation de l’image”, préparé par Sylvie Blum, Françoise Dumas et Jérôme Prieur.

19 euros TTC
Parution : 13 avril 2023
ISBN : 978-2-490356-36-2
168 pages
Ouvrage publié avec le soutien du Centre national du livre

Claude Simon, être peintre. Critique d’Alain Freixe parued la Revue Europe, Mars 2023

De même que pour Claude Simon l’art ne va pas sans la beauté, ce plus qui émane des couleurs, des pierres, des sons ou des mots sans lesquels il n’y aurait jamais qu’un amas de matériaux, de même il y a dans ce livre de Mireille Calle-Gruber, par-delà ses mots, ses analyses, la richesse étonnante de l’iconographie qu’elle a su collationner et disposer, composition vigoureuse et sensible, fidèle à cette « raison émue » que Claude Simon plaçait au cours même de l’acte de création, ce plus qui fait de cet ouvrage un beau livre.

Claude Simon: être peintre emprunte à la fois à la biographie, à l’histoire de l’art, à l’analyse critique, à l’archive et il faut dire combien l’iconographie est riche et toujours pertinemment ajustée aux propos.

L’approche de Mireille Calle-Gruber sait nous rendre sensibles les interrogations, les doutes, les avancées, les découvertes de Claude Simon. Au fil des pages, nous habillons ce passé, ces années défuntes, cette vie et les recherches qui la creusèrent de notre regard de vivant.

Ainsi donc pour Claude Simon « aux commencements, en 1932, il y eut la peinture ». Et il est passionnant de suivre Mireille Calle-Gruber nous montrer le travail de Claude Simon en ce domaine, ses amitiés – notamment celle avec Raoul Dufy – jusqu’à ce moment où il ne peindra plus, en 1962, alors qu’il ne cessera jamais de photographier ni de dessiner, pour se consacrer désormais aux rudes empoignades avec la phrase et son infini labour de significations. Claude Simon, pourtant, « ne cessera jamais d’être peintre ».

C’est même là pour Mireille Calle-Gruber « en partie l’objet de ce livre », l’autre partie consistant dans la présentation du travail de peintre – et de photographe – de Claude Simon. Du coup, « être peintre », qu’est-ce à dire pour l’écrivain formidable qu’il devint ?

C’est d’abord, nous semble-t-il, être de l’atelier. C’est là que se joue « l’aventure du faire ».
L’atelier, c’est ce lieu du travail où l’émotion va chercher à s’incarner dans une œuvre, où l’on va chercher à l’articuler dans une composition. « L’atelier, écrit Mireille Calle-Gruber, est le lieu où tout se joue de la vie de la grammaire des corps et des matières ». En effet, c’est en travaillant que le trésor de la vie sensorielle peut se révéler. Dans celte « tentative de restitution émotionnelle », c’est en s’excitant à travailler que du support on fait une portée et que l’on peut arriver à offrir ce « plus », cet excès qui « outrepasse la forme » écrit Mireille Calle-Gruber.

Jamais Mireille Calle-Gruber n’oublie l’homme qui travaille, le « bricoleur » qui rassemble et assemble. C’est un homme qui peint, dessine, photographie, écrit… Ainsi Mireille Calle-Gruber sait rester toujours sensible à cet en deçà des œuvres vers le mouvement mystérieux du geste créateur. Quelqu’un est là, qui se tient derrière les dessins, les toiles, les photographies, les paravents, les manuscrits, derrière les recherches éperdues de sa « raison émue », raison qui remonte à sa source, au lieu d’où tout part, l’« émotion première » et ses transports, ses emportements. On comprend dès lors que Mireille Calle-Gruber puisse terminer son livre par la mise en avant de cet « art mascaret » qui voit – de même qu’à l’embouchure les eaux de l’océan soulèvent les eaux douces du fleuve et les ramènent vers l’amont – l’écriture aller « à contre-courant dans le maelstrom qui est la vie […] des sensations ».

L’eau bouillonnante de « l’écriture mascaret » ne se jette pas au torrent comme pour annoncer la fin du monde ou l’impuissance créatrice mais elle se tourne vers l’amont, vers la source, vers la force émotionnelle que proposent la peinture, les photographies, le dessin, les arts plastiques en général. Cet amont, c’est l’espace poétique, magma d’émotions, mémoire vivante – comme lieu d’oubli où sont déposées sensations et perceptions anciennes – que ne cessera de visiter et revisiter Claude Simon dans ses livres.

J’aimerais pour terminer reprendre les mots par lesquels Mireille Calle-Gruber concluait sa biographie de Claude Simon parue naguère au Seuil : « une leçon de vie et une magistrale leçon de littérature ». C’est bien là encore l’essentiel de ce livre magnifique.

Alain Freixe

Nicole Brossard, Musée de l’os et de l’eau – “La lumière soudain pliée dans un silence”

Aux éditions Le Castor Astral

Préface de Mireille Calle-Gruber
Nicole Brossard : radicale essentielle… et toujours dans l’arche de la langue

Nicole Brossard est née à Montréal en 1943. Poète, romancière et essayiste, elle aime dire : « Il faut protéger les circuits du cœur et de l’intelligence. »

Elle a reçu les prix les plus prestigieux au Canada et, en France, le prix Benjamin-Fondane.

« Les mots qui se sont emparés de la vie de Nicole Brossard ont donné corps à une poésie-manifeste, à une poésie qui a force d’injonction et de reconnaissance : un continent nouveau s’est ainsi édifié poème après poème, comme une surrection à conjuguer résolument et amoureusement au féminin, puisqu’il s’agit de la survenue d’une parole nouvelle. »

André Velter

« Un trajet unique dans la poésie québécoise qui a suscité au Québec et à l’étranger l’enthousiasme des lecteurs. Depuis cinquante ans, Nicole Brossard n’a cessé d’être un phare pour les générations d’écrivains qui se sont succédé. »

Louise Dupré

Nicole Brossard et Gaston Miron au Salon du Livre de Paris en 1981.
© Archives Gaston Miron

Morphogenèse L’origine ne cesse pas

Présentation

De l’informe à la forme à l’informe. Sourdant de la morphogenèse, les corps, les signes, les saillances, les émergences, les aubes, les crépuscules, les trous noirs. Splendeurs d’un instant.

La morphogenèse est sans programme.

Les hommes ignorent, même Dieu ignore, même les biologistes ignorent, même le lierre et la glycine ignorent ce qu’ils font en traçant, en dressant, en adressant des lignes sur les murs qu’ils envahissent.

Au sens strict en français «morphogenèse» désigne l’ensemble des transformations que connaît l’embryon pour acquérir sa forme humaine. Il y a au fond de chaque oeuvre une poche exubérante où la morphose lance ses formes.

L’ouvrage sera disponible en librairie à partir du 1er Mars 2023

Auteurs

Pascal Quignard, musicien, écrivain, a publié une cinquantaine d’ouvrages, romans, essais, contes, traités, livrets d’opéra, textes de théâtre. Sur scène, a inauguré la forme du Récit-Récital : La Rive dans le noir, avec Marie Vialle ; Boutès ou le désir de se jeter à l’eau, avec Aline Piboule.
Mireille Calle-Gruber, écrivain, professeur à La Sorbonne Nouvelle, a publié une trentaine d’ouvrages dont, chez Hermann, avec Pascal Quignard : Dictionnaire sauvage Pascal Quignard, Sur le geste de l’abandon, Les Comptes du temps. Vient de paraître : Claude Simon, être peintre.

Contributeurs :

ANATI Emmanuel, BALAZUT Joël, BONNET BALAZUT Amélie, DOLTO Catherine, FARGES François, FARGES Nicole, GENETTI Stefano, GRUBER Eberhard, KRANIOTIS Dimitrios, LALA Marie-Christine, LAPEYRE Chantal, MOREL Marie, STERN Arno


Michel Butor, Pages d’Études pour MOBILE déchirées et coloriées à l’intention de Marie-Jo

Par Mireille Calle-Gruber

Paru dans la Revue : écriture et image N°3 – Formes scripturales, pratiques éditoriales, dans la rubrique Cabinet de curiosités
Publié décembre 28, 2022

Michel Butor, « Pages d’Études pour MOBILE déchirées et coloriées à l’intention de Marie Jo », 1962, extraits.
Images : Marie Ferré

Ce n’est pas un livre, même si la mise ensemble de 201 feuillets, chacun glissé dans une pochette de plastique transparent muni d’une bande rigide à gauche qui permet l’accroche au système du classeur, fait du volume – fait un volume.

Ce n’est pas un cahier de brouillons, même si les feuillets présentent du texte tapuscrit recto verso avec corrections ou compléments manuscrits – pages détachées, dépareillées, qui ne font pas une suite.

Ce n’est pas un mémoire ni une mémoire, même si les feuilles déchirées constituent une fragile archive – moins un memento qu’un memento mori.

Ce n’est pas une image, même si sous nos yeux tracés et formes innombrables mobilisent l’imaginaire et un irrépressible désir d’images.

Découpes aux ciseaux. Classeur de Michel Butor « Pages d’Études pour MOBILE déchirées et coloriées à l’intention de Marie Jo » © Ayants droit de Michel Butor.
Une double page du classeur de Michel Butor « Pages d’Études pour MOBILE déchirées et coloriées à l’intention de Marie Jo » © Ayants droit de Michel Butor.

Compte rendu du Cahiers Butor 2: Michel Butor et les peintres,sous la direction de Mireille Calle-Gruber et Patrick Suter.

Par Marion Coste

Paru dans la Revue : écriture et image N°3 – Formes scripturales, pratiques éditoriales, dans la rubrique comptes rendus
Publié décembre 28, 2022

Le deuxième opus des Cahiers Butor est consacré aux collaborations entre Michel Butor et les peintres. Le livre s’ouvre sur un portait de Michel Butor par Miquel Barceló, dont la version imprimée laisse percevoir les traits de pinceaux de l’artiste et l’épaisseur de la peinture acrylique : immédiatement, la forme imprimée s’ouvre à d’autres productions plus artisanales, où le travail des matières devient primordial. Le statut paradoxal de ce Cahier est confirmé par le liminaire, rédigé par Mireille Calle-Gruber et Patrick Suter qui co-dirigent ce numéro, et surtout par le «lieu de naissance», et par un texte de Max Charvolen intitulé « lieu de naissance ». Le plasticien y décrit une de ses installations artistiques à laquelle Butor a participé, dans une cave: il explique que c’est dans ce lieu, à l’occasion d’une rencontre avec l’écrivain, que naît le projet des Cahiers Butor, qui viendraient étoffer les Œuvres complètes publiées aux éditions La Différence, pour donner à voir la diversité des supports de l’écriture chez Butor. Cette ambition de rendre accessible les formes diverses des livres d’artistes, est l’un des fils conducteurs de cet ouvrage

Songs Songeries d’un midi d’été

Signature à Lucinges (Haute-Savoie)
au Manoir ds Livres fondé par Michel Butor
du Livre d’artiste

Martine Jaquemet & Mireille Calle-Gruber
Songs Songeries d’un midi d’été

Peint à Lucinges, Ecrit à Paris, Mars 2022
Petite Maison de papier l’E.C.L.A.
6 originaux


Extrait

                           Dans le vallon
                           de figuiers d’oléandres
                           rien ne dort tout palpite
                           terre mémoire

Tournent dans la tête les sentiers de frontière
Au bord de la futaie les ombres immobiles
lacérées de rayons comme lames à blanc
destinent à la nuit leurs passages feutrés

                           Pigmentation
                           la couleur sans objet
                           sidéral subjectile
                           voit l’invisible

iris vairs turquoise vert outre mer vert d’eau verdeur vert de gris verveine
thé vert théorbe et chalemie

                           Elle écoute Lachrimae Caravaggio
                           Jordi Savall sa viole
                           Tristes Invocantis
                           hommage à l’inventeur
                           du souffre sur l’obscur

Rêve de l’Oxalis
Nous étions trois et nous découvrions que nous avions fait exactement le même rêve. En face, il y avait des échafaudages contre un mur de forteresse en restauration. Quelqu’un, un homme, la nuit, avait sauté ? était tombé ? s’était suicidé ? avait été précipité ? Il devait être mort. Moi je me suis levée pour aller chercher sous les échafaudages les oxalis qui poussaient là où il était tombé.


Réedition aux États-Unis de La Route des Flandres de Claude Simon : The Flanders Road

traduit du français par Richard Howard, introduction par Jerry W. Carlson
Disponible à partir du 12 juillet aux éditions New York Reviews Book

 

Autour de La route des Flandres

  • Assia Djebar lit La Route des Flandres de Claude Simon

    « Mais comment savoir ? »  par Assia DJEBAR   Replongeant récemment dans La route des Flandres, chaque « phrase-monde » de cette remémoration de la défaite de 1939 m’a redonné confiance dans la littérature, et cela, grâce à l’écriture intransigeante de Claude Simon. Vingt … Continuer la lecture