[Archive du mois] Claude Simon au Jardin des Plantes

Ce mois-ci, nous partageons avec vous des photos, inédites, prises par Claude Simon, au Jardin des Plantes, à Paris, lieu favori de sa promenade quotidienne.
 

Statue de Henri Bernardin de Saint-Pierre (1737-1814), auteur du roman Paul et Virginie (1788)
qui est le récit d’une idylle exotique (île Maurice) entre deux adolescents. 

Claude Simon est alors en train d’écrire son roman Le Jardin des Plantes (1997)dans lequel cette statue est précisément décrite : voir pages 62 et 63 reproduites.

Le Jardin des Plantes est constitué « des fragments épars d’une vie d’homme » au long du XXème siècleet « aux quatre coins du monde ». Claude Simon opère un montage éblouissant d’audace et de poésiequi est moins une autobiographie que le « portrait d’une mémoire », ainsi qu’il aime le désigner.

Un « Jardin des Plantes » est un jardin d’acclimatation dans lequel voisinent des espèces de provenance très différentes, étrangères les-unes aux autres, et qui cependant forment un ensemble d’invention. Belle métaphore pour la façon dont Claude Simon compose ses romans.

Claude Simon, Le Jardin des Plantes, Minuit, 1997,p.62-63.

[Archive du mois] Les enfances de Claude Simon

Claude SImon est né le 10 octobre 1913 à Tananarive, à l’occasion de cette date anniversaire, nous vous présentons quelques images inédites de son enfance.

Claude Simon entre ses parents, Tananarive, 14 février 1914
©  Archives Claude Simon, autorisation : Mireille Calle-Gruber

Razaph, la nourrice malgache, avec Claude Simon, Tananarive, 1914
Dans Claude Simon, une vie à écrire – Mireille Calle-Gruber, Seuil 2011
©  Archives Claude Simon, autorisation : Mireille Calle-Gruber

Tananrive, indigènes à la pompe
©  Archives Claude Simon, autorisation : Mireille Calle-Gruber
Carte postale envoyée par Razaph, la nourrice de Claude Simon, à son retour à Tananarive (datée du 17 octobre 1916)
©  Archives Claude Simon, autorisation : Mireille Calle-Gruber

Désormais veuve, Suzanne Simon emmène son fils en voyage pour son instruction. A la Rochelle où ils vont visiter la Tour des Quatre-Sergents, Claude tombe d’un mâchicoulis mal protégé et fait une chute de 20 mètres. Il est hospitalisé plusieurs jours.

Cette carte fut envoyée le 9 août 1921 par Suzanne aux tantes paternelles de Claude à Arbois.

La Rochelle, Tour des Quatre- Sergents, annotée : « meurtrière par où est tombé Claude »
©  Archives Claude Simon, autorisation : Mireille Calle-Gruber

Transcription :
La Rochelle 9 août 1921

Chères Mesdemoiselles,
L’état de notre petit blessé est toujours satisfaisant.
C’est inespéré lorsqu’on songe à ce qui aurait pu être. Je vous envoie la tour d’où il est tombé. Cela vous donnera une idée de sa chute et de l’issue qu’elle aurait dû logiquement avoir ! Tout le monde s’étonne que notre chéri soit sauvé. Quelles heures cruelles et comme le présent paraît beau !

Bien affectueusement à vous
Siuzanne Simon

Votre Faust au Nouveau Théâtre de Montreuil

Du 17 au 19 Novembre 2016 a été créée Votre Faust, une fantaisie variable genre opéra mise en scène par Aliénor Dauchez

Ci-dessous, quelques photos de plateau par Victor Tonelli

photo: Victor Tonelli
VOTRE FAUST musique Henri Pousseur, texte Michel Butor, direction musicale Laurent Cuniot, mise en scene Alienor Dauchez au Nouveau Theatre de Montreuil du 17 au 19 novembre 2016 Avec : Eleonore Briganti, Antoine Sarrazin, Vincent Schmitt, Laetitia Spigarelli, Pierre-Benoist Varoclier Le public est sur scene a l’entracte (Photo by Victor Tonelli)
VOTRE FAUST musique Henri Pousseur, texte Michel Butor, direction musicale Laurent Cuniot, mise en scene Alienor Dauchez au Nouveau Theatre de Montreuil du 17 au 19 novembre 2016 Avec : Eleonore Briganti, Antoine Sarrazin, Vincent Schmitt, Laetitia Spigarelli, Pierre-Benoist Varoclier (Photo by Victor Tonelli)

L’étude par Marion Coste de la mise en scène d’Aliénor Dauchez de Votre Faust d’Henri Pousseur et Michel Butor vient de paraître aux Presses Universitaires de Franche-Comté

[Archives du mois] Jahrbuch der deutschen Schiller-Gesellschaft – Band LXII 2018

Donation des archives de Peter Brugger : Claude Simon im deustschen Literaturarchiv (Claude Simon aux Archives Littéraires d’Allemagne) auprès des Archives Nationales Allemandes de Marbach

Entretien télévisé de Peter Brugger et Claude Simon à Salses (Pyrénées Orientales) du 1er au 5 septembre 1974 et tournage aux Planches près Arbois du court-métrage L’impasse (Die Sackgasse) conçu par Claude Simon à partir de son roman Triptyque.

Le tournage s’est effectué en 2 étapes :
– Du 20 au 24 mai 1975 aux Planches
– Du 2 au 6 juin 1975 dans les studios du Saarländischer Rundfunk à Saarbrücken

La totalité des entretiens est publiée pour la première fois en allemand traduit par Gerda Scheffel dans Jahrbuch der deutschen Schiller-Gesellschaft – Band LXII 2018 aux éditions De Gruyter

Articles de Ulrich Raulff, Mireille Calle-Gruber, Peter Brugger
Entretien Peter Brugger et Claude Simon

Voir des extraits de l’ouvrage
Se procurer l’ouvrage

Voir aussi :

Les Triptyques de Claude Simon ou l’art du montage
paru aux Presses Sorbonne Nouvelle en 2009

Peter Brugger et Claude Simon – Novembre 1974 – Paris – Photo : Georg Bense
Gerda Scheffel et Claude Simon dans les studios du Saarländischer Rundfunk à Saarbrücken – juin 1975 Photo : Georg Bense

[Archives du mois]

Personnages dans un jardin, Les Planches – Jura. © Archives privées de Claude Simon

Cette photo de l’album de famille de Claude Simon inspire le récit de la vie de Marie dans son roman L’Herbe ainsi que dans la pièce de théâtre La Séparation

L’image fut aussi reproduite dans le Programme de la pièce à l’occasion de sa représentation au Théâtre de Lutèce en mars 1963. La mise en scène était de Nicole Kessel.

Affiche - La Séparation
Affiche de La Séparation mise en scène par Nicole Kessel au Théâtre de Lutèce en mars 1963

[L’Archive du mois] : Visite de Claude Simon au Musée Henry Moore de Toronto

Décembre 1993

De gauche à droite : Le Directeur du Musée, Claude Simon, Réa Simon et Mireille Calle-Gruber

De gauche à droite : Claude Simon, Mireille Calle-Gruber et Réa Simon

De gauche à droite : Réa Simon, le Directeur du Musée, Mireille Calle-Gruber et Claude Simon

De gauche à droite : Réa Simon, Mireille Calle-Gruber, Claude Simon et le Directeur du Musée

De gauche à droite : Réa Simon, Mireille Calle-Gruber et Claude Simon

© Eberhard Gruber

[PHOTOS] Colloque : Gayatri Chakravorty Spivak dans le siècle. Politiques d’écriture et lecture pour refonder l’imagination critique.

Le mercredi 20 Juin 2018
Reid Hall – Columbia University, Paris

Voir le programme

De gauche à droite : Etienne Balibar, Mireille Calle-Gruber et Gayatri Spivak

Sébastien Velut, Vice-Président des Relations Internationales – La Sorbonne Nouvelle

Philippe Darros, Directeur l’Ecole Doctorale ED120 – Sorbonne Nouvelle

Mireille Calle-Gruber, Co-Directrice du Colloque, Professeur de Littérature et Esthétique – Sorbonne Nouvelle

Au premier plan : Sarah-Anaïs Crevier Goulet, Co-Directrice du Colloque, Sorbonne Nouvelle

Etienne Balibar, Professeur de Philosophie

Etienne Balibar, Professeur de Philosophie

Etienne Balibar, Professeur de Philosophie

Gayatri Spivak et Etienne Balibar

Gayatri Spivak et Etienne Balibar

Gayatri Spivak et Etienne Balibar

Gayatri Spivak et Etienne Balibar

Gayatri Spivak

Gayatri Spivak et Etienne Balibar

Gayatri Spivak et Etienne Balibar

Sarah-Anaïs Crevier Goulet (écharpe jaune) et Lucas Faugère (chemise blanche)

Gayatri Spivak et Etienne Balibar

Gayatri Spivak et Etienne Balibar

Etienne Balibar, Gayatri Spivak et Mireille Calle-Gruber

Etienne Balibar, Gayatri Spivak et Mireille Calle-Gruber

Etienne Balibar, Gayatri Spivak et Mireille Calle-Gruber

de gauche à droite : Christine Lorre, Professeur de Littérature Anglaise – Sorbonne Nouvelle / Mireille Calle-Gruber, Professeur de Littérature et Esthétique – Sorbonne Nouvelle / Claudine Le Blanc, Professeur de Littérature Comparée – Sorbonne Nouvelle

de gauche à droite : Christine Lorre, Professeur de Littérature Anglaise – Sorbonne Nouvelle / Mireille Calle-Gruber, Professeur de Littérature et Esthétique – Sorbonne Nouvelle / Claudine Le Blanc, Professeur de Littérature Comparée – Sorbonne Nouvelle

© Joëlle Theubet, Columbia University – Paris

[PHOTOS] Colloque : Gayatri Chakravorty Spivak dans le siècle. Politiques d’écriture et lecture pour refonder l’imagination critique.

20, 21 et 22 Juin 2018

Voir le programme

© Florelle Isal

Michel Butor – Au temps du noir et blanc

Avec l’autorisation des Editions Delpire

Introduction de Mireille Calle-Gruber.

 « C’est en 1951, au retour de mon premier séjour en Egypte, premier long séjour à l’étranger, que j’ai commencé à prendre des photographies. J’avais été émerveillé par la lumière, les paysages, les monuments, les gens… »

Michel Butor, auteur d’une œuvre littéraire considérable, a eu, de 1950 à 1960, une intense activité de photographe, demeurée  inconnue car non publiée pour la plupart. Ce livre, c’est donc le livre qui manquait, celui de ses images qui, au temps du noir et blanc, tamisent la matière et la lumière.

Prises en France, Italie, Grèce, Turquie, Espagne et aux États-Unis, ces photographies s’attardent aussi bien aux monuments qu’aux détails de l’existence ordinaire, fixent l’éphémère, font le portrait des passages,  déposent le temps au secret des lieux. Ces espaces de poésie où il invente les images comme il manie les mots, Butor les appelle « Génie du lieu ».

Introduit par un texte de Mireille Calle-Gruber – écrivain, Professeur à la Sorbonne-Nouvelle et amie de Michel Butor, dont elle a édité les Œuvres Complètes –, Au Temps du noir et blanc met en regard photographies et écrits. L’ouvrage invite ainsi à retraverser l’œuvre protéiforme par l’œil-Butor, puis, à la fin, par les réflexions et notes sur la photographie de celui qui, sa vie durant, n’aura cessé d’écrire avec  un « viseur dans la tête ».

Source : http://www.delpire-editeur.fr/

Collection : Des images et des mots
date de parution : 07/09/2017
16,5 x 20 cm, Broché avec rabats, 312 pages

Colloque de Cerisy – Peter Handke – Analyse du temps

Du 21 au 28 août 2017

© Photo de Peter Handke par Donata Wenders

Le colloque Peter Handke. Analyse du temps (21-28 aout), qui s’inscrivait dans le cadre des rencontres « Europe en mouvement. Berlin Cerisy » lancées depuis quelques années, a réuni une soixantaine de personnes, chercheurs, lecteurs, éditeurs, conservateurs et traducteurs de l’œuvre, venus surtout de France, d’Allemagne et d’Autriche, mais aussi de Belgique, Luxembourg, Suisse, Norvège et du Canada. Le suspense fut grand : après une belle série de conférences universitaires, la présentation des carnets de l’écrivain, la projection de ses films, dont La Femme gauchère au Long-Court de Coutances, et d’un portrait cinématographique signé Corinna Belz, Peter Handke arriva au Château de Cerisy pour les trois derniers jours du colloque. Ce furent alors un festival de lectures, prose et théâtre, par ses amis comédiens Bruno Ganz, Sophie Semin, André Marcon, et de riches entretiens, chaleureux et émouvants, aux côtés de Pierre Deshusses le traducteur de son livre récemment paru Essai sur le fou de champignons, et d’Alain Françon metteur en scène de sa pièce Toujours la tempête à l’Odéon en 2015. Pour finir, c’est Peter Handke qui fit la meilleure « analyse du temps » : il offrit à Edith Heurgon l’affiche du colloque où son portrait d’écrivain, exposé aux climats de juin-juillet dans son jardin, s’était couvert des graffitis aléatoires du temps cosmique !

Mireille Calle-Gruber

De gauche à droite : André Marcon, Ingrid Gilcher-Holtey, Patricia Oster-Stierle, Edith Heurgon, Karlheinz Stierle, Sophie Semin, Peter Handke, Mireille Calle-Gruber, Raimund Fellinger, Bruno Ganz. – Parue dans la newsletter du Centre Culturel International de Cerisy en Août-Septembre 2017


© Photo de Peter Handke


Verso de la photo de l’affiche – Peter Handke


Extrait de Carnets de Croquis de Peter Handke


Extrait de Carnets de Croquis de Peter Handke

Retrouvez les lectures de textes de prose et de théâtre, en allemand et en français par Bruno Ganz, Sophie Semin et André Marcon, en présence de Peter Handke
> Écouter

Michel Butor à la Maison de Balzac, Paris, 6 décembre 2014; Dialogue avec Mireille Calle-Gruber

Présentation par Véronique Prest

Photos : Maxime Godard

Performance de ténèbres par Pascal Quignard – Ballet de l’origine de la langue et de la littérature françaises – Reportage photographique

le 28 janvier 2016 à la Fonderia Aperta Teatro – Vérone

© Fonderia Aperta Teatro

Voir le programme du colloque

Butor chez Joe Bousquet, à Carcassonne – Reportage photographique

Le 6 février 2016

Voir le programme de l’exposition photographique Aterlier Butor