France Culture, La Compagnie des Œuvres Épisode 2 : La profondeur du jeu dans l’oeuvre de Robbe-Grillet

Matthieu Garrigou-Lagrange était en compagnie de Mireille Calle-Gruber, critique littéraire et professeure émérite à l’université Sorbonne Nouvelle, pour parcourir l’œuvre de Robbe-Grillet dans l’émission La Compagnie des Œuvres sur France Culture

« Parler du contenu d’un roman comme d’une chose indépendante de sa forme, cela revient à rayer le genre entier du domaine de l’art. Car l’œuvre d’art ne contient rien […]. L’art n’est pas une enveloppe aux couleurs plus ou moins brillantes chargée d’ornementer le “message’’ de l’auteur, un papier doré autour d’un paquet de biscuits […] », affirme Robbe-Grillet dans l’essai Pour un nouveau roman, une collection d’articles de sa main parue en 1963. Et de conclure : « Ne pourrait-on avancer au contraire que le véritable écrivain n’a rien à dire ? Il a seulement une manière de dire ». 

Dans le deuxième volet de cette série consacrée à celui qu’on avait coutume de surnommer le « pape du Nouveau Roman », nous dégageons trois périodes constitutives de son œuvre, fondée dans une certaine mesure sur une critique du roman traditionnel, et nous interrogeons la nature du biographique dans la trilogie des Romanesques.

Le lecteur, ayant l’habitude des conventions, les attend. C’est pourquoi Robbe-Grillet disait qu’il fallait construire son lecteur, lui montrer quelles étaient les nouvelles règles du jeu. Cependant, quand on change la donne, il faut un temps d’adaptation. Entre la mort du roman et la mort du personnage, on a accusé les adeptes du Nouveau Roman de nombre de choses.

Mireille Calle-Gruber

Le Nouveau Roman essaie de nous faire jouir de certaines aventures, mais aussi de nous faire apprécier l’art avec lequel cela est fait. On a ainsi un plaisir double, romanesque et intellectuel.

Mireille Calle-Gruber

Quand Robbe-Grillet écrit Le miroir qui revient, il est en train de faire de l’autobiographie, mais de l’autobiographie très déconstruite, au second degré, avec cette conscience qui était celle de Sarraute, et la fit s’exclamer : « Comment, tu vas faire ton autobiographie ?

Mireille Calle-Gruber

[Archives du mois] Les affiches de cirque. Photographies de Claude Simon, Salses, 1971.

Les affiches déchirées, tout comme les graffitis et les taches d’humidité sur les murs, sont pour Claude Simon des traces fascinantes que l’oeil scrute à la recherche du mouvement des choses infimes.
La description des affiches de cirque est un leitmotiv de Triptyque, roman paru en 1973. Ce leitmotiv introduit au mouvement scopique de la narration qui fait bifurquer à tout moment le récit, et devient une métaphore de l’écriture et de la lecture.
 

« Le côté sud de la grange est tapissé d’affiches aux couleurs vives, superposées, les plus anciennes aux coins soulevés, ou déchirées, ternies par les intempéries, la plus récente, de grandes dimensions, représentant la piste d’un cirque où un dompteur aux bottes luisantes armé d’un fouet exécute un numéro de dressage. L’affiche est encadrée d’une bande jaune semée d’étoiles rouges. Sous les effets alternés de l’humidité et de la chaleur les planches qui constituent la paroi de la grange ont joué, gonflant ou se contractant, de sorte que quelques déchirures s’ouvrent dans la couche des affiches superposées. L’une d’elles toutefois, plus importante, semble avoir été agrandie à dessein. Au pied de la cascade s’est creusé un bassin dont on ne voit pas le fond, en forme de cuvette, à peu près circulaire. Sur ses bords l’eau très pure permet de voir le fond ocre du tuf. A mesure que la profondeur augmente l’eau verdit d’abord, puis devient d’un bleu de lessive qui s’épaissit par degrés, presque noir au centre du bassin. Il faut un moment pour que l’oeil collé à la fente que l’on a agrandie se fasse à la demi-obscurité qui règne dans la grange et distingue les objets. »

Extrait de « Triptyque » (p.10-11), 1973 aux Éditions de Minuit

Photos publiées avec l’aimable autorisation de Mireille Calle-Gruber ayant-droit moral pour l’œuvre de Claude Simon


Assia Djebar – Le manuscrit inachevé

sous la directions de Mireille Calle-Gruber et Anaïs Frantz

Photo : Irmeli Jung / Graphisme : Marine Palmesani

Ce livre apporte un éclairage tout à fait nouveau sur l’écriture d’Assia Djebar, écrivain majeur de la littérature francophone, élue à l’Académie française en 2005, en publiant un texte inédit, manuscrit inachevé qui devait s’intituler « Les Larmes d’Augustin » et constituer un « Quatuor algérien » avec les trois romans précédemment publiés : L’Amour, la fantasia, Ombre sultane, Vaste est la prison. 

Extrait du tapuscrit qui aurait s’intituler « Les larmes d’Augustin »

Au centre du volume : le tapuscrit des trois premiers chapitres du roman, qui ne s’appellera jamais Les Larmes d’Augustin. Et un mystère : celui de l’inachèvement de ce texte, écrit et projeté pendant vingt ans, dont il semble que l’architecture soit demeurée indécise. Publier un tel document, c’est instituer le manuscrit en archive, c’est-à-dire en assurer la transmission et l’héritage, en le donnant aux lectures à venir. Faire lire un manuscrit inachevé, c’est aussi s’obliger à en respecter l’inachèvement, c’est-à-dire l’accompagner d’une réflexion critique méthodologique. Par quoi il devient objet de recherche.

Assia Djebar, 1957. Elle prend ce pseudonyme pour la publication de son premier roman La Soif. DR

Depuis sa rencontre avec Assia Djebar, en 1987, Mireille Calle-Gruber a accompagné l’oeuvre de l’écrivain par la publication d’études (Assia Djebar ou la résistance de l’écriture, 2001 ; Assia Djebar, ministère des Affaires Étrangères, 2006) et de colloques (dont le colloque de la Maison des écrivains à Paris, en collaboration avec l’Académie royale de Belgique, 2005, et le colloque de Cerisy, publié aux PSN, en 2010) mais aussi d’inédits d’Assia Djebar et d’entretiens avec elle. Elle a prononcé la Laudatio d’Assia Djebar lors de la remise du doctorat honoris causa de l’université d’Osnabrück à l’écrivain. Assia Djebar projetait de tourner un film sur le roman de Mireille Calle-Gruber : Tombeau d’Akhnaton.

Anaïs Frantz enseigne la littérature et les études de genre à Paris. Chercheure associée de l’ITEM/CNRS où elle travaille sur les manuscrits de Violette Leduc, elle a également publié plusieurs ouvrages avec Mireille Calle-Gruber dont Politique et poétique du genre dans les migrations. Femmes entre les deux rives de la Méditerranée (Presses de Tanger, 2011).

Ouvrage papier – 978-2-37906-060-1 – 238 pages – 29,90 €
Edition par Presses Sorbonne Nouvelle

[ARCHIVE DU MOIS] Claude Simon et Natahlie Sarraute

Claude Simon et Nathalie Sarraute se retrouvent à Helsinki, le 11 septembre 1984, invités à une Rencontre littéraire à l’Université, et reçus par l’Ambassadeur de France en Finlande, Roland Husson.

Nathalie Sarraute vient de publier Enfance (1983), Claude Simon Les Géorgiques (1982). Tous deux sont « nobélisables ». C’est Claude Simon qui recevra, l’année suivante, le Prix Nobel de Littérature 1985.

Archives Claude Simon DR

[ARCHIVES DU MOIS] Hommage à Nelly Kaplan, décédée le 12 novembre 2020 à Genève, à 89 ans

Séminaire de Mireille Calle-Gruber « Hospitalité de la littérature et des arts », lors duquel elle reçut Nelly Kaplan (cinéaste et écrivaine). Nelly Kaplan présente ses films : À la source, la femme aimée (dessins d’André Masson) ; Le regard Picasso et Gustave Moreau

Nelly Kaplan, c’est tendresse et vitriol.
Elle aimait l’intelligence, celle qui accueille l’humour, l’érotisme et les forces paniques de la nature. 
Elle aimait se présenter en flibustière du cinéma et des arts, affichant l’audace jusqu’à la subversion, le non-conformisme jusqu’à l’insoumission  –  et certains ouvrages subirent la censure : tels son film A la source, la femme aimée, avec André Masson (1965) et son récit Mémoires d’une liseuse de draps, J.J. Pauvert 1974, augmenté et republié en 1998 à La Différence : Un manteau de fou rire ou les Mémoires d’une liseuse de draps.   
Elle portait haut les couleurs du surréalisme à sa façon, et sans être féministe, elle revendiquait le « pouvoir féminin » qu’elle replace aux sources d’un soulèvement foncièrement révolutionnaire. Ou : de la révolution comme principe des arts.   
Ainsi son premier long-métrage, La Fiancée du pirate (1969), est-il devenu un film culte qui n’a pas pris une ride.   
Nelly Kaplan n’a jamais vieilli : c’est la société qui a vieilli autour d’elle et qui s’est tristement racornie. Malgré les obstacles à la réalisation de ses derniers projets, elle est restée crâne et sans concession. Fidèle à son œuvre éternellement jeune.   
Claude Makowski, son compagnon, co-scénariste de La Fiancée du pirate, avec qui elle fonda la maison de production Cythère Films, écrivait d’elle :   

Kaplan ne revendique aucune égalité d’aucune sorte. Elle revendique le pouvoir égal de vivre, de jouir, de créer, d’inventer, sans tricheries ni domination.


Poème-portrait de Nelly Kaplan, publié dans
Improvisations sur Mireille Calle-Gruber, 
Elne, Voix-éditions Richard Meier, 2013,
recueil de textes d’écrivains et artistes réuni
à l’occasion du colloque international organisé en Sorbonne
20 et 21 juin 2013, » « Je mets mon amour du monde à l’abri
du monde dans la littérature ». Mireille Calle-Gruber ou les promesses de la littérature et des arts« 
organisé par Melina Balcazar, Sarah-Anaïs Crevier Goulet, Anaïs Frantz, Elodie Vignon
et édité aux éditions Hermann, 2015.

MIREILLE CALLE-GRUBER      
Un regard pétillant d’intelligence.      
Un rire qui éclate à l’improviste pour se diluer ensuite en vagues concentriques      
d’humour fou.      
Une curiosité généreuse de tout et de tous.      
Une créativité en expansion à rendre jaloux le Big-Bang…      
Voilà quelques ingrédients du superbe cocktail Mireille Calle-Gruber.       
A consommer sans modération et en affectueuse admiration.          
Nelly Kaplan


Affiche réalisée pour le séminaire « Littérature et arts. Hospitalités et passages des œuvres« , Mireille Calle-Gruber recevait le mardi 10 janvier 2012 en salle Bourjac à la Sorbonne Nelly Kaplan, cinéaste et écrivain. Elle a présenté aux étudiants et chercheurs ses films À la source, la femme aimée (dessins d’André Masson) (1965), Le Regard Picasso (1967), et Gustave Moreau (1961).

Nelly Kaplan, le verbe et la lumière

Textes réunis et présentés par Mireille CALLE-GRUBER et Pascale RISTERUCCI

  • Date de publication : juin 2004
  •  – format : 13,5 x 21,5 cm • 216 pages
  • ISBN : 2-7475-6647-1

Pascal Quignard était l’invité d’Olivia Gesbert sur France Culture

Pascal Quignard à livre ouvert

Le 8 septembre, Pascal Quignard était l’invité d’Olivia Gesbert pour son émission La Grande Table Culture

Pascal Quignard• Crédits : MANOOCHER DEGHATI – AFP

Nous recevons Pascal Quignard à l’occasion du 11e tome de son cycle « Dernier Royaume », auquel il se consacre depuis 2002. Il y explore, dans une forme « océanique », le langage, la peinture, l’amour… « L’homme aux trois lettres » interroge la littérature à travers les rêveries de l’écrivain.

Nous le recevions déjà en 2016 à La Grande Table pour son roman Les Larmes. Pascal Quignard sort en cette rentrée littéraire L’Homme aux trois lettres, publié chez Grasset, XIe tome du cycle « Dernier Royaume ». Aujourd’hui retiré de la vie publique, l’écrivain mène une vie de solitude, de lecture, de musique et d’écriture.

C’est un bonheur accessible pour beaucoup, le fait se retirer de la meute, c’est parfois mal vu mais je crois que c’est assez sain. C’est un affolement qui dure quelques mois seulement puis c’est le bonheur. (Pascal Quignard)

Mêlant aphorismes philosophiques, envolées lyriques, anecdotes mythologiques et historiques, réflexions linguistiques et psychanalytiques, ce nouveau livre se penche sur la question suivante : « Qu’est-ce que la littérature ?« . Pascal Quignard se plait à préserver le mystère de ce mot sans origine, à l’étymologie incertaine, et qui charrie avec lui une foule de phrases, d’écrivains, d’histoires… Il nous propose son regard de lecteur et d’écrivain sur la passion de sa vie : le monde des lettres.

La littérature est cette invention très curieuse de l’écriture. Dans l’écriture, le dialogue s’éteint. C’est une expérience très spéciale, très neuve. La lecture et la littérature nécessitent une faroucherie, une mise à l’écart du monde. Cela reste une expérience d’énigme. (…) On ne sait pas d’où vient le mot littérature. J’aime infiniment qu’il y ait deux mots dont on ne connaisse pas du tout l’étymologie : éros et littérature. J’aime que les mots surgissent comme ça de la nuit comme des comètes. (Pascal Quignard)

Je ne pense pas qu’on puisse écrire sans avoir lu. Il faut avoir l’expérience de quelque chose d’extrêmement passif pour pouvoir ensuite naître et agir. Il faut avoir l’expérience bouleversé de celui qui lit, pour avoir le désir de prendre à son tour un crayon et de bâtir. (Pascal Quignard)

On y croise pêle mêle Ovide, Benvéniste, Cicéron, Térée et Philomèle, Sénèque, Mallarmé, Kafka, Freud, Nietzsche, Quintilien, Goethe, et bien d’autres encore. Le français et le latin s’y mêlent, dans une exploration des origines et de la saveur des mots. Les phrases des uns se mêlent à l’histoire des autres pour construire une pensée libre et mouvante, qui tente de saisir le mystère des lettres sans le dénaturer. Faisant le choix de l’éparpillement et de la digression comme principes poétiques permettant à cette réflexion de se déployer, Pascal Quignard nous invite dans son monde, dans sa bibliothèque, dans son atelier d’écrivain.

Dans les très beaux livres, le silence du livre est une forme d’intonation.  C’est une sorte de musique extrême. (Pascal Quignard)

A vos agendas !

A l’occasion de la donation de ses archives à la BnF paraît ce mois-ci Sur le geste de l’abandon, un livre entre images et mots où se déploie l’univers de l’écrivain, sous la direction de Mireille Calle-Gruber.

L’exposition « Pascal Quignard, fragments d’une écriture », quant à elle, se tiendra à partir du 30 septembre à la BnF.

Notons aussi le récit-récital « Boutès ou le désir de se jeter à l’eau » qui aura lieu au mois d’octobre, avec Aline Piboule au piano.

Extraits sonores :

  • Roland Barthes au micro de Jean-Marie Benoist, 21 février 1977
  • Laszlo Krasznahorkai dans l’émission « Par les temps qui courent », 10 avril 2018
  • Nathalie Sarraute dans l’émission « Le bon plaisir », 1er mai 1985

Pascal Quignard était l’invité de Manou Farine sur France Culture

Chez Pascal Quignard

Le 28 août, Pascal Quignard était l’invité de Manou Farine pour l’émission La Compagnie des Poètes sur France Culture

Rencontre avec Pascal Quignard à l’occasion d’une rentrée riche en événements pour le célèbre auteur de Tous les matins du monde…

Pascal Quignard accueille La compagnie des poètes à l’occasion d’une rentrée particulièrement riche pour l’auteur d’une des oeuvres les plus riches de la littérature française. Il sera donc question de Boutès ou le désir de se jeter à l’eau, un récit-récital conçu avec la pianiste Aline Piboule, qui articule lecture de textes et temps musicaux  (3 octobre au grand auditorium de la BNF) ; de la parution  de l’Anthologie de la poésie latine en Pléiade (en octobre), de Sur le geste de l’abandon aux éditions Hermann (le 2 septembre) et de L’Homme aux trois lettres chez Grasset ; et de l’exposition Pascal Quignard, fragments d’une écriture qui se tiendra à la Bibliothèque Nationale de France du 30 septembre au 29 novembre. 

Pascal Quignard au micro d’Augustin Trapenard sur France Inter

Le 27 août, Pascal Quignard était l’invité d’Augustin Trapenard pour son émission Boomerang

Pascal Quignard en toutes lettres

Auteur d’une œuvre considérable et protéiforme, il s’apprête à publier « L’homme aux trois lettres ». Entre digressions érudites, envolées poétiques et dépouillement, il tente de répondre à une question océanique : « Qu’est-ce que la littérature ». Pascal Quignard est l’invité d’Augustin Trapenard.

Extraits de l’émission

« Dans le visage d’un lecteur, je vois quelqu’un qui s’enferme quelque part, qui s’immobilise comme un homme ou une femme qui rêve et qui voyage. » 

« Nous sommes des voleurs : nous volons les mots que nous employons, nos langues, nos prénoms etc. Il y a une illégitimité totale en nous, puisque nous avons tout volé. Cet émiettement de l’identité crée une angoisse et, en même temps, c’est un formidable plaisir. »

« J’ai besoin des livres pour le silence qu’ils offrent, pour la solitude qu’ils apportent. Je ne pense absolument pas que le lecteur soit en voie de disparition. Ce pas d’écart que crée le livre sera toujours nécessaire. » 

« J’ai un tour d’esprit qui fait que plus l’énigme est grande, plus je suis enchanté. Je ne cherche absolument pas à trouver de solutions. » 

[Archive du mois] Claude Simon au Jardin des Plantes

Ce mois-ci, nous partageons avec vous des photos, inédites, prises par Claude Simon, au Jardin des Plantes, à Paris, lieu favori de sa promenade quotidienne.
 

Statue de Henri Bernardin de Saint-Pierre (1737-1814), auteur du roman Paul et Virginie (1788)
qui est le récit d’une idylle exotique (île Maurice) entre deux adolescents. 

Claude Simon est alors en train d’écrire son roman Le Jardin des Plantes (1997)dans lequel cette statue est précisément décrite : voir pages 62 et 63 reproduites.

Le Jardin des Plantes est constitué « des fragments épars d’une vie d’homme » au long du XXème siècleet « aux quatre coins du monde ». Claude Simon opère un montage éblouissant d’audace et de poésiequi est moins une autobiographie que le « portrait d’une mémoire », ainsi qu’il aime le désigner.

Un « Jardin des Plantes » est un jardin d’acclimatation dans lequel voisinent des espèces de provenance très différentes, étrangères les-unes aux autres, et qui cependant forment un ensemble d’invention. Belle métaphore pour la façon dont Claude Simon compose ses romans.

Claude Simon, Le Jardin des Plantes, Minuit, 1997,p.62-63.

Hugo/Butor : Complices

Vidéos des entretiens avec Julius Baltazar, Mathilde Butor Oskeritzian par Mireille Calle-Gruber et de la lecture de Daniel Mesguich

Photographie de Michel Butor par Adèle Godefroy

Julius Baltazar (peintre plasticien): de Hugo à Butor – Avec Mireille Calle-Gruber (université Sorbonne Nouvelle / Thalim)


Mathilde Butor-Oskeritzian: Michel Butor chez Victor Hugo à Hauteville House.


Daniel Mesguich lit l’Anthologie Hugo par Butor aux Editions Buchet-Chastel

Organisation

Henri Scepi (CRP19) et Mireille Calle Gruber (THALIM –UMR CNRS) EA 3423 / CRP 19 – Centre de Recherche sur les Poétiques du XIXe siècle

Présentation

Dans le cadre de l’opération « Le XIXe siècle des écrivains contemporains », le CRP19 en partenariat avec l’UMR Thalim de Paris 3, organise une journée d’études internationale consacrée à Michel Butor lecteur de Victor Hugo. Il s’agira d’aborder les modes originaux et inventifs par lesquels Butor approche l’œuvre de Hugo, l’explore et se l’approprie en en sillonnant les territoires multiples qu’elle offre au regard : horizon poétique, recherches narratives, perspectives dramatiques, réflexion critique, écriture viatique, et création plastique/graphique, sans omettre un souci continu et sans cesse renouvelé pour l’objet Livre et les formes diverses, inouïes et parfois déroutantes que celui-ci peut revêtir.

Au-delà des « effets de lecture » que tout observateur peut relever dans les textes de Butor – des essais de Répertoire à l’anthologie personnelle Hugo publiée en 2016 en passant par la production poétique de l’auteur du Génie du lieu – cette journée d’études se propose de dresser d’abord l’état des lieux de la recherche sur le dialogue que pendant plus d’un demi-siècle Butor a noué et entretenu avec Hugo. Elle s’attachera à dégager les résonances secrètes aussi bien que les rapports plus consciemment élaborés qui se tissent entre deux œuvres littéraires majeures du XIXe siècle et du XXe siècle.

[Archive du mois] Les enfances de Claude Simon

Claude SImon est né le 10 octobre 1913 à Tananarive, à l’occasion de cette date anniversaire, nous vous présentons quelques images inédites de son enfance.

Claude Simon entre ses parents, Tananarive, 14 février 1914
©  Archives Claude Simon, autorisation : Mireille Calle-Gruber

Razaph, la nourrice malgache, avec Claude Simon, Tananarive, 1914
Dans Claude Simon, une vie à écrire – Mireille Calle-Gruber, Seuil 2011
©  Archives Claude Simon, autorisation : Mireille Calle-Gruber

Tananrive, indigènes à la pompe
©  Archives Claude Simon, autorisation : Mireille Calle-Gruber
Carte postale envoyée par Razaph, la nourrice de Claude Simon, à son retour à Tananarive (datée du 17 octobre 1916)
©  Archives Claude Simon, autorisation : Mireille Calle-Gruber

Désormais veuve, Suzanne Simon emmène son fils en voyage pour son instruction. A la Rochelle où ils vont visiter la Tour des Quatre-Sergents, Claude tombe d’un mâchicoulis mal protégé et fait une chute de 20 mètres. Il est hospitalisé plusieurs jours.

Cette carte fut envoyée le 9 août 1921 par Suzanne aux tantes paternelles de Claude à Arbois.

La Rochelle, Tour des Quatre- Sergents, annotée : « meurtrière par où est tombé Claude »
©  Archives Claude Simon, autorisation : Mireille Calle-Gruber

Transcription :
La Rochelle 9 août 1921

Chères Mesdemoiselles,
L’état de notre petit blessé est toujours satisfaisant.
C’est inespéré lorsqu’on songe à ce qui aurait pu être. Je vous envoie la tour d’où il est tombé. Cela vous donnera une idée de sa chute et de l’issue qu’elle aurait dû logiquement avoir ! Tout le monde s’étonne que notre chéri soit sauvé. Quelles heures cruelles et comme le présent paraît beau !

Bien affectueusement à vous
Siuzanne Simon

Votre Faust au Nouveau Théâtre de Montreuil

Du 17 au 19 Novembre 2016 a été créée Votre Faust, une fantaisie variable genre opéra mise en scène par Aliénor Dauchez

Ci-dessous, quelques photos de plateau par Victor Tonelli

photo: Victor Tonelli
VOTRE FAUST musique Henri Pousseur, texte Michel Butor, direction musicale Laurent Cuniot, mise en scene Alienor Dauchez au Nouveau Theatre de Montreuil du 17 au 19 novembre 2016 Avec : Eleonore Briganti, Antoine Sarrazin, Vincent Schmitt, Laetitia Spigarelli, Pierre-Benoist Varoclier Le public est sur scene a l’entracte (Photo by Victor Tonelli)
VOTRE FAUST musique Henri Pousseur, texte Michel Butor, direction musicale Laurent Cuniot, mise en scene Alienor Dauchez au Nouveau Theatre de Montreuil du 17 au 19 novembre 2016 Avec : Eleonore Briganti, Antoine Sarrazin, Vincent Schmitt, Laetitia Spigarelli, Pierre-Benoist Varoclier (Photo by Victor Tonelli)

L’étude par Marion Coste de la mise en scène d’Aliénor Dauchez de Votre Faust d’Henri Pousseur et Michel Butor vient de paraître aux Presses Universitaires de Franche-Comté

[Archives du mois] Jahrbuch der deutschen Schiller-Gesellschaft – Band LXII 2018

Donation des archives de Peter Brugger : Claude Simon im deustschen Literaturarchiv (Claude Simon aux Archives Littéraires d’Allemagne) auprès des Archives Nationales Allemandes de Marbach

Entretien télévisé de Peter Brugger et Claude Simon à Salses (Pyrénées Orientales) du 1er au 5 septembre 1974 et tournage aux Planches près Arbois du court-métrage L’impasse (Die Sackgasse) conçu par Claude Simon à partir de son roman Triptyque.

Le tournage s’est effectué en 2 étapes :
– Du 20 au 24 mai 1975 aux Planches
– Du 2 au 6 juin 1975 dans les studios du Saarländischer Rundfunk à Saarbrücken

La totalité des entretiens est publiée pour la première fois en allemand traduit par Gerda Scheffel dans Jahrbuch der deutschen Schiller-Gesellschaft – Band LXII 2018 aux éditions De Gruyter

Articles de Ulrich Raulff, Mireille Calle-Gruber, Peter Brugger
Entretien Peter Brugger et Claude Simon

Voir des extraits de l’ouvrage
Se procurer l’ouvrage

Voir aussi :

Les Triptyques de Claude Simon ou l’art du montage
paru aux Presses Sorbonne Nouvelle en 2009

Peter Brugger et Claude Simon – Novembre 1974 – Paris – Photo : Georg Bense
Gerda Scheffel et Claude Simon dans les studios du Saarländischer Rundfunk à Saarbrücken – juin 1975 Photo : Georg Bense

Claude Simon sur France Culture

La semaine du 25 février au 1er mars, L’émission de France Culture : La Compagnie des auteurs était consacrée à Claude Simon. Pour débuter cette semaine consacrée à Claude Simon, Prix Nobel de Littérature, Mireille Calle-Gruber, sa biographe, était l’invitée de
Matthieu Garrigou-Lagrange pour parler d’Une vie passée à écrire.

Mireille Calle-Gruber est écrivaine, professeure de littérature et d’esthétique à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3. Elle a notamment consacré à Claude Simon une biographie : Claude Simon : une vie à écrire (Seuil, 2011).  

Claude Simon, chez lui, en 1981• Crédits : Photo by Ulf Andersen/Getty Images – Getty

La vie de Claude Simon, né en 1913, est doublement marquée par le deuil et la guerre – la Première, qui lui fait perdre un père inconnu et dont la trace se retrouvera dans ses romans, mais aussi la Seconde, dont il cherchera à retranscrire l’expérience – en particulier dans La Route des Flandres, comme nous le verrons mercredi avec Dominique Viart. 

Dans cet abîme se réalise néanmoins la rencontre intellectuelle et artistique avec le surréalisme, le temps de la lecture (notamment celle de Proust) et de l’écriture. Claude Simon pratique également la photographie, redoublement dépouillé d’un regard sur le monde qui est présent dans son oeuvre, la peinture, et est influencé par le cinéma. 

Il a reçu en 1985 le Prix Nobel de littérature, récompensant une oeuvre à la forme si particulière, déliée de toute étiquette – malgré sa proximité, au départ, avec le groupe du Nouveau Roman qui naît aux Editions de Minuit. « Une vie à écrire », c’est bien une vie qui refuse toute catégorisation et se réalise pleinement dans l’acte d’écriture. 

A 15h30 : Tiphaine Samoyault, écrivaine, essayiste et co-directrice de la revue « En attendant Nadeau » nous présente la chronique littéraire. 

A 15h55 : le rendez-vous poétique de Jacques Bonnaffé avec cette semaine deux auteurs de la collection « Blanche » de Gallimard – nous commençons avec la lecture de textes d’Etienne Godo. 

MUSIQUE GÉNÉRIQUE : Panama, de The Avener (Capitol) fin : Dwaal, de Holy Stays (Something in Construction)

MUSIQUE CHRONIQUE : Self portrait de Chilly Gonzales (Gentle threat)


Les autres podcasts de le semaine conscrée à Claude Simon

Claude Simon (2/4) : L’univers romanesque de Claude Simon

Claude Simon (3/4) : Le travail de la mémoire

Claude Simon (4/4) : L’arbre de l’écriture (L’Acacia)