[BUTOR] Michel Butor, ou Naître avec l’étranger. Etude en forme d’hommage. Par Mireille Calle-Gruber

Publié le 16 Décembre 2016 sur le site de La Librairie Auguste Blaizot

Il n’y a guère de textes de Michel Butor qui ne soient peu ou prou récits de voyage et cartographie des altérités. Et c’est précisément en touchant les limites du genre romanesque que l’écrivain commence à forger des formes inédites qui lui permettent de recevoir les signes et les inscriptions de l’autre.

Car Michel Butor ne prend pas.

Il ne conquiert pas. N’occupe pas. Ne colonise pas.

Il reçoit.

Il se laisse recevoir. Il se fait réceptacle.

Il sait qu’il lui faut trouver les formes pour que tout soit recevable : l’étrange, le beau le laid, l’illisible l’insupportable, l’or la pacotille. Et tout pêle-mêle.

J’insiste : ce n’est pas l’autre qui devrait être acceptable (sous-entendu : selon mes critères), non. Il convient d’œuvrer pour que tout soit recevable, le plus exorbitant aussi bien.

Il y a dans les ouvrages de Butor une démarche foncièrement philanthropique, inconditionnelle, qu’on aurait tort de réduire à de l’humanisme (celui-ci n’étant pas sans idéologie ni ethnocentricité). Philanthrope, au contraire, son écriture a un amour patient, têtu, immodéré de l’étranger. Elle est travaillée par cette révélation : que le monde composite, recomposé, peut être un monde sinon réconcilié du moins réconciliable. Conciliable. Et que les éléments les plus hétérogènes peuvent habiter la même œuvre et con-figurer un lieu d’intelligence.

Dès lors, le mouvement n’a cessé d’être en expansion. Butor écrit toujours plus à l’étranger : hors de lui-même, et en direction, vers, à l’adresse de l’autre. Il ouvre l’objectif, élargit le compas aux dimensions de la planète. Les géographies actuelles sont certes à l’honneur, qu’il visite et revisite ; mais aussi les distances historiques et anthropologiques où surgissent les fantômes qui permettent de comprendre notre présent. Il le déclare clairement dans un entretien avec André Clavel :

« La difficulté, c’est de trouver le bon fantôme, le bon angle, capable d’éclairer les zones souterraines de la société. Pour cela, j’ai besoin de faire de nombreux détours: comme un chercheur d’or, il me faut tamiser beaucoup de matière avant de découvrir une veine satisfaisante. »

Il faut en revenir au moment décisif où Butor quitte le roman pour faire la place à l’étranger dont la venue déborde les structures convenues. C’est dans son quatrième et dernier roman, Degrés, qu’il met en scène l’échec du récit occidental qui ne parviendra jamais à raconter la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb. Découverte par excellence de l’autre ; et de terra incognita. La pratique du roman s’arrête avec l’inachèvement, et la scène béante sur le récit de l’étranger qu’elle ne peut, littéralement, contenir.

Désormais, il va bricoler des formes inédites capables de faire à l’étranger toute la place. Au prix d’une iconoclastie de l’écriture mise à l’épreuve de l’impossible : je veux dire qui fait l’expérience qu’il n’y a de représentation qu’impossible, de traduction que de l’intraduisible et d’œuvre que par fragments et apories.

Cela va donner des livres de plus en plus étonnants et non-conformes. Après Degrés, publié en 1960, vient Mobile. Etude pour une représentation des Etats-Unis, texte éclaté du récit du rêve américain, texte mosaïque – musaïque – qui mobilise plus d’une muse : et il faut à cet égard entendre « étude » non seulement sur le mode studieux mais aussi dans son sens musical, comme on parle des « études pour piano de Chopin » par exemple. Morceaux, et partitions, écrits en vue d’exercice de doigté, de virtuosité, de recherche jusqu’à ses propres limites. Rétrospectivement, on peut dire que Degrés est le roman en gésine de Mobile ; et que Mobile c’est ce que les codes des genres littéraires ne pourront jamais intégrer. Pour faire à l’autre – l’étranger – toute la place, il faut procéder à la désintégration de nos représentations ethnocentrées du monde. Mobile périme la culture du roman ; il appelle des modèles d’écriture transgenres. Les formes les plus hybridées, les plus chimériques (au sens de corps composite, faite de pièces et morceaux) s’ensuivent et ont pour nom : réseau aérien, intervalle, envois, exprès, transit, matière de rêves, gyroscope, improvisations, et surtout « génie du lieu » dont il élabore le principe dans les années ’50.

C’est avec cette critique littéraire de la géographie que Butor commence la série de cinq livres qui forment les cinq Génie du lieu. Je m’arrêterai sur le premier. Il est suivi de , Boomerang (imprimé en trois couleurs), Transit A Transit B, Gyroscope. Le premier Génie du lieu, de facture classique encore, se présente sous la forme d’une collecte d’essais. D’abord « Quatre villes » réunissant Cordoue, Istanbul, Salonique, Delphes. Puis « En vue de… » qui regroupe Mallia, Mantoue, Ferrare. La troisième section est constituée d’un long récit intitulé « Égypte ».

Tous ces lieux ont suscité un récit autobiographique habité par le voyage et le séjour au loin. Ainsi sa relation à l’Égypte qu’il exprime par une déclaration fervente :

« […] l’ Égypte a été pour moi comme une seconde patrie, et c’est presque une seconde naissance qui a eu lieu pour moi dans ce ventre allongé suçant par sa bouche delta la Méditerranée et ses passages de civilisations, thésaurisant celles-ci et les amalgamant dans sa lente fermentation»

La première découverte de Michel Butor « à l’étranger » trouve sa forme emblématique dans un récit stéréoscopique par lequel l’écrivain se dit re-né grâce à l’étranger qui lui fait comme une chrysalide nouvelle.

La stéréoscopie est la scène du regard retourné sur soi depuis le lointain bout de la lorgnette d’autrui.

Voici l’histoire. Le narrateur Butor se trouve au pied de la montagne de Thèbes en Egypte, dans la nécropole de Deir el-Medineh ; il y rencontre un paysan égyptien qui a fait la traversée sur le même bateau que lui et qui est, à Paris, domestique chez un archéologue. Le texte décrit un homme d’une grande dignité dans les vêtements traditionnels, il a ramené de Paris un stéréoscope avec quelques vues de l’Opéra, l’Arc de triomphe et autres sites historiques. C’est donc par l’émerveillement du regard de l’étranger que Butor et ses amis français invités à voir ces images, redécouvrent et contemplent, « ravis », « étonnés », « comblés » leur propre espace culturel à cet instant dépaysé :

« Nous avons pu contempler […] ces rues qui nous avaient été si familières, mais s’étaient tellement éloignées de nous au cours de notre séjour, les Champs-Élysées et surtout cette place de la Concorde avec l’obélisque au milieu dont nous savions bien autrefois, dont nous avions bien entendu dire qu’il était un obélisque de Louqsor, formule dont nous ne commencions qu’à présent à percevoir le sens et les implications. »

Non seulement c’est l’autre qui fait mon portrait et me rend à moi, mais la porosité des géographies de l’imaginaire permet de passer de l’Égypte à Paris à l’Égypte, de l’antique au contemporain, et de rapprocher la terre des vivants de la terre des morts. « Concorde » est plus que le nom d’un espace urbain : c’est le nom de l’hospitalité des cultures, de leur voisinage pacifié. L’obélisque de Louqsor sur la Place de la Concorde vu depuis Louqsor, prend un double sens : signe de prédation autrefois, signe de compréhension aujourd’hui.

Le « génie du lieu », c’est ce lieu comblé d’autre. Où même et autre s’imbriquent, se « comprennent », à tous les sens. Contraction des lieux et des temps, cette rencontre de l’autre-je advient dans la félicité car c’est pour Butor une expérience – et une promesse – de concorde : « je me sentais extraordinairement heureux parce que, oui, quelque chose du monde s’était dévoilé pour moi, confusément, mais dans une certitude absolue qui ne m’abandonnerait jamais ». Comme chez Proust quant au « temps retrouvé », cette promesse de conciliation chez Butor est indissociable de l’agencement littéraire. Pour Butor, il y a davantage, car la critique littéraire a la capacité de traiter d’autres ouvrages qu’écrits : l’analyse des villes, de leur stratification historique, de l’architecture et des plans d’urbanisme permet également de lire le complexe enchevêtrement des langues et symboles des humains dans leur rapport au monde. Il suffit de trouver le bon angle de vue, le bon fantôme.

Plus que jamais nous avons besoin aujourd’hui, pour retrouver Michel parti au royaume des ombres, des images de Michel qui nous enseignent à regarder avec l’autre à contre-nuit.

Paris, 16 décembre 2016
Mireille Calle-Gruber.

Michel Butor à la Maison de Balzac, Paris, 6 décembre 2014; Dialogue avec Mireille Calle-Gruber

Présentation par Véronique Prest

Photos : Maxime Godard

Partir – 19è Rendez-vous de l’Histoire de Blois

Les éditions des femmes-Antoinette Fouque seront présentes aux

Rendez-vous de l’Histoire à Blois
du jeudi 6 au dimanche 9 octobre, sur le stand n° 64.

Le thème de ces Rendez-vous 2016 est Partir et, à l’occasion d’une « Carte blanche », les éditions vous invitent à une

Table ronde, dimanche 9 octobre, de 15h30 à 17h30
Salle des États-Généraux, Château Royal de Blois

Accueillir l’autre, l’hospitalité charnelle

avec Taslima Nasreen (écrivaine), Inna Shevchenko (mouvement Femen), Mireille Calle-Gruber (universitaire, écrivaine), Élise Boghossian (acupunctrice humanitaire), François Guery (philosophe), Élisabeth Nicoli (collectif Psychanalyse et politique).

La gestation est le paradigme de l’éthique parce qu’elle est accueil, dans le corps d’une femme, d’un corps étranger. C’est l’hospitalité charnelle. C’est dire oui à l’autre qui vient.
Antoinette Fouque

Ecriture V. Exposition en l’honneur d’Anne-Marie Christin

Du 10 décembre 2015 (00:00) au 28 février 2016 (00:00)
Bibliothèque des Grands Moulins
5 rue Thomas Mann
75013 Paris

Organisateurs : Hélène Campaignolle-Catel, Karine Bouchy, Philippe Clerc, Narmine Sadeg

expo_anne_marie_christin-2En lien avec la création du fonds CEEI – Anne-Marie Christin à la bibliothèque des Grands Moulins (Université Paris Diderot), une exposition est présentée à la bibliothèque du 10 décembre 2015 jusqu’au 28 février 2016. Nous souhaitons ainsi rendre hommage à Anne-Marie Christin et à sa contribution intellectuelle dans le développement des théories et des études sur l’écriture et l’image et présenter le Centre d’étude de l’écriture et de l’image, ses activités et son histoire. L’inauguration de l’exposition et du fonds est prévue le jeudi 10 décembre à partir de 18h30, à la fin de la première journée du colloque Écritures V. Cette soirée sera l’occasion de lectures de textes et de projections d’images extraites de l’œuvre d’Anne-Marie Christin.

Partenariat : Université Paris Diderot, Université Paris Sorbonne Nouvelle – Paris 3, CNRS, Thalim
Commissariat : Karine Bouchy, Hélène Campaignolle-Catel, Philippe Clerc, Narmine Sadeg
Graphisme : Marie Ferré avec la collaboration de Simine Célia Nattagh et Philippe Clerc
Réalisation : Bibliothèque des Grands Moulins

Autres manifestations organisées en l’honneur d’Anne-Marie Christin :

Colloque les 10 et 11 décembre 2015
Inauguration du Fonds CEEI – Anne-Marie Christin le 10 décembre 2015

voir le flyer de l’exposition

Écritures migrantes du genre : mettre en œuvre les croisées de la littérature avec les arts visuels et les arts du spectacle

Affiche_Ecritures_migrantes_du_genre_IIdu 9 avril 2015 au 10 avril 2015
organisé par le Centre de Recherche en Etudes Féminines et Genres & Littératures Francophones (CREFEG&LF) – La Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Journées d’études Lieux :
jeudi 9 avril : Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, Maison de la Recherche, 4 rue des Irlandais, Paris 5e vendrdi 10 avril : Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, Campus Censier, salle 224, 13 rue Santeuil, Paris 5e

Organisateurs : Mireille Calle-Gruber, Sarah-Anaïs Crevier Goulet, Xavier Garnier, Christine Lorre-Johnston et Myriam Suchet
UMR 7172 – THALIM (Théorie et histoire des arts et des littératures de la modernité)

Présentation
:

« Ecritures migrantes » est un concept qui est né au Québec dans les années 1980, où il a fait l’objet d’analyses théoriques dans le domaine des lettres et des arts. Ce sont ainsi constitués peu à peu un champ épistémologique singulier, des outils méthodologiques et un corpus diversifié des écritures migrantes. Cet espace de recherche, transversal et pluridisciplinaire (tant historiographique, sociolinguistique et théologique que littéraire, artistique et philosophique), offre la possibilité de reconsidérer à nouveaux frais la question du genre et des différences sexuelles dans des contextes multiculturels et au regard des transferts de formes et d’imaginaires. Plus profondément, il s’agit d’arracher la notion de genre à l’uniformisation de la pensée et à son institutionnalisation…


Filiations et sexualités: nouveaux regards
Modératrice : Mireille Calle-Gruber (Univ. Sorbonne Nouvelle- Paris 3) – Hervé Sanson
« Familles, je vous hais ! ». Rupture et transmission…


Présentation du film Nom à la mer, film de Safaa Fathy
Safaa Fathy, poète et cinéaste (Collège International de Philosophie)


Autour de Nom à la mer, film de Safaa Fathy
Safaa Fathy, poète et cinéaste (Collège International de Philosophie), Mireille Calle-Gruber (Univ. Sorbonne Nouvelle – Paris 3), Maribel Peñalver Vicea (Univ. Alicante), Jonathan Degenève (Univ. Sorbonne Nouvelle – Paris 3)


Ecrire entre deux langues
Présentation par Seza Yilancioglu – Nedim Gürsel « Le soupir du turc assis entre deux chaises »


Hommage à Assia Djebar en Sorbonne le 8 Juin 2015, 14h30 – 18h30

Hommage à Assia Djebar en Sorbonne le 8 Juin 2015, 14h30 – 18h30

Affiche de l’événement
Programme de l’évènement

Organisé par Mireille Calle-Gruber

Lectures de l’oeuvre par Marie-Christine Barrault
Prises de parole de Vigdis Finnbogadottir, Michelle Perrot, Françoise Lionnet, Régine Robin, Wolfgang Asholt, Dominique Combe, Béatrice Didier, Fatima Medjad, Fatima Oussedik, Clarisse Zimra, Adelaïde Rousso entre autres

Assia-Djebar-Irmeli-Jung

Assia Djebar © Irmeli Jung

ProgrammeHommageAssiaDjebar-2ProgrammeHommageAssiaDjebar-3ProgrammeHommageAssiaDjebar-4Vidéo de l’événement