Calendrier des hommages à Michel Butor dans la région niçoise en 2018

Initiée en septembre 2017, l’année d’hommages à Michel Butor dans la région niçoise se poursuit en 2018.
Tandis que le Centre International d’art contemporain de Carros et la Bibliothèque municipale de Nice continuent la présentation de leurs expositions, d’autres manifestations – expositions, conférences, publications- se préparent selon le calendrier ci-dessous.

On retrouvera ces informations sur l’internet, notamment

On peut voir des collaborations entre Butor et les artistes

à la librairie Galerie Laure Matarasso, 46 Boulevard Risso, 06300 Nice

à la galerie Quadrige, 14, rue Pauliani, 06300, Nice

CALENDRIER DES HOMMAGES À MICHEL BUTOR
DANS LA RÉGION NIÇOISE EN 2018


mercredi 17 janvier Bibliothèque Louis Nucéra, Nice, 14 à 16 h. les mercredis de la DAAC, Autour de Michel Butor, public enseignant.


samedi 20 janvier à 11h30 et jusqu’à la fin mars, Galerie Itinéraire, 67 avenue Georges Clemenceau, 06220 Vallauris. En passant par Vallauris avec Michel Butor. Avec Max Charvolen, Jean-Jacques Laurent, Henri Maccheroni, Martin Miguel et Raphaël Monticelli


mercredi 24 janvier à partir de 16 h (lectures vers 19 h), Galerie Depardieu, 6 Rue Dr Jacques Guidoni, 06000, Nice, présentation des ouvrages de Michel Butor publiés aux Cahiers du Museur. Collaborations avec Joël Frémiot, J.J. Laurent, H. Maccheroni, M. Miguel, Fernanda Fedi, Gino Gini, Max Partezana, Patrick Soladie, Marc Benita, R. Monticelli, Alain Freixe, Yves Ughes.


jeudi 15 février et jusqu’au 3 mars, Librairie niçoise, 2, rue Défly, Nice, Michel Butor et Leonardo Rosa.


mardi 6 mars et jusqu’au 21 avril, (heure du vernissage à préciser) Villa Saint Hilaire, Boulevard Antoine Maure, Grasse, Exposition: Le paysage et le territoire chez Michel Butor. Une exploration des livres de Michel Butor présents dans le fonds de la Bibliothèque de Grasse.


samedi 10 mars de 9h30 à 12h30, Villa Saint-Hilaire, Grasse, Atelier d’écriture pour enfants autour de l’exposition sur Michel Butor. Public : 7-12 ans. Sur inscription au 04 97 05 58 53


jeudi 15 mars et jusqu’au 31 mars, Librairie niçoise, Michel Butor et Jean Jacques Laurent.


vendredi 16 mars, encart spécial dans le Patriote Côte d’Azur, dans le cadre du printemps des poètes : Michel Butor, un écrivain populaire? Interventions de Mireille Calle Gruber, Henri Desoubeaux, Jean-Baptiste Sarocchi, Gérald Thupinier, Christian Skimao, Martin Miguel, Michel Ménassé, Adèle Godefroy (sous réserve), Raphaël Monticelli et Martin Winckler.


mercredi 21 mars à 17 heures, Bibliothèque Louis Nucéra, Nice, Michel Butor, un écrivain populaire? Autour de l’encart du Patriote.


samedi 14 avril à 18h – Villa Saint-Hilaire, Grasse, conférence: Butor dans les Alpes, par Henri Desoubeaux, Public : ados-adultes.


jeudi 13 septembre 2018, et pendant le mois de septembre Galerie Quadrige, 14 rue Pauliani, Nice, Michel Butor, photos de Marc Monticelli.


Première semaine de novembre 2018 – BMVR, 2 Place Yves Klein, Nice, Présentation par Mireille Calle-Gruber du Chevalier Morose, récit-scénario écrit par Michel Butor et Mireille Calle-Gruber et du Premier Cahier Butor (éditions Hermann)

Dossier Michel Butor (1926 – 2016) sur Poezibao

Source : poezibao.typepad.com

Poezibao a entrepris en novembre 2016 la publication d’un dossier en hommage à Michel Butor, disparu le 24 Août 2016.
Pour ce dossier (après celui consacré à Yves Bonnefoy), Poezibao a choisi de publier les contributions (douze en tout) une par une, pour donner à chacune toute la visibilité qu’elle mérite. Les contributions ont toutes été publiées sous forme de fichiers PDF, faciles à imprimer ou à enregistrer. Elles sont toute précédées d’une présentation de l’auteur et des liens qu’elle ou il avait avec Michel Butor.
Aujourd’hui, Poezibao remet ce dossier à la Une, et résume ici toutes les contributions.

Première contribution : Mireille Calle-Gruber : Michel Butor ou les énergies du retrait. Faire livre à plusieurs mains.
Lien vers l’article

Deuxième contribution : Henri Desoubeaux et le dictionnaire Butor
Lien vers l’article

Troisième contribution : Christian Skimao, « Un X rassembleur »
Lien vers l’article

Quatrième contribution : Isabelle Roussel-Gillet, « Une dette de liberté envers Michel Butor »
Lien vers l’article

Cinquième contribution : Frédéric-Yves Jeannet, « L’enjeu épistolaire »
Lien vers l’article

Sixième contribution : Adèle Godefroy, « Michel Butor : enseigner à vis(ionn)er juste »
Lien vers l’article

Septième contribution : Miguel Martin, « Une certaine montagne »
Lien vers l’article

Huitième contribution : Marion Coste : « « Votre Faust » de Michel Butor et Henri Pousseur »
Lien vers l’article

Neuvième contribution : Lucien Giraudo, « Mobile, un mode d’emploi »
Lien vers l’article

Dixième contribution : Roger-Michel Allemand, « D’un timbre l’autre »
Lien vers l’article

Onzième contribution : Raphaël Monticelli, « Continuons la route ensemble mon ami », avec un dossier photos
Lien vers l’article

Douzième contribution : Florence Trocmé, « Les Univers Butor »
Lien vers l’article

[BUTOR] Michel Butor, ou Naître avec l’étranger. Etude en forme d’hommage. Par Mireille Calle-Gruber

Publié le 16 Décembre 2016 sur le site de La Librairie Auguste Blaizot

Il n’y a guère de textes de Michel Butor qui ne soient peu ou prou récits de voyage et cartographie des altérités. Et c’est précisément en touchant les limites du genre romanesque que l’écrivain commence à forger des formes inédites qui lui permettent de recevoir les signes et les inscriptions de l’autre.

Car Michel Butor ne prend pas.

Il ne conquiert pas. N’occupe pas. Ne colonise pas.

Il reçoit.

Il se laisse recevoir. Il se fait réceptacle.

Il sait qu’il lui faut trouver les formes pour que tout soit recevable : l’étrange, le beau le laid, l’illisible l’insupportable, l’or la pacotille. Et tout pêle-mêle.

J’insiste : ce n’est pas l’autre qui devrait être acceptable (sous-entendu : selon mes critères), non. Il convient d’œuvrer pour que tout soit recevable, le plus exorbitant aussi bien.

Il y a dans les ouvrages de Butor une démarche foncièrement philanthropique, inconditionnelle, qu’on aurait tort de réduire à de l’humanisme (celui-ci n’étant pas sans idéologie ni ethnocentricité). Philanthrope, au contraire, son écriture a un amour patient, têtu, immodéré de l’étranger. Elle est travaillée par cette révélation : que le monde composite, recomposé, peut être un monde sinon réconcilié du moins réconciliable. Conciliable. Et que les éléments les plus hétérogènes peuvent habiter la même œuvre et con-figurer un lieu d’intelligence.

Dès lors, le mouvement n’a cessé d’être en expansion. Butor écrit toujours plus à l’étranger : hors de lui-même, et en direction, vers, à l’adresse de l’autre. Il ouvre l’objectif, élargit le compas aux dimensions de la planète. Les géographies actuelles sont certes à l’honneur, qu’il visite et revisite ; mais aussi les distances historiques et anthropologiques où surgissent les fantômes qui permettent de comprendre notre présent. Il le déclare clairement dans un entretien avec André Clavel :

« La difficulté, c’est de trouver le bon fantôme, le bon angle, capable d’éclairer les zones souterraines de la société. Pour cela, j’ai besoin de faire de nombreux détours: comme un chercheur d’or, il me faut tamiser beaucoup de matière avant de découvrir une veine satisfaisante. »

Il faut en revenir au moment décisif où Butor quitte le roman pour faire la place à l’étranger dont la venue déborde les structures convenues. C’est dans son quatrième et dernier roman, Degrés, qu’il met en scène l’échec du récit occidental qui ne parviendra jamais à raconter la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb. Découverte par excellence de l’autre ; et de terra incognita. La pratique du roman s’arrête avec l’inachèvement, et la scène béante sur le récit de l’étranger qu’elle ne peut, littéralement, contenir.

Désormais, il va bricoler des formes inédites capables de faire à l’étranger toute la place. Au prix d’une iconoclastie de l’écriture mise à l’épreuve de l’impossible : je veux dire qui fait l’expérience qu’il n’y a de représentation qu’impossible, de traduction que de l’intraduisible et d’œuvre que par fragments et apories.

Cela va donner des livres de plus en plus étonnants et non-conformes. Après Degrés, publié en 1960, vient Mobile. Etude pour une représentation des Etats-Unis, texte éclaté du récit du rêve américain, texte mosaïque – musaïque – qui mobilise plus d’une muse : et il faut à cet égard entendre « étude » non seulement sur le mode studieux mais aussi dans son sens musical, comme on parle des « études pour piano de Chopin » par exemple. Morceaux, et partitions, écrits en vue d’exercice de doigté, de virtuosité, de recherche jusqu’à ses propres limites. Rétrospectivement, on peut dire que Degrés est le roman en gésine de Mobile ; et que Mobile c’est ce que les codes des genres littéraires ne pourront jamais intégrer. Pour faire à l’autre – l’étranger – toute la place, il faut procéder à la désintégration de nos représentations ethnocentrées du monde. Mobile périme la culture du roman ; il appelle des modèles d’écriture transgenres. Les formes les plus hybridées, les plus chimériques (au sens de corps composite, faite de pièces et morceaux) s’ensuivent et ont pour nom : réseau aérien, intervalle, envois, exprès, transit, matière de rêves, gyroscope, improvisations, et surtout « génie du lieu » dont il élabore le principe dans les années ’50.

C’est avec cette critique littéraire de la géographie que Butor commence la série de cinq livres qui forment les cinq Génie du lieu. Je m’arrêterai sur le premier. Il est suivi de , Boomerang (imprimé en trois couleurs), Transit A Transit B, Gyroscope. Le premier Génie du lieu, de facture classique encore, se présente sous la forme d’une collecte d’essais. D’abord « Quatre villes » réunissant Cordoue, Istanbul, Salonique, Delphes. Puis « En vue de… » qui regroupe Mallia, Mantoue, Ferrare. La troisième section est constituée d’un long récit intitulé « Égypte ».

Tous ces lieux ont suscité un récit autobiographique habité par le voyage et le séjour au loin. Ainsi sa relation à l’Égypte qu’il exprime par une déclaration fervente :

« […] l’ Égypte a été pour moi comme une seconde patrie, et c’est presque une seconde naissance qui a eu lieu pour moi dans ce ventre allongé suçant par sa bouche delta la Méditerranée et ses passages de civilisations, thésaurisant celles-ci et les amalgamant dans sa lente fermentation»

La première découverte de Michel Butor « à l’étranger » trouve sa forme emblématique dans un récit stéréoscopique par lequel l’écrivain se dit re-né grâce à l’étranger qui lui fait comme une chrysalide nouvelle.

La stéréoscopie est la scène du regard retourné sur soi depuis le lointain bout de la lorgnette d’autrui.

Voici l’histoire. Le narrateur Butor se trouve au pied de la montagne de Thèbes en Egypte, dans la nécropole de Deir el-Medineh ; il y rencontre un paysan égyptien qui a fait la traversée sur le même bateau que lui et qui est, à Paris, domestique chez un archéologue. Le texte décrit un homme d’une grande dignité dans les vêtements traditionnels, il a ramené de Paris un stéréoscope avec quelques vues de l’Opéra, l’Arc de triomphe et autres sites historiques. C’est donc par l’émerveillement du regard de l’étranger que Butor et ses amis français invités à voir ces images, redécouvrent et contemplent, « ravis », « étonnés », « comblés » leur propre espace culturel à cet instant dépaysé :

« Nous avons pu contempler […] ces rues qui nous avaient été si familières, mais s’étaient tellement éloignées de nous au cours de notre séjour, les Champs-Élysées et surtout cette place de la Concorde avec l’obélisque au milieu dont nous savions bien autrefois, dont nous avions bien entendu dire qu’il était un obélisque de Louqsor, formule dont nous ne commencions qu’à présent à percevoir le sens et les implications. »

Non seulement c’est l’autre qui fait mon portrait et me rend à moi, mais la porosité des géographies de l’imaginaire permet de passer de l’Égypte à Paris à l’Égypte, de l’antique au contemporain, et de rapprocher la terre des vivants de la terre des morts. « Concorde » est plus que le nom d’un espace urbain : c’est le nom de l’hospitalité des cultures, de leur voisinage pacifié. L’obélisque de Louqsor sur la Place de la Concorde vu depuis Louqsor, prend un double sens : signe de prédation autrefois, signe de compréhension aujourd’hui.

Le « génie du lieu », c’est ce lieu comblé d’autre. Où même et autre s’imbriquent, se « comprennent », à tous les sens. Contraction des lieux et des temps, cette rencontre de l’autre-je advient dans la félicité car c’est pour Butor une expérience – et une promesse – de concorde : « je me sentais extraordinairement heureux parce que, oui, quelque chose du monde s’était dévoilé pour moi, confusément, mais dans une certitude absolue qui ne m’abandonnerait jamais ». Comme chez Proust quant au « temps retrouvé », cette promesse de conciliation chez Butor est indissociable de l’agencement littéraire. Pour Butor, il y a davantage, car la critique littéraire a la capacité de traiter d’autres ouvrages qu’écrits : l’analyse des villes, de leur stratification historique, de l’architecture et des plans d’urbanisme permet également de lire le complexe enchevêtrement des langues et symboles des humains dans leur rapport au monde. Il suffit de trouver le bon angle de vue, le bon fantôme.

Plus que jamais nous avons besoin aujourd’hui, pour retrouver Michel parti au royaume des ombres, des images de Michel qui nous enseignent à regarder avec l’autre à contre-nuit.

Paris, 16 décembre 2016
Mireille Calle-Gruber.

Michel Butor à la Maison de Balzac, Paris, 6 décembre 2014; Dialogue avec Mireille Calle-Gruber

Présentation par Véronique Prest

Photos : Maxime Godard