Le Salon des Livres de Caen – Époque

Rencontre autour du livre : Peter Handke : Analyse du temps (à Cerisy)

Salon des livres de Caen – Rencontre autour du livre : Peter Handke : Analyse du temps (à Cerisy)

Le Salon des Livres de Caen – Époque, avait cette année retenu une table ronde consacrée à une publication du Centre Culturel International de Cerisy, les actes du colloque “Peter Handke : analyse du temps“, paru sous la direction de Mireille Calle-Gruber, Ingrid Holtey et Patricia Oster-Stierle, aux Presses Sorbonne Nouvelle (PSN), en octobre 2018.

Répondant à l’invitation, Mireille Calle-Gruber, Olivier Henry assistant à l’édition scientifique et Sophie-Semin Handke, comédienne de théâtre et actrice de cinéma, ont présenté l’ouvrage, dimanche matin 19 mai, à un public très réceptif, réuni dans la Salle des Mariages de l’Hôtel de Ville à L’Abbaye-aux-Hommes. Le livre restitue les grands moments de la semaine de rencontres consacrée à l’œuvre du plus grand écrivain contemporain de langue allemande, et en sa présence qui fut généreuse. La présentation de Caen s’est ouverte sur la très belle profession de foi en la littérature que Peter Handke a écrite à 25 ans et à laquelle il est toujours resté fidèle :

“Parce que j’ai réalisé que j’ai pu moi-même changer grâce à la littérature,
que c’est seulement la littérature qui m’a permis de vivre avec une plus grande conscience,
je suis convaincu aussi de pouvoir changer d’autres gens grâce à ma littérature.”

J’habite une tour d’ivoire, 1967.
Mireille Calle-Gruber et Olivier Henry ont souligné la chance de pouvoir accueillir, dans une somptueuse édition entièrement quadrichrome, les manuscrits, les carnets, les dessins, croquis, photographies d’installations que Peter Handke a généreusement donné à voir dans ce volume de la collection “Archives” – ce qui fait mieux comprendre la genèse et la poétique de l’œuvre.

Ils ont décliné les temporalités auxquelles les écrits de Peter Handke donnent formes et puissance de méditation, qu’il s’agisse des métamorphoses des êtres et des choses, de la beauté du monde dans ses devenirs et ses recommencements, de l’empreinte des émotions et des expériences, du cheminement de l’écriture, du travail dans les langues et la complexité de leurs traductions.

Des lectures de l’œuvre par Sophie Semin-Handke ont rythmé cette rencontre, faisant entendre avec sensibilité la voix singulière de l’écrivain, la rendant extrêmement prégnante dans sa recherche de beauté et de justesse d’écriture.
C’est ainsi que le public a pu apprécier Essai sur le fou de champignons (Gallimard, 2017) en traduction française, ainsi qu’un texte poétique écrit directement en français par Peter Handke, Pourquoi la cuisine ? (Gallimard, 2001) :

“Pendant que nous agonisions
pendant que nous mourrions de froid
pendant que nous écoutions la déclaration de guerre,
le levain se levait,
le coing s’obscurcissait en bouillant et devenait mangeable, même délicieux,
l’épi de maïs trempait dans l’eau salée,
le gâteau séchait,
les figues séchaient,
les abricots séchaient,
les feuilles tombaient,
la neige tombait,
le four chauffait
la cuisine se chauffait… le levain se levait”.

Pourquoi la cuisine ? (Gallimard, 2001)

Lilian Birnbaum Jérôme Panconi

Mireille CALLE-GRUBER, Vice-présidente de l’AAPC

La mort (d’)Agrippine de Cyrano de Bergerac

La mort (d’)Agrippine, seule tragédie écrite par Cyrano de Bergerac est mise en scène par Daniel Mesguich au Théâtre Déjazet jusqu’au 20 avril 2019

En résumé :

La Mort d’Agrippine met en scène une conspiration dirigée contre l’empereur romain Tibère. Si les conspirateurs semblent poursuivre le même objectif, la vengeance, ils sont animés par des destins différents voire opposés.

La Mort d’Agrippine unique tragédie d’Hercule Savinien de Cyrano de Bergerac avait fait scandale, à sa création par son athéisme et son épicurisme. Elle met en scène la liberté de pensée la plus radicale.

La splendeur de cette oeuvre, pratiquement jamais jouée depuis, est aujourd’hui trop méconnue. Dans cette tragédie, tout n’est que feintes, mensonges et dissimulations qui débouchent sur une sanglante mise à mort.

Claude Simon sur France Culture

La semaine du 25 février au 1er mars, L’émission de France Culture : La Compagnie des auteurs était consacrée à Claude Simon. Pour débuter cette semaine consacrée à Claude Simon, Prix Nobel de Littérature, Mireille Calle-Gruber, sa biographe, était l’invitée de
Matthieu Garrigou-Lagrange pour parler d’Une vie passée à écrire.

Mireille Calle-Gruber est écrivaine, professeure de littérature et d’esthétique à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3. Elle a notamment consacré à Claude Simon une biographie : Claude Simon : une vie à écrire (Seuil, 2011).  

Claude Simon, chez lui, en 1981• Crédits : Photo by Ulf Andersen/Getty Images – Getty

La vie de Claude Simon, né en 1913, est doublement marquée par le deuil et la guerre – la Première, qui lui fait perdre un père inconnu et dont la trace se retrouvera dans ses romans, mais aussi la Seconde, dont il cherchera à retranscrire l’expérience – en particulier dans La Route des Flandres, comme nous le verrons mercredi avec Dominique Viart. 

Dans cet abîme se réalise néanmoins la rencontre intellectuelle et artistique avec le surréalisme, le temps de la lecture (notamment celle de Proust) et de l’écriture. Claude Simon pratique également la photographie, redoublement dépouillé d’un regard sur le monde qui est présent dans son oeuvre, la peinture, et est influencé par le cinéma. 

Il a reçu en 1985 le Prix Nobel de littérature, récompensant une oeuvre à la forme si particulière, déliée de toute étiquette – malgré sa proximité, au départ, avec le groupe du Nouveau Roman qui naît aux Editions de Minuit. “Une vie à écrire”, c’est bien une vie qui refuse toute catégorisation et se réalise pleinement dans l’acte d’écriture. 

A 15h30 : Tiphaine Samoyault, écrivaine, essayiste et co-directrice de la revue “En attendant Nadeau” nous présente la chronique littéraire. 

A 15h55 : le rendez-vous poétique de Jacques Bonnaffé avec cette semaine deux auteurs de la collection “Blanche” de Gallimard – nous commençons avec la lecture de textes d’Etienne Godo. 

MUSIQUE GÉNÉRIQUE : Panama, de The Avener (Capitol) fin : Dwaal, de Holy Stays (Something in Construction)

MUSIQUE CHRONIQUE : Self portrait de Chilly Gonzales (Gentle threat)


Les autres podcasts de le semaine conscrée à Claude Simon

Claude Simon (2/4) : L’univers romanesque de Claude Simon

Claude Simon (3/4) : Le travail de la mémoire

Claude Simon (4/4) : L’arbre de l’écriture (L’Acacia)


Colloque de Cerisy – Peter Handke – Analyse du temps – Lectures (.mp3)

Pour le colloque de Cerisy, Peter Handke a fait la démonstration de « l’analyse du temps » en exposant aux climats de juillet, dans son jardin, l’affiche qui reproduisait son portrait, couvert désormais des graffitis aléatoires du temps cosmique.

Manuscrits, commentaires des conservateurs, entretiens, études d’universitaires, lectures de comédiens, approchent à leur tour l’énigmatique plasticité du temps qui façonne son œuvre.

Auteurs (éds.) :
Mireille CALLE-GRUBER, Ingrid GILCHER-HOLTEY, Patricia OSTER-STIERLE
Avec la collaboration d’Olivier Henry

Avec les contributions de :
Ulrich VON BÜLOW, Bernhard FETZ , Raimund FELLINGER, Peter HANDKE
Pierre DESHUSSES, Jonathan LANDGREBE
Katharina LOIX, Antoine JACCOTTET, Alain FRANÇON, Heribert TOMMEK , Wolfgang ASHOLT, Norbert Christian WOLF, Ingrid GILCHER-HOLTEY, Nicole COLIN, Chloé CHAUDET, Henning MARMULLA, Jean-Philippe TOUSSAINT, Ralph ZSCHACHLITZ, Christian LUCKSCHEITER, Karlheinz STIERLE, Patricia OSTER-STIERLE, Clélie MILLNER, Judith SARFATI LANTER, Mireille CALLE-GRUBER, Pascale CASSAGNAU


Vendredi 25 août 2017
Mireille Calle-Gruber souhaite la bienvenue à Peter Handke.
Lectures de textes en prose en allemand et en français en présence de Peter Handke :

André Marcon lit Essai sur le lieu tranquille
Bruno Ganz lit Versuch über den Pilznarren
Sophie Semin lit Essai sur le fou de champignons


Dimanche 27 août 2017
Lectures de textes de prose et de théâtre en allemand et en français en présence de Peter Handke

Bruno Ganz lit Versuch über den Pilznarren
Sophie Semin lit Jusqu’à ce que le jour vous sépare ou une question de lumière
André Marcon lit Voyage au Pays sonore ou l’art de la question

Pages : 384 pages
Date de parution : 2018
Format :
19×23

[PHOTOS] Colloque : Gayatri Chakravorty Spivak dans le siècle. Politiques d’écriture et lecture pour refonder l’imagination critique.

Le mercredi 20 Juin 2018
Reid Hall – Columbia University, Paris

Voir le programme

De gauche à droite : Etienne Balibar, Mireille Calle-Gruber et Gayatri Spivak

Sébastien Velut, Vice-Président des Relations Internationales – La Sorbonne Nouvelle

Philippe Darros, Directeur l’Ecole Doctorale ED120 – Sorbonne Nouvelle

Mireille Calle-Gruber, Co-Directrice du Colloque, Professeur de Littérature et Esthétique – Sorbonne Nouvelle

Au premier plan : Sarah-Anaïs Crevier Goulet, Co-Directrice du Colloque, Sorbonne Nouvelle

Etienne Balibar, Professeur de Philosophie

Etienne Balibar, Professeur de Philosophie

Etienne Balibar, Professeur de Philosophie

Gayatri Spivak et Etienne Balibar

Gayatri Spivak et Etienne Balibar

Gayatri Spivak et Etienne Balibar

Gayatri Spivak et Etienne Balibar

Gayatri Spivak

Gayatri Spivak et Etienne Balibar

Gayatri Spivak et Etienne Balibar

Sarah-Anaïs Crevier Goulet (écharpe jaune) et Lucas Faugère (chemise blanche)

Gayatri Spivak et Etienne Balibar

Gayatri Spivak et Etienne Balibar

Etienne Balibar, Gayatri Spivak et Mireille Calle-Gruber

Etienne Balibar, Gayatri Spivak et Mireille Calle-Gruber

Etienne Balibar, Gayatri Spivak et Mireille Calle-Gruber

de gauche à droite : Christine Lorre, Professeur de Littérature Anglaise – Sorbonne Nouvelle / Mireille Calle-Gruber, Professeur de Littérature et Esthétique – Sorbonne Nouvelle / Claudine Le Blanc, Professeur de Littérature Comparée – Sorbonne Nouvelle

de gauche à droite : Christine Lorre, Professeur de Littérature Anglaise – Sorbonne Nouvelle / Mireille Calle-Gruber, Professeur de Littérature et Esthétique – Sorbonne Nouvelle / Claudine Le Blanc, Professeur de Littérature Comparée – Sorbonne Nouvelle

© Joëlle Theubet, Columbia University – Paris

[PHOTOS] Colloque : Gayatri Chakravorty Spivak dans le siècle. Politiques d’écriture et lecture pour refonder l’imagination critique.

20, 21 et 22 Juin 2018

Voir le programme

© Florelle Isal

Ecrire pour comprendre (à partir des travaux de Jean Ricardou)

Colloque international du 31 juillet au 7 août 2019
sous la direction de Marc Avelot, Mireille Calle-Gruber et Gilles Tronchet

APPEL À CONTRIBUTIONS

Jean Ricardou, Claude Simon, Françoise van Rossum-Guyon, Colloque Nouveau Roman. Hier, aujourd’hui, Cerisy-la-Salle, 20-30 juillet 1971, DR

Contexte du colloque
Trois ans après la disparition de Jean Ricardou, alors que ses archives viennent d’être déposées à l’IMEC (Institut Mémoire de l’Edition Contemporaine) et que plusieurs publications sont engagées pour rendre accessibles ses travaux1, il semble opportun d’organiser un colloque international en 2019, à Cerisy, lieu où il a présenté sa pensée en perpétuel mouvement à l’occasion d’une trentaine de conférences de 1964 à 20152 et où, depuis 1989, il animait le séminaire annuel de textique3. La perspective adoptée par ce « moment Ricardou » est, d’une part d’ouvrir ses travaux à un nombre plus large de lecteurs et de chercheurs, d’autre part de permettre la progression de la discipline qu’il a fondée : la textique.

Jean Ricardou et Claude Simon, Colloque Claude Simon, Cerisy-la-Salle, 1er au 8 juillet 1974, © Jean-Claude Marre

Jean Ricardou et Claude Simon, Colloque Claude Simon, Cerisy-la-Salle, 1er au 8 juillet 1974, © Jean-Claude Marre

Jean Ricardou, Claude Simon, Françoise van Rossum-Guyon, Colloque Nouveau Roman. Hier, aujourd’hui, Cerisy-la-Salle, 20-30 juillet 1971, photo prise le 4 juillet 1974, © : Archives Pontigny-Cerisy.

Un double objectif
Comme peut le suggérer son titre, ce colloque poursuit un double objectif :
– un retour sur le cheminement réalisé durant un demi-siècle par Jean Ricardou (1932-2016) pour se confronter à maints problèmes théoriques et pratiques, dans le domaine de l’écriture et de l’écrit avant tout, mais aussi dans ceux de la didactique et de l’épistémologie, en s’attachant avec constance à élucider les diverses facettes des objets et à produire des concepts, mais aussi à déjouer les pièges que tend l’idéologie, quand ses présupposés entravent la réflexion critique ;
– une enquête sur la méthode mise en œuvre et les outils de pensée mis au point par Jean Ricardou, qui fasse apparaître leur efficacité pour aider à résoudre maints problèmes et pour ouvrir la voie de travaux ultérieurs, en s’appuyant sur les analyses qu’il a produites et en développant l’édifice théorique dont il a jeté les bases.

En somme, il s’agit à la fois, sur des questions ponctuelles aussi bien que sur des thèmes plus vastes, d’observer le travail effectué, en balayant les divers centres d’intérêt qui s’y manifestent, de préciser la démarche suivie, mais aussi de prendre la mesure de sa fertilité pour l’avenir.

 

Trois axes principaux
Sans préjuger d’autres sujets plus particuliers ni d’approches transversales, trois axes principaux s’affirment : la question du récit, en rapport étroit avec les expériences du Nouveau Roman ; les ateliers d’écriture, en lien direct avec une pratique pédagogique ; la textique, en connexion avec les deux précédents axes, nouvelle discipline, développant une théorie unifiante de l’écrit, initiée par Jean Ricardou dans les années 1980 et sur laquelle il a concentré son activité durant trois décennies.

Les synergies entre ces préoccupations déterminantes ont rendu l’approche d’autant plus inventive : Jean Ricardou a sans cesse mené de pair des activités d’écriture, de théorisation et de didactique, avec un constant effort d’ouverture et de généralisation. Celui-ci l’a conduit à s’intéresser notamment aux arts plastiques mais aussi à l’aménagement de l’espace urbain.

Pour faire paraître toute l’ampleur de la besogne accomplie et la faire fructifier en ses possibles prolongements, il est souhaité que les séances du colloque ne se contentent pas d’aborder le domaine de l’écrit au sens restreint, mais ouvrent sur les perspectives de disciplines multiples, avec leurs méthodes propres. C’est pourquoi il importe que les contributions traitent de sujets diversifiés, en montrant les pistes qu’ouvre le travail de Jean Ricardou.

La réflexion pourra se fonder à plus d’un titre sur ses écrits, par exemple analyser certains dispositifs repérables dans ses productions fictionnelles, examiner un essai particulier ou comparer les étapes dans l’élaboration théorique, en étudier la méthode, offrir quelque application des concepts produits, voire forger sur cette base des outils de pensée nouveaux.

En outre, il conviendrait que certaines interventions s’attachent à l’influence qu’ont exercée à différentes périodes les recherches menées par Jean Ricardou, sur les œuvres de certains écrivains ou artistes, sur les études qui les concernent ou, plus largement, sur des productions théoriques.

Au demeurant ces approches n’excluent pas un regard critique sur le travail examiné, conformément au principe de réfutabilité comme à l’effort d’incessante révision, auxquels Jean Ricardou soumettait résolument toute sa démarche.

Au moins deux sortes de présentations paraissent envisageables sachant qu’une large place sera laissée aux débats : des conférences plénières de 40 minutes, portant sur des sujets plutôt généraux ou impliquant une analyse plutôt fouillée ; des interventions de 20 minutes, envisageant un point théorique particulier, une microlecture, analysant un passage ou un bref écrit, ou encore, moins accoutumée, la tentative pour perfectionner les structures d’un objet, selon le principe du RAPT (Récrit Avisé Par la Textique).

Modalités d’organisation
Les propositions doivent être adressées au comité d’organisation avant le 15 juillet 2018 (à Gilles Tronchet <giltr@wanadoo.fr> et à Cerisy <info.cerisy@ccic-cerisy.asso.fr) sous la forme d’un titre assorti d’un résumé d’une demi-page (accompagnés de vos noms, adresses et activités professionnelles). La sélection sera faite pour le 15 octobre 2018.
S’agissant d’un colloque accueilli à Cerisy en résidentiel, il conviendra, si votre proposition est retenue et afin de contribuer pleinement à la réflexion collective, de participer à l’ensemble de la semaine (www.ccic-cerisy.asso.fr). En fonction des soutiens financiers qu’il sera possible d’obtenir, une ou plusieurs journées de votre séjour en Normandie seront prises en charge. En revanche, vous devrez assurer vos déplacements.

1. L’intégrale Jean Ricardou, Tomes I et II ; Présents de Jean Ricardou, actes du Forum d’hommage à Jean Ricardou, organisé le 21 avril 2018, au Collège international de Philosophie, Impressions Nouvelles, 2018.
2. Jean Ricardou, Du Nouveau Roman à la Textique, Pratique, pédagogie et théorie de l’écriture, Hermann, 2018.
3 Voir les six volumes, parus dans la collection TEXTICA, aux Impressions Nouvelles, en 2012, 2017 et 2018.

Voyages, traversées de langue. Fabrique de la littérature avec Pascal Quignard

Colloque International
dimanche 13 mai 2018 / 10h – 17h40
Maison franco-japonaise
3-9-25, Ebisu, Shibuya-ku, Tokyo, 150-0013 Japon

Avec :
Pascal QUIGNARD (écrivain), Mireille CALLE-GRUBER (univ. Paris III), CHIBA Fumio (univ. Waseda), Patrick DE VOS (univ. de Tokyo), HORIE Toshiyuki (écrivain), HORIKIRI Katsuhiro (univ. Keiô-Gijuku), KANJYA Mie (éd. Suisei-sha), KUWADA Kohei (univ. de Tokyo), MURANAKA Yumiko (univ. métropolitaine de Tokyo), OGAWA Midori (univ. de Tsukuba), OOIKE Sôtarô (univ. de Tokyo), Martine SAADA (éd. Grasset)

Modérateurs : Michaël FERRIER (univ. Chûô), HAKATA Kaoru (univ. des langues étrangères de Tokyo)
Organisation : Société japonaise de langue et de littérature françaises (SJLLF), UMIFRE 19 – MFJ
Co-organisation : univ. de Tsukuba
Parrainage : Ambassade de France au Japon/IFJ
Soutien : JSPS Kakenhi Grant Number : 17HP2003.

Télécharger le programme

Rendez-vous le 11 avril sur France Culture

Mercredi 11 avril, Mireille Calle-Gruber participera à l’émission “La Compagnie des auteurs” autour de Marguerite Duras en direct sur France Culture de 15h00 à 16h00

1ère partie : Dominique Noguez, écrivain, auteur notamment de Duras, toujours

2nde partie : Mireille Calle-Gruber, écrivain, professeur de littérature française et esthétique à l’Université Sorbonne-Nouvelle-Paris 3, auteur notamment de Marguerite Duras, la noblesse de la banalité 

Le découpage de la semaine

Lundi 09 avril : Vivre et écrire, avec Sophie Bogaert
Mardi 10 avril : S’embarquer avec Duras, avec Gilles Philippe
Mercredi 11 avril : La folie du voir, avec Dominique Noguez / Mireille Calle-Gruber
Jeudi 12 avril :Que le cinéma aille à sa perte“, avec Jean Cléder/Laure Bergala

> En savoir plus sur l’émission

Le dictionnaire universel des créatrices a son site internet !

Un dictionnaire encyclopédique pionnier qui entend recenser les créatrices connues ou encore méconnues qui, individuellement ou ensemble, ont marqué leur temps et ouvert des voies nouvelles dans un des champs de l’activité humaine.

Son chantier d’étude couvre tous les continents, toutes les époques, tout le répertoire traditionnel des disciplines et il s’étend des sportives aux femmes politiques, en passant par les interprètes, les conteuses, les artisanes, fussent-elles anonymes.

Démarrée en version papier en 2010, cette encyclopédie est ensuite passée en version ebook, et aujourd’hui, elle est entièrement accessible sur ce site internet, et mise à jour régulièrement.

Rendez-vous sur : https://www.dictionnaire-creatrices.com/

Calendrier des hommages à Michel Butor dans la région niçoise en 2018

Initiée en septembre 2017, l’année d’hommages à Michel Butor dans la région niçoise se poursuit en 2018.
Tandis que le Centre International d’art contemporain de Carros et la Bibliothèque municipale de Nice continuent la présentation de leurs expositions, d’autres manifestations – expositions, conférences, publications- se préparent selon le calendrier ci-dessous.

On retrouvera ces informations sur l’internet, notamment

On peut voir des collaborations entre Butor et les artistes

à la librairie Galerie Laure Matarasso, 46 Boulevard Risso, 06300 Nice

à la galerie Quadrige, 14, rue Pauliani, 06300, Nice

CALENDRIER DES HOMMAGES À MICHEL BUTOR
DANS LA RÉGION NIÇOISE EN 2018


mercredi 17 janvier Bibliothèque Louis Nucéra, Nice, 14 à 16 h. les mercredis de la DAAC, Autour de Michel Butor, public enseignant.


samedi 20 janvier à 11h30 et jusqu’à la fin mars, Galerie Itinéraire, 67 avenue Georges Clemenceau, 06220 Vallauris. En passant par Vallauris avec Michel Butor. Avec Max Charvolen, Jean-Jacques Laurent, Henri Maccheroni, Martin Miguel et Raphaël Monticelli


mercredi 24 janvier à partir de 16 h (lectures vers 19 h), Galerie Depardieu, 6 Rue Dr Jacques Guidoni, 06000, Nice, présentation des ouvrages de Michel Butor publiés aux Cahiers du Museur. Collaborations avec Joël Frémiot, J.J. Laurent, H. Maccheroni, M. Miguel, Fernanda Fedi, Gino Gini, Max Partezana, Patrick Soladie, Marc Benita, R. Monticelli, Alain Freixe, Yves Ughes.


jeudi 15 février et jusqu’au 3 mars, Librairie niçoise, 2, rue Défly, Nice, Michel Butor et Leonardo Rosa.


mardi 6 mars et jusqu’au 21 avril, (heure du vernissage à préciser) Villa Saint Hilaire, Boulevard Antoine Maure, Grasse, Exposition: Le paysage et le territoire chez Michel Butor. Une exploration des livres de Michel Butor présents dans le fonds de la Bibliothèque de Grasse.


samedi 10 mars de 9h30 à 12h30, Villa Saint-Hilaire, Grasse, Atelier d’écriture pour enfants autour de l’exposition sur Michel Butor. Public : 7-12 ans. Sur inscription au 04 97 05 58 53


jeudi 15 mars et jusqu’au 31 mars, Librairie niçoise, Michel Butor et Jean Jacques Laurent.


vendredi 16 mars, encart spécial dans le Patriote Côte d’Azur, dans le cadre du printemps des poètes : Michel Butor, un écrivain populaire? Interventions de Mireille Calle Gruber, Henri Desoubeaux, Jean-Baptiste Sarocchi, Gérald Thupinier, Christian Skimao, Martin Miguel, Michel Ménassé, Adèle Godefroy (sous réserve), Raphaël Monticelli et Martin Winckler.


mercredi 21 mars à 17 heures, Bibliothèque Louis Nucéra, Nice, Michel Butor, un écrivain populaire? Autour de l’encart du Patriote.


samedi 14 avril à 18h – Villa Saint-Hilaire, Grasse, conférence: Butor dans les Alpes, par Henri Desoubeaux, Public : ados-adultes.


jeudi 13 septembre 2018, et pendant le mois de septembre Galerie Quadrige, 14 rue Pauliani, Nice, Michel Butor, photos de Marc Monticelli.


Première semaine de novembre 2018 – BMVR, 2 Place Yves Klein, Nice, Présentation par Mireille Calle-Gruber du Chevalier Morose, récit-scénario écrit par Michel Butor et Mireille Calle-Gruber et du Premier Cahier Butor (éditions Hermann)

Lettres d’Amérique de Nathalie Sarraute

Débat du 23 Janvier 2018 à l’Ecole Nationale des Chartes autour de l’édition par Olivier Wagner (prom. 2010) et Carrie Landfried des Lettres d’Amérique, avec Mireille Calle-Gruber, écrivain, professeur de littérature et esthétique à La Sorbonne Nouvelle, dans le cadre du cycle « Les Mardis de l’École des chartes ».

Au début de l’année 1964, Nathalie Sarraute entreprend son premier voyage sur le continent américain. Invitée des universités les plus prestigieuses, elle traverse les États-Unis portée par l’enthousiasme que suscitent dans les campus américains les derniers développements de ce que l’on a appelé le nouveau roman. Séparée de son mari Raymond Sarraute, alors retenu par ses obligations au barreau de Paris, l’auteur lui fait le récit de sa découverte de la stupéfiante modernité comme des terribles contradictions d’un pays qu’ils ne connaissaient pas et dont ils se méfiaient aussi. Aux frontières de la correspondance intime et du récit de voyage, ces lettres disent aussi quelque chose de plus fondamental sur l’univers intérieur d’une des plus grandes romancières et théoriciennes de la littérature récente et il faut se demander si ce n’est pas dans la vivacité de ses observations que naissent ces tropismes qui l’obsédèrent tant. Récemment publiées aux Éditions Gallimard, ces lettres montrent enfin le rôle essentiel des archives d’écrivain dans l’approfondissement et le renouvellement de la lecture de leurs œuvres.

Portrait d’Olivier Wagner © cl. Charles-Éloi Vial

Olivier Wagner
Conservateur au service moderne et contemporain au département des Manuscrits de la BnF

Portrait de Mireille Calle-Gruber par Jérôme Panconi, avec son aimable autorisation

Mireille Calle-Gruber
Écrivain, professeur de littérature et esthétique à La Sorbonne Nouvelle