Claude Simon, l’écrivain artiste

PAR JEAN-CHRISTOPHE CASTELAIN · LE JOURNAL DES ARTS le 13 septembre 2021

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°572 du 3 septembre 2021, avec le titre suivant : Claude Simon, l’écrivain artiste

Les photographies et surtout les assemblages du prix Nobel de littérature participent de la même démarche que ses travaux d’écrivain.

Collioure. Le charmant petit Musée d’art moderne de Collioure poursuit son exploration des artistes régionaux avec l’écrivain Claude Simon (1913-2005). L’inattendu prix Nobel de littérature (1985) a en effet plus que des attaches avec le Roussillon. Dans les années 1930, il réside en alternance entre Paris et Collioure et, après la guerre, il séjourne régulièrement dans son mas viticole de Salses – qui lui procure une certaine aisance financière.

Avant d’être écrivain, Claude Simon voulait être artiste, il a brièvement étudié aux Beaux-Arts et dans l’atelier d’André Lhote. On ne voit cependant aucun de ses tableaux dans l’exposition – ils auraient été détruits à sa demande –, tout au plus a-t-on un aperçu de ses talents de dessinateur avec deux dessins très postérieurs, le représentant à sa table de travail. De sa période de jeunesse, les commissaires, Claire Muchir, directrice des lieux, et Mireille Calle-Gruber, biographe de l’artiste, présentent deux photographies de 1938.


Claude Simon, de l’image à l’écriture

L’œuvre picturale et photographique méconnue de l’écrivain Claude Simon se dévoile à Collioure

Publié Mis à jour Odile Morain sur France Info

Exposition Claude-SIMON au musée d’art moderne de Collioure (Pyrénées-Orientales). Assemblage de papiers découpés et collés sur paravent vers 1956-58 (Richard Meier)

“L’écrivain, c’est celui qui travaille son langage […] le sujet d’un roman, c’est l’écriture”.  C’est ainsi que Claude Simon (1913-2005) exposait avec beaucoup de rigueur sa conception du métier d’écrivain. Prix Nobel de littérature en 1985, le Catalan originaire de Perpignan fut d’abord peintre et photographe avant d’être écrivain. Cet été, le musée d’art moderne de Collioure dans les Pyrénées-Orientales met en lumière ses œuvres, elles n’avaient jamais été exposées. 

Collages et assemblages : Prévert, Rauschenberg, Matisse ou Picasso 

Lorsqu’il n’écrit pas, Claude Simon développe une œuvre plastique d’une rare densité. Entre 1955 et 1965, il réalise de grands assemblages de papiers collés où l’oeil se perd. L’exposition du musée de Collioure dévoile cette oeuvre inédite et la replace dans le contexte plus large de l’histoire du collage. Kurt Schwitters, Robert Rauschenberg, Louise Nevelson, Yvonne Ducuing, Jacques Prévert… autant d’artistes du XXe siècle pour qui le collage fut l’un des modes d’expression privilégiés.

Claude Simon, de l’image à l’écriture

VERNISSAGE DE L’EXPOSITION “Claude Simon, de l’image à l’écriture” au Musée d’Art Moderne de Collioure, 3 juillet 2021.

Discours de Guy LLOBET, Maire de Collioure

Je suis très heureux d’inaugurer cette exposition  Claude Simon,de l’image à l’écriture. D’une part, parce qu’elle est pour moi, en ma qualité de nouveau Maire de Collioure, une première, et j’en suis très honoré ; d’autre part, et vous abonderez j’en suis persuadé, parce que c’est, après la période difficile que nous venons tous de traverser, une joie que la culture, axe fort de notre engagement politique, revienne en force, avec cette magnifique exposition  –   une exposition concernant ce Claude Simon, qui demeure toujours un peu énigmatique, voire secret, mais qui nous encourage, avec élégance à le découvrir, à mieux le connaître pour, dans sa finalité, venir  l’aimer.

Claude Simon, a obtenu dans un premier temps, et cela a été quelque peu occulté, le Prix Medicis pour l’un de ses romans les plus connus: HISTOIRE (1967).

C’est en 1985 que le prix NOBEL de Littérature viendra couronner et rendre justice à une œuvre majeure de la littérature française contemporaine, oeuvre un peu passée sous silence à l’époque car l’ensemble de la presse était alors obnubilée par les têtes de proue médiatiques des écrivains du “Nouveau Roman”, à savoir : Alain  Robbe­Grillet, Nathalie Sarraute et Michel Butor… Mais c’est aussi ce pseudo-silence médiatique qui a fait le Claude Simon quenous connaissons tous aujourd’hui, t la reconnaissance universelle dont bénéficie  désormais l’ensemble de son oeuvre.

Je profiterai de l’occasion qui m’est donnée, et je m’en voudrais de ne pas la saisir, pour remercier notre Conservatrice Claire Muchir et son équipe qui font un travail remarquable, mais aussi celle qui est devenue, par amie interposée…mon amie, Mireille Calle-Gruber qui, outre le fait qu’elle est une grande universitaire reconnue, une romancière, une critique littéraire, une spécialiste de Claude Simon et l’auteur d’une biographie remarquable intitulée Claude Simon, une vie à écrire  –   que j’ai prisbeaucoup de plaisir à lire et qui m’a appris à redécouvrir l’écrivain, le peintre, le photographe, le plasticien mais aussi l’homme qu’il fut tout au long d’une existence très riche en événements – Mireille Calle-Gruber donc qui a accepté par là-même d’être la Commissaire de l’exposition, ce don’t nous ne pouvons que nous féliciter.

Mais c’est aussi ce pseudo-silence médiatique qui a fait le Claude Simonque nous connaissons tous aujourd’hui,  et la reconnaissance universelle dont il bénéficie pour l’ensemble de son œuvre.

En travaillant  pour cette allocution sur Claude Simon, travail qui au fur et à mesure de mes recherches est  devenu presque une passion, je  suis tombé sur le  titre d’un éditorial qui s’intitulait: “Claude Simon: Une contestation du texte par l’image”.

Dès lors, pour avoir visité en « prime time » l’exposition de ce jour, ma curiosité légendaire s’est déclenchée tout d’un coup, donnant plus d’audace à ma réflexion…simplement  pour comprendre ! Tant il est vrai que le rôle de l’image plastique sous toutes ses formes apparaît d’abord comme un stimulus de l’écriture. Comme vous avez pu le constater dans cette magnifique exposition, les images apparaissent comme des générateurs textuels, les descriptions de tableaux s’intégrant parfaitement dans le récit simonien et en constituant des points dynamiques.

On connaît aussi l’importance des cartes postales dans l’économie du roman, Histoire par exemple, ainsi que le rôle des photographies. Mais j’ai bien compris que, pour Claude Simon, on puisse exprimer deux propositions parfaitement contradictoires :

Il est avant tout un homme de l’image, et il est plus que tout un homme de mots “.

Toutes deux sont vraies, tellement l’écrivain transforme la parole afin de  la rendre visuelle, et en ce sens, la signification des mots  tient autant à leur aspect physique qu’aux codes du langage. C’est ce que vous avez pu  découvrir comme moi… mais j’ai encore beaucoup de questions à poser à Mireille!

Claude Simon, il faut le savoir, a  été  photographe  avant d’être écrivain ; mais avec lui, la photographie est un objet mélancolique ;  on le sait, par essence la photographie est mélancolique : “C’est de nous savoir mortels, ô combien, qui nous incite à fixer l’image de l’instant ou nous aurons été”. Et toute photographie rend sensible dans un texte la dimension mélancolique du temps, elle atteste de la vulnérabilité de l’existence, de ce qui a été, dont il reste l’empreinte lumineuse, la trace visible laissée par la chose désormais absente.

La passion de Claude Simon aussi pour le cinéma, nous met sur les traces   des techniques du 7ème art dans ses romans. Alors posez-vous la question, comme je me la suis posée : dans cette exposition, comment  sont  rédigés  les  manuscrits présentés ?  Or, vous l’avez tous constaté , ils sont rédigés  “avec une écriture impulsive, fougueuse, l’encre pâle, transparente d’un brun rouille, presque rose, avec leurs festons irréguliers de jambages, d’entrelacs, de ratures, d’arabesques, les lignes dessinent sur les feuillets jaunis comme de minces bandes de dentelles déchiquetées et fanées…”.

C’est extraordinaire ! C’est ça aussi, Claude Simon

Souvent cependant, à force de cumuler traits et lignes, le dessin devient si complexe qu’il en est indéchiffrable : ni le narrateur, ni le lecteur ne le comprennent plus. C’est ça aussi la complexité de Claude Simon, et c’est aussi son talent.

Mais là où l’histoire prend toute sa grandeur, et c’est ce qui nous intéresse beaucoup, nous Colliourencs, c’est la      place particulière accordée par Claude Simonà Collioure – Collioure qui devient le lieu emblématique de son engagement politique et artistique.

J’ai beaucoup échangé et discuté avec André Salent, historien  catalan  de talent qui a bien connu cette époque et beaucoup publié sur elle. Cette période d’avant et d’après guerre, fut riche en histoire locale. C’est l’époque de gloire des Marceau Banyuls, Paul Combeau, Cyprien Llonsi, Claude Aveline, Paul Colomer ; il y a aussi André Malraux qui séjourne souvent dans le département alors qu’il travaille à la rédaction de L’Espoir.

Pour Claude Simon, c’est tout d’abord dans le quartier du Mouré qu’il commença à peindre. Il se lia d’amitié avec Marc Saint-Saëns et Jean Lurçat, mais aussi avec Louis Montargès,Chef de la cellule communiste de Collioure, et se rendit avec lui à Barcelone en 1936 ; une photographie prise sur la Place de Catalogne de cette ville l’atteste. De 1936 à 1939, il est ainsi un des compagnons de route du Parti Communiste mais réussit à garder une distance critique, comme il le fit aussi vis-à-vis du groupe des surréalistes et vis-à-vis des existentialistes.

Il contribuera à cette époque, avec Joseph FAJAL dont le petit fils Serge, ici présent, est un de mes adjoints, et avec Irénée  Frances et Louis Montargès, à transférer et à acheminer des armes russes qui arrivaient par bateau vers l’Espagne républicaine.

Le Parti Communiste fut dissous en 1939. Claude Simon, mobilisé le 27 août partit sur le Front des Flandres ; Louis Montargès et Irénée Frances continuèrent à militer dans le PC clandestin : ils furent arrêtés à leur domicile et perquisitionnés le 17 novembre 1941, après la signature du pacte germano-soviétique.

Le 9 décembre 1985, lors de la cérémonie de remise du prix Nobel à Stockholm, Claude Simon déclarait dans son discours de remerciements :

“Je suis maintenant un vieil homme et comme beaucoup d’habitants de notre vieille Europe, la première partie de ma vie a été assez mouvementée. J’ai été témoin d’une révolution, j’ai fait la guerre dans des conditions particulièrement meurtrières (j’appartenais à l’un de ces régiments que les états majors sacrifient froidement à l’avance et dont, en 8 jours, il n’est pratiquement rien resté). J’ai été fait prisonnier, j’ai connu la faim, le travail physique jusqu’à l’épuisement, je me suis évadé, j’ai été gravement malade plusieurs fois au bord de la mort violente ou naturelle, j’ai côtoyé les gens les plus divers, aussi bien des prêtres que des incendiaires d’églises, de paisibles bourgeois que des anarchistes, des philosophes que des illettrés, j’ai partagé mon pain avec des truands, enfin j’ai voyagé un peu partout dans le monde … et cependant, je n’ai jamais encore, à 72 ans, découvert aucun sens à tout cela, si ce n’est comme l’a dit, je crois, Barthes après Shakespeare, que << si le monde signifie quelque chose, c’est qu’il ne signifie  rien »  –  sauf  qu’il est”.

Pour conclure, je voudrais encore, Mesdames, Messieurs, vous remercier de votre présence dans ce cadre magnifique et d’avoir partagé et apprécié une exposition hors du commun.

Je vous remercie aussi pour l’intérêt que vous portez à nos manifestations culturelles et à notre musée, pièce maÎtresse de la vie culturelle à Collioure. Soutenons-le et donnons-lui toute l’importance qu’il mérite dans la ville. Nous savons combien la peinture et les arts sont le moteur de notre cohésion sociale.

Je suis heureux de vous informer que nous travaillons, en collaboration avec le Ministère de la Culture et la Direction Régionale des Affaires Culturelles, sur un projet d’extension de ce musée, tout en veillant au maintien de la dimension humaine. Surtout, nous veillons au respect de ce petit bijou architectural et environnemental qu’est la Villa Pams  –  et à son harmonie paysagère chère aux Colliourencs.

Nous comptons insuffler à ces lieux une vie nouvelle  nous permettant, d’une part d’enrichir nos collections, d’autre part d’accueillir des expositions nationales et internationales qui donneront à Collioure, ville des peintres et berceau du fauvisme, sa véritable dimension.

Musée d'Art Moderne de Collioure
Musée d’Art Moderne de Collioure
Villa Pams-Musée d'Art Moderne de Collioure
Exposition Claude Simon, juin-septembre 2021.
Villa Pams-Musée d’Art Moderne de Collioure
Exposition Claude Simon, juin-septembre 2021.

Claude Simon, de l’image à l’écriture

Récit-Récital Boutès ou le désir de se jeter à l’eau

Dans le cadre de l’exposition Claude Simon, de l’image à l’écriture en ce moment au Château Royal de Collioure le samedi 7 août. Un récit-récital “Boutès ou le désir de se jeter à l’eau” par Pascal Quignard, écrivain récitant et Aline Piboule au piano

« Dès la fin du Mycénien la légende courut d’une île mystérieuse sur les rives de laquelle les marins périssaient attirés par le chant des oiseaux. On racontait que les navigateurs qui passaient le long de ces côtes se faisaient emplir leurs oreilles de cire pour ne pas être déroutés et mourir. Même Orphée le Musicien ne voulut rien entendre de ce chant continu.
Ulysse le premier souhaita l’entendre. Il pris la précaution de se faire attacher les pieds et les mains aux mâts de son navire.
Seul Boutès sauta. »

Pascal Quignard

Poème et roman, épopée en digressions, ce chant ininterrompu nous happe, nous déstabilise, nous encourage à faire notre grand saut. Le coeur de tout, c’est le sentiment océanique.

Pascal Quignard entretient, dans sa vie et ses mots un lien tout particulier avec la musique. Rythmes, récits, histoire réelle ou mythologique, son art, ici partiellement décrit, y invite et se reconnaît dans Boutès au son des oeuvres interprétées. La voix de l’auteur nous invite fermement à embrasser néanmoins cette part d’inconnu, à braver les peurs, à faire mourir une part de soi en sortant de sa zone de confort. L’interprétation d’Aline Piboule, elle, porte, développe et enlumine le tout grâce à sa force magique, archaïque qui envoûte.

Aline Piboule, pianiste, Pascal Quignard, lecteur proposent ici un « Récit Récital », qui mêle extraits de Boutès, des traductions d’Apollonios de Rhodes, œuvres musicales du répertoire classique, (Ravel, Chopin, Fauré, Schubert, Messiaen) ainsi qu’une transcription inédite de La Mer de Debussy par Yann Ollivo . Cette invitation au voyage, suivant le parcours initiatique proposé par l’auteur, emmène le public en traversée, bercé ou ébranlé par ce lien ténu entre les mots et les sons

Au programme

Ravel – Les oiseaux tristes – 4’30
Chopin – Prélude n°16 Op 28 – 1’10
Schubert – Sonate D959, 2ème mouvement – 8′
Liszt – Die Loreley – 7′
Fauré – Nocturne 11 OP104 – 4’25
Messiaen – La colombe – 2’20
Decaux – La mer (Extrait des Clairs de lune) – 5’30
Debussy – (transcription de Yann Ollivo) La mer – 24′

Avec le soutien
de Mairie de Collioure, la DRAC Occitanie, et Thalim-Université Sorbonne-Nouvelle

Retour en images


Extrait de la création à la BNF le 3 octobre 2020


Claude Simon, De l’image à l’écriture

Collioure : l’œuvre méconnue de Claude Simon

Paru le 5 juin 2021 sur la Semaine du Roussillon par Sebastià Vilanou i Poncet 

Jean-Pierre Gillery, adjoint au maire de Collioure, et Mireille Calle-Gruber, la commissaire de l’exposition, devant des images découpées sur un paravent de Claude Simon © S.V.

Du 5 juin au 19 septembre 2021, le musée d’art moderne de Collioure propose l’exposition « Claude Simon, assemblages, de l’art à l’écriture ». 

Auteur austère, œuvre difficile. Les préjugés qui entourent Claude Simon ne manquent pas. Encore aujourd’hui, il reste un écrivain méconnu de la littérature française. Présentée à Collioure, lieu emblématique de son engagement artistique et politique, cette exposition dévoile un aspect méconnu de l’œuvre de Claude Simon et éclaire un pan oublié de l’histoire artistique de la petite cité. Originaire de Perpignan, séjournant à Collioure dans les années 30, Claude Simon obtient le prix Nobel de littérature en 1985, consécration ultime pour celui qui se rêve peintre avant de se consacrer à l’écriture. Le Nobel récompense celui « qui, dans ses romans, combine la créativité du poète et du peintre ». C’est dire l’imbrication dans son œuvre du mot et de l’image !

Commissariat : Mireille Calle-Gruber, romancière, critique littéraire et universitairebou

Claude Simon, de l’image à l’écriture

Renaissance d’une Archive inconnue : Les assemblages sur paravents de Claude Simon exposés pour la première fois au Musée d’art moderne de Collioure

CLAUDE SIMON DE L’IMAGE À L’ÉCRITURE

12 JUIN – 19 SEPTEMBRE 2021

COMMISSARIAT :
MIREILLE CALLE-GRUBER
ROMANCIERE, CRITIQUE LITTERAIRE, UNIVERSITAIRE

Auteur austère, œuvre difficile. Les préjugés qui entourent Claude Simon ne manquent pas. Encore aujourd’hui, il reste un écrivain méconnu de la littérature française.
Originaire de Perpignan, séjournant à Collioure dans les années 30, Claude Simon obtient le prix Nobel de littérature en 1985, consécration ultime pour celui qui se rêve peintre avant de se consacrer à l’écriture. Le Nobel récompense celui « qui, dans ses romans, combine la créativité du poète et du peintre ». C’est dire l’imbrication dans son œuvre du mot et de l’image !

Lorsqu’il n’écrit pas, Claude Simon développe une œuvre plastique d’une rare densité. Entre 1955 et 1965, il réalise de grands assemblages de papiers collés où l’œil se perd.

La mémoire visuelle est plus vive que celle des idées

Claude Simon, Correspondances

L’exposition du musée de Collioure dévoile cette œuvre inédite et la replace dans le contexte plus large de l’histoire du collage. Kurt Schwitters, Robert Rauschenberg, Louise Nevelson, Yvonne Ducuing, Jacques Prévert… autant d’artistes qui firent du collage un des modes d’expression privilégiés des avant-gardes du XXème siècle.
Présentée à Collioure, lieu emblématique de son engagement artistique et politique, cette exposition dévoile un aspect méconnu de l’œuvre de Claude Simon et éclaire un pan oublié de l’histoire artistique de la petite cité.

LE PARCOURS

ACCUMULER, ASSEMBLER, COLLER

Accumuler, assembler

Qu’il photographie les graffitis du quartier Saint-Jacques de Perpignan, les bois flottés rejetés par la mer à Canet ou les pêcheurs de Collioure, ses photographies font la part belle à l’accumulation et l’assemblage tout autant qu’à la trace et au trait, prémices de l’écriture.

Assembler, coller

Claude Simon découpe des images puisées dans des revues d’art et d’actualité et les assemble par des procédés divers. Collées, punaisées, ces images forment des grandes compositions foisonnantes où le regard se perd. Son œil aiguisé et sa connaissance de la peinture nourrissent ces grands assemblages où se multiplient les références. Les images « immortelles » de Cézanne, Picasso, Manet… se mêlent à la fugacité des images d’actualité, à la banalité et au commun.

LE TRAVAIL D’ECRITURE

Claude Simon se consacre entièrement à la littérature à partir de La Route des Flandres (1960), transportant dans l’écriture ses expériences et techniques d’artiste.
Fidèle à sa formation de peintre, Simon cherche une forme qui puisse concilier la simultanéité d’une œuvre visuelle avec la linéarité de l’écriture.
Le collage pour ses paravents, le cadrage pour ses photographies, le montage sont des outils que Claude Simon utilise de manière abstraite dans son écriture.
Eminemment malléable, celle-ci est faite de mots récoltés, d’histoires amassées et de souvenirs collectionnés que l’écrivain ne cherche pas à ordonner mais dont il restitue la force foisonnante dans une œuvre dense qui nous entraîne dans le flot des images, à la recherche d’une mémoire.



Contact

CLAIRE MUCHIR
CONSERVATRIE DU PATRIMOINE
DIRECTRICE
MUSEEDECOLLIOURE[a]GMAIL.COM

NADINE SKILBECK
ACCUEIL ET SECRETARIAT
CONTACT[a]MUSEECOLLIOURE.COM

MUSÉE D’ART MODERNE DECOLLIOURE
VILLA PAMS
4 ROUTE DE PORT-VENDRES
66190 COLLIOURE
+33(04) 30 44 05 46

CONTACT[a]MUSEECOLLIOURE.COM
WWW.MUSEECOLLIOURE.COM

Hommage à Bernard Noël

par Mireille Calle-Gruber

Au Rendez-vous des Amis, Bernard Noël a toujours répondu présent, même lorsque sa santé chancelait.

Dans le livre qui porte ce titre et qui réunit des poèmes dédiés, Michel Butor fait ainsi le portrait de Bernard Noël :

Bernard Noël
(Urbain d’Orlhac)

La fleur de l’âge
Comme dans le septième cercle 
de l’Enfer au second giron
s’échappent des arbres humains
sang et paroles à la fois

Ainsi tout au long des parois
du château des livres blessés
perlent des lames et des souffles
venus d’avant les alphabets

Mais des pétales d’inscriptions
s’ouvrant dans les bourgeons poisseux
montent les parfums des rivages
par tant de naufrages rêvés

(Michel Butor, Au Rendez-vous des amis, L’Amourier, 2003)

Dans le dernier entretien public qu’ils eurent, le 17 novembre 2012, à la Médiathèque de Lille, dans le Programme de Citéphilo, Michel Butor et Bernard Noël parlèrent de “L’Utilité poétique”. Cet entretien est publié dans Nord’ n°62, décembre 2013.

À la verve embrassante, pleine de souplesse de Butor, Bernard Noël répond par la force douce d’une parole dont le laconisme offre plus de résistance que tous les discours. Le partage de vues des deux interlocuteurs n’empêche pas la radicalité. Bernard Noël donne ainsi de la poésie  –  en vérité de la littérature  –  une définition fondamentale : “la poésie est ce qu’aucune explication n’épuise, je pense que c’est ça qui la rend intolérable. Intolérable /…/ parce que, si rien ne l’épuise, il n’y a pas moyen de la posséder./…/ On ne peut devenir propriétaire d’un texte, on peut le lire et y prendre plaisir, le partager, mais il renaît, si je puis dire, chaque texte renaît de la lecture qu’on en fait, donc, il est inépuisable.” 

Et Bernard Noël de pointer les persécutions que subissent la poésie et les institutions qui la soutiennent. Et de s’inquiéter, aussi, là où Butor salue la diversité des supports de texte, de l’extériorisation technologique de la littérature et de la lecture, lesquelles passent avant tout par une expérience tout intérieure: “Quand on écrit, quand on peint, quand on s’exprime, on met à l’extérieur de soi ce qui était jusque-là à l’intérieur. Mais s’il n’y a plus que de l’extérieur, qu’est-ce qui va se passer?”

Au contraire, avec Claude Ollier, si réservé si fragile, dont Bernard Noël a toujours soutenu et publié les livres, le laconisme de Bernard était tout d’accueil, d’attention et de respect généreux, laissant la place à l’expression des retraits et pudeur de son interlocuteur. Leur entretien que je sollicitai à La Maison des écrivains, rue de Verneuil, lors des rencontres consacrées à “Claude Ollier Passeur de fables” (11-13 décembre 1997), fut particulièrement émouvant.

Bernard Noël choisit de concentrer le dialogue sur “le travail, cette intimité, impartageable au fond”, et sur comment le lecteur en arrive à partager tout à coup “la bouche de l’écrivain” ; à partager, aussi, l’entièreté de son espace “où il n’y a plus ni dehors ni dedans” (Claude Ollier Passeur de fables, textes réunis et présentés par Mireille Calle-Gruber, jeanmichelplace, 1999,p.238)

Au terme de cette conversation, presque un murmure entre deux amis qui avaient oublié le public, Claude Ollier en vint à confier les considérations les plus intimes qui soient quant à son travail quotidien : “ce sentiment de jouissance extraordinaire d’écrire quelque chose qui est effacé tout de suite. De même que tout geste est effacé tout de suite, le pas dans le sable, la neige, les cailloux…” 

Et je veux citer telle quelle la fin de l’entretien, autant dire le tact du silence de Bernard Noël cueillant la beauté de cet effacement tant poétique qu’ontologique :

CLAUDE OLLIER – /…/ On peut parler de l’impermanent, de l’éphémère, du passage, mais jouir de cette pensée dans sa vie, dans les moindres détails. –  ce n’est certainement pas un aboutissement, mais : c’est une conquête. Et cette conquête abolit bien des tracas du cours du temps.

BERNARD NOEL –  J’ai envie d’arrêter là.

De ces trois amis, Michel Butor, Bernard Noël, Claude Ollier qui furent aussi un peu mes amis, celui qui m’intimidait c’était Bernard : à cause de cette mélancolie intime qui chez lui est la forme d’une exigence et d’une vigilance sans faille.

Lors de notre première rencontre, il m’avait raconté que “Noël” était le nom de famille que l’on donnait autrefois aux enfants trouvés  qui étaient sans-nom.

J’ai toujours pensé que, de la poésie, Bernard Noël, incessamment,  en faisait l’enfant trouvé, ré-engendré, ré-inventé, re-nommé, re-né dans le corps des mots de la langue. Inépuisable à jamais.

Mireille Calle-Gruber

Projection et dialogue : Peter Handke, écrivain de l’épique

Découvrez “Peter Handke – In The Woods, Might Be Late” de Corinna Belz, lors d’une séance exclusive avec la réalisatrice et le metteur en scène Alain Françon, lundi 9 mars, au mk2 Quai de Loire.
Un évènement organisé à l’occasion de la création du spectacle Les Innocents, Moi et l’Inconnue au bord de la route départementale de Peter Handke dans la mise en scène d’Alain Françon à La Colline – théâtre national, Paris


lundi 9 mars à 19h30 – mk2 Quai de Loire
14 quai de Seine, Paris 19e


Vous pourrez assister à la Projection du documentaire Peter Handke – In the Woods, Might Be Late suivie d’un dialogue avec la réalisatrice Corinna Belz, le metteur en scène Alain Françon et l’écrivaine et professeure de littérature Mireille Calle-Gruber


avec Pierre-François Garel, Gilles Privat, Sophie Semin, Dominique Valadié et Laurence Côte, Daniel Dupont, Yannick Gonzalez, Sophie Lacombe, Guillaume Lévêque, Hélène N’Suka, Joseph Rolandez, Sylviane Simonet

Avec cette pièce, l’auteur Prix Nobel de littérature, Peter Handke prolonge sa réflexion sur la force du langage et le lieu comme trace du passé. En s’emparant de ce texte, Alain Françon livre une ode aux bords des routes qui peuvent se révéler comme l’ultime refuge, nécessaire à nos sociétés.

du 3 au 29 mars – Grand Théâtre • création
durée 2h20 – relâche dimanche 8 mars
places de 10 € à 30 €
de 8 € à 15 € avec la carte Colline
représentations en audiodescription dimanche 22 mars et mardi 24 mars

ΑΝΑΓΟΡΕΥΣΗ ΕΠΙΤΙΜΟΥ ΔΙΔΑΚΤΟΡΑ / REMISE DU TITRE DE DOCTEUR HONORIS CAUSA

Mireille Calle-Gruber devant les lavis de Colette Deblé à la Galerie des Editions des Femmes

Ο Τομέας Λογοτεχνίας του Τμήματος Γαλλικής Γλώσσας και Φιλολογίας του Α.Π.Θ., μετά την επιτιμοποίηση των Claude Blum, Michel Butor, Pierre Brunel, Fernando Arrabal, Julia Kristeva, αποφάσισε να απονείμει τον τίτλο του Επίτιμου Διδάκτορα στην κορυφαία ακαδημαϊκό Mireille Calle-Gruber, Ομότιμη Καθηγήτρια Λογοτεχνίας και Αισθητικής της Σορβόννης (La Sorbonne Nouvelle – Paris 3) και του Queen’s University του Καναδά, τιμώντας το σύνολο του έργου της (διδακτικό, ερευνητικό, συγγραφικό), καθώς και την πολύτιμη συμβολή της στη μελέτη και διάδοση της σύγχρονης γαλλικής και γαλλόφωνης λογοτεχνίας.
Ο έπαινος (laudatio) θα εκφωνηθεί από την Επίκουρη Καθηγήτρια του Τμήματος κ. Πολυτίμη Μακροπούλου.

Η τελετή απονομής του τίτλου θα πραγματοποιηθεί την Τετάρτη, 18 Μαρτίου 2020 στην Αίθουσα Τελετών του Παλαιού Κτηρίου της Φιλοσοφικής Σχολής, ώρα 18.30-20.00.

Θα ακολουθήσει δεξίωση στον ίδιο χώρο έως τις 21.00.

Η είσοδος είναι ελεύθερη.

Το οριστικό πρόγραμμα θα ανακοινωθεί εντός των επόμενων ημερών.

Η οργανωτική επιτροπή

  • Πολυτίμη Μακροπούλου, επίκ. καθηγήτρια
  • Χρυσή Καρατσινίδου, αναπλ. καθηγήτρια
  • Ευγενία Γραμματικοπούλου, επίκ. καθηγήτρια

À la suite de la remise du titre de Docteur honoris causa à Claude Blum, Michel Butor, Pierre Brunel, Fernando Arrabal et Julia Kristeva, la Section de Littérature du Département de Langue et de Littérature Françaises de la Faculté des Lettres de l’Université Aristote de Thessalonique a décidé de conférer le titre de Docteur honoris causa à Mme Mireille Calle-Gruber, Professeure émérite de l’Université de La Sorbonne Nouvelle-Paris 3, rendant hommage à l’ampleur et au rayonnement de son œuvre (scientifique, didactique et littéraire) ainsi que pour sa contribution précieuse à l’étude et la diffusion de la littérature française et francophone contemporaine.

La laudatio en son honneur sera prononcée par Mme Polytimi Makropoulou, Professeure Assistante, Directrice de la Section de Littérature Française de notre Département.

La cérémonie de la remise du titre aura lieu le mercredi 18 mars 2020, de 18h30 à 20h00 dans la Salle des Cérémonies du Vieux Bâtiment de la Faculté des Lettres.

Une réception aura lieu dans la même salle jusqu’à 21h00.

Entrée libre.

Le programme définitif de la cérémonie sera annoncé prochainement.

Le comité d’organisation

  • Polytimi Makropoulou, Professeure Assistante
  • Chryssi Karatsinidou, Professeure Associée
  • Eugenia Grammatikopoulou, Professeure Assistante

JULIA KRISTEVA : RÉVOLTE ET RELIANCE / HUMANITÉS, LITTÉRATURE, PSYCHANALYSE

DU MARDI 23 JUIN (19 H) AU DIMANCHE 28 JUIN (14 H) 2020
[ colloque de 5 jours ]

ATTENTION : Les inscriptions à ce colloque ne seront ouvertes qu’à partir du 15 mars prochain.
En attendant, nous vous invitons à consulter la page Inscription sur le site de Cerisy


DIRECTION :

Sarah-Anaïs CREVIER GOULET, Keren MOCK, Nicolas RABAIN, Beatriz SANTOS
Avec la participation de Julia KRISTEVA


ARGUMENT :

Cette rencontre se propose comme une traversée dans l’œuvre protéiforme de Julia Kristeva. Toujours en acte, la pensée qu’elle déploie est à l’écoute des bouleversements de l’histoire, des théories et des disciplines, tout comme des enjeux contemporains et des questions éthiques. Conçue dans les mouvements de révolte et de reliance, elle prend ancrage au cœur même de ce qui relie l’intime et le social-historique : là est la force créative d’une œuvre dont le rayonnement dépasse cultures et disciplines.

L’exigence de la vision humaniste de l’auteure oblige à suivre l’héritage des Lumières : c’est en confrontant les points de vue que, dans le vaste ensemble de leurs enchevêtrements, la complexité se dévoile. De la signifiance au récit intertextuel, de l’inscription inconsciente aux limites de la vie, de la révolte adolescente à la violence des pouvoirs de l’horreur, des portraits littéraires aux expressions esthétiques et artistiques, du besoin de croire à la pulsion de savoir, les trois volets de ce colloque (humanités, littérature, psychanalyse) permettront de considérer à sa juste mesure la singularité du parcours kristévien.

Sans pour autant prétendre à l’exhaustivité, les réflexions éclairées par le débat avec de nombreux penseurs tant français qu’étrangers permettront d’entretenir un dialogue privilégié avec celle qui se définit comme un “monstre de carrefours” et qui est assurément, non seulement une personnalité hors pair, mais aussi l’une des intellectuelles les plus importantes de notre temps.


CONFÉRENCES (suivies de débats) :

Carin FRANZÉN : L’œuvre de Julia Kristeva — un antidote au vide symbolique dans la culture contemporaine
Marian HOBSON : “Le son de cloche” : système / dissémination dans la pensée de Julia Kristeva
Alice JARDINE : At the risk of thinking
* Laurie LAUFER : Souffrir non souffrir : le soleil noir de la mélancolie
Griselda POLLOCK : Rencontre politique, éthique et esthétique entre Julia Kristeva et Marilyn Monroe


COMMUNICATIONS EN DIALOGUE :

Jean-Louis BALDACCI & Françoise COBLENCE : Reliance et sublimation dans l’esthétique et dans la clinique
Laurent DANON-BOILEAU : Exil, mélancolie, sublimation & Gilbert DIATKINE : Interprétation et traduction
Dominique DUCARD : Le milieu interne du langage & Marie-Christine LALA : Les mutations de la sémiotique entre langue, sujet et discours
* Ellen MORTENSEN : L’écriture de la chair. Julia Kristeva sur Colette et l’alphabet nouveau de sens & Cecilia SJÖHOLM : Kristeva, Arendt et la vie du sujet
Karine ROUQUET-BRUTIN : Julia Kristeva et la question du matricide de la langue natale & David UHRIG : Le “pathos” du Neutre


TABLES RONDES (suivies de débats) :

* Éthique et médecine, avec Jean-Claude AMEISENEivind ENGEBRETSEN et Charles GARDOU
Perspectives contemporaines sur la chora, avec Sarah-Anaïs CREVIER GOULETMiglena NIKOLCHINA et Audrey RICHARD-BURTEY
* Les territoires de la fiction, avec Marilia AISENSTEINPierre-Louis FORT et Keren MOCK
* Adolescence et révolte, avec Samuel DOCKBrigitte MOÏSE DURAND et Nicolas RABAIN
* Portraits littéraires, avec Éric MARTYJean-François RABAIN et Dominique RABATÉ


AUTRE SÉQUENCE :

* Entretien avec Philippe SOLLERS


CONCLUSIONS :

* Rapport d’étonnement de doctorants, animé par Nicolas AUDE
* Discussion avec Julia KRISTEVA


SOIRÉES :

* Lectures, par Charlotte CASIRAGHI, Sihem HABCHI & Teodor KOTOV
* Écrivains : témoignage et écriture, avec Michal BEN-NAFTALIPhilippe FOREST et Tiphaine SAMOYAULT
* Julia KRISTEVA : Avons-nous besoin de croire ?, entretien avec Martin LEGROS accompagné au saxophone par Raphaël IMBERT

“HORS LES MURS” — À COUTANCES :
* Stabat Mater, concert organisé par Jean-François DÉTRÉE, avec Pauline JAMBET (récitante), Françoise MASSET (voix) et Pascale ROUET (orgue)

MORPHOGENÈSE : DONNER LIEU AU PATRIMOINE ORIGINAIRE AVEC ARNO STERN ET PASCAL QUIGNARD

DU VENDREDI 10 JUILLET (19 H) AU VENDREDI 17 JUILLET (14 H) 2020
[ colloque de 7 jours ]

ATTENTION : Les inscriptions à ce colloque ne seront ouvertes qu’à partir du 15 mars prochain.
En attendant, nous vous invitons à consulter la page Inscription de Cerisy.


DIRECTION :

Mireille CALLE-GRUBER, Anaïs FRANTZ, Pascal QUIGNARD
Avec la participation d’Arno STERN


ARGUMENT :

L’originaire fait signe — il fait signe dans les découvertes scientifiques, dans l’art, dans les rêves, dans la langue littéraire, dans l’amour, dans le jeu des enfants, dans la vie sauvage. Mais comment accueillir ces signes — ces traces — dont la manifestation précède le logos (le langage de la raison) et les sciences régies par le logos ?

Ce qui se donne à penser, avec les travaux d’Arno Stern et de Pascal Quignard, ce sont autant les conditions d’expression de l'”Homo vulcanus” (Stern) dont, sans répit, Quignard guette l’éruption dans les images et les textes qu’il collecte, que celles de la réception des traces de l’ancienne “vie aquatique” (Quignard) dont l’atelier de peinture créé par Arno Stern à Paris au lendemain de la Seconde Guerre mondiale reconstitue l’état de plénitude. C’est, dans toute son amplitude, la question de la morphogenèse envisagée sous l’angle de la sémiologie (Stern) ou du rêve (Quignard).

À partir des œuvres d’Arno Stern et de Pascal Quignard, de l’exposé de leurs singularités respectives et de leur rencontre, le Centre culturel international de Cerisy se propose d’être le lieu d’une méditation transdisciplinaire, à l’intersection de la paléontologie, de l’embryologie, de la psychanalyse, des sciences du langage, de la danse, de la peinture, de la littérature, autour des conditions d’accueil et d’expression du patrimoine originaire.


COMMUNICATIONS (suivies de débats) :

* Jean-Claude AMEISEN : Morphogenèse et sculpture du vivant
* Emmanuel ANATI : La décodification de l’art préhistorique et l’origine de l’écriture
Amélie BALAZUT : Du secret des images endogènes : retour aux sources animales de l’esthétique
Joël BALAZUT : L’ordre symbolique et son envers
* Mireille CALLE-GRUBER : Le corps archaïque. Urszenen de Pascal Quignard
* Catherine DOLTO : Dans l’infime de l’intime, surgissement du Sujet dans la vie prénatale
François FARGES : Scènes de la vie fœtale
Nicole FARGES : À l’origine, la nuit fœtale
Anaïs FRANTZ : “Et ce n’est pas de l’art…”
Stefano GENETTI : Autour d’un ballet imaginaire des origines
* Eberhard GRUBER : De la morphogenèse à partir de l’informe
Geneviève HAAG : La morphogenèse au croisement du jaillissement et des rebonds de la rencontre
Dimitrios KRANIOTIS : Jerome Andrews : la danse profonde, la joie d’être en mouvement
* Marie-Christine LALA : Aux tréfonds de l’être inexprimer l’exprimable encore
* Chantal LAPEYRE : Le Mur de Planck
* Éric MARTY : Le Travesti
Marie MOREL : L’œuvre censurée de Marie Morel
Victor PITRON : Bases cognitives de la perception corporelle
* Pascal QUIGNARD : Morphée
Hugo RUDY : À la recherche de l’universalité psychique : Georges Devereux et l’approche ethnopsychiatrique
Arno STERN : Le Tracé révélateur d’une mémoire archaïque

Hugo/Butor : Complices

Vidéos des entretiens avec Julius Baltazar, Mathilde Butor Oskeritzian par Mireille Calle-Gruber et de la lecture de Daniel Mesguich

Photographie de Michel Butor par Adèle Godefroy

Julius Baltazar (peintre plasticien): de Hugo à Butor – Avec Mireille Calle-Gruber (université Sorbonne Nouvelle / Thalim)


Mathilde Butor-Oskeritzian: Michel Butor chez Victor Hugo à Hauteville House.


Daniel Mesguich lit l’Anthologie Hugo par Butor aux Editions Buchet-Chastel

Organisation

Henri Scepi (CRP19) et Mireille Calle Gruber (THALIM –UMR CNRS) EA 3423 / CRP 19 – Centre de Recherche sur les Poétiques du XIXe siècle

Présentation

Dans le cadre de l’opération « Le XIXe siècle des écrivains contemporains », le CRP19 en partenariat avec l’UMR Thalim de Paris 3, organise une journée d’études internationale consacrée à Michel Butor lecteur de Victor Hugo. Il s’agira d’aborder les modes originaux et inventifs par lesquels Butor approche l’œuvre de Hugo, l’explore et se l’approprie en en sillonnant les territoires multiples qu’elle offre au regard : horizon poétique, recherches narratives, perspectives dramatiques, réflexion critique, écriture viatique, et création plastique/graphique, sans omettre un souci continu et sans cesse renouvelé pour l’objet Livre et les formes diverses, inouïes et parfois déroutantes que celui-ci peut revêtir.

Au-delà des « effets de lecture » que tout observateur peut relever dans les textes de Butor – des essais de Répertoire à l’anthologie personnelle Hugo publiée en 2016 en passant par la production poétique de l’auteur du Génie du lieu – cette journée d’études se propose de dresser d’abord l’état des lieux de la recherche sur le dialogue que pendant plus d’un demi-siècle Butor a noué et entretenu avec Hugo. Elle s’attachera à dégager les résonances secrètes aussi bien que les rapports plus consciemment élaborés qui se tissent entre deux œuvres littéraires majeures du XIXe siècle et du XXe siècle.

PRÉSENTATION du PARCOURS GENRES, FÉMINITÉS ET MASCULINITÉS DANS LE MONDE

Le parcours transversal « Genres, féminités et masculinités » dispensé à l’Inalco sur 4 semestres un enseignement thématique sur la construction, la normalisation et la transmission des féminités et masculinités dans le monde.

Il se propose de donner à réfléchir au principe de « valence différentielle des sexes » (F. Héritier-Augé), défini comme une hiérarchisation entre genres et qui se fait aux dépens des femmes dans toutes les civilisations du monde, afin de mieux le déconstruire. L’extrême diversité du féminin et du masculin, la construction des genres, ainsi que la limite de la binarité du genre seront étudiées dans des domaines aussi variés que l’éducation, la reproduction, la religion, la langue et la sexualité, allant jusqu’aux récentes revendications LGBT-queer. Les moyens d’expression ou de revendication tels que la littérature, le cinéma et les mouvements civils feront l’objet d’une analyse particulière qui puise directement dans les sociétés étudiées (Bulgarie, Chine, France, Inde, Indonésie, Japon, monde africain, monde arabe, monde juif, Russie, Sibérie, Tibet, Vietnam).

Aucun prérequis de langue n’est exigé.


L’INALCO
65 rue des Grands Moulins
75214 Paris Cedex 13
+33 (0)1 81 70 10 14
http://www.inalco.fr/

Le Salon des Livres de Caen – Époque

Rencontre autour du livre : Peter Handke : Analyse du temps (à Cerisy)

Salon des livres de Caen – Rencontre autour du livre : Peter Handke : Analyse du temps (à Cerisy)

Le Salon des Livres de Caen – Époque, avait cette année retenu une table ronde consacrée à une publication du Centre Culturel International de Cerisy, les actes du colloque “Peter Handke : analyse du temps“, paru sous la direction de Mireille Calle-Gruber, Ingrid Holtey et Patricia Oster-Stierle, aux Presses Sorbonne Nouvelle (PSN), en octobre 2018.

Répondant à l’invitation, Mireille Calle-Gruber, Olivier Henry assistant à l’édition scientifique et Sophie-Semin Handke, comédienne de théâtre et actrice de cinéma, ont présenté l’ouvrage, dimanche matin 19 mai, à un public très réceptif, réuni dans la Salle des Mariages de l’Hôtel de Ville à L’Abbaye-aux-Hommes. Le livre restitue les grands moments de la semaine de rencontres consacrée à l’œuvre du plus grand écrivain contemporain de langue allemande, et en sa présence qui fut généreuse. La présentation de Caen s’est ouverte sur la très belle profession de foi en la littérature que Peter Handke a écrite à 25 ans et à laquelle il est toujours resté fidèle :

“Parce que j’ai réalisé que j’ai pu moi-même changer grâce à la littérature,
que c’est seulement la littérature qui m’a permis de vivre avec une plus grande conscience,
je suis convaincu aussi de pouvoir changer d’autres gens grâce à ma littérature.”

J’habite une tour d’ivoire, 1967.
Mireille Calle-Gruber et Olivier Henry ont souligné la chance de pouvoir accueillir, dans une somptueuse édition entièrement quadrichrome, les manuscrits, les carnets, les dessins, croquis, photographies d’installations que Peter Handke a généreusement donné à voir dans ce volume de la collection “Archives” – ce qui fait mieux comprendre la genèse et la poétique de l’œuvre.

Ils ont décliné les temporalités auxquelles les écrits de Peter Handke donnent formes et puissance de méditation, qu’il s’agisse des métamorphoses des êtres et des choses, de la beauté du monde dans ses devenirs et ses recommencements, de l’empreinte des émotions et des expériences, du cheminement de l’écriture, du travail dans les langues et la complexité de leurs traductions.

Des lectures de l’œuvre par Sophie Semin-Handke ont rythmé cette rencontre, faisant entendre avec sensibilité la voix singulière de l’écrivain, la rendant extrêmement prégnante dans sa recherche de beauté et de justesse d’écriture.
C’est ainsi que le public a pu apprécier Essai sur le fou de champignons (Gallimard, 2017) en traduction française, ainsi qu’un texte poétique écrit directement en français par Peter Handke, Pourquoi la cuisine ? (Gallimard, 2001) :

“Pendant que nous agonisions
pendant que nous mourrions de froid
pendant que nous écoutions la déclaration de guerre,
le levain se levait,
le coing s’obscurcissait en bouillant et devenait mangeable, même délicieux,
l’épi de maïs trempait dans l’eau salée,
le gâteau séchait,
les figues séchaient,
les abricots séchaient,
les feuilles tombaient,
la neige tombait,
le four chauffait
la cuisine se chauffait… le levain se levait”.

Pourquoi la cuisine ? (Gallimard, 2001)

Lilian Birnbaum Jérôme Panconi

Mireille CALLE-GRUBER, Vice-présidente de l’AAPC