50 ans des Editions des Femmes et Femmage à Antoinette Fouque

Samedi 9 mars 2024 13h30 à 22h
Campus des Cordeliers 15, rue de l’École-de-Médecine 75006 Paris
 
Nous sommes heureuses de vous inviter à fêter avec nous le cinquantenaire des éditions et de la librairie des femmes et à rendre femmage à Antoinette Fouque, à l’occasion des 10 ans de sa disparition.

Au programme

13H30 : ACCUEIL DU PUBLIC DANS LE CLOÎTRE DES CORDELIERS
Exposition sur 50 ans d’engagements pour les femmes et de créations

AMPHITHÉÂTRE FARABEUF (rez-de-chaussée) : 14h-19h15

14h : OUVERTURE

14h30–15h45 : table ronde  « S’ENGAGER »

15h45–16h : lectures de textes par des comédien·ne·s de La Bibliothèque des voix et diffusion de messages

16h00–17h15 : table ronde « CRÉER » 

17h15–17h45 : Lectures de textes par des comédien·ne·s de La Bibliothèque des voix et d’autrices ; messages vidéo  

17h45–19h : table ronde « PENSER »

19h–19h15 : Lectures de textes par des comédien·ne·s de La Bibliothèque des voix et messages vidéo 


SALLE MARIE CURIE (rez-de-chaussée) : tout l’après-midi
Projection de films et de vidéo d’archives en continu


19h15–20h30 : PAUSE VITAMINÉE


RÉFECTOIRE DES CORDELIERS : 20h30–22h30
SOIRÉE DE GALA pleine de surprises…


La maison d’édition des femmes est née du MLF que j’ai toujours envisagé comme un mouvement de civilisation, social et culturel, politique et symbolique. Je voulais tracer des voies positives, donner lieu au non lieu, à l’éveil, à la naissance, au développement de la culture des femmes. Il nous a fallu ouvrir des territoires de paroles et de pensée, où mener l’investigation et la création. A.F., 2004

Table “Créer” avec Catherine Lopes-Curval,  Julia Pietri, Agnès Rosentiehl, Mireille Calle-Gruber, Colette Deblé, Béatrice Didier, Jocelyne Sauvard, Danielle Michel-Chich, Elvire Duvelle-Charles, Sarah Constantin. Texte de Chantal Chawaf.  Message vidéo de Conceiçao Evarjsto.
Mireille CALLE-GRUBER, invitée à la Table “CREER”, présentait  Le Dictionnaire universel des Créatrices : Quarante siècles de création  des femmes  à travers le monde dans tous les domaines.

Réinventer les alphabets : Rencontre avec Mireille Calle-Gruber

Les Editions HD ont le plaisir de vous convier à une rencontre amicale à l’occasion de la parution du livre « Réinventer les alphabets Claude Simon – Gastone Novelli », composé par Mireille Calle-Gruber.

Jeudi 29 février 2024, de 18h à 21h à la Galerie Wagner (Paris 6)

Mireille Calle-Gruber vous accueillera avec Ivan Novelli, fils de l’artiste, fondateur-président de Archivio Gastone Novelli, Rome. La comédienne Marie Vialle lira quelques pages du Jardin des Plantes de Claude Simon consacrées à Novelli

Coordonnées de la Galerie

19 rue des Grands Augustins
75006 – Paris

Métro Odéon – ligne 4 et 10
Saint Michel – RER B et RER C 
Saint Michel – Bus 38 
Odéon – Bus 27, 47, 58, 70, 87

Réinventer les Alphabets
Claude Simon / Gastone Novelli
Auteur : Mireille Calle-Gruber
Format : 18 cm
130 pages
Editions HD
20€

Retours sur le vernisssage de l’exposition Claude Simon sur la route des Flandres, peintre et écrivain à La Piscine à Roubaix

Vernissage de l’exposition, discours de Bruno Gaudichon, conservateur du Musée de La Piscine de Roubaix, Le 13 octobre 2023. © Gérard Roubichou
© Les Amis du Musée La Piscine de Roubaix
DR
© Alain Leprince
© Alain Leprince
© Alain Leprince
© Alain Leprince

Retours sur l’exposition Claude Simon sur la route des Flandres, peintre et écrivain à la Villa Marguerite Yourcenar à Saint-Jans-Cappel

Vernissage de l’exposition le 8 octobre 2023 à la Villa Marguerite Yourcenar

Ivan Novelli, Mireille Calle-Gruber et Marianne Petit à la Villa Marguerite Yourcenar lors de l’exposition “Sur la route des Flandres, Claude Simon peintre et écrivain” – © Dominique Falandry
© Cédric Arnould
© Cédric Arnould
© Cédric Arnould

Expositions “Sur la route des Flandres” de Claude Simon à La Piscine, Villa Yourcenar et le Château Coquelle

Claude Simon (1913 – 2005)

Prix Nobel de Littérature 1985, Claude Simon est l’un des plus grands écrivains du xxe siècle. On ignore cependant qu’il fut d’abord peintre, travaillant tout ensemble dessin, peinture, photographie, papiers découpés, collages, alors qu’il commence à écrire des romans. 

La Route des Flandres, roman publié en 1960 est son premier chef d’oeuvre : ce récit du désastre vécu en mai 1940 – rare survivant de son escadron, il est prisonnier en Allemagne –, présente une composition de la matière verbale par tableaux détachés et réglages harmoniques inspirée des arts de l’image. 

Claude Simon écrivain demeure peintre dans l’âme, il revendique sa façon sensorielle et expérimentale d’approcher toute chose. 

Pour la première fois, cette création polytechnicienne s’expose dans trois espaces complémentaires. La Piscine à Roubaix, La Villa Yourcenar à Saint Jans-Cappel, Le Château Coquelle à Dunkerque invitent à un trajet en Flandre pour découvrir l’OEuvre totale de Claude Simon. De nouvelles clefs de lecture. 

Détails des événements

Claude Simon, Portrait d’Yvonne au fond gris vert, huile sur toile, 1947.

Du 7 octobre 2023 au 7 janvier 2024
La Piscine de Roubaix

Ouverture : le 7 octobre

Vernissage : 13 octobre 2023, à partir de 18 h 

Lecture : 14 octobre 2023, à partir de 16 h par le comédien Jacques Bonnaffé de la nouvelle de Claude Simon Le Cheval (1958), éditions du Chemin de fer, 2015. 

Conférence : 21 novembre 2023 à 14h 

Université La Sorbonne Nouvelle, Paris, « Claude Simon sur la route des Flandres », Présentation par Mireille Calle-Gruber, Pauline Dubouclez, Paul Leroux, Marianne Petit, dans la série des conférences « université des cultures ». 


Prisonnier au stalag, Mühlberg/Elbe, mai 1940.

Du 8 octobre au 17 décembre 2023 
La Villa Marguerite Yourcenar

Rencontre : 6 octobre 2023 
Librairie Michèle Ignazi, 15-17 rue de Jouy, Paris 4e Rencontre « Claude Simon et Gastone Novelli » avec Ivan Novelli et Mireille Calle-Gruber, et les éditeurs de Trente-trois morceaux, Vincent Weber et Paul Ruellan. 

Vernissage : Le 8 octobre 2023
Conférence de Mireille Calle-Gruber : « La Route des Flandres : de la biographie à la fiction », à 16 h 30
Lecture par Jacques Bonnaffé de la nouvelle Le Cheval, éditions du Chemin de fer, 2015 


Papiers découpés sur paravent, 1958-1962, Claude Simon

du 6 octobre au 16 décembre 2023 
Le château Coquelle

Vernissage : le 8 octobre 2023

Lecture : 18 novembre 2023, à 16 h au LAAC, Lieu d’Art et d’Action Contemporaine
Lecture par Jacques Bonnaffé de la nouvelle Le Cheval, éditions du Chemin de fer, 2015. 

Dans le cadre de « Récits sans frontières », Festival intercommunal des arts du récit, au Lieu d’Art et d’Action Contemporaine (LAAC) 

Ouverture et Compte rendu par Mireille Calle-Gruber : Pascal Quignard et Mireille Calle-Gruber invitent à une Rencontre autour de Morphogenèse. L’origine ne cesse pas

En Sorbonne, le 30 mai 2023, s’est tenue, à l’invitation de Pascal Quignard et de Mireille Calle-Gruber co-directeurs, la présentation du livre Morphogenèse. L’origine ne cesse pas,

paru aux éditions Hermann dans la collection « Colloques de Cerisy ». 

En Sorbonne, le 30 mai 2023, s’est tenue, à l’invitation de Pascal Quignard et de Mireille Calle-Gruber co-directeurs, la présentation du livre Morphogenèse. L’origine ne cesse pas,
paru aux éditions Hermann dans la collection « Colloques de Cerisy ». 

Après l’Ouverture exposant les circonstances exceptionnelles de l’ouvrage réalisé, c’est un public faisant salle comble qui a accueilli, fasciné et ému, le programme de projections dont la singularité, loin des sentiers et discours rebattus, touchait, sous divers points de vue, au plus intime, aux angles vifs aux angles morts, du vivant.   

Ouverture par Mireille Calle-Gruber

Vous accueillir est une joie d’autant plus aiguë qu’elle a été plus d’une fois différée, et que nous  avons, de par les circonstances de la pandémie, opéré une déprogrammation non programmée de notre Colloque de Cerisy sur Morphogenèse. Prévu à l’été 2020, il fut reporté en 2021, puis en 2021 annulé.

Pris à revers, nous avons fait à l’envers : rêvé le colloque, rêvé et spéculé sa forme-livre ; avec les énergies des intervenants qui avaient accepté notre invitation est venu l’acte d’écrire ce qui n’avait pas été entendu : ni parlé ni convenu. N’avait pas fait « nous ». Ecrire non pas des actes de colloque comme d’habitude, donc, mais pour chacun un écrire inaugural solitaire. Et enfin, qui n’est pas la fin, qui donne suite, cette rencontre.

Presque tous les auteurs sont présents : Amélie Bonnet, Joël Balazut, Catherine Dolto, Nicole et François Farges, Stefano Genetti, Eberhard Gruber, Marie-Christine Lala, Chantal Lapeyre, Marie Morel.  Emmanuel Anati vous salue depuis Israël, Dimitrios Kraniotis depuis la Grèce. Et Arno Stern que sa santé fragilise se tient éloigné. 

Rencontre d’après-le-livre, rencontre-délivre, rencontre post scriptum  –  non pas dans les somptueux espaces du Château et du Parc de Cerisy, –  où vous aurez selon les programmes à votre disposition  bien d’autres occasions de vous rendre, et je souhaite la bienvenue au Président de l’Association des Amis Pontigny-Cerisy Jean-Louis BANCEL qui nous fait l’amitié de sa présence et qui dira les mots de conclusion – , pas à Cerisy donc, mais dans ce sanctuaire des lettres qui tient morts et vivants à l’étude, qui fut d’abord un Collège, fondé par Robert de Sorbon en 1275, dont Pascal Quignard, familier de ces lieux, rappelait naguère qu’à l’époque, le roi Saint-Louis « avait donné un sou à chaque lettré pour qu’il se vête et qu’il mange ». 

Lorsque nous avons reçu, Pascal et moi, les ouvrages que nous avions laissé pousser chacun son rythme, sa croissance imprévisible, ses raisons ses imaginaires, nous n’avons pas élagué, pas formaté : nous avons accueilli les fortes crues, les développements ramifiés, les rejetons courts et drus, foison d’images et pas d’image.

      Tout était trésor. 

      Tout était génial : c’est-à-dire surgissement natif.

« Morphogenèse », qui désigne au sens strict en français, l’ensemble des transformations de l’embryon pour acquérir sa forme humaine,  « Morphogenèse » prenait une extension infinie dans le champ de la création au regard de tout œuvre : paléontologie, haptonomie, linguistique, peinture, danse, littérature, psychologie, psychanalyse, philosophie, pédagogie : tout était dans une dissemblance prolifique.

Au Jardin des Plantes voisin, les jardiniers ces temps-ci montrent comment on fait une haie en plessis. Les branches d’arbrisseaux sont ployées les unes avec les autres pour composer entre elles la forme aléatoire d’un lacis orienté, tout en continuant, chacune, sa poussée propre, sa morphose, de façon débridée, unique, généreuse.

Des textes et des images reçus nous avons fait un plessis. Notre livre est une haie vive. Vive : grâce à la générosité des éditions Hermann. Philippe Fauvernier, que je remercie de partager notre rencontre, n’a jamais compté les images, ni les reproductions en quadrichromie, ni la difficulté d’une élégante mise en pages  –  tout cela sans quoi il n’y aurait pas eu de morphogenèse du livre.

Ce livre est un assemblage de trésors sans pareil   –   trésors dont le chaos c’est-à-dire l’ouvert tenacement maintenu donne raison à l’ « inattendu attendu » (l’expression de Bach pour désigner la forme de la fugue) qui l’informe, où chaque croisée est révélatrice de formes en gestation. Rebonds, mouvements, étoilements comme autant d’enseignements.

L’effort de persuasion n’abolit pas la puissance de dispersion.
L’émotion va plus vite que la pensée. Le style la grave dans la lenteur.
L’écrit dépose, l’image saisit, les corps impriment.
Il y a une exactitude de l’émotion dessinante et dansante.
Il y a un alphabet des choses aimées dont chaque domaine d’étude explore le mystère des métamorphoses.

C’est à l’aune de ces signes que le passage de témoin, d’expérience en expérience, de page en page, élabore, dans Morphogenèse. L’origine ne cesse pas, une scrutation païenne, aurorale, méditative, de la vie et de la mort.

Le tumulus d’Aineia conservé au Musée archéologique de Thessalonique, qui nous est cher à tous deux, nous l’avons voulu en couverture. Cette tombe d’une enfant, Pascal Quignard l’a célébrée en hommage à Sainte Eulalie, dont le prénom eu-lalia en grec ancien signifie « Belle parole »,  et en hommage à la littérature française qui naquit en 881 avec la Cantilène de Sainte Eulalie, son chant funèbre, premier texte traduit en langue romane.

Nous avons choisi l’image d’Aineia pour la douceur avec laquelle les couleurs unissent vie et mort dans cette minuscule chambre funéraire ornée comme une chambre d’enfant.

Pour le colloque rêvé, il y aurait eu des images qui bougent : films, vidéos, performances, récit-récital. Ce sont quelques-unes de ces projections que nous vous proposons de visionner. 

Présentation Projections

Pascal Quignard présente :

  • Miquel Barcelo dans son atelier réinscrivant  le grand-duc de la grotte Chauvet ;
  • Stephane Batut filme Les funérailles chamaniques d’une jeune femme au Tibet ;
  • Extrait de La rive dans le noir, Performance de ténèbres par Pascal Quignard et Marie vialle : Ba Yo le corbeau joue avec Pascal Quignard.

François Farges,
obstétricien, échographiste, présente deux « Scènes de la vie fœtale » :

  • Fœtus évanescent ;
  • Fœtus des jumeaux.

Mireille Calle-Gruber présente :

  • Extraits de Triptyque avec Claude Simon : lieux et paroles d’écrivain, filmé par Peter Brugger et Georg Bense pour la Télévision allemande, Saarbrücken, 1974 ; 
  • Robert Cahen, Corps flottants, œuvre vidéo d’après le roman-haïku de Sôseki, Oreiller d’herbes, conception sonore de Michel Chion, 1997.

Laurent Derobert,
mathématicien, artiste, auteur de Mathématiques existentielles 

  • Film vidéo, Les pas de danse dans la nuit, avec Marie-Agnès Gilot, danseuse étoile de l’Opéra de Paris, Pascal Quignard, Laurent Derobert.

Stefano Genetti, Università di Verona, présente :

  • Extrait du Récit-récital de Pascal Quignard, Ballet de l’origine de la langue et de la littérature françaises, Fonderia Teatro Aperto, Verona, 2016.

Marie Morel, peintre, présente :

  • Montage d’extraits de son film autobiographique autofictionné, mettant en scène la genèse de l’oeuvre : L’atelier de Marie Morel (2021).

Le témoignage de Jean-Louis Bancel, consigné dans ses Miscellanées, ci-dessous avec son autorisation, est la meilleure conclusion que l’on puisse apporter à ce compte-rendu.


Mireille Calle-Gruber raconte Claude Simon. Lectures : Daniel Mesguich

Rendez-vous le 4 avril 2023 à 20h00

à la Librairie Compagnie

Alors que La route des Flandres paraît en 1960, Claude Simon met au point, dès l’année suivante, le scénario de son grand roman choral. Ce texte, d’une écriture somptueuse et d’une précision incroyable, publié ici pour la première fois, donne littéralement à voir le film qu’imaginait l’écrivain.

Mireille Calle-Gruber est écrivain et Professeur de littérature et esthétique à La Sorbonne Nouvelle. Elle est l’auteure d’une trentaine de livres dont la Biographie de Claude Simon, Prix Nobel de littérature en 1985 : Claude Simon, une vie à écrire, Seuil, 2011 et Claude Simon : être peintre, Hermann, 2021.

Venez découvrir Scénario de La route des Flandres publié aux Éditions Chemin de fer.

Photographies © Jérôme Panconi Droits réservés

Katia Kameli – Hier revient et je l’entends

Exposition du 19 jan­vier au 16 avril 2023
Une expo­si­tion à Bétonsalon et à l’ICI – Institut des Cultures d’Islam,

Commissariat : Émilie Renard pour Bétonsalon et Bérénice Saliou pour l’ICI

Images de Katia Kameli, Louiza Ammi et Marc Riboud © ADAGP, Paris, 2023

L’expo­si­tion à Bétonsalon s’orga­nise autour du Roman algé­rien ; elle prend appui sur le film d’Assia Djebar La Nouba des femmes du mont Chenoua, pre­mier film algé­rien réa­lisé par une femme. L’exposition prolonge le geste de celle qui revient sur les traces des femmes résis­tan­tes pen­dant la guerre de l’indé­pen­dance dans la ville et les mon­ta­gnes de Cherchell. His­toi­res inti­mes et col­lec­ti­ves émergent des violences du passé colo­nial.

Le titre de l’expo­si­tion, « Hier revient et je l’entends », est emprunté à  Femmes d’Alger dans leur appar­te­ment, recueil de nouvelles d’Assia Djebar (des Femmes, 1980).

1980 – Reportage dans les Aures, oasis près de Biskra. Photo prise par Malek Alloula.

L’agenda en détails

Mercredi 18 jan­vier

Ouvertures des expo­si­tions
de 16h à 19h à Bétonsalon et
de 18h à 21h à l’Institut des Cultures d’Islam, Paris

Vendredi 20 jan­vier, de 19h à 20h20

Visite avec Katia Kameli et Bérénice Saliou à l’ICI Léon

Samedi 28 jan­­vier, de 14h30 à 17h30

Taxi TRAM en par­te­na­riat avec l’ICI, sur ins­­crip­­tion : taxi­­tram@­­tram-idf.fr
Avec Katia Kameli, Emilie Renard et Florence Marqueyrol

Samedi 25 février, de 17h à 19h

Rencontre autour de l’écriture ciné­ma­to­gra­phi­que d’Assia Djebar
avec Marie Kondrat, cher­cheuse en lit­té­ra­ture com­pa­rée et ensei­gnante à l’Université de Genève et Akila Kizzi, ensei­gnante cher­cheuse en études de genre à l’Université Paris 8

Samedi 11 mars, de 18h à 20h

La Nouba des femmes du mont Chenoua d’Assia Djebar, 1977
Projection suivie d’une dis­cus­sion avec Katia Kameli et Ahmed Bedjaoui, pro­duc­teur du film

Samedi 25 mars, de 17h à 19h

Rencontre avec Sawsan Noweir, actrice de La Nouba, et Mireille Calle-Gruber, pro­fes­seur de lit­té­ra­ture et esthé­ti­que à La Sorbonne Nouvelle, auteur de l’ouvrage Assia Djebar, le manus­crit ina­chevé (2021)

Jeudi 13 avril, de 18h à 20h

Conférences de Nabil Djedouani, réa­li­sa­teur, acteur et cher­cheur, fon­da­teur des
Archives Numériques du Cinéma Algérien, et de Natasha Marie Llorens, écrivain, com­mis­saire d’expo­si­tion indé­pen­dante et pro­fes­seur de théo­rie de l’art à l’Institut royal d’art de Stockholm

Samedi 15 avril, de 17h à 18h

Discussion avec Katia Kameli, Bérénice Saliou et Émilie Renard


Retrouvez plus d’informations autour d’Assia Djebar

Un après-midi à Bordeaux avec Pascal Quignard

Dans le cadre d'”Un Après-midi à Bordeaux :
« À quoi sert d’écrire ? À ne pas vivre mort. »
rencontre avec Pascal Quignard.
Organisé par Jean-Michel Devésa et la librairie Mollat à la Station Ausone.
Avec Dolorès Lyotard, “Vol de nuit”, Frédérique Toudoire-Surlapierre, “Quignardises”, Bénédicte Gorrillot,

« Pascal Quignard : lire-traduire-écrire en Gréco-latin », Dominique Rabaté,

« Un irrésistible élan d’émancipation », Mireille Calle-Gruber,

“Pascal Quignard : L’incatalogable écriture du sentiment océanique”

Dans le cadre d'”Un Après-midi à Bordeaux : « À quoi sert d’écrire ? À ne pas vivre mort. » rencontre musicale avec Pascal Quignard. Animation par Jean-Michel Devésa.


Songs Songeries d’un midi d’été

Signature à Lucinges (Haute-Savoie)
au Manoir ds Livres fondé par Michel Butor
du Livre d’artiste

Martine Jaquemet & Mireille Calle-Gruber
Songs Songeries d’un midi d’été

Peint à Lucinges, Ecrit à Paris, Mars 2022
Petite Maison de papier l’E.C.L.A.
6 originaux


Extrait

                           Dans le vallon
                           de figuiers d’oléandres
                           rien ne dort tout palpite
                           terre mémoire

Tournent dans la tête les sentiers de frontière
Au bord de la futaie les ombres immobiles
lacérées de rayons comme lames à blanc
destinent à la nuit leurs passages feutrés

                           Pigmentation
                           la couleur sans objet
                           sidéral subjectile
                           voit l’invisible

iris vairs turquoise vert outre mer vert d’eau verdeur vert de gris verveine
thé vert théorbe et chalemie

                           Elle écoute Lachrimae Caravaggio
                           Jordi Savall sa viole
                           Tristes Invocantis
                           hommage à l’inventeur
                           du souffre sur l’obscur

Rêve de l’Oxalis
Nous étions trois et nous découvrions que nous avions fait exactement le même rêve. En face, il y avait des échafaudages contre un mur de forteresse en restauration. Quelqu’un, un homme, la nuit, avait sauté ? était tombé ? s’était suicidé ? avait été précipité ? Il devait être mort. Moi je me suis levée pour aller chercher sous les échafaudages les oxalis qui poussaient là où il était tombé.


Retour sur la cérémonie de remise du titre de Docteur Honoris Causa à Mireille Calle-Gruber par l’Université Aristote de Thessalonique

Mercredi 11 mai 2022,
Le Recteur de l’Université Aristote de Thessalonique, Professeur M. Nikolaos Papaïoannou
et la Présidente du Département de Langue et de Littérature Françaises, Professeure Mme Maria Litsardaki ont eu l’honneur de remettre le titre de Docteur Honoris Causa à la Professeure Émérite de Littérature Française et d’Esthétique de l’Université de la Sorbonne Nouvelle-Paris 3

Cérémonie de remise du titre de Docteur Honoris Causa à Mireille Calle-Gruber


Ce mercredi 11 mai à 17h30 (heure française), la cérémonie sera diffusée en direct, pour y assister, il vous suffit de suivre le lien suivant : https://www.frl.auth.gr/index.php/el/


Le Recteur de l’Université Aristote de Thessalonique,
Professeur M. Nikolaos Papaïoannou
et la Présidente du Département de Langue et de Littérature Françaises,
Professeure Mme Maria Litsardaki

ont l’honneur de vous inviter
à la cérémonie de la remise du titre de Docteur Honoris Causa
à la Professeure Émérite de Littérature Française et d’Esthétique
de l’Université de la Sorbonne Nouvelle-Paris 3

Mme Mireille Calle-Gruber

qui aura lieu le mercredi, 11 mai 2022, à 18h30 (17h30 heure française),
dans la Salle des Cérémonies du Vieux Bâtiment de La Faculté des Lettres.
L’éloge de la personnalité honorée sera prononcé par la Professeure Assistante du Département de Langue et de Littérature Françaises Mme Polytimi Makropoulou

Après la remise du titre,
la personnalité honorée prononcera un discours intitulé :
Célébrer le don

Le Recteur
Professeur M. Nikolaos Papaïoannou

La Présidente Professeur
Professeure Mme Maria Litsardaki


Mireille Calle-Gruber est Professeure Émérite de Littérature Française et d’Esthétique de l’Université Queen’s University du Canada et de l’Université de La Sorbonne Nouvelle – Paris 3. Son oeuvre témoigne de la profonde réflexion critique qu’offre l’étude de la littérature dans son rapport avec la langue, la philosophie, les arts et plus précisément avec les divers mouvements du 20ième siècle et, par prédilection, le Nouveau Roman et l’oeuvre de Michel Butor dont elle a dirigé l’édition des Œuvres complètes. Mireille Calle-Gruber a déployé sa remarquable activité d’écriture et de recherche, en se penchant sur l’oeuvre de grands auteurs comme, entre autres, le nobéliste Claude Simon, Assia Djebar, Pascal Quignard, Jacques Derrida, Peter Handke, Marguerite Duras, Hélène Cixous, Nelly Kaplan, Claude Ollier. Elle est l’auteure d’un grand nombre d’ouvrages et d’articles dans des revues scientifiques et des volumes collectifs, dont elle a souvent dirigé l’édition. Il s’agit d’une personnalité polyvalente dont l’oeuvre scientifique, littéraire et académique est caractérisée d’une ampleur et d’un rayonnement international.


Ce mercredi 11 mai à 17h30 (heure française), la cérémonie sera diffusée en direct, pour y assister, il vous suffit de suivre le lien suivant : https://www.frl.auth.gr/index.php/el/