ΑΝΑΓΟΡΕΥΣΗ ΕΠΙΤΙΜΟΥ ΔΙΔΑΚΤΟΡΑ / REMISE DU TITRE DE DOCTEUR HONORIS CAUSA

Mireille Calle-Gruber devant les lavis de Colette Deblé à la Galerie des Editions des Femmes

Ο Τομέας Λογοτεχνίας του Τμήματος Γαλλικής Γλώσσας και Φιλολογίας του Α.Π.Θ., μετά την επιτιμοποίηση των Claude Blum, Michel Butor, Pierre Brunel, Fernando Arrabal, Julia Kristeva, αποφάσισε να απονείμει τον τίτλο του Επίτιμου Διδάκτορα στην κορυφαία ακαδημαϊκό Mireille Calle-Gruber, Ομότιμη Καθηγήτρια Λογοτεχνίας και Αισθητικής της Σορβόννης (La Sorbonne Nouvelle – Paris 3) και του Queen’s University του Καναδά, τιμώντας το σύνολο του έργου της (διδακτικό, ερευνητικό, συγγραφικό), καθώς και την πολύτιμη συμβολή της στη μελέτη και διάδοση της σύγχρονης γαλλικής και γαλλόφωνης λογοτεχνίας.
Ο έπαινος (laudatio) θα εκφωνηθεί από την Επίκουρη Καθηγήτρια του Τμήματος κ. Πολυτίμη Μακροπούλου.

Η τελετή απονομής του τίτλου θα πραγματοποιηθεί την Τετάρτη, 18 Μαρτίου 2020 στην Αίθουσα Τελετών του Παλαιού Κτηρίου της Φιλοσοφικής Σχολής, ώρα 18.30-20.00.

Θα ακολουθήσει δεξίωση στον ίδιο χώρο έως τις 21.00.

Η είσοδος είναι ελεύθερη.

Το οριστικό πρόγραμμα θα ανακοινωθεί εντός των επόμενων ημερών.

Η οργανωτική επιτροπή

  • Πολυτίμη Μακροπούλου, επίκ. καθηγήτρια
  • Χρυσή Καρατσινίδου, αναπλ. καθηγήτρια
  • Ευγενία Γραμματικοπούλου, επίκ. καθηγήτρια

À la suite de la remise du titre de Docteur honoris causa à Claude Blum, Michel Butor, Pierre Brunel, Fernando Arrabal et Julia Kristeva, la Section de Littérature du Département de Langue et de Littérature Françaises de la Faculté des Lettres de l’Université Aristote de Thessalonique a décidé de conférer le titre de Docteur honoris causa à Mme Mireille Calle-Gruber, Professeure émérite de l’Université de La Sorbonne Nouvelle-Paris 3, rendant hommage à l’ampleur et au rayonnement de son œuvre (scientifique, didactique et littéraire) ainsi que pour sa contribution précieuse à l’étude et la diffusion de la littérature française et francophone contemporaine.

La laudatio en son honneur sera prononcée par Mme Polytimi Makropoulou, Professeure Assistante, Directrice de la Section de Littérature Française de notre Département.

La cérémonie de la remise du titre aura lieu le mercredi 18 mars 2020, de 18h30 à 20h00 dans la Salle des Cérémonies du Vieux Bâtiment de la Faculté des Lettres.

Une réception aura lieu dans la même salle jusqu’à 21h00.

Entrée libre.

Le programme définitif de la cérémonie sera annoncé prochainement.

Le comité d’organisation

  • Polytimi Makropoulou, Professeure Assistante
  • Chryssi Karatsinidou, Professeure Associée
  • Eugenia Grammatikopoulou, Professeure Assistante

[A paraître] : Sur le geste de l’abandon – Pascal Quignard, Mireille Calle-Gruber

« Sur la couverture du livre que vous tenez entre vos mains, ce n’est déjà plus le geste de l’abandon d’Ariane, ce sont les immenses ailes noires d’Hypnos qui déploient un tout nouveau monde obscur où elles entraînent l’abandonnée »

Pascal Quignard, Images pour écrire

À l’occasion de la donation de ses archives à la BnF, Pascal Quignard a confié à son amie Mireille Calle-Gruber le soin de composer, d’images et de mots, les illuminations mystérieuses qui emportent son oeuvre sur le geste de l’abandon. 

Et c’est tout l’univers de l’écrivain qui nous rêve.

A paraître le 8 avril aux Editions Hermann

JULIA KRISTEVA : RÉVOLTE ET RELIANCE / HUMANITÉS, LITTÉRATURE, PSYCHANALYSE

DU MARDI 23 JUIN (19 H) AU DIMANCHE 28 JUIN (14 H) 2020
[ colloque de 5 jours ]

ATTENTION : Les inscriptions à ce colloque ne seront ouvertes qu’à partir du 15 mars prochain.
En attendant, nous vous invitons à consulter la page Inscription sur le site de Cerisy


DIRECTION :

Sarah-Anaïs CREVIER GOULET, Keren MOCK, Nicolas RABAIN, Beatriz SANTOS
Avec la participation de Julia KRISTEVA


ARGUMENT :

Cette rencontre se propose comme une traversée dans l’œuvre protéiforme de Julia Kristeva. Toujours en acte, la pensée qu’elle déploie est à l’écoute des bouleversements de l’histoire, des théories et des disciplines, tout comme des enjeux contemporains et des questions éthiques. Conçue dans les mouvements de révolte et de reliance, elle prend ancrage au cœur même de ce qui relie l’intime et le social-historique : là est la force créative d’une œuvre dont le rayonnement dépasse cultures et disciplines.

L’exigence de la vision humaniste de l’auteure oblige à suivre l’héritage des Lumières : c’est en confrontant les points de vue que, dans le vaste ensemble de leurs enchevêtrements, la complexité se dévoile. De la signifiance au récit intertextuel, de l’inscription inconsciente aux limites de la vie, de la révolte adolescente à la violence des pouvoirs de l’horreur, des portraits littéraires aux expressions esthétiques et artistiques, du besoin de croire à la pulsion de savoir, les trois volets de ce colloque (humanités, littérature, psychanalyse) permettront de considérer à sa juste mesure la singularité du parcours kristévien.

Sans pour autant prétendre à l’exhaustivité, les réflexions éclairées par le débat avec de nombreux penseurs tant français qu’étrangers permettront d’entretenir un dialogue privilégié avec celle qui se définit comme un « monstre de carrefours » et qui est assurément, non seulement une personnalité hors pair, mais aussi l’une des intellectuelles les plus importantes de notre temps.


CONFÉRENCES (suivies de débats) :

Carin FRANZÉN : L’œuvre de Julia Kristeva — un antidote au vide symbolique dans la culture contemporaine
Marian HOBSON : « Le son de cloche » : système / dissémination dans la pensée de Julia Kristeva
Alice JARDINE : At the risk of thinking
* Laurie LAUFER : Souffrir non souffrir : le soleil noir de la mélancolie
Griselda POLLOCK : Rencontre politique, éthique et esthétique entre Julia Kristeva et Marilyn Monroe


COMMUNICATIONS EN DIALOGUE :

Jean-Louis BALDACCI & Françoise COBLENCE : Reliance et sublimation dans l’esthétique et dans la clinique
Laurent DANON-BOILEAU : Exil, mélancolie, sublimation & Gilbert DIATKINE : Interprétation et traduction
Dominique DUCARD : Le milieu interne du langage & Marie-Christine LALA : Les mutations de la sémiotique entre langue, sujet et discours
* Ellen MORTENSEN : L’écriture de la chair. Julia Kristeva sur Colette et l’alphabet nouveau de sens & Cecilia SJÖHOLM : Kristeva, Arendt et la vie du sujet
Karine ROUQUET-BRUTIN : Julia Kristeva et la question du matricide de la langue natale & David UHRIG : Le « pathos » du Neutre


TABLES RONDES (suivies de débats) :

* Éthique et médecine, avec Jean-Claude AMEISENEivind ENGEBRETSEN et Charles GARDOU
Perspectives contemporaines sur la chora, avec Sarah-Anaïs CREVIER GOULETMiglena NIKOLCHINA et Audrey RICHARD-BURTEY
* Les territoires de la fiction, avec Marilia AISENSTEINPierre-Louis FORT et Keren MOCK
* Adolescence et révolte, avec Samuel DOCKBrigitte MOÏSE DURAND et Nicolas RABAIN
* Portraits littéraires, avec Éric MARTYJean-François RABAIN et Dominique RABATÉ


AUTRE SÉQUENCE :

* Entretien avec Philippe SOLLERS


CONCLUSIONS :

* Rapport d’étonnement de doctorants, animé par Nicolas AUDE
* Discussion avec Julia KRISTEVA


SOIRÉES :

* Lectures, par Charlotte CASIRAGHI, Sihem HABCHI & Teodor KOTOV
* Écrivains : témoignage et écriture, avec Michal BEN-NAFTALIPhilippe FOREST et Tiphaine SAMOYAULT
* Julia KRISTEVA : Avons-nous besoin de croire ?, entretien avec Martin LEGROS accompagné au saxophone par Raphaël IMBERT

« HORS LES MURS » — À COUTANCES :
* Stabat Mater, concert organisé par Jean-François DÉTRÉE, avec Pauline JAMBET (récitante), Françoise MASSET (voix) et Pascale ROUET (orgue)

MORPHOGENÈSE : DONNER LIEU AU PATRIMOINE ORIGINAIRE AVEC ARNO STERN ET PASCAL QUIGNARD

DU VENDREDI 10 JUILLET (19 H) AU VENDREDI 17 JUILLET (14 H) 2020
[ colloque de 7 jours ]

ATTENTION : Les inscriptions à ce colloque ne seront ouvertes qu’à partir du 15 mars prochain.
En attendant, nous vous invitons à consulter la page Inscription de Cerisy.


DIRECTION :

Mireille CALLE-GRUBER, Anaïs FRANTZ, Pascal QUIGNARD
Avec la participation d’Arno STERN


ARGUMENT :

L’originaire fait signe — il fait signe dans les découvertes scientifiques, dans l’art, dans les rêves, dans la langue littéraire, dans l’amour, dans le jeu des enfants, dans la vie sauvage. Mais comment accueillir ces signes — ces traces — dont la manifestation précède le logos (le langage de la raison) et les sciences régies par le logos ?

Ce qui se donne à penser, avec les travaux d’Arno Stern et de Pascal Quignard, ce sont autant les conditions d’expression de l' »Homo vulcanus » (Stern) dont, sans répit, Quignard guette l’éruption dans les images et les textes qu’il collecte, que celles de la réception des traces de l’ancienne « vie aquatique » (Quignard) dont l’atelier de peinture créé par Arno Stern à Paris au lendemain de la Seconde Guerre mondiale reconstitue l’état de plénitude. C’est, dans toute son amplitude, la question de la morphogenèse envisagée sous l’angle de la sémiologie (Stern) ou du rêve (Quignard).

À partir des œuvres d’Arno Stern et de Pascal Quignard, de l’exposé de leurs singularités respectives et de leur rencontre, le Centre culturel international de Cerisy se propose d’être le lieu d’une méditation transdisciplinaire, à l’intersection de la paléontologie, de l’embryologie, de la psychanalyse, des sciences du langage, de la danse, de la peinture, de la littérature, autour des conditions d’accueil et d’expression du patrimoine originaire.


COMMUNICATIONS (suivies de débats) :

* Jean-Claude AMEISEN : Morphogenèse et sculpture du vivant
* Emmanuel ANATI : La décodification de l’art préhistorique et l’origine de l’écriture
Amélie BALAZUT : Du secret des images endogènes : retour aux sources animales de l’esthétique
Joël BALAZUT : L’ordre symbolique et son envers
* Mireille CALLE-GRUBER : Le corps archaïque. Urszenen de Pascal Quignard
* Catherine DOLTO : Dans l’infime de l’intime, surgissement du Sujet dans la vie prénatale
François FARGES : Scènes de la vie fœtale
Nicole FARGES : À l’origine, la nuit fœtale
Anaïs FRANTZ : « Et ce n’est pas de l’art… »
Stefano GENETTI : Autour d’un ballet imaginaire des origines
* Eberhard GRUBER : De la morphogenèse à partir de l’informe
Geneviève HAAG : La morphogenèse au croisement du jaillissement et des rebonds de la rencontre
Dimitrios KRANIOTIS : Jerome Andrews : la danse profonde, la joie d’être en mouvement
* Marie-Christine LALA : Aux tréfonds de l’être inexprimer l’exprimable encore
* Chantal LAPEYRE : Le Mur de Planck
* Éric MARTY : Le Travesti
Marie MOREL : L’œuvre censurée de Marie Morel
Victor PITRON : Bases cognitives de la perception corporelle
* Pascal QUIGNARD : Morphée
Hugo RUDY : À la recherche de l’universalité psychique : Georges Devereux et l’approche ethnopsychiatrique
Arno STERN : Le Tracé révélateur d’une mémoire archaïque

Regards paranoïaques La photographie fait des histoires par Martine Ravache

Aux Editions du Canoë

À travers 7 histoires racontées avec une verve d’enquête policière où sont impliqués des photographes célèbres ou qui vont le devenir (Julia Margaret Cameron – grand-tante de Virginia Woolf – Cartier-Bresson, Doisneau, Gisèle Freund, Markus Hansen, Lartigue, Laurence Sudre), Martine Ravache s’attache à mettre en évidence le fait que tout regard est subjectif, qu’il est une construction de l’esprit et que dans le partage collectif de cette expérience individuelle il y a un espace où s’introduisent « la paranoïa », le délire, l’histoire fabulée, falsifiée, accréditée. Personne ne voit la même chose. Voyons-nous vraiment ce que nous croyons voir ?
Comment le collectif (le regard partagé) inscrit la vision qui fera autorité et s’imposera comme celle de la vérité.

C’est aussi comme l’écrit Mireille Calle-Gruber dans sa préface, l’histoire des origines de la pratique photographique qui se confond avec une généalogie de femme, pratique initiée en 1863 par Mrs Cameron, l’aïeule de toutes les photographes remarquables des années 20-30, comme le dit Gisèle Freund.


Le Fil rouge – dialogue avec Gilbert Lascault

Le Fil rouge, dialogue entre Anaïs Frantz et Gilbert Lascault, publié aux éditions Regard Marie Morel, 2019.

Rencontre-signature organisée à la librairie des femmes, Paris, en mai 2019 en présence des deux auteurs.


Le Fil rouge, dialogue entre Anaïs Frantz et Gilbert Lascault, éditions Regard Marie Morel, 2019. Présenté par la librairie des femmes, mai 2019.

 

[PHOTOS] Colloque : Gayatri Chakravorty Spivak dans le siècle. Politiques d’écriture et lecture pour refonder l’imagination critique.

Le mercredi 20 Juin 2018
Reid Hall – Columbia University, Paris

Voir le programme

De gauche à droite : Etienne Balibar, Mireille Calle-Gruber et Gayatri Spivak

Sébastien Velut, Vice-Président des Relations Internationales – La Sorbonne Nouvelle

Philippe Darros, Directeur l’Ecole Doctorale ED120 – Sorbonne Nouvelle

Mireille Calle-Gruber, Co-Directrice du Colloque, Professeur de Littérature et Esthétique – Sorbonne Nouvelle

Au premier plan : Sarah-Anaïs Crevier Goulet, Co-Directrice du Colloque, Sorbonne Nouvelle

Etienne Balibar, Professeur de Philosophie

Etienne Balibar, Professeur de Philosophie

Etienne Balibar, Professeur de Philosophie

Gayatri Spivak et Etienne Balibar

Gayatri Spivak et Etienne Balibar

Gayatri Spivak et Etienne Balibar

Gayatri Spivak et Etienne Balibar

Gayatri Spivak

Gayatri Spivak et Etienne Balibar

Gayatri Spivak et Etienne Balibar

Sarah-Anaïs Crevier Goulet (écharpe jaune) et Lucas Faugère (chemise blanche)

Gayatri Spivak et Etienne Balibar

Gayatri Spivak et Etienne Balibar

Etienne Balibar, Gayatri Spivak et Mireille Calle-Gruber

Etienne Balibar, Gayatri Spivak et Mireille Calle-Gruber

Etienne Balibar, Gayatri Spivak et Mireille Calle-Gruber

de gauche à droite : Christine Lorre, Professeur de Littérature Anglaise – Sorbonne Nouvelle / Mireille Calle-Gruber, Professeur de Littérature et Esthétique – Sorbonne Nouvelle / Claudine Le Blanc, Professeur de Littérature Comparée – Sorbonne Nouvelle

de gauche à droite : Christine Lorre, Professeur de Littérature Anglaise – Sorbonne Nouvelle / Mireille Calle-Gruber, Professeur de Littérature et Esthétique – Sorbonne Nouvelle / Claudine Le Blanc, Professeur de Littérature Comparée – Sorbonne Nouvelle

© Joëlle Theubet, Columbia University – Paris

[PHOTOS] Colloque : Gayatri Chakravorty Spivak dans le siècle. Politiques d’écriture et lecture pour refonder l’imagination critique.

20, 21 et 22 Juin 2018

Voir le programme

© Florelle Isal

Écritures migrantes du genre (II). Langues, arts, inter-sectionnalités génériques

par Mireille CALLE-GRUBER & Sarah-Anaïs CREVIER GOULET

Couverture du volume II – Ecritures migrantes du genre

« Sentir la vie là où elle est et là où elle n’est pas. Pas encore » (Maria Zambrano). C’est cette perspective généreusement ouverte sur l’inscription de l’Etre comme expériment que mettent en lumière les écritures migrantes du genre, analysant certains procès, parfois douloureux, d’altérité en contextes multiculturels.

Cinéma, photographie, gravure, installation, performance, mise en scène théâtrale sont ici les pratiques génériques explorées dans leur interaction avec les textes littéraires.

Arts et lettres, lieux par excellence de « l’altérité du genre », dotent chacun chacune d’un regard migrant. Et singulièrement politique.

Avec les contributions de : Mireille CALLE-GRUBER, Sarah-Anaïs CREVIER GOULET, Laurent CAMERINI, Pascale SARDIN, Josette FÉRAL, Patrick FARGES, Safaa FATHY, Maribel PEÑALVER VICEA, Sofiane lAGHOUATI, Myriam Watthee-DELMOTTE, Seza YILANCIOGLU, Nedim GÜRSEL, Kaoutar HARCHI, Hervé SANSON, Anaïs FRANTZ, Christine LORRE-JOHNSTON

> Télécharger la table des matères (.pdf)
> Acheter le livre
> Retrouver le premier volume
Croiser les théories et les formes littéraires en contextes comparés.

Accueillir l’autre : l’hospitalité charnelle

Aux Editions des femmes – Antoinette Fouque

« Je dis depuis longtemps que la gestation est le paradigme de l’éthique parce qu’elle est accueil, dans le corps d’une femme, d’un corps étranger. C’est l’hospitalité charnelle. C’est dire oui à l’autre qui vient. » A.F.

Les femmes ne seraient-elles pas toutes des exilées dans un monde où elles représentent la figure de l’Autre, rejetée, exclue, rendue invisible ? Et pourtant cette Autre est celle du premier accueil, de « l’hospitalité charnelle », selon un concept d’Antoinette Fouque. Ce livre est le fruit d’une table-ronde organisée par les éditions des femmes lors de l’édition 2016 des Rendez-vous de l’Histoire de Blois qui ont eu pour thème, « Partir ».

Avec Taslima Nasreen, écrivaine ; Élise Boghossian, présidente d’Elisecare ; Inna Schevchenko,présidente du mouvement international Femen ; François Guery, philosophe ; Mireille Calle-Gruber, universitaire, écrivaine ; Collectif Psychanalyse et politique.
Et des textes d’Antoinette Fouque sur L’hospitalité charnelle.

Mars 2017 – 102 p. – 12 € – EAN 9782721006707

> Voir l’annonce du 19è Rendez-vous de l’Histoire de Blois – Octobre 2016

Écritures Migrantes du Genre

Croiser les théories et les formes littéraires en contextes comparés.
Sous la direction de Mireille Calle-Gruber, Sarah-Anaïs Crevier Goulet et Christine Lorre-Johnston


Il s’agit ici, en une quinzaine d’essais et l’examen de plusieurs voix féminines et plusieurs littératures, de considérer à nouveaux frais l’inscription du genre – le genre genré, sexuel, masculin/féminin, les entames infinies des différences sexuelles et textuelles – en ce qu’il y va de l’être lettré du vivant et de ses récits aléatoires, lesquels avancent sur les brisées des genres littéraires. Ou, pour le dire autrement : il s’agit, en rapprochant d’une part le concept de « genre », appellation administrative officielle désormais, et d’autre part le phénomène des « écritures migrantes », celles-ci désignant, depuis les années 1980 au Québec, une littérature des bifurs et des troubles de l’introuvable identité, de déconstruire le mot monolithe « genre », par croisées comparatives.

Les formes d’hybridité étudiées se déploient selon quatre étapes analytiques, scandées par les interventions d’écrivains : Nathanaël (Exulant ou la pluie), Ying Chen (Le plus grand obstacle), Régine Robin (Toutes mes vies) ainsi que les témoignages de Nouryé-Neyr el-Nissa (Notre évasion du harem) et de Yolande Cohen (Retours sur un départ, de Meknès à Montréal). Les analyses considèrent la puissance de subversion des études de genre et leurs enjeux méthodologiques (Partie I : Comment penser-pratiquer une décolonisation de la pensée du genre), les perspectives ouvertes par l’écriture de fiction et les processus de déconstruction poétiquepolitique des appartenances (Partie II : Désappartenir, dénaître ou les langues du dépanneur), la poétique de la désinstallation (Partie III : Exulance, survivance, migrance), et finalement s’attachent aux configurations de l’extrême et des « co-vivances » (Partie IV : Dans l’intervalle, quelles co-vivances ?).

Acheter le livre
Écritures Migrantes du Genre – Table des matières

Lire Violette Leduc aujourd’hui

254 pages / 15 x 21 cm / 2017 / 22 € – ISBN-13 : 978-2-7297-0920-4 – à paraître le 01/06/17

Source : http://presses.univ-lyon2.fr/

Dirigé par :
Mireille Brioude
Anaïs Frantz

Alison Péron

La publication de La Bâtarde en 1964, avec une préface de Simone de Beauvoir, a paradoxalement permis à Violette Leduc de conquérir une légitimité littéraire. Elle apparaît alors comme l’une des voix les plus audacieuses dans la production littéraire des femmes et comme l’une des plus subversives dans les représentations du masculin et du féminin.

Cinquante ans plus tard, le présent ouvrage propose un nouveau portrait de Violette Leduc : à partir de l’étude de ses manuscrits et de sa correspondance, il analyse à la fois ses choix esthétiques singuliers et les multiples résonances de son œuvre dans la littérature, les arts plastiques, le cinéma et le théâtre d’aujourd’hui.

Le livre comprend également un cahier iconographique et deux textes inédits, « Chanson du pénis » et « Fantasme des cinq cents verges », dans lesquels l’auteure s’empare de l’érotisme avec humour, liberté et vigueur.

Mireille Brioude est professeure agrégée de lettres modernes et titulaire d’un doctorat consacré à Violette Leduc. Elle travaille sur la création littéraire et cinématographique des femmes.

Anaïs Frantz enseigne dans les universités américaines de Paris et à l’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3. Elle a publié Le Complexe d’Ève : la pudeur et la littérature. Lectures de Violette Leduc et Marguerite Duras (Honoré Champion, 2013).

Alison Péron est professeure de lettres. Elle consacre ses recherches aux questions de sexe, de genre et de sexualité, notamment à travers l’oeuvre de Violette Leduc.
Collection
Des deux sexes et autres