Claude Simon, être peintre. Critique d’Alain Freixe parued la Revue Europe, Mars 2023

De même que pour Claude Simon l’art ne va pas sans la beauté, ce plus qui émane des couleurs, des pierres, des sons ou des mots sans lesquels il n’y aurait jamais qu’un amas de matériaux, de même il y a dans ce livre de Mireille Calle-Gruber, par-delà ses mots, ses analyses, la richesse étonnante de l’iconographie qu’elle a su collationner et disposer, composition vigoureuse et sensible, fidèle à cette « raison émue » que Claude Simon plaçait au cours même de l’acte de création, ce plus qui fait de cet ouvrage un beau livre.

Claude Simon: être peintre emprunte à la fois à la biographie, à l’histoire de l’art, à l’analyse critique, à l’archive et il faut dire combien l’iconographie est riche et toujours pertinemment ajustée aux propos.

L’approche de Mireille Calle-Gruber sait nous rendre sensibles les interrogations, les doutes, les avancées, les découvertes de Claude Simon. Au fil des pages, nous habillons ce passé, ces années défuntes, cette vie et les recherches qui la creusèrent de notre regard de vivant.

Ainsi donc pour Claude Simon « aux commencements, en 1932, il y eut la peinture ». Et il est passionnant de suivre Mireille Calle-Gruber nous montrer le travail de Claude Simon en ce domaine, ses amitiés – notamment celle avec Raoul Dufy – jusqu’à ce moment où il ne peindra plus, en 1962, alors qu’il ne cessera jamais de photographier ni de dessiner, pour se consacrer désormais aux rudes empoignades avec la phrase et son infini labour de significations. Claude Simon, pourtant, « ne cessera jamais d’être peintre ».

C’est même là pour Mireille Calle-Gruber « en partie l’objet de ce livre », l’autre partie consistant dans la présentation du travail de peintre – et de photographe – de Claude Simon. Du coup, « être peintre », qu’est-ce à dire pour l’écrivain formidable qu’il devint ?

C’est d’abord, nous semble-t-il, être de l’atelier. C’est là que se joue « l’aventure du faire ».
L’atelier, c’est ce lieu du travail où l’émotion va chercher à s’incarner dans une œuvre, où l’on va chercher à l’articuler dans une composition. « L’atelier, écrit Mireille Calle-Gruber, est le lieu où tout se joue de la vie de la grammaire des corps et des matières ». En effet, c’est en travaillant que le trésor de la vie sensorielle peut se révéler. Dans celte « tentative de restitution émotionnelle », c’est en s’excitant à travailler que du support on fait une portée et que l’on peut arriver à offrir ce « plus », cet excès qui « outrepasse la forme » écrit Mireille Calle-Gruber.

Jamais Mireille Calle-Gruber n’oublie l’homme qui travaille, le « bricoleur » qui rassemble et assemble. C’est un homme qui peint, dessine, photographie, écrit… Ainsi Mireille Calle-Gruber sait rester toujours sensible à cet en deçà des œuvres vers le mouvement mystérieux du geste créateur. Quelqu’un est là, qui se tient derrière les dessins, les toiles, les photographies, les paravents, les manuscrits, derrière les recherches éperdues de sa « raison émue », raison qui remonte à sa source, au lieu d’où tout part, l’« émotion première » et ses transports, ses emportements. On comprend dès lors que Mireille Calle-Gruber puisse terminer son livre par la mise en avant de cet « art mascaret » qui voit – de même qu’à l’embouchure les eaux de l’océan soulèvent les eaux douces du fleuve et les ramènent vers l’amont – l’écriture aller « à contre-courant dans le maelstrom qui est la vie […] des sensations ».

L’eau bouillonnante de « l’écriture mascaret » ne se jette pas au torrent comme pour annoncer la fin du monde ou l’impuissance créatrice mais elle se tourne vers l’amont, vers la source, vers la force émotionnelle que proposent la peinture, les photographies, le dessin, les arts plastiques en général. Cet amont, c’est l’espace poétique, magma d’émotions, mémoire vivante – comme lieu d’oubli où sont déposées sensations et perceptions anciennes – que ne cessera de visiter et revisiter Claude Simon dans ses livres.

J’aimerais pour terminer reprendre les mots par lesquels Mireille Calle-Gruber concluait sa biographie de Claude Simon parue naguère au Seuil : « une leçon de vie et une magistrale leçon de littérature ». C’est bien là encore l’essentiel de ce livre magnifique.

Alain Freixe

Nicole Brossard, Musée de l’os et de l’eau – “La lumière soudain pliée dans un silence”

Aux éditions Le Castor Astral

Préface de Mireille Calle-Gruber
Nicole Brossard : radicale essentielle… et toujours dans l’arche de la langue

Nicole Brossard est née à Montréal en 1943. Poète, romancière et essayiste, elle aime dire : « Il faut protéger les circuits du cœur et de l’intelligence. »

Elle a reçu les prix les plus prestigieux au Canada et, en France, le prix Benjamin-Fondane.

« Les mots qui se sont emparés de la vie de Nicole Brossard ont donné corps à une poésie-manifeste, à une poésie qui a force d’injonction et de reconnaissance : un continent nouveau s’est ainsi édifié poème après poème, comme une surrection à conjuguer résolument et amoureusement au féminin, puisqu’il s’agit de la survenue d’une parole nouvelle. »

André Velter

« Un trajet unique dans la poésie québécoise qui a suscité au Québec et à l’étranger l’enthousiasme des lecteurs. Depuis cinquante ans, Nicole Brossard n’a cessé d’être un phare pour les générations d’écrivains qui se sont succédé. »

Louise Dupré

Nicole Brossard et Gaston Miron au Salon du Livre de Paris en 1981.
© Archives Gaston Miron

Morphogenèse L’origine ne cesse pas

Présentation

De l’informe à la forme à l’informe. Sourdant de la morphogenèse, les corps, les signes, les saillances, les émergences, les aubes, les crépuscules, les trous noirs. Splendeurs d’un instant.

La morphogenèse est sans programme.

Les hommes ignorent, même Dieu ignore, même les biologistes ignorent, même le lierre et la glycine ignorent ce qu’ils font en traçant, en dressant, en adressant des lignes sur les murs qu’ils envahissent.

Au sens strict en français «morphogenèse» désigne l’ensemble des transformations que connaît l’embryon pour acquérir sa forme humaine. Il y a au fond de chaque oeuvre une poche exubérante où la morphose lance ses formes.

L’ouvrage sera disponible en librairie à partir du 1er Mars 2023

Auteurs

Pascal Quignard, musicien, écrivain, a publié une cinquantaine d’ouvrages, romans, essais, contes, traités, livrets d’opéra, textes de théâtre. Sur scène, a inauguré la forme du Récit-Récital : La Rive dans le noir, avec Marie Vialle ; Boutès ou le désir de se jeter à l’eau, avec Aline Piboule.
Mireille Calle-Gruber, écrivain, professeur à La Sorbonne Nouvelle, a publié une trentaine d’ouvrages dont, chez Hermann, avec Pascal Quignard : Dictionnaire sauvage Pascal Quignard, Sur le geste de l’abandon, Les Comptes du temps. Vient de paraître : Claude Simon, être peintre.

Contributeurs :

ANATI Emmanuel, BALAZUT Joël, BONNET BALAZUT Amélie, DOLTO Catherine, FARGES François, FARGES Nicole, GENETTI Stefano, GRUBER Eberhard, KRANIOTIS Dimitrios, LALA Marie-Christine, LAPEYRE Chantal, MOREL Marie, STERN Arno


Katia Kameli – Hier revient et je l’entends

Exposition du 19 jan­vier au 16 avril 2023
Une expo­si­tion à Bétonsalon et à l’ICI – Institut des Cultures d’Islam,

Commissariat : Émilie Renard pour Bétonsalon et Bérénice Saliou pour l’ICI

Images de Katia Kameli, Louiza Ammi et Marc Riboud © ADAGP, Paris, 2023

L’expo­si­tion à Bétonsalon s’orga­nise autour du Roman algé­rien ; elle prend appui sur le film d’Assia Djebar La Nouba des femmes du mont Chenoua, pre­mier film algé­rien réa­lisé par une femme. L’exposition prolonge le geste de celle qui revient sur les traces des femmes résis­tan­tes pen­dant la guerre de l’indé­pen­dance dans la ville et les mon­ta­gnes de Cherchell. His­toi­res inti­mes et col­lec­ti­ves émergent des violences du passé colo­nial.

Le titre de l’expo­si­tion, « Hier revient et je l’entends », est emprunté à  Femmes d’Alger dans leur appar­te­ment, recueil de nouvelles d’Assia Djebar (des Femmes, 1980).

1980 – Reportage dans les Aures, oasis près de Biskra. Photo prise par Malek Alloula.

L’agenda en détails

Mercredi 18 jan­vier

Ouvertures des expo­si­tions
de 16h à 19h à Bétonsalon et
de 18h à 21h à l’Institut des Cultures d’Islam, Paris

Vendredi 20 jan­vier, de 19h à 20h20

Visite avec Katia Kameli et Bérénice Saliou à l’ICI Léon

Samedi 28 jan­­vier, de 14h30 à 17h30

Taxi TRAM en par­te­na­riat avec l’ICI, sur ins­­crip­­tion : taxi­­tram@­­tram-idf.fr
Avec Katia Kameli, Emilie Renard et Florence Marqueyrol

Samedi 25 février, de 17h à 19h

Rencontre autour de l’écriture ciné­ma­to­gra­phi­que d’Assia Djebar
avec Marie Kondrat, cher­cheuse en lit­té­ra­ture com­pa­rée et ensei­gnante à l’Université de Genève et Akila Kizzi, ensei­gnante cher­cheuse en études de genre à l’Université Paris 8

Samedi 11 mars, de 18h à 20h

La Nouba des femmes du mont Chenoua d’Assia Djebar, 1977
Projection suivie d’une dis­cus­sion avec Katia Kameli et Ahmed Bedjaoui, pro­duc­teur du film

Samedi 25 mars, de 17h à 19h

Rencontre avec Sawsan Noweir, actrice de La Nouba, et Mireille Calle-Gruber, pro­fes­seur de lit­té­ra­ture et esthé­ti­que à La Sorbonne Nouvelle, auteur de l’ouvrage Assia Djebar, le manus­crit ina­chevé (2021)

Jeudi 13 avril, de 18h à 20h

Conférences de Nabil Djedouani, réa­li­sa­teur, acteur et cher­cheur, fon­da­teur des
Archives Numériques du Cinéma Algérien, et de Natasha Marie Llorens, écrivain, com­mis­saire d’expo­si­tion indé­pen­dante et pro­fes­seur de théo­rie de l’art à l’Institut royal d’art de Stockholm

Samedi 15 avril, de 17h à 18h

Discussion avec Katia Kameli, Bérénice Saliou et Émilie Renard


Retrouvez plus d’informations autour d’Assia Djebar

Michel Butor, Pages d’Études pour MOBILE déchirées et coloriées à l’intention de Marie-Jo

Par Mireille Calle-Gruber

Paru dans la Revue : écriture et image N°3 – Formes scripturales, pratiques éditoriales, dans la rubrique Cabinet de curiosités
Publié décembre 28, 2022

Michel Butor, « Pages d’Études pour MOBILE déchirées et coloriées à l’intention de Marie Jo », 1962, extraits.
Images : Marie Ferré

Ce n’est pas un livre, même si la mise ensemble de 201 feuillets, chacun glissé dans une pochette de plastique transparent muni d’une bande rigide à gauche qui permet l’accroche au système du classeur, fait du volume – fait un volume.

Ce n’est pas un cahier de brouillons, même si les feuillets présentent du texte tapuscrit recto verso avec corrections ou compléments manuscrits – pages détachées, dépareillées, qui ne font pas une suite.

Ce n’est pas un mémoire ni une mémoire, même si les feuilles déchirées constituent une fragile archive – moins un memento qu’un memento mori.

Ce n’est pas une image, même si sous nos yeux tracés et formes innombrables mobilisent l’imaginaire et un irrépressible désir d’images.

Découpes aux ciseaux. Classeur de Michel Butor « Pages d’Études pour MOBILE déchirées et coloriées à l’intention de Marie Jo » © Ayants droit de Michel Butor.
Une double page du classeur de Michel Butor « Pages d’Études pour MOBILE déchirées et coloriées à l’intention de Marie Jo » © Ayants droit de Michel Butor.

Compte rendu du Cahiers Butor 2: Michel Butor et les peintres,sous la direction de Mireille Calle-Gruber et Patrick Suter.

Par Marion Coste

Paru dans la Revue : écriture et image N°3 – Formes scripturales, pratiques éditoriales, dans la rubrique comptes rendus
Publié décembre 28, 2022

Le deuxième opus des Cahiers Butor est consacré aux collaborations entre Michel Butor et les peintres. Le livre s’ouvre sur un portait de Michel Butor par Miquel Barceló, dont la version imprimée laisse percevoir les traits de pinceaux de l’artiste et l’épaisseur de la peinture acrylique : immédiatement, la forme imprimée s’ouvre à d’autres productions plus artisanales, où le travail des matières devient primordial. Le statut paradoxal de ce Cahier est confirmé par le liminaire, rédigé par Mireille Calle-Gruber et Patrick Suter qui co-dirigent ce numéro, et surtout par le «lieu de naissance», et par un texte de Max Charvolen intitulé « lieu de naissance ». Le plasticien y décrit une de ses installations artistiques à laquelle Butor a participé, dans une cave: il explique que c’est dans ce lieu, à l’occasion d’une rencontre avec l’écrivain, que naît le projet des Cahiers Butor, qui viendraient étoffer les Œuvres complètes publiées aux éditions La Différence, pour donner à voir la diversité des supports de l’écriture chez Butor. Cette ambition de rendre accessible les formes diverses des livres d’artistes, est l’un des fils conducteurs de cet ouvrage

Un après-midi à Bordeaux avec Pascal Quignard

Dans le cadre d'”Un Après-midi à Bordeaux :
« À quoi sert d’écrire ? À ne pas vivre mort. »
rencontre avec Pascal Quignard.
Organisé par Jean-Michel Devésa et la librairie Mollat à la Station Ausone.
Avec Dolorès Lyotard, “Vol de nuit”, Frédérique Toudoire-Surlapierre, “Quignardises”, Bénédicte Gorrillot,

« Pascal Quignard : lire-traduire-écrire en Gréco-latin », Dominique Rabaté,

« Un irrésistible élan d’émancipation », Mireille Calle-Gruber,

“Pascal Quignard : L’incatalogable écriture du sentiment océanique”

Dans le cadre d'”Un Après-midi à Bordeaux : « À quoi sert d’écrire ? À ne pas vivre mort. » rencontre musicale avec Pascal Quignard. Animation par Jean-Michel Devésa.


Songs Songeries d’un midi d’été

Signature à Lucinges (Haute-Savoie)
au Manoir ds Livres fondé par Michel Butor
du Livre d’artiste

Martine Jaquemet & Mireille Calle-Gruber
Songs Songeries d’un midi d’été

Peint à Lucinges, Ecrit à Paris, Mars 2022
Petite Maison de papier l’E.C.L.A.
6 originaux


Extrait

                           Dans le vallon
                           de figuiers d’oléandres
                           rien ne dort tout palpite
                           terre mémoire

Tournent dans la tête les sentiers de frontière
Au bord de la futaie les ombres immobiles
lacérées de rayons comme lames à blanc
destinent à la nuit leurs passages feutrés

                           Pigmentation
                           la couleur sans objet
                           sidéral subjectile
                           voit l’invisible

iris vairs turquoise vert outre mer vert d’eau verdeur vert de gris verveine
thé vert théorbe et chalemie

                           Elle écoute Lachrimae Caravaggio
                           Jordi Savall sa viole
                           Tristes Invocantis
                           hommage à l’inventeur
                           du souffre sur l’obscur

Rêve de l’Oxalis
Nous étions trois et nous découvrions que nous avions fait exactement le même rêve. En face, il y avait des échafaudages contre un mur de forteresse en restauration. Quelqu’un, un homme, la nuit, avait sauté ? était tombé ? s’était suicidé ? avait été précipité ? Il devait être mort. Moi je me suis levée pour aller chercher sous les échafaudages les oxalis qui poussaient là où il était tombé.


In memoriam Réa Simon

décédée le 22 septembre 2017

Réa et Claude Simon

Octobre 1989
en avion vers Tokyo où se tient le Forum des lauréats du prix Nobel
du 24 octobre au 5 novembre 1989.
Claude Simon est invité avec, notamment, Léon Cooper (physique), Ilya Prigogine (chimie), Andreï Sakharov (prix de la paix), Bengt I. Samuelsson (médecine), Kenichi Fukui (chimie), Leo Esaki (physique), Susumu Tanegawa (physiologie-médecine).
Le discours de Claude Simon porte sur “Sens exprimé/sens produit”.
Débat avec l’écrivain Kenzaburo Ôé et le critique littéraire Shigehiko Hasumi sur “Le passé, le présent et le futur du roman”.


Réa et Claude Simon

Photo Eberhard Gruber

Mas Simoun, Villelongue-dels-monts
juillet 1993


Claude Simon, Réa Simon, Mireille Calle-Gruber, Gérard Roubichou

Photo Eberhard Gruber

Hochelaga Inn, Kingston, Ontario
Octobre 1993
Photo Eberhard Gruber
Claude Simon reçoit le doctorat honoris causa de Queen’s University/Ontario
et participe au colloque “Claude Simon, Les sites de l’écriture”
organisé par Mireille Calle-Gruber et Jean-Jacques Hamm
(Actes publiés à Paris, Nizet éditeur,1995. Voir aussi Claude Simon chemins de la mémoire – Presses Universitaires Grenoble, 1993.). 

Réedition aux États-Unis de La Route des Flandres de Claude Simon : The Flanders Road

traduit du français par Richard Howard, introduction par Jerry W. Carlson
Disponible à partir du 12 juillet aux éditions New York Reviews Book

 

Autour de La route des Flandres

  • Assia Djebar lit La Route des Flandres de Claude Simon

    « Mais comment savoir ? »  par Assia DJEBAR   Replongeant récemment dans La route des Flandres, chaque « phrase-monde » de cette remémoration de la défaite de 1939 m’a redonné confiance dans la littérature, et cela, grâce à l’écriture intransigeante de Claude Simon. Vingt … Continuer la lecture →


[ARCHIVES DU MOIS] Claude Simon: Cérémonie de remise du Prix Nobel et courrier de Michel Butor

CLAUDE SIMON : CEREMONIE DE REMISE DU PRIX NOBEL à STOCKHOLM,
LE 10 DÉCEMBRE 1985
   

Claude Simon dans sa loge : essayage du couturier
Stockholm, le 10 décembre 1985 – Photographie : Jack MIKRUT
Claude Simon : remise du prix Nobel de Littérature
Photographie : Jack MIKRUT

ET : COURRIER DE MICHEL BUTOR A CLAUDE SIMON

Nice, le 18 mars 1986
Le courrier de Michel Butor se présente toujours sous forme de cartes découpées, assemblées et collées avec des scotch de couleur. Le destinataire doit déplier, soulever, retourner pour cueillir les écrits disséminée sur les différentes surfaces et observer  les images porteuses d’informations.

Volet gauche haut :

M. Butor 
aux Antipodes
Chemin de Terra Amata
23 Bd Carnot
06300 Nice
Tél. 93897118
J’y suis jusqu’au 14 avril puis recommence
mes navettes pour Genève

VOLET DROIT HAUT :     

la famille évoluant,
la fatigue grandissant,
nous nous installerons
de façon plus fixe dans
la région genevoise,
Marie-Jo et moi, à
partir d’octobre et
jusqu’à ma retraite
en 1991.

Volet gauche BAS :

M. Butor
34 rue du Nant
1207 Genève
Suisse   
Tél: 861627

VOLET DROIT BAS :     

 L’an prochain
ce sera sans doute
une autre adresse.
Je vois s’amonceler
sur mon horizon
des nuages de déména-
gements en chaîne.

Cher Claude Simon,
Merci pour votre Discours de Stockholm. J’ai été moi-même fort déçu par le peu d’écho qu’a reçu votre distinction dans la presse, les media, l’université, auprès du gouvernement même de notre pays. C’est pourquoi je suis fort heureux de l’initiative de Lucien Dällenbach, et je l’aiderai, dans la mesure de mes moyens, à faire du colloque de novembre une célébration mémorable(1). Pour introduire, même brièvement, ma voix dans ce concert, il me serait utile d’avoir Les Géorgiques et La Chevelure de Bérénice. Pourriez-vous me les faire envoyer ce printemps à Genève ? Merci d’avance. 

A bientôt donc. Amitiés. Votre
Michel Butor

(1) Le colloque Claude Simon a eu lieu à l’Université de Genève les 14 et 15 Novembre 1986. Seules quatre interventions ont été publiées, Sur Claude Simon, Minuit, 1987
(interventions de Jean Starobinski, Georges Raillard, Lucien Dällenbach, Roger Dragonetti).

Retour sur la cérémonie de remise du titre de Docteur Honoris Causa à Mireille Calle-Gruber par l’Université Aristote de Thessalonique

Mercredi 11 mai 2022,
Le Recteur de l’Université Aristote de Thessalonique, Professeur M. Nikolaos Papaïoannou
et la Présidente du Département de Langue et de Littérature Françaises, Professeure Mme Maria Litsardaki ont eu l’honneur de remettre le titre de Docteur Honoris Causa à la Professeure Émérite de Littérature Française et d’Esthétique de l’Université de la Sorbonne Nouvelle-Paris 3

Cérémonie de remise du titre de Docteur Honoris Causa à Mireille Calle-Gruber


Ce mercredi 11 mai à 17h30 (heure française), la cérémonie sera diffusée en direct, pour y assister, il vous suffit de suivre le lien suivant : https://www.frl.auth.gr/index.php/el/


Le Recteur de l’Université Aristote de Thessalonique,
Professeur M. Nikolaos Papaïoannou
et la Présidente du Département de Langue et de Littérature Françaises,
Professeure Mme Maria Litsardaki

ont l’honneur de vous inviter
à la cérémonie de la remise du titre de Docteur Honoris Causa
à la Professeure Émérite de Littérature Française et d’Esthétique
de l’Université de la Sorbonne Nouvelle-Paris 3

Mme Mireille Calle-Gruber

qui aura lieu le mercredi, 11 mai 2022, à 18h30 (17h30 heure française),
dans la Salle des Cérémonies du Vieux Bâtiment de La Faculté des Lettres.
L’éloge de la personnalité honorée sera prononcé par la Professeure Assistante du Département de Langue et de Littérature Françaises Mme Polytimi Makropoulou

Après la remise du titre,
la personnalité honorée prononcera un discours intitulé :
Célébrer le don

Le Recteur
Professeur M. Nikolaos Papaïoannou

La Présidente Professeur
Professeure Mme Maria Litsardaki


Mireille Calle-Gruber est Professeure Émérite de Littérature Française et d’Esthétique de l’Université Queen’s University du Canada et de l’Université de La Sorbonne Nouvelle – Paris 3. Son oeuvre témoigne de la profonde réflexion critique qu’offre l’étude de la littérature dans son rapport avec la langue, la philosophie, les arts et plus précisément avec les divers mouvements du 20ième siècle et, par prédilection, le Nouveau Roman et l’oeuvre de Michel Butor dont elle a dirigé l’édition des Œuvres complètes. Mireille Calle-Gruber a déployé sa remarquable activité d’écriture et de recherche, en se penchant sur l’oeuvre de grands auteurs comme, entre autres, le nobéliste Claude Simon, Assia Djebar, Pascal Quignard, Jacques Derrida, Peter Handke, Marguerite Duras, Hélène Cixous, Nelly Kaplan, Claude Ollier. Elle est l’auteure d’un grand nombre d’ouvrages et d’articles dans des revues scientifiques et des volumes collectifs, dont elle a souvent dirigé l’édition. Il s’agit d’une personnalité polyvalente dont l’oeuvre scientifique, littéraire et académique est caractérisée d’une ampleur et d’un rayonnement international.


Ce mercredi 11 mai à 17h30 (heure française), la cérémonie sera diffusée en direct, pour y assister, il vous suffit de suivre le lien suivant : https://www.frl.auth.gr/index.php/el/


Claude Simon peintre, ou les épiphanies de « Raison émue »

Marion Coste, « Claude Simon peintre, ou les épiphanies de « Raison émue » », Acta fabula, vol. 23, n° 3, Notes de lecture, Mars 2022

Claude Simon : être peintre est une véritable découverte. Il dévoile, jusqu’ici inconnue, la pratique de peintre et de plasticien de Claude Simon, qu’il exerça pleinement de 1932 à 1960, date de la parution de La Route des Flandres qui fit connaître l’écrivain. Mireille Calle‑Gruber avance l’hypothèse que dans cette expérience de la peinture se fait l’apprentissage de l’écriture telle que Claude Simon la mettra en œuvre dans la suite de sa vie. La chercheuse souligne les fulgurances mais aussi les difficultés de cette vie de peintre, relatant l’insatisfaction qu’elle procure souvent à Claude Simon : l’inaboutissement, la frustration parfois ressentie par Claude Simon peintre, sont pensés comme un chemin vers l’écriture, ce que M. Calle‑Gruber résume par « Écrire comme il n’a pas peint. » (p. 27). […]


  • [Parution] Claude Simon : être peintre

    [Parution] Claude Simon : être peintre

    Mireille Calle-Gruber présente le second volet de la biographie de Claude Simon alors que l’écrivain était peintre (1932-1960). Le volume présente près de 300 reproductions couleurs. Claude Simon, avant de devenir l’un des plus grands écrivains du XXe siècle, Prix Nobel … Continuer la lecture →

    Lire la suite