[Revue de presse] “La Séparation”, l’unique pièce de Claude Simon, sort enfin de l’oubli

L’humeur de Jérôme Garcin parue le 21/02/2019 dans L’Obs

Mal aimée et mal comprise, la pièce écrite en 1963 par le prix Nobel de littérature, est rééditée. A redécouvrir absolument.

Claude Simon, prix Nobel de littérature en 1985. (OZKOK/SIPA)

Une maison bourgeoise, à la campagne, assaillie par des effluves de mort. Dehors, cinq hectares de poires pourrissent par terre. A l’intérieur et à l’étage, une vieille tante à la tête de Ramsès II agonise dans une chambre où ne pénètre qu’une garde-malade, vieille et bossue. En dessous, deux couples, chacun dans un cabinet de toilette, attendent sa mort, convoitent ses bijoux et ses livres de comptes.

D’un côté, Georges, 30 ans, universitaire raté reconverti bon gré mal gré dans l’agriculture, et sa femme, Louise, 25 ans, qui prépare sa valise pour rejoindre son amant à Pau. De l’autre, les parents de Georges: Pierre, 72 ans, lassé de tout, et Sabine, 57 ans, «pie jacassante» qui noie sa jalousie rétrospective dans l’alcool

Un chœur de rancœur, avec la mort au-dessus de la tête. Une danse macabre, rythmée par des haines recuites, des ambitions déçues, de répugnants mensonges, mais aussi les souvenirs de la défaite française de 1940, de ses dragons tués comme des lapins, de ses chevaux éventrés par les chars allemands et de son sinistre exode. Une tragédie grecque, dans le sud-ouest mauriacien de la France. Un monde crépusculaire, mais porté de bout en bout par une langue puissante, oppressante, ensorcelante.

Huis clos putride

« La Séparation » (Les Editions du Chemin de fer, 17 euros) est la seule pièce jamais écrite par Claude Simon, que, trois ans plus tôt, «la Route des Flandres» avait rendu célèbre. Jérôme Lindon, qui la jugeait trop éloignée de la doxa du Nouveau Roman, refusa de la publier chez Minuit. Elle ne figure même pas dans les deux volumes, en Pléiade, du prix Nobel de littérature.

Montée, en mars 1963, par Nicole Kessel au Théâtre de Lutèce, avec, en tête d’affiche, Alice Cocéa, qui faisait alors les beaux soirs du vaudeville, «la Séparation» fut mal-aimée et mal comprise. Il est vrai que tout le monde n’avait pas lu «l’Herbe», roman dont elle était une variation dramatique. Plus d’un demi-siècle plus tard, un excellent éditeur de la Nièvre sort de l’oubli, sur un beau papier bleu ciel, cette pièce unique d’un de nos écrivains majeurs.

On ne la découvre pas seulement avec un mélange de plaisir (quel texte!) et d’effroi (quel huis clos putride!). On aimerait aussi la voir à nouveau sur une scène de théâtre, où les quatre morts-vivants de cette ronde infernale, réglée par une cantate de Bach et le passage d’un train, seraient joués par des acteurs bergmaniens. Cela nous changerait des comédies sans style et sans ambition que l’époque nous inflige.

La Séparation - Claude Simon


17 euros TTC 
Parution : 29 janvier 2019
ISBN : 978-2-490356-04-1
160 pages
Ouvrage publié avec le soutien du Conseil régional de Bourgogne Franche-Comté
et de l’association « Archive. Claude Simon et ses contemporains »

[Archives du mois]

Personnages dans un jardin, Les Planches – Jura. © Archives privées de Claude Simon

Cette photo de l’album de famille de Claude Simon inspire le récit de la vie de Marie dans son roman L’Herbe ainsi que dans la pièce de théâtre La Séparation

L’image fut aussi reproduite dans le Programme de la pièce à l’occasion de sa représentation au Théâtre de Lutèce en mars 1963. La mise en scène était de Nicole Kessel.

Affiche - La Séparation
Affiche de La Séparation mise en scène par Nicole Kessel au Théâtre de Lutèce en mars 1963

Claude Simon – La Séparation

Inédit : La seule pièce de théâtre écrite par Claude Simon vient de paraître aux Éditions du Chemin de Fer
Postface de Mireille Calle-Gruber : Du train où vont les choses

La Séparation - Claude Simon
Couverture de La Séparation, pièce inédite écrite par Claude Simon

La séparation est la seule pièce de théâtre écrite par Claude Simon, dont le texte est resté inédit jusqu’alors. Jouée à Paris, au Théâtre de Lutèce en 1963, en pleine querelle du nouveau roman, elle déclencha polémique et malentendu. Là où l’on attendait un avant-gardisme démonstratif, Claude Simon se référait à la tragédie grecque et livrait, sur les motifs de son roman L’herbe, paru en 1958, une œuvre profondément originale et inattendue. Il se saisit de l’irrémédiable présent du théâtre, et sans fin les protagonistes de La Séparation peuvent se donner la réplique, se dupliquer, se doubler, recommencer à ne pas se séparer.
Le texte de la pièce est accompagné d’un cahier iconographique de 16 pages, et d’une postface de Mireille Calle-Gruber, et d’annexes (interview de Claude Simon pour Le Monde, notes inédites de Claude Simon sur le théâtre et sur la mort de sa tante Mie).


La séparation est une œuvre à la beauté crépusculaire, qui conjugue l’effroi fasciné par la chair vouée à charogne et une lucidité de Jugement Dernier. Mais sans recours à Dieu.
La puissance, morbide et vitale, qui habite le texte au dessin sobre est d’autant plus impressionnante qu’elle est feutrée. Tout y est cris et chuchotements, dans un huis clos familial proche d’un Bergman ou d’un Tchekhov.”

Mireille Calle-Gruber



La séparation, bien plus que la mince cloison entre le cabinet de toilette de Louise et celui de sa belle-mère, Sabine, bien plus que le départ imminent de la jeune femme qui songe à quitter son mari, Georges, bien plus même que la mort de la vieille tante de Georges qui agonise dans la pièce voisine, ne serait-ce pas cette fragile enveloppe, à l’intérieur des êtres qui persiste à isoler, de ce qu’ils disent et font, ce qu’ils sont : l’écran qui les empêche, à la limite, de “s’entendre” eux-mêmes ?
Pourtant, les mensonges que Louise et Georges, et la mère et le père de Georges, prodiguent aux autres ou à soi sous les dehors d’une famille bourgeoise respectable et unie sont, à leur insu, de terribles témoins. Tout se passe sous les mots qu’on prononce, comme le tracé d’un ruisseau souterrain est révélé dans les champs par une herbe plus verte. La seule eau qui coule claire, le seul être qui soit ici vrai, on ne l’entend ni le voit et il est en train de mourir. Mais les autres, depuis quand ont-ils cessé de vivre ?”

Claude simon
La Séparation - Claude Simon

17 euros TTC 
Parution : 29 janvier 2019
ISBN : 978-2-490356-04-1
160 pages
Ouvrage publié avec le soutien du Conseil régional de Bourgogne Franche-Comté
et de l’association « Archive. Claude Simon et ses contemporains »

Pages des carnets d’Artémise Simon dite “Tante Mie”

Le 29 janvier 2019, La Séparation, pièce inédite de Claude Simon paraît aux Éditions du Chemin de Fer.

Retrouvez ci-dessous quelques pages des Carnets de Tante Mie.
Ces carnets ont inspiré à Claude Simon le personnage de Marie pour son roman L’Herbe (1958) et pour La Séparation (1963)

Couverture du Carnet de Tante Mie – 1922-1950
© Tous droits réservés / Archives privées de Claude Simon

Carnet de Tante Mie – 1924
© Tous droits réservés / Archives privées de Claude Simon
Carnet de Tante Mie – 1925
© Tous droits réservés / Archives privées de Claude Simon
Carnet de Tante Mie – 1926
© Tous droits réservés / Archives privées de Claude Simon
Carnet de Tante Mie – 1927 – Mort d’Eugénie
© Tous droits réservés / Archives privées de Claude Simon
Carnet de Tante Mie – 1940
© Tous droits réservés / Archives privées de Claude Simon
Carnet de Tante Mie – 1948
© Tous droits réservés / Archives privées de Claude Simon

Avec l’aimable autorisation de Mireille Calle-Gruber, ayant-droit moral

La mort (d’)Agrippine au Théâtre Déjazet jusqu’au 20 avril.

Femmes, une édition numérique des manuscrits de Claude Simon

L’équipe Polar vient d’ouvrir au public le site d’édition numérique de Femmes  !

Ces Archives de Claude Simon données à la Bibliothèque littéraire Jacques Doucet par l’auteur, bénéficient, pour cette édition numérique, d’une autorisation exceptionnelle de Mireille Calle-Gruber, aujourd’hui ayant-droit moral pour l’œuvre de Claude Simon, et de la BLJD, ainsi que des membres de l’équipe POLAR, détenteurs de la propriété intellectuelle des analyses, des transcriptions et de l’édition numérique mises en ligne sur ce site.

Le site de l’édition numérique continuera d’être d’être perfectionné au cours de cette année, pendant que l’équipe réfléchit déjà à la prochaine édition numérique : celle du Tramway ...

Consulter le site hébergé par Huma-num à l’adresse suivante et sans aucun identifiant : http://polar-claude-simon.huma-num.fr/


Site réalisé avec le soutien de La Région Occitanie


Source : Hélène Campaignoll-Catel sur Polar Claude Simon

Colloque de Cerisy – Peter Handke – Analyse du temps – Lectures (.mp3)

Pour le colloque de Cerisy, Peter Handke a fait la démonstration de « l’analyse du temps » en exposant aux climats de juillet, dans son jardin, l’affiche qui reproduisait son portrait, couvert désormais des graffitis aléatoires du temps cosmique.

Manuscrits, commentaires des conservateurs, entretiens, études d’universitaires, lectures de comédiens, approchent à leur tour l’énigmatique plasticité du temps qui façonne son œuvre.

Auteurs (éds.) :
Mireille CALLE-GRUBER, Ingrid GILCHER-HOLTEY, Patricia OSTER-STIERLE
Avec la collaboration d’Olivier Henry

Avec les contributions de :
Ulrich VON BÜLOW, Bernhard FETZ , Raimund FELLINGER, Peter HANDKE
Pierre DESHUSSES, Jonathan LANDGREBE
Katharina LOIX, Antoine JACCOTTET, Alain FRANÇON, Heribert TOMMEK , Wolfgang ASHOLT, Norbert Christian WOLF, Ingrid GILCHER-HOLTEY, Nicole COLIN, Chloé CHAUDET, Henning MARMULLA, Jean-Philippe TOUSSAINT, Ralph ZSCHACHLITZ, Christian LUCKSCHEITER, Karlheinz STIERLE, Patricia OSTER-STIERLE, Clélie MILLNER, Judith SARFATI LANTER, Mireille CALLE-GRUBER, Pascale CASSAGNAU


Vendredi 25 août 2017
Mireille Calle-Gruber souhaite la bienvenue à Peter Handke.
Lectures de textes en prose en allemand et en français en présence de Peter Handke :

André Marcon lit Essai sur le lieu tranquille
Bruno Ganz lit Versuch über den Pilznarren
Sophie Semin lit Essai sur le fou de champignons


Dimanche 27 août 2017
Lectures de textes de prose et de théâtre en allemand et en français en présence de Peter Handke

Bruno Ganz lit Versuch über den Pilznarren
Sophie Semin lit Jusqu’à ce que le jour vous sépare ou une question de lumière
André Marcon lit Voyage au Pays sonore ou l’art de la question

Pages : 384 pages
Date de parution : 2018
Format :
19×23

Pascal Quignard ou Les leçons de ténèbres de la littérature – Mireille Calle-Gruber

« La grande pureté et la transparence de l’air, qui sont une des causes de l’intensité de la couleur bleue du ciel, produisent vers le haut du mont Blanc un singulier phénomène : c’est que l’on peut y voir les étoiles en plein jour; mais pour cela il faut être entièrement à l’ombre et voir même, au-dessus de sa tête, une épaisseur d’ombre considérable. L’endroit convenable pour faire cette observation le matin était la montée qui conduit à l’épaule du mont Blanc » (Horace-Bénédict de Saussure).

Qu’est-ce qui, pour chaque œuvre littéraire, fait épaule à l’obscurité considérable qui sera porteuse d’éblouissants étoilements ? D’émotions sans pareil ?

Pour Pascal Quignard, écrivain nyctalope qui cherche les secrets du passage au noir, la littérature est cette technique ténébreuse qui fait venir le rêve et éclaire le monde de la beauté de ses images à contre-jour à contre-nuit.

Ce livre, qui est une écriture adressée à une écriture, s’efforce de faire et de transmettre l’expérience intime du texte. De se faire l’écho de ce lieu où accueillir les traits de ce qui cherche obscurément à donner naissance aux mystères des origines et des fins. À cela qui appelle. Qui, décidément, s’appelle : littérature.


Format : 15 x 24 cm
Nombre de pages : 208
Prix : 20 €
Date de parution : 2018
ISBN : 9782718609775


Note de lecture parue dans la revue Diacritik

[L’Archive du mois] : Visite de Claude Simon au Musée Henry Moore de Toronto

Décembre 1993

De gauche à droite : Le Directeur du Musée, Claude Simon, Réa Simon et Mireille Calle-Gruber

De gauche à droite : Claude Simon, Mireille Calle-Gruber et Réa Simon

De gauche à droite : Réa Simon, le Directeur du Musée, Mireille Calle-Gruber et Claude Simon

De gauche à droite : Réa Simon, Mireille Calle-Gruber, Claude Simon et le Directeur du Musée

De gauche à droite : Réa Simon, Mireille Calle-Gruber et Claude Simon

© Eberhard Gruber

[PHOTOS] Colloque : Gayatri Chakravorty Spivak dans le siècle. Politiques d’écriture et lecture pour refonder l’imagination critique.

Le mercredi 20 Juin 2018
Reid Hall – Columbia University, Paris

Voir le programme

De gauche à droite : Etienne Balibar, Mireille Calle-Gruber et Gayatri Spivak

Sébastien Velut, Vice-Président des Relations Internationales – La Sorbonne Nouvelle

Philippe Darros, Directeur l’Ecole Doctorale ED120 – Sorbonne Nouvelle

Mireille Calle-Gruber, Co-Directrice du Colloque, Professeur de Littérature et Esthétique – Sorbonne Nouvelle

Au premier plan : Sarah-Anaïs Crevier Goulet, Co-Directrice du Colloque, Sorbonne Nouvelle

Etienne Balibar, Professeur de Philosophie

Etienne Balibar, Professeur de Philosophie

Etienne Balibar, Professeur de Philosophie

Gayatri Spivak et Etienne Balibar

Gayatri Spivak et Etienne Balibar

Gayatri Spivak et Etienne Balibar

Gayatri Spivak et Etienne Balibar

Gayatri Spivak

Gayatri Spivak et Etienne Balibar

Gayatri Spivak et Etienne Balibar

Sarah-Anaïs Crevier Goulet (écharpe jaune) et Lucas Faugère (chemise blanche)

Gayatri Spivak et Etienne Balibar

Gayatri Spivak et Etienne Balibar

Etienne Balibar, Gayatri Spivak et Mireille Calle-Gruber

Etienne Balibar, Gayatri Spivak et Mireille Calle-Gruber

Etienne Balibar, Gayatri Spivak et Mireille Calle-Gruber

de gauche à droite : Christine Lorre, Professeur de Littérature Anglaise – Sorbonne Nouvelle / Mireille Calle-Gruber, Professeur de Littérature et Esthétique – Sorbonne Nouvelle / Claudine Le Blanc, Professeur de Littérature Comparée – Sorbonne Nouvelle

de gauche à droite : Christine Lorre, Professeur de Littérature Anglaise – Sorbonne Nouvelle / Mireille Calle-Gruber, Professeur de Littérature et Esthétique – Sorbonne Nouvelle / Claudine Le Blanc, Professeur de Littérature Comparée – Sorbonne Nouvelle

© Joëlle Theubet, Columbia University – Paris

[PHOTOS] Colloque : Gayatri Chakravorty Spivak dans le siècle. Politiques d’écriture et lecture pour refonder l’imagination critique.

20, 21 et 22 Juin 2018

Voir le programme

© Florelle Isal

Ecrire pour comprendre (à partir des travaux de Jean Ricardou)

Colloque international du 31 juillet au 7 août 2019
sous la direction de Marc Avelot, Mireille Calle-Gruber et Gilles Tronchet

APPEL À CONTRIBUTIONS

Jean Ricardou, Claude Simon, Françoise van Rossum-Guyon, Colloque Nouveau Roman. Hier, aujourd’hui, Cerisy-la-Salle, 20-30 juillet 1971, DR

Contexte du colloque
Trois ans après la disparition de Jean Ricardou, alors que ses archives viennent d’être déposées à l’IMEC (Institut Mémoire de l’Edition Contemporaine) et que plusieurs publications sont engagées pour rendre accessibles ses travaux1, il semble opportun d’organiser un colloque international en 2019, à Cerisy, lieu où il a présenté sa pensée en perpétuel mouvement à l’occasion d’une trentaine de conférences de 1964 à 20152 et où, depuis 1989, il animait le séminaire annuel de textique3. La perspective adoptée par ce « moment Ricardou » est, d’une part d’ouvrir ses travaux à un nombre plus large de lecteurs et de chercheurs, d’autre part de permettre la progression de la discipline qu’il a fondée : la textique.

Jean Ricardou et Claude Simon, Colloque Claude Simon, Cerisy-la-Salle, 1er au 8 juillet 1974, © Jean-Claude Marre

Jean Ricardou et Claude Simon, Colloque Claude Simon, Cerisy-la-Salle, 1er au 8 juillet 1974, © Jean-Claude Marre

Jean Ricardou, Claude Simon, Françoise van Rossum-Guyon, Colloque Nouveau Roman. Hier, aujourd’hui, Cerisy-la-Salle, 20-30 juillet 1971, photo prise le 4 juillet 1974, © : Archives Pontigny-Cerisy.

Un double objectif
Comme peut le suggérer son titre, ce colloque poursuit un double objectif :
– un retour sur le cheminement réalisé durant un demi-siècle par Jean Ricardou (1932-2016) pour se confronter à maints problèmes théoriques et pratiques, dans le domaine de l’écriture et de l’écrit avant tout, mais aussi dans ceux de la didactique et de l’épistémologie, en s’attachant avec constance à élucider les diverses facettes des objets et à produire des concepts, mais aussi à déjouer les pièges que tend l’idéologie, quand ses présupposés entravent la réflexion critique ;
– une enquête sur la méthode mise en œuvre et les outils de pensée mis au point par Jean Ricardou, qui fasse apparaître leur efficacité pour aider à résoudre maints problèmes et pour ouvrir la voie de travaux ultérieurs, en s’appuyant sur les analyses qu’il a produites et en développant l’édifice théorique dont il a jeté les bases.

En somme, il s’agit à la fois, sur des questions ponctuelles aussi bien que sur des thèmes plus vastes, d’observer le travail effectué, en balayant les divers centres d’intérêt qui s’y manifestent, de préciser la démarche suivie, mais aussi de prendre la mesure de sa fertilité pour l’avenir.

 

Trois axes principaux
Sans préjuger d’autres sujets plus particuliers ni d’approches transversales, trois axes principaux s’affirment : la question du récit, en rapport étroit avec les expériences du Nouveau Roman ; les ateliers d’écriture, en lien direct avec une pratique pédagogique ; la textique, en connexion avec les deux précédents axes, nouvelle discipline, développant une théorie unifiante de l’écrit, initiée par Jean Ricardou dans les années 1980 et sur laquelle il a concentré son activité durant trois décennies.

Les synergies entre ces préoccupations déterminantes ont rendu l’approche d’autant plus inventive : Jean Ricardou a sans cesse mené de pair des activités d’écriture, de théorisation et de didactique, avec un constant effort d’ouverture et de généralisation. Celui-ci l’a conduit à s’intéresser notamment aux arts plastiques mais aussi à l’aménagement de l’espace urbain.

Pour faire paraître toute l’ampleur de la besogne accomplie et la faire fructifier en ses possibles prolongements, il est souhaité que les séances du colloque ne se contentent pas d’aborder le domaine de l’écrit au sens restreint, mais ouvrent sur les perspectives de disciplines multiples, avec leurs méthodes propres. C’est pourquoi il importe que les contributions traitent de sujets diversifiés, en montrant les pistes qu’ouvre le travail de Jean Ricardou.

La réflexion pourra se fonder à plus d’un titre sur ses écrits, par exemple analyser certains dispositifs repérables dans ses productions fictionnelles, examiner un essai particulier ou comparer les étapes dans l’élaboration théorique, en étudier la méthode, offrir quelque application des concepts produits, voire forger sur cette base des outils de pensée nouveaux.

En outre, il conviendrait que certaines interventions s’attachent à l’influence qu’ont exercée à différentes périodes les recherches menées par Jean Ricardou, sur les œuvres de certains écrivains ou artistes, sur les études qui les concernent ou, plus largement, sur des productions théoriques.

Au demeurant ces approches n’excluent pas un regard critique sur le travail examiné, conformément au principe de réfutabilité comme à l’effort d’incessante révision, auxquels Jean Ricardou soumettait résolument toute sa démarche.

Au moins deux sortes de présentations paraissent envisageables sachant qu’une large place sera laissée aux débats : des conférences plénières de 40 minutes, portant sur des sujets plutôt généraux ou impliquant une analyse plutôt fouillée ; des interventions de 20 minutes, envisageant un point théorique particulier, une microlecture, analysant un passage ou un bref écrit, ou encore, moins accoutumée, la tentative pour perfectionner les structures d’un objet, selon le principe du RAPT (Récrit Avisé Par la Textique).

Modalités d’organisation
Les propositions doivent être adressées au comité d’organisation avant le 15 juillet 2018 (à Gilles Tronchet <giltr@wanadoo.fr> et à Cerisy <info.cerisy@ccic-cerisy.asso.fr) sous la forme d’un titre assorti d’un résumé d’une demi-page (accompagnés de vos noms, adresses et activités professionnelles). La sélection sera faite pour le 15 octobre 2018.
S’agissant d’un colloque accueilli à Cerisy en résidentiel, il conviendra, si votre proposition est retenue et afin de contribuer pleinement à la réflexion collective, de participer à l’ensemble de la semaine (www.ccic-cerisy.asso.fr). En fonction des soutiens financiers qu’il sera possible d’obtenir, une ou plusieurs journées de votre séjour en Normandie seront prises en charge. En revanche, vous devrez assurer vos déplacements.

1. L’intégrale Jean Ricardou, Tomes I et II ; Présents de Jean Ricardou, actes du Forum d’hommage à Jean Ricardou, organisé le 21 avril 2018, au Collège international de Philosophie, Impressions Nouvelles, 2018.
2. Jean Ricardou, Du Nouveau Roman à la Textique, Pratique, pédagogie et théorie de l’écriture, Hermann, 2018.
3 Voir les six volumes, parus dans la collection TEXTICA, aux Impressions Nouvelles, en 2012, 2017 et 2018.

Voyages, traversées de langue. Fabrique de la littérature avec Pascal Quignard

Colloque International
dimanche 13 mai 2018 / 10h – 17h40
Maison franco-japonaise
3-9-25, Ebisu, Shibuya-ku, Tokyo, 150-0013 Japon

Avec :
Pascal QUIGNARD (écrivain), Mireille CALLE-GRUBER (univ. Paris III), CHIBA Fumio (univ. Waseda), Patrick DE VOS (univ. de Tokyo), HORIE Toshiyuki (écrivain), HORIKIRI Katsuhiro (univ. Keiô-Gijuku), KANJYA Mie (éd. Suisei-sha), KUWADA Kohei (univ. de Tokyo), MURANAKA Yumiko (univ. métropolitaine de Tokyo), OGAWA Midori (univ. de Tsukuba), OOIKE Sôtarô (univ. de Tokyo), Martine SAADA (éd. Grasset)

Modérateurs : Michaël FERRIER (univ. Chûô), HAKATA Kaoru (univ. des langues étrangères de Tokyo)
Organisation : Société japonaise de langue et de littérature françaises (SJLLF), UMIFRE 19 – MFJ
Co-organisation : univ. de Tsukuba
Parrainage : Ambassade de France au Japon/IFJ
Soutien : JSPS Kakenhi Grant Number : 17HP2003.

Télécharger le programme

A la mémoire de Réa Simon

Réa Simon, Mas Simoun – 1993 – © Eberhard Gruber

Réa Simon est décédée à Paris, le 22 septembre 2017, dans sa quatre-vingt-dixième année.

Réa Karavas était née à Athènes, le 1er août 1928, du mariage de Platon Karavas (1883-1977, né à Chios) et de Marika Antoniadis (1904-1986, née à Constantinople).Son père travaillait dans les affaires bancaires ; le grand-père paternel était propriétaire terrien dans l’île de Chios où Réa passa tous les étés jusqu’à son départ pour la France. La famille s’était installée en 1931 dans le quartier résidentiel de Psychico, à l’époque banlieue verte au nord d’Athènes, réputée pour son bon climat. Fille unique, très choyée, Réa suit les cours de l’Institut Français d’Athènes et commence des études d’archéologie à la Faculté des Lettres. Elle a toujours évoqué ce temps de l’enfance et de l’adolescence comme une période édénique ; et sur son lit de vieillesse, le récit cent fois redit de ces souvenirs l’illuminait encore.

Réa et son père Platon Karavas – 1931 – © DR

Marika Antoniadis – © DR

Réa Karavas rencontre Kostas Axelos à Athènes , lequel, bientôt exilé politique à Paris, prépare une thèse de philosophie à la Sorbonne sous la direction de Maurice de Gandillac et de Jean Wahl. Le mariage a lieu le 13 décembre 1956, à Paris où Réa se rend pour la première fois. Après avoir travaillé quelque temps à la Galerie du Dragon, chez Nina Dausset, qui expose des peintres surréalistes (notamment, elle y fait la connaissance de Matta, Butor, Brauner, Zanartu), Réa Axelos assure pendant quelques mois le secrétariat de la revue Arguments fondée chez Minuit, suite aux événements de Hongrie, par Edgar Morin qui en est le directeur, cependant que Kostas Axelos va prendre la direction de la collection de livres « Arguments ». Il y a auprès d’eux Colette Audry, Roland Barthes, Jean Duvignaud, François Fetjö.

C’est lors d’un dîner chez Annette et Jérôme Lindon, le 2 mars 1962, que Réa Axelos rencontre Claude Simon. Après le succès retentissant de La route des Flandres (1960 : Prix de L’Express, lequel distingue « un romancier ou un essayiste qui cherche des voies nouvelles »), on y fête la sortie du Palace. Il est dans sa cinquantième année, elle a trente-quatre ans. Très vite, Réa, disponible, cultivée, va devenir l’accompagnatrice d’une œuvre dont l’écrivain commence à mesurer toute l’ampleur. Quittant l’hôtel particulier de la rue de la Cloche d’Or à Perpignan, Claude et Réa s’installent à quelques kilomètres, dans la maison patrimoniale de Salses-le-Château (Pyrénées Orientales) qui appartient depuis le XVIIIème siècle à la famille maternelle de Claude.

Réa Simon, Mas Simoun – 1993 – © Eberhard Gruber

Ils partagent leur temps entre cette demeure et l’appartement à Paris. Une très belle photographie de Réa prise à cette époque se trouve dans Photographies (1992). Divorcé de sa deuxième épouse, le peintre-sculpteur Yvonne Ducuing, en 1977, Claude Simon se marie avec Réa en 1978 à Salses .
Pendant plus de quarante années, Réa Simon a apporté un soutien sans faille à l’élaboration de chaque livre. Première lectrice des textes – « ma meilleure lectrice », dit Claude Simon -, elle assure dactylographie, relectures, corrections, remaniements ultimes dont l’écrivain est coutumier. Assurant l’organisation de la vie quotidienne, elle protège le temps et le rythme du travail d’écriture. Sans oublier « le chat » – il y en eut plusieurs -, immanquable compagnon de vie, dont le dernier , « Achille », eut une longévité record de 24 ans. Réa, qui pouvait être assez impatiente et ne pleurait pas facilement, avait des trésors de tendresse pour les animaux et soutenait de nombreux organismes pour leur protection .Pour les chats, c’était une véritable passion.

Achille, Paris, Place Monge, © : Eberhard Gruber.

Quoique vivant à Paris et à Salses, Réa était restée très attachée à la Grèce où elle se rendait régulièrement, les premières années avec Claude, puis seule, y retrouvant ses parents et ses amis. Le roman La Bataille de Pharsale, publié en 1969, est nourri de l’un de ces voyages, en octobre 1967, sur le site historique où se déroula une mémorable bataille entre l’armée de César et celle de Pompée. A propos des Géorgiques, ouvrage qui allait valoir à Claude Simon le Prix Nobel de Littérature 1985, l’écrivain souligne encore, dans une lettre à Jérôme Lindon, ce que représentent six ans de travail, pour lui « et pour Réa qui m’a tout ce temps soutenu » (14 décembre 1980).

Réa Simon, Claude Simon et Mireille Calle-Gruber – Queen’s University, Ontario – 1993 – © Eberhard Gruber

Après la mort de Claude Simon, le 6 juillet 2005, Réa a continué de veiller sur l’œuvre dont elle était l’ayant-droit, et demandé à Mireille Calle-Gruber de la seconder dans cette tâche ainsi que l’avait souhaité Claude Simon.

Réa Simon et Christian Bourquin, Président de la région Languedoc-Roussillon – Médiathèque Claude Simon, Thuir – Mai 2006 – © DR

Les manuscrits ont été donnés à La Bibliothèque Littéraire Jacques Doucet (BLJD) (donation signée en 2004) ; une Convention a été établie entre La Sorbonne Nouvelle, la BLJD, Réa et MCG afin de procéder au traitement numérique des manuscrits (Equipe POLAR : Poétique de l’Archive, avec Hélène Campaignolle-Catel , CNRS ; Melina Balcazar Moreno , Sorbonne Nouvelle ; Florence Clavaud, Ecole des Chartes et Archives Nationales) ; elle a soutenu le projet de publication de la Biographie Claude Simon Une vie à écrire par Mireille Calle-Gruber (Seuil,2011) ; elle a fait publier posthume, dans leur composition originale, Archipel et Nord, deux très beaux textes parus précédemment dans les revues Äland 74 et Finland 74, ainsi que le texte de conférences inédites, Quatre Conférences.
Claude Simon lui a dédié Les Géorgiques, ainsi que son dernier livre paru en 2001, Le Tramway : « A Réa, encore ».

MCG

Platon Karavas – © DR

Platon Karavas – © DR

Platon Karavas à Psychico – © DR

Marika Antoniadis – © DR

Photographies d’archives publiées avec l’aimable autorisation de Aristides Balanos