France Culture, La Compagnie des Œuvres Épisode 2 : La profondeur du jeu dans l’oeuvre de Robbe-Grillet

Matthieu Garrigou-Lagrange était en compagnie de Mireille Calle-Gruber, critique littéraire et professeure émérite à l’université Sorbonne Nouvelle, pour parcourir l’œuvre de Robbe-Grillet dans l’émission La Compagnie des Œuvres sur France Culture

« Parler du contenu d’un roman comme d’une chose indépendante de sa forme, cela revient à rayer le genre entier du domaine de l’art. Car l’œuvre d’art ne contient rien […]. L’art n’est pas une enveloppe aux couleurs plus ou moins brillantes chargée d’ornementer le “message’’ de l’auteur, un papier doré autour d’un paquet de biscuits […] », affirme Robbe-Grillet dans l’essai Pour un nouveau roman, une collection d’articles de sa main parue en 1963. Et de conclure : « Ne pourrait-on avancer au contraire que le véritable écrivain n’a rien à dire ? Il a seulement une manière de dire ». 

Dans le deuxième volet de cette série consacrée à celui qu’on avait coutume de surnommer le « pape du Nouveau Roman », nous dégageons trois périodes constitutives de son œuvre, fondée dans une certaine mesure sur une critique du roman traditionnel, et nous interrogeons la nature du biographique dans la trilogie des Romanesques.

Le lecteur, ayant l’habitude des conventions, les attend. C’est pourquoi Robbe-Grillet disait qu’il fallait construire son lecteur, lui montrer quelles étaient les nouvelles règles du jeu. Cependant, quand on change la donne, il faut un temps d’adaptation. Entre la mort du roman et la mort du personnage, on a accusé les adeptes du Nouveau Roman de nombre de choses.

Mireille Calle-Gruber

Le Nouveau Roman essaie de nous faire jouir de certaines aventures, mais aussi de nous faire apprécier l’art avec lequel cela est fait. On a ainsi un plaisir double, romanesque et intellectuel.

Mireille Calle-Gruber

Quand Robbe-Grillet écrit Le miroir qui revient, il est en train de faire de l’autobiographie, mais de l’autobiographie très déconstruite, au second degré, avec cette conscience qui était celle de Sarraute, et la fit s’exclamer : « Comment, tu vas faire ton autobiographie ?

Mireille Calle-Gruber

Renaissance d’une Archive inconnue : Les assemblages sur paravents de Claude Simon exposés pour la première fois au Musée d’art moderne de Collioure

CLAUDE SIMON DE L’IMAGE À L’ÉCRITURE

12 JUIN – 19 SEPTEMBRE 2021

COMMISSARIAT :
MIREILLE CALLE-GRUBER
ROMANCIERE, CRITIQUE LITTERAIRE, UNIVERSITAIRE

Auteur austère, œuvre difficile. Les préjugés qui entourent Claude Simon ne manquent pas. Encore aujourd’hui, il reste un écrivain méconnu de la littérature française.
Originaire de Perpignan, séjournant à Collioure dans les années 30, Claude Simon obtient le prix Nobel de littérature en 1985, consécration ultime pour celui qui se rêve peintre avant de se consacrer à l’écriture. Le Nobel récompense celui « qui, dans ses romans, combine la créativité du poète et du peintre ». C’est dire l’imbrication dans son œuvre du mot et de l’image !

Lorsqu’il n’écrit pas, Claude Simon développe une œuvre plastique d’une rare densité. Entre 1955 et 1965, il réalise de grands assemblages de papiers collés où l’œil se perd.

La mémoire visuelle est plus vive que celle des idées

Claude Simon, Correspondances

L’exposition du musée de Collioure dévoile cette œuvre inédite et la replace dans le contexte plus large de l’histoire du collage. Kurt Schwitters, Robert Rauschenberg, Louise Nevelson, Yvonne Ducuing, Jacques Prévert… autant d’artistes qui firent du collage un des modes d’expression privilégiés des avant-gardes du XXème siècle.
Présentée à Collioure, lieu emblématique de son engagement artistique et politique, cette exposition dévoile un aspect méconnu de l’œuvre de Claude Simon et éclaire un pan oublié de l’histoire artistique de la petite cité.

LE PARCOURS

ACCUMULER, ASSEMBLER, COLLER

Accumuler, assembler

Qu’il photographie les graffitis du quartier Saint-Jacques de Perpignan, les bois flottés rejetés par la mer à Canet ou les pêcheurs de Collioure, ses photographies font la part belle à l’accumulation et l’assemblage tout autant qu’à la trace et au trait, prémices de l’écriture.

Assembler, coller

Claude Simon découpe des images puisées dans des revues d’art et d’actualité et les assemble par des procédés divers. Collées, punaisées, ces images forment des grandes compositions foisonnantes où le regard se perd. Son œil aiguisé et sa connaissance de la peinture nourrissent ces grands assemblages où se multiplient les références. Les images « immortelles » de Cézanne, Picasso, Manet… se mêlent à la fugacité des images d’actualité, à la banalité et au commun.

LE TRAVAIL D’ECRITURE

Claude Simon se consacre entièrement à la littérature à partir de La Route des Flandres (1960), transportant dans l’écriture ses expériences et techniques d’artiste.
Fidèle à sa formation de peintre, Simon cherche une forme qui puisse concilier la simultanéité d’une œuvre visuelle avec la linéarité de l’écriture.
Le collage pour ses paravents, le cadrage pour ses photographies, le montage sont des outils que Claude Simon utilise de manière abstraite dans son écriture.
Eminemment malléable, celle-ci est faite de mots récoltés, d’histoires amassées et de souvenirs collectionnés que l’écrivain ne cherche pas à ordonner mais dont il restitue la force foisonnante dans une œuvre dense qui nous entraîne dans le flot des images, à la recherche d’une mémoire.



Contact

CLAIRE MUCHIR
CONSERVATRIE DU PATRIMOINE
DIRECTRICE
MUSEEDECOLLIOURE[a]GMAIL.COM

NADINE SKILBECK
ACCUEIL ET SECRETARIAT
CONTACT[a]MUSEECOLLIOURE.COM

MUSÉE D’ART MODERNE DECOLLIOURE
VILLA PAMS
4 ROUTE DE PORT-VENDRES
66190 COLLIOURE
+33(04) 30 44 05 46

CONTACT[a]MUSEECOLLIOURE.COM
WWW.MUSEECOLLIOURE.COM

Hommage à Bernard Noël

par Mireille Calle-Gruber

Au Rendez-vous des Amis, Bernard Noël a toujours répondu présent, même lorsque sa santé chancelait.

Dans le livre qui porte ce titre et qui réunit des poèmes dédiés, Michel Butor fait ainsi le portrait de Bernard Noël :

Bernard Noël
(Urbain d’Orlhac)

La fleur de l’âge
Comme dans le septième cercle 
de l’Enfer au second giron
s’échappent des arbres humains
sang et paroles à la fois

Ainsi tout au long des parois
du château des livres blessés
perlent des lames et des souffles
venus d’avant les alphabets

Mais des pétales d’inscriptions
s’ouvrant dans les bourgeons poisseux
montent les parfums des rivages
par tant de naufrages rêvés

(Michel Butor, Au Rendez-vous des amis, L’Amourier, 2003)

Dans le dernier entretien public qu’ils eurent, le 17 novembre 2012, à la Médiathèque de Lille, dans le Programme de Citéphilo, Michel Butor et Bernard Noël parlèrent de « L’Utilité poétique ». Cet entretien est publié dans Nord’ n°62, décembre 2013.

À la verve embrassante, pleine de souplesse de Butor, Bernard Noël répond par la force douce d’une parole dont le laconisme offre plus de résistance que tous les discours. Le partage de vues des deux interlocuteurs n’empêche pas la radicalité. Bernard Noël donne ainsi de la poésie  –  en vérité de la littérature  –  une définition fondamentale : « la poésie est ce qu’aucune explication n’épuise, je pense que c’est ça qui la rend intolérable. Intolérable /…/ parce que, si rien ne l’épuise, il n’y a pas moyen de la posséder./…/ On ne peut devenir propriétaire d’un texte, on peut le lire et y prendre plaisir, le partager, mais il renaît, si je puis dire, chaque texte renaît de la lecture qu’on en fait, donc, il est inépuisable. » 

Et Bernard Noël de pointer les persécutions que subissent la poésie et les institutions qui la soutiennent. Et de s’inquiéter, aussi, là où Butor salue la diversité des supports de texte, de l’extériorisation technologique de la littérature et de la lecture, lesquelles passent avant tout par une expérience tout intérieure: « Quand on écrit, quand on peint, quand on s’exprime, on met à l’extérieur de soi ce qui était jusque-là à l’intérieur. Mais s’il n’y a plus que de l’extérieur, qu’est-ce qui va se passer? »

Au contraire, avec Claude Ollier, si réservé si fragile, dont Bernard Noël a toujours soutenu et publié les livres, le laconisme de Bernard était tout d’accueil, d’attention et de respect généreux, laissant la place à l’expression des retraits et pudeur de son interlocuteur. Leur entretien que je sollicitai à La Maison des écrivains, rue de Verneuil, lors des rencontres consacrées à « Claude Ollier Passeur de fables » (11-13 décembre 1997), fut particulièrement émouvant.

Bernard Noël choisit de concentrer le dialogue sur « le travail, cette intimité, impartageable au fond », et sur comment le lecteur en arrive à partager tout à coup « la bouche de l’écrivain » ; à partager, aussi, l’entièreté de son espace « où il n’y a plus ni dehors ni dedans » (Claude Ollier Passeur de fables, textes réunis et présentés par Mireille Calle-Gruber, jeanmichelplace, 1999,p.238)

Au terme de cette conversation, presque un murmure entre deux amis qui avaient oublié le public, Claude Ollier en vint à confier les considérations les plus intimes qui soient quant à son travail quotidien : « ce sentiment de jouissance extraordinaire d’écrire quelque chose qui est effacé tout de suite. De même que tout geste est effacé tout de suite, le pas dans le sable, la neige, les cailloux… » 

Et je veux citer telle quelle la fin de l’entretien, autant dire le tact du silence de Bernard Noël cueillant la beauté de cet effacement tant poétique qu’ontologique :

CLAUDE OLLIER – /…/ On peut parler de l’impermanent, de l’éphémère, du passage, mais jouir de cette pensée dans sa vie, dans les moindres détails. –  ce n’est certainement pas un aboutissement, mais : c’est une conquête. Et cette conquête abolit bien des tracas du cours du temps.

BERNARD NOEL –  J’ai envie d’arrêter là.

De ces trois amis, Michel Butor, Bernard Noël, Claude Ollier qui furent aussi un peu mes amis, celui qui m’intimidait c’était Bernard : à cause de cette mélancolie intime qui chez lui est la forme d’une exigence et d’une vigilance sans faille.

Lors de notre première rencontre, il m’avait raconté que « Noël » était le nom de famille que l’on donnait autrefois aux enfants trouvés  qui étaient sans-nom.

J’ai toujours pensé que, de la poésie, Bernard Noël, incessamment,  en faisait l’enfant trouvé, ré-engendré, ré-inventé, re-nommé, re-né dans le corps des mots de la langue. Inépuisable à jamais.

Mireille Calle-Gruber

[Archives du mois] Les affiches de cirque. Photographies de Claude Simon, Salses, 1971.

Les affiches déchirées, tout comme les graffitis et les taches d’humidité sur les murs, sont pour Claude Simon des traces fascinantes que l’oeil scrute à la recherche du mouvement des choses infimes.
La description des affiches de cirque est un leitmotiv de Triptyque, roman paru en 1973. Ce leitmotiv introduit au mouvement scopique de la narration qui fait bifurquer à tout moment le récit, et devient une métaphore de l’écriture et de la lecture.
 

« Le côté sud de la grange est tapissé d’affiches aux couleurs vives, superposées, les plus anciennes aux coins soulevés, ou déchirées, ternies par les intempéries, la plus récente, de grandes dimensions, représentant la piste d’un cirque où un dompteur aux bottes luisantes armé d’un fouet exécute un numéro de dressage. L’affiche est encadrée d’une bande jaune semée d’étoiles rouges. Sous les effets alternés de l’humidité et de la chaleur les planches qui constituent la paroi de la grange ont joué, gonflant ou se contractant, de sorte que quelques déchirures s’ouvrent dans la couche des affiches superposées. L’une d’elles toutefois, plus importante, semble avoir été agrandie à dessein. Au pied de la cascade s’est creusé un bassin dont on ne voit pas le fond, en forme de cuvette, à peu près circulaire. Sur ses bords l’eau très pure permet de voir le fond ocre du tuf. A mesure que la profondeur augmente l’eau verdit d’abord, puis devient d’un bleu de lessive qui s’épaissit par degrés, presque noir au centre du bassin. Il faut un moment pour que l’oeil collé à la fente que l’on a agrandie se fasse à la demi-obscurité qui règne dans la grange et distingue les objets. »

Extrait de « Triptyque » (p.10-11), 1973 aux Éditions de Minuit

Photos publiées avec l’aimable autorisation de Mireille Calle-Gruber ayant-droit moral pour l’œuvre de Claude Simon


Assia Djebar – Le manuscrit inachevé

sous la directions de Mireille Calle-Gruber et Anaïs Frantz

Photo : Irmeli Jung / Graphisme : Marine Palmesani

Ce livre apporte un éclairage tout à fait nouveau sur l’écriture d’Assia Djebar, écrivain majeur de la littérature francophone, élue à l’Académie française en 2005, en publiant un texte inédit, manuscrit inachevé qui devait s’intituler « Les Larmes d’Augustin » et constituer un « Quatuor algérien » avec les trois romans précédemment publiés : L’Amour, la fantasia, Ombre sultane, Vaste est la prison. 

Extrait du tapuscrit qui aurait s’intituler « Les larmes d’Augustin »

Au centre du volume : le tapuscrit des trois premiers chapitres du roman, qui ne s’appellera jamais Les Larmes d’Augustin. Et un mystère : celui de l’inachèvement de ce texte, écrit et projeté pendant vingt ans, dont il semble que l’architecture soit demeurée indécise. Publier un tel document, c’est instituer le manuscrit en archive, c’est-à-dire en assurer la transmission et l’héritage, en le donnant aux lectures à venir. Faire lire un manuscrit inachevé, c’est aussi s’obliger à en respecter l’inachèvement, c’est-à-dire l’accompagner d’une réflexion critique méthodologique. Par quoi il devient objet de recherche.

Assia Djebar, 1957. Elle prend ce pseudonyme pour la publication de son premier roman La Soif. DR

Depuis sa rencontre avec Assia Djebar, en 1987, Mireille Calle-Gruber a accompagné l’oeuvre de l’écrivain par la publication d’études (Assia Djebar ou la résistance de l’écriture, 2001 ; Assia Djebar, ministère des Affaires Étrangères, 2006) et de colloques (dont le colloque de la Maison des écrivains à Paris, en collaboration avec l’Académie royale de Belgique, 2005, et le colloque de Cerisy, publié aux PSN, en 2010) mais aussi d’inédits d’Assia Djebar et d’entretiens avec elle. Elle a prononcé la Laudatio d’Assia Djebar lors de la remise du doctorat honoris causa de l’université d’Osnabrück à l’écrivain. Assia Djebar projetait de tourner un film sur le roman de Mireille Calle-Gruber : Tombeau d’Akhnaton.

Anaïs Frantz enseigne la littérature et les études de genre à Paris. Chercheure associée de l’ITEM/CNRS où elle travaille sur les manuscrits de Violette Leduc, elle a également publié plusieurs ouvrages avec Mireille Calle-Gruber dont Politique et poétique du genre dans les migrations. Femmes entre les deux rives de la Méditerranée (Presses de Tanger, 2011).

Ouvrage papier – 978-2-37906-060-1 – 238 pages – 29,90 €
Edition par Presses Sorbonne Nouvelle

[Carte blanche] Poezibao invite Mireille Calle-Gruber

(Carte blanche) à Mireille Calle-Gruber, manifeste pour une nouvelle critique, lecture de La Voleuse de fruits ou Aller simple à l’intérieur du pays de Peter Handke

De gauche à droite : Pierre Deshusses, Peter Hendke et Mireille Calle-Gruber lors du colloque de Cerisy « Peter Hendke. Analyse du temps » – Août 2017

Poezibao publie aujourd’hui un véritable essai de Mireille Calle-Gruber, lisant La Voleuse de fruits ou Aller simple à l’intérieur du pays, de Peter Handke. Elle propose là une très forte démonstration de son approche critique en ce que l’on peut considérer comme un manifeste pour une nouvelle critique. Mireille Calle-Gruber la nomme critique épique.

« pour lire, il faut se rendre au texte : à la textualité, la textilité, le tissage, la tessiture. Entrer dans le texte, épouser ses rythmes et ses risques de fluctuations – ce qu’aucun système de pensée ne saurait saisir sans les annihiler.

C’est dire que la critique n’est pas seule, qu’elle n’a pas la maîtrise du tout-sachant ni le monopole du point de vue (theoria). Elle est invitée à désarmer, à poser la boîte à outils, à se laisser aller à la lecture en tous sens. A s’en remettre au voyage des signes.

Ainsi, la critique avance dans les pas épiques du récit, intègre sa marche. Elle marche avec : “Mais avec qui ? Avec quoi ? Avec ! J’étais libre, j’étais dans mon droit.” (p. 45) Bref, c’est une critique épique qu’appelle La Voleuse de fruits. Qu’est-ce à dire ? » 

ou encore

« La critique épique est une jeune voleuse de fruits. Elle guette l’apparition des formes. Elle se tient à la naissance des formes, et à la re-naissance des langues, lesquelles croissent par leurs différences dans le récit de Handke – alphabet cyrillique et alphabet latin, marche inverse de la scription arabe, signes diacritiques de la transcription du grec, survenue de l’étranger espagnol, slovène, français, russe…
La critique épique n’exerce aucun pouvoir. Elle est un potentiel, un ensemble de facultés qu’elle apprend à déployer par le texte (grâce à lui).

Elle respecte les indécidables de l’œuvre, ses zones d’ombre, ses nébuleuses. “l faut quand même un espace nébuleux, aussi, dans l’analyse, une espèce d’imprécision qui fait partie d’une bonne critique”, dit Peter Handke.

Elle apprend à bifurquer, elle rallie, elle relie, elle témoigne de la vie métaphorique et inépuisable de l’œuvre. Elle apprend à écrire c’est-à-dire à peser ses mots et à transmettre. Car seule une écriture (critique) peut répondre de l’écriture (littéraire). »

[ARCHIVE DU MOIS] Claude Simon et Natahlie Sarraute

Claude Simon et Nathalie Sarraute se retrouvent à Helsinki, le 11 septembre 1984, invités à une Rencontre littéraire à l’Université, et reçus par l’Ambassadeur de France en Finlande, Roland Husson.

Nathalie Sarraute vient de publier Enfance (1983), Claude Simon Les Géorgiques (1982). Tous deux sont « nobélisables ». C’est Claude Simon qui recevra, l’année suivante, le Prix Nobel de Littérature 1985.

Archives Claude Simon DR

Écritures V. Systèmes d’écriture, imaginaire lettré

Sous la direction de Karine Bouchy et Hélène Campaignolle-Catel

Avec les contributions de :Helene Campaignolle-Catel, Karine Bouchy, Michel Melot, Violaine Anger, Luc Bachelot, Yves JEANNERET, Jean-Jacques Glassner, Olivier Venture, Pascal Vernus, Francois Lissarrague, Florence Dumora, Sophie Lesiewicz, Julio Castanon, Guimaraes, Jan Baetens, Barbara Wright, Laurence Danguy, Claire Bustarret, Gaelle Theval, Torahiko Terada, Marianne Simon-Oikawa, Marie Laureillard, Hye-Min Lee, Jeon-Kyung Lee, Anne-Marie Christin, Roger Chartier, Bernadette Bricout

Pages : 420 pages
Date de parution : 2020
Format : 16×24

Ce volume s’inscrit en dialogue avec les travaux de la chercheuse Anne-Marie Christin, auteure de plusieurs ouvrages ayant fait date dans le domaine des relations texte-image : L’Image écrite ou la déraison graphique, Poétique du blanc, L’Invention de la figure.

Il rassemble les contributions du colloque Ecritures V organisé à l’INHA en décembre 2015 par l’UMR THALIM (CNRS/Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3), en partenariat avec l’université Paris Diderot, l’EHESS, l’université Paris Nanterre, l’université de Tokyo, et le Centre d’étude de l’écriture et de l’image (CEEI). Le colloque Écritures V avait rassemblé une trentaine de chercheurs français et étrangers ayant travaillé étroitement avec A.-M. Christin. L’ouvrage des actes rassemble vingt-six contributions, une bibliographie et un index. Il se construit autour des quatre pôles essentiels de la pensée de la chercheuse : Un regard nouveau sur l’écriture et le visible ; Origines et devenirs iconiques de l’écriture La lettre et l’image Poétique du blanc, silences du noir. Il intègre en outre plusieurs témoignages. La variété des objets d’analyse convoqués – calligraphie latine et est-asiatique, écriture manuscrite et typographie occidentales, dessins, rébus, poèmes visuels, poèmes performés, estampes, peintures, paravents – indique en creux une cartographie des objets culturels et artistiques sur lesquels s’est exercée de façon privilégiée la pensée théorique d’Anne-Marie Christin.

Son titre fait référence à la série de quatre ouvrages collectifs Écritures publiés par ses soins entre 1982 et 1994. Les contributions et témoignages rassemblés en fin d’ouvrage offrent un portrait ultime de la chercheuse qui souligne sa constante interrogation des « systèmes d’écriture » alliée à la quête plus récente d’un « imaginaire lettré » propre à chaque culture. Cette articulation « systèmes d’écriture » et « imaginaire lettré », choisie pour sous-titre d’Ecritures V, permettra, nous l’espérons, d’ouvrir de nouveaux horizons à la réflexion des lecteurs de son œuvre.

[À PARAÎTRE] Dossier monographique « Le divers dans l’œuvre de Mohammed Dib » dans la revue Thélème

Fin décembre paraîtra le Vol. 35 Núm. 2 de la revue Thélème. Revista Complutense de Estudios Franceses (2020) avec un dossier monographique : « Le divers dans l’œuvre de Mohammed Dib »

Université de Madrid, Espagne
ISSN : 1989-8193 (revue électronique)

Avec la participation de :

Ana Alonso García, Jesús Bretos Bórnez, Ali Chibani, Abdelkader Djemaï, Anne Guillot, Wassila Latroch, Karima Lazali, Florence Gérard Lojacono, Françoise Paulet Dubois, Domingo Pujante González, Rita Rodríguez Varela, Abdellah Romli, Hervé Sanson, Fernando Sanz-Lázaro, Didier Tejedor de Felipe, Habib Tengour, Maider Tornos Urzainki, Natalia Zorrilla

Revue Europe – Mohammed Dib – Jean Sénac – juin/juil./août 2020

Couverture de Europe, revue littéraire mensuelle de juin-juillet-août 2020

Europe n° 1094-1095-1096, juin-juillet-août 2020, dossier Mohammed Dib, sous la coordination de Hervé Sanson,

avec les contributions de : Hervé SANSON, Frédéric-Jacques TEMPLE, Albert MEMMI, Habib TENGOUR, Abdelkader DJEMAI, Naget KHADDA, Benjamin GUERIN, François DESPLANQUES, Abdellatif LAÂBI, Denise BRAHIMI, Karolina RESZTAK, Charles BONN, Abdellah ROMLI, Tristan LEPERLIER, Ismaïl ABDOUN, Claire RIFFARD, Manel AÏT MEKIDECHE, Lakis PROGUIDIS, Catherine BRUN, Salim JAY, Mohammed DIB, Angelica AMMAR, Samira NEGROUCHE, James SACRE, Phillippe BORDAS, Jean-Pierre CHAMBON, Pierre JORIS, Satoshi UDO (suivi d’un dossier secondaire sur Jean SENAC,

coordonné par GUY DUGAS).

Un siècle après la naissance de son auteur, l’œuvre de Mohammed Dib (1920-2003) ne cesse de nous surprendre et de nous émerveiller. Celui qui, pendant la guerre d’indépendance, se fit le chantre, dans sa trilogie romanesque (La Grande MaisonL’Incendie et Le Métier à tisser) d’une Algérie profonde, miséreuse et souffrante, fut aussi de ceux qui donnèrent à la littérature algérienne cette dimension universelle qui la caractérisa très tôt. Romancier, conteur, auteur dramatique, mais aussi poète avant tout et toujours, les études, témoignages et textes inédits réunis dans le présent dossier tracent le portrait d’un écrivain dont l’élévation d’esprit n’a d’égale que l’inventivité verbale.

Poète algérien « de graphie française », selon son expression, Jean Sénac (1926-1973) fit une entrée fracassante en poésie, au milieu des années 1950, sous le double patronage d’Albert Camus et de René Char. Des nuits de son exil parisien à celles de sa « cave-vigie » de la rue Élisée-Reclus, à Alger, où il vécut et fut assassiné, Sénac aura traversé sa trop brève existence comme le veilleur d’Eschyle, les yeux fixés vers l’horizon, guettant une aurore qui tardait à poindre. C’est pourtant une poésie généreuse et solaire que celle de Sénac, une poésie de « l’atelier immense du soleil », comme l’écrivait René Char.

Claude Simon, passions du corps

Numéro 35 de la revue ElseneurPresses Universitaires de Caen 2020

Ce volume, publié sous la direction de Marie-Hélène Boblet et Marie Hartmann, propose une analyse renouvelée du traitement des corps et de leurs métamorphoses artistiques dans l’œuvre de Claude Simon.

Dans l’œuvre de Claude Simon, les descriptions de corps ont un rôle primordial. Ils y apparaissent d’abord directement exposés aux rigueurs de la nature et aux violences guerrières. Puis, la réflexion est infléchie par la prise en compte de la place du corps de l’artiste et, en particulier, l’importance des dessins de la main de l’auteur. Dès lors, les analyses portent sur la représentation des corps, ils sont donc abordés indirectement comme des objets artistiques mais encore comme les lieux d’une tension entre Éros et Thanatos. Une autre forme de discordance anime la construction des récits qui thématisent leur impossible fin. Loin de mener à un constat d’échec, elle ouvre à la relecture et ranime la passion des lecteurs.

Extraits

[ARCHIVES DU MOIS] Hommage à Nelly Kaplan, décédée le 12 novembre 2020 à Genève, à 89 ans

Séminaire de Mireille Calle-Gruber « Hospitalité de la littérature et des arts », lors duquel elle reçut Nelly Kaplan (cinéaste et écrivaine). Nelly Kaplan présente ses films : À la source, la femme aimée (dessins d’André Masson) ; Le regard Picasso et Gustave Moreau

Nelly Kaplan, c’est tendresse et vitriol.
Elle aimait l’intelligence, celle qui accueille l’humour, l’érotisme et les forces paniques de la nature. 
Elle aimait se présenter en flibustière du cinéma et des arts, affichant l’audace jusqu’à la subversion, le non-conformisme jusqu’à l’insoumission  –  et certains ouvrages subirent la censure : tels son film A la source, la femme aimée, avec André Masson (1965) et son récit Mémoires d’une liseuse de draps, J.J. Pauvert 1974, augmenté et republié en 1998 à La Différence : Un manteau de fou rire ou les Mémoires d’une liseuse de draps.   
Elle portait haut les couleurs du surréalisme à sa façon, et sans être féministe, elle revendiquait le « pouvoir féminin » qu’elle replace aux sources d’un soulèvement foncièrement révolutionnaire. Ou : de la révolution comme principe des arts.   
Ainsi son premier long-métrage, La Fiancée du pirate (1969), est-il devenu un film culte qui n’a pas pris une ride.   
Nelly Kaplan n’a jamais vieilli : c’est la société qui a vieilli autour d’elle et qui s’est tristement racornie. Malgré les obstacles à la réalisation de ses derniers projets, elle est restée crâne et sans concession. Fidèle à son œuvre éternellement jeune.   
Claude Makowski, son compagnon, co-scénariste de La Fiancée du pirate, avec qui elle fonda la maison de production Cythère Films, écrivait d’elle :   

Kaplan ne revendique aucune égalité d’aucune sorte. Elle revendique le pouvoir égal de vivre, de jouir, de créer, d’inventer, sans tricheries ni domination.


Poème-portrait de Nelly Kaplan, publié dans
Improvisations sur Mireille Calle-Gruber, 
Elne, Voix-éditions Richard Meier, 2013,
recueil de textes d’écrivains et artistes réuni
à l’occasion du colloque international organisé en Sorbonne
20 et 21 juin 2013, » « Je mets mon amour du monde à l’abri
du monde dans la littérature ». Mireille Calle-Gruber ou les promesses de la littérature et des arts« 
organisé par Melina Balcazar, Sarah-Anaïs Crevier Goulet, Anaïs Frantz, Elodie Vignon
et édité aux éditions Hermann, 2015.

MIREILLE CALLE-GRUBER      
Un regard pétillant d’intelligence.      
Un rire qui éclate à l’improviste pour se diluer ensuite en vagues concentriques      
d’humour fou.      
Une curiosité généreuse de tout et de tous.      
Une créativité en expansion à rendre jaloux le Big-Bang…      
Voilà quelques ingrédients du superbe cocktail Mireille Calle-Gruber.       
A consommer sans modération et en affectueuse admiration.          
Nelly Kaplan


Affiche réalisée pour le séminaire « Littérature et arts. Hospitalités et passages des œuvres« , Mireille Calle-Gruber recevait le mardi 10 janvier 2012 en salle Bourjac à la Sorbonne Nelly Kaplan, cinéaste et écrivain. Elle a présenté aux étudiants et chercheurs ses films À la source, la femme aimée (dessins d’André Masson) (1965), Le Regard Picasso (1967), et Gustave Moreau (1961).

Nelly Kaplan, le verbe et la lumière

Textes réunis et présentés par Mireille CALLE-GRUBER et Pascale RISTERUCCI

  • Date de publication : juin 2004
  •  – format : 13,5 x 21,5 cm • 216 pages
  • ISBN : 2-7475-6647-1

Ecrire pour inventer (à partir des travaux de Jean Ricardou)

Actes du colloque de Cerisy, sous la direction de Mireille Calle-Gruber, Marc Avelot et Gilles Tronchet, éditions Hermann, 2020.

La diversité des travaux de Jean Ricardou et leur fondamentale unité se résument en un principe : une infatigable pratique de l’écriture, alliée à des investigations théoriques des plus rigoureuses. Telle est la dynamique qui a fait de lui un écrivain plein d’audaces en même temps qu’un pédagogue et un théoricien : explorateur du Nouveau roman, promoteur des ateliers d’écriture, il est aussi l’inventeur d’une discipline ayant l’écrit pour objet : la textique.
Ainsi la remarquable inventivité dont il a fait preuve dans le domaine du récit fictionnel s’est conjuguée avec une capacité hors du commun à tirer des leçons générales de ses expérimentations novatrices, à produire des ensembles de concepts permettant de mieux comprendre les mécanismes de l’écriture et leurs enjeux.

Ce volume, issu d’un colloque de Cerisy (août 2019), déploie les facettes d’un parcours intellectuel sans précédent, qui invite à renouveler les méthodologies dans des domaines très variés (pratique de la fiction, enseignement de l’écriture, analyse d’œuvres littéraires, plastiques et musicales, urbanisme, architecture), auxquels la textique peut apporter de nouveaux éclairages.


Contributions :

Isabelle Alfandary, Marc Avelot, Nicole Biagioli, Daniel Bilous, Claudia Bouliane, Mireille Calle-Gruber, Jeanne Castillon, Bente Christensen, Didier Coste, Giuseppe Crivella, Johan Faerber, Johanna Gossart, Édith Heurgon, Sjef Houppermans, Quentin Lazzareschi, Paul Léon, Laurent Lienart, Alain Longuet, Claudy Malherbe, AMarie Petitjean, Jean-Claude Raillon, Christelle Reggiani, Hermes Salceda, Bernardo Schiavetta, Rémi Schulz, Sandra K. Simmons, Joana Teule, Nicolas Tixier, Jean-Christophe Tournière et Gilles Tronchet.

Préfacier :

HEURGON Édith

Les Écritures paradoxales de la passion Pour Bernard Alazet

Directeurs d’ouvrage: 

Calle-Gruber (Mireille), Degenève (Jonathan), Ogawa (Midori)

Ce volume réunit dix-neuf textes en écho à l’œuvre de Bernard Alazet où se répondent les écritures de Bergson et Sarraute, de Henry James et Marguerite Duras, de Michel Butor et Yves Bonnefoy.

ISBN: 978-2-406-08978-0
ISSN: 2494-6109
DOI: 10.15122/isbn.978-2-406-08979-7
Éditeur: Classiques Garnier

PARUTION | Sur le geste de l’abandon – Pascal Quignard

Sous la direction de Mireille Calle-Gruber


Comment décide-t-on de passer la main ?

Comment décide-t-on de se donner au don, de faire donation de ses manuscrits ?

De s’archiver ? dans les maisons d’archontes d’aujourd’hui que sont les bibliothèques, où veillent les conservateurs et où l’on administre la mémoire.

Faire donation, c’est faire testament. C’est se remettre à la
mémoire collective.

[…]

Donnant ses manuscrits, l’écrivain se laisse à jamais déborder par la lave des livres, par le feu de l’écriture et les bouillonnements qui ont fait surgir des formes inédites – iconoclastes.

Il lègue à l’a-venir le trouble puissant des origines : l’impétueux, l’intempestif, l’inclassable, la « forme errante ». Se déprenant, il émancipe son oeuvre, la rend à ses mues, à ses chemins forestiers (Holzwege) qui mènent nulle part, si ce n’est au bois dont on fait les livres. Il la désancre, la désactualise, la désassigne, la redonne
à la transtemporalité qui la constitue.

Mireille Calle-Gruber

Photographie par Eugenio Prieto Gabriel, rue Manin, 25 juin 2019. Pascal Quignard tenant le volume d’Apollonios à la page où Boutès saute soudain dans la mer. À droite, fichée dans les volumes Suétone, la plume de mue d’été de la corneille Ba Yo qui a joué, volé, marché sur toutes les scènes de France, deux ans durant, dans La Rive dans le noir.

L’image pense. Soit elle arrive en premier. Elle est dans le brouillon. Elle appartient au griffonnage qui n’est pas encore une écriture articulée, syntaxée. Elle est indissociable des premiers mots du manuscrit. Elle cherche.

Soit elle surgit à la fin, elle se surajoute alors au tapuscrit que l’imprimante renouvelle sans cesse au regard. Elle conforte. Elle s’auto-persuade. Au fil des relectures elle accapare et surcharge les marges. Elle condense, elle résume. Elle profite du blanc des fins de chapitre. Elle surplombe la dactylographie, faisant appel au thé ou à la gouache.

Ou bien elle préfigure : elle rêve. […]

Pascal Quignard

Paru le 02/09/2020
ISBN : 9791037003270
Collection : Hors collection
Thématique : Langues et littératures
Dimensions : 21 x 26 cm
Pages : 196
Prix : 50,00 €