[Archives du mois] Jahrbuch der deutschen Schiller-Gesellschaft – Band LXII 2018

Donation des archives de Peter Brugger : Claude Simon im deustschen Literaturarchiv (Claude Simon aux Archives Littéraires d’Allemagne) auprès des Archives Nationales Allemandes de Marbach

Entretien télévisé de Peter Brugger et Claude Simon à Salses (Pyrénées Orientales) du 1er au 5 septembre 1974 et tournage aux Planches près Arbois du court-métrage L’impasse (Die Sackgasse) conçu par Claude Simon à partir de son roman Triptyque.

Le tournage s’est effectué en 2 étapes :
– Du 20 au 24 mai 1975 aux Planches
– Du 2 au 6 juin 1975 dans les studios du Saarländischer Rundfunk à Saarbrücken

La totalité des entretiens est publiée pour la première fois en allemand traduit par Gerda Scheffel dans Jahrbuch der deutschen Schiller-Gesellschaft – Band LXII 2018 aux éditions De Gruyter

Articles de Ulrich Raulff, Mireille Calle-Gruber, Peter Brugger
Entretien Peter Brugger et Claude Simon

Voir des extraits de l’ouvrage
Se procurer l’ouvrage

Voir aussi :

Les Triptyques de Claude Simon ou l’art du montage
paru aux Presses Sorbonne Nouvelle en 2009

Peter Brugger et Claude Simon – Novembre 1974 – Paris – Photo : Georg Bense
Gerda Scheffel et Claude Simon dans les studios du Saarländischer Rundfunk à Saarbrücken – juin 1975 Photo : Georg Bense

[Archives du mois]

Personnages dans un jardin, Les Planches – Jura. © Archives privées de Claude Simon

Cette photo de l’album de famille de Claude Simon inspire le récit de la vie de Marie dans son roman L’Herbe ainsi que dans la pièce de théâtre La Séparation

L’image fut aussi reproduite dans le Programme de la pièce à l’occasion de sa représentation au Théâtre de Lutèce en mars 1963. La mise en scène était de Nicole Kessel.

Affiche - La Séparation
Affiche de La Séparation mise en scène par Nicole Kessel au Théâtre de Lutèce en mars 1963

A la mémoire de Réa Simon

Réa Simon, Mas Simoun – 1993 – © Eberhard Gruber

Réa Simon est décédée à Paris, le 22 septembre 2017, dans sa quatre-vingt-dixième année.

Réa Karavas était née à Athènes, le 1er août 1928, du mariage de Platon Karavas (1883-1977, né à Chios) et de Marika Antoniadis (1904-1986, née à Constantinople).Son père travaillait dans les affaires bancaires ; le grand-père paternel était propriétaire terrien dans l’île de Chios où Réa passa tous les étés jusqu’à son départ pour la France. La famille s’était installée en 1931 dans le quartier résidentiel de Psychico, à l’époque banlieue verte au nord d’Athènes, réputée pour son bon climat. Fille unique, très choyée, Réa suit les cours de l’Institut Français d’Athènes et commence des études d’archéologie à la Faculté des Lettres. Elle a toujours évoqué ce temps de l’enfance et de l’adolescence comme une période édénique ; et sur son lit de vieillesse, le récit cent fois redit de ces souvenirs l’illuminait encore.

Réa et son père Platon Karavas – 1931 – © DR

Marika Antoniadis – © DR

Réa Karavas rencontre Kostas Axelos à Athènes , lequel, bientôt exilé politique à Paris, prépare une thèse de philosophie à la Sorbonne sous la direction de Maurice de Gandillac et de Jean Wahl. Le mariage a lieu le 13 décembre 1956, à Paris où Réa se rend pour la première fois. Après avoir travaillé quelque temps à la Galerie du Dragon, chez Nina Dausset, qui expose des peintres surréalistes (notamment, elle y fait la connaissance de Matta, Butor, Brauner, Zanartu), Réa Axelos assure pendant quelques mois le secrétariat de la revue Arguments fondée chez Minuit, suite aux événements de Hongrie, par Edgar Morin qui en est le directeur, cependant que Kostas Axelos va prendre la direction de la collection de livres « Arguments ». Il y a auprès d’eux Colette Audry, Roland Barthes, Jean Duvignaud, François Fetjö.

C’est lors d’un dîner chez Annette et Jérôme Lindon, le 2 mars 1962, que Réa Axelos rencontre Claude Simon. Après le succès retentissant de La route des Flandres (1960 : Prix de L’Express, lequel distingue « un romancier ou un essayiste qui cherche des voies nouvelles »), on y fête la sortie du Palace. Il est dans sa cinquantième année, elle a trente-quatre ans. Très vite, Réa, disponible, cultivée, va devenir l’accompagnatrice d’une œuvre dont l’écrivain commence à mesurer toute l’ampleur. Quittant l’hôtel particulier de la rue de la Cloche d’Or à Perpignan, Claude et Réa s’installent à quelques kilomètres, dans la maison patrimoniale de Salses-le-Château (Pyrénées Orientales) qui appartient depuis le XVIIIème siècle à la famille maternelle de Claude.

Réa Simon, Mas Simoun – 1993 – © Eberhard Gruber

Ils partagent leur temps entre cette demeure et l’appartement à Paris. Une très belle photographie de Réa prise à cette époque se trouve dans Photographies (1992). Divorcé de sa deuxième épouse, le peintre-sculpteur Yvonne Ducuing, en 1977, Claude Simon se marie avec Réa en 1978 à Salses .
Pendant plus de quarante années, Réa Simon a apporté un soutien sans faille à l’élaboration de chaque livre. Première lectrice des textes – « ma meilleure lectrice », dit Claude Simon -, elle assure dactylographie, relectures, corrections, remaniements ultimes dont l’écrivain est coutumier. Assurant l’organisation de la vie quotidienne, elle protège le temps et le rythme du travail d’écriture. Sans oublier « le chat » – il y en eut plusieurs -, immanquable compagnon de vie, dont le dernier , « Achille », eut une longévité record de 24 ans. Réa, qui pouvait être assez impatiente et ne pleurait pas facilement, avait des trésors de tendresse pour les animaux et soutenait de nombreux organismes pour leur protection .Pour les chats, c’était une véritable passion.

Achille, Paris, Place Monge, © : Eberhard Gruber.

Quoique vivant à Paris et à Salses, Réa était restée très attachée à la Grèce où elle se rendait régulièrement, les premières années avec Claude, puis seule, y retrouvant ses parents et ses amis. Le roman La Bataille de Pharsale, publié en 1969, est nourri de l’un de ces voyages, en octobre 1967, sur le site historique où se déroula une mémorable bataille entre l’armée de César et celle de Pompée. A propos des Géorgiques, ouvrage qui allait valoir à Claude Simon le Prix Nobel de Littérature 1985, l’écrivain souligne encore, dans une lettre à Jérôme Lindon, ce que représentent six ans de travail, pour lui « et pour Réa qui m’a tout ce temps soutenu » (14 décembre 1980).

Réa Simon, Claude Simon et Mireille Calle-Gruber – Queen’s University, Ontario – 1993 – © Eberhard Gruber

Après la mort de Claude Simon, le 6 juillet 2005, Réa a continué de veiller sur l’œuvre dont elle était l’ayant-droit, et demandé à Mireille Calle-Gruber de la seconder dans cette tâche ainsi que l’avait souhaité Claude Simon.

Réa Simon et Christian Bourquin, Président de la région Languedoc-Roussillon – Médiathèque Claude Simon, Thuir – Mai 2006 – © DR

Les manuscrits ont été donnés à La Bibliothèque Littéraire Jacques Doucet (BLJD) (donation signée en 2004) ; une Convention a été établie entre La Sorbonne Nouvelle, la BLJD, Réa et MCG afin de procéder au traitement numérique des manuscrits (Equipe POLAR : Poétique de l’Archive, avec Hélène Campaignolle-Catel , CNRS ; Melina Balcazar Moreno , Sorbonne Nouvelle ; Florence Clavaud, Ecole des Chartes et Archives Nationales) ; elle a soutenu le projet de publication de la Biographie Claude Simon Une vie à écrire par Mireille Calle-Gruber (Seuil,2011) ; elle a fait publier posthume, dans leur composition originale, Archipel et Nord, deux très beaux textes parus précédemment dans les revues Äland 74 et Finland 74, ainsi que le texte de conférences inédites, Quatre Conférences.
Claude Simon lui a dédié Les Géorgiques, ainsi que son dernier livre paru en 2001, Le Tramway : « A Réa, encore ».

MCG

Platon Karavas – © DR

Platon Karavas – © DR

Platon Karavas à Psychico – © DR

Marika Antoniadis – © DR

Photographies d’archives publiées avec l’aimable autorisation de Aristides Balanos

Das Pferd – Claude Simon

Le Cheval de Claude Simon traduction allemande aux éditions Barenberg

Claude Simon
Das Pferd
Mit einem Nachwort von Mireille Calle-Gruber
Aus dem Französischen von Eva Moldenhauer
80 Seiten · Halbleinen · fadengeheftet · 164 × 228 mm
Frühjahr 2017
ISBN 978-3-946334-17-0
EUR 22,00

Claude Simon
geboren 1913 in Tananarive, Madagaskar, erhielt 1985 den Nobelpreis für Literatur. Er starb 2005 in Paris. mehr

REZENSIONEN:

“Ein Grund zum Feiern für die eingeschworene Gemeinde der Simon-Leser – aber nicht nur für sie.”
ULRICH RAULFF, FRANKFURTER ALLGEMEINE ZEITUNG

“Meisterhaft.”
MDR KULTUR

> L’édition française du livre

Actes du Colloque du Centenaire Claude Simon à Arbois, Juras – Présences de Claude Simon

Auteurs : Mireille Calle-Gruber, Agnes COUSIN DE RAVEL et François MIGEOT

Présence de Claude Simon - CouvertureLes Planches, Arbois, le Jura, ce n’est pas seulement le berceau de la famille paternelle de Claude Simon, prix Nobel de littérature en 1985. C’est aussi une histoire d’amour inconditionnel pour des êtres et des paysages dont l’œuvre de l’écrivain s’est continuellement nourrie. Amour tragique, non moins, d’être traversé par l’Histoire, celle de deux guerres mondiales.
Pour la première fois, lectures, analyses, témoignages, documents d’archives viennent éclairer cette part de l’œuvre – son « nord » en quelque sorte, qui contraste avec le Roussillon de la famille maternelle, son « sud ».
Présences de Claude Simon, donne à entendre les voix et à voir les visages qui hantent des livres aux affects puissants, toujours revenants. Passionnément.

Faire-part de Mariage de Louis Simon et Suzanne Denamiel

Faire-part de Mariage de Louis Simon et Suzanne Denamiel

Carte d'identité de Marie-Louise Simon - Tante de Claude Simon

Carte d’identité de Marie-Louise Simon – Tante de Claude Simon

Carte d'identité d'Artémise Simon, dite "Tante Mie" - Tante de Claude Simon

Carte d’identité d’Artémise Simon, dite “Tante Mie” – Tante de Claude Simon

Extrait du Cahier Iconographique


Essais , 216 pages, 20 euros.
Sorti le 02/11/2016.
ISBN : 978-2-37531-008-3.

Commander le livre

Stèle pour Claude Simon

Stèle pour Claude Simon
Michel Butor

pour Rhéa

Une enfance dans les vignes
auprès d’une forteresse
de l’autre côté des monts
le vacarme de la guerre
on veut y participer
ce n’est que pour assister
à l’écrasement du droit

Mais c’est loin d’être fini
reprend la guerre la guerre
ici et là un brandon
qui rallume en incendie
les souvenirs d’autres guerres
celles du début du siècle
celles des siècles passés

Les veilles femmes en parlent
tandis que les rescapés
s’efforcent d’exorciser
les images effroyables
qui reviennent les hanter
cherchent à cicatriser
les débâcles successives

Si la prochaine s’annonce
que faire pour l’éviter
sinon raconter encore
le plus calmement possible
en prenant de la distance
dans l’effilochement cru
du temps qui ne passe pas

Donc éditions promotions
interviews de journalistes
cela n’a pas d’importance
les prix tombent comme ils peuvent
on n’aura rien fait pour ça
on fera bonne figure
ou du moins on essaiera

Mais on est bien loin du compte
et le saignement des phrases
se coagule en romans
pour élever taciturne
les livres s’accumulant
une stèle solitaire
sur l’étendue des gravats

Paru dans Cahiers Claude Simon,  n°2, 2006, Presses Universitaires de Perpignan.

À un jeune homme

« À un jeune homme »
Mireille Calle-Gruber

            Avec Claude Simon disparaît le dernier grand écrivain du siècle, de ceux qui font de l’œuvre vie : à l’écart du bruit médiatique, il a vécu en littérature – « Bon qu’à ça », disait-il modestement, citant Beckett – et sondé le passage secret des grammaires de l’être.

Il est à jamais le cavalier éperdu de la route des Flandres et depuis le loin, au bord du XXe siècle notre contemporain le plus aigu et le plus vigilant, il donne en partage l’inconnu, l’insu, l’insupportable.

Claude Simon n’aura cessé de nous représenter que nous sommes toujours déjà les survivants de nous-mêmes, lui né de père mort à la première guerre, revenant non-mort de la seconde guerre sur les pas de la première, lui qui écrit comme peint le rescapé des camps Gastone Novelli, lui qui du râle de la mère mourante fait à l’écriture de l’existence une basse continue.

De l’âge du siècle presque, mais indignations et élans intacts, exigeant justesse et rigueur, il est le plus jeune homme. Personne n’aura comme lui cheminé la langue dans tous les sens, pris à la fourche des mots et des émotions, guetteur infatigable à la plus haute tour des phrases qui font de vie-mort un espace traversable : « […] j’essayai de m’imaginer me persuader que j’étais un cheval, je gisais mort au fond du fossé dévoré par les fourmis mon corps tout entier se changeant lentement par l’effet d’une myriade de minuscules mutations en une matière insensible et alors ce serait l’herbe qui se nourrirait de moi la chair engraissant la terre et après tout il n’y aurait pas grand-chose de changé, sinon que je serais simplement de l’autre côté de sa surface comme on passe de l’autre côté d’un miroir où (de cet autre côté) les choses continuaient peut-être à se dérouler symétriquement c’est-à-dire que là-haut elle continuerait à croître toujours indifférente et verte comme dit-on les cheveux continuent à pousser sur les crânes des morts […] (La Route des Flandres).

C’est ainsi qu’il nous aura enseigné la lenteur hallucinée de l’écriture en ses transports métaphoriques, l’humilité de l’artisan, la main à l’œuvre, la peine et l’existence ailée de la littérature.

Je ne connais pas un écrivain moins complaisant, moins sensible à la flatterie, aux honneurs. Il avait accueilli le Nobel avec simplicité, en avait je crois reçu sérénité, pas plus pas moins, et jamais une assurance : il doutait toujours que son œuvre vaille de demeurer. Lui-même ne cessait de relire : Conrad, Dostoïevski, Michelet, Proust – Proust qu’il « faudrait déproustailler » m’avait-il écrit naguère avec humour, et malgré son admiration pour l’auteur de La Recherche.

Il n’a pas fini de mettre la lecture à l’épreuve, cet interminable phrasé simonien qui flue comme mascaret, avec l’omniprésence du participe présent révélateur des dépôts du temps. Le grand temps – passes de l’urgence et de l’éternité. Sous le signe des constellations narratives (Orion, La Chevelure de Bérénice), il organise une architecture sensorielle pour la venue de la remémoration à quoi la littérature prête son théâtre subliminal : le monde-comme, le sujet-comme, le souffrir-comme. Chaque livre s’efforçant, unique chaque fois, à l’inlassable réancrage du vécu – la terre exorbitée, la vie exorbitante.

Il y a désormais à lire et relire Claude Simon, à refaire pas à pas les parcours têtus de l’écrivain, s’attendre à la croisée des mots. Avec lui, apprendre à s’y attendre : « Maintenant. Maintenant. Maintenant. » (Le Jardin des Plantes).

Les yeux ne se ferment pas. La ligne, la lettre portent le regard : bleu.

Paru dans La Lettre de La Maison des Écrivains, Paris, septembre 2005, ainsi que dans Le Mensuel littéraire et poétique de Théâtre-Poème, Bruxelles, n°333, septembre 2005, Cahiers Claude Simon,  n°2, 2006, Presses Universitaires de Perpignan.

La suite des chats et des ânes

« Régulièrement, Pascal Quignard me fait l’amitié de répondre à l’invitation de venir travailler avec les étudiants de Doctorat et Master ». La Leçon que Pascal Quignard prononça en Sorbonne, le 15 janvier 2013, portait sur Les Solidarités mystérieuses, dernier roman en date que les éditions Gallimard avaient publié en octobre 2011.

L’extrême beauté des pages qu’on va lire relève de ce geste impossible qu’est la Leçon dans son désir de clarification. Geste prenant conscience que l’on ne peut faire la lumière sur les puissances obscures de l’écriture sans faire lever des ombres à nouveau et les contre-jours de l’écrivain affronté à ses propres mystères. Ce sont quinze versions dont la suite organise un dispositif fugué : I. Leçon donnée le 15 janvier 2013 à la Sorbonne sur la rédaction et la réception du roman Les Solidarités mystérieuses, II. Vies des Lumière, III. Chutes des Solidarités mystérieuses, IV. De cato, V.  Sur la réticence, VI. Poème sur les chats, VII. Les ânes, VIII. Les Mémoires d’un âne, IX. Anne, X. Ailleurs, XI. De luce, XII. L’animal athée, XIII. Le silence des Kalapuya, XIV. Shillourokamba, XV. Les chats harets.

Avant-propos de l’ouvrage

Table des matières

Photos de la rencontre au Comptoir des Presses

Affiche de la rencontre au Comptoir des Presses

Michel Butor – Portraits et Cartes découpées

Images d’Assia Djebar 1936-2015

Assia Djebar lit La Route des Flandres de Claude Simon

« Mais comment savoir ? »
 par Assia DJEBAR

 

Replongeant récemment dans La route des Flandres, chaque « phrase-monde » de cette remémoration de la défaite de 1939 m’a redonné confiance dans la littérature, et cela, grâce à l’écriture intransigeante de Claude Simon.

Vingt ans après la destruction de son escadron, Claude Simon nous fait revivre cette déroute française…en pleine guerre d’Algérie. En 1960 donc, paraît cette mise à nu implacable, vécue de l’intérieur de l’autre guerre. Or, grâce à ce don de présence de l’écriture simonienne (immense tableau où l’on s’embourbe, où l’on respire), cette lecture m’a fait soudain comprendre, moi aussi, de l’intérieur, la répression si démesurée en 1945, des manifestations de Sétif, puis des « événements » de la guerre d’Algérie.

« Mais comment savoir ?… Que savoir ? », le refrain envoûtant qui rythme le final de La Route des Flandres explique l’excès de la revanche que l’armée coloniale entendra exercer sur les « bougnoules » sans armée, eux, du moins visible !

Il semble même que ce texte de Claude Simon, inscrit tout entier dans l’œil du cheval mort, partout présent, peut se lire désormais comme ouverture obligée aux écrits littéraires sur la guerre d’Algérie.

***

A été publié dans : Claude Simon, Maintenant, Association des Lecteurs de Claude Simon, Cahiers Claude Simon, n°2, 2006, Presses Universitaires de Perpignan.