PARUTION | Mireille Calle-Gruber, Les comptes du temps, L’archive Claude Simon, Carnets de Tante Mie

Préface de Pascal Quignard

La conservation de ses archives, Claude Simon l’a confiée à la Bibliothèque littéraire Jacques Doucet à laquelle il a fait donation. Il écrit au recteur chancelier des Universités de Paris, le 8 mars 2004 : « Je donne au-delà de mes manuscrits proprement dits et de leurs traductions, la part littéraire de mes archives susceptible d’éclairer mon oeuvre et de la placer dans une juste perspective. »

Il fait ainsi entrer, au même titre d’« éléments
indispensables » à sa « mémoire littéraire », les documents militaires de l’armée napoléonienne et les humbles carnets de comptes de Tante Mie.

Aujourd’hui, à mon tour, ayant droit moral pour l’oeuvre, j’adresse cette archive au cours imprévisible de la vie des lectures.

Mireille Calle-Gruber


Artémise Simon
« Elle sentait comme une fleur », écrit Claude Simon de sa tante Mie.

Elle mourut à 85 ans.

Un jour Mireille Calle-Gruber me mit entre les mains ce petit carnet de moleskine granulée dont vous voyez toutes les pages, désormais, sous vos yeux.

Petit recueil si humble, qui court des années vingt aux années cinquante,
marron, un peu acajou, si peu coûteux.

Petite chose si modeste, éteinte, aride, obscure et même, pour moi, intégralement inintelligible alors que je l’entrouvrais.

Plein de millésimes, de quittances, de petites étrennes, de brouillons, de calculs, de mandats, d’additions, de chiffres.

Alors Mireille Calle-Gruber me fournit le mode d’emploi.

Elle me montra ce que c’est qu’un trésor.

Pascal Quignard



[Archive du mois] Claude Simon au Jardin des Plantes

Ce mois-ci, nous partageons avec vous des photos, inédites, prises par Claude Simon, au Jardin des Plantes, à Paris, lieu favori de sa promenade quotidienne.
 

Statue de Henri Bernardin de Saint-Pierre (1737-1814), auteur du roman Paul et Virginie (1788)
qui est le récit d’une idylle exotique (île Maurice) entre deux adolescents. 

Claude Simon est alors en train d’écrire son roman Le Jardin des Plantes (1997)dans lequel cette statue est précisément décrite : voir pages 62 et 63 reproduites.

Le Jardin des Plantes est constitué « des fragments épars d’une vie d’homme » au long du XXème siècleet « aux quatre coins du monde ». Claude Simon opère un montage éblouissant d’audace et de poésiequi est moins une autobiographie que le « portrait d’une mémoire », ainsi qu’il aime le désigner.

Un « Jardin des Plantes » est un jardin d’acclimatation dans lequel voisinent des espèces de provenance très différentes, étrangères les-unes aux autres, et qui cependant forment un ensemble d’invention. Belle métaphore pour la façon dont Claude Simon compose ses romans.

Claude Simon, Le Jardin des Plantes, Minuit, 1997,p.62-63.

“C’est tout un travail des matériaux qui féconde l’imaginaire de Michel Butor”

Michel Butor (utbm_fr, CC BY-ND 2.0)

Entretien avec Mireille Calle-Gruber par Antoine Oury

Le 18 septembre dernier, les éditions Hermann ont fait paraitre le premier numéro des Cahiers Butor, une vaste entreprise, en 7 numéros, qui cherche à « compléter » les œuvres complètes de Michel Butor en rendant les images qu’il leur manque. Partenaires artistes, influences visuelles, livres d’artistes, autant de dimensions de l’immense travail de cet auteur qu’il est désormais possible d’explorer. Entretien avec Mireille Calle-Gruber, auteure, professeur à La Sorbonne Nouvelle, directrice des Œuvres Complètes de Michel Butor aux éditions de La Différence et codirectrice des Cahiers Butor aux côtés d’Adèle Godefroy et Jean-Paul Morin.

[Archive du mois] Les enfances de Claude Simon

Claude SImon est né le 10 octobre 1913 à Tananarive, à l’occasion de cette date anniversaire, nous vous présentons quelques images inédites de son enfance.

Claude Simon entre ses parents, Tananarive, 14 février 1914
©  Archives Claude Simon, autorisation : Mireille Calle-Gruber

Razaph, la nourrice malgache, avec Claude Simon, Tananarive, 1914
Dans Claude Simon, une vie à écrire – Mireille Calle-Gruber, Seuil 2011
©  Archives Claude Simon, autorisation : Mireille Calle-Gruber

Tananrive, indigènes à la pompe
©  Archives Claude Simon, autorisation : Mireille Calle-Gruber
Carte postale envoyée par Razaph, la nourrice de Claude Simon, à son retour à Tananarive (datée du 17 octobre 1916)
©  Archives Claude Simon, autorisation : Mireille Calle-Gruber

Désormais veuve, Suzanne Simon emmène son fils en voyage pour son instruction. A la Rochelle où ils vont visiter la Tour des Quatre-Sergents, Claude tombe d’un mâchicoulis mal protégé et fait une chute de 20 mètres. Il est hospitalisé plusieurs jours.

Cette carte fut envoyée le 9 août 1921 par Suzanne aux tantes paternelles de Claude à Arbois.

La Rochelle, Tour des Quatre- Sergents, annotée : « meurtrière par où est tombé Claude »
©  Archives Claude Simon, autorisation : Mireille Calle-Gruber

Transcription :
La Rochelle 9 août 1921

Chères Mesdemoiselles,
L’état de notre petit blessé est toujours satisfaisant.
C’est inespéré lorsqu’on songe à ce qui aurait pu être. Je vous envoie la tour d’où il est tombé. Cela vous donnera une idée de sa chute et de l’issue qu’elle aurait dû logiquement avoir ! Tout le monde s’étonne que notre chéri soit sauvé. Quelles heures cruelles et comme le présent paraît beau !

Bien affectueusement à vous
Siuzanne Simon

[Archive du mois] – Lettre de Roland Barthes à Claude Simon

En sortant du théâtre

Après la représentation de La Séparation en mars 1963 au Théâtre de Lutèce, unique pièce de théâtre écrite par Claude Simon et mise en scène par Nicole Kessel, Roland Barthes exprime à l’auteur son admiration et son « émotion extrême ».

© Archives Claude Simon
© Archives Claude Simon
Affiche - La Séparation
Affiche de La Séparation mise en scène par Nicole Kessel au Théâtre de Lutèce en mars 1963

[Archives du mois] Jahrbuch der deutschen Schiller-Gesellschaft – Band LXII 2018

Donation des archives de Peter Brugger : Claude Simon im deustschen Literaturarchiv (Claude Simon aux Archives Littéraires d’Allemagne) auprès des Archives Nationales Allemandes de Marbach

Entretien télévisé de Peter Brugger et Claude Simon à Salses (Pyrénées Orientales) du 1er au 5 septembre 1974 et tournage aux Planches près Arbois du court-métrage L’impasse (Die Sackgasse) conçu par Claude Simon à partir de son roman Triptyque.

Le tournage s’est effectué en 2 étapes :
– Du 20 au 24 mai 1975 aux Planches
– Du 2 au 6 juin 1975 dans les studios du Saarländischer Rundfunk à Saarbrücken

La totalité des entretiens est publiée pour la première fois en allemand traduit par Gerda Scheffel dans Jahrbuch der deutschen Schiller-Gesellschaft – Band LXII 2018 aux éditions De Gruyter

Articles de Ulrich Raulff, Mireille Calle-Gruber, Peter Brugger
Entretien Peter Brugger et Claude Simon

Voir des extraits de l’ouvrage
Se procurer l’ouvrage

Voir aussi :

Les Triptyques de Claude Simon ou l’art du montage
paru aux Presses Sorbonne Nouvelle en 2009

Peter Brugger et Claude Simon – Novembre 1974 – Paris – Photo : Georg Bense
Gerda Scheffel et Claude Simon dans les studios du Saarländischer Rundfunk à Saarbrücken – juin 1975 Photo : Georg Bense

Claude Simon sur France Culture

La semaine du 25 février au 1er mars, L’émission de France Culture : La Compagnie des auteurs était consacrée à Claude Simon. Pour débuter cette semaine consacrée à Claude Simon, Prix Nobel de Littérature, Mireille Calle-Gruber, sa biographe, était l’invitée de
Matthieu Garrigou-Lagrange pour parler d’Une vie passée à écrire.

Mireille Calle-Gruber est écrivaine, professeure de littérature et d’esthétique à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3. Elle a notamment consacré à Claude Simon une biographie : Claude Simon : une vie à écrire (Seuil, 2011).  

Claude Simon, chez lui, en 1981• Crédits : Photo by Ulf Andersen/Getty Images – Getty

La vie de Claude Simon, né en 1913, est doublement marquée par le deuil et la guerre – la Première, qui lui fait perdre un père inconnu et dont la trace se retrouvera dans ses romans, mais aussi la Seconde, dont il cherchera à retranscrire l’expérience – en particulier dans La Route des Flandres, comme nous le verrons mercredi avec Dominique Viart. 

Dans cet abîme se réalise néanmoins la rencontre intellectuelle et artistique avec le surréalisme, le temps de la lecture (notamment celle de Proust) et de l’écriture. Claude Simon pratique également la photographie, redoublement dépouillé d’un regard sur le monde qui est présent dans son oeuvre, la peinture, et est influencé par le cinéma. 

Il a reçu en 1985 le Prix Nobel de littérature, récompensant une oeuvre à la forme si particulière, déliée de toute étiquette – malgré sa proximité, au départ, avec le groupe du Nouveau Roman qui naît aux Editions de Minuit. « Une vie à écrire », c’est bien une vie qui refuse toute catégorisation et se réalise pleinement dans l’acte d’écriture. 

A 15h30 : Tiphaine Samoyault, écrivaine, essayiste et co-directrice de la revue « En attendant Nadeau » nous présente la chronique littéraire. 

A 15h55 : le rendez-vous poétique de Jacques Bonnaffé avec cette semaine deux auteurs de la collection « Blanche » de Gallimard – nous commençons avec la lecture de textes d’Etienne Godo. 

MUSIQUE GÉNÉRIQUE : Panama, de The Avener (Capitol) fin : Dwaal, de Holy Stays (Something in Construction)

MUSIQUE CHRONIQUE : Self portrait de Chilly Gonzales (Gentle threat)


Les autres podcasts de le semaine conscrée à Claude Simon

Claude Simon (2/4) : L’univers romanesque de Claude Simon

Claude Simon (3/4) : Le travail de la mémoire

Claude Simon (4/4) : L’arbre de l’écriture (L’Acacia)


[Archives du mois]

Personnages dans un jardin, Les Planches – Jura. © Archives privées de Claude Simon

Cette photo de l’album de famille de Claude Simon inspire le récit de la vie de Marie dans son roman L’Herbe ainsi que dans la pièce de théâtre La Séparation

L’image fut aussi reproduite dans le Programme de la pièce à l’occasion de sa représentation au Théâtre de Lutèce en mars 1963. La mise en scène était de Nicole Kessel.

Affiche - La Séparation
Affiche de La Séparation mise en scène par Nicole Kessel au Théâtre de Lutèce en mars 1963

Pages des carnets d’Artémise Simon dite « Tante Mie »

Le 29 janvier 2019, La Séparation, pièce inédite de Claude Simon paraît aux Éditions du Chemin de Fer.

Retrouvez ci-dessous quelques pages des Carnets de Tante Mie.
Ces carnets ont inspiré à Claude Simon le personnage de Marie pour son roman L’Herbe (1958) et pour La Séparation (1963)

Couverture du Carnet de Tante Mie – 1922-1950
© Tous droits réservés / Archives privées de Claude Simon

Carnet de Tante Mie – 1924
© Tous droits réservés / Archives privées de Claude Simon
Carnet de Tante Mie – 1925
© Tous droits réservés / Archives privées de Claude Simon
Carnet de Tante Mie – 1926
© Tous droits réservés / Archives privées de Claude Simon
Carnet de Tante Mie – 1927 – Mort d’Eugénie
© Tous droits réservés / Archives privées de Claude Simon
Carnet de Tante Mie – 1940
© Tous droits réservés / Archives privées de Claude Simon
Carnet de Tante Mie – 1948
© Tous droits réservés / Archives privées de Claude Simon

Avec l’aimable autorisation de Mireille Calle-Gruber, ayant-droit moral

La mort (d’)Agrippine au Théâtre Déjazet jusqu’au 20 avril.

Femmes, une édition numérique des manuscrits de Claude Simon

L’équipe Polar vient d’ouvrir au public le site d’édition numérique de Femmes  !

Ces Archives de Claude Simon données à la Bibliothèque littéraire Jacques Doucet par l’auteur, bénéficient, pour cette édition numérique, d’une autorisation exceptionnelle de Mireille Calle-Gruber, aujourd’hui ayant-droit moral pour l’œuvre de Claude Simon, et de la BLJD, ainsi que des membres de l’équipe POLAR, détenteurs de la propriété intellectuelle des analyses, des transcriptions et de l’édition numérique mises en ligne sur ce site.

Le site de l’édition numérique continuera d’être d’être perfectionné au cours de cette année, pendant que l’équipe réfléchit déjà à la prochaine édition numérique : celle du Tramway ...

Consulter le site hébergé par Huma-num à l’adresse suivante et sans aucun identifiant : http://polar-claude-simon.huma-num.fr/


Site réalisé avec le soutien de La Région Occitanie


Source : Hélène Campaignoll-Catel sur Polar Claude Simon

[L’Archive du mois] : Visite de Claude Simon au Musée Henry Moore de Toronto

Décembre 1993

De gauche à droite : Le Directeur du Musée, Claude Simon, Réa Simon et Mireille Calle-Gruber

De gauche à droite : Claude Simon, Mireille Calle-Gruber et Réa Simon

De gauche à droite : Réa Simon, le Directeur du Musée, Mireille Calle-Gruber et Claude Simon

De gauche à droite : Réa Simon, Mireille Calle-Gruber, Claude Simon et le Directeur du Musée

De gauche à droite : Réa Simon, Mireille Calle-Gruber et Claude Simon

© Eberhard Gruber

[PHOTOS] Colloque : Gayatri Chakravorty Spivak dans le siècle. Politiques d’écriture et lecture pour refonder l’imagination critique.

Le mercredi 20 Juin 2018
Reid Hall – Columbia University, Paris

Voir le programme

De gauche à droite : Etienne Balibar, Mireille Calle-Gruber et Gayatri Spivak

Sébastien Velut, Vice-Président des Relations Internationales – La Sorbonne Nouvelle

Philippe Darros, Directeur l’Ecole Doctorale ED120 – Sorbonne Nouvelle

Mireille Calle-Gruber, Co-Directrice du Colloque, Professeur de Littérature et Esthétique – Sorbonne Nouvelle

Au premier plan : Sarah-Anaïs Crevier Goulet, Co-Directrice du Colloque, Sorbonne Nouvelle

Etienne Balibar, Professeur de Philosophie

Etienne Balibar, Professeur de Philosophie

Etienne Balibar, Professeur de Philosophie

Gayatri Spivak et Etienne Balibar

Gayatri Spivak et Etienne Balibar

Gayatri Spivak et Etienne Balibar

Gayatri Spivak et Etienne Balibar

Gayatri Spivak

Gayatri Spivak et Etienne Balibar

Gayatri Spivak et Etienne Balibar

Sarah-Anaïs Crevier Goulet (écharpe jaune) et Lucas Faugère (chemise blanche)

Gayatri Spivak et Etienne Balibar

Gayatri Spivak et Etienne Balibar

Etienne Balibar, Gayatri Spivak et Mireille Calle-Gruber

Etienne Balibar, Gayatri Spivak et Mireille Calle-Gruber

Etienne Balibar, Gayatri Spivak et Mireille Calle-Gruber

de gauche à droite : Christine Lorre, Professeur de Littérature Anglaise – Sorbonne Nouvelle / Mireille Calle-Gruber, Professeur de Littérature et Esthétique – Sorbonne Nouvelle / Claudine Le Blanc, Professeur de Littérature Comparée – Sorbonne Nouvelle

de gauche à droite : Christine Lorre, Professeur de Littérature Anglaise – Sorbonne Nouvelle / Mireille Calle-Gruber, Professeur de Littérature et Esthétique – Sorbonne Nouvelle / Claudine Le Blanc, Professeur de Littérature Comparée – Sorbonne Nouvelle

© Joëlle Theubet, Columbia University – Paris

[PHOTOS] Colloque : Gayatri Chakravorty Spivak dans le siècle. Politiques d’écriture et lecture pour refonder l’imagination critique.

20, 21 et 22 Juin 2018

Voir le programme

© Florelle Isal

A la mémoire de Réa Simon

Réa Simon, Mas Simoun – 1993 – © Eberhard Gruber

Réa Simon est décédée à Paris, le 22 septembre 2017, dans sa quatre-vingt-dixième année.

Réa Karavas était née à Athènes, le 1er août 1928, du mariage de Platon Karavas (1883-1977, né à Chios) et de Marika Antoniadis (1904-1986, née à Constantinople).Son père travaillait dans les affaires bancaires ; le grand-père paternel était propriétaire terrien dans l’île de Chios où Réa passa tous les étés jusqu’à son départ pour la France. La famille s’était installée en 1931 dans le quartier résidentiel de Psychico, à l’époque banlieue verte au nord d’Athènes, réputée pour son bon climat. Fille unique, très choyée, Réa suit les cours de l’Institut Français d’Athènes et commence des études d’archéologie à la Faculté des Lettres. Elle a toujours évoqué ce temps de l’enfance et de l’adolescence comme une période édénique ; et sur son lit de vieillesse, le récit cent fois redit de ces souvenirs l’illuminait encore.

Réa et son père Platon Karavas – 1931 – © DR

Marika Antoniadis – © DR

Réa Karavas rencontre Kostas Axelos à Athènes , lequel, bientôt exilé politique à Paris, prépare une thèse de philosophie à la Sorbonne sous la direction de Maurice de Gandillac et de Jean Wahl. Le mariage a lieu le 13 décembre 1956, à Paris où Réa se rend pour la première fois. Après avoir travaillé quelque temps à la Galerie du Dragon, chez Nina Dausset, qui expose des peintres surréalistes (notamment, elle y fait la connaissance de Matta, Butor, Brauner, Zanartu), Réa Axelos assure pendant quelques mois le secrétariat de la revue Arguments fondée chez Minuit, suite aux événements de Hongrie, par Edgar Morin qui en est le directeur, cependant que Kostas Axelos va prendre la direction de la collection de livres « Arguments ». Il y a auprès d’eux Colette Audry, Roland Barthes, Jean Duvignaud, François Fetjö.

C’est lors d’un dîner chez Annette et Jérôme Lindon, le 2 mars 1962, que Réa Axelos rencontre Claude Simon. Après le succès retentissant de La route des Flandres (1960 : Prix de L’Express, lequel distingue « un romancier ou un essayiste qui cherche des voies nouvelles »), on y fête la sortie du Palace. Il est dans sa cinquantième année, elle a trente-quatre ans. Très vite, Réa, disponible, cultivée, va devenir l’accompagnatrice d’une œuvre dont l’écrivain commence à mesurer toute l’ampleur. Quittant l’hôtel particulier de la rue de la Cloche d’Or à Perpignan, Claude et Réa s’installent à quelques kilomètres, dans la maison patrimoniale de Salses-le-Château (Pyrénées Orientales) qui appartient depuis le XVIIIème siècle à la famille maternelle de Claude.

Réa Simon, Mas Simoun – 1993 – © Eberhard Gruber

Ils partagent leur temps entre cette demeure et l’appartement à Paris. Une très belle photographie de Réa prise à cette époque se trouve dans Photographies (1992). Divorcé de sa deuxième épouse, le peintre-sculpteur Yvonne Ducuing, en 1977, Claude Simon se marie avec Réa en 1978 à Salses .
Pendant plus de quarante années, Réa Simon a apporté un soutien sans faille à l’élaboration de chaque livre. Première lectrice des textes – « ma meilleure lectrice », dit Claude Simon -, elle assure dactylographie, relectures, corrections, remaniements ultimes dont l’écrivain est coutumier. Assurant l’organisation de la vie quotidienne, elle protège le temps et le rythme du travail d’écriture. Sans oublier « le chat » – il y en eut plusieurs -, immanquable compagnon de vie, dont le dernier , « Achille », eut une longévité record de 24 ans. Réa, qui pouvait être assez impatiente et ne pleurait pas facilement, avait des trésors de tendresse pour les animaux et soutenait de nombreux organismes pour leur protection .Pour les chats, c’était une véritable passion.

Achille, Paris, Place Monge, © : Eberhard Gruber.

Quoique vivant à Paris et à Salses, Réa était restée très attachée à la Grèce où elle se rendait régulièrement, les premières années avec Claude, puis seule, y retrouvant ses parents et ses amis. Le roman La Bataille de Pharsale, publié en 1969, est nourri de l’un de ces voyages, en octobre 1967, sur le site historique où se déroula une mémorable bataille entre l’armée de César et celle de Pompée. A propos des Géorgiques, ouvrage qui allait valoir à Claude Simon le Prix Nobel de Littérature 1985, l’écrivain souligne encore, dans une lettre à Jérôme Lindon, ce que représentent six ans de travail, pour lui « et pour Réa qui m’a tout ce temps soutenu » (14 décembre 1980).

Réa Simon, Claude Simon et Mireille Calle-Gruber – Queen’s University, Ontario – 1993 – © Eberhard Gruber

Après la mort de Claude Simon, le 6 juillet 2005, Réa a continué de veiller sur l’œuvre dont elle était l’ayant-droit, et demandé à Mireille Calle-Gruber de la seconder dans cette tâche ainsi que l’avait souhaité Claude Simon.

Réa Simon et Christian Bourquin, Président de la région Languedoc-Roussillon – Médiathèque Claude Simon, Thuir – Mai 2006 – © DR

Les manuscrits ont été donnés à La Bibliothèque Littéraire Jacques Doucet (BLJD) (donation signée en 2004) ; une Convention a été établie entre La Sorbonne Nouvelle, la BLJD, Réa et MCG afin de procéder au traitement numérique des manuscrits (Equipe POLAR : Poétique de l’Archive, avec Hélène Campaignolle-Catel , CNRS ; Melina Balcazar Moreno , Sorbonne Nouvelle ; Florence Clavaud, Ecole des Chartes et Archives Nationales) ; elle a soutenu le projet de publication de la Biographie Claude Simon Une vie à écrire par Mireille Calle-Gruber (Seuil,2011) ; elle a fait publier posthume, dans leur composition originale, Archipel et Nord, deux très beaux textes parus précédemment dans les revues Äland 74 et Finland 74, ainsi que le texte de conférences inédites, Quatre Conférences.
Claude Simon lui a dédié Les Géorgiques, ainsi que son dernier livre paru en 2001, Le Tramway : « A Réa, encore ».

MCG

Platon Karavas – © DR

Platon Karavas – © DR

Platon Karavas à Psychico – © DR

Marika Antoniadis – © DR

Photographies d’archives publiées avec l’aimable autorisation de Aristides Balanos