A la mémoire de Réa Simon

Réa Simon, Mas Simoun – 1993 – © Eberhard Gruber

Réa Simon est décédée à Paris, le 22 septembre 2017, dans sa quatre-vingt-dixième année.

Réa Karavas était née à Athènes, le 1er août 1928, du mariage de Platon Karavas (1883-1977, né à Chios) et de Marika Antoniadis (1904-1986, née à Constantinople).Son père travaillait dans les affaires bancaires ; le grand-père paternel était propriétaire terrien dans l’île de Chios où Réa passa tous les étés jusqu’à son départ pour la France. La famille s’était installée en 1931 dans le quartier résidentiel de Psychico, à l’époque banlieue verte au nord d’Athènes, réputée pour son bon climat. Fille unique, très choyée, Réa suit les cours de l’Institut Français d’Athènes et commence des études d’archéologie à la Faculté des Lettres. Elle a toujours évoqué ce temps de l’enfance et de l’adolescence comme une période édénique ; et sur son lit de vieillesse, le récit cent fois redit de ces souvenirs l’illuminait encore.

Réa et son père Platon Karavas – 1931 – © DR

Marika Antoniadis – © DR

Réa Karavas rencontre Kostas Axelos à Athènes , lequel, bientôt exilé politique à Paris, prépare une thèse de philosophie à la Sorbonne sous la direction de Maurice de Gandillac et de Jean Wahl. Le mariage a lieu le 13 décembre 1956, à Paris où Réa se rend pour la première fois. Après avoir travaillé quelque temps à la Galerie du Dragon, chez Nina Dausset, qui expose des peintres surréalistes (notamment, elle y fait la connaissance de Matta, Butor, Brauner, Zanartu), Réa Axelos assure pendant quelques mois le secrétariat de la revue Arguments fondée chez Minuit, suite aux événements de Hongrie, par Edgar Morin qui en est le directeur, cependant que Kostas Axelos va prendre la direction de la collection de livres « Arguments ». Il y a auprès d’eux Colette Audry, Roland Barthes, Jean Duvignaud, François Fetjö.

C’est lors d’un dîner chez Annette et Jérôme Lindon, le 2 mars 1962, que Réa Axelos rencontre Claude Simon. Après le succès retentissant de La route des Flandres (1960 : Prix de L’Express, lequel distingue « un romancier ou un essayiste qui cherche des voies nouvelles »), on y fête la sortie du Palace. Il est dans sa cinquantième année, elle a trente-quatre ans. Très vite, Réa, disponible, cultivée, va devenir l’accompagnatrice d’une œuvre dont l’écrivain commence à mesurer toute l’ampleur. Quittant l’hôtel particulier de la rue de la Cloche d’Or à Perpignan, Claude et Réa s’installent à quelques kilomètres, dans la maison patrimoniale de Salses-le-Château (Pyrénées Orientales) qui appartient depuis le XVIIIème siècle à la famille maternelle de Claude.

Réa Simon, Mas Simoun – 1993 – © Eberhard Gruber

Ils partagent leur temps entre cette demeure et l’appartement à Paris. Une très belle photographie de Réa prise à cette époque se trouve dans Photographies (1992). Divorcé de sa deuxième épouse, le peintre-sculpteur Yvonne Ducuing, en 1977, Claude Simon se marie avec Réa en 1978 à Salses .
Pendant plus de quarante années, Réa Simon a apporté un soutien sans faille à l’élaboration de chaque livre. Première lectrice des textes – « ma meilleure lectrice », dit Claude Simon -, elle assure dactylographie, relectures, corrections, remaniements ultimes dont l’écrivain est coutumier. Assurant l’organisation de la vie quotidienne, elle protège le temps et le rythme du travail d’écriture. Sans oublier « le chat » – il y en eut plusieurs -, immanquable compagnon de vie, dont le dernier , « Achille », eut une longévité record de 24 ans. Réa, qui pouvait être assez impatiente et ne pleurait pas facilement, avait des trésors de tendresse pour les animaux et soutenait de nombreux organismes pour leur protection .Pour les chats, c’était une véritable passion.

Achille, Paris, Place Monge, © : Eberhard Gruber.

Quoique vivant à Paris et à Salses, Réa était restée très attachée à la Grèce où elle se rendait régulièrement, les premières années avec Claude, puis seule, y retrouvant ses parents et ses amis. Le roman La Bataille de Pharsale, publié en 1969, est nourri de l’un de ces voyages, en octobre 1967, sur le site historique où se déroula une mémorable bataille entre l’armée de César et celle de Pompée. A propos des Géorgiques, ouvrage qui allait valoir à Claude Simon le Prix Nobel de Littérature 1985, l’écrivain souligne encore, dans une lettre à Jérôme Lindon, ce que représentent six ans de travail, pour lui « et pour Réa qui m’a tout ce temps soutenu » (14 décembre 1980).

Réa Simon, Claude Simon et Mireille Calle-Gruber – Queen’s University, Ontario – 1993 – © Eberhard Gruber

Après la mort de Claude Simon, le 6 juillet 2005, Réa a continué de veiller sur l’œuvre dont elle était l’ayant-droit, et demandé à Mireille Calle-Gruber de la seconder dans cette tâche ainsi que l’avait souhaité Claude Simon.

Réa Simon et Christian Bourquin, Président de la région Languedoc-Roussillon – Médiathèque Claude Simon, Thuir – Mai 2006 – © DR

Les manuscrits ont été donnés à La Bibliothèque Littéraire Jacques Doucet (BLJD) (donation signée en 2004) ; une Convention a été établie entre La Sorbonne Nouvelle, la BLJD, Réa et MCG afin de procéder au traitement numérique des manuscrits (Equipe POLAR : Poétique de l’Archive, avec Hélène Campaignolle-Catel , CNRS ; Melina Balcazar Moreno , Sorbonne Nouvelle ; Florence Clavaud, Ecole des Chartes et Archives Nationales) ; elle a soutenu le projet de publication de la Biographie Claude Simon Une vie à écrire par Mireille Calle-Gruber (Seuil,2011) ; elle a fait publier posthume, dans leur composition originale, Archipel et Nord, deux très beaux textes parus précédemment dans les revues Äland 74 et Finland 74, ainsi que le texte de conférences inédites, Quatre Conférences.
Claude Simon lui a dédié Les Géorgiques, ainsi que son dernier livre paru en 2001, Le Tramway : « A Réa, encore ».

MCG

Platon Karavas – © DR

Platon Karavas – © DR

Platon Karavas à Psychico – © DR

Marika Antoniadis – © DR

Photographies d’archives publiées avec l’aimable autorisation de Aristides Balanos

L’archive du mois – Le printemps des poètes 2015 – Michel Butor et Mireille Calle-Gruber à la Maison de Balzac

Dans le cadre du 17ème Printemps des Poètes, certains musées de la Ville de Paris ont proposé des activités gratuites telles que des rencontres, lectures et ateliers.

La maison de Balzac a invité l’écrivain et poète Michel Butor à parler de Christian Dotremont le dimanche 15 mars 2015 à 16h, dans le cadre de l’exposition « L’écriture dessinée, Rodin, Duchamp, Dotremont chez Balzac » du 13 mars au 14 juin 2015. Michel Butor s’intéresse très tôt à la démarche de l’inventeur des logogrammes, il y voit « un texte de survie ». Une véritable amitié littéraire née entre eux dont témoigne leur extraordinaire correspondance entre 1966 et 1979. C’est ce lien que Michel Butor expliqua avec la complicité de Mireille Calle-Gruber, éditrice de l’oeuvre complète de Michel Butor.

[Source : http://www.parismusees.paris.fr/fr/les-musees-de-la-ville-de-paris-participent-au-printemps-des-poetes]

L’archive du mois – Conférence de clôture de Michel Butor (Entretien avec Mireille Calle-Gruber)

Conférence donnée à l’occasion de la troisème journée du Rendez-vous des lettres – Les métamorphoses du livre et de la lecture à l’heure du numérique le 27 novembre 2013 au Conservatoire national des arts et métiers

En savoir plus

Les vacances du numérique – Conférence de clôture de Michel Butor (Entretien avec Mireille Calle-Gruber)

Michel Butor – Au temps du noir et blanc

Avec l’autorisation des Editions Delpire

Introduction de Mireille Calle-Gruber.

 « C’est en 1951, au retour de mon premier séjour en Egypte, premier long séjour à l’étranger, que j’ai commencé à prendre des photographies. J’avais été émerveillé par la lumière, les paysages, les monuments, les gens… »

Michel Butor, auteur d’une œuvre littéraire considérable, a eu, de 1950 à 1960, une intense activité de photographe, demeurée  inconnue car non publiée pour la plupart. Ce livre, c’est donc le livre qui manquait, celui de ses images qui, au temps du noir et blanc, tamisent la matière et la lumière.

Prises en France, Italie, Grèce, Turquie, Espagne et aux États-Unis, ces photographies s’attardent aussi bien aux monuments qu’aux détails de l’existence ordinaire, fixent l’éphémère, font le portrait des passages,  déposent le temps au secret des lieux. Ces espaces de poésie où il invente les images comme il manie les mots, Butor les appelle « Génie du lieu ».

Introduit par un texte de Mireille Calle-Gruber – écrivain, Professeur à la Sorbonne-Nouvelle et amie de Michel Butor, dont elle a édité les Œuvres Complètes –, Au Temps du noir et blanc met en regard photographies et écrits. L’ouvrage invite ainsi à retraverser l’œuvre protéiforme par l’œil-Butor, puis, à la fin, par les réflexions et notes sur la photographie de celui qui, sa vie durant, n’aura cessé d’écrire avec  un « viseur dans la tête ».

Source : http://www.delpire-editeur.fr/

Collection : Des images et des mots
date de parution : 07/09/2017
16,5 x 20 cm, Broché avec rabats, 312 pages

Peter Handke e il rossetto sulla pietra – Alessandra Iadicicco

Article paru le 24 septembre 2017 – Corriere della Sera
Ecrit par Alessandra Iadicicco

© Alessandra Iadicicco

«Anzitutto c’era, credo, la parola. Die Dauer, “la durata”, è una bella parola: comincia con un suono morbido, la d, e poi viene una a, e ancora una vocale, e poi… È quasi come se tutta la parola fosse composta da vocali».

Peter Handke aveva incominciato così, con una suggestione musicale, con il ricordo della melodia verbale che gli era risuonata nella mente oltre trent’anni prima, a raccontarci del giorno in cui gli era «arrivata in volo» quella poesia: Gedicht an die Dauer, che nella traduzione italiana – la bellissima versione di Hans Kitzmüller pubblicata da Einaudi – diventa, con perfetta sintonia a quella sonora ispirazione, un «Canto». […]

Lire la suite

El escritor Peter Handke, nuevo Doctor Honoris causa por la Universidad de Alcalá

Article paru sur le site de l’Université d’Alcalá dans le cadre de la cérémonie de doctorat Honoris causa de Peter Handke

Source : http://portalcomunicacion.uah.es/

 

El escritor austriaco Peter Handke ha sido investido doctor honoris causa por la Universidad de Alcalá (UAH). El acto ha dado comienzo a las 12:00 horas en el Paraninfo de la UAH. Georg Pichler, profesor de Filología Alemana de la Universidad de Alcalá, es el encargado de pronunciar su laudatio. La ceremonia se ha podido ver en directo a través de la web de la UAH y sus redes sociales. […]

Lire la suite

Les jeudis littéraires #08 juin 2017

Diffusé sur Radio Aligre

>Ecouter l’émission
Rediffusion d’un entretien avec Pascal Quignard
pour son livre « Le sexe et l’effroi » (Gallimard)

Entretien avec Mireille Calle-Gruber à propos du « Dictionnaire sauvage » de Pascal Quignard ( Hermann) qu’elle a dirigé et du livre-hommage à Mireille Calle-Gruber , « Mélanges » (Ed.Hermann), réalisé à l’initiative de ses doctorantes de La Sorbonne Nouvelle, avec des textes de Claude Simon, Michel Butor, Pascal Quignard, Jacques Derrida…

Das Pferd – Claude Simon

Le Cheval de Claude Simon traduction allemande aux éditions Barenberg

Claude Simon
Das Pferd
Mit einem Nachwort von Mireille Calle-Gruber
Aus dem Französischen von Eva Moldenhauer
80 Seiten · Halbleinen · fadengeheftet · 164 × 228 mm
Frühjahr 2017
ISBN 978-3-946334-17-0
EUR 22,00

Claude Simon
geboren 1913 in Tananarive, Madagaskar, erhielt 1985 den Nobelpreis für Literatur. Er starb 2005 in Paris. mehr

REZENSIONEN:

« Ein Grund zum Feiern für die eingeschworene Gemeinde der Simon-Leser – aber nicht nur für sie. »
ULRICH RAULFF, FRANKFURTER ALLGEMEINE ZEITUNG

« Meisterhaft. »
MDR KULTUR

> L’édition française du livre

Actes du Colloque du Centenaire Claude Simon à Arbois, Juras – Présences de Claude Simon

Auteurs : Mireille Calle-Gruber, Agnes COUSIN DE RAVEL et François MIGEOT

Présence de Claude Simon - CouvertureLes Planches, Arbois, le Jura, ce n’est pas seulement le berceau de la famille paternelle de Claude Simon, prix Nobel de littérature en 1985. C’est aussi une histoire d’amour inconditionnel pour des êtres et des paysages dont l’œuvre de l’écrivain s’est continuellement nourrie. Amour tragique, non moins, d’être traversé par l’Histoire, celle de deux guerres mondiales.
Pour la première fois, lectures, analyses, témoignages, documents d’archives viennent éclairer cette part de l’œuvre – son « nord » en quelque sorte, qui contraste avec le Roussillon de la famille maternelle, son « sud ».
Présences de Claude Simon, donne à entendre les voix et à voir les visages qui hantent des livres aux affects puissants, toujours revenants. Passionnément.

Faire-part de Mariage de Louis Simon et Suzanne Denamiel

Faire-part de Mariage de Louis Simon et Suzanne Denamiel

Carte d'identité de Marie-Louise Simon - Tante de Claude Simon

Carte d’identité de Marie-Louise Simon – Tante de Claude Simon

Carte d'identité d'Artémise Simon, dite "Tante Mie" - Tante de Claude Simon

Carte d’identité d’Artémise Simon, dite « Tante Mie » – Tante de Claude Simon

Extrait du Cahier Iconographique


Essais , 216 pages, 20 euros.
Sorti le 02/11/2016.
ISBN : 978-2-37531-008-3.

Commander le livre

Claude Simon, Le cheval, postface par Mireille Calle-Gruber

Photographies
Présentation du livre
Article paru dans Libération
Article paru dans la revue Diacritik
Article paru dans En attendant Nadeau
Article paru dans L’Obs
Article paru dans La semaine du Roussillon
France Culture – Le temps des libraires
Acheter le livre

Manuscrits avec dessins de Claude Simon

Avec l’aimable autorisation de Réa Simon

Voir la publication : Mireille Calle-Gruber, Claude Simon. L’inlassable réancrage du vécu
Voir d’autres Manuscrits de Claude Simon

Manuscrits de Claude Simon

Avec l’aimable autorisation de Réa Simon

Voir la publication : Mireille Calle-Gruber, Claude Simon. L’inlassable réancrage du vécu
Voir d’autres manuscrits avec dessins de Claude Simon