In memoriam Réa Simon

décédée le 22 septembre 2017

Réa et Claude Simon

Octobre 1989
en avion vers Tokyo où se tient le Forum des lauréats du prix Nobel
du 24 octobre au 5 novembre 1989.
Claude Simon est invité avec, notamment, Léon Cooper (physique), Ilya Prigogine (chimie), Andreï Sakharov (prix de la paix), Bengt I. Samuelsson (médecine), Kenichi Fukui (chimie), Leo Esaki (physique), Susumu Tanegawa (physiologie-médecine).
Le discours de Claude Simon porte sur “Sens exprimé/sens produit”.
Débat avec l’écrivain Kenzaburo Ôé et le critique littéraire Shigehiko Hasumi sur “Le passé, le présent et le futur du roman”.


Réa et Claude Simon

Photo Eberhard Gruber

Mas Simoun, Villelongue-dels-monts
juillet 1993


Claude Simon, Réa Simon, Mireille Calle-Gruber, Gérard Roubichou

Photo Eberhard Gruber

Hochelaga Inn, Kingston, Ontario
Octobre 1993
Photo Eberhard Gruber
Claude Simon reçoit le doctorat honoris causa de Queen’s University/Ontario
et participe au colloque “Claude Simon, Les sites de l’écriture”
organisé par Mireille Calle-Gruber et Jean-Jacques Hamm
(Actes publiés à Paris, Nizet éditeur,1995. Voir aussi Claude Simon chemins de la mémoire – Presses Universitaires Grenoble, 1993.). 

[ARCHIVES DU MOIS] Claude Simon: Cérémonie de remise du Prix Nobel et courrier de Michel Butor

CLAUDE SIMON : CEREMONIE DE REMISE DU PRIX NOBEL à STOCKHOLM,
LE 10 DÉCEMBRE 1985
   

Claude Simon dans sa loge : essayage du couturier
Stockholm, le 10 décembre 1985 – Photographie : Jack MIKRUT
Claude Simon : remise du prix Nobel de Littérature
Photographie : Jack MIKRUT

ET : COURRIER DE MICHEL BUTOR A CLAUDE SIMON

Nice, le 18 mars 1986
Le courrier de Michel Butor se présente toujours sous forme de cartes découpées, assemblées et collées avec des scotch de couleur. Le destinataire doit déplier, soulever, retourner pour cueillir les écrits disséminée sur les différentes surfaces et observer  les images porteuses d’informations.

Volet gauche haut :

M. Butor 
aux Antipodes
Chemin de Terra Amata
23 Bd Carnot
06300 Nice
Tél. 93897118
J’y suis jusqu’au 14 avril puis recommence
mes navettes pour Genève

VOLET DROIT HAUT :     

la famille évoluant,
la fatigue grandissant,
nous nous installerons
de façon plus fixe dans
la région genevoise,
Marie-Jo et moi, à
partir d’octobre et
jusqu’à ma retraite
en 1991.

Volet gauche BAS :

M. Butor
34 rue du Nant
1207 Genève
Suisse   
Tél: 861627

VOLET DROIT BAS :     

 L’an prochain
ce sera sans doute
une autre adresse.
Je vois s’amonceler
sur mon horizon
des nuages de déména-
gements en chaîne.

Cher Claude Simon,
Merci pour votre Discours de Stockholm. J’ai été moi-même fort déçu par le peu d’écho qu’a reçu votre distinction dans la presse, les media, l’université, auprès du gouvernement même de notre pays. C’est pourquoi je suis fort heureux de l’initiative de Lucien Dällenbach, et je l’aiderai, dans la mesure de mes moyens, à faire du colloque de novembre une célébration mémorable(1). Pour introduire, même brièvement, ma voix dans ce concert, il me serait utile d’avoir Les Géorgiques et La Chevelure de Bérénice. Pourriez-vous me les faire envoyer ce printemps à Genève ? Merci d’avance. 

A bientôt donc. Amitiés. Votre
Michel Butor

(1) Le colloque Claude Simon a eu lieu à l’Université de Genève les 14 et 15 Novembre 1986. Seules quatre interventions ont été publiées, Sur Claude Simon, Minuit, 1987
(interventions de Jean Starobinski, Georges Raillard, Lucien Dällenbach, Roger Dragonetti).

[ARCHIVE DU MOIS] Claude Simon et Michel Deguy

en hommage à Michel Deguy décédé le 16 février 2022

Munich, 30 mai 1989
© Photographie : Isolde Ohlbaum

Claude Simon a remis le manuscrit de L’acacia à Jérôme Lindon et signé le contrat le 24 avril. Il quitte Paris pour une série de conférences, d’abord à Londres où il intervient à King’s College le 25 mai, puis à Alpbach (Autriche) le 28, et à Munich le 29 mai où il retrouve Michel Deguy  et où sa conférence se tient à l’Académie des Beaux Arts, sous la présidence de Horst Bienek, avec la participation de Gerda Zeltner, romaniste et critique littéraire. C’est au lendemain de cette rencontre qu’Isolde Ohlbaum réalise une série de photographies de Claude Simon ainsi que de Michel Deguy et de Horst Bienek. De retour à Paris, Claude Simon consacre le mois de juin à la correction des épreuves de son roman ; le 17 juillet il reçoit le premier exemplaire de L’acacia.

Michel Deguy : lire la phrase-serpent de Claude Simon   

De nombreuses rencontres ont eu lieu entre Claude Simon et Michel Deguy au cours des années 1960 à 1990, aux éditions de Minuit siège également de la revue Critique, mais aussi en privé.  Et bien que Deguy, poète et poéticien, se soit très tôt séparé du roman et de l’écriture romanesque, il n’a cessé de “lire” l’auteur de La Route des Flandres et du Palace “dans une lecture séduite, absorbée, dévorante, fascinée par les déroulements de la phrase-serpent, elle-même “charmée” par la flûte du narrateur   –   lecture enroulée, “roulée” sur l’air de la phrase inachevable”. Tels sont les mots de Michel Deguy lors du colloque Claude Simon. Les Vies de l’Archive, organisé en Sorbonne et à l’Ecole Normale Supérieure Ulm, en juin 2013, pour le Centenaire de la naissance du Prix Nobel de Littérature, colloque au cours duquel Michel Deguy soulignait la nécessité de ne rien clôturer, de réouvrir l’événement de lecture, renouvelant son accord avec l’écrivain sur la métaphore mais réinstruisant “la querelle des jugements derniers” qui opposa Kenzaburo Oé et Claude Simon, en 1995, sur les essais nucléaires français à Mururoa. (Claude Simon. Les Vies de l’Archive, sous la direction de Mireille Calle-Gruber, Melina Balcazar-Moreno, Sarah-Anaïs Crevier Goulet, Anaïs Frantz, Editions Universitaires de Dijon EUD, 2014).   Michel Deguy renouait ainsi, en 2013, au titre de “Claude Simon et l’image”, les fils du dialogue qu’il avait engagé un demi-siècle plus tôt, en 1962, avec sa lecture du Palace, “Claude Simon et la représentation” publiée dans la revue Critique. Claude Simon fit grand cas de ce texte qu’il citait souvent au cours de ses conférences. En voici un extrait, exemplaire de la méthode poiétique de Michel Deguy que porte la générosité d’une voix ample, sous le charme du phrasé et le sachant.   Aujourd’hui que Michel Deguy n’est plus, c’est l’héritage de cette double vertu de justesse et de fougue, de froide lucidité et de lyrique brûlante, qu’il nous laisse. Qu’il nous faut nous apprendre à apprendre.

“Le point de vue d’où le romancier prête sa voix à l’étudiant, ne cesse d’être indiqué dans les membres de phrases qui commencent par comme si ou comme. La situation de l’homme-spectateur qui parle ici dans le roman comme celui qui se souvient, est celle de l’assis au cinéma ; position de la fixité dans la vitesse. La voici indiquée : « (… ) le crissement des roues maintenant très fort, à peu près, semblait-il, dans l’effroyable silence comme un roulement de tonnerre ( … ) » (p. 116). Ou ici « ( … ) les deux files de palmiers et de lampadaires alternés se ruant en s’écartant de chaque côté de la voiture puis (l’étudiant se retournant, regardant par la vitre arrière) s’enfuyant, verticaux, figés et vertigineux, rapetissant à toute vitesse ( … etc.) » (p. 80). Le point de l’observation est, d’une certaine manière, fixe, ou plutôt sur l’axe de la maturation insensible de ma propre mort ; fixe comme le siège du spectateur de film, ou comme la place du voyageur dans un rapide, qui ne cesse de vieillir lentement. D’une part, l’axe interne, « vertical », si on veut, de la futurition de sa mort ; et d’autre part l’axe horizontal qui le perce comme une flèche, axe de référence du mouvement accéléré autour. La posture principale de la voyance est donc elle-même figurée par la situation de l’amateur de film ou du passager de train ; les choses se ruent en fuyant, dans la seule alternative de leur frôlement inoffensif quoique terrifiant ou du choc mortel ; ou bien il ne se passe rien dans le vacarme accéléré ou bien il se passe l’explosion de ma mort. Le spectateur est ce mort en sursis emporté dans la folle voiture (cf. p. 80-81 sq.). Le monde laisse transparaître son essence dans l’expérience de la course en voiture ou en train ; il est comme on le découvre dans la vitesse.”

(Critique, n°187, décembre 1962)

[Archive du mois] Visite virtuelle de la Maison de Claude Simon

Production : La Région Occitanie et L’Inventaire
Réalisation : ArtCode 360°

L’entrée de la Maison de Claude Simon
Le séjour de la Maison de Claude Simon
Bureau d'été de la Maison de Claude Simon
Bureau d’été de la Maison de Claude Simon
La chambre et le bureau d’Hiver de la Maison de Claude Simon

Contenus

Christelle Parvillé, chargée de médiation, Service Innovation, Transmission et Appui aux territoires – Direction de la Culture et du Patrimoine, Région Occitanie/ Pyrénées – Méditerranée

Roland Chabbert, conservateur, Service de la Connaissance et de l’Inventaire des Patrimoines – Direction de la Culture et du Patrimoine, Région Occitanie/ Pyrénées – Méditerranée

Estelle Blanquier, étudiante, Master 1 d’histoire de l’art, Université Lumière Lyon 2

Catherine Guilhou, chargée de conception numérique, Service Innovation, Transmission et Appui aux territoires – Direction de la Culture et du Patrimoine, Région Occitanie/ Pyrénées – Méditerranée

Enregistrements sonores : Florian Parvillé

Mireille Calle-Gruber, Professeur des Universités, Ayant-droit moral pour l’oeuvre de Claude Simon

[Archives du mois] Les affiches de cirque. Photographies de Claude Simon, Salses, 1971.

Les affiches déchirées, tout comme les graffitis et les taches d’humidité sur les murs, sont pour Claude Simon des traces fascinantes que l’oeil scrute à la recherche du mouvement des choses infimes.
La description des affiches de cirque est un leitmotiv de Triptyque, roman paru en 1973. Ce leitmotiv introduit au mouvement scopique de la narration qui fait bifurquer à tout moment le récit, et devient une métaphore de l’écriture et de la lecture.
 

“Le côté sud de la grange est tapissé d’affiches aux couleurs vives, superposées, les plus anciennes aux coins soulevés, ou déchirées, ternies par les intempéries, la plus récente, de grandes dimensions, représentant la piste d’un cirque où un dompteur aux bottes luisantes armé d’un fouet exécute un numéro de dressage. L’affiche est encadrée d’une bande jaune semée d’étoiles rouges. Sous les effets alternés de l’humidité et de la chaleur les planches qui constituent la paroi de la grange ont joué, gonflant ou se contractant, de sorte que quelques déchirures s’ouvrent dans la couche des affiches superposées. L’une d’elles toutefois, plus importante, semble avoir été agrandie à dessein. Au pied de la cascade s’est creusé un bassin dont on ne voit pas le fond, en forme de cuvette, à peu près circulaire. Sur ses bords l’eau très pure permet de voir le fond ocre du tuf. A mesure que la profondeur augmente l’eau verdit d’abord, puis devient d’un bleu de lessive qui s’épaissit par degrés, presque noir au centre du bassin. Il faut un moment pour que l’oeil collé à la fente que l’on a agrandie se fasse à la demi-obscurité qui règne dans la grange et distingue les objets.”

Extrait de “Triptyque” (p.10-11), 1973 aux Éditions de Minuit

Photos publiées avec l’aimable autorisation de Mireille Calle-Gruber ayant-droit moral pour l’œuvre de Claude Simon


Assia Djebar – Le manuscrit inachevé

sous la directions de Mireille Calle-Gruber et Anaïs Frantz

Photo : Irmeli Jung / Graphisme : Marine Palmesani

Ce livre apporte un éclairage tout à fait nouveau sur l’écriture d’Assia Djebar, écrivain majeur de la littérature francophone, élue à l’Académie française en 2005, en publiant un texte inédit, manuscrit inachevé qui devait s’intituler « Les Larmes d’Augustin » et constituer un « Quatuor algérien » avec les trois romans précédemment publiés : L’Amour, la fantasia, Ombre sultane, Vaste est la prison. 

Extrait du tapuscrit qui aurait s’intituler “Les larmes d’Augustin”

Au centre du volume : le tapuscrit des trois premiers chapitres du roman, qui ne s’appellera jamais Les Larmes d’Augustin. Et un mystère : celui de l’inachèvement de ce texte, écrit et projeté pendant vingt ans, dont il semble que l’architecture soit demeurée indécise. Publier un tel document, c’est instituer le manuscrit en archive, c’est-à-dire en assurer la transmission et l’héritage, en le donnant aux lectures à venir. Faire lire un manuscrit inachevé, c’est aussi s’obliger à en respecter l’inachèvement, c’est-à-dire l’accompagner d’une réflexion critique méthodologique. Par quoi il devient objet de recherche.

Assia Djebar, 1957. Elle prend ce pseudonyme pour la publication de son premier roman La Soif. DR

Depuis sa rencontre avec Assia Djebar, en 1987, Mireille Calle-Gruber a accompagné l’oeuvre de l’écrivain par la publication d’études (Assia Djebar ou la résistance de l’écriture, 2001 ; Assia Djebar, ministère des Affaires Étrangères, 2006) et de colloques (dont le colloque de la Maison des écrivains à Paris, en collaboration avec l’Académie royale de Belgique, 2005, et le colloque de Cerisy, publié aux PSN, en 2010) mais aussi d’inédits d’Assia Djebar et d’entretiens avec elle. Elle a prononcé la Laudatio d’Assia Djebar lors de la remise du doctorat honoris causa de l’université d’Osnabrück à l’écrivain. Assia Djebar projetait de tourner un film sur le roman de Mireille Calle-Gruber : Tombeau d’Akhnaton.

Anaïs Frantz enseigne la littérature et les études de genre à Paris. Chercheure associée de l’ITEM/CNRS où elle travaille sur les manuscrits de Violette Leduc, elle a également publié plusieurs ouvrages avec Mireille Calle-Gruber dont Politique et poétique du genre dans les migrations. Femmes entre les deux rives de la Méditerranée (Presses de Tanger, 2011).

Ouvrage papier – 978-2-37906-060-1 – 238 pages – 29,90 €
Edition par Presses Sorbonne Nouvelle

[ARCHIVE DU MOIS] Claude Simon et Natahlie Sarraute

Claude Simon et Nathalie Sarraute se retrouvent à Helsinki, le 11 septembre 1984, invités à une Rencontre littéraire à l’Université, et reçus par l’Ambassadeur de France en Finlande, Roland Husson.

Nathalie Sarraute vient de publier Enfance (1983), Claude Simon Les Géorgiques (1982). Tous deux sont “nobélisables”. C’est Claude Simon qui recevra, l’année suivante, le Prix Nobel de Littérature 1985.

Archives Claude Simon DR

[ARCHIVES DU MOIS] Hommage à Nelly Kaplan, décédée le 12 novembre 2020 à Genève, à 89 ans

Séminaire de Mireille Calle-Gruber “Hospitalité de la littérature et des arts”, lors duquel elle reçut Nelly Kaplan (cinéaste et écrivaine). Nelly Kaplan présente ses films : À la source, la femme aimée (dessins d’André Masson) ; Le regard Picasso et Gustave Moreau

Nelly Kaplan, c’est tendresse et vitriol.
Elle aimait l’intelligence, celle qui accueille l’humour, l’érotisme et les forces paniques de la nature. 
Elle aimait se présenter en flibustière du cinéma et des arts, affichant l’audace jusqu’à la subversion, le non-conformisme jusqu’à l’insoumission  –  et certains ouvrages subirent la censure : tels son film A la source, la femme aimée, avec André Masson (1965) et son récit Mémoires d’une liseuse de draps, J.J. Pauvert 1974, augmenté et republié en 1998 à La Différence : Un manteau de fou rire ou les Mémoires d’une liseuse de draps.   
Elle portait haut les couleurs du surréalisme à sa façon, et sans être féministe, elle revendiquait le “pouvoir féminin” qu’elle replace aux sources d’un soulèvement foncièrement révolutionnaire. Ou : de la révolution comme principe des arts.   
Ainsi son premier long-métrage, La Fiancée du pirate (1969), est-il devenu un film culte qui n’a pas pris une ride.   
Nelly Kaplan n’a jamais vieilli : c’est la société qui a vieilli autour d’elle et qui s’est tristement racornie. Malgré les obstacles à la réalisation de ses derniers projets, elle est restée crâne et sans concession. Fidèle à son œuvre éternellement jeune.   
Claude Makowski, son compagnon, co-scénariste de La Fiancée du pirate, avec qui elle fonda la maison de production Cythère Films, écrivait d’elle :   

Kaplan ne revendique aucune égalité d’aucune sorte. Elle revendique le pouvoir égal de vivre, de jouir, de créer, d’inventer, sans tricheries ni domination.


Poème-portrait de Nelly Kaplan, publié dans
Improvisations sur Mireille Calle-Gruber, 
Elne, Voix-éditions Richard Meier, 2013,
recueil de textes d’écrivains et artistes réuni
à l’occasion du colloque international organisé en Sorbonne
20 et 21 juin 2013,” “Je mets mon amour du monde à l’abri
du monde dans la littérature”. Mireille Calle-Gruber ou les promesses de la littérature et des arts
organisé par Melina Balcazar, Sarah-Anaïs Crevier Goulet, Anaïs Frantz, Elodie Vignon
et édité aux éditions Hermann, 2015.

MIREILLE CALLE-GRUBER      
Un regard pétillant d’intelligence.      
Un rire qui éclate à l’improviste pour se diluer ensuite en vagues concentriques      
d’humour fou.      
Une curiosité généreuse de tout et de tous.      
Une créativité en expansion à rendre jaloux le Big-Bang…      
Voilà quelques ingrédients du superbe cocktail Mireille Calle-Gruber.       
A consommer sans modération et en affectueuse admiration.          
Nelly Kaplan


Affiche réalisée pour le séminaire “Littérature et arts. Hospitalités et passages des œuvres“, Mireille Calle-Gruber recevait le mardi 10 janvier 2012 en salle Bourjac à la Sorbonne Nelly Kaplan, cinéaste et écrivain. Elle a présenté aux étudiants et chercheurs ses films À la source, la femme aimée (dessins d’André Masson) (1965), Le Regard Picasso (1967), et Gustave Moreau (1961).

Nelly Kaplan, le verbe et la lumière

Textes réunis et présentés par Mireille CALLE-GRUBER et Pascale RISTERUCCI

  • Date de publication : juin 2004
  •  – format : 13,5 x 21,5 cm • 216 pages
  • ISBN : 2-7475-6647-1

PARUTION | Mireille Calle-Gruber, Les comptes du temps, L’archive Claude Simon, Carnets de Tante Mie

Préface de Pascal Quignard

La conservation de ses archives, Claude Simon l’a confiée à la Bibliothèque littéraire Jacques Doucet à laquelle il a fait donation. Il écrit au recteur chancelier des Universités de Paris, le 8 mars 2004 : « Je donne au-delà de mes manuscrits proprement dits et de leurs traductions, la part littéraire de mes archives susceptible d’éclairer mon oeuvre et de la placer dans une juste perspective. »

Il fait ainsi entrer, au même titre d’« éléments
indispensables » à sa « mémoire littéraire », les documents militaires de l’armée napoléonienne et les humbles carnets de comptes de Tante Mie.

Aujourd’hui, à mon tour, ayant droit moral pour l’oeuvre, j’adresse cette archive au cours imprévisible de la vie des lectures.

Mireille Calle-Gruber


Artémise Simon
« Elle sentait comme une fleur », écrit Claude Simon de sa tante Mie.

Elle mourut à 85 ans.

Un jour Mireille Calle-Gruber me mit entre les mains ce petit carnet de moleskine granulée dont vous voyez toutes les pages, désormais, sous vos yeux.

Petit recueil si humble, qui court des années vingt aux années cinquante,
marron, un peu acajou, si peu coûteux.

Petite chose si modeste, éteinte, aride, obscure et même, pour moi, intégralement inintelligible alors que je l’entrouvrais.

Plein de millésimes, de quittances, de petites étrennes, de brouillons, de calculs, de mandats, d’additions, de chiffres.

Alors Mireille Calle-Gruber me fournit le mode d’emploi.

Elle me montra ce que c’est qu’un trésor.

Pascal Quignard



[Archive du mois] Claude Simon au Jardin des Plantes

Ce mois-ci, nous partageons avec vous des photos, inédites, prises par Claude Simon, au Jardin des Plantes, à Paris, lieu favori de sa promenade quotidienne.
 

Statue de Henri Bernardin de Saint-Pierre (1737-1814), auteur du roman Paul et Virginie (1788)
qui est le récit d’une idylle exotique (île Maurice) entre deux adolescents. 

Claude Simon est alors en train d’écrire son roman Le Jardin des Plantes (1997)dans lequel cette statue est précisément décrite : voir pages 62 et 63 reproduites.

Le Jardin des Plantes est constitué “des fragments épars d’une vie d’homme” au long du XXème siècleet “aux quatre coins du monde”. Claude Simon opère un montage éblouissant d’audace et de poésiequi est moins une autobiographie que le “portrait d’une mémoire”, ainsi qu’il aime le désigner.

Un “Jardin des Plantes” est un jardin d’acclimatation dans lequel voisinent des espèces de provenance très différentes, étrangères les-unes aux autres, et qui cependant forment un ensemble d’invention. Belle métaphore pour la façon dont Claude Simon compose ses romans.

Claude Simon, Le Jardin des Plantes, Minuit, 1997,p.62-63.

“C’est tout un travail des matériaux qui féconde l’imaginaire de Michel Butor”

Michel Butor (utbm_fr, CC BY-ND 2.0)

Entretien avec Mireille Calle-Gruber par Antoine Oury

Le 18 septembre dernier, les éditions Hermann ont fait paraitre le premier numéro des Cahiers Butor, une vaste entreprise, en 7 numéros, qui cherche à « compléter » les œuvres complètes de Michel Butor en rendant les images qu’il leur manque. Partenaires artistes, influences visuelles, livres d’artistes, autant de dimensions de l’immense travail de cet auteur qu’il est désormais possible d’explorer. Entretien avec Mireille Calle-Gruber, auteure, professeur à La Sorbonne Nouvelle, directrice des Œuvres Complètes de Michel Butor aux éditions de La Différence et codirectrice des Cahiers Butor aux côtés d’Adèle Godefroy et Jean-Paul Morin.

[Archive du mois] Les enfances de Claude Simon

Claude SImon est né le 10 octobre 1913 à Tananarive, à l’occasion de cette date anniversaire, nous vous présentons quelques images inédites de son enfance.

Claude Simon entre ses parents, Tananarive, 14 février 1914
©  Archives Claude Simon, autorisation : Mireille Calle-Gruber

Razaph, la nourrice malgache, avec Claude Simon, Tananarive, 1914
Dans Claude Simon, une vie à écrire – Mireille Calle-Gruber, Seuil 2011
©  Archives Claude Simon, autorisation : Mireille Calle-Gruber

Tananrive, indigènes à la pompe
©  Archives Claude Simon, autorisation : Mireille Calle-Gruber
Carte postale envoyée par Razaph, la nourrice de Claude Simon, à son retour à Tananarive (datée du 17 octobre 1916)
©  Archives Claude Simon, autorisation : Mireille Calle-Gruber

Désormais veuve, Suzanne Simon emmène son fils en voyage pour son instruction. A la Rochelle où ils vont visiter la Tour des Quatre-Sergents, Claude tombe d’un mâchicoulis mal protégé et fait une chute de 20 mètres. Il est hospitalisé plusieurs jours.

Cette carte fut envoyée le 9 août 1921 par Suzanne aux tantes paternelles de Claude à Arbois.

La Rochelle, Tour des Quatre- Sergents, annotée : “meurtrière par où est tombé Claude”
©  Archives Claude Simon, autorisation : Mireille Calle-Gruber

Transcription :
La Rochelle 9 août 1921

Chères Mesdemoiselles,
L’état de notre petit blessé est toujours satisfaisant.
C’est inespéré lorsqu’on songe à ce qui aurait pu être. Je vous envoie la tour d’où il est tombé. Cela vous donnera une idée de sa chute et de l’issue qu’elle aurait dû logiquement avoir ! Tout le monde s’étonne que notre chéri soit sauvé. Quelles heures cruelles et comme le présent paraît beau !

Bien affectueusement à vous
Siuzanne Simon

[Archive du mois] – Lettre de Roland Barthes à Claude Simon

En sortant du théâtre

Après la représentation de La Séparation en mars 1963 au Théâtre de Lutèce, unique pièce de théâtre écrite par Claude Simon et mise en scène par Nicole Kessel, Roland Barthes exprime à l’auteur son admiration et son “émotion extrême”.

© Archives Claude Simon
© Archives Claude Simon
Affiche - La Séparation
Affiche de La Séparation mise en scène par Nicole Kessel au Théâtre de Lutèce en mars 1963

[Archives du mois] Jahrbuch der deutschen Schiller-Gesellschaft – Band LXII 2018

Donation des archives de Peter Brugger : Claude Simon im deustschen Literaturarchiv (Claude Simon aux Archives Littéraires d’Allemagne) auprès des Archives Nationales Allemandes de Marbach

Entretien télévisé de Peter Brugger et Claude Simon à Salses (Pyrénées Orientales) du 1er au 5 septembre 1974 et tournage aux Planches près Arbois du court-métrage L’impasse (Die Sackgasse) conçu par Claude Simon à partir de son roman Triptyque.

Le tournage s’est effectué en 2 étapes :
– Du 20 au 24 mai 1975 aux Planches
– Du 2 au 6 juin 1975 dans les studios du Saarländischer Rundfunk à Saarbrücken

La totalité des entretiens est publiée pour la première fois en allemand traduit par Gerda Scheffel dans Jahrbuch der deutschen Schiller-Gesellschaft – Band LXII 2018 aux éditions De Gruyter

Articles de Ulrich Raulff, Mireille Calle-Gruber, Peter Brugger
Entretien Peter Brugger et Claude Simon

Voir des extraits de l’ouvrage
Se procurer l’ouvrage

Voir aussi :

Les Triptyques de Claude Simon ou l’art du montage
paru aux Presses Sorbonne Nouvelle en 2009

Peter Brugger et Claude Simon – Novembre 1974 – Paris – Photo : Georg Bense
Gerda Scheffel et Claude Simon dans les studios du Saarländischer Rundfunk à Saarbrücken – juin 1975 Photo : Georg Bense

Claude Simon sur France Culture

La semaine du 25 février au 1er mars, L’émission de France Culture : La Compagnie des auteurs était consacrée à Claude Simon. Pour débuter cette semaine consacrée à Claude Simon, Prix Nobel de Littérature, Mireille Calle-Gruber, sa biographe, était l’invitée de
Matthieu Garrigou-Lagrange pour parler d’Une vie passée à écrire.

Mireille Calle-Gruber est écrivaine, professeure de littérature et d’esthétique à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3. Elle a notamment consacré à Claude Simon une biographie : Claude Simon : une vie à écrire (Seuil, 2011).  

Claude Simon, chez lui, en 1981• Crédits : Photo by Ulf Andersen/Getty Images – Getty

La vie de Claude Simon, né en 1913, est doublement marquée par le deuil et la guerre – la Première, qui lui fait perdre un père inconnu et dont la trace se retrouvera dans ses romans, mais aussi la Seconde, dont il cherchera à retranscrire l’expérience – en particulier dans La Route des Flandres, comme nous le verrons mercredi avec Dominique Viart. 

Dans cet abîme se réalise néanmoins la rencontre intellectuelle et artistique avec le surréalisme, le temps de la lecture (notamment celle de Proust) et de l’écriture. Claude Simon pratique également la photographie, redoublement dépouillé d’un regard sur le monde qui est présent dans son oeuvre, la peinture, et est influencé par le cinéma. 

Il a reçu en 1985 le Prix Nobel de littérature, récompensant une oeuvre à la forme si particulière, déliée de toute étiquette – malgré sa proximité, au départ, avec le groupe du Nouveau Roman qui naît aux Editions de Minuit. “Une vie à écrire”, c’est bien une vie qui refuse toute catégorisation et se réalise pleinement dans l’acte d’écriture. 

A 15h30 : Tiphaine Samoyault, écrivaine, essayiste et co-directrice de la revue “En attendant Nadeau” nous présente la chronique littéraire. 

A 15h55 : le rendez-vous poétique de Jacques Bonnaffé avec cette semaine deux auteurs de la collection “Blanche” de Gallimard – nous commençons avec la lecture de textes d’Etienne Godo. 

MUSIQUE GÉNÉRIQUE : Panama, de The Avener (Capitol) fin : Dwaal, de Holy Stays (Something in Construction)

MUSIQUE CHRONIQUE : Self portrait de Chilly Gonzales (Gentle threat)


Les autres podcasts de le semaine conscrée à Claude Simon

Claude Simon (2/4) : L’univers romanesque de Claude Simon

Claude Simon (3/4) : Le travail de la mémoire

Claude Simon (4/4) : L’arbre de l’écriture (L’Acacia)