Europe en mouvement (Cerisy à Berlin, Berlin à Cerisy) – À la croisée des cultures

Présentation par Mireille CALLE-GRUBER (vice-présidente de l’AAPC)

Sous l’enseigne commune d’une « Europe en mouvement », tous les éléments recueillis au cours de nos rencontres font l’objet de deux publications distinctes. Dans ce premier volume, le choix de la pluralité n’est pas question de quantité mais affaire de méthode. Il s’agit de ne plus accepter de considérer, séparément, d’un côté, une épistémologie des sciences et, de l’autre, une épistémologie des sciences humaines, ce qui conduit toujours à minorer les secondes, en particulier à négliger les domaines de la littérature, de la philosophie et des arts, empêchant par suite que tous les intellectuels interviennent avec plus de puissance dans les débats. Car, on ne le sait que trop, ce déficit de la dimension humaine grève la construction de l’Europe et constitue aujourd’hui un de ses échecs majeurs. En revanche, la configuration raisonnée des savoirs donne des forces pour mener de front, et dans l’interaction, le nécessaire travail des langues, des productions écrites et artistiques, la prise de conscience des défis scientifiques et sociétaux, la réflexion critique et éthique, la construction de la pensée en action.

Le mot de passe du premier volume, c’est « les passages » — au pluriel. Et cette composition non-linéaire, non-chronologique, qui permet de procéder par reprises et biais, mais aussi par entretiens et témoignages, reflète le parti-pris de nos travaux: plutôt que la prétention de tout embrasser, dessiner des croisées révélatrices de points névralgiques qui seront à creuser; plutôt que recourir aux universaux, traiter de situations et de faits concrets; et plutôt que suivre un langage normé (normalisé) qui déréalise le quotidien en le recouvrant de stéréotypes, aller à l’écoute des mots des langues, du jeu de leur interprétation fluctuante. On l’aura compris: il y a, dans ces rencontres franco-allemandes pour une « Europe en mouvement », une part d’expérimentation qui laisse advenir l’inattendu, le non-programmé, l’événement d’une ouverture dans le cours de la mise en commun du travail. En somme, la pratique vient confronter les théories lesquelles permettent de penser la pratique: tel est le mouvement d’un vivre-penser avec ensemble l’Europe à venir: avec-ensemble (et non pas « ensemble »), formulation de Paul Desjardins, c’est-à-dire dans le variable et incessant ajustement des différences inaliénables.

Les mots d’ordre d’un manifeste pour refonder le mouvement européen pourraient se formuler ainsi:

  • Apprendre par nos différences: c’est ce que le mot « cultures », au pluriel, devra signifier. Il faudra remythologiser les mémoires de chaque pays européen afin de réamorcer les grands récits des défis nouveaux à affronter de concert.
  • Faire de nos fractures un devenir-territoire européen. Où philosophie, droit et politique ont à travailler ensemble dans l’espace différentiel et transnational que doit être l’Europe. Ainsi que dans son différentiel avec les états non-européens.
  • Penser l’Europe-à-venir loin des modèles de domination, avec à l’horizon l’évolution des technologies, la déconstruction des esthétiques, les modalités d’habitation, l’organisation du travail, les réajustements économiques, l’entreprise « à mission ».
  • Favoriser et intensifier la traduction des œuvres et les éditions bilingues, mais sans oublier que l’autre est intraduisible; et que c’est la chance de la littérature, du poème en particulier, de faire entendre ses silences.
  • Refonder l’Université pour qu’elle devienne « l’Université sans condition » que Jacques Derrida a préfigurée: le lieu d’une « liberté inconditionnelle de questionnement et de proposition ». Les programmes de recherche européens montrent aujourd’hui la voie.
  • Considérer la dimension planétaire des rapports humains, ce qui les inscrit et oblige de les évaluer dans l’ampleur d’une réflexion écologique et énergétique.
  • Porter toute l’attention à la défense des droits des femmes, ainsi qu’aux inscriptions du féminin et du masculin, aux questions concernant les sexualités, le genre, mais aussi les corps augmentés, et les choix éthiques et politiques qui en découlent.

Ce travail devrait conduire l’Europe-à-venir à reconsidérer les catégories de l’humanisme traditionnel, et la porter vers de nouvelles formes de sécularisation du politique et de la pensée.

Quatrième de couverture :
Une Europe en mouvement? Serait-ce celle qui s’efforce de partager les différences et puise dans la dimension non identitaire des cultures une dynamique apte à affronter les défis de la mondialisation? Cette Europe de la culture fut le projet de Pontigny (décade 1925, « Nous autres Européens »). Avec « Cerisy à Berlin, Berlin à Cerisy » (2015), l’objectif est de redonner de la vigueur aux échanges intellectuels pour penser l’Europe à venir.

Ce premier volume offre une méthode et des lignes de force. La méthode? L’analyse différentielle critique des situations concrètes jointe, afin d’imaginer des futurs souhaitables, au croisement prospectif des savoirs et des pratiques artistiques. Des lignes de force? Construire un territoire européen pour une mobilité solidaire; refonder la recherche et l’Université comme espaces de questionnement; promouvoir la force de l’écriture et intensifier la traduction des œuvres; engager une réflexion écologique et éthique pour saisir la dimension planétaire des rapports à la nature et au vivant; stimuler un développement qui relie les cultures de « Résistance, Régulation et Utopie » (J.-B. de Foucauld).

Une Europe en mouvement? Oui, pour habiter avec plus de justesse, de justice et de générosité le monde qui vient.


Europe en mouvement – 1
À la croisée des cultures
Direction: Wolfgang Asholt, Mireille Calle-Gruber, Edith Heurgon, Patricia Oster-Stierle
Éditeur: Hermann Éditeur — Février 2018
Collection: Colloque de Cerisy
ISBN: 978-2-7056-9566-8

le Chevalier Morose – Michel Butor et Mireille Calle-Gruber

140 x 210 mm, 158 pages
12 illustrations
Parution : 8 Novembre 2017

Il pleut sur Venise. Sandra aperçoit Giacomo qui traverse le Campo de Santa Maria Formosa. Il ne l’a pas vue. Elle le suit à son insu. La silhouette du jeune homme a des similitudes avec les jeunes chorèges de Carpaccio. La nuit descend sur une ville féérique. Jeux d’ombres, demi-teintes, mystère des lieux et des personnes. Tout devient personnage.

Récit-scénario, Le Chevalier morose fait appel aux puissances du cinéma qui est l’art de faire venir les fantômes. Fantômes d’une époque où la Cité la plus orientale d’Occident rêve l’harmonie impossible et se leurre de Beauté.

> Commander le livre

Calendrier des hommages à Michel Butor dans la région niçoise en 2018

Initiée en septembre 2017, l’année d’hommages à Michel Butor dans la région niçoise se poursuit en 2018.
Tandis que le Centre International d’art contemporain de Carros et la Bibliothèque municipale de Nice continuent la présentation de leurs expositions, d’autres manifestations – expositions, conférences, publications- se préparent selon le calendrier ci-dessous.

On retrouvera ces informations sur l’internet, notamment

On peut voir des collaborations entre Butor et les artistes

à la librairie Galerie Laure Matarasso, 46 Boulevard Risso, 06300 Nice

à la galerie Quadrige, 14, rue Pauliani, 06300, Nice

CALENDRIER DES HOMMAGES À MICHEL BUTOR
DANS LA RÉGION NIÇOISE EN 2018


mercredi 17 janvier Bibliothèque Louis Nucéra, Nice, 14 à 16 h. les mercredis de la DAAC, Autour de Michel Butor, public enseignant.


samedi 20 janvier à 11h30 et jusqu’à la fin mars, Galerie Itinéraire, 67 avenue Georges Clemenceau, 06220 Vallauris. En passant par Vallauris avec Michel Butor. Avec Max Charvolen, Jean-Jacques Laurent, Henri Maccheroni, Martin Miguel et Raphaël Monticelli


mercredi 24 janvier à partir de 16 h (lectures vers 19 h), Galerie Depardieu, 6 Rue Dr Jacques Guidoni, 06000, Nice, présentation des ouvrages de Michel Butor publiés aux Cahiers du Museur. Collaborations avec Joël Frémiot, J.J. Laurent, H. Maccheroni, M. Miguel, Fernanda Fedi, Gino Gini, Max Partezana, Patrick Soladie, Marc Benita, R. Monticelli, Alain Freixe, Yves Ughes.


jeudi 15 février et jusqu’au 3 mars, Librairie niçoise, 2, rue Défly, Nice, Michel Butor et Leonardo Rosa.


mardi 6 mars et jusqu’au 21 avril, (heure du vernissage à préciser) Villa Saint Hilaire, Boulevard Antoine Maure, Grasse, Exposition: Le paysage et le territoire chez Michel Butor. Une exploration des livres de Michel Butor présents dans le fonds de la Bibliothèque de Grasse.


samedi 10 mars de 9h30 à 12h30, Villa Saint-Hilaire, Grasse, Atelier d’écriture pour enfants autour de l’exposition sur Michel Butor. Public : 7-12 ans. Sur inscription au 04 97 05 58 53


jeudi 15 mars et jusqu’au 31 mars, Librairie niçoise, Michel Butor et Jean Jacques Laurent.


vendredi 16 mars, encart spécial dans le Patriote Côte d’Azur, dans le cadre du printemps des poètes : Michel Butor, un écrivain populaire? Interventions de Mireille Calle Gruber, Henri Desoubeaux, Jean-Baptiste Sarocchi, Gérald Thupinier, Christian Skimao, Martin Miguel, Michel Ménassé, Adèle Godefroy (sous réserve), Raphaël Monticelli et Martin Winckler.


mercredi 21 mars à 17 heures, Bibliothèque Louis Nucéra, Nice, Michel Butor, un écrivain populaire? Autour de l’encart du Patriote.


samedi 14 avril à 18h – Villa Saint-Hilaire, Grasse, conférence: Butor dans les Alpes, par Henri Desoubeaux, Public : ados-adultes.


jeudi 13 septembre 2018, et pendant le mois de septembre Galerie Quadrige, 14 rue Pauliani, Nice, Michel Butor, photos de Marc Monticelli.


Première semaine de novembre 2018 – BMVR, 2 Place Yves Klein, Nice, Présentation par Mireille Calle-Gruber du Chevalier Morose, récit-scénario écrit par Michel Butor et Mireille Calle-Gruber et du Premier Cahier Butor (éditions Hermann)

Lettres d’Amérique de Nathalie Sarraute

Débat du 23 Janvier 2018 à l’Ecole Nationale des Chartes autour de l’édition par Olivier Wagner (prom. 2010) et Carrie Landfried des Lettres d’Amérique, avec Mireille Calle-Gruber, écrivain, professeur de littérature et esthétique à La Sorbonne Nouvelle, dans le cadre du cycle « Les Mardis de l’École des chartes ».

Au début de l’année 1964, Nathalie Sarraute entreprend son premier voyage sur le continent américain. Invitée des universités les plus prestigieuses, elle traverse les États-Unis portée par l’enthousiasme que suscitent dans les campus américains les derniers développements de ce que l’on a appelé le nouveau roman. Séparée de son mari Raymond Sarraute, alors retenu par ses obligations au barreau de Paris, l’auteur lui fait le récit de sa découverte de la stupéfiante modernité comme des terribles contradictions d’un pays qu’ils ne connaissaient pas et dont ils se méfiaient aussi. Aux frontières de la correspondance intime et du récit de voyage, ces lettres disent aussi quelque chose de plus fondamental sur l’univers intérieur d’une des plus grandes romancières et théoriciennes de la littérature récente et il faut se demander si ce n’est pas dans la vivacité de ses observations que naissent ces tropismes qui l’obsédèrent tant. Récemment publiées aux Éditions Gallimard, ces lettres montrent enfin le rôle essentiel des archives d’écrivain dans l’approfondissement et le renouvellement de la lecture de leurs œuvres.

Portrait d’Olivier Wagner © cl. Charles-Éloi Vial

Olivier Wagner
Conservateur au service moderne et contemporain au département des Manuscrits de la BnF

Portrait de Mireille Calle-Gruber par Jérôme Panconi, avec son aimable autorisation

Mireille Calle-Gruber
Écrivain, professeur de littérature et esthétique à La Sorbonne Nouvelle

L’archive du mois – Conférence de clôture de Michel Butor (Entretien avec Mireille Calle-Gruber)

Conférence donnée à l’occasion de la troisème journée du Rendez-vous des lettres – Les métamorphoses du livre et de la lecture à l’heure du numérique le 27 novembre 2013 au Conservatoire national des arts et métiers

En savoir plus

Les vacances du numérique – Conférence de clôture de Michel Butor (Entretien avec Mireille Calle-Gruber)

Michel Butor – Au temps du noir et blanc

Avec l’autorisation des Editions Delpire

Introduction de Mireille Calle-Gruber.

 « C’est en 1951, au retour de mon premier séjour en Egypte, premier long séjour à l’étranger, que j’ai commencé à prendre des photographies. J’avais été émerveillé par la lumière, les paysages, les monuments, les gens… »

Michel Butor, auteur d’une œuvre littéraire considérable, a eu, de 1950 à 1960, une intense activité de photographe, demeurée  inconnue car non publiée pour la plupart. Ce livre, c’est donc le livre qui manquait, celui de ses images qui, au temps du noir et blanc, tamisent la matière et la lumière.

Prises en France, Italie, Grèce, Turquie, Espagne et aux États-Unis, ces photographies s’attardent aussi bien aux monuments qu’aux détails de l’existence ordinaire, fixent l’éphémère, font le portrait des passages,  déposent le temps au secret des lieux. Ces espaces de poésie où il invente les images comme il manie les mots, Butor les appelle « Génie du lieu ».

Introduit par un texte de Mireille Calle-Gruber – écrivain, Professeur à la Sorbonne-Nouvelle et amie de Michel Butor, dont elle a édité les Œuvres Complètes –, Au Temps du noir et blanc met en regard photographies et écrits. L’ouvrage invite ainsi à retraverser l’œuvre protéiforme par l’œil-Butor, puis, à la fin, par les réflexions et notes sur la photographie de celui qui, sa vie durant, n’aura cessé d’écrire avec  un « viseur dans la tête ».

Source : http://www.delpire-editeur.fr/

Collection : Des images et des mots
date de parution : 07/09/2017
16,5 x 20 cm, Broché avec rabats, 312 pages

Écritures migrantes du genre (II). Langues, arts, inter-sectionnalités génériques

par Mireille CALLE-GRUBER & Sarah-Anaïs CREVIER GOULET

Couverture du volume II – Ecritures migrantes du genre

« Sentir la vie là où elle est et là où elle n’est pas. Pas encore » (Maria Zambrano). C’est cette perspective généreusement ouverte sur l’inscription de l’Etre comme expériment que mettent en lumière les écritures migrantes du genre, analysant certains procès, parfois douloureux, d’altérité en contextes multiculturels.

Cinéma, photographie, gravure, installation, performance, mise en scène théâtrale sont ici les pratiques génériques explorées dans leur interaction avec les textes littéraires.

Arts et lettres, lieux par excellence de « l’altérité du genre », dotent chacun chacune d’un regard migrant. Et singulièrement politique.

Avec les contributions de : Mireille CALLE-GRUBER, Sarah-Anaïs CREVIER GOULET, Laurent CAMERINI, Pascale SARDIN, Josette FÉRAL, Patrick FARGES, Safaa FATHY, Maribel PEÑALVER VICEA, Sofiane lAGHOUATI, Myriam Watthee-DELMOTTE, Seza YILANCIOGLU, Nedim GÜRSEL, Kaoutar HARCHI, Hervé SANSON, Anaïs FRANTZ, Christine LORRE-JOHNSTON

> Télécharger la table des matères (.pdf)
> Acheter le livre
> Retrouver le premier volume
Croiser les théories et les formes littéraires en contextes comparés.

Colloque de Cerisy – Peter Handke – Analyse du temps

Du 21 au 28 août 2017

© Photo de Peter Handke par Donna Wenders

Le colloque Peter Handke. Analyse du temps (21-28 aout), qui s’inscrivait dans le cadre des rencontres « Europe en mouvement. Berlin Cerisy » lancées depuis quelques années, a réuni une soixantaine de personnes, chercheurs, lecteurs, éditeurs, conservateurs et traducteurs de l’œuvre, venus surtout de France, d’Allemagne et d’Autriche, mais aussi de Belgique, Luxembourg, Suisse, Norvège et du Canada. Le suspense fut grand : après une belle série de conférences universitaires, la présentation des carnets de l’écrivain, la projection de ses films, dont La Femme gauchère au Long-Court de Coutances, et d’un portrait cinématographique signé Corinna Belz, Peter Handke arriva au Château de Cerisy pour les trois derniers jours du colloque. Ce furent alors un festival de lectures, prose et théâtre, par ses amis comédiens Bruno Ganz, Sophie Semin, André Marcon, et de riches entretiens, chaleureux et émouvants, aux côtés de Pierre Deshusses le traducteur de son livre récemment paru Essai sur le fou de champignons, et d’Alain Françon metteur en scène de sa pièce Toujours la tempête à l’Odéon en 2015. Pour finir, c’est Peter Handke qui fit la meilleure « analyse du temps » : il offrit à Edith Heurgon l’affiche du colloque où son portrait d’écrivain, exposé aux climats de juin-juillet dans son jardin, s’était couvert des graffitis aléatoires du temps cosmique !

Mireille Calle-Gruber

De gauche à droite : André Marcon, Ingrid Gilcher-Holtey, Patricia Oster-Stierle, Edith Heurgon, Karlheinz Stierle, Sophie Semin, Peter Handke, Mireille Calle-Gruber, Raimund Fellinger, Bruno Ganz. – Parue dans la newsletter du Centre Culturel International de Cerisy en Août-Septembre 2017

© Photo de Peter Handke

Verso de la photo de l’affiche – Peter Handke

Extrait de Carnets de Croquis de Peter Handke

Extrait de Carnets de Croquis de Peter Handke

Peter Handke e il rossetto sulla pietra – Alessandra Iadicicco

Article paru le 24 septembre 2017 – Corriere della Sera
Ecrit par Alessandra Iadicicco

© Alessandra Iadicicco

«Anzitutto c’era, credo, la parola. Die Dauer, “la durata”, è una bella parola: comincia con un suono morbido, la d, e poi viene una a, e ancora una vocale, e poi… È quasi come se tutta la parola fosse composta da vocali».

Peter Handke aveva incominciato così, con una suggestione musicale, con il ricordo della melodia verbale che gli era risuonata nella mente oltre trent’anni prima, a raccontarci del giorno in cui gli era «arrivata in volo» quella poesia: Gedicht an die Dauer, che nella traduzione italiana – la bellissima versione di Hans Kitzmüller pubblicata da Einaudi – diventa, con perfetta sintonia a quella sonora ispirazione, un «Canto». […]

Lire la suite

El escritor Peter Handke, nuevo Doctor Honoris causa por la Universidad de Alcalá

Article paru sur le site de l’Université d’Alcalá dans le cadre de la cérémonie de doctorat Honoris causa de Peter Handke

Source : http://portalcomunicacion.uah.es/

 

El escritor austriaco Peter Handke ha sido investido doctor honoris causa por la Universidad de Alcalá (UAH). El acto ha dado comienzo a las 12:00 horas en el Paraninfo de la UAH. Georg Pichler, profesor de Filología Alemana de la Universidad de Alcalá, es el encargado de pronunciar su laudatio. La ceremonia se ha podido ver en directo a través de la web de la UAH y sus redes sociales. […]

Lire la suite

Claude Simon. Une vie à écrire. Biographie de Claude Simon par Mireille Calle-Gruber

Présentation de l’ouvrage

CALLE-GRUBER Claude Simon

Mireille Calle-Gruber sur France Culture le 9 septembre 2011, dans l’émission Du jour au lendemain d’Alain Veinstein, à l’occasion de la publication de Claude Simon. Une vie à écrire au Seuil (2011).

Revue de presse

« Claude Simon, Une vie à écrire« , compte rendu d’Anaïs Frantz publié sur Fabula
« Biographie d’une œuvre majeure de la modernité« , analyse par Agnés Cousin de Ravel – Non Fiction
« Claude Simon, l’irrégulier » par Josyane Savigneau – Le Monde
« Claude Simon, prix Nobel d’évasion » par Philippe Sollers – Le Nouvel Observateur
« Claude Simon, cavalier du désastre » par Francine de Martinoir – La Croix
« Hommage à Claude Simon, prix Nobel 1985 inconnu » par Baptiste Liger – L’Express
« Claude Simon, l’homme et l’oeuvre » par Alexandre Fillon – L’Express
« Claude Simon, une vie à écrire » par Nathalie Crom – Télérama
« La route de Simon » par Nadine Satiat – Le Magazine Littéraire
« Claude Simon, de Mireille Calle-Gruber » – Le Magazine Littéraire
« Claude Simon – une vie à ecrire (pdf) » par Thérèse Moro – Art Press

Prix

le Grand Prix « L’Auteur de l’Année » – 25è Salon des Dames à Nevers – 24 mars 2012
Prix Jean-Morer des Vendanges Littéraires de Rivesaltes – 2013

L'Indépendant, 11/03/2012

L’Indépendant, 11/03/2012

Claude Simon, Le cheval, postface par Mireille Calle-Gruber

Couverture dessinée par Pauline Nunez

Couverture dessinée par Pauline Nunez

Claude Simon écrivant Le Tricheur - 1938. ©

Claude Simon écrivant Le Tricheur – 1938. ©

– Qu’est-ce que tu préférerais, dit-il : mourir de faim ou mourir de cafard ?
– Mourir d’amour, dis-je.
– Déjà vu mourir quelqu’un comme ça ?
– Non, dis-je. Si, dans les livres : Tristan.
– Ce n’est pas d’amour qu’il est mort, c’est de ne pas pouvoir le faire. Et puis ne me parle pas de ce sale cochon de Nazi.
– Il y en a qui en meurent, dis-je.
– Du Nazisme ?
– Du Nazisme bien sûr, dis-je. Mais je parlais de l’amour.
– Ah ! dit-il. Qui ça ?
– Les vérolés.
– Tu en es sûr ? dit-il. Tu en as vu ?
– Non, dis-je. Mais je l’ai lu.
– De combien de choses es-tu sûr que tu n’aies pas lues ?
– D’être vivant.

Publié dans Les lettres nouvelles, en février et mars 1958, et jamais réédité depuis, Le cheval est le premier jalon de l’histoire du cavalier-brigadier rescapé des Flandres durant la débâcle de quarante que Claude Simon n’a eu de cesse ensuite de recomposer, à commencer par La route des Flandres, qui paraît deux ans plus tard.
II serait pourtant bien réducteur de considérer Le cheval comme un simple brouillon du roman à venir. Ce “pur cristal taillé, facetté avec art”, comme l’écrit Mireille Calle-Gruber dans sa postface, est un récit singulier et autonome, qui éclaire magistralement l’œuvre de Claude Simon, couronnée en 1985 par le prix Nobel de littérature.

“Le tissage des thèmes est resserré sur une péripétie fictionnelle de 48 heures – durée tragique pendant laquelle il ne se passe rien. Rien et tout. Rien : l’arrivée d’un régiment en cantonnement dans un village du nord de la France près du front ; la misère des paysans ; l’apparition d’un personnage féminin et l’écho d’un vaudeville campagnard avec adultère, cocufiage, inceste et vendetta ; la mort d’un cheval, veillé et enterré ; le départ du régiment. Tout : la mort alentour du paysage et des personnages à vau l’eau ; l’agonie humaine du cheval et du camarade juif ; la tragédie “atridesque” des déchirements de famille, de classe, de race ; la prise de conscience cynique des frustrations d’une jeunesse sacrifiée, n’ayant plus foi ni idéal, son massacre annoncé dans une guerre absurde, invisible, désespérée. Déréliction et apocalypse.”

Mireille Calle-Gruber

Affiche Le Cheval par Claude Simon – 2ème tirage – Janvier 2016



Manuscrits
Photographies

Article paru dans Libération
Article paru dans la revue Diacritik
Article paru dans En attendant Nadeau
Article paru dans L’Obs
Article paru dans La semaine du Roussillon
France Culture – Le temps des libraires
Acheter le livre

Accueillir l’autre : l’hospitalité charnelle

Aux Editions des femmes – Antoinette Fouque

« Je dis depuis longtemps que la gestation est le paradigme de l’éthique parce qu’elle est accueil, dans le corps d’une femme, d’un corps étranger. C’est l’hospitalité charnelle. C’est dire oui à l’autre qui vient. » A.F.

Les femmes ne seraient-elles pas toutes des exilées dans un monde où elles représentent la figure de l’Autre, rejetée, exclue, rendue invisible ? Et pourtant cette Autre est celle du premier accueil, de « l’hospitalité charnelle », selon un concept d’Antoinette Fouque. Ce livre est le fruit d’une table-ronde organisée par les éditions des femmes lors de l’édition 2016 des Rendez-vous de l’Histoire de Blois qui ont eu pour thème, « Partir ».

Avec Taslima Nasreen, écrivaine ; Élise Boghossian, présidente d’Elisecare ; Inna Schevchenko,présidente du mouvement international Femen ; François Guery, philosophe ; Mireille Calle-Gruber, universitaire, écrivaine ; Collectif Psychanalyse et politique.
Et des textes d’Antoinette Fouque sur L’hospitalité charnelle.

Mars 2017 – 102 p. – 12 € – EAN 9782721006707

> Voir l’annonce du 19è Rendez-vous de l’Histoire de Blois – Octobre 2016