Mireille Calle-Gruber

Mireille Calle-Gruber par Colette Deblé

Écrivain, professeur de littérature et esthétique à La Sorbonne Nouvelle

Mireille Calle-Gruber, écrivain, professeur de littérature et esthétique à La Sorbonne Nouvelle où elle dirige le Centre de recherches en études féminines et genres, est l’auteur d’une trentaine d’ouvrages. Ses travaux analysent le potentiel de réflexion critique qu’a la littérature dans ses rapports à la langue, à la philosophie et aux arts, et les mouvements littéraires du xxe siècle dont le « Nouveau Roman » ; elle travaille en particulier sur les œuvres de Michel Butor (dont elle a publié les Œuvres complètes en 12 volumes), Claude Ollier (Une écriture de l’altérité, 1998), Assia Djebar (Résistances de l’écriture, 2001), Jacques Derrida (La distance généreuse, 2009), Marguerite Duras (La noblesse de la banalité, 2014), Claude Simon (dont elle a écrit la Biographie, 2011), Pascal Quignard (à paraître : L’épaule du Mont-Blanc, une écriture inconditionnelle). Elle a co-dirigé le Dictionnaire Universel des Créatrices (éd. des Femmes, 2013, 3 volumes et e-book) ainsi que le Dictionnaire sauvage Pascal Quignard (Hermann,2015), et elle prépare la publication d’un colloque de Cerisy consacré à Peter Handke, Analyse du temps, avec la participation de l’écrivain. Après la publication de son cinquième roman Consolation (La Différence, 2010), vient de paraître Le Chevalier morose, récit-scénario co-écrit avec Michel Butor (Hermann,2017) ; sur ses recherches est paru chez le même éditeur un livre dirigé par Melina Balcazar, Sarah-Anaïs Crevier Goulet, Anaïs Frantz, Élodie Vignon : Mireille Calle-Gruber, l’amour du monde à l’abri du monde dans la littérature (2015). Elle a été élue en 1997 à l’Académie des Arts et des Lettres de La Société Royale du Canada.