[ARCHIVES] Claude Simon et Gastone Novelli

Claude Simon rencontre Gastone Novelli, figure de l’avant-garde italienne, à Paris en 1961, lors d’une exposition du peintre à la galerie Le Fleuve. La complicité entre eux est immédiate, l’amitié durable. Claude Simon retrouve dans les toiles de Novelli sa propre conception : « Le langage n’est que fulguration, brève étincelle, bribes captées », c’est ce qui fait la vie, instable, surprenante, de la littérature. Il écrit « Novelli ou le problème du langage » pour le catalogue d’une exposition à New York.

Trente ans plus tard, Claude Simon donne au Jardin des Plantes la liberté et les audaces de Novelli, multipliant les montages de textes qui révèlent un langage intime : « l’alphabet des choses aimées ».

Claude Simon à Salses, 1970. Photo : Claude Nourric.
Claude Simon, Le Jardin des Plantes, Paris, Minuit, 1997, p. 23-24-25.
Gastone Novelli peignant dans son atelier à Rome en 1964, Archivio Gastone Novelli, Roma.
Gastone Novelli, 2°Libro dei colori, 1968. Crayon, pastel et aquarelle sur papier, 21x27cm. Coll.part., Photo coutesy Archivio Gastone Novelli, Roma.
Gastone Novelli, AAAAAAAAAAAAA, 1968. Crayon et encre de Chine sur papier, 15,2×26,7cm. Coll. part. Photo courtesy Archivio Gastone Novelli, Roma.
Claude Simon, Le Jardin des Plantes, p. 245.

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
ARCS (15 décembre 2023). [ARCHIVES] Claude Simon et Gastone Novelli. ARCS. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/cwe1