Michel Butor, Pages d’Études pour MOBILE déchirées et coloriées à l’intention de Marie-Jo

Par Mireille Calle-Gruber

Paru dans la Revue : écriture et image N°3 – Formes scripturales, pratiques éditoriales, dans la rubrique Cabinet de curiosités
Publié décembre 28, 2022

Michel Butor, « Pages d’Études pour MOBILE déchirées et coloriées à l’intention de Marie Jo », 1962, extraits.
Images : Marie Ferré

Ce n’est pas un livre, même si la mise ensemble de 201 feuillets, chacun glissé dans une pochette de plastique transparent muni d’une bande rigide à gauche qui permet l’accroche au système du classeur, fait du volume – fait un volume.

Ce n’est pas un cahier de brouillons, même si les feuillets présentent du texte tapuscrit recto verso avec corrections ou compléments manuscrits – pages détachées, dépareillées, qui ne font pas une suite.

Ce n’est pas un mémoire ni une mémoire, même si les feuilles déchirées constituent une fragile archive – moins un memento qu’un memento mori.

Ce n’est pas une image, même si sous nos yeux tracés et formes innombrables mobilisent l’imaginaire et un irrépressible désir d’images.

Découpes aux ciseaux. Classeur de Michel Butor « Pages d’Études pour MOBILE déchirées et coloriées à l’intention de Marie Jo » © Ayants droit de Michel Butor.
Une double page du classeur de Michel Butor « Pages d’Études pour MOBILE déchirées et coloriées à l’intention de Marie Jo » © Ayants droit de Michel Butor.