[ARCHIVE DU MOIS] Claude Simon et Michel Deguy

en hommage à Michel Deguy décédé le 16 février 2022

Munich, 30 mai 1989
© Photographie : Isolde Ohlbaum

Claude Simon a remis le manuscrit de L’acacia à Jérôme Lindon et signé le contrat le 24 avril. Il quitte Paris pour une série de conférences, d’abord à Londres où il intervient à King’s College le 25 mai, puis à Alpbach (Autriche) le 28, et à Munich le 29 mai où il retrouve Michel Deguy  et où sa conférence se tient à l’Académie des Beaux Arts, sous la présidence de Horst Bienek, avec la participation de Gerda Zeltner, romaniste et critique littéraire. C’est au lendemain de cette rencontre qu’Isolde Ohlbaum réalise une série de photographies de Claude Simon ainsi que de Michel Deguy et de Horst Bienek. De retour à Paris, Claude Simon consacre le mois de juin à la correction des épreuves de son roman ; le 17 juillet il reçoit le premier exemplaire de L’acacia.

Michel Deguy : lire la phrase-serpent de Claude Simon   

De nombreuses rencontres ont eu lieu entre Claude Simon et Michel Deguy au cours des années 1960 à 1990, aux éditions de Minuit siège également de la revue Critique, mais aussi en privé.  Et bien que Deguy, poète et poéticien, se soit très tôt séparé du roman et de l’écriture romanesque, il n’a cessé de “lire” l’auteur de La Route des Flandres et du Palace “dans une lecture séduite, absorbée, dévorante, fascinée par les déroulements de la phrase-serpent, elle-même “charmée” par la flûte du narrateur   –   lecture enroulée, “roulée” sur l’air de la phrase inachevable”. Tels sont les mots de Michel Deguy lors du colloque Claude Simon. Les Vies de l’Archive, organisé en Sorbonne et à l’Ecole Normale Supérieure Ulm, en juin 2013, pour le Centenaire de la naissance du Prix Nobel de Littérature, colloque au cours duquel Michel Deguy soulignait la nécessité de ne rien clôturer, de réouvrir l’événement de lecture, renouvelant son accord avec l’écrivain sur la métaphore mais réinstruisant “la querelle des jugements derniers” qui opposa Kenzaburo Oé et Claude Simon, en 1995, sur les essais nucléaires français à Mururoa. (Claude Simon. Les Vies de l’Archive, sous la direction de Mireille Calle-Gruber, Melina Balcazar-Moreno, Sarah-Anaïs Crevier Goulet, Anaïs Frantz, Editions Universitaires de Dijon EUD, 2014).   Michel Deguy renouait ainsi, en 2013, au titre de “Claude Simon et l’image”, les fils du dialogue qu’il avait engagé un demi-siècle plus tôt, en 1962, avec sa lecture du Palace, “Claude Simon et la représentation” publiée dans la revue Critique. Claude Simon fit grand cas de ce texte qu’il citait souvent au cours de ses conférences. En voici un extrait, exemplaire de la méthode poiétique de Michel Deguy que porte la générosité d’une voix ample, sous le charme du phrasé et le sachant.   Aujourd’hui que Michel Deguy n’est plus, c’est l’héritage de cette double vertu de justesse et de fougue, de froide lucidité et de lyrique brûlante, qu’il nous laisse. Qu’il nous faut nous apprendre à apprendre.

“Le point de vue d’où le romancier prête sa voix à l’étudiant, ne cesse d’être indiqué dans les membres de phrases qui commencent par comme si ou comme. La situation de l’homme-spectateur qui parle ici dans le roman comme celui qui se souvient, est celle de l’assis au cinéma ; position de la fixité dans la vitesse. La voici indiquée : « (… ) le crissement des roues maintenant très fort, à peu près, semblait-il, dans l’effroyable silence comme un roulement de tonnerre ( … ) » (p. 116). Ou ici « ( … ) les deux files de palmiers et de lampadaires alternés se ruant en s’écartant de chaque côté de la voiture puis (l’étudiant se retournant, regardant par la vitre arrière) s’enfuyant, verticaux, figés et vertigineux, rapetissant à toute vitesse ( … etc.) » (p. 80). Le point de l’observation est, d’une certaine manière, fixe, ou plutôt sur l’axe de la maturation insensible de ma propre mort ; fixe comme le siège du spectateur de film, ou comme la place du voyageur dans un rapide, qui ne cesse de vieillir lentement. D’une part, l’axe interne, « vertical », si on veut, de la futurition de sa mort ; et d’autre part l’axe horizontal qui le perce comme une flèche, axe de référence du mouvement accéléré autour. La posture principale de la voyance est donc elle-même figurée par la situation de l’amateur de film ou du passager de train ; les choses se ruent en fuyant, dans la seule alternative de leur frôlement inoffensif quoique terrifiant ou du choc mortel ; ou bien il ne se passe rien dans le vacarme accéléré ou bien il se passe l’explosion de ma mort. Le spectateur est ce mort en sursis emporté dans la folle voiture (cf. p. 80-81 sq.). Le monde laisse transparaître son essence dans l’expérience de la course en voiture ou en train ; il est comme on le découvre dans la vitesse.”

(Critique, n°187, décembre 1962)