[ARCHIVES DU MOIS] Hommage à Nelly Kaplan, décédée le 12 novembre 2020 à Genève, à 89 ans

Séminaire de Mireille Calle-Gruber “Hospitalité de la littérature et des arts”, lors duquel elle reçut Nelly Kaplan (cinéaste et écrivaine). Nelly Kaplan présente ses films : À la source, la femme aimée (dessins d’André Masson) ; Le regard Picasso et Gustave Moreau

Nelly Kaplan, c’est tendresse et vitriol.
Elle aimait l’intelligence, celle qui accueille l’humour, l’érotisme et les forces paniques de la nature. 
Elle aimait se présenter en flibustière du cinéma et des arts, affichant l’audace jusqu’à la subversion, le non-conformisme jusqu’à l’insoumission  –  et certains ouvrages subirent la censure : tels son film A la source, la femme aimée, avec André Masson (1965) et son récit Mémoires d’une liseuse de draps, J.J. Pauvert 1974, augmenté et republié en 1998 à La Différence : Un manteau de fou rire ou les Mémoires d’une liseuse de draps.   
Elle portait haut les couleurs du surréalisme à sa façon, et sans être féministe, elle revendiquait le “pouvoir féminin” qu’elle replace aux sources d’un soulèvement foncièrement révolutionnaire. Ou : de la révolution comme principe des arts.   
Ainsi son premier long-métrage, La Fiancée du pirate (1969), est-il devenu un film culte qui n’a pas pris une ride.   
Nelly Kaplan n’a jamais vieilli : c’est la société qui a vieilli autour d’elle et qui s’est tristement racornie. Malgré les obstacles à la réalisation de ses derniers projets, elle est restée crâne et sans concession. Fidèle à son œuvre éternellement jeune.   
Claude Makowski, son compagnon, co-scénariste de La Fiancée du pirate, avec qui elle fonda la maison de production Cythère Films, écrivait d’elle :   

Kaplan ne revendique aucune égalité d’aucune sorte. Elle revendique le pouvoir égal de vivre, de jouir, de créer, d’inventer, sans tricheries ni domination.


Poème-portrait de Nelly Kaplan, publié dans
Improvisations sur Mireille Calle-Gruber, 
Elne, Voix-éditions Richard Meier, 2013,
recueil de textes d’écrivains et artistes réuni
à l’occasion du colloque international organisé en Sorbonne
20 et 21 juin 2013,” “Je mets mon amour du monde à l’abri
du monde dans la littérature”. Mireille Calle-Gruber ou les promesses de la littérature et des arts
organisé par Melina Balcazar, Sarah-Anaïs Crevier Goulet, Anaïs Frantz, Elodie Vignon
et édité aux éditions Hermann, 2015.

MIREILLE CALLE-GRUBER      
Un regard pétillant d’intelligence.      
Un rire qui éclate à l’improviste pour se diluer ensuite en vagues concentriques      
d’humour fou.      
Une curiosité généreuse de tout et de tous.      
Une créativité en expansion à rendre jaloux le Big-Bang…      
Voilà quelques ingrédients du superbe cocktail Mireille Calle-Gruber.       
A consommer sans modération et en affectueuse admiration.          
Nelly Kaplan


Affiche réalisée pour le séminaire “Littérature et arts. Hospitalités et passages des œuvres“, Mireille Calle-Gruber recevait le mardi 10 janvier 2012 en salle Bourjac à la Sorbonne Nelly Kaplan, cinéaste et écrivain. Elle a présenté aux étudiants et chercheurs ses films À la source, la femme aimée (dessins d’André Masson) (1965), Le Regard Picasso (1967), et Gustave Moreau (1961).

Nelly Kaplan, le verbe et la lumière

Textes réunis et présentés par Mireille CALLE-GRUBER et Pascale RISTERUCCI

  • Date de publication : juin 2004
  •  – format : 13,5 x 21,5 cm • 216 pages
  • ISBN : 2-7475-6647-1

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
ARCS (24 novembre 2020). [ARCHIVES DU MOIS] Hommage à Nelly Kaplan, décédée le 12 novembre 2020 à Genève, à 89 ans. ARCS. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/cwcb