Pascal Quignard était l’invité d’Olivia Gesbert sur France Culture

Pascal Quignard à livre ouvert

Le 8 septembre, Pascal Quignard était l’invité d’Olivia Gesbert pour son émission La Grande Table Culture

Pascal Quignard• Crédits : MANOOCHER DEGHATI – AFP

Nous recevons Pascal Quignard à l’occasion du 11e tome de son cycle « Dernier Royaume », auquel il se consacre depuis 2002. Il y explore, dans une forme « océanique », le langage, la peinture, l’amour… « L’homme aux trois lettres » interroge la littérature à travers les rêveries de l’écrivain.

Nous le recevions déjà en 2016 à La Grande Table pour son roman Les Larmes. Pascal Quignard sort en cette rentrée littéraire L’Homme aux trois lettres, publié chez Grasset, XIe tome du cycle « Dernier Royaume ». Aujourd’hui retiré de la vie publique, l’écrivain mène une vie de solitude, de lecture, de musique et d’écriture.

C’est un bonheur accessible pour beaucoup, le fait se retirer de la meute, c’est parfois mal vu mais je crois que c’est assez sain. C’est un affolement qui dure quelques mois seulement puis c’est le bonheur. (Pascal Quignard)

Mêlant aphorismes philosophiques, envolées lyriques, anecdotes mythologiques et historiques, réflexions linguistiques et psychanalytiques, ce nouveau livre se penche sur la question suivante : « Qu’est-ce que la littérature ?« . Pascal Quignard se plait à préserver le mystère de ce mot sans origine, à l’étymologie incertaine, et qui charrie avec lui une foule de phrases, d’écrivains, d’histoires… Il nous propose son regard de lecteur et d’écrivain sur la passion de sa vie : le monde des lettres.

La littérature est cette invention très curieuse de l’écriture. Dans l’écriture, le dialogue s’éteint. C’est une expérience très spéciale, très neuve. La lecture et la littérature nécessitent une faroucherie, une mise à l’écart du monde. Cela reste une expérience d’énigme. (…) On ne sait pas d’où vient le mot littérature. J’aime infiniment qu’il y ait deux mots dont on ne connaisse pas du tout l’étymologie : éros et littérature. J’aime que les mots surgissent comme ça de la nuit comme des comètes. (Pascal Quignard)

Je ne pense pas qu’on puisse écrire sans avoir lu. Il faut avoir l’expérience de quelque chose d’extrêmement passif pour pouvoir ensuite naître et agir. Il faut avoir l’expérience bouleversé de celui qui lit, pour avoir le désir de prendre à son tour un crayon et de bâtir. (Pascal Quignard)

On y croise pêle mêle Ovide, Benvéniste, Cicéron, Térée et Philomèle, Sénèque, Mallarmé, Kafka, Freud, Nietzsche, Quintilien, Goethe, et bien d’autres encore. Le français et le latin s’y mêlent, dans une exploration des origines et de la saveur des mots. Les phrases des uns se mêlent à l’histoire des autres pour construire une pensée libre et mouvante, qui tente de saisir le mystère des lettres sans le dénaturer. Faisant le choix de l’éparpillement et de la digression comme principes poétiques permettant à cette réflexion de se déployer, Pascal Quignard nous invite dans son monde, dans sa bibliothèque, dans son atelier d’écrivain.

Dans les très beaux livres, le silence du livre est une forme d’intonation.  C’est une sorte de musique extrême. (Pascal Quignard)

A vos agendas !

A l’occasion de la donation de ses archives à la BnF paraît ce mois-ci Sur le geste de l’abandon, un livre entre images et mots où se déploie l’univers de l’écrivain, sous la direction de Mireille Calle-Gruber.

L’exposition « Pascal Quignard, fragments d’une écriture », quant à elle, se tiendra à partir du 30 septembre à la BnF.

Notons aussi le récit-récital « Boutès ou le désir de se jeter à l’eau » qui aura lieu au mois d’octobre, avec Aline Piboule au piano.

Extraits sonores :

  • Roland Barthes au micro de Jean-Marie Benoist, 21 février 1977
  • Laszlo Krasznahorkai dans l’émission « Par les temps qui courent », 10 avril 2018
  • Nathalie Sarraute dans l’émission « Le bon plaisir », 1er mai 1985