Penser le roman francophone contemporain

Cet ouvrage au titre ambitieux constitue moins un état des lieux qu’une interrogation sur un genre protéiforme dont l’expansion semble illimitée et qui occupe de plus en plus la scène littéraire. La première question concerne la notion de francophonie elle-même, ensemble hétérogène et extrêmement complexe. En effet, comment désigner les diverses littératures francophones sans les marginaliser ou les exclure, tout en prenant acte de leur statut singulier ? L’écrivain francophone doit composer avec la proximité d’autres langues, avec une première déterritorialisation constituée par le passage de l’oral à l’écrit et avec cette autre créée par des publics immédiats ou éloignés. Condamné à penser la langue, il doit aussi penser les formes par lesquelles le monde se donne à voir ; son œuvre, en jouant sur les codes des différents horizons culturels, devient une reconfiguration de la littérature.

Qu’apporte le roman francophone à la forme roman ? Quels en sont les modèles et de quelles manières s’y inscrit le palimpseste ? Quels types de rapports se sont créés entre ce genre d’origine européenne et les nouvelles littératures de langue française ? Quelles redéfinitions ont été proposées et comment s’y décline le contemporain ? Quel(s) savoir(s) véhicule-t-il ? Dernière question, mais non la moindre : le roman, en tant que genre, n’est-il pas par définition suspect ? Au lecteur d’en décider.

Lise Gauvin est écrivaine et professeure émérite au Département des littératures de langue française de l’Université de Montréal.

Romuald Fonkoua est professeur de littérature francophone et directeur du Centre international d’études francophones de Sorbonne Université.

Florian Alix est maître de conférences de littératures francophones à la Faculté des lettres de Sorbonne Université.


Collaboratrices et collaborateurs

Florian Alix Université Paris-Sorbonne (France)
Kodjo Attikpoé Memorial University of Newfoundland (Canada)
Jean Bessière Université Sorbonne-Nouvelle (France)
Mireille Calle-Gruber Université Sorbonne-Nouvelle (France)
Stefania Cubeddu-Proux Université Paris-Nanterre (France)
Bernadette Desorbay Humboldt-Universität zu Berlin (Allemagne)
Jean-Michel Devésa Université de Limoges (France)
Yves Romuald Dissy-Dissy Université Omar Bongo de Libreville (Gabon)
Sonia Dosoruth Université de l’Île Maurice (Île Maurice)
Romuald Fonkoua Université Paris-Sorbonne (France)
Cécilia W. Francis Université Saint-Thomas, Nouveau-Brunswick (Canada)
Céline Gahungu Université Paris-Sorbonne (France)
Xavier Garnier Université Sorbonne-Nouvelle
Lise Gauvin Université de Montréal, Québec (Canada)
Karine Gendron Université Laval, Québec (Canada)
Olga Hel-Bongo Université Laval, Québec (Canada)
Sylvie Jeanneret Université de Fribourg (Suisse)
Jeanne Jégousso Louisiana State University (États-Unis)
Valérie Magdelaine-Andrianjafitrimo Université de La Réunion (France)
Buata B. Malela Centre Universitaire de Mayotte (France) / Université Libre de
Bruxelles (Belgique)
Anthony Mangeon Université de Strasbourg (France)
Andrée Mercier Université Laval, Québec (Canada)
Solange Namessi Université de Strasbourg (France)
Christiane Ndiaye Université de Montréal, Québec (Canada)
Titaua Porcher Université de la Polynésie française (France)
Françoise Simasotchi-Bronès Université Paris 8 (France)
Przemysław Szczur Université pédagogique de Cracovie (Pologne)
Bernard Urbani Université d’Avignon (France)
Subha Xavier Emory University (États-Unis)
Judyta Zbierska-Mościcka Université de Varsovie (Pologne)
Muriel Zeender Berset Université de Fribourg (Suisse)