MORPHOGENÈSE : DONNER LIEU AU PATRIMOINE ORIGINAIRE AVEC ARNO STERN ET PASCAL QUIGNARD

DU VENDREDI 10 JUILLET (19 H) AU VENDREDI 17 JUILLET (14 H) 2020
[ colloque de 7 jours ]

ATTENTION : Les inscriptions à ce colloque ne seront ouvertes qu’à partir du 15 mars prochain.
En attendant, nous vous invitons à consulter la page Inscription de Cerisy.


DIRECTION :

Mireille CALLE-GRUBER, Anaïs FRANTZ, Pascal QUIGNARD
Avec la participation d’Arno STERN


ARGUMENT :

L’originaire fait signe — il fait signe dans les découvertes scientifiques, dans l’art, dans les rêves, dans la langue littéraire, dans l’amour, dans le jeu des enfants, dans la vie sauvage. Mais comment accueillir ces signes — ces traces — dont la manifestation précède le logos (le langage de la raison) et les sciences régies par le logos ?

Ce qui se donne à penser, avec les travaux d’Arno Stern et de Pascal Quignard, ce sont autant les conditions d’expression de l' »Homo vulcanus » (Stern) dont, sans répit, Quignard guette l’éruption dans les images et les textes qu’il collecte, que celles de la réception des traces de l’ancienne « vie aquatique » (Quignard) dont l’atelier de peinture créé par Arno Stern à Paris au lendemain de la Seconde Guerre mondiale reconstitue l’état de plénitude. C’est, dans toute son amplitude, la question de la morphogenèse envisagée sous l’angle de la sémiologie (Stern) ou du rêve (Quignard).

À partir des œuvres d’Arno Stern et de Pascal Quignard, de l’exposé de leurs singularités respectives et de leur rencontre, le Centre culturel international de Cerisy se propose d’être le lieu d’une méditation transdisciplinaire, à l’intersection de la paléontologie, de l’embryologie, de la psychanalyse, des sciences du langage, de la danse, de la peinture, de la littérature, autour des conditions d’accueil et d’expression du patrimoine originaire.


COMMUNICATIONS (suivies de débats) :

* Jean-Claude AMEISEN : Morphogenèse et sculpture du vivant
* Emmanuel ANATI : La décodification de l’art préhistorique et l’origine de l’écriture
Amélie BALAZUT : Du secret des images endogènes : retour aux sources animales de l’esthétique
Joël BALAZUT : L’ordre symbolique et son envers
* Mireille CALLE-GRUBER : Le corps archaïque. Urszenen de Pascal Quignard
* Catherine DOLTO : Dans l’infime de l’intime, surgissement du Sujet dans la vie prénatale
François FARGES : Scènes de la vie fœtale
Nicole FARGES : À l’origine, la nuit fœtale
Anaïs FRANTZ : « Et ce n’est pas de l’art… »
Stefano GENETTI : Autour d’un ballet imaginaire des origines
* Eberhard GRUBER : De la morphogenèse à partir de l’informe
Geneviève HAAG : La morphogenèse au croisement du jaillissement et des rebonds de la rencontre
Dimitrios KRANIOTIS : Jerome Andrews : la danse profonde, la joie d’être en mouvement
* Marie-Christine LALA : Aux tréfonds de l’être inexprimer l’exprimable encore
* Chantal LAPEYRE : Le Mur de Planck
* Éric MARTY : Le Travesti
Marie MOREL : L’œuvre censurée de Marie Morel
Victor PITRON : Bases cognitives de la perception corporelle
* Pascal QUIGNARD : Morphée
Hugo RUDY : À la recherche de l’universalité psychique : Georges Devereux et l’approche ethnopsychiatrique
Arno STERN : Le Tracé révélateur d’une mémoire archaïque