Regards paranoïaques La photographie fait des histoires par Martine Ravache

Aux Editions du Canoë

À travers 7 histoires racontées avec une verve d’enquête policière où sont impliqués des photographes célèbres ou qui vont le devenir (Julia Margaret Cameron – grand-tante de Virginia Woolf – Cartier-Bresson, Doisneau, Gisèle Freund, Markus Hansen, Lartigue, Laurence Sudre), Martine Ravache s’attache à mettre en évidence le fait que tout regard est subjectif, qu’il est une construction de l’esprit et que dans le partage collectif de cette expérience individuelle il y a un espace où s’introduisent « la paranoïa », le délire, l’histoire fabulée, falsifiée, accréditée. Personne ne voit la même chose. Voyons-nous vraiment ce que nous croyons voir ?
Comment le collectif (le regard partagé) inscrit la vision qui fera autorité et s’imposera comme celle de la vérité.

C’est aussi comme l’écrit Mireille Calle-Gruber dans sa préface, l’histoire des origines de la pratique photographique qui se confond avec une généalogie de femme, pratique initiée en 1863 par Mrs Cameron, l’aïeule de toutes les photographes remarquables des années 20-30, comme le dit Gisèle Freund.