A la mémoire de Réa Simon

Réa Simon, Mas Simoun – 1993 – © Eberhard Gruber

Réa Simon est décédée à Paris, le 22 septembre 2017, dans sa quatre-vingt-dixième année.

Réa Karavas était née à Athènes, le 1er août 1928, du mariage de Platon Karavas (1883-1977, né à Chios) et de Marika Antoniadis (1904-1986, née à Constantinople).Son père travaillait dans les affaires bancaires ; le grand-père paternel était propriétaire terrien dans l’île de Chios où Réa passa tous les étés jusqu’à son départ pour la France. La famille s’était installée en 1931 dans le quartier résidentiel de Psychico, à l’époque banlieue verte au nord d’Athènes, réputée pour son bon climat. Fille unique, très choyée, Réa suit les cours de l’Institut Français d’Athènes et commence des études d’archéologie à la Faculté des Lettres. Elle a toujours évoqué ce temps de l’enfance et de l’adolescence comme une période édénique ; et sur son lit de vieillesse, le récit cent fois redit de ces souvenirs l’illuminait encore.

Réa et son père Platon Karavas – 1931 – © DR

Marika Antoniadis – © DR

Réa Karavas rencontre Kostas Axelos à Athènes , lequel, bientôt exilé politique à Paris, prépare une thèse de philosophie à la Sorbonne sous la direction de Maurice de Gandillac et de Jean Wahl. Le mariage a lieu le 13 décembre 1956, à Paris où Réa se rend pour la première fois. Après avoir travaillé quelque temps à la Galerie du Dragon, chez Nina Dausset, qui expose des peintres surréalistes (notamment, elle y fait la connaissance de Matta, Butor, Brauner, Zanartu), Réa Axelos assure pendant quelques mois le secrétariat de la revue Arguments fondée chez Minuit, suite aux événements de Hongrie, par Edgar Morin qui en est le directeur, cependant que Kostas Axelos va prendre la direction de la collection de livres « Arguments ». Il y a auprès d’eux Colette Audry, Roland Barthes, Jean Duvignaud, François Fetjö.

C’est lors d’un dîner chez Annette et Jérôme Lindon, le 2 mars 1962, que Réa Axelos rencontre Claude Simon. Après le succès retentissant de La route des Flandres (1960 : Prix de L’Express, lequel distingue « un romancier ou un essayiste qui cherche des voies nouvelles »), on y fête la sortie du Palace. Il est dans sa cinquantième année, elle a trente-quatre ans. Très vite, Réa, disponible, cultivée, va devenir l’accompagnatrice d’une œuvre dont l’écrivain commence à mesurer toute l’ampleur. Quittant l’hôtel particulier de la rue de la Cloche d’Or à Perpignan, Claude et Réa s’installent à quelques kilomètres, dans la maison patrimoniale de Salses-le-Château (Pyrénées Orientales) qui appartient depuis le XVIIIème siècle à la famille maternelle de Claude.

Réa Simon, Mas Simoun – 1993 – © Eberhard Gruber

Ils partagent leur temps entre cette demeure et l’appartement à Paris. Une très belle photographie de Réa prise à cette époque se trouve dans Photographies (1992). Divorcé de sa deuxième épouse, le peintre-sculpteur Yvonne Ducuing, en 1977, Claude Simon se marie avec Réa en 1978 à Salses .
Pendant plus de quarante années, Réa Simon a apporté un soutien sans faille à l’élaboration de chaque livre. Première lectrice des textes – « ma meilleure lectrice », dit Claude Simon -, elle assure dactylographie, relectures, corrections, remaniements ultimes dont l’écrivain est coutumier. Assurant l’organisation de la vie quotidienne, elle protège le temps et le rythme du travail d’écriture. Sans oublier « le chat » – il y en eut plusieurs -, immanquable compagnon de vie, dont le dernier , « Achille », eut une longévité record de 24 ans. Réa, qui pouvait être assez impatiente et ne pleurait pas facilement, avait des trésors de tendresse pour les animaux et soutenait de nombreux organismes pour leur protection .Pour les chats, c’était une véritable passion.

Achille, Paris, Place Monge, © : Eberhard Gruber.

Quoique vivant à Paris et à Salses, Réa était restée très attachée à la Grèce où elle se rendait régulièrement, les premières années avec Claude, puis seule, y retrouvant ses parents et ses amis. Le roman La Bataille de Pharsale, publié en 1969, est nourri de l’un de ces voyages, en octobre 1967, sur le site historique où se déroula une mémorable bataille entre l’armée de César et celle de Pompée. A propos des Géorgiques, ouvrage qui allait valoir à Claude Simon le Prix Nobel de Littérature 1985, l’écrivain souligne encore, dans une lettre à Jérôme Lindon, ce que représentent six ans de travail, pour lui « et pour Réa qui m’a tout ce temps soutenu » (14 décembre 1980).

Réa Simon, Claude Simon et Mireille Calle-Gruber – Queen’s University, Ontario – 1993 – © Eberhard Gruber

Après la mort de Claude Simon, le 6 juillet 2005, Réa a continué de veiller sur l’œuvre dont elle était l’ayant-droit, et demandé à Mireille Calle-Gruber de la seconder dans cette tâche ainsi que l’avait souhaité Claude Simon.

Réa Simon et Christian Bourquin, Président de la région Languedoc-Roussillon – Médiathèque Claude Simon, Thuir – Mai 2006 – © DR

Les manuscrits ont été donnés à La Bibliothèque Littéraire Jacques Doucet (BLJD) (donation signée en 2004) ; une Convention a été établie entre La Sorbonne Nouvelle, la BLJD, Réa et MCG afin de procéder au traitement numérique des manuscrits (Equipe POLAR : Poétique de l’Archive, avec Hélène Campaignolle-Catel , CNRS ; Melina Balcazar Moreno , Sorbonne Nouvelle ; Florence Clavaud, Ecole des Chartes et Archives Nationales) ; elle a soutenu le projet de publication de la Biographie Claude Simon Une vie à écrire par Mireille Calle-Gruber (Seuil,2011) ; elle a fait publier posthume, dans leur composition originale, Archipel et Nord, deux très beaux textes parus précédemment dans les revues Äland 74 et Finland 74, ainsi que le texte de conférences inédites, Quatre Conférences.
Claude Simon lui a dédié Les Géorgiques, ainsi que son dernier livre paru en 2001, Le Tramway : « A Réa, encore ».

MCG

Platon Karavas – © DR

Platon Karavas – © DR

Platon Karavas à Psychico – © DR

Marika Antoniadis – © DR

Photographies d’archives publiées avec l’aimable autorisation de Aristides Balanos