Lettres d’Amérique de Nathalie Sarraute

Débat du 23 Janvier 2018 à l’Ecole Nationale des Chartes autour de l’édition par Olivier Wagner (prom. 2010) et Carrie Landfried des Lettres d’Amérique, avec Mireille Calle-Gruber, écrivain, professeur de littérature et esthétique à La Sorbonne Nouvelle, dans le cadre du cycle « Les Mardis de l’École des chartes ».

Au début de l’année 1964, Nathalie Sarraute entreprend son premier voyage sur le continent américain. Invitée des universités les plus prestigieuses, elle traverse les États-Unis portée par l’enthousiasme que suscitent dans les campus américains les derniers développements de ce que l’on a appelé le nouveau roman. Séparée de son mari Raymond Sarraute, alors retenu par ses obligations au barreau de Paris, l’auteur lui fait le récit de sa découverte de la stupéfiante modernité comme des terribles contradictions d’un pays qu’ils ne connaissaient pas et dont ils se méfiaient aussi. Aux frontières de la correspondance intime et du récit de voyage, ces lettres disent aussi quelque chose de plus fondamental sur l’univers intérieur d’une des plus grandes romancières et théoriciennes de la littérature récente et il faut se demander si ce n’est pas dans la vivacité de ses observations que naissent ces tropismes qui l’obsédèrent tant. Récemment publiées aux Éditions Gallimard, ces lettres montrent enfin le rôle essentiel des archives d’écrivain dans l’approfondissement et le renouvellement de la lecture de leurs œuvres.

Portrait d’Olivier Wagner © cl. Charles-Éloi Vial

Olivier Wagner
Conservateur au service moderne et contemporain au département des Manuscrits de la BnF

Portrait de Mireille Calle-Gruber par Jérôme Panconi, avec son aimable autorisation

Mireille Calle-Gruber
Écrivain, professeur de littérature et esthétique à La Sorbonne Nouvelle