Algérie: Paris rend hommage à Assia Djebar, l’immortelle romancière

Paris — La romancière algérienne, l’immortelle Assia Djebar, est revenue mercredi après-midi à Paris le temps d’un vibrant hommage qu’a bien voulu lui rendre la mairie de Paris au Petit Palais-Musée des Beaux-Arts.

Devant un parterre de personnalités du monde de la culture, de la littérature, de l’histoire, des médias, de ceux qui l’ont connue, côtoyée, ainsi que des membres de sa famille, que l’ombre et l’image de la romancière, professeur de littérature, académicienne, cinéaste, ont plané dans un auditorium archicomble.

Organisé par la Mairie de Paris, en partenariat avec la Sorbonne Nouvelle, et les associations le Cercle des amis d’Assia Djebar et Archives Claude Simon et ses contemporains, l’hommage a été ponctué par un riche programme à la hauteur de celle pressentie, de son vivant, pour le prix Nobel de littérature.

Dans son allocution, la maire de Paris, Anne Hidalgo, a exprimé son enthousiasme d’être présente à l’hommage de « cette grande dame immortelle » qui, « par son talent, qui est bien le sien, a traduit, écrit, expliqué et touché nos imaginaires et nos vies ».

« Un an après sa disparition, je suis touchée d’être là, parce que je retrouve dans l’œuvre d’Assia Djebar cette dimension d’identité multiple qui nous aide à nous construire, à construire le monde », a-t-elle dit, annonçant qu’elle est à la disposition des associations qui envisagent de transmettre et diffuser le message d’Assia Djebar.

La cérémonie, à laquelle a pris part l’ambassadeur d’Algérie en France, Amar Bendjama, a été ponctuée par la lecture de morceaux de texte choisis des ouvrages de cette fille d’instituteur de la ville côtière, Cherchell, ex-Césarée.

Après la projection du chant de Taos Amrouche, poétesse berbère, l’acteur, metteur en scène et professeur de théâtre français, Daniel Mesguich, l’artiste Djurdjura et le comédien Patrick Potot sont venus, tour à tour, entre deux tables-rondes, lire des extraits des romans de celle qui avait « la soif d’écrire, de mettre des mots » sur des événements qui ont marqué l’histoire de son pays, l’Algérie.

Deux tables-rondes sont venus agrémenter la cérémonie, au cours desquelles des universitaires, historiens et écrivains ont essayé de cerner, en tant que lecteurs et lectrices d’Assia Djebar, les grands traits de l’œuvre de cette protectrice des libertés des femmes.

Axée sur la littérature et la cause des femmes et sur la littérature et l’histoire des femmes, les intervenants ont mis en exergue son engagement pour la paix et pour l’émancipation de la femme, à travers « une littérature qui fait parler les silences, les murmures et les sentiments des femmes ».

Pour d’autres, Assia Djebar, qui vivait entre 3 langues, « n’était pas la porte-parole des femmes, mais elle en était leur porte-voix », soulignant que la romancière a ouvert des champs « nous ne risquons pas de les fermer ».

A la clôture de cet hommage, l’assistance a eu droit à la projection d’un extrait du film « Assia Djebar, la soif d’écrire » de Frédéric Mitterrand et Virgine Oks, qui relate les moments forts de son admission à l’Académie française.

Culture : Un hommage de Paris à l’académicienne Assia Djebar, plus immortelle que jamais

De Paris, Ahmed Halli
Un an après sa disparition, Assia Djebar n’a pas pris une ride dans la mémoire de ses lectrices et lecteurs, qui sont venus nombreux, de France, d’Europe, et aussi d’Algérie, pour lui rendre hommage. C’est au «Petit Palais», haut lieu de la culture à deux pas des Champs-Élysées, que s’est déroulé cet hommage, sous la forme de tables rondes et de lectures de textes, avec un documentaire en apothéose. Cette journée du souvenir a été animée par Fadéla Mehal (1), présidente de la Commission Culture, patrimoine et mémoire du Conseil de Paris.


Pour entrer dans le vif du sujet, il n’y avait pas mieux que la voix de Taos Amrouche, la grande prêtresse des chants traditionnels de Kabylie. C’est ensuite, le comédien et auteur, Daniel Mesguich, qui a lu deux textes de l’écrivaine disparue, dont le premier est justement consacré à la cantatrice. Une entrée en matière idoine, pour accéder à l’univers et aux sources de la littérature d’Assia Djebar, et sur laquelle a rebondi la modératrice de la première table ronde, Mireille Calle Gruber. Cette dernière, qui est écrivaine et enseigne à la Sorbonne nouvelle, est l’auteure de plusieurs ouvrages sur Assia Djebar, dont elle a retracé la vie et l’œuvre, placées sou le signe de la cause des femmes.


Évoquant le milieu dans lequel Assia Djebar a grandi, Mme Calle-Gruber a affirmé que l’académicienne a toujours su la difficulté de prendre la parole lorsqu’on est une femme. « J’écris à force de me taire », a affirmé celle qui s’est inscrite très tôt dans le rapport ambivalent à la langue française, à la fois langue de la colonisation et langue de l’émancipation pour la jeune fille qu’elle était alors. Cette langue du dominateur, du colon, cette langue de l’autre, Assia va s’employer à en faire une langue de poésie et de résistance. Elle va l’essorer, la secouer devant elle, pour la débarrasser de toute sa poussière compromettante, souligne l’universitaire citant les propres mots de la romancière. Il s’agissait de dire, d’être la voix des femmes sans voix, sans droits, proclame le refus de la polygamie et de la déshérence qui dépouille les sœurs au profit des frères (2). Cette « francophonie d’écriture », elle la travaille de termes arabes, de rythmes de l’Andalousie, des chants de femmes, ensevelies et analphabètes, « les exilées de l’écriture ». C’est sur ce problème du rapport à la langue française qu’a rebondi l’écrivain et poète algérien, Habib Tengour, qui a refusé comme d’autres auteurs de se laisser emprisonner dans ce débat paralysant.


Il a cité à cet égard l’exemple de Malek Haddad, un immense écrivain, qui a brutalement mis fin à une carrière littéraire prometteuse, pour ne plus avoir à écrire dans une langue qui n’était pas sa langue maternelle. Il cite aussi le cas de Kateb Yacine, moins sensible que son aîné aux pressions et à la surenchère nationalistes, mais qui a aussi cessé d’écrire, pensant que la langue l’éloignait de sa mère. Quant à Assia Djebar, à propos de laquelle il préfère parler d’ambiguïté, plutôt que d’ambivalence, Habib Tengour dit qu’elle ne s’est jamais considérée comme exilée dans la langue française. Assia Djebar qu’il a connue et souvent rencontrée lorsqu’elle formait un duo littéraire talentueux avec Malek Alloula, disait qu’elle était habitée par cette langue, le français.


Ce problème de possession, l’écrivaine va le régler par le procédé de la biographie, elle va parler d’elle, ce qui est assez rare, et dans une société où le « Je » est haïssable, à l’instar du « Moi » de Pascal. Et Habib Tengour de citer la langue du père qui lui a appris le français, et qu’elle utilisera pour sa correspondance sentimentale, en faisant « une langue entremetteuse », selon sa propre expression ironique. Cependant, note le poète algérien, Assia Djebar « va se débrouiller pour que le français soit son français et qu’il devienne arabe, algérien», sous sa plume. «Elle écrit en français, mais c’est de l’Algérien!», a-t-il relevé.


Auparavant, l’historienne Michèle Perrot était revenue sur la fracture qu’il pouvait y avoir dans la vie d’Assia, d’un côté la mère et sa culture berbéro-andalouse, et de l’autre la langue française qui est loin de ce monde maternel. La langue française qui est celle de la colonisation, et qui ne concède l’instruction et l’accès à l’école française qu’aux filles qui peuvent servir son entreprise. C’est pourquoi, elle va s’attacher à donner une voix à ces femmes de l’oralité, exclues de l’écriture, « elle est la femme qui écoute devant les femmes qui parlent ». Elle le fait pour les femmes dans la vie quotidienne, mais elle le fait aussi pour certaines héroïnes de l’Histoire, et Michèle Perrot d’évoquer le cas de Zoulikha, martyre de la guerre de Libération nationale. C’est à cette grande figure du combat pour l’indépendance, arrêtée et jetée d’un hélicoptère par l’armée française, qu’Assia Djebar a consacré l’un de ses livres les plus attachants « Femme sans sépulture».


C’est précisément du sujet «Littérature et histoire des femmes» que devait traiter la seconde table animée par un autre historien, Gilles Manceron, avec notamment l’écrivaine Maissa Bey et Amel Chouati, la présidente du « Cercle des amis d’Assia ». Gilles Manceron a évoqué la place d’Assia Djebar dans l’histoire non seulement avec son œuvre littéraire, mais en y participant.


Il a rappelé comment l’écrivaine, alors élève de l’École normale supérieure de Sèvres, avait renoncé en 1956 à passer son agrégation pour répondre à l’appel lancé aux étudiants algériens afin qu’ils se joignent au combat libérateur. Maïssa Bey a précisé qu’elle aussi était fille d’instituteur, et comme Assia Djebar, son père l’a accompagnée à l’école, et lui a appris la langue française. Elle a rappelé également qu’une autre écrivaine algérienne, Leïla Sebbar, était aussi fille d’instituteur, ce qui confère à ce métier un surcroît de mérite, qui ne lui est pas toujours reconnu. Maïssa Bey a fait part de son émotion à partager cette commémoration et cet hommage à une écrivaine qui a beaucoup compté dans sa vie. C’est en lisant Assia Djebar qu’elle a été encouragée à écrire et à se consacrer à la littérature.
A. H.

1) Fadéla Méhal, conseillère de la Ville de Paris, élue du 18ème arrondissement de Paris, s’est d’abord fait connaître en 2006 en créant les Mariannes de la diversité. En juin 2015, elle a fondé en juin 2015 l’association «La République ensemble», dont elle est la présidente.


2) Ce sujet suscite une passion qui n’est pas près de s’éteindre comme en témoignent les quelques interventions parmi l’assistance, et qui confirment que l’Algérie a encore beaucoup de chemin à faire pour résorber les inégalités hommes-femmes.

La ville de Paris rend hommage à Assia Djebar, l’immortelle

Dans Atlasinfo.fr
Lundi 8 Février 2016 modifié le Lundi 8 Février 2016

Voilà bientôt un an l’académicienne Assia Djebar s’éteignait. Pourtant elle semble toujours vivante, présente, suspendue à notre mémoire. L’occasion pour moi d’honorer la mémoire de cette femme de lettres, écrivain, professeur, cinéaste qui mit son écriture au service des femmes et de la langue française. C’est le sens de l’hommage que la mairie de Paris, en partenariat avec la Sorbonne nouvelle, et les associations le Cercle des amis d’Assia Djebar et Archives Claude Simon et ses contemporains, ce mercredi 10 février au Petit Palais. Une manifestation aussi riche que le fut son existence, ponctuée de chants, de lectures et de tables rondes permettant d’appréhender les aspects majeurs de son œuvre.

Assia Djebar - Réception à l'Académie Française - juin 2006

Assia Djebar – Réception à l’Académie Française – juin 2006

Fille d’instituteur, Assia Djebar est née le 30 juin 1936 à Cherchell ex Césaré, ville côtière d’Algérie, qu’elle aimait tant et dont elle a su si bien sonder l’âme. Et ce 6 juin 2015, Cherchell se réveille endeuillée par la perte d’une de ses enfants les plus talentueuses: Fatma-Zohra Imalayen, plus connue sous le nom d’Assia Djebar. Après des études brillantes dans son pays natal, elle franchit la mer et vit à Paris. Elle entre en khâgne au lycée Fénelon, pour intégrer l’École normale supérieure de jeunes filles de Sèvres l’année suivante. Première femme musulmane à être admise dans cette prestigieuse école, elle est un modèle de réussite républicaine mais surtout un modèle pour celles qui pensent que leur sexe, leur origine sont un handicap, que leur histoire et leur identité sont des obstacles. Pourtant l’histoire, la grande, la rattrape comme en témoigne sa participation à la grève organisée par l’Union générale des Étudiants musulmans algériens qui la fit arrêter ses études par solidarité avec le peuple algérien en lutte. Cela donnera lieu à son premier roman, La Soif, paru en 1957.

La soif justement de dépasser sa condition, d’atteindre ses rêves. La soif d’écrire, de mettre des mots sur des événements qui ont marqué l’histoire tumultueuse de la France et de l’Algérie. Ces livres nombreux témoignent de son amour pour la langue française Les Impatients (1958), les Enfants du nouveau monde (1962), L’amour, la fantasia (1985), La Femme sans sépulture (2002) et tant d’autres. Que dire d’Assia Djebar qui n’aurait été encore écrit?

Romancière, professeur de littérature, académicienne, cinéaste, pressentie souvent pour le prix Nobel de littérature, le fait d’arme qu’elle goutta sans doute le plus fut le prix de la critique internationale à la Biennale de Venise pour son film La nouba des femmes sur le Mont Chenoua en 1979. Ce documentaire, qui secoua la critique et les conservatismes, fit entrer par effraction dans l’inconscient collectif les femmes jusque-là invisibles du Mont Chenoua, debout et fières, comme des portes drapeaux de millions d’Algériennes en qui Assia Djebar reconnut des sœurs de combat.

Pour la défenseuse du peuple algérien, la protectrice des libertés des femmes face à la soumission, la voix dans son oralité est l’outil de la conquête de la liberté. Dans Femmes d’Alger dans leur appartement (1980), un protagoniste dit « Je ne vois pour les femmes arabes qu’un seul moyen de tout débloquer: parler, parler sans cesse d’hier et d’aujourd’hui, parler entre nous, dans les gynécées, les traditionnels et ceux des HLM entre nous et regarder. Regarder dehors, regarder des murs et des prisons ! Femme- regard et femme-voix. »

Aujourd’hui, le temps de la reconnaissance et de la transmission est venu. Assia Djebar a vécu à Paris, ville-monde, pendant de longues années. Et juste retour des choses, Paris qu’elle aimait tant, va lui rendre l’hommage qu’elle mérite pour avoir fait rayonner la langue française et son académie. De nombreuses personnalités seront présentes au Petit Palais-Musée des Beaux-arts, ce mercredi 10 février 2016: Laure Adler, Michelle Perrot, Maissa Bey, Daniel Mesguich, Djurdura, Mireille Calle-Gruber, Amel Chaouati comme des passeurs, pour perpétuer l’écho de « l’inconsolable » Assia et de « l’intransigeante » Djebar.

Article paru sur Atlasinfo, le 8 février 2016

Paris rend hommage à l’académicienne Assia Djebar, un an après son décès

Diffusé le 04/02/2016 sur Radio Orient

ST-assia-djebar-680x510

© Radio Orient


Les invités de « Sans Transition »:

– Fadila Mehal, Présidente de la Commission Culture-Mémoire-Patrimoine du Conseil de Paris. Conseillère de Métropole du Grand Paris. Fondatrice et Présidente de l’association La République Ensemble
– Amel Chouati, écrivaine et psychologue, présidente du cercle des amis d’Assia Djebar

– Mireille Calle-Gruber, professeur à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris III, spécialiste de l’œuvre d’Assia Djebar

– Patrick Potot, comédien

Emission préparée et présentée par Nadia Bey

Assia Djebar. Un an après sa disparition Un legs universel

paru le 20.02.16 dans El Watan

Assia Djebar - El Watan

Un lycée à Oran porte désormais son nom, à l’initiative de la ministre de l’Education nationale

Un superbe lieu culturel, le Petit Palais de Paris, pour un hommage digne de la grande femme de lettres et cinéaste, Assia Djebar, décédée il y a un an.

Des intellectuels et universitaires qui l’ont connue, côtoyée et étudié son œuvre évoquent, dans un auditorium comble, le mercredi 10 février, le legs à la culture mondiale de la première maghrébine et cinquième femme entrée à la prestigieuse Académie française, le 16 juin 2005, et pressentie de son vivant pour le prix Nobel de littérature. Plus de 250 personnes, parmi lesquelles l’ambassadeur d’Algérie, la maire de Paris, la sénatrice PS de Paris, Bariza Khiari, des personnalités du monde de la culture, de la littérature, de l’histoire, des médias et des membres de sa famille. […]

Lire la suite…

Nadjia Bouzeghrane (Bureau de Paris)
Source de l’article

Performance de ténèbres par Pascal Quignard – Ballet de l’origine de la langue et de la littérature françaises – Reportage photographique

le 28 janvier 2016 à la Fonderia Aperta Teatro – Vérone

© Fonderia Aperta Teatro

Voir le programme du colloque

Publication du premier dossier de la revue électronique Point[s] d’accroche

Couverture dossier Point[s] d'accroche> Dossier N°1
Comment devenir et s’affirmer sujet par-delà le pénis puissant et le clitoris érectile ?

Dossier proposé et coordonné par Sarah-Anaïs Crevier Goulet, Anaïs Frantz, Elsa Polverel.

Comité scientifique constitué de Clélia Barbut, Jeanne Brun, Mireille Calle-Gruber, Monique David-Ménard, Chloé Maillet et Chantal Zabus.

Consulter la Revue

Entre foi, lois et droits – L’expérience de l’excision en textes et en contextes – Chantal Zabus Traduit de l’anglais par Sarah-Anaïs Crevier Goulet

Chantal Zabus
Traduit de l’anglais par Sarah-Anaïs Crevier Goulet
Logiques sociales
ANTHROPOLOGIE, ETHNOLOGIE, CIVILISATION SOCIOLOGIE AFRIQUE NOIRE MAGHREB, MOYEN ORIENT

ISBN : 978-2-343-08018-5 • février 2016 •

ISBN : 978-2-343-08018-5 • février 2016 •

Traduit de l’américain, Entre foi, lois et droits aborde les altérations génitales que sont l’excision et l’infibulation dans des récits écrits à la première personne par des femmes africaines en anglais, en français et en arabe. Ce livre fait l’anthropologie littéraire des MGF (ou mutilations génitales féminines) et montre de manière chronologique – des années 1960 à nos jours – comment ces femmes sont parvenues à se libérer du carcan inextricable de la culture, de la religion et du patriarcat. Par voie détournée, l’étude aborde aussi les avatars du clitoris depuis le xvie siècle, les marquages corporels, le monde de la haute-couture et les opérations pratiquées dans l’Occident contemporain à l’ère de la chirurgie plastique. Par cette mise en relation entre des textes de femmes et les contextes
qui les ont produits, le corps féminin apparaît comme un enjeu de contestation entre différentes factions (constituées souvent d’hommes), mais également comme l’espace limite entre sujet désincarné et agent, entre consentement et protestation, entre coutumes et droits humains – entre foi, lois et droits.

D’après Chantal Zabus, Between Rites and Rights: Excision in African Women’s Experiential Texts and Human Contexts
(Stanford: Stanford University Press, 2007), 354 p

Formée en Belgique, au Canada (MA) et aux États-Unis (PhD), Chantal Zabus est depuis l’an 2000 professeur de littératures postcoloniales comparées et d’études de genre à l’université Paris-13 Sorbonne-Paris-Cité. Elle est également membre senior de l’Institut universitaire de France (IUF).

Sarah-Anaïs Crevier Goulet est post-doctorante au Centre de recherches sur l’imaginaire à l’université catholique de Louvain-la-Neuve (Belgique), et chargée de cours à la Sorbonne Nouvelle-Paris 3. Sa thèse a été publiée en 2015 chez Honoré Champion sous le titre Entre le texte et le corps : deuil et différence sexuelle chez Hélène Cixous.

Collection « Logiques Sociales »
dirigée par Bruno Péquignot
458 pages
Prix éditeur : 37,05 €

Commander le livre
Commander la version numérique (Pdf texte)
Voir la 4ème de couverture

Butor chez Joe Bousquet, à Carcassonne – Reportage photographique

Le 6 février 2016

Voir le programme de l’exposition photographique Aterlier Butor

Mireille Calle-Gruber – L’amour du monde à l’abri du monde dans la littérature – Mélanges – Mélina Balcazar, Sarah-Anaïs Crevier Goulet, Anaïs Frantz, Élodie Vignon

mireille-calle-gruber-lamour-du-monde-a-labri-du-monde-dans-la-litterature

340 pages, format 150 x 230 mm 25 illustrations en N&B – 1 illustration en couleur Parution : 22 Octobre 2015
Papier ISBN 9782705691394 24,00 €

Présentation

L’œuvre critique et théorique de Mireille Calle-Gruber se signale par l’ampleur des territoires qu’elle découvre et commente : la littérature française du XXe siècle, les littératures francophones, les études de genre, la philosophie, l’esthétique et le rapport aux autres arts (peinture, photographie, musique). À l’occasion de son accession à la qualité de professeur émérite, celles et ceux qui lui doivent tant pour avoir appris d’elle et travaillé avec elle suivant une vision ouverte des études littéraires, ont souhaité lui livrer un témoignage d’amitié et de reconnaissance en l’honneur de son travail et du modèle académique qu’elle inspire.

Le volume rassemble des contributions analysant les perspectives théoriques ouvertes par Mireille Calle-Gruber sur des auteurs comme Claude Simon, Philippe Lacoue-Labarthe ou Assia Djebar, des articles examinant les œuvres de fiction de Mireille Calle-Gruber, des textes inédits d’auteurs tels que Michel Butor ou Pascal Quignard ainsi que des témoignages d’anciens étudiants. L’ouvrage rend ainsi compte de l’important rayonnement du travail scientifique et littéraire de Mireille Calle-Gruber.

Auteurs

Sous la direction de Melina Balcázar Moreno, Sarah-Anaïs Crevier Goulet, Anaïs Frantz et Élodie Vignon

Melina Balcázar Moreno, Sarah-Anaïs Crevier Goulet, Anaïs Frantz et Élodie Vignon ont chacune obtenu un doctorat de littérature de l’université de la Sorbonne Nouvelle – Paris 3 sous la direction de Mireille Calle-Gruber. Elles sont spécialisées en littérature contemporaine et en études féminines.

Commander le livre

Présentation du livre par Anaïs Frantz Soirée du 24 octobre 2015

Critique parue dans nonfiction.fr

Mireille Calle-Gruber, la « distance généreuse » par Agnès Cousin de Ravel

Paru sur nonfiction.fr

Résumé : Mireille Calle-Gruber : accueil et partage de la littérature, en amitié avec les écrivains de notre temps.
Agnès Cousin de Ravel.

« Avec ce mouvement d’enjambement de tous les
angles de tous les contours, le peintre donne le temps
d’infinir, d’exalter le regard, d’exhausser toute forme de la non-forme
donne le temps de ne pas finir, de ne pas mourir
de passer
dépasser
donne le temps de donner »
 

1985. Parution d’Arabesque, le premier roman de Mireille Calle-Gruber. Trois ans plus tôt, elle a publié son premier essai, écrit en italien, Nel labirinto del Nouveau Roman. Michel Butor, Alain Robbe-Grillet, Claude Simon . Puis, en 1989, paraît L’Effet-fiction, reprenant le sujet de sa thèse soutenue en 1987. Depuis alternent quatre autres romans : La Division de l’intérieur (1996), Midis. Scènes au bord de l’oubli (2000. En 1992, 1re édition sous le titreMidis ), Tombeau d’Akhnaton (2006), Consolation (2010), quinze essais , onze livres en coédition et Migrations maghrébines comparées qui souligne la diversité de ses recherches.

Jeudi 20 et vendredi 21 juin 2013. Melina Balcazar Moreno, Sarah-Anaïs Crevier Goulet, Anaïs Frantz, Élodie Vignon, quatre anciennes étudiantes de Mireille Calle-Gruber, professeur des universités et écrivain, lui ont fait la surprise et le cadeau d’un colloque à la Sorbonne, réunissant autour d’elle, au moment où elle se retirait de l’enseignement, les professeurs, les étudiant(e)s qu’elle a formé(e)s, les créateurs, les artistes, ceux avec lesquels elle a noué, depuis de très nombreuses années, des liens d’amitié, de confiance et de complicité, qu’elle a lus et dont elle a commenté les œuvres.

Automne 2015. Parution de Mireille Calle-Gruber. L’amour du monde à l’abri du monde dans la littérature. Livre-hommage à Mireille Calle-Gruber, sans doute ; mais sans rien de convenu. Un chemin s’y découvre, au gré des témoignages d’amitié qui lui sont adressés et des études consacrées à ses romans et à ses essais. Il y est question de lecture, de lecture-écriture, d’écriture-lecture, et d’écoute.

S’il fallait choisir un seul des mots qui résonnent dans le volume, ce serait celui de générosité. Générosité du professeur ne comptant pas son temps pour ses étudiants ; générosité de la lectrice se mettant à l’écoute des livres. Générosité des écrivains qui, depuis des années, devenus ses amis, lui font confiance : Michel Butor, Assia Djebar, Jacques Derrida, Philippe Lacoue-Labarthe, Pascal Quignard ou encore Claude Simon. Don et contre-don de la littérature quand elle est si intimement tissée de vie(s), quand elle est un partage, une écoute, une amitié. Trente-neuf contributeurs ont pris part àMireille Calle-Gruber. L’amour du monde à l’abri du monde dans la littérature : écrivains, artistes, universitaires français et étrangers venus d’Algérie, d’Allemagne, de Belgique, du Canada, de Chine, des États-Unis, de Grande-Bretagne, d’Irlande, d’Islande, d’Israël, du Japon, du Mexique, des Pays-Bas, du Portugal, du Rwanda et de Turquie.

Lire la suite
En savoir plus sur le livre