Dictionnaire sauvage Pascal Quignard

Dictionnaire sauvage - Pascal QuignardLe Dictionnaire sauvage Pascal Quignard, ponctué d’affiches ou encore de dessins que l’écrivain effectue cependant qu’il écrit un livre et qui constituent une véritable archive de l’écriture, est l’œuvre d’un collectif de chercheurs et d’universitaires du monde entier. Près de trois cents entrées, répertoriées par ordre alphabétique et complétées d’une bibliographie exhaustive, offrent des clés de lecture et ouvrent de multiples parcours croisant divers domaines (lettres et arts, sciences, philosophie, langues et cultures antiques et contemporaines, anthropologie) qui sont autant de lieux, pour Pascal Quignard, d’une recherche insatiable de l’âme.

Pascal Quignard participe lui-même à cette élaboration sous la forme d’un dialogue avec Mireille Calle-Gruber. Dès l’A, il explicite son rapport au savoir, à la bibliothèque qu’emblématise l’exercice du dictionnaire ; le qualificatif de « sauvage » préservant quant à lui la part indomptable de la connaissance et en particulier de la cosmogonie de son œuvre.

Ce Dictionnaire, guide à plusieurs voix, dessine une cartographie de l’œuvre. Volume de ressources et de références incontournable, il est le meilleur garant d’une approche capable de faire prendre toute la mesure de l’interrogation originaire qui se joue au secret de l’écriture de Pascal Quignard.

Format 152 x 229 mm, 776 pages
34 illustrations dont 14 en couleurs
Parution : 14 Décembre 2016
ISBN : 9782705692964

38,00 €

Commander le livre

Actes du Colloque du Centenaire Claude Simon à Arbois, Juras – Présences de Claude Simon

Auteurs : Mireille Calle-Gruber, Agnes COUSIN DE RAVEL et François MIGEOT

Présences de Claude SimonLes Planches, Arbois, le Jura, ce n’est pas seulement le berceau de la famille paternelle de Claude Simon, prix Nobel de littérature en 1985. C’est aussi une histoire d’amour inconditionnel pour des êtres et des paysages dont l’œuvre de l’écrivain s’est continuellement nourrie. Amour tragique, non moins, d’être traversé par l’Histoire, celle de deux guerres mondiales.
Pour la première fois, lectures, analyses, témoignages, documents d’archives viennent éclairer cette part de l’œuvre – son « nord » en quelque sorte, qui contraste avec le Roussillon de la famille maternelle, son « sud ».
Présences de Claude Simon, donne à entendre les voix et à voir les visages qui hantent des livres aux affects puissants, toujours revenants. Passionnément.

Essais , 216 pages, 20 euros.
Sorti le 02/11/2016.
ISBN : 978-2-37531-008-3.

Commander le livre

Heidegger, Philosophy, and Politics The Heidelberg Conference

Jacques Derrida, Hans-Georg Gadamer, and Philippe Lacoue-Labarthe, Edited by Mireille Calle-Gruber, Translated by Jeff Fort, Foreword by Jean-Luc Nancy

heidegger-philosophy-and-politicsIn February 1988, philosophers Jacques Derrida, Hans-Georg Gadamer, and Philippe Lacoue-Labarthe came together in Heidelberg before a large audience to discuss the philosophical and political implications of Martin Heidegger’s thought. This event took place in the very amphitheater in which, more than fifty years earlier, Heidegger, as rector of the University of Freiburg and a member of the Nazi Party, had given a speech entitled “The University in the New Reich.” Heidegger’s involvement in Nazism has always been, and will remain, an indelible scandal, but what is its real relation to his work and thought? And what are the responsibilities of those who read this work, who analyze and elaborate this thought? Conversely, what is at stake in the wholesale dismissal of this important but compromised twentieth-century philosopher?

In 1988, in the wake of the recent publication of Victor Farias’s Heidegger and Nazism, and of the heated debates that ensued, these questions had become more pressing than ever. The reflections presented by three of the most prominent of Heidegger’s readers, improvised in French and transcribed here, were an attempt to approach these questions before a broad public, but with a depth of knowledge and a complex sense of the questions at issue that have been often lacking in the press. Ranging over two days and including exchanges with one another and with the audience, the discussions pursued by these major thinkers remain highly relevant today, especially following the publication of Heidegger’s already notorious “Black Notebooks,” which have added another chapter to the ongoing debates over this contested figure. The present volume recalls a highly charged moment in this history, while also drawing the debate toward its most essential questions.

ISBN: 9780823273676
Paperback
Fordham University Press
5 1/2 x 8 1/2
116 Pages
1 Black and White Illustration
September 2016
Price: $23.95

Commander le livre

Algérie: Paris rend hommage à Assia Djebar, l’immortelle romancière

Paris — La romancière algérienne, l’immortelle Assia Djebar, est revenue mercredi après-midi à Paris le temps d’un vibrant hommage qu’a bien voulu lui rendre la mairie de Paris au Petit Palais-Musée des Beaux-Arts.

Devant un parterre de personnalités du monde de la culture, de la littérature, de l’histoire, des médias, de ceux qui l’ont connue, côtoyée, ainsi que des membres de sa famille, que l’ombre et l’image de la romancière, professeur de littérature, académicienne, cinéaste, ont plané dans un auditorium archicomble.

Organisé par la Mairie de Paris, en partenariat avec la Sorbonne Nouvelle, et les associations le Cercle des amis d’Assia Djebar et Archives Claude Simon et ses contemporains, l’hommage a été ponctué par un riche programme à la hauteur de celle pressentie, de son vivant, pour le prix Nobel de littérature.

Dans son allocution, la maire de Paris, Anne Hidalgo, a exprimé son enthousiasme d’être présente à l’hommage de « cette grande dame immortelle » qui, « par son talent, qui est bien le sien, a traduit, écrit, expliqué et touché nos imaginaires et nos vies ».

« Un an après sa disparition, je suis touchée d’être là, parce que je retrouve dans l’œuvre d’Assia Djebar cette dimension d’identité multiple qui nous aide à nous construire, à construire le monde », a-t-elle dit, annonçant qu’elle est à la disposition des associations qui envisagent de transmettre et diffuser le message d’Assia Djebar.

La cérémonie, à laquelle a pris part l’ambassadeur d’Algérie en France, Amar Bendjama, a été ponctuée par la lecture de morceaux de texte choisis des ouvrages de cette fille d’instituteur de la ville côtière, Cherchell, ex-Césarée.

Après la projection du chant de Taos Amrouche, poétesse berbère, l’acteur, metteur en scène et professeur de théâtre français, Daniel Mesguich, l’artiste Djurdjura et le comédien Patrick Potot sont venus, tour à tour, entre deux tables-rondes, lire des extraits des romans de celle qui avait « la soif d’écrire, de mettre des mots » sur des événements qui ont marqué l’histoire de son pays, l’Algérie.

Deux tables-rondes sont venus agrémenter la cérémonie, au cours desquelles des universitaires, historiens et écrivains ont essayé de cerner, en tant que lecteurs et lectrices d’Assia Djebar, les grands traits de l’œuvre de cette protectrice des libertés des femmes.

Axée sur la littérature et la cause des femmes et sur la littérature et l’histoire des femmes, les intervenants ont mis en exergue son engagement pour la paix et pour l’émancipation de la femme, à travers « une littérature qui fait parler les silences, les murmures et les sentiments des femmes ».

Pour d’autres, Assia Djebar, qui vivait entre 3 langues, « n’était pas la porte-parole des femmes, mais elle en était leur porte-voix », soulignant que la romancière a ouvert des champs « nous ne risquons pas de les fermer ».

A la clôture de cet hommage, l’assistance a eu droit à la projection d’un extrait du film « Assia Djebar, la soif d’écrire » de Frédéric Mitterrand et Virgine Oks, qui relate les moments forts de son admission à l’Académie française.

Culture : Un hommage de Paris à l’académicienne Assia Djebar, plus immortelle que jamais

De Paris, Ahmed Halli
Un an après sa disparition, Assia Djebar n’a pas pris une ride dans la mémoire de ses lectrices et lecteurs, qui sont venus nombreux, de France, d’Europe, et aussi d’Algérie, pour lui rendre hommage. C’est au «Petit Palais», haut lieu de la culture à deux pas des Champs-Élysées, que s’est déroulé cet hommage, sous la forme de tables rondes et de lectures de textes, avec un documentaire en apothéose. Cette journée du souvenir a été animée par Fadéla Mehal (1), présidente de la Commission Culture, patrimoine et mémoire du Conseil de Paris.


Pour entrer dans le vif du sujet, il n’y avait pas mieux que la voix de Taos Amrouche, la grande prêtresse des chants traditionnels de Kabylie. C’est ensuite, le comédien et auteur, Daniel Mesguich, qui a lu deux textes de l’écrivaine disparue, dont le premier est justement consacré à la cantatrice. Une entrée en matière idoine, pour accéder à l’univers et aux sources de la littérature d’Assia Djebar, et sur laquelle a rebondi la modératrice de la première table ronde, Mireille Calle Gruber. Cette dernière, qui est écrivaine et enseigne à la Sorbonne nouvelle, est l’auteure de plusieurs ouvrages sur Assia Djebar, dont elle a retracé la vie et l’œuvre, placées sou le signe de la cause des femmes.


Évoquant le milieu dans lequel Assia Djebar a grandi, Mme Calle-Gruber a affirmé que l’académicienne a toujours su la difficulté de prendre la parole lorsqu’on est une femme. « J’écris à force de me taire », a affirmé celle qui s’est inscrite très tôt dans le rapport ambivalent à la langue française, à la fois langue de la colonisation et langue de l’émancipation pour la jeune fille qu’elle était alors. Cette langue du dominateur, du colon, cette langue de l’autre, Assia va s’employer à en faire une langue de poésie et de résistance. Elle va l’essorer, la secouer devant elle, pour la débarrasser de toute sa poussière compromettante, souligne l’universitaire citant les propres mots de la romancière. Il s’agissait de dire, d’être la voix des femmes sans voix, sans droits, proclame le refus de la polygamie et de la déshérence qui dépouille les sœurs au profit des frères (2). Cette « francophonie d’écriture », elle la travaille de termes arabes, de rythmes de l’Andalousie, des chants de femmes, ensevelies et analphabètes, « les exilées de l’écriture ». C’est sur ce problème du rapport à la langue française qu’a rebondi l’écrivain et poète algérien, Habib Tengour, qui a refusé comme d’autres auteurs de se laisser emprisonner dans ce débat paralysant.


Il a cité à cet égard l’exemple de Malek Haddad, un immense écrivain, qui a brutalement mis fin à une carrière littéraire prometteuse, pour ne plus avoir à écrire dans une langue qui n’était pas sa langue maternelle. Il cite aussi le cas de Kateb Yacine, moins sensible que son aîné aux pressions et à la surenchère nationalistes, mais qui a aussi cessé d’écrire, pensant que la langue l’éloignait de sa mère. Quant à Assia Djebar, à propos de laquelle il préfère parler d’ambiguïté, plutôt que d’ambivalence, Habib Tengour dit qu’elle ne s’est jamais considérée comme exilée dans la langue française. Assia Djebar qu’il a connue et souvent rencontrée lorsqu’elle formait un duo littéraire talentueux avec Malek Alloula, disait qu’elle était habitée par cette langue, le français.


Ce problème de possession, l’écrivaine va le régler par le procédé de la biographie, elle va parler d’elle, ce qui est assez rare, et dans une société où le « Je » est haïssable, à l’instar du « Moi » de Pascal. Et Habib Tengour de citer la langue du père qui lui a appris le français, et qu’elle utilisera pour sa correspondance sentimentale, en faisant « une langue entremetteuse », selon sa propre expression ironique. Cependant, note le poète algérien, Assia Djebar « va se débrouiller pour que le français soit son français et qu’il devienne arabe, algérien», sous sa plume. «Elle écrit en français, mais c’est de l’Algérien!», a-t-il relevé.


Auparavant, l’historienne Michèle Perrot était revenue sur la fracture qu’il pouvait y avoir dans la vie d’Assia, d’un côté la mère et sa culture berbéro-andalouse, et de l’autre la langue française qui est loin de ce monde maternel. La langue française qui est celle de la colonisation, et qui ne concède l’instruction et l’accès à l’école française qu’aux filles qui peuvent servir son entreprise. C’est pourquoi, elle va s’attacher à donner une voix à ces femmes de l’oralité, exclues de l’écriture, « elle est la femme qui écoute devant les femmes qui parlent ». Elle le fait pour les femmes dans la vie quotidienne, mais elle le fait aussi pour certaines héroïnes de l’Histoire, et Michèle Perrot d’évoquer le cas de Zoulikha, martyre de la guerre de Libération nationale. C’est à cette grande figure du combat pour l’indépendance, arrêtée et jetée d’un hélicoptère par l’armée française, qu’Assia Djebar a consacré l’un de ses livres les plus attachants « Femme sans sépulture».


C’est précisément du sujet «Littérature et histoire des femmes» que devait traiter la seconde table animée par un autre historien, Gilles Manceron, avec notamment l’écrivaine Maissa Bey et Amel Chouati, la présidente du « Cercle des amis d’Assia ». Gilles Manceron a évoqué la place d’Assia Djebar dans l’histoire non seulement avec son œuvre littéraire, mais en y participant.


Il a rappelé comment l’écrivaine, alors élève de l’École normale supérieure de Sèvres, avait renoncé en 1956 à passer son agrégation pour répondre à l’appel lancé aux étudiants algériens afin qu’ils se joignent au combat libérateur. Maïssa Bey a précisé qu’elle aussi était fille d’instituteur, et comme Assia Djebar, son père l’a accompagnée à l’école, et lui a appris la langue française. Elle a rappelé également qu’une autre écrivaine algérienne, Leïla Sebbar, était aussi fille d’instituteur, ce qui confère à ce métier un surcroît de mérite, qui ne lui est pas toujours reconnu. Maïssa Bey a fait part de son émotion à partager cette commémoration et cet hommage à une écrivaine qui a beaucoup compté dans sa vie. C’est en lisant Assia Djebar qu’elle a été encouragée à écrire et à se consacrer à la littérature.
A. H.

1) Fadéla Méhal, conseillère de la Ville de Paris, élue du 18ème arrondissement de Paris, s’est d’abord fait connaître en 2006 en créant les Mariannes de la diversité. En juin 2015, elle a fondé en juin 2015 l’association «La République ensemble», dont elle est la présidente.


2) Ce sujet suscite une passion qui n’est pas près de s’éteindre comme en témoignent les quelques interventions parmi l’assistance, et qui confirment que l’Algérie a encore beaucoup de chemin à faire pour résorber les inégalités hommes-femmes.

La ville de Paris rend hommage à Assia Djebar, l’immortelle

Dans Atlasinfo.fr
Lundi 8 Février 2016 modifié le Lundi 8 Février 2016

Voilà bientôt un an l’académicienne Assia Djebar s’éteignait. Pourtant elle semble toujours vivante, présente, suspendue à notre mémoire. L’occasion pour moi d’honorer la mémoire de cette femme de lettres, écrivain, professeur, cinéaste qui mit son écriture au service des femmes et de la langue française. C’est le sens de l’hommage que la mairie de Paris, en partenariat avec la Sorbonne nouvelle, et les associations le Cercle des amis d’Assia Djebar et Archives Claude Simon et ses contemporains, ce mercredi 10 février au Petit Palais. Une manifestation aussi riche que le fut son existence, ponctuée de chants, de lectures et de tables rondes permettant d’appréhender les aspects majeurs de son œuvre.

Assia Djebar - Réception à l'Académie Française - juin 2006

Assia Djebar – Réception à l’Académie Française – juin 2006

Fille d’instituteur, Assia Djebar est née le 30 juin 1936 à Cherchell ex Césaré, ville côtière d’Algérie, qu’elle aimait tant et dont elle a su si bien sonder l’âme. Et ce 6 juin 2015, Cherchell se réveille endeuillée par la perte d’une de ses enfants les plus talentueuses: Fatma-Zohra Imalayen, plus connue sous le nom d’Assia Djebar. Après des études brillantes dans son pays natal, elle franchit la mer et vit à Paris. Elle entre en khâgne au lycée Fénelon, pour intégrer l’École normale supérieure de jeunes filles de Sèvres l’année suivante. Première femme musulmane à être admise dans cette prestigieuse école, elle est un modèle de réussite républicaine mais surtout un modèle pour celles qui pensent que leur sexe, leur origine sont un handicap, que leur histoire et leur identité sont des obstacles. Pourtant l’histoire, la grande, la rattrape comme en témoigne sa participation à la grève organisée par l’Union générale des Étudiants musulmans algériens qui la fit arrêter ses études par solidarité avec le peuple algérien en lutte. Cela donnera lieu à son premier roman, La Soif, paru en 1957.

La soif justement de dépasser sa condition, d’atteindre ses rêves. La soif d’écrire, de mettre des mots sur des événements qui ont marqué l’histoire tumultueuse de la France et de l’Algérie. Ces livres nombreux témoignent de son amour pour la langue française Les Impatients (1958), les Enfants du nouveau monde (1962), L’amour, la fantasia (1985), La Femme sans sépulture (2002) et tant d’autres. Que dire d’Assia Djebar qui n’aurait été encore écrit?

Romancière, professeur de littérature, académicienne, cinéaste, pressentie souvent pour le prix Nobel de littérature, le fait d’arme qu’elle goutta sans doute le plus fut le prix de la critique internationale à la Biennale de Venise pour son film La nouba des femmes sur le Mont Chenoua en 1979. Ce documentaire, qui secoua la critique et les conservatismes, fit entrer par effraction dans l’inconscient collectif les femmes jusque-là invisibles du Mont Chenoua, debout et fières, comme des portes drapeaux de millions d’Algériennes en qui Assia Djebar reconnut des sœurs de combat.

Pour la défenseuse du peuple algérien, la protectrice des libertés des femmes face à la soumission, la voix dans son oralité est l’outil de la conquête de la liberté. Dans Femmes d’Alger dans leur appartement (1980), un protagoniste dit « Je ne vois pour les femmes arabes qu’un seul moyen de tout débloquer: parler, parler sans cesse d’hier et d’aujourd’hui, parler entre nous, dans les gynécées, les traditionnels et ceux des HLM entre nous et regarder. Regarder dehors, regarder des murs et des prisons ! Femme- regard et femme-voix. »

Aujourd’hui, le temps de la reconnaissance et de la transmission est venu. Assia Djebar a vécu à Paris, ville-monde, pendant de longues années. Et juste retour des choses, Paris qu’elle aimait tant, va lui rendre l’hommage qu’elle mérite pour avoir fait rayonner la langue française et son académie. De nombreuses personnalités seront présentes au Petit Palais-Musée des Beaux-arts, ce mercredi 10 février 2016: Laure Adler, Michelle Perrot, Maissa Bey, Daniel Mesguich, Djurdura, Mireille Calle-Gruber, Amel Chaouati comme des passeurs, pour perpétuer l’écho de « l’inconsolable » Assia et de « l’intransigeante » Djebar.

Article paru sur Atlasinfo, le 8 février 2016

Paris rend hommage à l’académicienne Assia Djebar, un an après son décès

Diffusé le 04/02/2016 sur Radio Orient

ST-assia-djebar-680x510

© Radio Orient


Les invités de « Sans Transition »:

– Fadila Mehal, Présidente de la Commission Culture-Mémoire-Patrimoine du Conseil de Paris. Conseillère de Métropole du Grand Paris. Fondatrice et Présidente de l’association La République Ensemble
– Amel Chouati, écrivaine et psychologue, présidente du cercle des amis d’Assia Djebar

– Mireille Calle-Gruber, professeur à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris III, spécialiste de l’œuvre d’Assia Djebar

– Patrick Potot, comédien

Emission préparée et présentée par Nadia Bey

Assia Djebar. Un an après sa disparition Un legs universel

paru le 20.02.16 dans El Watan

Assia Djebar - El Watan

Un lycée à Oran porte désormais son nom, à l’initiative de la ministre de l’Education nationale

Un superbe lieu culturel, le Petit Palais de Paris, pour un hommage digne de la grande femme de lettres et cinéaste, Assia Djebar, décédée il y a un an.

Des intellectuels et universitaires qui l’ont connue, côtoyée et étudié son œuvre évoquent, dans un auditorium comble, le mercredi 10 février, le legs à la culture mondiale de la première maghrébine et cinquième femme entrée à la prestigieuse Académie française, le 16 juin 2005, et pressentie de son vivant pour le prix Nobel de littérature. Plus de 250 personnes, parmi lesquelles l’ambassadeur d’Algérie, la maire de Paris, la sénatrice PS de Paris, Bariza Khiari, des personnalités du monde de la culture, de la littérature, de l’histoire, des médias et des membres de sa famille. […]

Lire la suite…

Nadjia Bouzeghrane (Bureau de Paris)
Source de l’article

Performance de ténèbres par Pascal Quignard – Ballet de l’origine de la langue et de la littérature françaises – Reportage photographique

le 28 janvier 2016 à la Fonderia Aperta Teatro – Vérone

© Fonderia Aperta Teatro

Voir le programme du colloque