Constellation de fin d’été (2) : Jérôme Prieur, Louis-René des Forêts, Mireille Calle Gruber / Claude Simon

Parus le 10 septembre 2021 dans Diacritik. Par Christian Rosset Chr

Tous droits réservés – Christian Rosset

Par un étonnant hasard, un second livre consacré aux dessins et peintures d’un écrivain paraît au même moment chez Hermann : Claude Simon : être peintre de Mireille Calle-Gruber, biographe, exégète et ayant-droit moral pour l’œuvre de Claude Simon. Et déjà une différence éclatante entre les deux démarches : si l’œuvre plastique de des Forêts, comme je viens de le souligner, n’offre que peu d’ouvertures vers la recherche picturale, se concentrant sur la pratique quasi-artisanale du dessin, celle de Simon est tendue en permanence par le désir d’“être peintre”. Il suffit de parcourir rapidement ce livre richement doté, côté image, pour s’en convaincre, même si l’œil sera peut-être en premier lieu attiré par ce qui échappe à la peinture : de beaux dessins à l’encre sur papier ; et surtout les photographies que nous connaissions déjà pour certaines d’entre elles, publiées à l’initiative de Denis Roche chez Maeght en 1992.

En savoir plus sur Claude Simon : être peintre

Publication en novembre du manuscrit inachevé d’Assia Djebar

IL PARAÎTRA AUX ÉDITIONS MÉDIA-PLUS

Article paru le 03 Octobre sur Liberté par Yasmine Azzouz

Pour marquer la reprise de leurs activités et le 30e anniversaire de leur création, les éditions Média-Plus publieront en novembre prochain le manuscrit inachevé de la romancière et académicienne Assia Djebar intitulé “Les larmes d’Augustin”. Le texte comportant 75 feuillets tapuscrits est “signé de quelques biffures et présenté tel quel”. Les universitaires Mireille Calle-Gruber et Anaïs Frantz, qui l’ont initialement publié aux Presses Sorbonne Nouvelle, ont fait savoir qu’il constituait avec “L’amour, la fantasia”, “Ombre sultane” et “Vaste est la prison” son “Quatuor algérien”.

Les éditions Médias-Plus publieront au mois de novembre prochain le manuscrit inachevé de la romancière et académicienne Assia Djebar, a annoncé l’éditeur Saïd Yassine Hannachi. Paru initialement aux Presses Sorbonne Nouvelle, sous la direction des universitaires Mireille Calle-Gruber et Anaïs Frantz avec la contribution d’Hervé Sanson en mars 2021, le texte de l’académicienne, qui devait s’intituler Les larmes d’Augustin, “apporte un éclairage tout à fait nouveau sur l’écriture d’Assia Djebar, écrivain majeur de la littérature francophone, élue à l’Académie française en 2005”. Il aurait constitué le “Quatuor algérien” avec les trois romans précédemment publiés et “qu’elle préparait à la suite de L’amour, la fantasia (1985), Ombre sultane (1987) et Vaste est la prison (1995)”, a fait savoir l’universitaire et critique littéraire Mireille Calle-Gruber, spécialiste de l’œuvre djebarienne et amie de la défunte romancière. 


Assia Djebar

Retrouvez tous les articles sur Assia Djebar

Claude Simon, l’écrivain artiste

PAR JEAN-CHRISTOPHE CASTELAIN · LE JOURNAL DES ARTS le 13 septembre 2021

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°572 du 3 septembre 2021, avec le titre suivant : Claude Simon, l’écrivain artiste

Les photographies et surtout les assemblages du prix Nobel de littérature participent de la même démarche que ses travaux d’écrivain.

Collioure. Le charmant petit Musée d’art moderne de Collioure poursuit son exploration des artistes régionaux avec l’écrivain Claude Simon (1913-2005). L’inattendu prix Nobel de littérature (1985) a en effet plus que des attaches avec le Roussillon. Dans les années 1930, il réside en alternance entre Paris et Collioure et, après la guerre, il séjourne régulièrement dans son mas viticole de Salses – qui lui procure une certaine aisance financière.

Avant d’être écrivain, Claude Simon voulait être artiste, il a brièvement étudié aux Beaux-Arts et dans l’atelier d’André Lhote. On ne voit cependant aucun de ses tableaux dans l’exposition – ils auraient été détruits à sa demande –, tout au plus a-t-on un aperçu de ses talents de dessinateur avec deux dessins très postérieurs, le représentant à sa table de travail. De sa période de jeunesse, les commissaires, Claire Muchir, directrice des lieux, et Mireille Calle-Gruber, biographe de l’artiste, présentent deux photographies de 1938.


Claude Simon, de l’image à l’écriture

L’œuvre picturale et photographique méconnue de l’écrivain Claude Simon se dévoile à Collioure

Publié Mis à jour Odile Morain sur France Info

Exposition Claude-SIMON au musée d’art moderne de Collioure (Pyrénées-Orientales). Assemblage de papiers découpés et collés sur paravent vers 1956-58 (Richard Meier)

“L’écrivain, c’est celui qui travaille son langage […] le sujet d’un roman, c’est l’écriture”.  C’est ainsi que Claude Simon (1913-2005) exposait avec beaucoup de rigueur sa conception du métier d’écrivain. Prix Nobel de littérature en 1985, le Catalan originaire de Perpignan fut d’abord peintre et photographe avant d’être écrivain. Cet été, le musée d’art moderne de Collioure dans les Pyrénées-Orientales met en lumière ses œuvres, elles n’avaient jamais été exposées. 

Collages et assemblages : Prévert, Rauschenberg, Matisse ou Picasso 

Lorsqu’il n’écrit pas, Claude Simon développe une œuvre plastique d’une rare densité. Entre 1955 et 1965, il réalise de grands assemblages de papiers collés où l’oeil se perd. L’exposition du musée de Collioure dévoile cette oeuvre inédite et la replace dans le contexte plus large de l’histoire du collage. Kurt Schwitters, Robert Rauschenberg, Louise Nevelson, Yvonne Ducuing, Jacques Prévert… autant d’artistes du XXe siècle pour qui le collage fut l’un des modes d’expression privilégiés.

Claude Simon, de l’image à l’écriture

Daniel Mesguich lit Claude Simon au Musée d’Art Moderne de Collioure

LECTURE-PERFORMANCE

LA FICTION MOT-A-MOT
de Claude Simon

par
DANIEL MESGUICH

Dans le cadre de l’Exposition
CLAUDE SIMON, DE L’IMAGE A L’ECRITURE
MUSEE D’ART MODERNE DE COLLIOURE

Directrice, Conservatrice du Patrimoine : Claire MUCHIR
Commissaire d’exposition : Mireille CALLE-GRUBER

Le 28 Août 2021
Sur une idée de Richard MEIER

Vidéaste : Guy LOCHARD

Avec le soutien de l’Université Sorbonne Nouvelle
de l’Unité Mixte de Recherche (UMR 7172) THALIM
de Voixéditions Richard-Meier
de l’Association ARCHIVE. CLAUDE SIMON ET SES CONTEMPORAINS (ARCS)

Claude Simon, « La fiction mot-à-mot », dans Nouveau Roman : hier, aujourd’hui, colloque de Cerisy 1971, UGE 1972. 


LECTURE-PERFORMANCE

ORION AVEUGLE
de Claude Simon

par
DANIEL MESGUICH

Dans le cadre de l’Exposition
CLAUDE SIMON, DE L’IMAGE A L’ECRITURE
MUSEE D’ART MODERNE DE COLLIOURE

Directrice, Conservatrice du Patrimoine : Claire MUCHIR
Commissaire d’exposition : Mireille CALLE-GRUBER

Le 28 Août 2021
Sur une idée de Richard MEIER

Vidéaste : Guy LOCHARD

Avec le soutien de l’Université Sorbonne Nouvelle
de l’Unité Mixte de Recherche (UMR 7172) THALIM
de Voixéditions Richard-Meier
de l’Association ARCHIVE. CLAUDE SIMON ET SES CONTEMPORAINS (ARCS)
Claude Simon, Préface à Orion aveugle, Genève, Skira, 1970,
collection « Les sentiers de la création » dirigée par Gaëtan Picon.

(Avec l’autorisation de Mireille Calle-Gruber, Ayant-droit moral pour l’œuvre de Claude Simon)


D’autres articles à propose de l’exposition Claude Simon, de l’image à l’écriture

VERNISSAGE DE L’EXPOSITION “Claude Simon, de l’image à l’écriture” au Musée d’Art Moderne de Collioure, 3 juillet 2021.

Discours de Guy LLOBET, Maire de Collioure

Je suis très heureux d’inaugurer cette exposition  Claude Simon,de l’image à l’écriture. D’une part, parce qu’elle est pour moi, en ma qualité de nouveau Maire de Collioure, une première, et j’en suis très honoré ; d’autre part, et vous abonderez j’en suis persuadé, parce que c’est, après la période difficile que nous venons tous de traverser, une joie que la culture, axe fort de notre engagement politique, revienne en force, avec cette magnifique exposition  –   une exposition concernant ce Claude Simon, qui demeure toujours un peu énigmatique, voire secret, mais qui nous encourage, avec élégance à le découvrir, à mieux le connaître pour, dans sa finalité, venir  l’aimer.

Claude Simon, a obtenu dans un premier temps, et cela a été quelque peu occulté, le Prix Medicis pour l’un de ses romans les plus connus: HISTOIRE (1967).

C’est en 1985 que le prix NOBEL de Littérature viendra couronner et rendre justice à une œuvre majeure de la littérature française contemporaine, oeuvre un peu passée sous silence à l’époque car l’ensemble de la presse était alors obnubilée par les têtes de proue médiatiques des écrivains du “Nouveau Roman”, à savoir : Alain  Robbe­Grillet, Nathalie Sarraute et Michel Butor… Mais c’est aussi ce pseudo-silence médiatique qui a fait le Claude Simon quenous connaissons tous aujourd’hui, t la reconnaissance universelle dont bénéficie  désormais l’ensemble de son oeuvre.

Je profiterai de l’occasion qui m’est donnée, et je m’en voudrais de ne pas la saisir, pour remercier notre Conservatrice Claire Muchir et son équipe qui font un travail remarquable, mais aussi celle qui est devenue, par amie interposée…mon amie, Mireille Calle-Gruber qui, outre le fait qu’elle est une grande universitaire reconnue, une romancière, une critique littéraire, une spécialiste de Claude Simon et l’auteur d’une biographie remarquable intitulée Claude Simon, une vie à écrire  –   que j’ai prisbeaucoup de plaisir à lire et qui m’a appris à redécouvrir l’écrivain, le peintre, le photographe, le plasticien mais aussi l’homme qu’il fut tout au long d’une existence très riche en événements – Mireille Calle-Gruber donc qui a accepté par là-même d’être la Commissaire de l’exposition, ce don’t nous ne pouvons que nous féliciter.

Mais c’est aussi ce pseudo-silence médiatique qui a fait le Claude Simonque nous connaissons tous aujourd’hui,  et la reconnaissance universelle dont il bénéficie pour l’ensemble de son œuvre.

En travaillant  pour cette allocution sur Claude Simon, travail qui au fur et à mesure de mes recherches est  devenu presque une passion, je  suis tombé sur le  titre d’un éditorial qui s’intitulait: “Claude Simon: Une contestation du texte par l’image”.

Dès lors, pour avoir visité en « prime time » l’exposition de ce jour, ma curiosité légendaire s’est déclenchée tout d’un coup, donnant plus d’audace à ma réflexion…simplement  pour comprendre ! Tant il est vrai que le rôle de l’image plastique sous toutes ses formes apparaît d’abord comme un stimulus de l’écriture. Comme vous avez pu le constater dans cette magnifique exposition, les images apparaissent comme des générateurs textuels, les descriptions de tableaux s’intégrant parfaitement dans le récit simonien et en constituant des points dynamiques.

On connaît aussi l’importance des cartes postales dans l’économie du roman, Histoire par exemple, ainsi que le rôle des photographies. Mais j’ai bien compris que, pour Claude Simon, on puisse exprimer deux propositions parfaitement contradictoires :

Il est avant tout un homme de l’image, et il est plus que tout un homme de mots “.

Toutes deux sont vraies, tellement l’écrivain transforme la parole afin de  la rendre visuelle, et en ce sens, la signification des mots  tient autant à leur aspect physique qu’aux codes du langage. C’est ce que vous avez pu  découvrir comme moi… mais j’ai encore beaucoup de questions à poser à Mireille!

Claude Simon, il faut le savoir, a  été  photographe  avant d’être écrivain ; mais avec lui, la photographie est un objet mélancolique ;  on le sait, par essence la photographie est mélancolique : “C’est de nous savoir mortels, ô combien, qui nous incite à fixer l’image de l’instant ou nous aurons été”. Et toute photographie rend sensible dans un texte la dimension mélancolique du temps, elle atteste de la vulnérabilité de l’existence, de ce qui a été, dont il reste l’empreinte lumineuse, la trace visible laissée par la chose désormais absente.

La passion de Claude Simon aussi pour le cinéma, nous met sur les traces   des techniques du 7ème art dans ses romans. Alors posez-vous la question, comme je me la suis posée : dans cette exposition, comment  sont  rédigés  les  manuscrits présentés ?  Or, vous l’avez tous constaté , ils sont rédigés  “avec une écriture impulsive, fougueuse, l’encre pâle, transparente d’un brun rouille, presque rose, avec leurs festons irréguliers de jambages, d’entrelacs, de ratures, d’arabesques, les lignes dessinent sur les feuillets jaunis comme de minces bandes de dentelles déchiquetées et fanées…”.

C’est extraordinaire ! C’est ça aussi, Claude Simon

Souvent cependant, à force de cumuler traits et lignes, le dessin devient si complexe qu’il en est indéchiffrable : ni le narrateur, ni le lecteur ne le comprennent plus. C’est ça aussi la complexité de Claude Simon, et c’est aussi son talent.

Mais là où l’histoire prend toute sa grandeur, et c’est ce qui nous intéresse beaucoup, nous Colliourencs, c’est la      place particulière accordée par Claude Simonà Collioure – Collioure qui devient le lieu emblématique de son engagement politique et artistique.

J’ai beaucoup échangé et discuté avec André Salent, historien  catalan  de talent qui a bien connu cette époque et beaucoup publié sur elle. Cette période d’avant et d’après guerre, fut riche en histoire locale. C’est l’époque de gloire des Marceau Banyuls, Paul Combeau, Cyprien Llonsi, Claude Aveline, Paul Colomer ; il y a aussi André Malraux qui séjourne souvent dans le département alors qu’il travaille à la rédaction de L’Espoir.

Pour Claude Simon, c’est tout d’abord dans le quartier du Mouré qu’il commença à peindre. Il se lia d’amitié avec Marc Saint-Saëns et Jean Lurçat, mais aussi avec Louis Montargès,Chef de la cellule communiste de Collioure, et se rendit avec lui à Barcelone en 1936 ; une photographie prise sur la Place de Catalogne de cette ville l’atteste. De 1936 à 1939, il est ainsi un des compagnons de route du Parti Communiste mais réussit à garder une distance critique, comme il le fit aussi vis-à-vis du groupe des surréalistes et vis-à-vis des existentialistes.

Il contribuera à cette époque, avec Joseph FAJAL dont le petit fils Serge, ici présent, est un de mes adjoints, et avec Irénée  Frances et Louis Montargès, à transférer et à acheminer des armes russes qui arrivaient par bateau vers l’Espagne républicaine.

Le Parti Communiste fut dissous en 1939. Claude Simon, mobilisé le 27 août partit sur le Front des Flandres ; Louis Montargès et Irénée Frances continuèrent à militer dans le PC clandestin : ils furent arrêtés à leur domicile et perquisitionnés le 17 novembre 1941, après la signature du pacte germano-soviétique.

Le 9 décembre 1985, lors de la cérémonie de remise du prix Nobel à Stockholm, Claude Simon déclarait dans son discours de remerciements :

“Je suis maintenant un vieil homme et comme beaucoup d’habitants de notre vieille Europe, la première partie de ma vie a été assez mouvementée. J’ai été témoin d’une révolution, j’ai fait la guerre dans des conditions particulièrement meurtrières (j’appartenais à l’un de ces régiments que les états majors sacrifient froidement à l’avance et dont, en 8 jours, il n’est pratiquement rien resté). J’ai été fait prisonnier, j’ai connu la faim, le travail physique jusqu’à l’épuisement, je me suis évadé, j’ai été gravement malade plusieurs fois au bord de la mort violente ou naturelle, j’ai côtoyé les gens les plus divers, aussi bien des prêtres que des incendiaires d’églises, de paisibles bourgeois que des anarchistes, des philosophes que des illettrés, j’ai partagé mon pain avec des truands, enfin j’ai voyagé un peu partout dans le monde … et cependant, je n’ai jamais encore, à 72 ans, découvert aucun sens à tout cela, si ce n’est comme l’a dit, je crois, Barthes après Shakespeare, que << si le monde signifie quelque chose, c’est qu’il ne signifie  rien »  –  sauf  qu’il est”.

Pour conclure, je voudrais encore, Mesdames, Messieurs, vous remercier de votre présence dans ce cadre magnifique et d’avoir partagé et apprécié une exposition hors du commun.

Je vous remercie aussi pour l’intérêt que vous portez à nos manifestations culturelles et à notre musée, pièce maÎtresse de la vie culturelle à Collioure. Soutenons-le et donnons-lui toute l’importance qu’il mérite dans la ville. Nous savons combien la peinture et les arts sont le moteur de notre cohésion sociale.

Je suis heureux de vous informer que nous travaillons, en collaboration avec le Ministère de la Culture et la Direction Régionale des Affaires Culturelles, sur un projet d’extension de ce musée, tout en veillant au maintien de la dimension humaine. Surtout, nous veillons au respect de ce petit bijou architectural et environnemental qu’est la Villa Pams  –  et à son harmonie paysagère chère aux Colliourencs.

Nous comptons insuffler à ces lieux une vie nouvelle  nous permettant, d’une part d’enrichir nos collections, d’autre part d’accueillir des expositions nationales et internationales qui donneront à Collioure, ville des peintres et berceau du fauvisme, sa véritable dimension.

Musée d'Art Moderne de Collioure
Musée d’Art Moderne de Collioure
Villa Pams-Musée d'Art Moderne de Collioure
Exposition Claude Simon, juin-septembre 2021.
Villa Pams-Musée d’Art Moderne de Collioure
Exposition Claude Simon, juin-septembre 2021.

Claude Simon, de l’image à l’écriture

Récit-Récital Boutès ou le désir de se jeter à l’eau

Dans le cadre de l’exposition Claude Simon, de l’image à l’écriture en ce moment au Château Royal de Collioure le samedi 7 août. Un récit-récital “Boutès ou le désir de se jeter à l’eau” par Pascal Quignard, écrivain récitant et Aline Piboule au piano

« Dès la fin du Mycénien la légende courut d’une île mystérieuse sur les rives de laquelle les marins périssaient attirés par le chant des oiseaux. On racontait que les navigateurs qui passaient le long de ces côtes se faisaient emplir leurs oreilles de cire pour ne pas être déroutés et mourir. Même Orphée le Musicien ne voulut rien entendre de ce chant continu.
Ulysse le premier souhaita l’entendre. Il pris la précaution de se faire attacher les pieds et les mains aux mâts de son navire.
Seul Boutès sauta. »

Pascal Quignard

Poème et roman, épopée en digressions, ce chant ininterrompu nous happe, nous déstabilise, nous encourage à faire notre grand saut. Le coeur de tout, c’est le sentiment océanique.

Pascal Quignard entretient, dans sa vie et ses mots un lien tout particulier avec la musique. Rythmes, récits, histoire réelle ou mythologique, son art, ici partiellement décrit, y invite et se reconnaît dans Boutès au son des oeuvres interprétées. La voix de l’auteur nous invite fermement à embrasser néanmoins cette part d’inconnu, à braver les peurs, à faire mourir une part de soi en sortant de sa zone de confort. L’interprétation d’Aline Piboule, elle, porte, développe et enlumine le tout grâce à sa force magique, archaïque qui envoûte.

Aline Piboule, pianiste, Pascal Quignard, lecteur proposent ici un « Récit Récital », qui mêle extraits de Boutès, des traductions d’Apollonios de Rhodes, œuvres musicales du répertoire classique, (Ravel, Chopin, Fauré, Schubert, Messiaen) ainsi qu’une transcription inédite de La Mer de Debussy par Yann Ollivo . Cette invitation au voyage, suivant le parcours initiatique proposé par l’auteur, emmène le public en traversée, bercé ou ébranlé par ce lien ténu entre les mots et les sons

Au programme

Ravel – Les oiseaux tristes – 4’30
Chopin – Prélude n°16 Op 28 – 1’10
Schubert – Sonate D959, 2ème mouvement – 8′
Liszt – Die Loreley – 7′
Fauré – Nocturne 11 OP104 – 4’25
Messiaen – La colombe – 2’20
Decaux – La mer (Extrait des Clairs de lune) – 5’30
Debussy – (transcription de Yann Ollivo) La mer – 24′

Avec le soutien
de Mairie de Collioure, la DRAC Occitanie, et Thalim-Université Sorbonne-Nouvelle

Retour en images


Extrait de la création à la BNF le 3 octobre 2020


Claude Simon, De l’image à l’écriture

Dans l’ombre des pères

paru sur En attendant Nadeau par Tristan Leperlier le 9 juin 2021

Excitation de l’inédit, du posthume attendu. Depuis le décès d’Assia Djebar, en 2015, un écho persistant de son œuvre était sur les lèvres de ses lecteurs. Les larmes d’Augustin, tel était le titre du dernier volet de son « Quatuor algérien » qu’elle préparait à la suite de L’amour, la fantasia (1985), Ombre sultane (1987), et Vaste est la prison (1995). Ce texte paraît en tapuscrit de 75 feuillets, signé de quelques biffures et présenté tel quel.

Commencé dès cette époque, et tandis que d’autres voient le jour, ce roman accompagne Assia Djebar sans qu’elle parvienne à y mettre un point final. L’« ouvrage s’inachève : durant vingt ans ». C’est ce qu’écrit Mireille Calle-Gruber en introduction de ce volume qu’elle dirige avec Anaïs Frantz. Un livre hybride, dès la page de garde : « Assia Djebar », pourtant écrit en grands caractères, n’est pas le nom de l’autrice mais la première partie du titre, la majeure partie de l’ouvrage étant consacrée, non au roman proprement dit, mais à des études et à des documents d’archives qui l’entourent.

Collioure : l’œuvre méconnue de Claude Simon

Paru le 5 juin 2021 sur la Semaine du Roussillon par Sebastià Vilanou i Poncet 

Jean-Pierre Gillery, adjoint au maire de Collioure, et Mireille Calle-Gruber, la commissaire de l’exposition, devant des images découpées sur un paravent de Claude Simon © S.V.

Du 5 juin au 19 septembre 2021, le musée d’art moderne de Collioure propose l’exposition « Claude Simon, assemblages, de l’art à l’écriture ». 

Auteur austère, œuvre difficile. Les préjugés qui entourent Claude Simon ne manquent pas. Encore aujourd’hui, il reste un écrivain méconnu de la littérature française. Présentée à Collioure, lieu emblématique de son engagement artistique et politique, cette exposition dévoile un aspect méconnu de l’œuvre de Claude Simon et éclaire un pan oublié de l’histoire artistique de la petite cité. Originaire de Perpignan, séjournant à Collioure dans les années 30, Claude Simon obtient le prix Nobel de littérature en 1985, consécration ultime pour celui qui se rêve peintre avant de se consacrer à l’écriture. Le Nobel récompense celui « qui, dans ses romans, combine la créativité du poète et du peintre ». C’est dire l’imbrication dans son œuvre du mot et de l’image !

Commissariat : Mireille Calle-Gruber, romancière, critique littéraire et universitairebou

Claude Simon, de l’image à l’écriture

France Culture, La Compagnie des Œuvres Épisode 2 : La profondeur du jeu dans l’oeuvre de Robbe-Grillet

Matthieu Garrigou-Lagrange était en compagnie de Mireille Calle-Gruber, critique littéraire et professeure émérite à l’université Sorbonne Nouvelle, pour parcourir l’œuvre de Robbe-Grillet dans l’émission La Compagnie des Œuvres sur France Culture

« Parler du contenu d’un roman comme d’une chose indépendante de sa forme, cela revient à rayer le genre entier du domaine de l’art. Car l’œuvre d’art ne contient rien […]. L’art n’est pas une enveloppe aux couleurs plus ou moins brillantes chargée d’ornementer le “message’’ de l’auteur, un papier doré autour d’un paquet de biscuits […] », affirme Robbe-Grillet dans l’essai Pour un nouveau roman, une collection d’articles de sa main parue en 1963. Et de conclure : « Ne pourrait-on avancer au contraire que le véritable écrivain n’a rien à dire ? Il a seulement une manière de dire ». 

Dans le deuxième volet de cette série consacrée à celui qu’on avait coutume de surnommer le « pape du Nouveau Roman », nous dégageons trois périodes constitutives de son œuvre, fondée dans une certaine mesure sur une critique du roman traditionnel, et nous interrogeons la nature du biographique dans la trilogie des Romanesques.

Le lecteur, ayant l’habitude des conventions, les attend. C’est pourquoi Robbe-Grillet disait qu’il fallait construire son lecteur, lui montrer quelles étaient les nouvelles règles du jeu. Cependant, quand on change la donne, il faut un temps d’adaptation. Entre la mort du roman et la mort du personnage, on a accusé les adeptes du Nouveau Roman de nombre de choses.

Mireille Calle-Gruber

Le Nouveau Roman essaie de nous faire jouir de certaines aventures, mais aussi de nous faire apprécier l’art avec lequel cela est fait. On a ainsi un plaisir double, romanesque et intellectuel.

Mireille Calle-Gruber

Quand Robbe-Grillet écrit Le miroir qui revient, il est en train de faire de l’autobiographie, mais de l’autobiographie très déconstruite, au second degré, avec cette conscience qui était celle de Sarraute, et la fit s’exclamer : “Comment, tu vas faire ton autobiographie ?

Mireille Calle-Gruber

Renaissance d’une Archive inconnue : Les assemblages sur paravents de Claude Simon exposés pour la première fois au Musée d’art moderne de Collioure

CLAUDE SIMON DE L’IMAGE À L’ÉCRITURE

12 JUIN – 19 SEPTEMBRE 2021

COMMISSARIAT :
MIREILLE CALLE-GRUBER
ROMANCIERE, CRITIQUE LITTERAIRE, UNIVERSITAIRE

Auteur austère, œuvre difficile. Les préjugés qui entourent Claude Simon ne manquent pas. Encore aujourd’hui, il reste un écrivain méconnu de la littérature française.
Originaire de Perpignan, séjournant à Collioure dans les années 30, Claude Simon obtient le prix Nobel de littérature en 1985, consécration ultime pour celui qui se rêve peintre avant de se consacrer à l’écriture. Le Nobel récompense celui « qui, dans ses romans, combine la créativité du poète et du peintre ». C’est dire l’imbrication dans son œuvre du mot et de l’image !

Lorsqu’il n’écrit pas, Claude Simon développe une œuvre plastique d’une rare densité. Entre 1955 et 1965, il réalise de grands assemblages de papiers collés où l’œil se perd.

La mémoire visuelle est plus vive que celle des idées

Claude Simon, Correspondances

L’exposition du musée de Collioure dévoile cette œuvre inédite et la replace dans le contexte plus large de l’histoire du collage. Kurt Schwitters, Robert Rauschenberg, Louise Nevelson, Yvonne Ducuing, Jacques Prévert… autant d’artistes qui firent du collage un des modes d’expression privilégiés des avant-gardes du XXème siècle.
Présentée à Collioure, lieu emblématique de son engagement artistique et politique, cette exposition dévoile un aspect méconnu de l’œuvre de Claude Simon et éclaire un pan oublié de l’histoire artistique de la petite cité.

LE PARCOURS

ACCUMULER, ASSEMBLER, COLLER

Accumuler, assembler

Qu’il photographie les graffitis du quartier Saint-Jacques de Perpignan, les bois flottés rejetés par la mer à Canet ou les pêcheurs de Collioure, ses photographies font la part belle à l’accumulation et l’assemblage tout autant qu’à la trace et au trait, prémices de l’écriture.

Assembler, coller

Claude Simon découpe des images puisées dans des revues d’art et d’actualité et les assemble par des procédés divers. Collées, punaisées, ces images forment des grandes compositions foisonnantes où le regard se perd. Son œil aiguisé et sa connaissance de la peinture nourrissent ces grands assemblages où se multiplient les références. Les images « immortelles » de Cézanne, Picasso, Manet… se mêlent à la fugacité des images d’actualité, à la banalité et au commun.

LE TRAVAIL D’ECRITURE

Claude Simon se consacre entièrement à la littérature à partir de La Route des Flandres (1960), transportant dans l’écriture ses expériences et techniques d’artiste.
Fidèle à sa formation de peintre, Simon cherche une forme qui puisse concilier la simultanéité d’une œuvre visuelle avec la linéarité de l’écriture.
Le collage pour ses paravents, le cadrage pour ses photographies, le montage sont des outils que Claude Simon utilise de manière abstraite dans son écriture.
Eminemment malléable, celle-ci est faite de mots récoltés, d’histoires amassées et de souvenirs collectionnés que l’écrivain ne cherche pas à ordonner mais dont il restitue la force foisonnante dans une œuvre dense qui nous entraîne dans le flot des images, à la recherche d’une mémoire.



Contact

CLAIRE MUCHIR
CONSERVATRIE DU PATRIMOINE
DIRECTRICE
MUSEEDECOLLIOURE[a]GMAIL.COM

NADINE SKILBECK
ACCUEIL ET SECRETARIAT
CONTACT[a]MUSEECOLLIOURE.COM

MUSÉE D’ART MODERNE DECOLLIOURE
VILLA PAMS
4 ROUTE DE PORT-VENDRES
66190 COLLIOURE
+33(04) 30 44 05 46

CONTACT[a]MUSEECOLLIOURE.COM
WWW.MUSEECOLLIOURE.COM

Hommage à Bernard Noël

par Mireille Calle-Gruber

Au Rendez-vous des Amis, Bernard Noël a toujours répondu présent, même lorsque sa santé chancelait.

Dans le livre qui porte ce titre et qui réunit des poèmes dédiés, Michel Butor fait ainsi le portrait de Bernard Noël :

Bernard Noël
(Urbain d’Orlhac)

La fleur de l’âge
Comme dans le septième cercle 
de l’Enfer au second giron
s’échappent des arbres humains
sang et paroles à la fois

Ainsi tout au long des parois
du château des livres blessés
perlent des lames et des souffles
venus d’avant les alphabets

Mais des pétales d’inscriptions
s’ouvrant dans les bourgeons poisseux
montent les parfums des rivages
par tant de naufrages rêvés

(Michel Butor, Au Rendez-vous des amis, L’Amourier, 2003)

Dans le dernier entretien public qu’ils eurent, le 17 novembre 2012, à la Médiathèque de Lille, dans le Programme de Citéphilo, Michel Butor et Bernard Noël parlèrent de “L’Utilité poétique”. Cet entretien est publié dans Nord’ n°62, décembre 2013.

À la verve embrassante, pleine de souplesse de Butor, Bernard Noël répond par la force douce d’une parole dont le laconisme offre plus de résistance que tous les discours. Le partage de vues des deux interlocuteurs n’empêche pas la radicalité. Bernard Noël donne ainsi de la poésie  –  en vérité de la littérature  –  une définition fondamentale : “la poésie est ce qu’aucune explication n’épuise, je pense que c’est ça qui la rend intolérable. Intolérable /…/ parce que, si rien ne l’épuise, il n’y a pas moyen de la posséder./…/ On ne peut devenir propriétaire d’un texte, on peut le lire et y prendre plaisir, le partager, mais il renaît, si je puis dire, chaque texte renaît de la lecture qu’on en fait, donc, il est inépuisable.” 

Et Bernard Noël de pointer les persécutions que subissent la poésie et les institutions qui la soutiennent. Et de s’inquiéter, aussi, là où Butor salue la diversité des supports de texte, de l’extériorisation technologique de la littérature et de la lecture, lesquelles passent avant tout par une expérience tout intérieure: “Quand on écrit, quand on peint, quand on s’exprime, on met à l’extérieur de soi ce qui était jusque-là à l’intérieur. Mais s’il n’y a plus que de l’extérieur, qu’est-ce qui va se passer?”

Au contraire, avec Claude Ollier, si réservé si fragile, dont Bernard Noël a toujours soutenu et publié les livres, le laconisme de Bernard était tout d’accueil, d’attention et de respect généreux, laissant la place à l’expression des retraits et pudeur de son interlocuteur. Leur entretien que je sollicitai à La Maison des écrivains, rue de Verneuil, lors des rencontres consacrées à “Claude Ollier Passeur de fables” (11-13 décembre 1997), fut particulièrement émouvant.

Bernard Noël choisit de concentrer le dialogue sur “le travail, cette intimité, impartageable au fond”, et sur comment le lecteur en arrive à partager tout à coup “la bouche de l’écrivain” ; à partager, aussi, l’entièreté de son espace “où il n’y a plus ni dehors ni dedans” (Claude Ollier Passeur de fables, textes réunis et présentés par Mireille Calle-Gruber, jeanmichelplace, 1999,p.238)

Au terme de cette conversation, presque un murmure entre deux amis qui avaient oublié le public, Claude Ollier en vint à confier les considérations les plus intimes qui soient quant à son travail quotidien : “ce sentiment de jouissance extraordinaire d’écrire quelque chose qui est effacé tout de suite. De même que tout geste est effacé tout de suite, le pas dans le sable, la neige, les cailloux…” 

Et je veux citer telle quelle la fin de l’entretien, autant dire le tact du silence de Bernard Noël cueillant la beauté de cet effacement tant poétique qu’ontologique :

CLAUDE OLLIER – /…/ On peut parler de l’impermanent, de l’éphémère, du passage, mais jouir de cette pensée dans sa vie, dans les moindres détails. –  ce n’est certainement pas un aboutissement, mais : c’est une conquête. Et cette conquête abolit bien des tracas du cours du temps.

BERNARD NOEL –  J’ai envie d’arrêter là.

De ces trois amis, Michel Butor, Bernard Noël, Claude Ollier qui furent aussi un peu mes amis, celui qui m’intimidait c’était Bernard : à cause de cette mélancolie intime qui chez lui est la forme d’une exigence et d’une vigilance sans faille.

Lors de notre première rencontre, il m’avait raconté que “Noël” était le nom de famille que l’on donnait autrefois aux enfants trouvés  qui étaient sans-nom.

J’ai toujours pensé que, de la poésie, Bernard Noël, incessamment,  en faisait l’enfant trouvé, ré-engendré, ré-inventé, re-nommé, re-né dans le corps des mots de la langue. Inépuisable à jamais.

Mireille Calle-Gruber

Retour sur : [Carte blanche] Poezibao invite Mireille Calle-Gruber par Florence Trocmé sur Le Flotoir

Terrasse de Meudon avec les Besnou – ©florence trocmé  2021

Handke, Mireille Calle-Gruber
Mireille Calle-Gruber m’a envoyé un très bel article, un petit essai plutôt autour de La Voleuse de fruits de Peter Handke qui parait tout juste et que je viens de demander à Gallimard. Elle use d’une méthode critique très particulière, qu’elle appelle la critique épique. Elle commence par se promener longuement dans le texte, en prenant en quelque sorte des instantanés mais en laissant jouer aussi tous les échos que sa connaissance de l’œuvre et plus généralement de la littérature lui permet d’entendre. Ne dit-elle pas que « pour lire, il faut se rendre au texte : à la textualité, la textilité, le tissage, la tessiture. Entrer dans le texte, épouser ses rythmes et ses risques de fluctuations – ce qu’aucun système de pensée ne saurait saisir sans les annihiler. » car « la critique n’est pas seule, elle n’a pas la maîtrise du tout-sachant ni le monopole du point de vue (theoria). Elle est invitée à désarmer, à poser la boîte à outils, à se laisser aller à la lecture en tous sens. A s’en remettre au voyage des signes. » S’en remettre au voyage des signes en une démarche « ludique ; empirique et figurée ; érudite et affective. »

[Archives du mois] Les affiches de cirque. Photographies de Claude Simon, Salses, 1971.

Les affiches déchirées, tout comme les graffitis et les taches d’humidité sur les murs, sont pour Claude Simon des traces fascinantes que l’oeil scrute à la recherche du mouvement des choses infimes.
La description des affiches de cirque est un leitmotiv de Triptyque, roman paru en 1973. Ce leitmotiv introduit au mouvement scopique de la narration qui fait bifurquer à tout moment le récit, et devient une métaphore de l’écriture et de la lecture.
 

“Le côté sud de la grange est tapissé d’affiches aux couleurs vives, superposées, les plus anciennes aux coins soulevés, ou déchirées, ternies par les intempéries, la plus récente, de grandes dimensions, représentant la piste d’un cirque où un dompteur aux bottes luisantes armé d’un fouet exécute un numéro de dressage. L’affiche est encadrée d’une bande jaune semée d’étoiles rouges. Sous les effets alternés de l’humidité et de la chaleur les planches qui constituent la paroi de la grange ont joué, gonflant ou se contractant, de sorte que quelques déchirures s’ouvrent dans la couche des affiches superposées. L’une d’elles toutefois, plus importante, semble avoir été agrandie à dessein. Au pied de la cascade s’est creusé un bassin dont on ne voit pas le fond, en forme de cuvette, à peu près circulaire. Sur ses bords l’eau très pure permet de voir le fond ocre du tuf. A mesure que la profondeur augmente l’eau verdit d’abord, puis devient d’un bleu de lessive qui s’épaissit par degrés, presque noir au centre du bassin. Il faut un moment pour que l’oeil collé à la fente que l’on a agrandie se fasse à la demi-obscurité qui règne dans la grange et distingue les objets.”

Extrait de “Triptyque” (p.10-11), 1973 aux Éditions de Minuit

Photos publiées avec l’aimable autorisation de Mireille Calle-Gruber ayant-droit moral pour l’œuvre de Claude Simon


Assia Djebar – Le manuscrit inachevé

sous la directions de Mireille Calle-Gruber et Anaïs Frantz

Photo : Irmeli Jung / Graphisme : Marine Palmesani

Ce livre apporte un éclairage tout à fait nouveau sur l’écriture d’Assia Djebar, écrivain majeur de la littérature francophone, élue à l’Académie française en 2005, en publiant un texte inédit, manuscrit inachevé qui devait s’intituler « Les Larmes d’Augustin » et constituer un « Quatuor algérien » avec les trois romans précédemment publiés : L’Amour, la fantasia, Ombre sultane, Vaste est la prison. 

Extrait du tapuscrit qui aurait s’intituler “Les larmes d’Augustin”

Au centre du volume : le tapuscrit des trois premiers chapitres du roman, qui ne s’appellera jamais Les Larmes d’Augustin. Et un mystère : celui de l’inachèvement de ce texte, écrit et projeté pendant vingt ans, dont il semble que l’architecture soit demeurée indécise. Publier un tel document, c’est instituer le manuscrit en archive, c’est-à-dire en assurer la transmission et l’héritage, en le donnant aux lectures à venir. Faire lire un manuscrit inachevé, c’est aussi s’obliger à en respecter l’inachèvement, c’est-à-dire l’accompagner d’une réflexion critique méthodologique. Par quoi il devient objet de recherche.

Assia Djebar, 1957. Elle prend ce pseudonyme pour la publication de son premier roman La Soif. DR

Depuis sa rencontre avec Assia Djebar, en 1987, Mireille Calle-Gruber a accompagné l’oeuvre de l’écrivain par la publication d’études (Assia Djebar ou la résistance de l’écriture, 2001 ; Assia Djebar, ministère des Affaires Étrangères, 2006) et de colloques (dont le colloque de la Maison des écrivains à Paris, en collaboration avec l’Académie royale de Belgique, 2005, et le colloque de Cerisy, publié aux PSN, en 2010) mais aussi d’inédits d’Assia Djebar et d’entretiens avec elle. Elle a prononcé la Laudatio d’Assia Djebar lors de la remise du doctorat honoris causa de l’université d’Osnabrück à l’écrivain. Assia Djebar projetait de tourner un film sur le roman de Mireille Calle-Gruber : Tombeau d’Akhnaton.

Anaïs Frantz enseigne la littérature et les études de genre à Paris. Chercheure associée de l’ITEM/CNRS où elle travaille sur les manuscrits de Violette Leduc, elle a également publié plusieurs ouvrages avec Mireille Calle-Gruber dont Politique et poétique du genre dans les migrations. Femmes entre les deux rives de la Méditerranée (Presses de Tanger, 2011).

Ouvrage papier – 978-2-37906-060-1 – 238 pages – 29,90 €
Edition par Presses Sorbonne Nouvelle