Il se pourrait bien que Peter Handke ait raison

Publié le 11 décembre 2019 à 20h,
Texte de Christer Karphammar, Premier Juge International des Nations Unies pour les Crimes de Guerre dans les Balkans
traduit de l’anglais par Mireille Calle-Gruber.
En ma qualité de premier Juge international des Nations Unies ayant servi dans les Balkans, notamment en Bosnie Herzégovine, Croatie, Kosovo et Serbie dans les années 1996-2010, je souhaite contribuer par mon expérience au débat concernant Handke et son Prix Nobel.
La guerre en ex-Yougoslavie s’est faite par nettoyage ethnique. Les Bosniaques ont nettoyé « leur » territoire des Croates et des Serbes avec l’aide des Moudjahidine et des combattants d’Al-Qaïda venus de pays étrangers, qui sont intervenus volontairement et efficacement. Les Croates ont nettoyé « leur » territoire des Bosniaques et des Serbes, avec le puissant soutien des Etats-Unis, en particulier lors de la cruelle guerre éclair « Operation Storm ». Les Serbes n’ont pas été mieux. Ils ont nettoyé sans merci « leur » territoire des Croates et des Bosniaques.
Il y a eu de nombreux massacres.
La guerre a officiellement pris fin après les accords de Dayton en 1995 et a coûté environ 110.000 vies humaines. Le nettoyage ethnique a continué bien après la paix et, par suite, le nettoyage ethnique est devenu aussi une caractéristique du conflit au Kosovo. Aujourd’hui, le massacre par les Serbes des Bosniaques de Srebrenica est le plus connu. Et les Serbes ainsi que le Président serbe Slobodan Milosevic, bien que ce dernier ait voulu à l’évidence prévenir plutôt qu’encourager ce massacre, ont été, du fait de la propagande occidentale, rendus responsables des atrocités perpétrées dans la guerre des Balkans. Comment les choses en sont-elles arrivées là?
Mes propres observations, qui sont relatées dans mon livre Judge in Lawless Countries (« Etre Juge dans des pays sans loi »), donnent en partie une réponse.
Le 11 septembre 2001, j’inspectai une fosse commune dans le sud-ouest de la Serbie. L’officier médecin-chef de la médecine légale, le Général Zoran Stankovic, me reçut, me raconta et me décrivit ce qui se passait. On avait trouvé 26 corps entiers, 20 moitiés de corps avec des morceaux supplémentaires. La tombe contenait aussi la carcasse d’un camion frigorifique dans lequel on supposait que les corps et les restes avaient été transportés. Les vêtements et d’autres signes indiquaient que les victimes étaient des Albanais du Kosovo, de Kosovska Mitrovica . C’était un travail de professionnel. Dans mon rapport, je notai aussi qu’il était remarquable que les Serbes aient indiqué avoir exhumé des victimes d’une autre ethnie, ce qui montrait à l’évidence les horreurs qu’eux-mêmes avaient perpétrées. Rien de semblable n’était encore arrivé en Bosnie ni en Croatie ni au Kosovo. Je dis à Zoran Stankovic que je saluais leur professionnalisme et leur objectivité.
Stankovic répondit que le Tribunal de La Haye (le Tribunal Pénal International pour l’ex-Yougoslavie TPIY) procédait dans ses investigations avec un double critère, selon qui était la victime et qui l’assassin. Lui-même avait fourni au procureur en chef, Carla del Ponte, la preuve que les Bosniaques avaient cloué des Serbes sur les murs d’une clinique de chirurgie plastique de Sarajevo, et qu’ils avaient prélevé sur eux des organes alors qu’ils étaient vivants. Il avait donné à Carla del Ponte plusieurs autres exemples semblables où les Serbes étaient les victimes. Elle n’avait engagé aucune action pour recueillir des témoignages ou établir une preuve tangible.
Quelques années plus tard, je rencontrai Carla del Ponte lors des fouilles d’une fosse commune en Serbie, juste au nord de Belgrade. Les victimes étaient des Albanais du Kosovo exécutés par des Serbes. Pendant une pause dans la présentation des médecins légistes, nous parlâmes d’abord de façon générale de la procédure des fouilles. Puis je mentionnai Stankovic et ses théories. Elle refusa d’en parler. Toutefois, deux de ses collaborateurs reprirent le fil de la conversation, disant que le TPIY recevait de fortes pressions, surtout de la part des Etats-Unis, lesquels voulaient que le TPIY donne la priorité aux investigations concernant les crimes commis par les Serbes. Que, après tout, les Etats-Unis avaient aidé les opposants à la Serbie à remporter la victoire dans ces guerres, et qu’ils pourraient donc être considérés comme co-responsables des crimes commis par les opposants à la Serbie. Qu’il était évident qu’ils ne voulaient pas que cela se sache. Davantage : que c’était les Etats-Unis et les pays occidentaux qui finançaient et recrutaient les membres du TPIY. Qu’il était évident que cet organisme était régi en matière politique par les Etats-Unis et leurs alliés. Que je devrais savoir que les Etats-Unis et les pays Occidentaux ne commettent pas de crimes de guerre, ni au Vietnam, ni en Yougoslavie, ni nulle part ailleurs!
Autre événement début 2001. Le Kosovo était sous protectorat des Nations Unies et une force de commandement de l’OTAN de plus de 45000 soldats était responsable de la sécurité dans cette zone. Et pourtant, le nettoyage par la guérilla Kosovar des Serbes du Kosovo continua avec force. Des bus transportant 250 Serbes étaient escortés par sept véhicules blindés, suédois pour la plupart. Le convoi se dirigeait depuis la ville serbe de Nis vers les enclaves serbes du Kosovo. Les Serbes allaient rendre visite à la famille et aux amis à l’occasion de la Fête des Morts que célèbre l’Eglise Orthodoxe Serbe. A quelques kilomètres à l’intérieur du territoire du Kosovo, l’un des bus fut soufflé par une bombe en route, il s’agissait de cent kilos de TNT placés dans un manchon sous la chaussée. Onze Serbes, dont quatre femmes et un enfant de deux ans, furent tués sur le champ. Quarante furent blessés, la plupart très sérieusement. Quatre hommes, des Albanais Kosovar liés à la guérilla kosovar, furent arrêtés après une brève investigation de la police civile internationale, et placés en détention dans la prison des Nations Unies de Pristina. Je reçus l’ordre spécial de régler la question de leur détention auprès de la Cour Suprême du Kosovo. Le Président de la Cour Suprême, Rexhep Haxhimusa, essaya de me convaincre de l’innocence des suspects. Mais, bien sûr, ils devaient rester en prison. La preuve était suffisamment solide pour justifier cette décision. En outre, d’autres preuves résultant de l’investigation de l’OTAN  devaient venir s’ajouter au cas. D’autres informations intéressantes et surprenantes apparurent grâce à l’investigation de la police. Par exemple, il apparaissait que l’un des suspects, Florim Ejupi, âgé de 23 ans, était entraîné par la CIA américaine au maniement des explosifs, entre autres choses, et qu’il était rémunéré par la CIA.
Un peu plus d’un mois après, j’appris que les prisonniers avaient été, de façon inexplicable, extraits de la prison par les Américains et placés dans leur Camp de Bondsteel. Ejupi s’en était évadé. Je suis convaincu que les Américains l’avaient relâché. Il aurait été trop gênant pour la CIA et les Américains de laisser qu’Ejupi soit entendu par la police et par le tribunal. La dernière chose que j’ai sue concernant Ejupi est qu’en 2012 il vivait dans la région de Poduje, au Kosovo, en excellente santé, et qu’il était considéré comme un héros par son entourage.
Mon livre Judge in Lawless Countries contient beaucoup plus d’exemples de nettoyage ethnique. Que les mères et les veuves des victimes de Srebrenica soient aujourd’hui en colère contre Handke et son Prix Nobel est parfaitement compréhensible. Que le nombre des victimes soit de 8.000 ou de 4.000, il n’en reste pas moins que ce fut un massacre.  Seulement, c’est une honte que l’on utilise le mouvement des Mères de Srebrenica pour en faire un instrument politique qui force l’adhésion.
Par ailleurs, le fait que de nombreux intellectuels et acteurs culturels en Suède enragent sans réserve ne s’explique que par leur manque de réflexion. Ils ont été incapables de discerner que la propagande occidentale avait réussi à cibler les Serbes et à dissimuler les abominations des puissances victorieuses. Et il ne semble pas davantage qu’ils aient eu la moindre idée de la stratégie du système judiciaire spécial  –  le Tribunal pour la guerre en ex-Yougoslavie –  lequel était chargé de déclarer le coupable. Pour autant, je ne prétends pas, disant cela, que ceux qui furent effectivement convaincus de culpabilité étaient innocents!
Etant donné mon expérience, j’ose dire que les témoignages et les prises de position de Handke ne sont pas, dans ce contexte, totalement erronés. A l’avenir, il se pourrait même que l’on s’aperçoive qu’il a eu raison sous bien des aspects.