« La guillotine cachée » : Violette Leduc & la censure

Article paru en JUIN 2020 (VOLUME 21, NUMÉRO 6)
Ecrit par CORENTIN ZURLO–TRUCHE

Dirigé par Anaïs Frantz et publié dans la collection « Archives » des Presses Sorbonne Nouvelle, le dernier collectif portant sur Violette Leduc prolonge une entreprise initiée il y a quelques années par les spécialistes, visant à reconstituer une œuvre souvent malmenée par la censure de son temps. Comme en témoigne la solide introduction rédigée par Anaïs Frantz, le présent ouvrage, placé dans le sillage de travaux collectifs antérieurs1, entend faire apparaître la continuité entre les manuscrits et les textes publiés, découvrir quelques inédits et ainsi construire une image de l’auteure « toute neuve » (p. 16). « Reconstruire Violette Leduc », projet auquel étaient invités les contributeurs, suppose alors de revenir à la source des textes, de rendre visible la genèse et le geste créateur qui préexistent à la publication d’une œuvre et, autant que faire se peut, de mettre au jour un continent englouti par la censure. L’exploration des textes suit un parcours précis qui conduit le lecteur des premiers écrits de l’auteure (partie 1 : « Violette Leduc : journaliste) » à des « portraits cachés » (partie 4 : « Sur quelques feuillets retranchés »), en s’arrêtant un temps sur l’œuvre autobiographique (partie 2 : « La genèse de l’œuvre autobiographique ») et le roman Ravages (partie 3 : « Reconstruire Ravages »). L’écueil de la méthode génétique, qui consiste parfois à un simple inventaire des changements observés d’un brouillon à une version définitive d’un texte, se trouve ici déjoué par la démarche poétique qui assure à l’ouvrage une cohérence :

Reconstruire Violette Leduc, tel que le présent volume s’en donne le projet, nécessite de prendre en compte le mouvement antithétique par lequel la ruine précède l’édifice et la chute menace la reconstruction, mouvement qui donne à la poétique leducienne l’élan et la force évocatrice de la poésie mystique. (p. 15)

(P;15)