Dossier Michel Butor (1926 – 2016) sur Poezibao

Source : poezibao.typepad.com

Poezibao a entrepris en novembre 2016 la publication d’un dossier en hommage à Michel Butor, disparu le 24 Août 2016.
Pour ce dossier (après celui consacré à Yves Bonnefoy), Poezibao a choisi de publier les contributions (douze en tout) une par une, pour donner à chacune toute la visibilité qu’elle mérite. Les contributions ont toutes été publiées sous forme de fichiers PDF, faciles à imprimer ou à enregistrer. Elles sont toute précédées d’une présentation de l’auteur et des liens qu’elle ou il avait avec Michel Butor.
Aujourd’hui, Poezibao remet ce dossier à la Une, et résume ici toutes les contributions.

Première contribution : Mireille Calle-Gruber : Michel Butor ou les énergies du retrait. Faire livre à plusieurs mains.
Lien vers l’article

Deuxième contribution : Henri Desoubeaux et le dictionnaire Butor
Lien vers l’article

Troisième contribution : Christian Skimao, « Un X rassembleur »
Lien vers l’article

Quatrième contribution : Isabelle Roussel-Gillet, « Une dette de liberté envers Michel Butor »
Lien vers l’article

Cinquième contribution : Frédéric-Yves Jeannet, « L’enjeu épistolaire »
Lien vers l’article

Sixième contribution : Adèle Godefroy, « Michel Butor : enseigner à vis(ionn)er juste »
Lien vers l’article

Septième contribution : Miguel Martin, « Une certaine montagne »
Lien vers l’article

Huitième contribution : Marion Coste : « « Votre Faust » de Michel Butor et Henri Pousseur »
Lien vers l’article

Neuvième contribution : Lucien Giraudo, « Mobile, un mode d’emploi »
Lien vers l’article

Dixième contribution : Roger-Michel Allemand, « D’un timbre l’autre »
Lien vers l’article

Onzième contribution : Raphaël Monticelli, « Continuons la route ensemble mon ami », avec un dossier photos
Lien vers l’article

Douzième contribution : Florence Trocmé, « Les Univers Butor »
Lien vers l’article

[BUTOR] Michel Butor, ou Naître avec l’étranger. Etude en forme d’hommage. Par Mireille Calle-Gruber

Publié le 16 Décembre 2016 sur le site de La Librairie Auguste Blaizot

Il n’y a guère de textes de Michel Butor qui ne soient peu ou prou récits de voyage et cartographie des altérités. Et c’est précisément en touchant les limites du genre romanesque que l’écrivain commence à forger des formes inédites qui lui permettent de recevoir les signes et les inscriptions de l’autre.

Car Michel Butor ne prend pas.

Il ne conquiert pas. N’occupe pas. Ne colonise pas.

Il reçoit.

Il se laisse recevoir. Il se fait réceptacle.

Il sait qu’il lui faut trouver les formes pour que tout soit recevable : l’étrange, le beau le laid, l’illisible l’insupportable, l’or la pacotille. Et tout pêle-mêle.

J’insiste : ce n’est pas l’autre qui devrait être acceptable (sous-entendu : selon mes critères), non. Il convient d’œuvrer pour que tout soit recevable, le plus exorbitant aussi bien.

Il y a dans les ouvrages de Butor une démarche foncièrement philanthropique, inconditionnelle, qu’on aurait tort de réduire à de l’humanisme (celui-ci n’étant pas sans idéologie ni ethnocentricité). Philanthrope, au contraire, son écriture a un amour patient, têtu, immodéré de l’étranger. Elle est travaillée par cette révélation : que le monde composite, recomposé, peut être un monde sinon réconcilié du moins réconciliable. Conciliable. Et que les éléments les plus hétérogènes peuvent habiter la même œuvre et con-figurer un lieu d’intelligence.

Dès lors, le mouvement n’a cessé d’être en expansion. Butor écrit toujours plus à l’étranger : hors de lui-même, et en direction, vers, à l’adresse de l’autre. Il ouvre l’objectif, élargit le compas aux dimensions de la planète. Les géographies actuelles sont certes à l’honneur, qu’il visite et revisite ; mais aussi les distances historiques et anthropologiques où surgissent les fantômes qui permettent de comprendre notre présent. Il le déclare clairement dans un entretien avec André Clavel :

« La difficulté, c’est de trouver le bon fantôme, le bon angle, capable d’éclairer les zones souterraines de la société. Pour cela, j’ai besoin de faire de nombreux détours: comme un chercheur d’or, il me faut tamiser beaucoup de matière avant de découvrir une veine satisfaisante. »

Il faut en revenir au moment décisif où Butor quitte le roman pour faire la place à l’étranger dont la venue déborde les structures convenues. C’est dans son quatrième et dernier roman, Degrés, qu’il met en scène l’échec du récit occidental qui ne parviendra jamais à raconter la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb. Découverte par excellence de l’autre ; et de terra incognita. La pratique du roman s’arrête avec l’inachèvement, et la scène béante sur le récit de l’étranger qu’elle ne peut, littéralement, contenir.

Désormais, il va bricoler des formes inédites capables de faire à l’étranger toute la place. Au prix d’une iconoclastie de l’écriture mise à l’épreuve de l’impossible : je veux dire qui fait l’expérience qu’il n’y a de représentation qu’impossible, de traduction que de l’intraduisible et d’œuvre que par fragments et apories.

Cela va donner des livres de plus en plus étonnants et non-conformes. Après Degrés, publié en 1960, vient Mobile. Etude pour une représentation des Etats-Unis, texte éclaté du récit du rêve américain, texte mosaïque – musaïque – qui mobilise plus d’une muse : et il faut à cet égard entendre « étude » non seulement sur le mode studieux mais aussi dans son sens musical, comme on parle des « études pour piano de Chopin » par exemple. Morceaux, et partitions, écrits en vue d’exercice de doigté, de virtuosité, de recherche jusqu’à ses propres limites. Rétrospectivement, on peut dire que Degrés est le roman en gésine de Mobile ; et que Mobile c’est ce que les codes des genres littéraires ne pourront jamais intégrer. Pour faire à l’autre – l’étranger – toute la place, il faut procéder à la désintégration de nos représentations ethnocentrées du monde. Mobile périme la culture du roman ; il appelle des modèles d’écriture transgenres. Les formes les plus hybridées, les plus chimériques (au sens de corps composite, faite de pièces et morceaux) s’ensuivent et ont pour nom : réseau aérien, intervalle, envois, exprès, transit, matière de rêves, gyroscope, improvisations, et surtout « génie du lieu » dont il élabore le principe dans les années ’50.

C’est avec cette critique littéraire de la géographie que Butor commence la série de cinq livres qui forment les cinq Génie du lieu. Je m’arrêterai sur le premier. Il est suivi de , Boomerang (imprimé en trois couleurs), Transit A Transit B, Gyroscope. Le premier Génie du lieu, de facture classique encore, se présente sous la forme d’une collecte d’essais. D’abord « Quatre villes » réunissant Cordoue, Istanbul, Salonique, Delphes. Puis « En vue de… » qui regroupe Mallia, Mantoue, Ferrare. La troisième section est constituée d’un long récit intitulé « Égypte ».

Tous ces lieux ont suscité un récit autobiographique habité par le voyage et le séjour au loin. Ainsi sa relation à l’Égypte qu’il exprime par une déclaration fervente :

« […] l’ Égypte a été pour moi comme une seconde patrie, et c’est presque une seconde naissance qui a eu lieu pour moi dans ce ventre allongé suçant par sa bouche delta la Méditerranée et ses passages de civilisations, thésaurisant celles-ci et les amalgamant dans sa lente fermentation»

La première découverte de Michel Butor « à l’étranger » trouve sa forme emblématique dans un récit stéréoscopique par lequel l’écrivain se dit re-né grâce à l’étranger qui lui fait comme une chrysalide nouvelle.

La stéréoscopie est la scène du regard retourné sur soi depuis le lointain bout de la lorgnette d’autrui.

Voici l’histoire. Le narrateur Butor se trouve au pied de la montagne de Thèbes en Egypte, dans la nécropole de Deir el-Medineh ; il y rencontre un paysan égyptien qui a fait la traversée sur le même bateau que lui et qui est, à Paris, domestique chez un archéologue. Le texte décrit un homme d’une grande dignité dans les vêtements traditionnels, il a ramené de Paris un stéréoscope avec quelques vues de l’Opéra, l’Arc de triomphe et autres sites historiques. C’est donc par l’émerveillement du regard de l’étranger que Butor et ses amis français invités à voir ces images, redécouvrent et contemplent, « ravis », « étonnés », « comblés » leur propre espace culturel à cet instant dépaysé :

« Nous avons pu contempler […] ces rues qui nous avaient été si familières, mais s’étaient tellement éloignées de nous au cours de notre séjour, les Champs-Élysées et surtout cette place de la Concorde avec l’obélisque au milieu dont nous savions bien autrefois, dont nous avions bien entendu dire qu’il était un obélisque de Louqsor, formule dont nous ne commencions qu’à présent à percevoir le sens et les implications. »

Non seulement c’est l’autre qui fait mon portrait et me rend à moi, mais la porosité des géographies de l’imaginaire permet de passer de l’Égypte à Paris à l’Égypte, de l’antique au contemporain, et de rapprocher la terre des vivants de la terre des morts. « Concorde » est plus que le nom d’un espace urbain : c’est le nom de l’hospitalité des cultures, de leur voisinage pacifié. L’obélisque de Louqsor sur la Place de la Concorde vu depuis Louqsor, prend un double sens : signe de prédation autrefois, signe de compréhension aujourd’hui.

Le « génie du lieu », c’est ce lieu comblé d’autre. Où même et autre s’imbriquent, se « comprennent », à tous les sens. Contraction des lieux et des temps, cette rencontre de l’autre-je advient dans la félicité car c’est pour Butor une expérience – et une promesse – de concorde : « je me sentais extraordinairement heureux parce que, oui, quelque chose du monde s’était dévoilé pour moi, confusément, mais dans une certitude absolue qui ne m’abandonnerait jamais ». Comme chez Proust quant au « temps retrouvé », cette promesse de conciliation chez Butor est indissociable de l’agencement littéraire. Pour Butor, il y a davantage, car la critique littéraire a la capacité de traiter d’autres ouvrages qu’écrits : l’analyse des villes, de leur stratification historique, de l’architecture et des plans d’urbanisme permet également de lire le complexe enchevêtrement des langues et symboles des humains dans leur rapport au monde. Il suffit de trouver le bon angle de vue, le bon fantôme.

Plus que jamais nous avons besoin aujourd’hui, pour retrouver Michel parti au royaume des ombres, des images de Michel qui nous enseignent à regarder avec l’autre à contre-nuit.

Paris, 16 décembre 2016
Mireille Calle-Gruber.

Michel Butor à la Maison de Balzac, Paris, 6 décembre 2014; Dialogue avec Mireille Calle-Gruber

Présentation par Véronique Prest

Photos : Maxime Godard

Dictionnaire sauvage Pascal Quignard

Dictionnaire sauvage - Pascal QuignardLe Dictionnaire sauvage Pascal Quignard, ponctué d’affiches ou encore de dessins que l’écrivain effectue cependant qu’il écrit un livre et qui constituent une véritable archive de l’écriture, est l’œuvre d’un collectif de chercheurs et d’universitaires du monde entier. Près de trois cents entrées, répertoriées par ordre alphabétique et complétées d’une bibliographie exhaustive, offrent des clés de lecture et ouvrent de multiples parcours croisant divers domaines (lettres et arts, sciences, philosophie, langues et cultures antiques et contemporaines, anthropologie) qui sont autant de lieux, pour Pascal Quignard, d’une recherche insatiable de l’âme.

Pascal Quignard participe lui-même à cette élaboration sous la forme d’un dialogue avec Mireille Calle-Gruber. Dès l’A, il explicite son rapport au savoir, à la bibliothèque qu’emblématise l’exercice du dictionnaire ; le qualificatif de « sauvage » préservant quant à lui la part indomptable de la connaissance et en particulier de la cosmogonie de son œuvre.

Ce Dictionnaire, guide à plusieurs voix, dessine une cartographie de l’œuvre. Volume de ressources et de références incontournable, il est le meilleur garant d’une approche capable de faire prendre toute la mesure de l’interrogation originaire qui se joue au secret de l’écriture de Pascal Quignard.

Format 152 x 229 mm, 776 pages
34 illustrations dont 14 en couleurs
Parution : 14 Décembre 2016
ISBN : 9782705692964

38,00 €

Commander le livre
Lire le texte de présentation de l’ouvrage
Lire l’article paru dans La Vie le 11 Mai 2017
Écouter Pascal Quignard sur rfi (Vous m’en direz des nouvelles)
Lire les bonnes feuilles de la Revue Diacritik

Actes du Colloque du Centenaire Claude Simon à Arbois, Juras – Présences de Claude Simon

Auteurs : Mireille Calle-Gruber, Agnes COUSIN DE RAVEL et François MIGEOT

Présence de Claude Simon - CouvertureLes Planches, Arbois, le Jura, ce n’est pas seulement le berceau de la famille paternelle de Claude Simon, prix Nobel de littérature en 1985. C’est aussi une histoire d’amour inconditionnel pour des êtres et des paysages dont l’œuvre de l’écrivain s’est continuellement nourrie. Amour tragique, non moins, d’être traversé par l’Histoire, celle de deux guerres mondiales.
Pour la première fois, lectures, analyses, témoignages, documents d’archives viennent éclairer cette part de l’œuvre – son « nord » en quelque sorte, qui contraste avec le Roussillon de la famille maternelle, son « sud ».
Présences de Claude Simon, donne à entendre les voix et à voir les visages qui hantent des livres aux affects puissants, toujours revenants. Passionnément.

Faire-part de Mariage de Louis Simon et Suzanne Denamiel

Faire-part de Mariage de Louis Simon et Suzanne Denamiel

Carte d'identité de Marie-Louise Simon - Tante de Claude Simon

Carte d’identité de Marie-Louise Simon – Tante de Claude Simon

Carte d'identité d'Artémise Simon, dite "Tante Mie" - Tante de Claude Simon

Carte d’identité d’Artémise Simon, dite « Tante Mie » – Tante de Claude Simon

Extrait du Cahier Iconographique


Essais , 216 pages, 20 euros.
Sorti le 02/11/2016.
ISBN : 978-2-37531-008-3.

Commander le livre

Heidegger, Philosophy, and Politics The Heidelberg Conference

Jacques Derrida, Hans-Georg Gadamer, and Philippe Lacoue-Labarthe, Edited by Mireille Calle-Gruber, Translated by Jeff Fort, Foreword by Jean-Luc Nancy

heidegger-philosophy-and-politicsIn February 1988, philosophers Jacques Derrida, Hans-Georg Gadamer, and Philippe Lacoue-Labarthe came together in Heidelberg before a large audience to discuss the philosophical and political implications of Martin Heidegger’s thought. This event took place in the very amphitheater in which, more than fifty years earlier, Heidegger, as rector of the University of Freiburg and a member of the Nazi Party, had given a speech entitled “The University in the New Reich.” Heidegger’s involvement in Nazism has always been, and will remain, an indelible scandal, but what is its real relation to his work and thought? And what are the responsibilities of those who read this work, who analyze and elaborate this thought? Conversely, what is at stake in the wholesale dismissal of this important but compromised twentieth-century philosopher?

In 1988, in the wake of the recent publication of Victor Farias’s Heidegger and Nazism, and of the heated debates that ensued, these questions had become more pressing than ever. The reflections presented by three of the most prominent of Heidegger’s readers, improvised in French and transcribed here, were an attempt to approach these questions before a broad public, but with a depth of knowledge and a complex sense of the questions at issue that have been often lacking in the press. Ranging over two days and including exchanges with one another and with the audience, the discussions pursued by these major thinkers remain highly relevant today, especially following the publication of Heidegger’s already notorious “Black Notebooks,” which have added another chapter to the ongoing debates over this contested figure. The present volume recalls a highly charged moment in this history, while also drawing the debate toward its most essential questions.

ISBN: 9780823273676
Paperback
Fordham University Press
5 1/2 x 8 1/2
116 Pages
1 Black and White Illustration
September 2016
Price: $23.95

Commander le livre