Michel Butor – Au temps du noir et blanc

Introduction de Mireille Calle-Gruber.

« C’est en 1951, au retour de mon premier séjour en Égypte, premier long séjour à l’étranger, que j’ai commencé à prendre des photographies. J’avais été émerveillé par la manière, les paysages, les monuments, les gens…  »

Michel Butor, auteur d’une œuvre littéraire considérable, a eu, de 1950 à 1960, une intense activité de photographe, demeurée inconnue car non publiée pour la plupart. Ce livre, c’est donc le livre qui manquait, celui de ses images qui, au temps du noir et blanc, tamisent la matière et la lumière.

Prises en France, Italie, Grèce, Turquie, Espagne et aux États-Unis, ces photographies s’attardent aussi bien aux monuments qu’aux détails de l’existence ordinaire, fixent l’éphémère, font le portrait des passages, déposent le temps au secret des lieux. Ces espaces de poésie où il invente les images comme il manie les mots, Butor les appelle « Génie du lieu ».

Introduit par un texte de Mireille Calle-Gruber – écrivain, professeur à la Sorbonne-Nouvelle et amie de Michel Butor, dont elle a édité les Œuvres Complètes –, Au Temps du noir et blanc met en regard photographies et écrits.

L’ouvrage invite ainsi à retraverser l’œuvre protéiforme par l’œil-Butor, puis, à la fin, par les réflexions et notes sur la photographie de celui qui, sa vie durant, n’aura cessé d’écrire avec un « viseur dans la tête ».

Source : http://www.delpire-editeur.fr/

Collection : Des images et des mots
date de parution : 07/09/2017
16,5 x 20 cm, Broché avec rabats, 312 pages

Écritures migrantes du genre (II). Langues, arts, inter-sectionnalités génériques

par Mireille CALLE-GRUBER & Sarah-Anaïs CREVIER GOULET

Couverture du volume II – Ecritures migrantes du genre

« Sentir la vie là où elle est et là où elle n’est pas. Pas encore » (Maria Zambrano). C’est cette perspective généreusement ouverte sur l’inscription de l’Etre comme expériment que mettent en lumière les écritures migrantes du genre, analysant certains procès, parfois douloureux, d’altérité en contextes multiculturels.

Cinéma, photographie, gravure, installation, performance, mise en scène théâtrale sont ici les pratiques génériques explorées dans leur interaction avec les textes littéraires.

Arts et lettres, lieux par excellence de « l’altérité du genre », dotent chacun chacune d’un regard migrant. Et singulièrement politique.

Avec les contributions de : Mireille CALLE-GRUBER, Sarah-Anaïs CREVIER GOULET, Laurent CAMERINI, Pascale SARDIN, Josette FÉRAL, Patrick FARGES, Safaa FATHY, Maribel PEÑALVER VICEA, Sofiane lAGHOUATI, Myriam Watthee-DELMOTTE, Seza YILANCIOGLU, Nedim GÜRSEL, Kaoutar HARCHI, Hervé SANSON, Anaïs FRANTZ, Christine LORRE-JOHNSTON

> Télécharger la table des matères (.pdf)
> Acheter le livre
> Retrouver le premier volume
Croiser les théories et les formes littéraires en contextes comparés.

Peter Handke e il rossetto sulla pietra – Alessandra Iadicicco

Article paru le 24 septembre 2017 – Corriere della Sera
Ecrit par Alessandra Iadicicco

© Alessandra Iadicicco

«Anzitutto c’era, credo, la parola. Die Dauer, “la durata”, è una bella parola: comincia con un suono morbido, la d, e poi viene una a, e ancora una vocale, e poi… È quasi come se tutta la parola fosse composta da vocali».

Peter Handke aveva incominciato così, con una suggestione musicale, con il ricordo della melodia verbale che gli era risuonata nella mente oltre trent’anni prima, a raccontarci del giorno in cui gli era «arrivata in volo» quella poesia: Gedicht an die Dauer, che nella traduzione italiana – la bellissima versione di Hans Kitzmüller pubblicata da Einaudi – diventa, con perfetta sintonia a quella sonora ispirazione, un «Canto». […]

Lire la suite

El escritor Peter Handke, nuevo Doctor Honoris causa por la Universidad de Alcalá

Article paru sur le site de l’Université d’Alcalá dans le cadre de la cérémonie de doctorat Honoris causa de Peter Handke

Source : http://portalcomunicacion.uah.es/

 

El escritor austriaco Peter Handke ha sido investido doctor honoris causa por la Universidad de Alcalá (UAH). El acto ha dado comienzo a las 12:00 horas en el Paraninfo de la UAH. Georg Pichler, profesor de Filología Alemana de la Universidad de Alcalá, es el encargado de pronunciar su laudatio. La ceremonia se ha podido ver en directo a través de la web de la UAH y sus redes sociales. […]

Lire la suite

Claude Simon. Une vie à écrire. Biographie de Claude Simon par Mireille Calle-Gruber

Présentation de l’ouvrage

CALLE-GRUBER Claude Simon

Mireille Calle-Gruber sur France Culture le 9 septembre 2011, dans l’émission Du jour au lendemain d’Alain Veinstein, à l’occasion de la publication de Claude Simon. Une vie à écrire au Seuil (2011).

Revue de presse

« Claude Simon, Une vie à écrire« , compte rendu d’Anaïs Frantz publié sur Fabula
« Biographie d’une œuvre majeure de la modernité« , analyse par Agnés Cousin de Ravel – Non Fiction
« Claude Simon, l’irrégulier » par Josyane Savigneau – Le Monde
« Claude Simon, prix Nobel d’évasion » par Philippe Sollers – Le Nouvel Observateur
« Claude Simon, cavalier du désastre » par Francine de Martinoir – La Croix
« Hommage à Claude Simon, prix Nobel 1985 inconnu » par Baptiste Liger – L’Express
« Claude Simon, l’homme et l’oeuvre » par Alexandre Fillon – L’Express
« Claude Simon, une vie à écrire » par Nathalie Crom – Télérama
« La route de Simon » par Nadine Satiat – Le Magazine Littéraire
« Claude Simon, de Mireille Calle-Gruber » – Le Magazine Littéraire
« Claude Simon – une vie à ecrire (pdf) » par Thérèse Moro – Art Press

Prix

le Grand Prix « L’Auteur de l’Année » – 25è Salon des Dames à Nevers – 24 mars 2012
Prix Jean-Morer des Vendanges Littéraires de Rivesaltes – 2013

L'Indépendant, 11/03/2012

L’Indépendant, 11/03/2012

Claude Simon, Le cheval, postface par Mireille Calle-Gruber

Couverture dessinée par Pauline Nunez

Couverture dessinée par Pauline Nunez

Claude Simon écrivant Le Tricheur - 1938. ©

Claude Simon écrivant Le Tricheur – 1938. ©

– Qu’est-ce que tu préférerais, dit-il : mourir de faim ou mourir de cafard ?
– Mourir d’amour, dis-je.
– Déjà vu mourir quelqu’un comme ça ?
– Non, dis-je. Si, dans les livres : Tristan.
– Ce n’est pas d’amour qu’il est mort, c’est de ne pas pouvoir le faire. Et puis ne me parle pas de ce sale cochon de Nazi.
– Il y en a qui en meurent, dis-je.
– Du Nazisme ?
– Du Nazisme bien sûr, dis-je. Mais je parlais de l’amour.
– Ah ! dit-il. Qui ça ?
– Les vérolés.
– Tu en es sûr ? dit-il. Tu en as vu ?
– Non, dis-je. Mais je l’ai lu.
– De combien de choses es-tu sûr que tu n’aies pas lues ?
– D’être vivant.

Publié dans Les lettres nouvelles, en février et mars 1958, et jamais réédité depuis, Le cheval est le premier jalon de l’histoire du cavalier-brigadier rescapé des Flandres durant la débâcle de quarante que Claude Simon n’a eu de cesse ensuite de recomposer, à commencer par La route des Flandres, qui paraît deux ans plus tard.
II serait pourtant bien réducteur de considérer Le cheval comme un simple brouillon du roman à venir. Ce “pur cristal taillé, facetté avec art”, comme l’écrit Mireille Calle-Gruber dans sa postface, est un récit singulier et autonome, qui éclaire magistralement l’œuvre de Claude Simon, couronnée en 1985 par le prix Nobel de littérature.

“Le tissage des thèmes est resserré sur une péripétie fictionnelle de 48 heures – durée tragique pendant laquelle il ne se passe rien. Rien et tout. Rien : l’arrivée d’un régiment en cantonnement dans un village du nord de la France près du front ; la misère des paysans ; l’apparition d’un personnage féminin et l’écho d’un vaudeville campagnard avec adultère, cocufiage, inceste et vendetta ; la mort d’un cheval, veillé et enterré ; le départ du régiment. Tout : la mort alentour du paysage et des personnages à vau l’eau ; l’agonie humaine du cheval et du camarade juif ; la tragédie “atridesque” des déchirements de famille, de classe, de race ; la prise de conscience cynique des frustrations d’une jeunesse sacrifiée, n’ayant plus foi ni idéal, son massacre annoncé dans une guerre absurde, invisible, désespérée. Déréliction et apocalypse.”

Mireille Calle-Gruber

Affiche Le Cheval par Claude Simon – 2ème tirage – Janvier 2016



Manuscrits
Photographies

Article paru dans Libération
Article paru dans la revue Diacritik
Article paru dans En attendant Nadeau
Article paru dans L’Obs
Article paru dans La semaine du Roussillon
France Culture – Le temps des libraires
Acheter le livre

Accueillir l’autre : l’hospitalité charnelle

Aux Editions des femmes – Antoinette Fouque

« Je dis depuis longtemps que la gestation est le paradigme de l’éthique parce qu’elle est accueil, dans le corps d’une femme, d’un corps étranger. C’est l’hospitalité charnelle. C’est dire oui à l’autre qui vient. » A.F.

Les femmes ne seraient-elles pas toutes des exilées dans un monde où elles représentent la figure de l’Autre, rejetée, exclue, rendue invisible ? Et pourtant cette Autre est celle du premier accueil, de « l’hospitalité charnelle », selon un concept d’Antoinette Fouque. Ce livre est le fruit d’une table-ronde organisée par les éditions des femmes lors de l’édition 2016 des Rendez-vous de l’Histoire de Blois qui ont eu pour thème, « Partir ».

Avec Taslima Nasreen, écrivaine ; Élise Boghossian, présidente d’Elisecare ; Inna Schevchenko,présidente du mouvement international Femen ; François Guery, philosophe ; Mireille Calle-Gruber, universitaire, écrivaine ; Collectif Psychanalyse et politique.
Et des textes d’Antoinette Fouque sur L’hospitalité charnelle.

Mars 2017 – 102 p. – 12 € – EAN 9782721006707

> Voir l’annonce du 19è Rendez-vous de l’Histoire de Blois – Octobre 2016

Actes du Colloque de Vérone en janvier 2016 : Pascal Quignard : les « petits traités » au fil de la relecture

Sous la direction de Mireille Calle-Gruber, Stefano Genetti et Chantal Lapeyre

Mireille Calle-Gruber, Stefano Genetti e Chantal Lapeyre
Introduction [Testo integrale disponibile in aprile 2018]

Pascal Quignard
Sancta Eulalia [Testo integrale disponibile in aprile 2018]

Jean-Louis Pautrot
“Petits traités”, thésaurus d’une œuvre [Testo integrale disponibile in aprile 2018]

Dominique Rabaté
Réflexion et aveuglement dans les “Petits traités [Testo integrale disponibile in aprile 2018]

Bruno Blanckeman
La folle étude [Testo integrale disponibile in aprile 2018]

Saïda Arfaoui

Chantal Lapeyre

Anna Maria Babbi
Le Moyen Âge français dans les “Petits traités” [Testo integrale disponibile in aprile 2018]

Laurent Demanze

Rosanna Gorris Camos

Francis Marcoin

Sylvain Santi
Rhétorique souveraine [Testo integrale disponibile in aprile 2018]

Mireille Calle-Gruber
De l’intraitable ou Écrire aux morts [Testo integrale disponibile in aprile 2018]

Angela Peduto

Il y a deux antisémitismes, par Eberhard Gruber, philosophe*

Source : La Croix

L’« antisémitisme » est cette hostilité millénaire pratiquée par des non-Juifs envers les Juifs allant, dans l’histoire des Christianismes notamment, jusqu’à l’extermination programmée par les Allemands à l’époque nazie. Jusqu’à ce qui s’appelle, depuis le bouleversant documentaire de Claude Lanzmann, SHOAH. Ce synonyme de crime, cauchemar et désastre ne vise, dans « les Juifs », que leur judaïté. On devient « Juif » par deux gestes : par l’Alliance (berit) que le dieu juif Yahvéh conclut (ou « coupe » : karat) avec Abraham selon l’enseignement de la Torah et le récit de la Bible (où la filiation juive passe par la mère) ; et par la circoncision du garçon de huit jours laquelle contresigne ladite « Alliance ». Le « plus » du « Juif » c’est le « moins » de son entièreté et de son indépendance.

Ce double abandon d’autarcie structure la logique de l’Alliance comme une Équivalence législative : un allié est un équivalent du fait qu’il représente ce qui manque à l’autre – et inversement. Il y va d’une double « circoncision » : celle de l’omnipuissance divine ; celle de la souveraineté humaine. Avec l’Alliance, s’effrite toute forme totalitaire : Yahvéh-Théocrate cède à la filiation en passant par « Abraham ». L’équivalence régit, certes ; les deux alliés ont leur incomparabilité en commun et Yahvéh « est », sans coïncidence, « en cheminant » avec eux. Mais cela à condition que l’omnipuissance de la Théocratie « se brise », permettant une multiplication d’équivalents sexués ou non. Le Nouveau Testament relate cette Théoclasmie à l’image de la crucifixion de Jésus reprenant l’impératif d’Aimer connu par l’Ancien Testament (Lévitique, Osée).

Comment distinguer les deux alliés ?

Par le poids de la contrainte que chacun subit. Le divin ne saurait transgresser sa règle (« l’Équivalence ») sous peine d’inexistence. L’humain, lui, est exposé à la possibilité de la faute, sans quoi il ne pourrait être responsable. La Loi « divine » ne s’impose pas, elle exige une réponse libre. Cela fait partie de la singulière perception juive de « Dieu ».

Ici se profile l’autre « antisémitisme ». Car au premier sens, l’hostilité des non-Juifs envers les Juifs, s’oppose le second : est « antisémite » celui des Hébreux qui n’agit pas selon l’Équivalence que l’Alliance avec Yahvéh requiert pourtant de lui. Car « être Juif » n’est pas un état. C’est un perpétuel accomplissement du penser et de l’agir au nom de l’Équivalence : « Yahvéh ». Un Juif ne saurait être « libre » de l’Alliance sans perdre sa judaïté.

Le clivage entre les deux antisémitismes, « de l’extérieur » et « de l’intérieur », prend une actualité brûlante dès qu’on évoque le sort d’Yitzhak Rabin. Cet exemplaire Général et politicien juif meurt, en novembre 1995, assassiné par un religieux israélien (dans un climat mortifère de nationalisme orthodoxe suite aux Accords d’Oslo en 1994), parce que lui, Rabin, tente de pratiquer la logique de l’Équivalence aussi envers le peuple-parent, palestinien. (Les ancêtres-fondateurs des deux peuples sémites, Isaac- « le Juif » et Ismaël- « l’Arabe », sont, on le sait, demi-frères par leur père, « Abraham ».) Que stipule l’Alliance ? Un partenariat par équivalence ; et un dépassement de soi en réponse. Un « Juif » qui ne respecte pas l’Alliance redevient simple Hébreu. Si l’Israélien et l’Arabe reconnaissent l’équivalence entre eux, l’un devient « Juif », l’autre un véritable musulman. Car : Alliance = Equivalence. Les religions sont compatibles entre elles sous peine de transgresser leur propre éthique. L’Equivalence « divine » ne saurait justifier aucune hiérarchisation, ni domination, ni soumission. Ni colonisation : vers l’extérieur (occupation des biens d’autrui) comme à l’intérieur (hiérarchie sociétale). Et point d’élitisme dans l’Alliance, si ce n’est pour une responsabilité accrue dans la mise en pratique de l’équivalence qui vise convivialité et paix.

Comment sortir des deux antisémitismes ?

Toute radicalisation mortifère est antireligieuse. Seule une reconnaissance réciproque peut donner des assurances aux deux peuples. Le djihadisme assassin est islamophobe. Il faut revenir au vrai sens de djihad, à « l’effort intérieur, personnel du musulman pour sa foi en dieu », sans crime aucun. Où est, à cet égard, l’action unanime des pays de l’Islam ? De même, est, au fond, antijudaïque la transgression hébraïque de la logique de l’Alliance. Il faudrait partout « circoncire », au sens rationnel et non-personnalisé, « la-ligne-netanyahou », car elle n’est pas un problème limité à Israël, mais elle concerne toute société qui se hiérarchise. Qui nie les droits d’un peuple, pire d’un demi-frère, ne saurait se réclamer de l’Alliance. Hostile envers Israël est celui qui transgresse l’Equivalence stipulée par la Berit divine.

Il y va de la survie d’Israël et du Proche-Orient. Le film d’Amos Gitaï (Le dernier jour d’Yitzhak Rabin, 2015) et le documentaire de Dror Moreh (The Gatekeepers, 2012) montrent l’urgence de la tâche. Six anciens dirigeants du Shin Beth, de la Sécurité Intérieure (1981-2011 : Shalom, Peri, Gillon, Ayalon, Dichter et Diskin), plaident pour une paix aussi armée que sincère avec les Palestiniens, et réitèrent une mise en garde, publiée neuf ans plus tôt, contre le projet d’un « Grand-Israël », lequel ne serait que « catastrophe », « chaos » et « souffrance » (Yedioth Aharonoth, 13 novembre 2003).

Si nous ne réussissons pas à faire s’effondrer les deux antisémitismes, le poème de Mahmoud Darwich « Je suis Joseph, Ô mon frère ! » (1986) et la critique que Yehuda Shaul, de l’ONG Breaking the Silence, adresse aux extrémistes des deux peuples, resteront sans effet.

Et le cri des antiracistes de Ferguson/Saint Louis se mondialisera, comme un incendie hors contrôle – no justice, no peace.

Si au contraire le double antisémitisme s’effondre, toutes formes de commémoration constitueront un Mémorial mondial rappelant les impératifs de paix.

Où sont les acteurs des monothéismes, les États et les citoyens de bonne volonté ?

*co-auteur avec Jean-François Lyotard de The Hyphen – Between Judaism and Christianity, New York, Humanity Books., le 16/03/2017 à 13h58
Mis à jour le 04/04/2017 à 10h38

Von der Agonie der Soldaten

Source : http://www.deutschlandfunk.de/

Der Erzähler und sein Regiment ziehen in den Zweiten Weltkrieg. Sie frieren, sind erschöpft, Langeweile und Angst quälen sie und die Pferde, auf denen sie reiten. Claude Simon beschreibt in seiner Erzählung « Das Pferd » einen Moment der Wahrheit, der sich im Auge eines sterbenden Pferdes spiegelt.
Von Dina Netz

Claude Simon: Nun ist seine Erzählung « Das Pferd » auf Deutsch erschienen. (picture alliance /epa Andersen )


Der Erzähler und sein Regiment ziehen in den Zweiten Weltkrieg. Auf erschöpften Pferden reiten die erschöpften französischen Soldaten Richtung Osten, Richtung Berlin. Bisher haben sie es allerdings nur bis Flandern geschafft. Der Erzähler beschreibt den stumpfen Kriegsalltag aus Kälte, Hunger, Durst, aus Langeweile, Angst und Wahnsinn. Und die Pferde, die die Soldaten tragen, erleben diesen Alltag mit, nicht nur das: Pferde und Soldaten sind im Grunde eins:
« Die Pferde teilen mit den Soldaten die Fähigkeit, in Bewegung einzunicken, zu schlafen und dabei weiterzugehen, erschöpft, und dennoch im Schlaf mechanisch ihre lahmen Glieder zu bewegen -, verstört (die Männer), deutlich, unermesslich, quälend jenes Rumoren, jenes Knistern wiederfindend, das zu hören sie in Wirklichkeit nicht aufgehört hatten, es auch in ihrem Schlaf wie ein beharrliches Hintergrundgeräusch zu vernehmen: das beunruhigende, das ewige und barbarische Lärmen der marschierenden Armeen. »

Claude Simon sieht nicht nur Parallelen zwischen Soldat und Pferd, er geht weiter: Das Tier ist bei ihm Symbol des menschlichen Leidens.

Der Mensch kann Sprache und Verstand einsetzen, um seine Angst vor dem Tod zu unterdrücken, sie mit Grog wegtrinken, sie mit Ironie weglachen – wie es Maurice tut, der kranke Kamerad und Freund des Erzählers, der sich schwer erkältet und fiebernd nur mit Mühe auf den Beinen hält.

Schnodderig, pointierte Dialoge

Immer wieder flicht Simon schnodderige, pointierte Dialoge ein, mit denen sich die Soldaten das eigene Elend vom Leib halten wollen. Aber es gelingt ihnen nicht, auf ihre Wortwechsel lässt Simon wieder lange philosophische Betrachtungen über das Wesen von Mensch und Tier folgen. Diese sprachlichen Wechsel geben dem Text einen ganz eigenen, dynamischen Rhythmus.

Das Tier ist unverstellt, wahr, es ist die reine Natur. Die Grausamkeit der Kriegserfahrung kann Simon am besten im Auge eines sterbenden Pferdes spiegeln. Nicht umsonst heißt der Text « Das Pferd » und nicht « Der Krieg » oder « Die Soldaten ».

« Wir betrachteten das immer noch hinten im Stall auf der Seite liegende Pferd. Man hatte ihm eine Decke übergeworfen. Und es ragten nur seine Insektenbeine heraus, sein schrecklich langer Hals, an dessen Ende der Kopf hing, den auch nur zu heben es keine Kraft mehr hatte, knochig, zu groß mit seinen eingefallenen Backen, seinem nassen Fell, seinen langen gelben von den aufgeworfenen Lippen entblößten Zähne. Nur das Auge schien noch zu leben, riesig, schmerzerfüllt, schrecklich, und von der glänzenden gewölbten Oberfläche widergespiegelt konnte ich uns sehen, unsere drei im Halbkreis verzerrten Silhouetten. »

Im Auge spiegelt sich der eigene drohende Tod

Im Auge des Pferdes sieht der Erzähler nicht nur seine Silhouette – darin spiegeln sich auch die eigene Agonie und der eigene drohende Tod.

Das Pferd ist nicht das einzige Tier, dessen Simon sich bedient, um dem Beschriebenen Tiefe und Authentizität zu verleihen. Überhaupt nutzt er die Natur als Bezugs- und Assoziationsraum. Er vergleicht zum Beispiel das monotone Getrappel der Pferde mit dem Geräusch Tausender von Insekten. Eine Frau ist « trächtig wie eine Kuh ». Ein Knecht erinnert ihn an einen struppigen Bären mit den Schultern eines Gorillas. Und die Natur, das ist dem Erzähler völlig klar, ist das, was bleiben wird, wenn die Menschen, die sich jetzt so wichtig nehmen, mit ihrem Krieg eines Tages abgezogen sein werden:

« Durch das Fenster konnte ich über dem violetten Dach der Scheune gegenüber, sich nach und nach verdunkelnd, sich in Schatten und Geheimnis hüllend, die große Fichte mit ihren hängenden altersschwachen Zweigen sehen, ungewöhnlich, schwarz, wie ein Relikt der Vorgeschichte, Überlebende der versunkenen Wälder, der Sintfluten, deren sich zurückziehende Wasser sie so zurückgelassen hätten, tintig, finster, mit lange Bärten aus Moos und Algen, die langsam abtropfen, sich biegend unter dem Gewicht ihrer antiken Zweige. »

Claude Simons Erzählung, die eine Art Vorübung für seinen großen Antikriegsroman « Die Straße in Flandern » war, ist natürlich zuallererst ein Dokument des Krieges, eine Verarbeitung seiner eigenen traumatischen Erlebnisse im Zweiten Weltkrieg. Und ein Versuch, das Grauen literarisch zu bannen.

Zugleich ist « Das Pferd » aber auch eine formvollendete Verneigung vor der Natur, vor ihrer Wahrhaftigkeit und Größe. Wenn der Mensch öfter im Auge eines sterbenden Pferdes seine eigene Zukunft läse, würde er vielleicht nicht so leicht wieder Kriege anzetteln

Das Pferd – Claude Simon

Le Cheval de Claude Simon traduction allemande aux éditions Barenberg

Claude Simon
Das Pferd
Mit einem Nachwort von Mireille Calle-Gruber
Aus dem Französischen von Eva Moldenhauer
80 Seiten · Halbleinen · fadengeheftet · 164 × 228 mm
Frühjahr 2017
ISBN 978-3-946334-17-0
EUR 22,00

Claude Simon
geboren 1913 in Tananarive, Madagaskar, erhielt 1985 den Nobelpreis für Literatur. Er starb 2005 in Paris. mehr

REZENSIONEN:

« Ein Grund zum Feiern für die eingeschworene Gemeinde der Simon-Leser – aber nicht nur für sie. »
ULRICH RAULFF, FRANKFURTER ALLGEMEINE ZEITUNG

« Meisterhaft. »
MDR KULTUR

> L’édition française du livre

Écritures Migrantes du Genre

Croiser les théories et les formes littéraires en contextes comparés.
Sous la direction de Mireille Calle-Gruber, Sarah-Anaïs Crevier Goulet et Christine Lorre-Johnston


Il s’agit ici, en une quinzaine d’essais et l’examen de plusieurs voix féminines et plusieurs littératures, de considérer à nouveaux frais l’inscription du genre – le genre genré, sexuel, masculin/féminin, les entames infinies des différences sexuelles et textuelles – en ce qu’il y va de l’être lettré du vivant et de ses récits aléatoires, lesquels avancent sur les brisées des genres littéraires. Ou, pour le dire autrement : il s’agit, en rapprochant d’une part le concept de « genre », appellation administrative officielle désormais, et d’autre part le phénomène des « écritures migrantes », celles-ci désignant, depuis les années 1980 au Québec, une littérature des bifurs et des troubles de l’introuvable identité, de déconstruire le mot monolithe « genre », par croisées comparatives.

Les formes d’hybridité étudiées se déploient selon quatre étapes analytiques, scandées par les interventions d’écrivains : Nathanaël (Exulant ou la pluie), Ying Chen (Le plus grand obstacle), Régine Robin (Toutes mes vies) ainsi que les témoignages de Nouryé-Neyr el-Nissa (Notre évasion du harem) et de Yolande Cohen (Retours sur un départ, de Meknès à Montréal). Les analyses considèrent la puissance de subversion des études de genre et leurs enjeux méthodologiques (Partie I : Comment penser-pratiquer une décolonisation de la pensée du genre), les perspectives ouvertes par l’écriture de fiction et les processus de déconstruction poétiquepolitique des appartenances (Partie II : Désappartenir, dénaître ou les langues du dépanneur), la poétique de la désinstallation (Partie III : Exulance, survivance, migrance), et finalement s’attachent aux configurations de l’extrême et des « co-vivances » (Partie IV : Dans l’intervalle, quelles co-vivances ?).

Acheter le livre
Écritures Migrantes du Genre – Table des matières

Lire Violette Leduc aujourd’hui

254 pages / 15 x 21 cm / 2017 / 22 € – ISBN-13 : 978-2-7297-0920-4 – à paraître le 01/06/17

Source : http://presses.univ-lyon2.fr/

Dirigé par :
Mireille Brioude
Anaïs Frantz

Alison Péron

La publication de La Bâtarde en 1964, avec une préface de Simone de Beauvoir, a paradoxalement permis à Violette Leduc de conquérir une légitimité littéraire. Elle apparaît alors comme l’une des voix les plus audacieuses dans la production littéraire des femmes et comme l’une des plus subversives dans les représentations du masculin et du féminin.

Cinquante ans plus tard, le présent ouvrage propose un nouveau portrait de Violette Leduc : à partir de l’étude de ses manuscrits et de sa correspondance, il analyse à la fois ses choix esthétiques singuliers et les multiples résonances de son œuvre dans la littérature, les arts plastiques, le cinéma et le théâtre d’aujourd’hui.

Le livre comprend également un cahier iconographique et deux textes inédits, « Chanson du pénis » et « Fantasme des cinq cents verges », dans lesquels l’auteure s’empare de l’érotisme avec humour, liberté et vigueur.

Mireille Brioude est professeure agrégée de lettres modernes et titulaire d’un doctorat consacré à Violette Leduc. Elle travaille sur la création littéraire et cinématographique des femmes.

Anaïs Frantz enseigne dans les universités américaines de Paris et à l’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3. Elle a publié Le Complexe d’Ève : la pudeur et la littérature. Lectures de Violette Leduc et Marguerite Duras (Honoré Champion, 2013).

Alison Péron est professeure de lettres. Elle consacre ses recherches aux questions de sexe, de genre et de sexualité, notamment à travers l’oeuvre de Violette Leduc.
Collection
Des deux sexes et autres