El escritor Peter Handke, nuevo Doctor Honoris causa por la Universidad de Alcalá

Article paru sur le site de l’Université d’Alcalá dans le cadre de la cérémonie de doctorat Honoris causa de Peter Handke

Source : http://portalcomunicacion.uah.es/

 

El escritor austriaco Peter Handke ha sido investido doctor honoris causa por la Universidad de Alcalá (UAH). El acto ha dado comienzo a las 12:00 horas en el Paraninfo de la UAH. Georg Pichler, profesor de Filología Alemana de la Universidad de Alcalá, es el encargado de pronunciar su laudatio. La ceremonia se ha podido ver en directo a través de la web de la UAH y sus redes sociales. […]

Lire la suite

Colloque international Technè, techniques et technologie dans l’œuvre de Michel Butor

Conférencière d’honneur
Mireille CALLE-GRUBER (Université Sorbonne Nouvelle – Paris III)

Intervenants (par ordre alphabétique)
Maxime AILLAUD (Université de Toulon), Márcia ARBERX-ENRICO (Universidade Federal de Minas Gerais – UFMG/CNPq, Brésil), Abdelmajid AZOUINE (Université de Rabat), Graziella-Foteini CASTELLANOU (Université Aristote de Thessalonique), Giuseppe CRIVELLA (Université de Pérouse), Walter GEERTS (Université d’Anvers Belgique), Eugenia GRAMMATIKOPOULOU (Université Aristote de Thessalonique), Serguei IVASHKIN (Université National de technologie Moscou), Chryssi KARATSINIDOU (Université Aristote de Thessalonique), Katerina LEMOUSIA (Université Aristote de Thessalonique), Maria LITSARDAKI (Université Aristote de Thessalonique), Polytimi MAKROPOULOU (Université Aristote de Thessalonique), Chryssa MOISIDOY (Université de Thessalie), Ioanna NAOUM (Université Aristote de Thessalonique), Sergei PANOV (Université National de technologie, Moscou), Ιoanna PAPASPYRIDOU (Université d’Athènes), Katerina SPIROPOULOU (Institut Français de Thessalonique /Université Aristote de Thessalonique), Daniela TΟΝΟΝΙ (Université de Palerme), Foivos TSIKLIAS (Université Paul Valéry – Montpellier 3)

Vidéo réalisée par les étudiants de l’Université Aristote de Thessalonique

> Consulter le site du Colloque

Algérie: Paris rend hommage à Assia Djebar, l’immortelle romancière

Paris — La romancière algérienne, l’immortelle Assia Djebar, est revenue mercredi après-midi à Paris le temps d’un vibrant hommage qu’a bien voulu lui rendre la mairie de Paris au Petit Palais-Musée des Beaux-Arts.

Devant un parterre de personnalités du monde de la culture, de la littérature, de l’histoire, des médias, de ceux qui l’ont connue, côtoyée, ainsi que des membres de sa famille, que l’ombre et l’image de la romancière, professeur de littérature, académicienne, cinéaste, ont plané dans un auditorium archicomble.

Organisé par la Mairie de Paris, en partenariat avec la Sorbonne Nouvelle, et les associations le Cercle des amis d’Assia Djebar et Archives Claude Simon et ses contemporains, l’hommage a été ponctué par un riche programme à la hauteur de celle pressentie, de son vivant, pour le prix Nobel de littérature.

Dans son allocution, la maire de Paris, Anne Hidalgo, a exprimé son enthousiasme d’être présente à l’hommage de « cette grande dame immortelle » qui, « par son talent, qui est bien le sien, a traduit, écrit, expliqué et touché nos imaginaires et nos vies ».

« Un an après sa disparition, je suis touchée d’être là, parce que je retrouve dans l’œuvre d’Assia Djebar cette dimension d’identité multiple qui nous aide à nous construire, à construire le monde », a-t-elle dit, annonçant qu’elle est à la disposition des associations qui envisagent de transmettre et diffuser le message d’Assia Djebar.

La cérémonie, à laquelle a pris part l’ambassadeur d’Algérie en France, Amar Bendjama, a été ponctuée par la lecture de morceaux de texte choisis des ouvrages de cette fille d’instituteur de la ville côtière, Cherchell, ex-Césarée.

Après la projection du chant de Taos Amrouche, poétesse berbère, l’acteur, metteur en scène et professeur de théâtre français, Daniel Mesguich, l’artiste Djurdjura et le comédien Patrick Potot sont venus, tour à tour, entre deux tables-rondes, lire des extraits des romans de celle qui avait « la soif d’écrire, de mettre des mots » sur des événements qui ont marqué l’histoire de son pays, l’Algérie.

Deux tables-rondes sont venus agrémenter la cérémonie, au cours desquelles des universitaires, historiens et écrivains ont essayé de cerner, en tant que lecteurs et lectrices d’Assia Djebar, les grands traits de l’œuvre de cette protectrice des libertés des femmes.

Axée sur la littérature et la cause des femmes et sur la littérature et l’histoire des femmes, les intervenants ont mis en exergue son engagement pour la paix et pour l’émancipation de la femme, à travers « une littérature qui fait parler les silences, les murmures et les sentiments des femmes ».

Pour d’autres, Assia Djebar, qui vivait entre 3 langues, « n’était pas la porte-parole des femmes, mais elle en était leur porte-voix », soulignant que la romancière a ouvert des champs « nous ne risquons pas de les fermer ».

A la clôture de cet hommage, l’assistance a eu droit à la projection d’un extrait du film « Assia Djebar, la soif d’écrire » de Frédéric Mitterrand et Virgine Oks, qui relate les moments forts de son admission à l’Académie française.

Marc Abélès – Globalisation et politique de la survie : les défis du contemporain

Ecologie-culturelle_9mars2015PEUT-ON PENSER UNE ÉCOLOGIE CULTURELLE ? Genre, littérature, francophonie et études postcoloniales : transits.

le 9 mars 2015

organisé par le Centre de Recherche en Etudes Féminines et Genres & Littératures Francophones (CREFEG&LF) – La Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Marc Abélès
Anthropologue, directeur de recherche CNRS et directeur d’études à l’EHESS

Globalisation et politique de la survie : les défis du contemporain
Dans le cadre du séminaire de Master d’Aline Bergé, « Espaces et mondialisations »
Dpt de Didactique du français langue étrangère (DFLE)
UFR LLD de l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3

Écritures migrantes du genre : mettre en œuvre les croisées de la littérature avec les arts visuels et les arts du spectacle

Affiche_Ecritures_migrantes_du_genre_IIdu 9 avril 2015 au 10 avril 2015
organisé par le Centre de Recherche en Etudes Féminines et Genres & Littératures Francophones (CREFEG&LF) – La Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Journées d’études Lieux :
jeudi 9 avril : Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, Maison de la Recherche, 4 rue des Irlandais, Paris 5e vendrdi 10 avril : Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, Campus Censier, salle 224, 13 rue Santeuil, Paris 5e

Organisateurs : Mireille Calle-Gruber, Sarah-Anaïs Crevier Goulet, Xavier Garnier, Christine Lorre-Johnston et Myriam Suchet
UMR 7172 – THALIM (Théorie et histoire des arts et des littératures de la modernité)

Présentation
:

« Ecritures migrantes » est un concept qui est né au Québec dans les années 1980, où il a fait l’objet d’analyses théoriques dans le domaine des lettres et des arts. Ce sont ainsi constitués peu à peu un champ épistémologique singulier, des outils méthodologiques et un corpus diversifié des écritures migrantes. Cet espace de recherche, transversal et pluridisciplinaire (tant historiographique, sociolinguistique et théologique que littéraire, artistique et philosophique), offre la possibilité de reconsidérer à nouveaux frais la question du genre et des différences sexuelles dans des contextes multiculturels et au regard des transferts de formes et d’imaginaires. Plus profondément, il s’agit d’arracher la notion de genre à l’uniformisation de la pensée et à son institutionnalisation…


Filiations et sexualités: nouveaux regards
Modératrice : Mireille Calle-Gruber (Univ. Sorbonne Nouvelle- Paris 3) – Hervé Sanson
« Familles, je vous hais ! ». Rupture et transmission…


Présentation du film Nom à la mer, film de Safaa Fathy
Safaa Fathy, poète et cinéaste (Collège International de Philosophie)


Autour de Nom à la mer, film de Safaa Fathy
Safaa Fathy, poète et cinéaste (Collège International de Philosophie), Mireille Calle-Gruber (Univ. Sorbonne Nouvelle – Paris 3), Maribel Peñalver Vicea (Univ. Alicante), Jonathan Degenève (Univ. Sorbonne Nouvelle – Paris 3)


Ecrire entre deux langues
Présentation par Seza Yilancioglu – Nedim Gürsel « Le soupir du turc assis entre deux chaises »