Michel Butor – Au temps du noir et blanc

Introduction de Mireille Calle-Gruber.

« C’est en 1951, au retour de mon premier séjour en Égypte, premier long séjour à l’étranger, que j’ai commencé à prendre des photographies. J’avais été émerveillé par la manière, les paysages, les monuments, les gens…  »

Michel Butor, auteur d’une œuvre littéraire considérable, a eu, de 1950 à 1960, une intense activité de photographe, demeurée inconnue car non publiée pour la plupart. Ce livre, c’est donc le livre qui manquait, celui de ses images qui, au temps du noir et blanc, tamisent la matière et la lumière.

Prises en France, Italie, Grèce, Turquie, Espagne et aux États-Unis, ces photographies s’attardent aussi bien aux monuments qu’aux détails de l’existence ordinaire, fixent l’éphémère, font le portrait des passages, déposent le temps au secret des lieux. Ces espaces de poésie où il invente les images comme il manie les mots, Butor les appelle « Génie du lieu ».

Introduit par un texte de Mireille Calle-Gruber – écrivain, professeur à la Sorbonne-Nouvelle et amie de Michel Butor, dont elle a édité les Œuvres Complètes –, Au Temps du noir et blanc met en regard photographies et écrits.

L’ouvrage invite ainsi à retraverser l’œuvre protéiforme par l’œil-Butor, puis, à la fin, par les réflexions et notes sur la photographie de celui qui, sa vie durant, n’aura cessé d’écrire avec un « viseur dans la tête ».

Source : http://www.delpire-editeur.fr/

Collection : Des images et des mots
date de parution : 07/09/2017
16,5 x 20 cm, Broché avec rabats, 312 pages

Colloque de Cerisy – Peter Handke – Analyse du temps

Du 21 au 28 août 2017

© Photo de Peter Handke par Donna Wenders

Le colloque Peter Handke. Analyse du temps (21-28 aout), qui s’inscrivait dans le cadre des rencontres « Europe en mouvement. Berlin Cerisy » lancées depuis quelques années, a réuni une soixantaine de personnes, chercheurs, lecteurs, éditeurs, conservateurs et traducteurs de l’œuvre, venus surtout de France, d’Allemagne et d’Autriche, mais aussi de Belgique, Luxembourg, Suisse, Norvège et du Canada. Le suspense fut grand : après une belle série de conférences universitaires, la présentation des carnets de l’écrivain, la projection de ses films, dont La Femme gauchère au Long-Court de Coutances, et d’un portrait cinématographique signé Corinna Belz, Peter Handke arriva au Château de Cerisy pour les trois derniers jours du colloque. Ce furent alors un festival de lectures, prose et théâtre, par ses amis comédiens Bruno Ganz, Sophie Semin, André Marcon, et de riches entretiens, chaleureux et émouvants, aux côtés de Pierre Deshusses le traducteur de son livre récemment paru Essai sur le fou de champignons, et d’Alain Françon metteur en scène de sa pièce Toujours la tempête à l’Odéon en 2015. Pour finir, c’est Peter Handke qui fit la meilleure « analyse du temps » : il offrit à Edith Heurgon l’affiche du colloque où son portrait d’écrivain, exposé aux climats de juin-juillet dans son jardin, s’était couvert des graffitis aléatoires du temps cosmique !

Mireille Calle-Gruber

De gauche à droite : André Marcon, Ingrid Gilcher-Holtey, Patricia Oster-Stierle, Edith Heurgon, Karlheinz Stierle, Sophie Semin, Peter Handke, Mireille Calle-Gruber, Raimund Fellinger, Bruno Ganz. – Parue dans la newsletter du Centre Culturel International de Cerisy en Août-Septembre 2017

© Photo de Peter Handke

Verso de la photo de l’affiche – Peter Handke

Extrait de Carnets de Croquis de Peter Handke

Extrait de Carnets de Croquis de Peter Handke

El escritor Peter Handke, nuevo Doctor Honoris causa por la Universidad de Alcalá

Article paru sur le site de l’Université d’Alcalá dans le cadre de la cérémonie de doctorat Honoris causa de Peter Handke

Source : http://portalcomunicacion.uah.es/

 

El escritor austriaco Peter Handke ha sido investido doctor honoris causa por la Universidad de Alcalá (UAH). El acto ha dado comienzo a las 12:00 horas en el Paraninfo de la UAH. Georg Pichler, profesor de Filología Alemana de la Universidad de Alcalá, es el encargado de pronunciar su laudatio. La ceremonia se ha podido ver en directo a través de la web de la UAH y sus redes sociales. […]

Lire la suite

Colloque international Technè, techniques et technologie dans l’œuvre de Michel Butor

Conférencière d’honneur
Mireille CALLE-GRUBER (Université Sorbonne Nouvelle – Paris III)

Intervenants (par ordre alphabétique)
Maxime AILLAUD (Université de Toulon), Márcia ARBERX-ENRICO (Universidade Federal de Minas Gerais – UFMG/CNPq, Brésil), Abdelmajid AZOUINE (Université de Rabat), Graziella-Foteini CASTELLANOU (Université Aristote de Thessalonique), Giuseppe CRIVELLA (Université de Pérouse), Walter GEERTS (Université d’Anvers Belgique), Eugenia GRAMMATIKOPOULOU (Université Aristote de Thessalonique), Serguei IVASHKIN (Université National de technologie Moscou), Chryssi KARATSINIDOU (Université Aristote de Thessalonique), Katerina LEMOUSIA (Université Aristote de Thessalonique), Maria LITSARDAKI (Université Aristote de Thessalonique), Polytimi MAKROPOULOU (Université Aristote de Thessalonique), Chryssa MOISIDOY (Université de Thessalie), Ioanna NAOUM (Université Aristote de Thessalonique), Sergei PANOV (Université National de technologie, Moscou), Ιoanna PAPASPYRIDOU (Université d’Athènes), Katerina SPIROPOULOU (Institut Français de Thessalonique /Université Aristote de Thessalonique), Daniela TΟΝΟΝΙ (Université de Palerme), Foivos TSIKLIAS (Université Paul Valéry – Montpellier 3)

Vidéo réalisée par les étudiants de l’Université Aristote de Thessalonique

> Consulter le site du Colloque

Les jeudis littéraires #08 juin 2017

Diffusé sur Radio Aligre

>Ecouter l’émission
Rediffusion d’un entretien avec Pascal Quignard
pour son livre « Le sexe et l’effroi » (Gallimard)

Entretien avec Mireille Calle-Gruber à propos du « Dictionnaire sauvage » de Pascal Quignard ( Hermann) qu’elle a dirigé et du livre-hommage à Mireille Calle-Gruber , « Mélanges » (Ed.Hermann), réalisé à l’initiative de ses doctorantes de La Sorbonne Nouvelle, avec des textes de Claude Simon, Michel Butor, Pascal Quignard, Jacques Derrida…

Von der Agonie der Soldaten

Source : http://www.deutschlandfunk.de/

Der Erzähler und sein Regiment ziehen in den Zweiten Weltkrieg. Sie frieren, sind erschöpft, Langeweile und Angst quälen sie und die Pferde, auf denen sie reiten. Claude Simon beschreibt in seiner Erzählung « Das Pferd » einen Moment der Wahrheit, der sich im Auge eines sterbenden Pferdes spiegelt.
Von Dina Netz

Claude Simon: Nun ist seine Erzählung « Das Pferd » auf Deutsch erschienen. (picture alliance /epa Andersen )


Der Erzähler und sein Regiment ziehen in den Zweiten Weltkrieg. Auf erschöpften Pferden reiten die erschöpften französischen Soldaten Richtung Osten, Richtung Berlin. Bisher haben sie es allerdings nur bis Flandern geschafft. Der Erzähler beschreibt den stumpfen Kriegsalltag aus Kälte, Hunger, Durst, aus Langeweile, Angst und Wahnsinn. Und die Pferde, die die Soldaten tragen, erleben diesen Alltag mit, nicht nur das: Pferde und Soldaten sind im Grunde eins:
« Die Pferde teilen mit den Soldaten die Fähigkeit, in Bewegung einzunicken, zu schlafen und dabei weiterzugehen, erschöpft, und dennoch im Schlaf mechanisch ihre lahmen Glieder zu bewegen -, verstört (die Männer), deutlich, unermesslich, quälend jenes Rumoren, jenes Knistern wiederfindend, das zu hören sie in Wirklichkeit nicht aufgehört hatten, es auch in ihrem Schlaf wie ein beharrliches Hintergrundgeräusch zu vernehmen: das beunruhigende, das ewige und barbarische Lärmen der marschierenden Armeen. »

Claude Simon sieht nicht nur Parallelen zwischen Soldat und Pferd, er geht weiter: Das Tier ist bei ihm Symbol des menschlichen Leidens.

Der Mensch kann Sprache und Verstand einsetzen, um seine Angst vor dem Tod zu unterdrücken, sie mit Grog wegtrinken, sie mit Ironie weglachen – wie es Maurice tut, der kranke Kamerad und Freund des Erzählers, der sich schwer erkältet und fiebernd nur mit Mühe auf den Beinen hält.

Schnodderig, pointierte Dialoge

Immer wieder flicht Simon schnodderige, pointierte Dialoge ein, mit denen sich die Soldaten das eigene Elend vom Leib halten wollen. Aber es gelingt ihnen nicht, auf ihre Wortwechsel lässt Simon wieder lange philosophische Betrachtungen über das Wesen von Mensch und Tier folgen. Diese sprachlichen Wechsel geben dem Text einen ganz eigenen, dynamischen Rhythmus.

Das Tier ist unverstellt, wahr, es ist die reine Natur. Die Grausamkeit der Kriegserfahrung kann Simon am besten im Auge eines sterbenden Pferdes spiegeln. Nicht umsonst heißt der Text « Das Pferd » und nicht « Der Krieg » oder « Die Soldaten ».

« Wir betrachteten das immer noch hinten im Stall auf der Seite liegende Pferd. Man hatte ihm eine Decke übergeworfen. Und es ragten nur seine Insektenbeine heraus, sein schrecklich langer Hals, an dessen Ende der Kopf hing, den auch nur zu heben es keine Kraft mehr hatte, knochig, zu groß mit seinen eingefallenen Backen, seinem nassen Fell, seinen langen gelben von den aufgeworfenen Lippen entblößten Zähne. Nur das Auge schien noch zu leben, riesig, schmerzerfüllt, schrecklich, und von der glänzenden gewölbten Oberfläche widergespiegelt konnte ich uns sehen, unsere drei im Halbkreis verzerrten Silhouetten. »

Im Auge spiegelt sich der eigene drohende Tod

Im Auge des Pferdes sieht der Erzähler nicht nur seine Silhouette – darin spiegeln sich auch die eigene Agonie und der eigene drohende Tod.

Das Pferd ist nicht das einzige Tier, dessen Simon sich bedient, um dem Beschriebenen Tiefe und Authentizität zu verleihen. Überhaupt nutzt er die Natur als Bezugs- und Assoziationsraum. Er vergleicht zum Beispiel das monotone Getrappel der Pferde mit dem Geräusch Tausender von Insekten. Eine Frau ist « trächtig wie eine Kuh ». Ein Knecht erinnert ihn an einen struppigen Bären mit den Schultern eines Gorillas. Und die Natur, das ist dem Erzähler völlig klar, ist das, was bleiben wird, wenn die Menschen, die sich jetzt so wichtig nehmen, mit ihrem Krieg eines Tages abgezogen sein werden:

« Durch das Fenster konnte ich über dem violetten Dach der Scheune gegenüber, sich nach und nach verdunkelnd, sich in Schatten und Geheimnis hüllend, die große Fichte mit ihren hängenden altersschwachen Zweigen sehen, ungewöhnlich, schwarz, wie ein Relikt der Vorgeschichte, Überlebende der versunkenen Wälder, der Sintfluten, deren sich zurückziehende Wasser sie so zurückgelassen hätten, tintig, finster, mit lange Bärten aus Moos und Algen, die langsam abtropfen, sich biegend unter dem Gewicht ihrer antiken Zweige. »

Claude Simons Erzählung, die eine Art Vorübung für seinen großen Antikriegsroman « Die Straße in Flandern » war, ist natürlich zuallererst ein Dokument des Krieges, eine Verarbeitung seiner eigenen traumatischen Erlebnisse im Zweiten Weltkrieg. Und ein Versuch, das Grauen literarisch zu bannen.

Zugleich ist « Das Pferd » aber auch eine formvollendete Verneigung vor der Natur, vor ihrer Wahrhaftigkeit und Größe. Wenn der Mensch öfter im Auge eines sterbenden Pferdes seine eigene Zukunft läse, würde er vielleicht nicht so leicht wieder Kriege anzetteln

Pascal Quignard, une cure d’amour éternel

Vous m’en direz des nouvelles

présenté par Jean-François Cadet sur rfi
Diffusé le 23 Mai 2017

Source : http://www.rfi.fr

>Ecouter l’émission

Pascal Quignard revient avec un nouveau roman «Dans ce jardin qu’on aimait».© Eugenio Prieto Gabriel/Grasset

Pascal Quignard est l’un des écrivains contemporains majeurs de la littérature française. Il revient aujourd’hui avec un livre qui n’est, ni tout à fait un roman, ni tout à fait du théâtre. Un livre aux allures de spectacle, ou d’un tableau, entre un homme en noir et une jeune femme à chapeau de paille qui arrive à bicyclette. Un livre écrit comme un hymne à l’amour éternel, une cantate à plusieurs voix. C’est un concert de chants d’oiseaux blessés, une symphonie de mots et de notes que l’on entend entre les lignes de Pascal Quignard. Dans ce jardin qu’on aimait est paru aux éditions Grasset.

Mireille Calle-Grüber est écrivaine, professeure des Universités à la Sorbonne Nouvelle. Elle a dirigé, avec Anaïs Frantz, un ouvrage collectif de chercheurs et d’universitaires de France consacré à Pascal Quignard et à son œuvre. Un dictionnaire paru aux éditions Hermann, intitulé Dictionnaire sauvage Pascal Quignard.

Commander le livre
Lire le texte de présentation de l’ouvrage
Lire l’article paru dans La Vie le 11 Mai 2017
Lire les bonnes feuilles de la Revue Diacritik

Michel Butor à la Maison de Balzac, Paris, 6 décembre 2014; Dialogue avec Mireille Calle-Gruber

Présentation par Véronique Prest

Photos : Maxime Godard

Algérie: Paris rend hommage à Assia Djebar, l’immortelle romancière

Paris — La romancière algérienne, l’immortelle Assia Djebar, est revenue mercredi après-midi à Paris le temps d’un vibrant hommage qu’a bien voulu lui rendre la mairie de Paris au Petit Palais-Musée des Beaux-Arts.

Devant un parterre de personnalités du monde de la culture, de la littérature, de l’histoire, des médias, de ceux qui l’ont connue, côtoyée, ainsi que des membres de sa famille, que l’ombre et l’image de la romancière, professeur de littérature, académicienne, cinéaste, ont plané dans un auditorium archicomble.

Organisé par la Mairie de Paris, en partenariat avec la Sorbonne Nouvelle, et les associations le Cercle des amis d’Assia Djebar et Archives Claude Simon et ses contemporains, l’hommage a été ponctué par un riche programme à la hauteur de celle pressentie, de son vivant, pour le prix Nobel de littérature.

Dans son allocution, la maire de Paris, Anne Hidalgo, a exprimé son enthousiasme d’être présente à l’hommage de « cette grande dame immortelle » qui, « par son talent, qui est bien le sien, a traduit, écrit, expliqué et touché nos imaginaires et nos vies ».

« Un an après sa disparition, je suis touchée d’être là, parce que je retrouve dans l’œuvre d’Assia Djebar cette dimension d’identité multiple qui nous aide à nous construire, à construire le monde », a-t-elle dit, annonçant qu’elle est à la disposition des associations qui envisagent de transmettre et diffuser le message d’Assia Djebar.

La cérémonie, à laquelle a pris part l’ambassadeur d’Algérie en France, Amar Bendjama, a été ponctuée par la lecture de morceaux de texte choisis des ouvrages de cette fille d’instituteur de la ville côtière, Cherchell, ex-Césarée.

Après la projection du chant de Taos Amrouche, poétesse berbère, l’acteur, metteur en scène et professeur de théâtre français, Daniel Mesguich, l’artiste Djurdjura et le comédien Patrick Potot sont venus, tour à tour, entre deux tables-rondes, lire des extraits des romans de celle qui avait « la soif d’écrire, de mettre des mots » sur des événements qui ont marqué l’histoire de son pays, l’Algérie.

Deux tables-rondes sont venus agrémenter la cérémonie, au cours desquelles des universitaires, historiens et écrivains ont essayé de cerner, en tant que lecteurs et lectrices d’Assia Djebar, les grands traits de l’œuvre de cette protectrice des libertés des femmes.

Axée sur la littérature et la cause des femmes et sur la littérature et l’histoire des femmes, les intervenants ont mis en exergue son engagement pour la paix et pour l’émancipation de la femme, à travers « une littérature qui fait parler les silences, les murmures et les sentiments des femmes ».

Pour d’autres, Assia Djebar, qui vivait entre 3 langues, « n’était pas la porte-parole des femmes, mais elle en était leur porte-voix », soulignant que la romancière a ouvert des champs « nous ne risquons pas de les fermer ».

A la clôture de cet hommage, l’assistance a eu droit à la projection d’un extrait du film « Assia Djebar, la soif d’écrire » de Frédéric Mitterrand et Virgine Oks, qui relate les moments forts de son admission à l’Académie française.

Paris rend hommage à l’académicienne Assia Djebar, un an après son décès

Diffusé le 04/02/2016 sur Radio Orient

ST-assia-djebar-680x510

© Radio Orient


Les invités de « Sans Transition »:

– Fadila Mehal, Présidente de la Commission Culture-Mémoire-Patrimoine du Conseil de Paris. Conseillère de Métropole du Grand Paris. Fondatrice et Présidente de l’association La République Ensemble
– Amel Chouati, écrivaine et psychologue, présidente du cercle des amis d’Assia Djebar

– Mireille Calle-Gruber, professeur à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris III, spécialiste de l’œuvre d’Assia Djebar

– Patrick Potot, comédien

Emission préparée et présentée par Nadia Bey

Performance de ténèbres par Pascal Quignard – Ballet de l’origine de la langue et de la littérature françaises – Reportage photographique

le 28 janvier 2016 à la Fonderia Aperta Teatro – Vérone

© Fonderia Aperta Teatro

Voir le programme du colloque

Butor chez Joe Bousquet, à Carcassonne – Reportage photographique

Le 6 février 2016

Voir le programme de l’exposition photographique Aterlier Butor