Ecriture V. Exposition en l’honneur d’Anne-Marie Christin

Du 10 décembre 2015 (00:00) au 28 février 2016 (00:00)
Bibliothèque des Grands Moulins
5 rue Thomas Mann
75013 Paris

Organisateurs : Hélène Campaignolle-Catel, Karine Bouchy, Philippe Clerc, Narmine Sadeg

expo_anne_marie_christin-2En lien avec la création du fonds CEEI – Anne-Marie Christin à la bibliothèque des Grands Moulins (Université Paris Diderot), une exposition est présentée à la bibliothèque du 10 décembre 2015 jusqu’au 28 février 2016. Nous souhaitons ainsi rendre hommage à Anne-Marie Christin et à sa contribution intellectuelle dans le développement des théories et des études sur l’écriture et l’image et présenter le Centre d’étude de l’écriture et de l’image, ses activités et son histoire. L’inauguration de l’exposition et du fonds est prévue le jeudi 10 décembre à partir de 18h30, à la fin de la première journée du colloque Écritures V. Cette soirée sera l’occasion de lectures de textes et de projections d’images extraites de l’œuvre d’Anne-Marie Christin.

Partenariat : Université Paris Diderot, Université Paris Sorbonne Nouvelle – Paris 3, CNRS, Thalim
Commissariat : Karine Bouchy, Hélène Campaignolle-Catel, Philippe Clerc, Narmine Sadeg
Graphisme : Marie Ferré avec la collaboration de Simine Célia Nattagh et Philippe Clerc
Réalisation : Bibliothèque des Grands Moulins

Autres manifestations organisées en l’honneur d’Anne-Marie Christin :

Colloque les 10 et 11 décembre 2015
Inauguration du Fonds CEEI – Anne-Marie Christin le 10 décembre 2015

voir le flyer de l’exposition

Écritures migrantes du genre : mettre en œuvre les croisées de la littérature avec les arts visuels et les arts du spectacle

Affiche_Ecritures_migrantes_du_genre_IIdu 9 avril 2015 au 10 avril 2015
organisé par le Centre de Recherche en Etudes Féminines et Genres & Littératures Francophones (CREFEG&LF) – La Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Journées d’études Lieux :
jeudi 9 avril : Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, Maison de la Recherche, 4 rue des Irlandais, Paris 5e vendrdi 10 avril : Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, Campus Censier, salle 224, 13 rue Santeuil, Paris 5e

Organisateurs : Mireille Calle-Gruber, Sarah-Anaïs Crevier Goulet, Xavier Garnier, Christine Lorre-Johnston et Myriam Suchet
UMR 7172 – THALIM (Théorie et histoire des arts et des littératures de la modernité)

Présentation
:

« Ecritures migrantes » est un concept qui est né au Québec dans les années 1980, où il a fait l’objet d’analyses théoriques dans le domaine des lettres et des arts. Ce sont ainsi constitués peu à peu un champ épistémologique singulier, des outils méthodologiques et un corpus diversifié des écritures migrantes. Cet espace de recherche, transversal et pluridisciplinaire (tant historiographique, sociolinguistique et théologique que littéraire, artistique et philosophique), offre la possibilité de reconsidérer à nouveaux frais la question du genre et des différences sexuelles dans des contextes multiculturels et au regard des transferts de formes et d’imaginaires. Plus profondément, il s’agit d’arracher la notion de genre à l’uniformisation de la pensée et à son institutionnalisation…


Filiations et sexualités: nouveaux regards
Modératrice : Mireille Calle-Gruber (Univ. Sorbonne Nouvelle- Paris 3) – Hervé Sanson
« Familles, je vous hais ! ». Rupture et transmission…


Présentation du film Nom à la mer, film de Safaa Fathy
Safaa Fathy, poète et cinéaste (Collège International de Philosophie)


Autour de Nom à la mer, film de Safaa Fathy
Safaa Fathy, poète et cinéaste (Collège International de Philosophie), Mireille Calle-Gruber (Univ. Sorbonne Nouvelle – Paris 3), Maribel Peñalver Vicea (Univ. Alicante), Jonathan Degenève (Univ. Sorbonne Nouvelle – Paris 3)


Ecrire entre deux langues
Présentation par Seza Yilancioglu – Nedim Gürsel « Le soupir du turc assis entre deux chaises »


Hommage à Assia Djebar en Sorbonne le 8 Juin 2015, 14h30 – 18h30

Hommage à Assia Djebar en Sorbonne le 8 Juin 2015, 14h30 – 18h30

Affiche de l’événement
Programme de l’évènement

Organisé par Mireille Calle-Gruber

Lectures de l’oeuvre par Marie-Christine Barrault
Prises de parole de Vigdis Finnbogadottir, Michelle Perrot, Françoise Lionnet, Régine Robin, Wolfgang Asholt, Dominique Combe, Béatrice Didier, Fatima Medjad, Fatima Oussedik, Clarisse Zimra, Adelaïde Rousso entre autres

Assia-Djebar-Irmeli-Jung

Assia Djebar © Irmeli Jung

ProgrammeHommageAssiaDjebar-2ProgrammeHommageAssiaDjebar-3ProgrammeHommageAssiaDjebar-4Vidéo de l’événement

Jacques Derrida, Hans-Georg Gadamer, Philippe Lacoue-Labarthe – La Conférence de Heidelberg (1988), Heidegger Portée philosophique et politique de sa pensée, présentés par Mireille Calle-Gruber, présidence : Reiner Wiehl

Photographies de Milan Chlumsky et de Mathias Ernert

Ouvrage

L’Acacia de Claude Simon

Plaque commémorative

Centenaire de la naissance de Claude Simon.
Plantation d’un acacia sur l’emplacement de la maison familiale aux Planches par Hubert Darbon, maire et Mireille Calle Gruber – marraine

Plantation de l'arbre

Photo : Georges Bernard

Images d’Assia Djebar 1936-2015

Assia Djebar lit La Route des Flandres de Claude Simon

« Mais comment savoir ? »
 par Assia DJEBAR

 

Replongeant récemment dans La route des Flandres, chaque « phrase-monde » de cette remémoration de la défaite de 1939 m’a redonné confiance dans la littérature, et cela, grâce à l’écriture intransigeante de Claude Simon.

Vingt ans après la destruction de son escadron, Claude Simon nous fait revivre cette déroute française…en pleine guerre d’Algérie. En 1960 donc, paraît cette mise à nu implacable, vécue de l’intérieur de l’autre guerre. Or, grâce à ce don de présence de l’écriture simonienne (immense tableau où l’on s’embourbe, où l’on respire), cette lecture m’a fait soudain comprendre, moi aussi, de l’intérieur, la répression si démesurée en 1945, des manifestations de Sétif, puis des « événements » de la guerre d’Algérie.

« Mais comment savoir ?… Que savoir ? », le refrain envoûtant qui rythme le final de La Route des Flandres explique l’excès de la revanche que l’armée coloniale entendra exercer sur les « bougnoules » sans armée, eux, du moins visible !

Il semble même que ce texte de Claude Simon, inscrit tout entier dans l’œil du cheval mort, partout présent, peut se lire désormais comme ouverture obligée aux écrits littéraires sur la guerre d’Algérie.

***

A été publié dans : Claude Simon, Maintenant, Association des Lecteurs de Claude Simon, Cahiers Claude Simon, n°2, 2006, Presses Universitaires de Perpignan.