Écritures migrantes du genre : mettre en œuvre les croisées de la littérature avec les arts visuels et les arts du spectacle

Affiche_Ecritures_migrantes_du_genre_IIdu 9 avril 2015 au 10 avril 2015
organisé par le Centre de Recherche en Etudes Féminines et Genres & Littératures Francophones (CREFEG&LF) – La Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Journées d’études Lieux :
jeudi 9 avril : Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, Maison de la Recherche, 4 rue des Irlandais, Paris 5e vendrdi 10 avril : Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, Campus Censier, salle 224, 13 rue Santeuil, Paris 5e

Organisateurs : Mireille Calle-Gruber, Sarah-Anaïs Crevier Goulet, Xavier Garnier, Christine Lorre-Johnston et Myriam Suchet
UMR 7172 – THALIM (Théorie et histoire des arts et des littératures de la modernité)

Présentation
:

« Ecritures migrantes » est un concept qui est né au Québec dans les années 1980, où il a fait l’objet d’analyses théoriques dans le domaine des lettres et des arts. Ce sont ainsi constitués peu à peu un champ épistémologique singulier, des outils méthodologiques et un corpus diversifié des écritures migrantes. Cet espace de recherche, transversal et pluridisciplinaire (tant historiographique, sociolinguistique et théologique que littéraire, artistique et philosophique), offre la possibilité de reconsidérer à nouveaux frais la question du genre et des différences sexuelles dans des contextes multiculturels et au regard des transferts de formes et d’imaginaires. Plus profondément, il s’agit d’arracher la notion de genre à l’uniformisation de la pensée et à son institutionnalisation…


Filiations et sexualités: nouveaux regards
Modératrice : Mireille Calle-Gruber (Univ. Sorbonne Nouvelle- Paris 3) – Hervé Sanson
« Familles, je vous hais ! ». Rupture et transmission…


Présentation du film Nom à la mer, film de Safaa Fathy
Safaa Fathy, poète et cinéaste (Collège International de Philosophie)


Autour de Nom à la mer, film de Safaa Fathy
Safaa Fathy, poète et cinéaste (Collège International de Philosophie), Mireille Calle-Gruber (Univ. Sorbonne Nouvelle – Paris 3), Maribel Peñalver Vicea (Univ. Alicante), Jonathan Degenève (Univ. Sorbonne Nouvelle – Paris 3)


Ecrire entre deux langues
Présentation par Seza Yilancioglu – Nedim Gürsel « Le soupir du turc assis entre deux chaises »


Hommage à Assia Djebar en Sorbonne le 8 Juin 2015, 14h30 – 18h30

Hommage à Assia Djebar en Sorbonne le 8 Juin 2015, 14h30 – 18h30

Affiche de l’événement
Programme de l’évènement

Organisé par Mireille Calle-Gruber

Lectures de l’oeuvre par Marie-Christine Barrault
Prises de parole de Vigdis Finnbogadottir, Michelle Perrot, Françoise Lionnet, Régine Robin, Wolfgang Asholt, Dominique Combe, Béatrice Didier, Fatima Medjad, Fatima Oussedik, Clarisse Zimra, Adelaïde Rousso entre autres

Assia-Djebar-Irmeli-Jung

Assia Djebar © Irmeli Jung

ProgrammeHommageAssiaDjebar-2ProgrammeHommageAssiaDjebar-3ProgrammeHommageAssiaDjebar-4Vidéo de l’événement

Jacques Derrida, Hans-Georg Gadamer, Philippe Lacoue-Labarthe – La Conférence de Heidelberg (1988), Heidegger Portée philosophique et politique de sa pensée, présentés par Mireille Calle-Gruber, présidence : Reiner Wiehl

Photographies de Milan Chlumsky et de Mathias Ernert

Ouvrage

L’Acacia de Claude Simon

Plaque commémorative

Centenaire de la naissance de Claude Simon.
Plantation d’un acacia sur l’emplacement de la maison familiale aux Planches par Hubert Darbon, maire et Mireille Calle Gruber – marraine

Plantation de l'arbre

Photo : Georges Bernard

Images d’Assia Djebar 1936-2015

Assia Djebar lit La Route des Flandres de Claude Simon

« Mais comment savoir ? »
 par Assia DJEBAR

 

Replongeant récemment dans La route des Flandres, chaque « phrase-monde » de cette remémoration de la défaite de 1939 m’a redonné confiance dans la littérature, et cela, grâce à l’écriture intransigeante de Claude Simon.

Vingt ans après la destruction de son escadron, Claude Simon nous fait revivre cette déroute française…en pleine guerre d’Algérie. En 1960 donc, paraît cette mise à nu implacable, vécue de l’intérieur de l’autre guerre. Or, grâce à ce don de présence de l’écriture simonienne (immense tableau où l’on s’embourbe, où l’on respire), cette lecture m’a fait soudain comprendre, moi aussi, de l’intérieur, la répression si démesurée en 1945, des manifestations de Sétif, puis des « événements » de la guerre d’Algérie.

« Mais comment savoir ?… Que savoir ? », le refrain envoûtant qui rythme le final de La Route des Flandres explique l’excès de la revanche que l’armée coloniale entendra exercer sur les « bougnoules » sans armée, eux, du moins visible !

Il semble même que ce texte de Claude Simon, inscrit tout entier dans l’œil du cheval mort, partout présent, peut se lire désormais comme ouverture obligée aux écrits littéraires sur la guerre d’Algérie.

***

A été publié dans : Claude Simon, Maintenant, Association des Lecteurs de Claude Simon, Cahiers Claude Simon, n°2, 2006, Presses Universitaires de Perpignan.

Colloque du cinquantenaire de La Bâtarde de Violette Leduc

LA BÂTARDE A CINQUANTE ANS

 Colloque international sur Violette Leduc 

organisé par Mireille Brioude, Anaïs Frantz, Alison Péron

 les 17 et 18 octobre 2014

 à la Maison de la Recherche de La Sorbonne Nouvelle-Paris 3

et à l’École Normale Supérieure de Paris

Affiche

 

La Bâtarde a cinquante ans. En 1964, Violette Leduc publie le premier tome de l’autobiographie qui, préfacée par Simone de Beauvoir, la rend célèbre. Écarté du Prix Goncourt à cause de son caractère trop audacieux, le livre rencontre néanmoins un succès éclatant auprès du public. Cinquante ans plus tard, la « Bâtarde » suscite un regard renouvelé sur son œuvre à travers le film de Martin Provost, le documentaire d’Esther Hoffenberg, la création d’un groupe de recherche « Violette Leduc » à l’ITEM, et la réédition de ses romans. Ouvert à tous, le colloque du cinquantenaire de La Bâtarde présente l’état actuel de la réception et de la recherche sur l’œuvre de Violette Leduc.

Colloque « Mireille Calle-Gruber ou les promesses de la littérature et des arts »

« Je mets mon amour du monde à l’abri du monde dans la littérature »

Mireille Calle-Gruber, promesses de la littérature et des arts

 Journées d’hommage

Sorbonne Nouvelle-Paris 3

20 et 21 juin 2013

Responsables :
Melina Balcázar Moreno, Sarah-Anaïs Crevier-Goulet, Anaïs Frantz, Elodie Vignon

 Affiche de l’événement

Programme de l’événement

Écrivain, professeur de littérature et d’esthétique ayant enseigné en Tchécoslovaquie, en Égypte, en Italie, en Allemagne, au Canada, et en France, à Paris 8 Vincennes-Saint Denis puis à La Sorbonne Nouvelle-Paris 3, éditrice des auteurs et penseurs majeurs des XXème et XXIème siècles, Mireille Calle-Gruber n’a cessé de veiller à la transmission des textes et au dépassement des frontières entre les disciplines. Elle a travaillé avec Philippe Lacoue-Labarthe, Jacques Derrida, Michel Butor, Claude Simon, Claude Ollier, Hélène Cixous, Assia Djebar, Nelly Kaplan, Pascal Quignard. Elle est aussi l’auteur de plusieurs romans depuis Arabesque publié chez Acte Sud en 1985, jusqu’à Consolation paru à La Différence en 2010. Pour ses étudiants, Mireille Calle-Gruber est encore un professeur exceptionnel qui allie une personnalité attentive, hospitalière et chaleureuse avec une intelligence pointue et généreuse, proposant une approche singulière et déterminante de la littérature, des arts et de la philosophie, autrement dit des Humanités. C’est à ce professeur-écrivain remarquable que ces deux journées veulent rendre hommage en rassemblant artistes, écrivains, intellectuels, amis, collègues, chercheurs et étudiants qui l’ont accompagnée.

Mireille Calle-Gruber œuvre en tant que professeur et en tant qu’écrivain dans la langue française depuis la connaissance et l’expérience des cultures autres. Son travail est pluriel et transfrontalier : il traverse les grammaires et fait migrer les disciplines. Il dissémine les savoirs et décloisonne la recherche. Son séminaire ouvre un espace-temps où l’impensable est accueilli. Où l’impossible arrive.

Passeuse des œuvres, amie des artistes, Mireille Calle-Gruber nous fait le don des promesses de la littérature, et c’est à nous qu’il revient de faire perdurer cet héritage.

Photographies : Adèle Godefroy

Photographies : Adèle Godefroy

 

Colloque du Centenaire Claude Simon

Claude Simon : Les Vies de l’Archive

Le colloque s’est tenu les 27 et 28 février 2013 en Sorbonne et à l’Ecole Normale Supérieure de Paris.

Programme de l’événement

Claude Simon Les Vies de l'Archive

Argumentaire du colloque :

Au commencement, et qui commande en tous points l’œuvre de Claude Simon, il y a le travail de l’archive, laquelle relève à la fois de l’historique, du politique et de la poétique.

Car si arkhe signifie l’originaire, le mouvement premier qui commence, arkheion c’est d’abord en grec une maison : maison privée ou maison de fonction des archontes, ces magistrats représentant la loi qui détenaient le pouvoir politique et dont les demeures conservaient le dépôt des documents officiels. Quant à l’Arche biblique, c’est le coffre, « l’arche en bois d’acacia » qui abrite les Tables de pierre ; arca, en latin, désigne aussi une armoire, un cercueil, un réservoir.

L’archive est plus ample que la mémoire, qu’elle garde et dont elle se garde par la construction d’une mise en œuvre de la recherche. L’archive n’est pas tournée vers le passé : son geste archéologique, singulier et immémorial, la requiert au présent de l’écriture et aux voies ouvertes à l’à-venir.

Elle est peut-être bien ce que Claude Simon appelle « le vécu » dont il fait ses romans ; le vécu qui impressionne le corps extérieur à même l’intime, et dont il importe de déchiffrer les traces, nourricières de la vivante relation au monde.

Qu’il s’agisse des archives familiales et de la documentation réunie par l’écrivain, de ses notes pour mémoire, des manuscrits des romans, plans et croquis, de la diversité des genres expérimentés (peinture, photographie, roman, essai, film, scenario, conférence, entretien) ou qu’il s’agisse des œuvres publiées dont chacune est à la fois un accès nouveau au vécu et une ressource pour les romans successifs, on suivra les chemins de traverse que fraye Claude Simon constituant ainsi une archive cohérente et lisible. Entre rassemblement et dispersion, conservation et ruine, science et impressions affectives, institution et interprétation.

Et plus d’une interrogation.

« Comment savoir ? Comment savoir ? Que savoir ? » : ces questions qui scandent La Route des Flandres sont celles de l’archivation et de l’archivable. Elles deviennent les nôtres. Elles habitent la poétique de l’œuvre, par exemple Le Palace avec la guerre d’Espagne, Les Géorgiques avec la vision révolutionnaire de l’Histoire, ou encore la démarche autobiographique qui est au fondement de tous les livres.

« Mais où commence le dehors ? Cette question est la question de l’archive », affirmait Derrida. C’est sans aucun doute la question pour la dynamique de Claude Simon dont les phrases interminablement disponibles mettent à feu et à cendre les mémoires de la mort et les vies de l’archive.