Dossiers publiés dans Sens Public

Ce dossier est le deuxième volet de la réflexion entamée dans le dossier « Recherches en Études Féminines et de Genres » publié à Sens Public en octobre 2008. Son titre, « Spectres et rejetons des Études Féminines et de Genres », interroge ce qui serait une transmission universitaire, philosophique et littéraire au féminin, c’est-à-dire à contre-courant de la logique phallogocentrique de la tradition, inscrivant la réflexion dans la lignée d’Hélène Cixous, Monique Wittig, Sarah Kofman, Mireille Calle-Gruber, Judith Butler, Catherine Malabou, etc.

Sommaire

Présentation et Sommaire
Anaïs Frantz

Liminaire. Il faut que ça cloche ou Comment ne pas nommer
Mireille Calle-Gruber

La pudeur et « la question de la femme », Nietzsche dans le texte
Anaïs Frantz

De la retraite au ravissement : elles à la question, elle pour question
Souad Kherbi

Sur le bout de la langue qui fourche : l’ironie « féminine » et l’art du conflit
dans « Schiave » de Clelia Pellicano

Daniela Carpisassi

Que faire de la mère ? Du sarcasme à la valorisation
Élodie Vignon

« Le prolongement d’un symptôme » : Emma Santos au mot à mot
Elsa Polverel

« L’œuvre inouïe » et le « corps merveilleux » : nouveau corps, nouvel amour, nouvelle langue chez Rimbaud
Sarah Jagodzinski

Thérèse et Isabelle de Violette Leduc et le sujet décentré de Wittig
Alison Péron

Métamorphoses du corps féminin dans la littérature marocaine et japonaise
Mokhtar Belarbi

 

© Colette Deblé, François Boucher, Jeune fille allongée

La Profession de foi d’un Centre de Recherches en Études Féminines et de Genres répond à la nécessité de suspendre, le temps d’un rêve d’utopie, l’enseignement généreux et dynamique que Mireille Calle-Gruber met à la disposition des étudiants-chercheurs de la Sorbonne Nouvelle, afin d’en saisir les enjeux et d’en cerner la spécificité. La « profession de foi » est à entendre à tous les sens de l’expression : au sens actif de la locution, il s’agit de faire (poiein) « profession » (confession) de la foi d’une doctorante en l’urgence de préserver un espace-temps à l’écriture et à la recherche en littérature dans une société qui vise à toujours gagner plus (de temps, d’argent) ; au sens littérale du syntagme, il s’agit de témoigner d’une « profession » différente mais vitale à la sauvegarde de l’« humain ». Où la « foi » tient lieu de richesse et l’hospitalité de loi.

Sommaire

Profession de foi d’un Centre de Recherches en Études Féminines et de Genres
Anaïs Frantz

Un genre érotique ?
Abdereman Said Mohamed

Sang : le texte et ses règles
Melina Balcázar Moreno

Du « genre » nu comme un ver et des genres en littérature
Anaïs Frantz

Métamorphoses des genres
Sirkka Remes

Les débordements du genre, l’autoportrait en vert, envers et contre tout…
Un autoportrait en vert de Marie Ndiaye
Elsa Polverel

La scène lieu ultime des dépassements en tous genres ?
L’exemple de Valère Novarina
Audrey Szebesta

… pour qu’il arrive des genres de tous bords
Mireille Calle-Gruber

 

C’est dans le cadre d’un séminaire en Sorbonne intitulé « Hospitalité de la littérature, Passage des arts » que les textes de ce dossier ont été présentés. Quatre lectures, chacune singulière, d’un même livre Tombeau d’Akhnaton, roman de Mireille Calle-Gruber publié à La Différence en 2006.

Sommaire
Présentation du dossier
Mireille Calle-Gruber

Tombeau d’Akhnaton : une pudeur impressionnante
Anaïs Frantz

Un temps pour la mort. Lecture du Tombeau d’Akhnaton
Arafat Sadallah

A l’ombre de quel Tombeau écrire ?
Sofiane Laghouati

Quand l’œil n’aura pas vu : Tombeau d’Akhnaton
Joana Masó

Fictions des genres

En tant que catégorie d’analyse, outil qui aide à penser, le genre s’intéresse à la littérature car, à travers ses intrigues et personnages, elle présente un miroir des sociétés passées et contemporaines, reflétant la condition féminine, les rapports hommes/femmes, ou encore les représentations de la sexualité, qui ont cours dans un espace-temps donné. En revanche, la dimension performative de la production littéraire est souvent négligée. La littérature est pourtant le lieu par excellence où, en amont des normes qui assignent les identités et séparent les genres, troubler les représentations, transformer le langage et façonner l’inconnu. Où découvrir et inventer d’autres configurations, d’autres logiques, d’autres genres. Ce sont ces fictions des genres que l’ouvrage entreprend d’explorer – de rêver – à partir de lectures d’auteurs œuvrant en marge des genres (littéraires et sexuels) institués : Claude Cahun, Violette Leduc, Monique Wittig, Emma Santos, Marguerite Duras, Jacques Derrida, Philippe Lacoue-Labarthe… C’est l’occasion d’affirmer la performativité poétique du travail des genres en littérature.

Anaïs Frantz, Sarah-Anaïs Crevier Goulet, Mireille Calle-Gruber

Mise en page 1

Table des matières de l’ouvrage

 

Le Dictionnaire universel des Créatrices

Le Dictionnaire universel des Créatrices est édité aux Editions des Femmes sous la direction de Béatrice Didier, Antoinette Fouque et Mireille Calle-Gruber. Lettrines dessinées par Sonia Rykiel.

Le Dictionnaire universel des femmes créatrices est né de la volonté de mettre en lumière la création des femmes à travers le monde et l’histoire, de rendre visible leur apport à la civilisation. Pensé comme une contribution inédite au patrimoine culturel mondial, il a été rendu possible par plus de quatre décennies d’engagements et de travaux en France et dans tous les pays, qui ont permis de renouer avec une généalogie jusque-là privée de mémoire. Il entend recenser les créatrices connues ou encore méconnues qui, individuellement ou ensemble, ont marqué leur temps et ouvert des voies nouvelles dans un des champs de l’activité humaine. Son chantier d’étude couvre tous les continents, toutes les époques, tout le répertoire traditionnel des disciplines (artistiques, littéraires, philosophiques aussi bien que scientifiques) et il s’étend des sportives aux femmes politiques, en passant par les interprètes, les conteuses, les artisanes, fussent-elles anonymes.

Créatrice, toute femme qui fait œuvre.

Préface d’Antoinette Fouque
Préface de Béatrice Didier
Préface de Mireille Calle-Gruber

Article « Judith Butler » par Sarah-Anaïs Crevier Goulet
Article « Sarah Kofman » par Anaïs Frantz

Lettrine par Sonia Rykiel

Lettrine par Sonia Rykiel

B

Lettrine par Sonia Rykiel

Lettrine par Sonia Rykiel

Lettrine par Sonia Rykiel

E

Lettrine par Sonia Rykiel

W

Lettrine par Sonia Rykiel

Mireille Calle-Gruber, Irène Frain, Irina Bokova, Catherine Deneuve, Edith Cresson, Antoinette Fouque, Nicole Ameline, Lio, Bulle Ogier et Béatrice Didier lors de la présentation du Dictionnaire universel des créatrices au siège de l'Unesco à Paris, le 22 novembre 2013

Mireille Calle-Gruber, Irène Frain, Irina Bokova, Catherine Deneuve, Edith Cresson, Antoinette Fouque, Nicole Ameline, Lio, Bulle Ogier et Béatrice Didier lors de la présentation du Dictionnaire universel des créatrices au siège de l’Unesco à Paris, le 22 novembre 2013

Artistes femmes / femmes ingénieures : une esthétique de la rareté - Google Lab - Camille Morineau Avec Orlan et les Gorillas Girls

Artistes femmes / femmes ingénieures : une esthétique de la rareté – Google Lab – Camille Morineau
Avec Orlan et les Gorillas Girls

Colloque « Mireille Calle-Gruber ou les promesses de la littérature et des arts »

« Je mets mon amour du monde à l’abri du monde dans la littérature »

Mireille Calle-Gruber, promesses de la littérature et des arts

 Journées d’hommage

Sorbonne Nouvelle-Paris 3

20 et 21 juin 2013

Responsables :
Melina Balcázar Moreno, Sarah-Anaïs Crevier-Goulet, Anaïs Frantz, Elodie Vignon

 Affiche de l’événement

Programme de l’événement

Écrivain, professeur de littérature et d’esthétique ayant enseigné en Tchécoslovaquie, en Égypte, en Italie, en Allemagne, au Canada, et en France, à Paris 8 Vincennes-Saint Denis puis à La Sorbonne Nouvelle-Paris 3, éditrice des auteurs et penseurs majeurs des XXème et XXIème siècles, Mireille Calle-Gruber n’a cessé de veiller à la transmission des textes et au dépassement des frontières entre les disciplines. Elle a travaillé avec Philippe Lacoue-Labarthe, Jacques Derrida, Michel Butor, Claude Simon, Claude Ollier, Hélène Cixous, Assia Djebar, Nelly Kaplan, Pascal Quignard. Elle est aussi l’auteur de plusieurs romans depuis Arabesque publié chez Acte Sud en 1985, jusqu’à Consolation paru à La Différence en 2010. Pour ses étudiants, Mireille Calle-Gruber est encore un professeur exceptionnel qui allie une personnalité attentive, hospitalière et chaleureuse avec une intelligence pointue et généreuse, proposant une approche singulière et déterminante de la littérature, des arts et de la philosophie, autrement dit des Humanités. C’est à ce professeur-écrivain remarquable que ces deux journées veulent rendre hommage en rassemblant artistes, écrivains, intellectuels, amis, collègues, chercheurs et étudiants qui l’ont accompagnée.

Mireille Calle-Gruber œuvre en tant que professeur et en tant qu’écrivain dans la langue française depuis la connaissance et l’expérience des cultures autres. Son travail est pluriel et transfrontalier : il traverse les grammaires et fait migrer les disciplines. Il dissémine les savoirs et décloisonne la recherche. Son séminaire ouvre un espace-temps où l’impensable est accueilli. Où l’impossible arrive.

Passeuse des œuvres, amie des artistes, Mireille Calle-Gruber nous fait le don des promesses de la littérature, et c’est à nous qu’il revient de faire perdurer cet héritage.

Photographies : Adèle Godefroy

Photographies : Adèle Godefroy