Dans l’atelier de Michel Butor

Publié le 18/12/2015 dans La Dépêche

Expos – À la maison des mémoires
Du 18/12/2015 au 09/03/2016

L'exposition conçue par René Piniès présente notamment des photos de Michel Butor./ Photo DDM, Jean-Luc Bibal.

L’exposition conçue par René Piniès présente notamment des photos de Michel Butor./ Photo DDM, Jean-Luc Bibal.

Une fois encore, Michel Butor revient peupler la Maison des mémoires. Pour la sixième ? La septième fois ? René Piniès lui-même ne le sait plus, avoue le concepteur et coordonnateur de «L’atelier Butor», l’exposition montée avec le concours de l’éditrice Mireille Calle-Gruber et d’Adèle Godefroy, étudiante à al Sorbonne. Depuis 2001 et ce formidable éclairage sur Butor et les peintres, le Centre Joë Bousquet et son temps n’a cessé d’explorer et de présenter les mille visages artistiques de l’écrivain poète.

L’exposition inaugurée aujourd’hui (1) fait la part belle à la photographie mais pas seulement. Elle déroule le fil de la vie de l’écrivain en trois temps, dans trois espaces mis en mots par Butor en personne.

Les photos de mari-jo

«Le graveur obstiné» de la première salle est un texte évoquant Émile Butor, le père de Michel. On y découvre gravures sur bois, esquisses et sanguines académiques, ce bain familial dans lequel l’art de Michel a infusé, enfant.

La grande salle présente le Butor photographe. «J’ai été photographe autrefois», écrit-il. Pendant dix ans, entre 1951 et 1961. De l’Égypte à l’Italie, de Salonique à San Francisco, de l’Angleterre à la Turquie, le regard chemine dans ce voyage de près de 150 photographies disposées pour la plupart en planches et dégageant ainsi un récit de vie.

En bas de l’escalier que veille une correspondance entre Butor et Gaston Puel, le troisième lieu passe le relais photographique à Mari-Jo, la femme de Butor. Et plutôt que de prétendre à une impossible exhaustivité compte tenu des milliers de clichés, René Piniès a fait le choix d’une série égyptienne (et un peu éthiopienne, aussi), réalisée à Louqsor en 2004 et Le Caire en 2007, bouclant ainsi la boucle ouverte par Michel Butor, en 1955. Chaque photo est accompagnée d’une légende manuscrite.

(1) « L’Atelier Butor – Gravures photographies, écritures », du 18 décembre au 9 mars, inauguration aujourd’hui à 18 heures, à la Maison des mémoires, 53, rue de Verdun.