Dossiers publiés dans Sens Public

Ce dossier est le deuxième volet de la réflexion entamée dans le dossier « Recherches en Études Féminines et de Genres » publié à Sens Public en octobre 2008. Son titre, « Spectres et rejetons des Études Féminines et de Genres », interroge ce qui serait une transmission universitaire, philosophique et littéraire au féminin, c’est-à-dire à contre-courant de la logique phallogocentrique de la tradition, inscrivant la réflexion dans la lignée d’Hélène Cixous, Monique Wittig, Sarah Kofman, Mireille Calle-Gruber, Judith Butler, Catherine Malabou, etc.

Sommaire

Présentation et Sommaire
Anaïs Frantz

Liminaire. Il faut que ça cloche ou Comment ne pas nommer
Mireille Calle-Gruber

La pudeur et « la question de la femme », Nietzsche dans le texte
Anaïs Frantz

De la retraite au ravissement : elles à la question, elle pour question
Souad Kherbi

Sur le bout de la langue qui fourche : l’ironie « féminine » et l’art du conflit
dans « Schiave » de Clelia Pellicano

Daniela Carpisassi

Que faire de la mère ? Du sarcasme à la valorisation
Élodie Vignon

« Le prolongement d’un symptôme » : Emma Santos au mot à mot
Elsa Polverel

« L’œuvre inouïe » et le « corps merveilleux » : nouveau corps, nouvel amour, nouvelle langue chez Rimbaud
Sarah Jagodzinski

Thérèse et Isabelle de Violette Leduc et le sujet décentré de Wittig
Alison Péron

Métamorphoses du corps féminin dans la littérature marocaine et japonaise
Mokhtar Belarbi

 

© Colette Deblé, François Boucher, Jeune fille allongée

La Profession de foi d’un Centre de Recherches en Études Féminines et de Genres répond à la nécessité de suspendre, le temps d’un rêve d’utopie, l’enseignement généreux et dynamique que Mireille Calle-Gruber met à la disposition des étudiants-chercheurs de la Sorbonne Nouvelle, afin d’en saisir les enjeux et d’en cerner la spécificité. La « profession de foi » est à entendre à tous les sens de l’expression : au sens actif de la locution, il s’agit de faire (poiein) « profession » (confession) de la foi d’une doctorante en l’urgence de préserver un espace-temps à l’écriture et à la recherche en littérature dans une société qui vise à toujours gagner plus (de temps, d’argent) ; au sens littérale du syntagme, il s’agit de témoigner d’une « profession » différente mais vitale à la sauvegarde de l’« humain ». Où la « foi » tient lieu de richesse et l’hospitalité de loi.

Sommaire

Profession de foi d’un Centre de Recherches en Études Féminines et de Genres
Anaïs Frantz

Un genre érotique ?
Abdereman Said Mohamed

Sang : le texte et ses règles
Melina Balcázar Moreno

Du « genre » nu comme un ver et des genres en littérature
Anaïs Frantz

Métamorphoses des genres
Sirkka Remes

Les débordements du genre, l’autoportrait en vert, envers et contre tout…
Un autoportrait en vert de Marie Ndiaye
Elsa Polverel

La scène lieu ultime des dépassements en tous genres ?
L’exemple de Valère Novarina
Audrey Szebesta

… pour qu’il arrive des genres de tous bords
Mireille Calle-Gruber

 

C’est dans le cadre d’un séminaire en Sorbonne intitulé « Hospitalité de la littérature, Passage des arts » que les textes de ce dossier ont été présentés. Quatre lectures, chacune singulière, d’un même livre Tombeau d’Akhnaton, roman de Mireille Calle-Gruber publié à La Différence en 2006.

Sommaire
Présentation du dossier
Mireille Calle-Gruber

Tombeau d’Akhnaton : une pudeur impressionnante
Anaïs Frantz

Un temps pour la mort. Lecture du Tombeau d’Akhnaton
Arafat Sadallah

A l’ombre de quel Tombeau écrire ?
Sofiane Laghouati

Quand l’œil n’aura pas vu : Tombeau d’Akhnaton
Joana Masó