Portrait d’un Colliourenc

« ­Portrait d’un Colliourenc : Louis Montargès »
témoignage de Louis Salembien

            À notre époque où l’on honore souvent, permettez-moi d’évoquer la mémoire de mon oncle : Montargès Louis Faustin, né en 1912. Descendant d’une lignée de patrons pêcheurs et pêcheur lui-même, il adhère très jeune au Parti communiste et en devient un membre très actif. Il fonde en 1946 la Coopérative des pêcheurs. Certains me diront qu’il n’était pas seul et c’est vrai. Mais il est vrai aussi que, sans lui, elle n’aurait pas existé. Il en devint le directeur jusqu’à sa fermeture. Elle fut alors donnée à la commune pour le franc symbolique, malgré des offres d’achats alléchantes de promoteurs.

01           En 1936, Louis Montargès assure le convoyage d’armes jusqu’à Barcelone pour les miliciens du POUM (Parti ouvrier d’unification marxiste) en compagnie de Claude Simon qui était alors peu connu. Celui-ci, à l’époque, avait un pied-à-terre à Collioure, rue Saint-Sébastien, tout près de chez nous. Je suppose qu’à ce moment-là, il devait être lui aussi au Parti. Je l’ai connu moi-même — j’avais six ou sept ans — quand il revenait de ses propriétés situées dans la plaine. J’allais chercher des fruits chez lui. En ces occasions j’ai connu Renée, sa très belle et charmante compagne, que les pêcheurs, tombés sous son charme, avaient surnommé « la Blonde ».

Barcelone 1936

Le Monde 1997

            En 1937 et 1938, on retrouve Louis Montargès en compagnie d’un autre Colliourenc, Joseph  Fajal, membre lui aussi du Parti, sur un navire soviétique assurant la liaison Le Havre- Arkhangelsk, lequel transportait des armes pour les Républicains espagnols. Une petite partie des armes était détournée pour les miliciens du POUM qui menaient leur propre combat indépendamment. Par la suite, ces derniers furent assassinés sur l’ordre de Staline.

miliciens du POUM

En bas, le troisième en partant de la gauche : Fajal. En haut, le troisième en partant de la gauche : Montargès

 

Barcelone 2- 1936

A gauche : Montargès

            Ce parcours valut plus tard à mon oncle d’être arrêté par la police de Vichy. Et, sous l’Occupation, les Allemands l’arrêtèrent et le conduisirent à la citadelle de Perpignan pour un interrogatoire musclé. Ils le soupçonnaient de faire passer des gens en Espagne, ce qui était vrai.

            La carte de combattant de la Résistance lui fut octroyée des années plus tard, car lui-même ne l’avait jamais demandée.